Analyse et reflexion sur les marches exterieurs ?· Analyse etreflexion sur les marches exterieurs,…

  • Published on
    16-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • III

    Analyse et reflexion sur les marches exterieurs

    ,numero

  • I

    11

    46Accomex nO 105-106 - l'Afrique en mutation

    ~Investiren Afrique :une demarche strategique

    qui doit se preperer

    Questions a... Aloin raj"eh. PDG du groupe Mobilitas MOBILITAS

    le Groupe Mobiiitas s'est historiquement developpe sur le rnorche du demenciqernent international, devenant rapidementle leader frcncols et I'un des leaders mondiaux. Fondee en 1974, I'entreprise patrimoniale de taille lnterrnedlolre emploieaujourd'hui pres de 3 800 personnes dans le monde et representoit un chiffre d'affaires consollde de pres de 300 mil-

    lions d'euros en 2011.

    Depuis 38 ans, le groupe a etobll un reseou de 156 agences dans 78 pays reporties sur 3 continents (l'Europe, l'Asie etl'Afrique). Fort de ce succes, il a poursuivi sa croissance en integrant d'autres octivltes cornplementolres ou connexes Cl sonmetier d'origine.

    Aujourd'hui, Mobilitas regroupe les metiers suivants :~ Le dernenoqement international cl travers son reseou de filiales AGS et le reseou Laser~ Le demenoqement national par ses reseoux : les Demmageurs bretons et les agences Demenagerseul.com~ Le transfert d'entreprises avec Demepool~ La gestion d'archives avec Archiv System~ Le stockage et le garde-meubles avec, entre autres, Stockerseul.com~ L'accompagnement global de la mobillte des entreprises et des particuliers avec sa filiale CSE-Executive Relocations

    Fort de ses marques, chacune experte dans son domaine, le Groupe Mobilitas est aujourd'hui un acteur internationalmajeur du morche de la rnobilite et du service aux entre prises et Cl leurs salaries.

    Conscient de ses responsobllltes, le groupe aspire cl I'exernplorlte societcle. Ainsi, Mobilitas oete la premiere entreprisede dernenoqement cl odherer au Pacte Mondial des Nations Unies et aux dix grands principes universels qu'il promeut,scellant ainsi definitivement I'engagement de ses entreprises en faveur du developpernent durable et du concept de

    Responscblllte Sociale 'des Entreprises (RSE). DE!_rneme, afin de reduire son empreinte ecologique, Mobilitas ci lance enfevrier 2010 une lnltlotlve en'partenpri9f'; aves I'ONG Planete Urgenc~_afinde compenser I'impact environnementalinherent aux octlvlres des marques'AGS ~tArc~/v~System (materiaux d'emballage, emission de C02 pendant le trans-port), en plantant un arbre en Afrique ou en Asie pour cheque demennqement international realise et pour 15 cartons

    d'archives confles cl Archiv System. "

    Plus d'information,: htt~;!lww\V.mobili;as.org';"Co~,ti:ict./Els.9 Vallett;,'assistal1te d'AlainTa'ieb : elsa.vallette@mobilitas.org

    Pouvez-vous, en quelques mots, nous presenter votre cJeveloppement CsI'international ?

    " Le Groupe Mobilitas est une entreprise familiale creee en 1974 par Andre et SarahTaleb, mes parents. 11s'agissait principalement d'une TPME n'operant que sur le terri-toire francilien. Avec le temps, les experiences professionnelles se renforcant et desopportunites de rnarche se presentant, ce qui se limitait a l'epoque a des operationsclassiques de rnobillte interurbaine, a rapidement evolue vers une activite au position-nement international et outre-mer.

