1 Quel différend entre les familles et lécole ? Processus et enjeux dans les quartiers populaires 7ème rencontres nationales de la réussite éducative Pierre

  • Published on
    04-Apr-2015

  • View
    103

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li> Page 1 </li> <li> 1 Quel diffrend entre les familles et lcole ? Processus et enjeux dans les quartiers populaires 7me rencontres nationales de la russite ducative Pierre Prier Professeur de Sciences de l'ducation Universit Rennes 2 CREAD 28 novembre 2013 </li> <li> Page 2 </li> <li> 2 I- L es familles populaires et lcole </li> <li> Page 3 </li> <li> 3 Interdpendance entre cole et familles, entre cole et territoires Une relation ancienne, une proccupation rcente Renversement historique: de la distance au rapprochement Plusieurs figures de parents: administrs, reprsents, consommateurs, et.. captifs Poids dterminant de lcole sur les destins individuels et sociaux Mode de reproduction et de socialisation dominante scolaire Pouvoir accru de lcole / Pression sociale sur lcole : attente defficacit et de russite Echec et sorties sans qualification moins supportes par la socit. Ecole confronte lhtrognit des publics et de nouvelles problmatiques de territoires Des publics moins proches de la culture scolaire Des attentes rciproques plus difficiles accorder. Forte interdpendance entre cole et environnement : sgrgations et accentuation des disparits (collge), disparits contextuelles =&gt; Extension, diversification, complexification des missions de lcole =&gt; Ncessit de sappuyer sur des partenaires hors lcole = &gt; Vers une prise en charge globale du temps de lenfant </li> <li> Page 4 </li> <li> Familles populaires: de qui parle-t-on ? Fragmentation et diversification des familles populaires -Erosion du groupe ouvrier / progression du groupe employs (tertiarisation) -Monte du prcariat ( vulnrabilit de masse ) - Diversification des origines culturelles (immigration plurielle et rcente), - Nouvelles formes familiales: ruptures et recompositions (monoparentalit: 18 % des familles, femmes avec emplois peu qualifis ++, faiblement rmunrs), - Des conditions de vie difficiles (emploi, horaires, budget, logement, trajets dom-travail) -Des trajectoires de vie accidentes. =&gt; Des facteurs sociaux relis entre eux Perte du sentiment dappartenance et de soutiens sociaux stables et valorisants (affaiblissement des solidarits et des collectifs protecteurs, dlitement du lien social...) - Dsaffiliation ngative : inscurit sociale, vulnrabilit - Dsaffiliation positive : Repli avec de possibles effets mancipatoires Senfermer pour sen sortir : saffranchir dun destin de classe et de ses assignations identitaires - Sur-affiliation: repli sur la famille, la communaut, le quartier = supports d'identit =&gt; Des lments interdpendants forment des configurations familiales singulires qui peuvent aider comprendre le rapport lcole </li> <li> Page 5 </li> <li> 5 Esprances et dpendance scolaires des familles populaires - Un niveau dambition qui slve : dure des tudes, mtiers viss - Rattrapage ans lordre des mtiers , mais pas des scolarits relles - Une place symbolique est faite lcole et llve dans lespace domestique - Un avenir qui passe par lcole (depuis peu, lgre rosion de la croyance en un salut par lcole ) Sens de la russite et de l chec -Rapport utilitaire lcole (et au savoir) : autonomie sociale, insertion professionnelle, accs un statut stable et reconnu Non pas La russite mais suivre , pousser ses tudes , ne pas sortir de lcole sans bagage ou sans rien mais avoir un travail Au moins aller plus loin que les parents et ne pas tomber plus bas (subir le dclassement) - Un sens utilitaire source de malentendus sociocognitifs dans les apprentissages en classe =&gt; Dmobilisation, dsinvestissement scolaire, mauvais rsultats La monte de la proccupation et de linvestissement scolaires des familles </li> <li> Page 6 </li> <li> II- Lenjeu de la division du travail ducatif et scolaire </li> <li> Page 7 </li> <li> 7 Des parents qui peroivent lattente de lcole sans savoir comment y rpondre (partenariat et scolarit de l'enfant ) Difficult dchiffrer et interprter les messages et attentes de lcole, - Mode demploi du partenariat: : Qui ? Quand? A propos de quoi ? Selon quelle frquence ? - Des obstacles pratiques : horaires, RDV, matrise de la langue - Une lgitimit scolaire incertaine : faible connaissance de lcole, des apprentissages, des professionnels Relatif isolement face lcole, peu d informateurs et dinterconnaissance Un