Antonio GAUDI : Park Gull Lieu : Barcelone de l’ancienne, un grand parc urbain sera cr Gaudi crera des immeubles collectifs, des maisons de rapport pour une clientle populaire, des immeubles plus rsidentiels, des glises,

  • Published on
    30-Mar-2018

  • View
    214

  • Download
    2

Embed Size (px)

Transcript

  • Antonio GAUDI : Park Gull Lieu : Barcelone

    Construction : de 1900 1914 BARCELONA :

    La ville de Barcelone est intimement lie au travail de Gaudi. Du dernier tiers du XIXme jusqu la seconde dcennie du XXme, son travail va se dvelopper en plusieurs points de la ville. Lexpansion phnomnale de la ville au cours du XIXme qui dbuta par la destruction de ses remparts historiques pour permettre son expansion. La ville a dcupl sa superficie durant ces annes, il faut la voir donc comme un immense chantier dont le travail de Gaudi nest quun des aspects. La population quadrupla de 1850 1900. Fabriques, usines se sont dveloppes dans des quartiers limitrophes du centre-ville suite la dmolition du mur denceinte initial. Il fallut repenser lorganisation des btiments de services, des monuments, des btiments publics dans le but de donner la ville limage et la reprsentativit quelle se devait dadopter. Tous les aspects de la ville sont modifis, le port et le front de mer, le tissu de ruelles du centre-ville, la forteresse de lancienne citadelle. De larges voies rectilignes vont traverser le tissu urbain sinueux de lancienne, un grand parc urbain sera cr Gaudi crera des immeubles collectifs, des maisons de rapport pour une clientle populaire, des immeubles plus rsidentiels, des glises, collges, lotissements industriels et les toutes nouvelles cits-jardins. Limage de cette ville est bien videmment politique, elle est celle dune nouvelle classe sociale dindustriels et de chefs dentreprises qui revendiquent une autonomie qui est conomique mais aussi idologique avec laffirmation dune rgion : la Catalogne. Lart, larchitecture et la culture vont donc tre mis au service de cette nouvelle image, idale, dune cit moderne et puissante.

    LOMBRE DUN DOUTE : Cet enthousiasme et ce dsir daffirmer haut et fort un nouveau pouvoir ne sera pas ncessairement suivi par les artistes qui regardent dun il sceptique ce dveloppement intempestif du progrs, qui nest pas particulirement bien partag et qui gnre nombre dinquitudes. Lart du tournant du sicle est emprunt de symbolisme, marqu par divers courants intellectuels qui se mfient du progrs et accordent la nature une place fantasme mais salvatrice. Cest le cas de lArt Nouveau, dclin suivant les pays en

  • divers noms regroupant globalement les mmes aspirations. Laffirmation dun caractre stylistique glorifiant un net accent fminin, floral, vgtal, lvocation plus ou moins fantastique de figures animales, va se retrouver de Klimt Gaudi ou Guimard, de Vienne , Barcelone et Paris. Le monde fantastique, les rfrences aux bestiaires du Moyen-ge, les rfrences au style gothique, lui-mme trs port sur lvocation du pouvoir de la Nature, de ses lignes structurelles, et par lutilisation ornementale de ses nombreux motifs, vont se diffuser de manire internationale dans larchitecture (Horta, Guimard, Gaudi) comme la dcoration, lart des jardins ou le mobilier urbain (Hector Guimard et ses bouches de mtro), la joaillerie (bijoux Lalique) ou lartisanat de luxe (vases Gall). Cette expression dun fantasme li la vitalit suggestive de la nature, sa force cratrice, sa souplesse est en opposition assez nette avec les signes conqurants dune industrie juge brutale, masculine, sombre et rigide. Ces caractres masculins et fminins peuvent paratre spars de manire simpliste mais prvalaient bien dans lesprit de lpoque.

