Appropriation des réseaux sociaux numériques et ... ?· Appropriation des réseaux sociaux numériques…

  • Published on
    10-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Ludovia 2015 Appropriation des RSN et comptences mdiatiques - 1

    Appropriation des rseaux sociaux numriques et comptences mdiatiques

    Anne-Sophie COLLARD CRIDS (Centre de Recherche en Information, Droit et Socit) Universit de Namur Sciences de linformation et de la communication anne-sophie.collard@unamur.be

    Jerry JACQUES GReMS (Groupe de Recherche en Mdiation des Savoirs) Universit catholique de Louvain (UCL) Sciences de linformation et de la communication jerry.jacques@uclouvain.be

    MOTS-CLES : Littratie numrique et mdiatique, comptence, usage, reprsentation sociale, rseaux sociaux numriques, approche socio-cognitive

    RESUME : Le partage dinformations personnelles via les rseaux sociaux numriques (RSN) constitue pour leurs usagers un moyen dexpression privilgi. Les comptences mdiatiques quils dveloppent au cours de leurs pratiques informationnelles jouent un rle dans leur appropriation de ces dispositifs socio-techniques. Lobjectif de cet article est de proposer une analyse de la dimension sociale de ces comptences. En particulier, il sintresse au rle des reprsentations sociales dans le dveloppement des usages des RSN et leur influence sur la mobilisation des comptences mdiatiques. Lanalyse dune srie dinterviews ralises avec des tudiants illustre les tensions cres par les diffrentes reprsentations sociales quils possdent, et les bricolages mis en place pour tenter de faire face ces tensions.

    INTRODUCTION Les pratiques sociales contemporaines de publication dinformations inscrivent le partage dinformations personnelles au cur des usages des rseaux sociaux numriques (RSN), soulevant des questions sur la manire dont ces donnes sont publies et sur la manire dont elles mettent en jeu les identits des usagers. Ces lieux de publication en ligne soutiennent lexpression de soi mais aussi de diffrentes formes de sociabilit travers lesquelles les usagers organisent ou saccommodent des relations quils y dveloppent. Lobservation de ces pratiques rvle des formes dappropriation des RSN mettant en vidence une autonomisation des usagers, cest--dire la manire dont ils dfinissent eux-mmes leurs propres usages dans le cadre de leurs pratiques informationnelles (Andonova, 2004). Cette autonomisation est soutenue par les comptences numriques et mdiatiques quils peuvent mobiliser (Jenkins et al., 2006 ; Fastrez, 2010), comptences qui se manifestent

  • Ludovia 2015 Appropriation des RSN et comptences mdiatiques - 2

    dans la capacit grer ses relations, organiser ses informations, valuer lopportunit de publier des informations personnelles, etc. Lautonomie des usagers relve dun processus dappropriation individuelle mais elle est aussi dpendante de leur capital social et culturel (Bourdeloie, 2012), de leurs identits, de leurs appartenances, de leurs perceptions, et des dispositions qui structurent leur relation au monde (Denoul et Granjon, 2011). En particulier, les usagers projettent sur les rseaux sociaux des reprsentations sociales provenant du discours social vhicul par les institutions denseignement, les collgues, les amis, les membres de la famille, les mdias, etc. En introduisant la notion de reprsentation sociale, nous souhaitons interroger le rle que joue le contexte social dans la mobilisation des comptences des usagers des RSN et dans llaboration de leurs usages. Notre hypothse est que lusager mobilise des comptences et dveloppe, ou plutt bricole, des usages en fonction dun jeu de tension et darticulation entre diffrentes reprsentations sociales, comprenant des normes et des valeurs socialement construites. Lobjectif de cette contribution est de proposer une analyse des relations entre reprsentations sociales, comptences et usages, dans le cadre des pratiques de publication dinformations sur les RSN. Le modle thorique que nous proposons pour rendre compte de cette analyse est soutenu par des donnes empiriques provenant de la recherche doctorale du second auteur de larticle portant sur les comptences mobilises par des tudiants au cours de leurs activits dorganisation de leur espace personnel dinformation. Ce modle nest pas issu de lanalyse des donnes mais sa confrontation aux donnes rcoltes permet de renforcer la lecture quil propose des processus tudis. Lanalyse prsente cherche articuler les dimensions sociale et individuelle des phnomnes tudis, suivant une approche socio-cognitive (cf. Dillenbourg et al., 1996). Lapproche cognitive individuelle a tendance considrer lusage du point de vue de lutilisation pratique dun dispositif technique (Andonova, 2004). Il sagit didentifier les processus cognitifs mis en uvre par lusager dans la situation dutilisation, au moment o il manipule la technologie. Lapproche socio-cognitive qui soutient notre analyse situe les usages individuels dans leur environnement social pour essayer de comprendre les processus qui mnent la mobilisation de comptences et au bricolage dusage en situation dutilisation. Comme le propose lapproche de la cognition distribue (Hollan, Hutchins et Kirsch, 2000 ; Hutchins, 2002), pour comprendre ces processus, il faut tendre ce qui est considr comme cognitif au-del de lindividu pour englober les interactions entre les gens, et entre les individus et les ressources de lenvironnement. Afin dexplorer la dimension socio-cognitive des comptences mdiatiques, nous commenons par dfinir ce que nous entendons par pratiques informationnelles en montrant comment les usages des RSN sinscrivent dans ces pratiques. Nous proposons ensuite, partir dune approche de la littratie numrique et mdiatique et du concept de comptence, une premire manire denvisager la dimension sociale des comptences en jeu dans ces pratiques. Lintroduction du concept de reprsentation sociale nous conduira enfin considrer lappropriation des RSN comme un processus socio-cognitif au cours duquel les individus bricolent des usages partir de multiples reprsentations sociales. Ce dveloppement thorique est suivi de lanalyse des donnes empiriques afin dillustrer les bricolages raliss par les usagers.