suivi scolaire selon une temporalit du prsent et parfois de lurgence : au coup par coup , sans anticipation =&gt; Difficult se positionner dans les relations avec lcole se conformer au rle attendu ( trouver la bonne distance ) =&gt; Dpendance et sentiment dimpuissance (la peur comme expression dun rapport de domination symbolique) =&gt; Attitude de disponibilit bienveillante de la part des parents ( tre l si besoin ) Une fausse vidence : suivre la scolarit </li> <li> Page 8 </li> <li> 8 La charge des devoirs Des parents attentifs aux devoirs mais prcocement confronts des difficults pour aider lenfant Bonne volont parentale mais avec le risque de mal faire - Avec sanction symbolique de lenfant (parents disqualifis) et de lcole (parents infrioriss) Ex. La rgle de grammaire : Cest dans la conjugaison, cest pas son truc.Et les verbes aussi, au niveau du sujet, verbe des fois il est un peu le COD, ou je sais pas quoi l. Des fois je lui dis Julien, oh l l Lautre fois, je lui explique un truc et il rentre de lcole et il me dit : tu sais maman tes nulle ! . Je lui dis Ah, bon ? , elle a dit que ctait pas a , Cest pas grave, je dis . Avec des disputes dans la famille (assorties de punitions) Processus de dcrochage scolaire parental (50 % des mres non diplmes se sentent dpasses pour aider lenfant en primaire contre &lt; 5 % des mres diplmes du suprieur / 80 % des premires au collge vs 26 % des secondes) Ex. La mthode de division : Cest les maths, elle na pas de bonnes notes, elles ne sont pas terribles... cest vrai que la faon dont elle nous montre, nous on ne comprend pas trop, nous on a fait les anciennes mthodes, je trouve plus facile que les mthodes quils font maintenant () moi, leurs mthodes cest trs compliqu, ils cherchent des complications pour rien, cest vrai quune division pour moi cest facile, mais avec la mthode quils expliquent () On cherche des complications, notre poque, faire une division, ctait facile =&gt; Lcole dlgue implicitement aux parents des tches qui requirent des comptences scolaires ingalement distribues =&gt; Une situation qui conduit les parents se tourner vers des structures externes ou attendre beaucoup (trop) de lenfant lui-mme </li> <li> Page 9 </li> <li> 9 La ncessit du partenariat avec les familles Face lenjeu scolaire, au dveloppement de nouvelles problmatiques - Lcole invente le partenariat : fonction de prvention, de rgulation et de rparation tant sur la planscolaire que comportemental (juge plus ncessaire dans les quartiers populaires) - Nouveau statut et rle pour les parents : allis, recours ou auxiliaires pour les enseignants et acteurs de lcole ? - Lcole dsigne les familles mais attend des parents dlves Nouvelles comptences acqurir pour les parents / pour les enseignants Des effets attendus incertains Etablir une lien, une continuit entre cole et espace domestique Changer les perceptions et prjugs rciproques Lgitimation et reconnaissance de lcole et des enfants par les parents / et inversement Mais : Paradoxe du partenariat Plus dvelopp l o il est moins ncessaire / lacunaire l o il est jug indispensable =&gt; Comment peut-on tre partenaire ou parent dlve ? </li> <li> Page 10 </li> <li> 10 Des effets pervers ? De la norme au stigmate - Le partenariat simpose comme norme de relations et fabrique la figure de parents absents, carents ou dmissionnaires - Peu explicit : risque de connivence culturelle avec les parents les plus avertis =&gt; Sentiment dinjustice chez les plus domins et dmunis Un diffrend entre lcole et les familles populaires Absence daccord sur les rgles de lchange, sur les rles et responsabilits Absence de tiers permettant de sortir de limpasse ou de rsoudre un conflit =&gt; La non-rencontre / non communication engendre des dsaccords sans solution Silence ou distance = absence coupable (parents pris en dfaut ) Partenariat fonctionne dans un rapport asymtrique et sadresse un parent idal </li> <li> Page 11 </li> <li> 11 III- Face la difficult </li> <li> Page 12 </li> <li> 12 Dune logique de confiance la dfiance Confiance vis--vis des enseignants et de lcole - Adhsion des institution qui les protgent et les respectent; sinon pour une galit des chances (scolaires) du moins pour une galit des droits (entre lves, entre parents) - Attente dtre informs par lcole =&gt; La norme : ne pas intervenir (forme de remise de soi ) =&gt; De la confiance la mfiance, voire la dfiance - Si annonce (trop) tardive dun problme, de dcision irrversible - Si atteinte lenfant (donc aux parents) - Sentiment de trahison , des