19ème siècle et Thérèse Raquin

  • Published on
    28-Nov-2015

  • View
    67

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Le XIXme sicle

    Contexte historique et littraire pour la lecture de Thrse Raquin

    Le passage du Pont-Neuf

    Dossier de cours

    CPLN-EPC 2LICA 2012/2013

  • 1

    Le XIXme sicle

    Le XIXme est le sicle qui connat un dveloppement sans prcdent dans lhistoire humaine, que ce soit sur le plan politique, social, conomique ou littraire. On y apprend la dmocratie, le libralisme conomique et politique, les droits sociaux. Les sciences et les techniques connaissent un dveloppement tonnant. Lcrivain quant lui entre en politique et le peuple dans la littrature.

    Paralllement ces volutions, le XIXme sicle va aussi tre le thtre dingalits sociales nouvelles. Le foss slargit entre la bourgeoisie et une nouvelle classe de travailleurs, les ouvriers dusine que lon appelle le proltariat, ouvrant la voie aux premires grandes revendications sociales et lavnement des grandes thories socialistes puis marxistes.

    Un climat politique instable

    La restauration La restauration dsigne le retour dun roi sur le trne de France aprs lpisode

    rvolutionnaire. On restaure le rgime monarchique. Le XIXme sicle est dabord, pour la France, un sicle de transition politique. Lchec de la

    Rvolution de 1789 est cuisant. En effet que reste-t-il des idaux de fraternit et dgalit prns par les Lumires durant le XVIIIme sicle ? Malgr une volont de mettre fin aux guerres et aux horreurs commises sous la monarchie, la Rvolution aboutit cependant sur un premier rgime de transition violent avec la Terreur, par crainte dune contre-rvolution. Cela continue par la cration du Premier Empire par Napolon Bonaparte et les conqutes sanglantes dans toute lEurope. Au terme de laventure napolonienne, la France finit par restaurer la monarchie en mettant Louis XVIII, frre de Louis XVI, sur le trne de France.

    Cette monarchie constitutionnelle et censitaire ne rpond pas vraiment aux aspirations des anciens rpublicains. Le sicle sera donc marqu par le mcontentement du peuple et les affrontements idologiques conduisant deux rvolutions : la premire en 1830, appele les Trois Glorieuses, qui loignera Charles X, successeur de Louis XVIII, du trne pour mettre sa place le duc dOrlans Louis Philippe 1er, son cousin.

    Tout au long du XIXme, la volont des peuples de se diriger eux-mmes et de smanciper des monarchies grandit dans toute lEurope. Cest la monte des nationalismes europens. Cette volont dmancipation va conduire, en 1848, un mouvement rvolutionnaire europen que lon appellera le Printemps des Peuples.

    Ce mouvement part de France, o les

    mauvaises rcoltes ont engendr la famine et eu des rpercussions sur la production industrielle. Le peuple a faim et manque demploi. A cela sajoute la politique royale de plus en plus autoritaire du roi Louis-Philippe 1er. Au dbut de lanne 1848, le roi fait interdire une runion de libraux et de rpublicains, ce qui conduit une nouvelle la rvolution qui influencera tous les mouvements rvolutionnaires europens.

    Malgr cette effervescence rvolutionnaire, aucune rpublique ne sera

    La Rpublique universelle, dmocratique et sociale, Frdric Sorrieu

  • 2

    durablement cre en Europe aprs le Printemps des Peuples. La Deuxime rpublique Proclame aprs la rvolution de 1848 et espre comme le renouveau politique et

    laboutissement de la Rvolution de 1789 (grce linstauration du suffrage universel, la libert de la presse et de runion), la Deuxime rpublique ne tardera pas devenir un rgime plus stricte, abolissant le suffrage universel en 1850. En effet, son gouvernement est confi des dputs conservateurs, effrays par la monte du socialisme et des revendications du peuple. Le nouveau prsident de la Rpublique depuis 1848, Louis Napolon Bonaparte, neveu de Napolon 1er, provoque un coup dEtat le 2 dcembre 1851 et se fait proclamer Empereur des franais sous le nom de Napolon III, pour asseoir symboliquement le retour la force du premier Empire.

