Backstage 01

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

backstage 01

Transcript

  • Backstage est ralis par la classe de 5e C du Collge Aristide-Briand Nantes. dito: Corentin, Baptiste, Edson et Valentin. /// Interview Gong Idem Gong: Karine, lose et Arthur. /// Interview Jean-Michel Dupas: Elie, Guilhem, Mathis et Alexis-Anne. /// Interview Les Volleyeurs:Xavier, Kilian et Vincent. /// Brves:Adle V., Adle M., Aourelle, Cme et Clmence. /// Photos: Lilian, Pierre et Hugues. ///Maquette: Loup, Yannis et Lucas. /// Couverture: Thomas, Ronan et Fabien.Encadrement: Isabelle, Caroline, Hlne, Patrick et Tony (Aristide-Briand), Mlanie et toute lquipe de LOlympic. Assist par et soutenu par le magasin de musique Michenaud and co

    Nous sommes les 5e C du collge Aristide-Briand de Nantes : vingt-huit lves trs motivs qui avons donn naissance au premier numro de Backstage. What is it ? Kzako ? En franais et dans le spectacle, cest larrire-scne ou encore les coulisses. Pour nous, cest une mission trs importante : rdiger un supplment de huit pages pendant deux ans qui sintgrera dans la plaquette de LOlympic, celle qui vous informe sur la programmation musicale de la salle de la place Jean-Mac. Cette qute, nous avons accept de la mener. Nous nous sommes mis nos crayons, nos appareils photos, nos

    enregistreurs, nos ordinateurs... pour que vous connaissiez lenvers du dcor. Ainsi, vous saurez tout sur les vnements artistiques, la face cache de LOlympic, des bruits de couloirs et vous aurez des informations capi-tales avec un regard neuf. Nous sommes des quipes de choc, de trois ou quatre lves par groupe, et nous avons la responsabilit dune page, dun article ou des photos. Nous avons chacun une mission secrte. chaque numro, nous changerons les rles.

    Attention, ce journal sauto-dtruira dans cinq numros !

    Bonjour,

  • Programmateur musical, cest plutt pas mal co

    mme mtier. a se lve 10 heures, a voyage

    en Europe pour dcouvrir de nouveaux groupes.

    Mais cest aussi beaucoup de travail administrat

    if

    et une grande rigueur dans la gestion du budget.

    Rencontre avec Jean-Michel Dupas.

    Quest-ce quun programmateur musical ?Cest celui qui choisit les artistes qui vont passer dans un festival ou dans une salle. Moi, je fais les deux, avec lOlympic et le festival Scopitone.

    Comment se compose votre journe ?Elle commence rarement tt, sachant que les concerts sont le soir. Les journes sans concert, cest beaucoup de travail sur ordinateur : rpon-dre aux mails, vrifier le budget... Sur environ huit heures, jen passe quatre au tlphone !

    Comment faites-vous le choix des groupes ? Il faut brasser tous les styles de musique possible et varier entre ttes daffiche et artistes complte-ment inconnus qui namnent que 80 personnes.

    Programmez-vous toujours des groupes que vous aimez ?Jai la chance dtre assez large dans mes gots musicaux, mais il y a des styles que je prfre dautres ! Je prends plus de plaisir programmer des groupes peu connus. Chaque mois, je lis une vingtaine de magazines spcialiss, du hip-hop au

    metal. On y trouve des articles intressants o un mec signale lapparition dun jeune groupe. Aprs, jcoute quatre morceaux sur Internet, cest trs pratique !

    Combien de concerts voyez-vous par an ?Jessaie de me concentrer sur les festivals car cest plus facile de voir trente groupes en mme temps que un par un. Chaque anne, je me rends cinq festivals spcialiss dans la dcouverte de nouveaux artistes, en France et en Europe. Combien de concerts programmez-vous ? Nous en produisons entre 70 et 80 par an, cest--dire que cest nous qui assurons les risques financiers, et nous en accueillons peu prs 20 % en location de salle.

    Combien cote un groupe ?La fourchette de prix est trs variable. Pour les groupes les plus petits, cest entre 100 et 300 euros. Pour les ttes daffiche, il faut compter par-fois 8 000 euros. Sur un festival comme Scopitone, on peut mettre jusqu 18 000 euros.

    Quatre heures par jour au tlphone

  • Invits lOlympic en novembre dernier, Vincent et JC de Gong Idem Gong ont fait un dtour par Aristide-Briand. Ils ont sorti leurs stylos pour une interro crite !

    Quel effet a vous fait de retourner sur lesbancsdelcole?Vincent : Cest trs fort, mais ce nest pas facile expliquer !J.C. : Cest charmant. Par contre, a a volu. Vous avez une salle informatique avec des crans pour couter de la zic Cest beaucoup plus rocknroll qu notre poque.tiez-vousdebonslves?V. : Au collge, je ne me rappelle plus vraiment, mais aprs, oui, a allait. Jtais assez assidu.J.C. : Pareil, a se passait bien et jaimais a !DepuisquandexisteGongIdemGong?J.C. : On sest rencontr une premire fois au Z-nith de Nantes il y a deux ans. On a fait une cra-tion autour des musiques lectroniques et on a re-commenc cet t pour faire un vrai live dune heure et quart.