  • Questions Cl Alain Toieb, PDG de Mobilitas 47

    11Y a 30 ans, le groupe s'est tout d'abord interesse aux DOM TOM. Les liens entre laFrance et ses territoires d'outre-mer etant tres forts, mes parents ont decide de s'yinstaller en creant des filiales sur place. Nous etions les seuls a le faire. Cela nous a valude forts succes et I'acquisition d'une expertise indeniable en accompagnement a larnoblllte et en logistique de oernenagement,

    t'entreprise etant familiale, les enfants s'y sent impliques, apportant des idees et deshorizons nouveaux. lis ont ete des catalyseurs et une force complernentaire de proposi-tion importante dans les choix et I'expansion de I'entreprise. Partant de la, noussommes passes a I'international, sur la base du rnerne rnodele. Et des 1992, nous noussommes exportes sur le continent africain, puis en Asie, et au Moyen-Orient. Notre acti-vite hors France represents aujourd'hui deux tiers de notre chiffre d'affaires.

    38 ans apres notre creation, nous sommes le seul acteur francais du secteur dote d'unestrategle de developpement a I'international par I'ouverture de filiales. Avec pres de3800 collaborateurs, 156 implantations, et une presence dans 78 pays, notre presenceperenne a I'international nous permet de resister a la concurrence et aux lenteurseconorniques actuelles ".

    Pourquoi l'Afrique subsaharienne tient-elle une place de choix dans votre strategie de deve/oppement ?

    " Le groupe est, a travers toutes ses marques, lrnplante dans le monde entier. Nous avonsdes filiales dent 100 % du capital est detenu par la maison-mere (Mobilitas) sur 3 con-tinents dans 78 pays. Dans les pays ou nous ne sommes pas implantes, nous travaillonsavec des partenaires setectlonnes en fonction de leur qualite et experience.,

    Toutefois, il est vrai que nous affection nons tout particulierernent le continent africain.Continent du 21eme siecle, celui de tous les enjeux, l'Afrique rassemble 54 pays, et plusd'un milliard de personnes aujourd'hui, le double dans 20 ans. Beaucoup d'investis-sements, de projets y sont fait et s'y prepatent.

    Nous avons donc, il y a 20 ans, fait le choix d'investir sur un rnarche de consommation,qui a l'epoque representait deja de grandes opportunltes, et qui aujourd'hui est enpleine effervescence. Quand la plupart de nos concurrents pnvileglaient des strategiesdestinees aux pays developpes, nous faisions le contraire en nous interessant a despays ernergents,

    Les liens etroits qui existent entre la France et certainspays africains, Iq volonte d'ap-porter entiere satisfaction a nos clients et I'absence de partenaires solides 'en Afriqueoffrant qualite et experience a I'import et I'export, ont Me autant de raisons qui ontvalide notre choix. Nous sommes les seuls El avoir elabore une strategie panafricainevisant El couvrir I'ensemble du continent. Et rnatgre les mtempertes, les ralentissements,les dffficultes administratives lnherentes aux pays, nous sommes restes fldeles El notrestrategie de developpernent, Nous sommes actuellement presents dans 45' paysd'Afrique ".

    Enquoi votre implantation en Afrique a-t-elle ete plus ou moins facile que sur d'autres continents?

    " 11est extrernernent facile de s'implanter en Afrique. Les pays africains sont encore bientrop souvent decries pour leurs lourdeurs administratives et bureaucratiques. Or, celles-ci ne sont pas plus lrnportantes qu'en France! ,

    Limplantation sur le continent africain est un peu comme le mariage. La lune de mielest belle puis, les annees passant, des crises peuvent apparaitre, des moments plus oumains difficiles doivent etre traverses. Comme le dit l'adage : pour le meilleur et pour

  • II1

    48Accomex n 105-106 - L'Afrique en mutation

    le pire >I Et nul ne peut dire, d mariage et tout au long d'une vie, qu'il n'y a quele meilleur sans le pire. 11 donc acce ter le risque du pire et I'union paraTtra encoreplus belly,-20 ans plus rd r ".

    Ouverture de filio/es ou rochots d'entrepris s: comment determinez- ous votre type d'implantationdans les pays africains ?

