Antibiotiques, antibiorésistance et environnement des ... ?· relation avec les résistances aux antibiotiques…

  • Published on
    11-Sep-2018

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Ordre du jour de la sance penta-acadmique 2016.06.15 VF3

    Antibiotiques, antibiorsistance et environnement : des raisons desprer !

    Sance thmatique penta-acadmique

    Avec la participation

    de lAcadmie dAgriculture de France,

    de lAcadmie Nationale de Chirurgie Dentaire

    de lAcadmie nationale de mdecine

    de lAcadmie nationale de Pharmacie

    de lAcadmie Vtrinaire de France

    Sous le Haut-Patronage de Madame la Ministre de lEnvironnement, de lnergie et de la Mer, Sgolne ROYAL

    Sous le Haut-Patronage de Madame la Ministre des Affaires Sociales et de la Sant, Marisol TOURAINE

    Sous le Haut-Patronage de Monsieur le Ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la fort, Stphane LE FOLL

    Sous le Haut-Patronage de Monsieur le Secrtaire dtat pour lEnseignement et la Recherche, Thierry MANDON

    Mercredi 15 juin 2016 9h00

    Institut Curie, Paris 12 rue Lhomond 75005

    RER B (arrt Luxembourg)

    Mtro ligne 10 (Cardinal Lemoine) ; ligne 7 (Place Monge)

    Autobus lignes 21, 27(Saint-Jacques-Gay-Lussac), 84, 89 (Mairie du 5e-Panthon)

    Parking Rue Soufflot

  • Ordre du jour de la sance penta-acadmique 2016.06.15 VF3

    PROGRAMME

    Matine

    - Accueil partir de 8h30

    - 9h00-9h15 : Discours introductif de Claude MONNERET au nom des cinq Acadmies

    - 9h15-9h30 : Ouverture par Christian BRUN-BUISSON, Dlgu interministriel lAntibiorsistance

    1RE SESSION

    ANTIBIORSISTANCE ET ENVIRONNEMENT

    Modrateurs : Pierre BGU (Anm) et Arlette LAVAL (AAF)

    - 9h30-9h50 : Fabienne PETIT Vulnrabilit des environnements aquatiques la contamination par des bactries

    antibiorsistantes

    La contamination des eaux par les antibiotiques et les bactries antibiorsistantes est une problmatique

    dcologie et de sant publique. Un des enjeux majeurs des prochaines dcennies sera dvaluer la

    vulnrabilit microbiologique mais aussi la capacit de rsilience des eaux la contamination des

    germes fcaux qui, dans les pays industrialiss saccompagne dune contamination par des molcules

    mdicamenteuses, commencer par les antibiotiques, prescrites en mdecine humaine ou vtrinaire.

    Dans ce contexte, il est important dtudier finement la relation entre la prescription en antibiotiques,

    loccurrence de bactries antibiorsistantes (Escherichia coli, Enterococcus) et de molcules

    antibiotiques dans leau, lchelle dun continuum entre un site trs contamin, savoir un centre

    hospitalier station de traitement des eaux uses rivire. Dans une tude rcente, les rsultats

    montrent que dans leau les antibiotiques les plus persistants sont prsents, et quil nexiste pas de

    relation avec les rsistances aux antibiotiques des souches isoles dans ce mme environnement. Alors

    que les pnicillines sont majoritairement prescrites, seuls les antibiotiques les plus stables sont dtects

    (fluoroquinolones, sulfamides, macrolides), mais leurs concentrations restent trop faibles, de lordre du

    ng/L pour exercer une pression de slection sur les microorganismes. Le long du continuum, le nombre

    de souches hospitalires porteuses de supports gntiques impliqus dans lantibiorsistance (intgrons

    de classe 1 chez E. coli, gne erm(B) et complexe clonal CC17 chez E. faecium) dcroit le long du

    continuum au profit de souches mieux adaptes lenvironnement. Les estuaires constituent un milieu

    particulier, dont les sdiments sont exposs de faon chronique de multiples contaminants chimiques,

    dont les antibiotiques, auxquels sajoutent des apports en bactries rsistantes. Ce sont, de ce fait, des

    environnements vulnrables, dautant plus quils sont proches des sources de contamination (STEP,

    rejet hospitalier, rejet industriel ou pisciculture). Lenrichissement du rsistome bactrien des sdiments

    en gnes de rsistance dans un environnement o des concentrations subinhibitrices en antibiotiques

    pourraient tre atteintes rend ce compartiment propice la dissmination de gnes de rsistance au sein

    des communauts microbiennes.