    Le second Empire Le dbut de ce nouveau rgime constitutionnel est trs autoritaire. LEmpereur organise une

    forte rpression contre ses adversaires. Il muselle les hommes de lettres. Hugo part en exil Guernesey, une petite le anglaise au large des ctes de Normandie. Les tribunaux envoient les adversaires au bagne ou en dportation.

    La libert dexpression est abolie et limportance de la morale et de la religion est remise au centre des priorits de lEtat. Les crivains jugs immoraux sont condamns.

    Le rgime sadoucit partir de 1860 et devient plus souple afin de se rapproprier la popularit du peuple, ceci sans grand succs.

    LEurope est nouveau en crise pour plusieurs raisons politiques et religieuses. Les guerres en Italie autour du Vatican irritent les catholiques et le trait de libre-change avec lAngleterre irrite les capitalistes. De plus, la monte en puissance de la Prusse, qui est en train daccomplir son unification, inquite la France sa voisine. Les deux pays entrent en guerre en 1870 et la France est vaincue lors de la bataille de Sedan.

    En signant larmistice avec la Prusse et en proclamant la Troisime Rpublique, la France perd lAlsace et la Lorraine et est condamne payer de lourdes indemnits de guerre la Prusse. Ces conditions sont inacceptables pour la population parisienne qui, de mars mai 1871 tente de crer une rpublique autogre dans la capitale sur les bases des ides rvolutionnaires (abolition de la peine de mort, confiscation des biens du clergs, suffrage universel) cest la Commune de Paris, rprime dans le sang. Aprs ce terrible pisode, le rgime rpublicain simpose dfinitivement en 1875, aprs cinq annes de compromis entre monarchistes et rpublicains.

    La guerre franco-prussienne laisse un traumatisme fort dans la socit franaise du XIXme

    sicle. De nombreux crivains, depuis toujours opposs Napolon III comme Victor Hugo qui le mprisait, laissent des tmoignages crits qui dnoncent la violence de cette guerre, le malheur quelle a apport aux hommes et leur famille (Le Mal dArthur Rimbaud, voir textes annexes). La bourgeoisie, qui sest fortement enrichie sous le Second Empire, est galement de plus en plus critique. A linverse, la population ouvrire sest fortement appauvrie et

    Napolon III et Bismarck aprs la bataille de Sedan

  • 3

    la cration des premiers syndicats gnre un climat de tension entre le proltariat et la bourgeoisie.

    La socit du XIXme

    Le capitalisme et la bourgeoisie La nouvelle classe sociale montante et gagnante en ce XIXme sicle est la bourgeoisie. Les

    commerants, industriels et banquiers se sont enrichis grce lconomie librale prne ds le dbut du sicle. Cest le dbut du capitalisme. Le phnomne augmente avec lapparition des grands magasins, de la publicit et louverture de nouveaux marchs grce lexpansion coloniale de la France et des autres pays europens. La noblesse, qui ne travaille pas, sappauvrit ; cest la dcadence. Elle perd son pouvoir.

    Le peuple, quant lui, ne voit pas son sort samliorer : il na toujours pas de vritable droit de vote, il travaille toujours et gagne peu dargent. La misre ouvrire est un vivier dinspiration pour de nombreux auteurs comme Hugo avec Les Misrables, ou Zola et son clbre Germinal.

    Malgr labolition de lAncien Rgime, la socit idale voulue par les Lumires ne semble pas stre ralise.

    Lconomie librale cre une nouvelle population de travailleurs : le proltariat industriel.