    " 11nous a fallu acquerir de l'experlence s r le terrain, etablir des procedures et des reglesadaptees afin de perenniser nos affair, s.

    C'est avant tout le rnarche existant qui a determine notre politique de croissance externeou interne. En 2001, apres avoir attaque le marche est-africain quelques annees aupa-ravant, nous avons eu t'opportunite de racheter le groupe sud-africain Laser regroupantplusieurs marques. Le rnarche en Afrique du Sud etant deja un marche mature dansnotre secteur d'actlvite, s'y implanter en creation nous aurait pris des annees, Nousavons ainsi complete notre ouverture sur l'Afrique australe ...Le rachat de AAC Gabon (Archives Afrique consulting Gabon) nous a egalernent permisde nous positionner en Afrique de l'Ouest : nous avions besoin d'un leader, d'une filialephare pour notre projet archivage en Afrique. Le rachat d'une societe deja existante etsolide nous permettait d'enclencher le processus d'ouvertures de nouvelles filialespartout ailleurs ".

    Votre premiere implantation en Alrique date de 1992 i quel bilan tirez-vous de cette experiencepour votre activite ?

    " Un tres bon bilan !

    En Afrique, les richesses sont nombreuses, tant sur le plan econornique qu'humain. Lespays evoluent, les gens aussi. Les moyens de communication devenant de plus en plusaccessibles, les populations s'informent, s'eduquent, ont de I'ambition et sent volon-taires. Grace a leur dynamisme et a leur determination, nous nous sommes formes,avons beaucoup appris et sommes aujourd'hui detenteur d'une expertise qui fait denous le premier dernenageur du continent ".

    Etes-vous conlrontes Cl une concurrence locale dans votre secteur ?A la concurrence d'autres pays europeens ? De la Chine?

    " La concurrence venue de pays asiatiques, comme la Chine ou l'lnde, et de pays du Golfeest tres nette d'une maniere generale. Geographiquement parlant, ces pays sont bienpositionnes pour investir sur la cote est et sud-africaine. La Chine investit egalernentbeaucoup en Afrique centra le et en Afrique de l'Ouest ; elle etablit egalernent petit apetit des partenariats avec l'Europe. Mais tous ces pays sent principalement attires parles grands projets d'investissement que I'on retrouve dans les secteurs des hydro-carbures, des telecommunications ou de la construction.

    Dans notre secteur d'actlvlte, nous ne ressentons pas encore leur concurrence ou, dumoins, nous ne la subissons, pas. Mais nous avons des concurrents. Certains grandsgroupes ont affiche la volonte de s'installer en Afrique mais s'attaquent d'abord auxpays les plus porteurs. Cela nous motive plus que jamais a pousser notre qualite deservice a son plus haut niveau. Sans cette concurrence, nous ne serions sCirement pasla ou nous en sommes aujourd'hui. C'est la concurrence, la cornpetitivite, la combativ-lte qui nous permettent d'avancer ".

  • Questions 0 ... Aloin Toieb, PDG de Mobilitas

    r49

    mz z::xrm 'Tea-UWE =nrc=r !iJY'1"fi""fV'

    Certification de vos activites, actions en faveur cle I'environnement :cles armes pour conserver de I'avance lace Cl la concurrence?

    " Des convictions surtout. Mon groupe a, depuis ses debuts, ete une entreprise citoyenne,responsable et soucieuse de son environnement actuel et futuro En tant que leader dudernenagement dans un secteur tres consommateur de papiers, cartons, emballages etsurtout de petrole, nous avons clairement un role El jouer en rnatiere environnementalainsi que dans la diffusion de bonnes pratiques. C'est aussi dans un merne souci desolidarite que nous defendons le programme des volontaires internationaux, qui pe utetre un ban moyen de soutenir I'implantation d'autres PME francaises El l'etranger,

    Ce qui est tndeniable, c'est la dernarche gagnant-gagnant que cela represents : la RSEest le fer de lance des entreprises europeennes en Afrique, ce qui nous dlfterencleradicalement des entreprises chinoises qui, pour la plupart, n'en ont pas ".