    LE CAS DU PARC GUELL : Gull tait un industriel fortun qui aprs un sjour Londres est revenu Barcelone avec en tte ce rve des Cits-Jardins, des parcs rsidentiels mlant nature et culture au sein des grandes mtropoles. Le projet Barcelone dbuta en 1900 sous la direction de Gaudi, mais la troisime et dernire tape de son expansion fut abandonne faute dacheteurs sur les parcelles de terrain juges trop loignes du centre. Une maison fur construite pour Gull, une pour Gaudi et une dernire pour un avocat, et ce fut hlas tout. Ce projet utopique est donc galement un chec lpoque. En 1922, la municipalit rachte lensemble et le rend parc public, lui donnant sa rputation mondiale.

    LIDEE DUN ART TOTAL :

    Le XIXme sicle, marqu par le poids devenu insupportable de lacadmie, voit de nombreuses ractions artistiques se dmarquer et donner naissance un art moderne, inventif, puisant ses sources ailleurs que dans les rfrences obliges lart romain et grec antiques. La hirarchisation des mtiers, des genres, des styles est galement pesante pour des artistes qui rvent dune certaine universalit, dun art sans frontires ni barrires, dun langage

  • autonome et qui valorise les sens, stimule limaginaire et nest pas ncessairement destin aux muses La tradition exigeait une stricte sparation des corps de mtiers, larchitecte, lingnieur, le dcorateur Ces limites bridaient limaginaire et la libert dexpression de faon excessive et produisait des uvres strotypes, trop prvisibles, impersonnelles. Gaudi, la manire dHector Guimard Paris, va runir des corps de mtiers et valoriser de faon spectaculaire des matriaux jugs quelconques, les dtourner (la cramique brise, les rebuts), donnant la dimension dcorative une toute autre expression. Lart devient plus insaisissable, se diffuse, envahit les espaces publics, balaie les codes tablis, lordre et la hirarchie des styles imposs par lacadmie. (On comprend mieux pourquoi Guimard fut accus de vouloir pervertir et corrompre Paris) Le travail du fer forg, de lmail, de la cramique, de la mosaque, du vitrail est lhonneur dans les ralisations de Gaudi comme dans celles dHorta Bruxelles et de Guimard Paris. Lide dun art total voit le jour, dun art qui intgre lartisanat et ses multiples corps de mtiers, son savoir-faire et lutilise pour mlanger les genres et produire quelque chose dindit. Cette forme de relative folie , est pense comme un drglement sensoriel, une perte de repres et de logique traditionnelle. Les potes surralistes adoreront cette expression juge dcadente par dautres, peu rationnelle et franchement fantastique. LE PARC : Mur denceinte lentre, recouvert de cramiques, pavillons sur les extrmits, grand escalier monumental donnant accs une salle dite des cent colonnes (86 en fait, soutenant de nombreuses coupoles dcores de morceaux de cramique, de tessons de bouteille) mais aussi un thtre dinspiration grecque, fontaine, grotte et colonne ponctuent cet ensemble de repres qui reprsentent bien lide que lon se fait dun parc destin la reprsentation dune certaine ide de la culture et de lagrment, des loisirs, de la culture et de son rapport lhistoire et la nature. La premire fontaine est compose de sortes de troncs et de racines entre lesquels de leau ruisselle Du point de vue ornemental, un mdaillon tte de serpent, et lune des figures emblmatiques du parK (avec un K voulu langlaise) un dragon du parK GELL, dragon ou iguane imposant recouvert de cramique jaune et bleu. Des chemins couverts ondulent et serpentent pour se rejoindre Jardinires en forme de palmier, recouvertes elles-aussi de cramique

  • brise et trs colores. Des viaducs traversent le par cet alimentent en eau les plantations, des abris, des bancs conus pour jouir de lombre en t et bnficier du soleil en hiverUn calvaire (vocation du mont Golgotha et des trois croix de la crucifixion) aux allures franchement prhistoriques rappelant les tombeaux de Minorque La dimension fantastique, frique du parc dont les rfrences, il faut insister sur ce point, ne sont plus lHistoire avec un grand H, mais un monde imaginaire sera reprise jusquau genre du parc dattraction voulut par Disney en Floride. Mais Barcelone, lentreprise du Comte Gull ntait pas totalement dsintresse, loin de l mme : il envisageait bien de faire de ce parc, un cadre rsidentiel, la manire des Cits-Jardins anglaises, mettant en application les rgles de lhyginisme la mode et sassurant la promotion du ciment quil fabriquait.

Recommended

View more >