    Etymologiquement, le mot proltaire dsigne un citoyen romain qui n'a que ses enfants (proles) comme richesse. C'est la dernire classe sociale. Mal paye, travaillant dans des conditions dsastreuses alors que les patrons amassent dimmenses fortunes, cette nouvelle classe sociale cherche sa place dans le sicle.

    La rflexion sur les conditions de travail des proltaires aboutit de nouvelles thories politiques : le socialisme, le marxisme, lanarchisme. Les crivains vont de plus en plus sintresser cette couche sociale dans laquelle ils trouveront les grandes ingalits de leur sicle.

    La place des crivains dans la vie publique Lcrivain devient un membre part entire de la vie publique et politique. Le pote

    Lamartine, par exemple, proclamera lavnement de la Deuxime Rpublique et sera ministre des affaires trangres pendant un temps. Victor Hugo sera engag toute sa vie diffrents niveaux (Libert littraire et de la presse) et pour diverses causes (Lutte contre la peine de mort, critique de la misre du peuple). Les crivains mnent des carrires politiques, fondent des journaux, dveloppent des thories politiques, dbattent entre eux, puisque tous les crivains nembrassent pas les ides rpublicaines. Hugo lui-mme fut un fervent royaliste durant sa jeunesse.

    Le journalisme prend une importance toute nouvelle par lequel lcrivain peut sexprimer sur la socit ou sur son art. La critique littraire prend de lessor et lactivit littraire, entre autres grce aux droits de proprit sur les uvres, est peu peu reconnue comme un travail srieux, malgr lattitude rserve, voire mprisante, de la bourgeoisie qui voit les crivains et les artistes comme des parasites sociaux.

    Les mangeurs de pommes de terre, Vincent Van Gogh, (1885)

  • 4

    Limportance de la science Grce aux nouvelles mthodes dexprimentation, le savoir scientifique prend une ampleur

    nouvelle. La fascination pour le progrs, qui dcoule du XVIIIme, est en vogue. Certains crivains comme Jules Verne se spcialisent dans la littrature dite danticipation (qui deviendra la science-fiction), imaginant, plus dun sicle avant linvention du sous-marin ou de la fuse lunaire, des aventures Vingt-mille lieues sous les mers ou des voyages de la Terre la Lune.

    Cest aussi le dbut dune pense positiviste, principalement dveloppe par le philosophe

    Auguste Comte qui postule que lhumain, laide de lesprit scientifique, va inexorablement se diriger vers une perfection de son tre et de sa socit.

    Lintrt pour lhistoire comme vritable science humaine, ainsi que les dbuts de larchologie, cre un nouveau regard du pass, de lantiquit grecque et romaine, mais aussi gyptienne suite au dchiffrage des hiroglyphes par Champollion en 1824. La religion et les thses bibliques sont remises en cause par la thorie de lvolution de lAnglais Charles Darwin. Cest un retour sur soi de lhomme par lhomme. On cherche comprendre do il vient et o il va. Les rponses ces questions ne sont dsormais plus cherches dans la religion mais bien dans la science et les savoirs amasss par le genre humain. Le romantisme

    Le Romantisme est un mouvement littraire qui prne de laisser largement place

    l'expression des sentiments et des sensations en abolissant les rgles strictes de la littrature classique. Il propose de jouer sur les contrastes, sur l'opposition du beau et du laid, du sublime et du grotesque. Il prconise la libert et le naturel en art. Le Romantisme s'exerce dans les romans, la posie, ainsi que le thtre.

    En raction aux progrs technologiques et limmobilisme social du peuple, certains crivains ressentent comme une sorte dangoisse existentielle. Dans tous ces changements historiques, lindividu existe-t-il encore ? Cest cette question que tente de rpondre la premire gnration dcrivains romantiques.

