Batiments, Objectif zro nergie

  • Published on
    29-Mar-2016

  • View
    215

  • Download
    3

DESCRIPTION

Batiments, Objectif zro nergie

Transcript

  • JUIL

    LET

    2006

    ALE - INFOSALE - INFOSle concentr dnergies de lagglomration lyonnaise

    N16La lettre dinformations de lAgence Locale de lEnergie

    D a n s c e n u m r o

    Btimentobjectif zro nergie

    Rhabilitation ou construction neuve,

    quelles actions pour des btiments trs basse nergie ?

    Page 5

    Gratuit

    Lexemple suivreFontaines-Saint-Martin metla qualit environnementaleau coeur du village

    page 2

    >> DossierConstruire des btimentsbasse nergie, et trsbasse nergiecest possible,exemples lappui.

    page 4

    >> Info Energie- le DPE, cest parti !- le Grand Lyon mdaill- Les Espaces Info Energie

    ont la cte !

    page 7

    >> Lactualit de lALELancement du programmeeuropen Eco nHome,appel candidats

    page 8

    >>avec le soutien de :

    DU CT DE LALE

    AGENDA

    >> Visites de sites quips en photovol-taque raccords au rseau ( destinationde chargs doprations, techniciens et aut-res acteurs de la construction) -fin juin 2006 - Organisation et renseigne-ments lALE (Sylvain Chirat)

    >> Salon Maison Passion22 au 25 septembre 2006 - la Halle TonyGarnier Lyon. LALE tiendra un standconseil dans la partie habitat+ dinfos : www.maison-passion.fr/lyon/

    >> Salon Tendances Maison20 au 23 octobre 2006 - Eurexpo Lyon -LALE tiendra un stand conseil+ dinfos : www.tendancesmaison.com/2006/

    >> ECOBUILDING - 1er Salon Professionnelde la Performance nergtique et duDveloppement Durable des btiments8 et 9 novembre 2006 Paris Expo - Portede Versailles+ dinfos : www.ecobuilding-performance.com

    >>

    www.ale-lyon.org

    Vous cherchez un installateur, le montantdune subvention, les mesures fiscalesappliques en 2006, des infos techniques,etc. Afin de rpondre aux quelques 250 inter-nautes quotidiens qui viennent surfer surnos pages la recherche dinfos, desfiches synthtiques sont rgulirementmises jour ladresse : www.ale-yon.org/EIE/accueilEIE.htm

    Vous y trouverez des documents tlchar-geables au format pdf sur :- les mesures fiscales- les prix des nergies- le chauffe-eau solaire- le chauffage solaire- le bois nergie- llectricit solaire- la gothermie- les transports- lcoconstruction- les piscines solaires- les formations nergies renouvelables

    ainsi que des dossiers techniques (puitscanadien, rcupration deau pluviale, etc.).(www.ale-lyon.org/dossiers-techniques.htm)

    >>Si vous ne recevez pas encorenotre courrier lectronique et quevous dsirez aussi profiter de cecondens dinformations et de br-ves sur lnergie Lyon, en Franceet linternational, rendez-vous sur notre siteweb www.ale-lyon.org pour consulter la derni-re dition et vous inscrire sur la mailing-list.

    et des autres membres de lALE : ABC HLM, BTP Rhne, CCI, Conseil Rgional du Rhne, DALKIA, EDF Rhne-Alpes, GDF Rhne-Alpes, HESPUL, INSA, OIKOS, PACTdu Rhne, Rhnalpnergie-Environnement, SIGERLY, SIGRE, SYDER, SYTRAL, UDAF du Rhne, UFC Que Choisir, UNPI, Ville et Amnagement Durable

    Un plan climat pour la famille

    Le projet Eco nHome est laurat de l'appel d'offres EnergieIntelligente pour l'Europe, et a pour objectif d'accompagnerdes mnages dans une dmarche de rduction (objectif visde -10 -20%) de leurs consommations d'nergie (chauffage,eau chaude, lectricit, transport) et de leurs missions degaz effet de serre.

    Pour ce faire, les familles impliques bnficieront d'un diagnostic pralable, d'un accompagne-ment technique durant 1 an environ et d'une valuation des rsultats obtenus la fin de cettepriode.