  • Ludovia 2015 Appropriation des RSN et comptences mdiatiques - 3

    1 LES PRATIQUES DINFORMATION ET LES USAGES DES RSN

    La pratique informationnelle, selon Savolainen (2008), est un ensemble de faons didentifier, de rechercher, dutiliser et de partager linformation. Ce sont des faons de faire qui sont socialement et culturellement tablies. Lanalyse des pratiques informationnelles implique de sintresser aux facteurs contextuels des situations dans lesquelles voient le jour ces pratiques, dcomposes en actions spcifiques, et tirant leur sens au regard de projets plus globaux.

    En se focalisant davantage sur les comptences, les sources et les outils mobiliss, Chaudiron et Ihadjadene (2010) dfinissent ces pratiques comme un ensemble de dispositifs, de sources formelles ou non, doutils, de comptences cognitives (qui) sont effectivement mobiliss, par un individu ou un groupe dindividus, dans les diffrentes situations de production, de recherche, dorganisation, de traitement, dusage, de partage et de communication de linformation (Chaudiron et Ihadjadene, 2010 : p.3).

    Alors que la pratique dfinit les actions menes par lusager, le terme dusage est davantage rserv pour dsigner les interactions entre les usagers et les dispositifs (Chaudiron & Ihadjadene, 2010). Observer les usages des RSN dans le cadre de pratiques informationnelles, cest sintresser la relation entre les usagers et lobjet technique, aux possibilits dusage quoffrent les affordances perues par lusager (Bardini, 1996) pour rechercher, publier ou partager de linformation.

    En tant que lieux de sociabilit et de reconnaissance, participant la formation des identits, les RSN comportent une dimension sociale qui se mle aux aspects techniques (Jout, 2000 ; Denoul et Granjon, 2011 ; Proulx, 2015), ce que lon pourrait exprimer par laffordance socio-technique. Elle comprend des codes culturels encapsuls ou incarns dans le dispositif et qui entrent en jeu lors de lactivit en dfinissant des normes sociales dusage. Cette dimension sociale est prsente dans toutes les interactions mdiatiques, mais elle apparat comme une donne encore plus sensible dans le cas des mdias sociaux, linterface technique permettant de visualiser et de manipuler des informations faisant explicitement rfrence cette dimension.

    2 LA LITTERATIE NUMERIQUE ET MEDIATIQUE

    Le partage dinformations personnelles en ligne (Livingstone, 2008 ; Fogel et Nehmad, 2009 ; Hew, 2011) amne les individus exprimenter diffrentes formes de sociabilit (Ito et al., 2009), voire dvelopper des formes dintelligence collective (Jenkins, 2013). Il est galement le lieu dlaboration et de cristallisation des identits (Georges, 2010). On remarque cependant que cette exposition (du moins partiellement) publique de sa vie prive peut entraner des utilisations non souhaites (Gross et Acquisti, 2005 ; Georges, 2012), conduire des problmes relationnels (Moreau et al., 2012). De nombreux auteurs se sont intresss aux comptences ncessaires pour faire face ces enjeux et ont propos diffrentes modlisations des comptences de la littratie numrique et mdiatique (par exemple : Buckingham et al. 2005 ; van Deursen et van Dijk, 2010 ; Ferrari, 2013 ; Livingstone et al., 2005). Ces propositions sont principalement centres sur des comptences relatives la matrise des outils techniques, au dcodage de linformation, et la cration de contenus mdiatiques. La dimension sociale est le plus souvent conue comme se situant dans la capacit de lindividu identifier lauteur et laudience dun message mdiatique.