    - 9h50-10h10 : Christophe DAGOT valuation dactivits anthropiques sur la dissmination de lantibiorsistance dans

    lenvironnement UMR Inserm 1092, Universit de Limoges, 87000 Limoges

    Lantibiothrapie a permis de faire grandement reculer la mortalit lie aux maladies infectieuses

    bactriennes et contribuer la prservation de la sant. La face ngative de ce progrs sanitaire est

    lapparition croissante de bactries rsistances et multirsistantes du fait dune utilisation massive et

    rpte de ces molcules. Les consquences de cette (multi) rsistance sont considres comme

    dramatiques aussi bien dun point de vue mdical (baisse de lefficacit de lantibiothrapie,

    augmentation de la mortalit), quconomique (cout des soins et de la recherche) et social (ingalit

    nord/sud). Lanalyse globale des flux de mdicaments, dont les antibiotiques et des rsistances

    susceptibles dy tre lis, de leur production jusquau rejet dans les matrices environnementales,

    montrent la complexit actuelle du systme de dissmination lie lactivit humaine : production

    industrielle, centre de soins, activit vtrinaire, levage, ). Cela soulve de nombreuses questions

  • Ordre du jour de la sance penta-acadmique 2016.06.15 VF3

    mthodologiques pour arriver une analyse systmique de cette problmatique dont lissue doit tre une

    capacit dfinir une analyse des risques rigoureuse aboutissant la mise en place de mesures

    (multiples) de prservation de la qualit des soins et de la sant.

    Ainsi la lutte contre lantibiorsistance se dcloisonne pour apprhender le problme et les solutions

    dans leur globalit, associant diffrentes spcialits : mdicales, hospitalires, environnementales,

    biologie molculaire et bioinformatiques, procds, spcialistes du risques, mais aussi sociologues,

    parties prenantes, dcideurs. De nouveaux outils ont t dvelopps issus des avancs et des baisses des

    cots en biologie molculaire permettant une exploitation (trs) fine des bactries, des gnes, de leur

    expressions, de leur transfert.

    Le modle intgrons fait partie de ces nouveaux outils, prsentant lavantage dtre, dans une premire

    analyse, une sorte dindicateur de rsistance et de tracer de manire quantitative une dissmination

    globale de rsistance dans le tissus urbains et les matrices environnementales. Ainsi le suivi des

    intgrons de rsistance de classe 1, 2 et 3 (IMR) a t men sur le site Pilote de SIPIBEL, sur diffrents

    tablissements de soin lchelle europenne, sur des technologies de traitement avanc, sur le milieu

    naturel, dans des sols.

    Les rsultats, prsents, ont montr une concentration leve et la diversit des micro-organismes dans

    des chantillons des effluents hospitalier, avec une prvalence leve dIMR et une omniprsence de

    ces lments avec une prvalence leve dans les eaux uses.

    La standardisation des mthodes dvaluation, limportance des bilans quantitatifs et qualitatifs, la

    comprhension des mcanismes dexpression et de transmission des gnes dans les systmes

    anthropiss, lexploitation des rsultats en terme dvaluation des risques, limportance du quadrillage

    du territoire, voire des pays, en site pilote afin de rcolter des donnes en terme dobservatoire, sont

    autant de pistes indispensables la connaissance et la matrise de mcanismes de rsistances. 10h10-

    10h10 - 10h20 : Questions sur les deux exposs

    Pause-caf : 25 mn

    2ME SESSION

    ANTIBIOTIQUES ET RSISTANCE AUX ANTIBIOTIQUES DANS LES EFFLUENTS DLEVAGES

    Modrateurs : Pierre BGU (Anm) et Arlette LAVAL (AAF)

    - 10h55-11h15 : Isabelle KEMPF, ANSES (Agence Nationale de Scurit Sanitaire de lalimentation, de lenvironnement et de la sant au travail) - Laboratoire de Ploufragan

    Prsence des bactries rsistantes et gnes de rsistance dans les effluents dlevage

    Les animaux peuvent tre porteurs de bactries pathognes, zoonotiques (Salmonella,

    Campylobacter) ou commensales (Escherichia coli, Enterococcus) rsistantes aux antibiotiques.