    Les tensions politiques et/ou les clivergences entre pays sur ce continent vous ont-elles concluit,au cours cle toutes ces annees, Cl reorienter vos investissements ?

    " La force de toute entreprise reside dans sa capacite El revoir sa strategie quand les con-ditions I'imposent.

    Dans certains cas, nous n'avons pas eu le choix. Nous avons essuye des revers commeen Ethiople, pays tres ferrne aux investissements etrangers, Cela nous a contraints El fer-mer notre filiale apres El peine un an d'existence.

    Notre ambition n'en reste pas moins entiere et nous projetons d'etre la premiere orga-nisation au monde El pouvoir dire, El f'horizon fin 2016, que nous sommes implantesdans les 54 pays de ce fascinant continent. Vouloir etre present et vouloir y rester oblig-ent El faire des concessions, a revisiter parfois sa strategie et El prendre le temps detrouver les clefs qui ouvrent les bonnes partes d'entree ".

    S'i/ vous lallait cleterminer les 4 ou 5 pays d'Alrique les plus porteurs pour les prochaines enneespour les entreprises fran~aises, lesque/s retiendriez-vous et pourquoi ?

    " Difficile question, car il yen a beaucoup plus de 4 ou 5 qui sent porteurs d'avenir !

    11 faut egalernent slgnaler que les reseaux de communication se developpent enorrne-ment sur I'ensemble du continent, ce qui permettra de relier tous les pays les uns auxautres. Les partenariats Sud-Sud sont eux aussi un vecteur de croissance : les regiona-lisations se multipliant, c'est la creation de zones de libre-echanges qui s'intensifie.

    Notre entreprise a donc vite compris qu'il fallait franchir toutes les frontieres, qu'ellessoient geographiques, historiques ou linguistiques. La presence de la France ne peutetre limltee El l'Afrique francophone. C'est justement parce que le savoir-faire francaisest mondialement reconnu que nous devons pouvoir I'exporter encore mieux dans lespays non francophones. C'est ce que nous avons fait avec succes ".

    Face Cl que/s risques metfriez-vous en garde une PME Iran~aise qui souhaite travail/er en Afrique ?Que/s conseils lui donneriez-vous ?

    " Notre groups est une ETI (ancienne PME) disposant des moyens d'une ET!. Grace ausoutien financier d'entites comme OSEO ou Proparco, nous avons investi certains denos capitaux El I'etranger. Aujourd'hui, le resultat est que nous souffrons beaucoupmoins de la crise qu'une PME ou ETI circonscrite au territoire francais, En Afrique, nos

  • I1

    50 Accomex n" 105-106 - L'Afrique en mutation

    resultats sent bons dans la rnajorite de nos implantations. C'est ce qui fait notre forceet nous permet de resister.

    Des moyens existent pour aider cette internationalisation: la formule VIE (volontariatinternational en entreprise) en est un parmi d'autres. Celle-ci facilite I'implantation, maispropose aussi a des entreprises francaises deja sur place d'accueillir des VIEen portagepour aider les entre prises ne disposant pas d'infrastructures a l'etranger a s'exporter.

    C'est en ce sens que je conseillerais a des PME francaises de se rapprocher d'orga-nismes institutionnels, tel que le Comit Afrique-France de la CCI Paris I/e-de-France,Ubifrance ou le ClAN, qui conseillent, aident chaque fois que faire se peut, et accompa-gnent les entre prises francaises dims leurs dernarches et resolutions de problernes.

    Nous avons, nous aussi, commence comme cela, en nous rapprochant d'organisrnes desoutien, et nous avons grandi a leurs cotes ".

    Interview realisee par Sandrine Rol & Ousmane Seck, le 26 ocfobre 2012

    I'