    Coordonn par lagence de lnergie de Montreuil (MVE), une dizaine de partenaires europensse sont engags dans le programme. Pour la France, la fdration des ALE (FLAME) a mobilis10 de ses agences, dont la ntre, qui esprent, grce la mobilisation de partenariats locaux,suivre 100 mnages chacune.

    Nous somme donc, lheure o nous imprimons, la recherche des premiers mnages, rsi-dant sur lagglomration lyonnaise, et qui envisagent trs srieusement des travaux damlioration de leur logement. Pour connatre les dtails du diagnostic effectu dans le cadredu projet Eco nHome, et ventuellement y participer, prenez contact avec nous.

    Contact Eco nHome lALE : Aude Lenoir - 04 37 48 22 42 / aud.lenoir@ale-lyon.org

    >>

    La Maison Econome

    Le Grand Lyon et lALE mettent disposi-tion des communes de lagglomration

    lyonnaise, mais aussi dautres orga-nismes qui en feraient lademande, cette ralisationinnovante, pdagogique, et

    grandeur nature quest lamaison conome.

    Aprs avoir t rservepar les communesdAlbigny-sur-Sane,Chassieu, Dcines,Rillieux-la-Pape et pr-sente lors des Assises

    de lEnergie 2005, de la Foire de Lyon 2005et du Salon Primevre 2006, elle est partiese montrer du ct de Grenoble. En effet, laMtro (communaut urbaine grenobloise)est aussi financeur du projet avec le GrandLyon, et partage donc lexposition la moitidu temps.

    Elle sera donc de retour Lyon en septem-bre 2006, et circulera notamment du ctde Villeurbanne, Dardilly, Saint-Genis-Laval.Toutefois, son planning de rservation estencore ouvert. Si vous dsirez vous la pro-curer, connatre les modalits de prt et toutsavoir sur ce que lALE peut proposercomme animations autour de lexpo,contactez-nous lagence :

    Sylvain Chirat - 04 37 48 22 42 sylvain.chirat@ale-lyon.org

    >>

    Bienvenue ...

    Ccile Vernier, notre nou-velle conseillre en nergieet charge de mission. Titulaire du Master VERDEC(Valorisation des EnergiesRenouvelables et des

    Dchets dans la Construction), elle a rejointlquipe de lALE en dbut danne. Elle renforce notre service daccompagne-ment des coproprits, ralise des analysesdans les domaines du bois nergie et dusolaire (thermique et photovoltaque), elleparticipe galement au suivi de programmeseuropens (Eco nHome et BUDI) et informeles particuliers dans le cadre de notre service INFO ENERGIE.

    >>

    Vousavez un message

    ale infos 16.qxd 06/06/2006 11:13 Page 2

  • 77

    Info Energie

    ALE

    - IN

    FOS

    / pag

    e

    Ds le 1er juilet 2006 ce sont 600 000Diagnostiques de Performances Energtiques(DPE) qui seront raliss par an en France. Issu de la directive europenne Performancenergtique de btiment datant de 2002, cedocument devra tre remis lors de toute transac-tion immobilire :- par le vendeur

    dun btiment tous les candi-dats acqureursde logementsexistants neufsou anciens, compter du1er/07/2006,

    - par le bailleurdun btiment oudune partie dunbtiment tousles candidats locataires partir du 1er/07/2007.

    Le DPE aura une validit de 10 ans et sera com-pos de 2 parties :>> un tat des lieux qui prcisera :- les consommations du logement, par usage et

    par type dnergie.- la consommation en nergie primaire (en

    kWh/m/an).- la consommation dnergie dorigine renouvelable

    (en kWh/m/an).- les conditions dutilisation du logement.- les missions de gaz effet de serre issus de la

    consommation dnergie (en kg de CO2/m/an).- le cot de lnergie consomme (en /m/an).>> des recommandations damlioration .Plusieurs types de travaux pourront tre propo-ss, et dans certains cas lvaluation de la renta-bilit des amliorations proposes sera ralise.Des conseils pourront galement tre formuls

    sur le bon usagedu logement enmatire de confortthermique.