  • Ludovia 2015 Appropriation des RSN et comptences mdiatiques - 4

    Dautres contributions se sont intresses plus spcifiquement la dimension sociale des comptences mdiatiques. Jenkins, en proposant une dfinition des nouvelles littraties mdiatiques adaptes aux enjeux et aux mdias du 21e sicle, propose de considrer plusieurs comptences sociales relatives :

    la performance, la capacit adopter des identits alternatives pour improviser et dcouvrir ;

    lintelligence collective, la capacit partager et comparer ses connaissances avec celles des autres afin de raliser un objectif commun ;

    la ngociation, la capacit voyager travers diffrentes communauts, discerner et respecter des perspectives multiples, sapproprier et suivre des normes sociales alternatives (Jenkins et al., 2006).

    Fastrez (2010) propose un modle des comptences mdiatiques croisant quatre domaines dactivit mdiatique (crire, lire, naviguer, organiser) avec trois dimensions des objets et des pratiques mdiatiques (technique, informationnelle et sociale). Sinspirant des modles pragmatiques de la communication (Meunier et Peraya, 2004), la dimension sociale fait rfrence au fait que tout phnomne de communication prend toujours place entre des acteurs en relation, et que cette communication modifie leur relation.

    Les comptences mdiatiques, en partant de la dfinition de la comptence, comportent aussi une dimension sociale par la nature mme de leur valuation. tre comptent ne consiste pas appliquer simplement des recettes ou des procdures connues. La comptence se manifeste lorsquun individu est confront et sadapte de faon non strotype une situation pour partie ou totalement indite (Rey, 2006). Pour sadapter, lindividu mobilise une combinaison de ressources internes et externes (Tardif, 2006 ; Scallon, 2007). Parmi les ressources internes, Bourg et al. (1989) distinguent les connaissances, les aptitudes ( skills ) et les attitudes. La comptence nexiste pas en soi, elle ne peut tre apprhende quen situation, lorsque lindividu est confront des situations concrtes o il passe laction pour atteindre un but (Bulea et Bronckart, 2006 ; Rey 2006). Elle est motive par une finalit, un rsultat attendu, qui rend possible lvaluation. La dimension sociale des comptences se traduit alors par le fait que leur valuation est profondment lie au jugement dautrui (Peyr, 2000). La personne comptente lest toujours pour un ou des autres la reconnaissant comme telle. Est donc comptent celui qui va mobiliser des ressources et passer laction pour atteindre lobjectif fix dans une situation donne et de manire socialement admise. En ce sens, la comptence est au centre de rapports de lgitimit et de reconnaissance.

    3 LES REPRESENTATIONS SOCIALES

    Les reprsentations sociales, en tant que formes de connaissance sociale qui nous permettent dinterprter et de penser notre ralit (Jodelet, 2003), peuvent tre considres comme faisant partie des ressources mobilises dans la comptence. Nous pouvons ds lors considrer comme comptent, en situation dutilisation des RSN, lusager qui a intgr et qui mobilise bon escient un ensemble de reprsentations sociales partages au sein des membres de son groupe.

    La dimension sociale des reprsentations est double (Jodelet, 2003). Dune part, elles entrent en jeu dans des situations dinteraction sociale. Elles interviennent lors des changes que nous avons avec les autres et forment le cadre dans lequel se constituent nos rapports sociaux. Dans le cas qui nous occupe, il sagit dobserver les pratiques dinformation des usagers sur les RSN et les reprsentations quils mobilisent en situation dinteraction avec dautres usagers. Dautre part, les individus sont des tres sociaux, cest--dire quils font intervenir dans leurs

  • Ludovia 2015 Appropriation des RSN et comptences mdiatiques - 5

    reprsentations des ides, valeurs et modles quils tiennent de leurs groupes dappartenance ou des idologies vhicules dans la socit. Prenant la forme de systmes de rfrence, de catgories ou de thories, les reprsentations sociales vhiculent des informations, des images, des opinions, des attitudes, se rapportant un objet tel quune activit, un vnement, une personne, une ide, etc. (Jodelet, 2003). Dans les pratiques dinformation sur les RSN, elles vhiculent, par exemple, des valeurs de partage, de sociabilit, mais aussi une manire denvisager les relations instrumentes par la technique, une forme de rationalit technique, etc. (Jout, 1993). Elles comportent galement des normes (Proulx, 2002) telles que le respect de la vie prive, le respect de lintgrit de la personne, etc. Par le partage de valeurs, normes, attitudes au sein dun groupe, les reprsentations sociales dfinissent lidentit individuelle et collective. Chaque groupe exprime ses contours et son identit par les sens dont il investit sa reprsentation (Jodelet, 2003 : p.378). Partager des reprsentations avec dautres, cest dfinir son appartenance un groupe, cest donc construire socialement une reprsentation de soi (Cheung et al., 2011). En cela, la pratique dinformation sur les RSN, travers les reprsentations sociales quelle met en jeu, participe dfinir lidentit de lusager auprs des autres et de lui-mme.

    Les reprsentations sociales orientent enfin les conduites des membres du groupe, elles dfinissent des buts et procdures spcifiques pour ce quils accomplissent (Jodelet, 2003). Elles participent ds lors la dfinition sociale de lintention (Cheung et...

Recommended

View more >