    Le microbiote intestinal joue vraisemblablement un rle majeur dans la dissmination de

    lantibiorsistance de lanimal vers lenvironnement. En effet, les matires fcales contiennent les

    bactries rsistantes, les gnes de rsistance et leurs supports gntiques (plasmides par exemple) ainsi

    que parfois des antibiotiques ou leur rsidus. Ces matires fcales peuvent tre pandues dans

    lenvironnement soit directement (pturages, pandages sans stockage) ou aprs stockage, compostage

    ou autres traitements des fumiers et lisiers. Au cours de lexpos, nous dcrirons la slection, la

    diffusion et la persistance des bactries rsistantes dans la flore intestinale des animaux de rente, ainsi

    que la prvalence en France ou en Europe des rsistances les plus proccupantes pour la sant publique

    ou vtrinaire. Quelques donnes prliminaires concernant lutilisation des antibiotiques en pisciculture

    et lantibiorsistance dans lenvironnement aquatique en France seront galement prsentes. La

    rduction de lutilisation des antibiotiques chez lanimal couple des mthodes adaptes de traitement

    des effluents dlevage doivent permettre de rduire la diffusion de lantibiorsistance vers

    lenvironnement.

  • Ordre du jour de la sance penta-acadmique 2016.06.15 VF3

    - 11h15-11h35 : Dominique PATUREAU, Directeur de recherche, Laboratoire de Biotechnologie de lenvironnement, INRA LBE

    Prsence des antibiotiques dans les effluents dlevage et leur devenir au cours du

    compostage et de la mthanisation

    Les effluents dlevage sont reconnus pour contenir de nombreux antibiotiques. Y sont quantifies les 4

    grandes catgories dantibiotiques, macrolides, fluoroquinolones, sulfamides et ttracyclines dans des

    gammes allant du g au g/kg de matire sche. Cette forte dispersion des donnes est lie aux usages

    trs variables dun pays lautre. Lessentiel des donnes concerne les effluents porcins, bovins et

    avicoles. La plupart des tudes porte sur la quantification des antibiotiques dans ces effluents traits ou

    non et rares sont celles qui tudient leur devenir au cours des traitements, voir mme pendant leur

    stockage. Dans ces tudes sur le devenir, souvent ralises en laboratoire, les antibiotiques sont ajouts

    dans les effluents (parfois des teneurs trs leves) afin de tester la fois leffet des antibiotiques sur

    les procds et leffet des procds sur le devenir des molcules. Cependant, la faon de quantifier les

    pertes au cours des procds nest pas uniforme dun article lautre (abattement en concentration par

    litre ou par kg de matire sche ne tenant pas compte de lvolution de cette dernire, considration de

    la teneur dans la phase aqueuse et non phases aqueuse et particulaire) rendant les comparaisons

    difficiles. Aussi une disparition des molcules cache une diversit de mcanismes peu souvent

    identifis ; en effet ces molcules peuvent tre minralise ou simplement transformes en mtabolites

    (parfois identifis) mais aussi certaines molcules peuvent formes des rsidus lis les rendant

    inextractibles ; ainsi les pertes quantifies sont des pertes apparentes. Ainsi, la digestion anarobie

    permet des abattements trs variables de 0 100% dpendant des molcules tandis que le compostage

    (avec ses conditions arobies couples des tempratures thermophiles) semble tre plus efficace

    rduire la concentration en antibiotiques extractibles.