    Le DPE sera dli-vr par un expertdont la formationsera sanctionnepar un examen, etfera lobjet dunensemble de d-crets et darrts.

    Outre la cration dun nouveau march de pres-tation, cette tiquetage devrait modifier terme lavision que lon a de nos logements. Ainsi nots,ils seront aussi choisis pour leurs qualits ther-mique et nergtique. Le DPE encouragera larnovation pour relever certaines notes ainsique pour amliorer la valeur du bien. A limage duProgramme Promenlab (cf. ALE infos n10),souhaitons que ces diagnostics incitent les inves-tissements en direction des nergies renouvela-bles, des matriaux disolation...

    Journe nationale des Espace Info Energie : toujours plus de conseilsLors de ses 7mes rencontres nationales du rseau (6 et 7 avril 2006 Tours), les 300 conseillers ont appris de lADEME quils avaient pass labarre du million de contacts, dont 360 000 conseils approfondis enregistrs en 2005. Le facteur de progression depuis la cration des EspacesInfos Energie en 2001 est de 7. Michle Pappalardo, la Prsidente de lADEME, sest rjoui du fait que les particuliers sont aujourdhui sensibili-ss aux problmatiques environnementales lies leur quotidien, et passent laction 1 fois sur 4 aprs avoir contact un Espace Info Energie.Quant aux 50% des 3/4 restant, ils continuent srieusement y rflchir.

    VloV , le 2 roues lyonnais champion du monde !L'association Vlo Mondial a dcern le Gold Award 2006 au Grand Lyon pour ledispositif Velo'V.Le Grand Lyon est en effet prcurseur avec son alternative " dplacement douxen ville " et la qualit des quipements mis disposition. Un an aprs son lance-ment, Vlo'V compte plus de 50000 abonns et 2000 vlos rpartis sur 175 sta-tions, dont 31 sur Villeurbanne, qui dispose d'un rseau dense. Chaque vlo sorten moyenne 14 fois par jour et parcourt quelques 40 kms, soit pour lensembledu dispositif lquivalent de 210 tonnes de CO2 vites par an au regard dessondages indiquant que 6% des trajets effectus en Vlov remplacent un trajetautomobile). En projet pour 2007 : 4000 vlos et 350 stations au total.

    La Grand Lyon, vivier de champions de France... nergies renouvelables

    Le Comit de Liaison Energies Renouvelables (CLER) a lanc en octobre 2004 le "championnat de France nergies renouvelables des communes ", en partenariatavec l'ADEME et la Fondation Nicolas Hulot. Aprs avoir mobilis 38 communes en2004, l'dition 2005 a rassembl 59 communes qui ont concouru dans 3 catgories :

    solaire thermique, solaire photovoltaque, bois nergie.Parmi les 9 communes rcompenses, 5 sont en rgion Rhne-Alpes, dont 2 situes dans l'agglomration lyonnaise.La commune de La Tour de Salvagny a t prime dans lacatgorie solaire photovoltaque pour son installation de 440 m de capteurs sur leGymnase de l'Hippodrome, tandis que dans la catgorie Bois nergie (installations surbtiments publics et rseaux de chaleur), cest la commune de Vnissieux qui a dcro-ch la palme pour son installation de 12000 kW.

    Pour suivre les prochaines ditions et connatre les conditions d'ligibilit : www.cler.org

    Durant les annes1960, le monde

    consommait annuel-lement environ 6

    milliards de barils,alors qu'entre 30 et60 milliards taientdcouverts chaqueanne. Dsormais,le ratio s'est totale-ment invers : nousconsommons plusde 30 milliards debarils par an, alors

    que les dcouvertesralises chaque

    douze mois n'exc-dent plus 4 milliards

    de barils.(Source : la face cache

    du ptrole d'EricLaurent, dition Plon)

    Bye bye ptroleBye bye ptrole>>

    Les points forts du projet (un btiment neuf de900m accueillant une crche, une garderie, unrestaurant scolaire et une salle de confrence, etl'amnagement dun btiment existant en fermepdagogique et salle musographique, d'un plemdical et de logements sociaux) ont ports sur :- La valorisation du site : l'eau, naturellementprsente sur le site, est mise en valeur par lebiais de rus sillonnant les espaces extrieurs, etles eaux pluviales sont rcupres. La vgta-tion existante a t prserve et une attention at porte sur l'intgration du bti afin de ne lais-ser aucun quipement apparent.