    Commentdfinissez-vousvotrestylemusical?JC : Sur scne, cest un mlange entre la musique lectronique, la vido et le rock and roll. V. : lectro-vido-rock, quoi !Quereprsentecettecollaborationpourvous?V. : On en est trs fiers. Cest une rencontre humai-ne de personnes qui se connaissaient sans plus et qui maintenant sapprcient beaucoup !J.C. : Cest comme un gros big-band !QuevousaapportlOlympicdansvotrepar-cours?V. : Aprs chaque sortie dalbum, on a toujours jou l-bas avec Idem. On a d y faire deux ou trois concerts.J.C. : Pour Gong Gong, lOlympic a eu norm-ment dinfluence. Sur trois ans, ils nous ont permis de travailler la cration de nos deux lives et ils nous ont aid trouver largent pour les faire.

    Plus rocknroll qu notre poque !

  • Ouvert depuis 1995 sous sa forme actuelle, LOlympic a connu plusieurs vies auparavant. La salle de concerts nantaise a galement accueilli un cinma et une suprette au sein de ses murs !

    LOlympic a t construit en 1927. Ctait alors la salle de cinma du quartier Chantenay. On a d y voir des grands films comme Htel du Nord, Lge dor et Zro de conduite. Dans ces annes-l, un spectateur de 14 ans frquentait souvent lendroit : le futur ralisateur de Lola, Jacques Demy. Mais, la fin des annes 1960, le cinma ferme ses portes et la faade est nue. Quelques annes plus tard, le btiment se transforme en suprette. Ce ntait pas trs pratique pour les caddies car, comme le sol tait pentu, si on lachait son caddie en haut de la pente, il se retrouvait en bas ! La suprette tait

    aussi trs sombre et mal agence : les marches de lentre empchaient de descendre ses courses. Ensuite, nouvelle fermeture jusqu ce que deux passionns de musique rouvrent le lieu et le re-baptisent Le Majestic . Quelques groupes mythi-ques, comme La Mano Negra ou Les Ngresses Vertes, y ont jou durant cette priode...En 1993, la Mairie de Nantes dcide de racheter la salle, de faire des travaux pendant deux ans et den confier la grance, en 1995, lquipe qui la gre toujours actuellement, sous le nom de... LOlympic !

  • Le 15 dcembre, nous avons assist au concert des Volleyeurs lOlympic. Ce projet, qui runit quatre musiciens, a t conu pour les scolaires autour de morceaux trs connus, mais rorchestrs leur sauce.

    Le projet des Volleyeurs a t conu par LOlympic destination des scolaires. Il runit plusieurs musi-ciens issus de groupes diffrents. Vincent Dupas, de My name is nobody, chante et joue de la guitare. Rachel fait partie du groupe Klaktonclown. En plus de chanter, elle fait de la scie musicale, de lac-cordon et du clavier. Benjamin, qui a mont The Healthy Boy, sillustre la basse et aux churs. Jean-Christophe, issu de Gong Gong, joue de la batterie. En moyenne, ils font de quinze vingt concerts par an. Ils reprennent Helmut Fritz, Lily Allen, Pony Pony Run Run, Michael Jackson, Oli-via Ruiz, Black Eyed Peas, Britney Spears, le tout la mode Pixies, Tom Waits, Vincent Delerm ou Lonard Cohen. Nous avons rencontr en avant-premire Jean-Christophe et lavons interrog propos de ce projet. Il nous a dit que le groupe existait depuis un an. Tous se connaissaient aupa-ravant, mais navaient jamais jou ensemble avant que Mlanie de lOlympic leur propose lide. Ils se sont donc runis pour construire les radaptations de morceaux. Leur mthode ? Faire quelques ac-cords avec leurs instruments et improviser !

    Livereport On a trouv que le concert

    tait trs rock. Lair

    des morceaux changeait, mais les paroles res-

    taient les mmes. Les rythmes taient soient

    plus rapides, soit plus lents. Ils fusionnent des

    morceaux de groupes connus, mais des sty-

    les de groupes moins connus, mais on arrivait

    quand mme reconnatre les morceaux. Les

    musiciens nous ont surpris par leur savoir-faire

    musical. Ils savaient jouer de tous les instru-

    ments. Par exemple, sur la reprise dOlivia Ruiz,

    Rachel, qui tait au clavier et la scie musicale,

    sest empare de la basse pour correspondre

    au groupe dont stait inspir les Volleyeurs,

    savoir les Pixies dans lequel la basse est joue

    par une femme. En tout cas, le concert est

    pass super vite.

  • Completcomplet?

    Le standard de LOlympic explose rgulirement. Nous avons enregistr une de ces conversations tlphoniques. En voici un extrait :- All LOlympic ? Je vous appelle car je voudrais deux places pour le concert du 10 novembre, sil vous plat !- Veuillez nous excuser, mais le concert est complet.- Plus de place ? Vous tes sr que cest complet ?- Cest complet !- Complet complet ?- Complet complet !- Il ny a plus de place ? Sinon on peut se serrer...- Mais puisque je vous dis que cest complet, il ny a plus de place.Pour rappel, voici la dfinition tire du Larousse : Complet : adj. (lat. Comple-tus de complere remplir, achever), o il ny a plus aucune place.Syn. : blind craquer !

    LOlympicenchiffres

    On peut voir LOlympic de plusieurs manires. En voici une vue par les chiffres : deux bars, douze personnes qui y travaillent en perma-nence, cinquante boucliers dcorati