parents qui peuvent se sentir mpriss - Sentiment de dpossession ducative </li> <li> Page 13 </li> <li> 13 Les parents entre critique et fatalisme Critique de linstitution et des enseignants - A travers les savoirs/mthodes enseigns et la somme des devoirs (parents ne peuvent aider) - A travers des effectifs/classe trop levs - A travers des ingalits de considration, dencouragement, dvaluation/sanction selon les lves =&gt; Sentiment dun manque de respect voire de traitement discriminatoire entre lves et familles selon les origines (sociales, ethniques) Un certain fatalisme Parents doutent de la possibilit de changer le cours des choses en rencontrant nouveau les enseignants =&gt;Tendance naturaliser les difficults de lenfant (difficult devient un trait de caractre) de toute faon, il(elle) et comme a , pas trs scolaire les expliquer par la personnalit, les qualits ingales des uns et des autres, par l hritage gntique familial Ou les relativiser (ne jugeant pas seulement des rsultats mais des efforts, de la bonne volont </li> <li> Page 14 </li> <li> 14 Se protger, soi et les siens Le retrait : se protger du regard et des jugements de lcole - Les familles sont face des injonctions contradictoires : Ne pas venir = procs en dmission / Se rendre lcole = sentendre dire les problmes de lenfant (donc les siens) - Evitement, dissimulation, dfection car crainte de ne pas tre considr, cout, lgitime =&gt; Stratgie du discrditable pour garder la face , prserver sa dignit face lcole Dfendre lidentit individuelle et familiale - Jugement sur llve = jugement sur la personne= jugement sur les qualits ducatives parentales Effets personnels : pass scolaire dchec ractiv travers leur enfant Effet identitaires : atteinte aux qualits ducatives et prrogatives des parents Effets familiaux : protger la famille, le lien, lentente, la cohsion familiale - La solidarit familiale contre les effets de lindividualisation scolaire ngative =&gt; Stratgie de survie familiale </li> <li> Page 15 </li> <li> 15 IV- Rflexions finales </li> <li> Page 16 </li> <li> Les impasses dune politique de communication Enjeu de communication (de relation ) peut tre une impasse pour les acteurs scolaires et les parents - Du ct de lcole : Attentes, normes et modalits de relation ne peuvent sadresser toutes les familles : une partie des parents reste loigne - Du ct des familles : la demande des parents de milieux populaires nest pas de communication mais de pouvoir sen remettre une institution qui prcisment ne les solliciterait pas pour les tches scolaires. =&gt; Enjeu : non pas vouloir conformer les parents au rle de parents dlve (auquel ils ne peuvent accder), mais : - reconnatre ce dont ils sont capables et les considrer tels quils sont : parents rels - Questionner les normes et implicites de lcole : quels parents ? Pour parler de quoi ? ? - Repenser les modalits de la relation et la distribution des rles </li> <li> Page 17 </li> <li> Quelle complmentarit dans les rapports entre les familles et lcole ? Reconnatre la pluralit des formes dexpression et dimplication des parents Clarifier la division des rles et responsabilits Quelles attentes de part et dautres, comprises et acceptes ? Quels rles rellement accessibles pour les parents ? Quelles responsabilits des parents/ de lcole ? Des rgles explicites et partages Explicitation ncessaire Dans les quartiers populiares, une anticipation dans les relations linitiative de lcole Crer les conditions dune galit des places et des droits face lcole Diversification des modalits dchange et de communication (information) Introduire des mdiations et intermdiations Faciliter la mise en rseau des diffrents acteurs sur les territoires (recrer du lien et des collectifs) Innover et exprimenter </li> <li> Page 18 </li> <li> 18 Quelques rfrences bibliographiques Bouveau P., Cousin O., Favre J., Lcole face aux parents. Analyse dune pratique de mdiation, ESF, 1999 Dubet F. (dir.) Ecole, familles : le malentendu, textuel, 1997 Glasman D. Lcole hors lcole. Soutien scolaire et quartiers. ESF; 1992 Kherroubi M. (dir.) Des parents dans lcole. Ers, 2008. Lahire B., Tableaux de familles. Heurs et malheurs scolaires en milieux populaires. Gallimard/ Seuil, 1995 Prier P., Ecole et familles populaires. Sociologie dun diffrend, PUR, 2005 Prier P., Lordre scolaire ngoci. Parents, lves, professeurs dans les contextes difficiles, PUR, 2010 Terrail J.-P. (sd.), La scolarisation de la France, La dispute, 1997 Thin D., Quartiers populaires. Lcole et les familles. PUL, 1998 </li> </ul>