    - L'utilisation de matriaux sains et respec-tueux de l'environnement : brique monomur(vite la pose d'isolant, assure naturellement largulation hygrothermique des murs, et contri-bue au droulement d'un chantier propre), toitu-re en cuivre, ouate de cellulose en isolation deplancher haut, menuiseries en bois Douglasnaturellement durable, revtements en marmo-lum, matriau naturel et recyclable.

    - Le recours aux nergies renouvelables : afinde rduire les gaz effet de serre, le site est

    quip d'une chaufferie mixte bois-gaz pour lesbesoins de chaleur et d'eau chaude sanitaire ali-mentant un rseau de chaleur. Anoter aussi quele ple mdical voisin est dot d'une centralesolaire photovoltaque connecte au rseau.

    - Le choix d'quipements techniques perfor-mants : les clairages sont conomes (type T5 ballast lectronique, fluocompactes), la ventila-tion double flux, des dispositifs conomiseursd'eau et de pression quipent les robinetteries.Ces installations d'clairage, de chauffage et deventilations sont gres par la GTC (GestionTechnique Centralise) pour une meilleure

    adquation aux besoins.- La gestion de l'entretien et de la maintenan-ce : La production de chaleur est centralisepour rduire le nombre d'interventions, tous lesquipements sont aisment accessibles, et unrecours des sous-comptages a t prvu afinde permettre la dtection d'ventuelles driveset d'assurer le suivi des performances.

    Quelques chiffres cls :- Surcot d'investissement estim par rapport une solution classique : 290 000 HT

    - Subvention ADEME + Rgion Rhne-Alpes :118 500

    - Gain de Ubt sur Ubtref de 12%- Gain de C (consommation) sur Cref de 18%- Economie sur l'eau potable de 163m3/an- Chaudire bois de 150 kW qui consomme 110tonnes/an de plaquette forestire

    - Rduction des missions de CO2 de 88 t/an(donnes ADEME).

    Contact : - M. Delorme, Fontaines-Saint-Martinau 04 72 42 91 91

    - Franck Mabilon, ALE, 04 37 48 22 42

    FONTAINES-SAINT-MARTINLA QUALIT ENVIRONNEMENTALE AU COEUR DU VILLAGE

    La commune de Fontaines Saint-Martin a dcid d'inscrire l'opration "Cur de village" dans une dmarche Qualit Environnementale. Les solutions architecturales et techniques proposes par la matrise d'uvre (Megard-architecte, BET Elithis, AMO HQE Etamine) avaient donc pour objectif de trouver un juste quilibre entre raisonnement en cot global, confort et volont cologique.

    LEXEMPLE

    >>

    Aprs les frigos et les voitures, aux logements dtre tiquets>>Encore des sceptiques ? Au cours de ses nombreuses interventions

    lors de confrences, missions de tlvision oude radios, ou dans ses ouvrages, Jean-MarcJANCOVICI, ingnieur conseil (notammentauprs de lADEME, de la MIES, etc.) expertdans les domaines du changement climatique etde leffet de serre est souvent soumis la ques-tion Le changement climatique relve-t-il de laralit ou seulement de la fiction ?. Selon lui, (avis rejoint par lensemble de la com-munaut scientifique internationale [Ndlr]), lechangement climatique est une ralit, et cela lesera d'autant plus que le temps passera. Il est impossible de dire avec prcision quoi res-semblerait une terre dont la temprature moyen-ne serait monte de 3C ou 4C par rapport aujourd'hui. Mais cela ne ressemblera pas du tout ce que nous voyons aujourd'hui par la fentre,et la transition, indite, et beaucoup plus rapide etbrutale que tout ce que notre espce a jamaisconnu, pourrait causer une mortalit massive.