    - 11h35-11h55 : Anne-Marie POURCHER, Irstea, UR OPAALE, 17, avenue de Cucill- 35044 RENNES Cedex

    Devenir des bactries rsistantes et gnes de rsistance au cours du compostage et de la

    mthanisation

    Les lisiers, les fumiers et les litires des animaux dlevage sont le plus souvent stocks avant pandage.

    Ils peuvent galement tre traits afin damliorer leur capacit amendante (compostage) ou pour

    produire de lnergie (mthanisation). Parce quils combinent une forte densit bactrienne et des

    concentrations en antibiotiques susceptibles dinduire une rsistance, les effluents dlevages

    reprsentent des environnements favorables au maintien et la dissmination des gnes de rsistance.

    Leur stockage nimpacte pas ou peu les teneurs en gnes de rsistance aux antibiotiques. Grce

    laugmentation significative de la temprature, le compostage parat plus efficace que le simple

    stockage pour rduire les teneurs en gnes de rsistance. Cependant, les rsultats des tudes divergent

    selon les gnes cibls et le compostage ne conduit pas systmatiquement une diminution des gnes de

    rsistance aux antibiotiques. Il a t observ un faible impact de la digestion anarobie msophile sur

    lantibiorsistance mais, en raison du manque de donnes disponibles, de la complexit des facteurs

    intervenant dans la mthanisation et de la variabilit des conditions dexprimentation, il est difficile

    destimer clairement limpact de ce procd. Il ressort nanmoins des tudes que le mode de gestion de

    la mthanisation (thermophile vs msophile, charge organique, ) joue un rle sur la diminution des

    teneurs en bactries rsistantes.

    11h55-12h15 : Questions sur les trois exposs

    Djeuner libre 12h15 14h00

  • Ordre du jour de la sance penta-acadmique 2016.06.15 VF3

    Aprs-midi

    3ME SESSION

    CONTOURNER LANTIBIORSISTANCE

    Modrateurs : Claude MONNERET (AnP) et Alain PHILIPPON (AVF)

    Les pistes pour contourner lantibiothrapie

    - 14h00- 14h15 : Arlette LAVAL Professeur mrite ONIRIS, Ecole Nationale Vtrinaire, Agroalimentaire et de lAlimentation Nantes Atlantique, membre correspondant national de

    lAcadmie dAgriculture de France

    Ne plus utiliser dantibiotiques en mdecine vtrinaire ? Une spirale vertueuse !

    La maitrise de lantibiorsistance en mdecine vtrinaire passe par la rduction de leur usage et

    loptimisation des mthodes de traitement. La mise en place du plan Ecoantibio 2017 par le Ministre

    de lAgriculture, qui prvoit une rduction de leur usage de 25% en 5 ans donne des rsultats trs

    encourageants. Comment expliquer linstauration de cette spirale vertueuse ?

    La volont publique est importante en toile de fond mais elle naurait pas suffi si les leveurs et les

    vtrinaires navaient pas adhr la dmarche. Sachant que la rduction de la rsistance suit la

    rduction des consommations, lide gnrale est de rduire les quantits consommes, tout en

    appliquant de bonnes pratiques thrapeutiques car il est hors de question de laisser les animaux malades

    sans traitement.

    Dans les faits, tout a dbut avec labandon des antibiotiques facteurs de croissance, dfinitif au 1er

    janvier 2006. Le dernier rapport de lANSES prconise la fin de leur usage titre strictement prventif,

    en particulier sous forme daliments mdicamenteux, pour les remplacer par des traitements individuels

    ou des traitements collectifs courts, administrs dans leau de boisson. La dmarche est dores et dj

    engage. Les antibiotiques critiques ne peuvent plus tre utiliss que dans des conditions strictes qui

    vont considrablement rduire leur utilisation.

    Dans les levages contamins, les produits pouvant tre utiliss comme une alternative aux

    antibiotiques associs des mesures dittiques qui ne cessent de samliorer, constituent aussi une

    approche intressante. Surtout, le contrle des infections doit faire une large part la vaccination.

    Lhistoire des infections rcentes bactriennes et virales montrent que lorsque les vaccins sont efficaces

    et correctement ut...

Recommended

View more >