    Les origines du romantisme Le courant romantique apparat au cours du XVIIIme sicle en Grande-Bretagne et en

    Allemagne : Novalis (romantique allemand) en dfinit le programme ds 1798 :

    Le monde doit tre romantis. Ainsi on retrouvera le sens originel. [] Quand je donne aux choses communes un sens auguste, aux ralits habituelles un sens mystrieux, ce qui est connu la dignit de l'inconnu, au fini un air, un reflet, un clat d'infini : je les romantise. On remarque la volont de rendre mystrieux, de briser le connu, le scientifique. Le

    romantisme veut vritablement sopposer au courant positiviste rgnant et dshumanisant du progrs technologique et scientifique de ce dbut de sicle.

    Mais ce nest quau XIXme et principalement aprs 1820, avec Victor Hugo, que le courant

    prend une vritable importance en France, bien que lon puisse dj voir des formes de prromantisme avant la Rvolution chez certains auteurs en tat de rvolte mtaphysique et en recherche dune littrature nouvelle (Rousseau, Les Confessions : Jtouffe dans lunivers ).

  • 5

    Comme tout mouvement littraire, le romantisme sappuiera sur des manifestes qui tablissent sa doctrine et ses ambitions potiques. Deux manifestes sont indissociables du romantisme :

    1. Racine et Shakespeare de Stendhal:

    Stendhal prconise autant la libert politique que littraire. En 1824, dans le polmique Racine et Shakespeare, il dfend le romantique Shakespeare contre le classique Racine. Il est contre la tragdie classique. Il propose une dfinition du romantisme qu'il appelle Romanticisme . Cette dfinition met l'accent sur l'innovation absolue du romantisme et sur la concidence entre un mouvement littraire et son contexte historique.

    2. Prface de Cromwell de Victor Hugo Lincontournable et fondateur manifeste du mouvement romantique ! Dans la prface son

    drame, Hugo propose une histoire culturelle et esthtique o il met en avant, ct de la culture officielle, la permanence d'une contre-culture populaire, c'est--dire celle du grotesque incarn par des personnages secondaires comme Polichinelle, Sancho Pana, Sganarelle, Figaro. Le grotesque permet de jouer sur un effet de contraste, en opposition avec le sublime, ce qui est d'une infinie richesse. Paralllement, Victor Hugo dfinit une potique fonde sur le naturel, c'est--dire l'abandon d'un vers trop rigide, la recherche d'un lexique plus commun, le renoncement la rgle des trois units (temps/lieu/action). La pice Hernani, qui va crer un scandale connu sous le nom de Bataille dHernani, va montrer lampleur de l'opposition entre les romantiques et les classiques.

    Le mal du sicle ou Le Spleen Les crivains romantiques souffrent dune forme de mlancolie, dtouffement nomme Le

    mal du sicle . Cette ide, mise pour la premire fois par Chateaubriand (1768-1848) au tout dbut du XIXme, dcoule de la dsillusion et du manque de repres des crivains et de la jeunesse. Ce mal va prendre diffrents visages tout au long du sicle, partant du romantisme pour aboutir au ralisme, au naturalisme puis au symbolisme.

    Lassitude, souffrance physique, ennui et insatisfaction, cart subi entre la vigueur des dsirs et limpossibilit ou linefficacit de laction. La jeunesse est insatisfaite et dchire, vieille avant la vieillesse, dgote prmaturment de lexistence.

    Cette mlancolie qui touche les auteurs romantiques est communment appele le Spleen, mot anglais provenant du grec ancien spln qui signifie rate ou mauvaise humeur . En effet les Grecs, dans le cadre de la thorie des humeurs, pensaient que la rate dversait un fluide noir dans le corps : la bile noire, responsable de la mlancolie (melankhola) compos de mlas, noir et de khl, la bile . La surabondance de cette bile, scrte par la rate, provoquait, selon eux, la mlancolie.

    Le spleen devient une conception propre au romantisme franais. Chez les premiers romantiques, il dfinit plutt une sorte de malaise psychosomatique. A partir de Baudelaire, il exprime la souffrance dun individu non...

Recommended

View more >