    Enfin, il est impratif de se rappeler que c'estpour une large part le comportement des hom-mes dans les dcennies venir qui va dtermi-ner si la temprature moyenne montera de 1Cou de 5C d'ici 2100. Nous ne pouvons dj pluschapper aux consquences futures de nosmissions passes (il y en aura). Mais nous pou-vons encore choisir de baisser le plus vite possi-ble les missions futures. Au sens premier, l'ave-nir est pour une large part entre nos mains.

    Lien Internet : www.manicore.com

    >>

    >>

    Plus de 100 personnes ont taccueillies par la commune le 13 avrildernier lors dune visite organise parlALE avec le soutien du Grand Lyon, dela Rgion et de lAdeme.Retrouvez dautres ralisations exemplaires de lagglomration lyonnai-se, commune par commune, sur notresite web www.ale-lyon.org

    ale infos 16.qxd 06/06/2006 11:13 Page 4

  • ALE - INFOS

    le concentr dnergies de lagglomration lyonnaise

    EDITORIAL

    ALE - INFOS

    >>

    >>

    ALE - Infos, la lettre dinformation de lALE

    Directeur de la publication : Philippe DuvalRdaction : Stphane RouvierOnt particip : Vronique Besnard, Sylvain Chirat,Hakim Hamadou, Aude Lenoir, Franck Mabilon,Ccile Vernier

    Conception / mise en page : Stphane RouvierImpression : Imprimerie IMAV - 04 78 67 00 96Label ImprimVert (papier 100% recycl - encresvgtales - recyclage des dchets - sans mtaux lourds)

    ISSN : 1773-0339

    Crdit photo : ALE Photo couverture : Quartier Vauban Freiburg(Allemagne)

    Pour nous contacter :ALE - 17, rue de la Victoire - 69003 LyonTel : 04 37 48 22 42 - Fax : 04 37 48 04 57mail : ale.lyonagglo@wanadoo.frSite internet : www.ale-lyon.org

    Reproduction autorise avec mention de la source

    Impr

    im

    sur p

    apie

    r rec

    ycl

    - A

    LE in

    fos

    est

    con

    sulta

    ble

    sur l

    e si

    te in

    tern

    et

    LALE EN BREF

    L'Agence Locale de l'Energie at cre linitiative du GrandLyon afin d'offrir aux acteurs del'agglomration un outil techniquesur les thmes de l'nergie et del'environnement. Il s'agit d'aiderles collectivits, les promoteurs,les bailleurs, les entreprises, lescoproprits, les professionnelsdu btiment et les particuliers mieux intgrer la problmatiqueenvironnementale dans la rali-sation de leurs projets et de leurs missions.

    L'ALE se tient au plus prs desporteurs de projets en assurantune assistance technique et uneveille technologique et rglemen-taire afin d'aider concrtiser lesides et orientations initiales.

    ESPACE INFO ENERGIE de lagglo-mration, elle conseille objective-ment et gratuitement les habitantsdu Grand Lyon sur les questionslies la matrise de lnergiedans leur quotidien.

    Juillet 2006Juillet 2006Lnergie au quotidien

    N 16

    Action Logements Trs Haute PerformanceEnergtique en Rhne-AlpesLa rgion Rhne-Alpes lancera prochainement un appel projet pour la construction ou la rnovation delogements dits basse nergie. Cest le rseau Info Energie Rhne-Alpes (le rseau des 11 Espaces InfoEnergie de la rgion - www.iera.fr) qui aidera lmergence de projets et apportera un appui technique auxparticuliers dans la ralisation de leurs objectifs.Laction devra permettre de gnrer la construction ou la rnovation de 100 logements individuels dans uneoptique de Trs Haute Performance Energtique. Les logements en question devront se rapprocher dunobjectif de consommation primaire de :

    - 50 kWh/m/an dnergie primaire pour le chauiffage et leau chaude dans les logements neufs- 60 kWh/m/an dnergie primaire pour le chauffage et leau chaude dans les logements anciens.

    Cet objectif est particulirement ambitieux vis--vis des rglementations en vigueur. Les candidats devrontdonc sinscrire dans une dmarche de travaux exigente, en rupture, sur certains points, avec les habitudesclassiques de construction ou de rnovation.

    Les particuliers retenus pourront prtendre une aide de la Rgion Rhne-Alpes, de 3000 pour les loge-ments neufs et de 5000 pour lexistant.Le respect de la performance sappuiera sur le respect de critres spcifiques et une fiche de synthse seratablie pour chaque candidat par les structures du rseau IERA avec le rcapitulatif des moyens mis enplace (dispositifs constructifs et techniques) pour rpondre aux diffrents critres imposs permettant degarantir une performance nergtique leve.

    Renseignements : Franck Mabilon (ALE) - 04 37 48 22 42 :

    Actuellement, il y a djplusieurs milliers demaisons passives tra-vers lEurope, principa-lement en Allemagne(plus de 3500), enAutriche (plus de 1000),en Suisse et en Sude.Le principe ne s'ap-plique pas uniquementaux maisons mais aussi des ensembles delogements, des immeu-bles de bureaux, descoles De trs nomb-reux projets en confor-mit avec ces principessont actuellement enprparation.

    ...et demain

    66

    ALE

    - IN

    FOS

    / pag

    e

    Quartier Vauban FribourgBtiment neuf construit en 1999comprenant 16 logements et 4bureaux :

    Consommation de chauffage :13,2 kWh/m/an

    Consommation globale : 36,2 kWh/m/an

    >> Ce quartier a dj fait lobjet devoyages dtudes organiss par lALE(entre autre avec lEcole dArchitecturede Lyon dans le cadre de la formationlongue HQE).Il est entre autre totalement autonomegrce une petite centrale de cogn-ration pour ses 5000 habitants.

    31 maisons Passivhaus sur la ZAC des Hauts de Feuilly Saint-Priest

    Le Groupe MCP Promotion a entrepris un projet exemplaire lchelle du Grand Lyon, en rupture avec les habitudes de construc-tion, en proposant des maisons de ville rpondant au labelPassivhaus. Afin datteindre un objectif de 15 kWh/m/an maximumpour le chauffage et 25 pour lECS, il a fallu mettre en oeuvre unemthode de conception globale, en privilgiant un travail dquipe dslorigine du projet (Atelier Thierry Roche et associs, Ossabois,TRIBU, Cabinet Olivier Sidler, Agence Didier Larue Sud, Bastide &Bondoux, Medieco).

    Lapproche mise en oeuvre repose sur 3 principes :- une approche architecturale : rflexion sur limplantation, lorientation, travail sur les formes (cons-truction trs compacte sans dcrochement de faade), ainsi que sur la taille et la rpartition des vitra-ges, isolation renforce (25 cm de laine minrale sur les murs, 42,5 en toiture et 35 cm de polystyr-ne pour le plancher bas sur terre plein), recours aux nergies renouvelables (eau chaude sanitairesolaire, apports solaires par les baies vitres), chauffage souple et flexible (pompe chaleur sur lairextrait assurant la quasi totalit du chauffage par valorisation de la chaleur extraite par renouvellementdair), rcupration des eaux pluviales...

    - une approche matriaux fonde sur la mise en oeuvre de produits faible impact sur la sant et surlenvironnement, de nature renouvelable (choix de construire en bois) et issus autant que faire se peutdu recyclage,

    - une optimisation des conforts dhiver (doubles et triples vitrages, traitement des ponts thermiques) etdt (protections solaires orientables, surventilation, vgtation adapte, ventilation nocturne, ges-tion des apports internes de chaleur grce des quipement performants et ladoption de compor-

    tement adquats...), ainsi que la prise encompte des conforts visuel et acoustique.

    Dans sa dmarche, lquipe a galementpris la dcision de procder un accom-pagnement pdagogique des futursoccupants. En effet, vivre dans un loge-ment trs faible consommation supposeune lgre adaptation des comporte-ments des usagers.

    >>

    DossierDes logements passifs dans lagglomration lyonnaise !

    DU CALCUL LA RALIT

    Notre quotidien est rythmpar lnergie. Sous ses multi-ples aspects, elle garantitentre autres le bon fonction-nement de nos logements,de nos dplacements, maisaussi nos modes alimentaireset vestimentaires.Cependant, la consomma-tion mene sans compter entrane une lourde addition.Lesmissions de gaz effet de serre sans cesse augmentes, lesatteintes la sant, lappauvrissement social nen sont quequelques exemples.

    Face ces ralits difficiles, lamlioration de lefficacit nerg-tique se dfinit comme une mesure incontournable dans la rduc-tion des pollutions et des cots, et cela ne peut saccompagnerque par lutilisation dnergies durables.La recherche de toute conomie dnergie est un facteur cl pourla survie de lensemble de la plante. Chacun peut en mesureraujourdhui limportance, notamment en regardant vers les immen-ses besoins des pays en dveloppement, laugmentation de nosconsommations dlectricit et la croissance dmographique (2 milliards dindividus supplmentaires vivront sur Terre en 2020).Si le rythme est maintenu, le monde devra subir le poids des dsagrments correspondants, sans pouvoir faire machine arrire.Protger lenvironnement et la plante nest plus lapanage dunpetit nombre dinitis, et la matrise des consommations dnergieest un argument de premier ordre, potentiellement accessible lensemble des populations.

    Si lensemble des terriens vivait comme les Franais, il faudrait lquivalent de 3 fois la Terre pour pouvoir subvenir aux besoins detout le monde. En ce qui nous concerne, lobjectif est donc derduire les consommations et les missions de gaz effet de serrecorrespondantes par 4 dici 2050, notamment via nos dplace-ments et nos logements.

    La notion de btiment basse nergie dvelopp dans ce num-ro (cf. p 4) prend alors toute sa place. En comprendre les principesfondammentaux, connatre les moyens techniques pour les mettreen oeuvre, et utiliser les rsultats pour aller encore plus loin dansla dmarche, cest tout lenjeu de ce secteur formtement impliqudans la recherche dun avenir meilleur pour tous. Cest ds aujourdhui quil faut avancer, et lALE est un outil au ser-vice de cette mission afin de mettre en place rapidement des solu-tions durables.

    CLAUDE PILLONEL

    prsident de lALE

    Image MCP Promotion

    Imag

    e M

    CP

    Pro

    mot

    ion

    ale infos 16.qxd 06/06/2006 11:13 Page 6

  • Dossier

    Le concept basse nergie se dveloppe depuisplusieurs annes dans de nombreux pays euro-pens, notamment en Allemagne et en Suisse,et vise rduire la consommation dnergie(chauffage et ECS) dau moins 50% par rapport une habitation conventionnelle. Les valeursretenues dans ces pays pour quun logementsoit dit basse nergie oscillent entre 40 et 60kWh/m/an (nergie primaire pourchauffage+ventilation+ECS), lexemple de laSuisse avec le label Minergie situ 42kWh/m/an.

    Lhabitat trs basse nergie, appel aussihabitat passif, est le rsultat dun dveloppe-ment consquent de lhabitat basse nergie.Ce concept a dabord t expriment par desparticuliers dans les annes 70, notamment auEtats-Unis, mais cest lAllemagne qui la rationa-lis, professionnalis et popularis.

    Le recours aux nergies renouvelablesest dans ce concept un impratif.

    Le concept de trs basse nergie sappuie surles mmes principes que lhabitat basse nergiemais les exigences sont majores et une atten-tion particulire est consacre la conceptiondtaille, et la mise en uvre des techniques quidoit tre particulirement soigne. Au final, il s'agit d'un btiment confortable, avec un climatintrieur sain et une trs faible consommationd'nergie, au point quun systme de chauffagedevient pratiquement inutile. Les apports solai-res ainsi que ceux provenant de la chaleur cor-porelle des habitants et de leurs activits (lave-linge, TV, ordinateur.) sont souvent suffisantspour maintenir lhabitat une tempratureconfortable. Une conception logique, de bonsmatriaux et une excution rigoureuse et soi-gne est donc indispensable pour ce type deralisation. La consommation d'nergie annuellepour le chauffage dun habitat trs basse nergiedoit tre comprise entre 10 et 15 kWh/m2/an soit

    entre 10 15% de la consommation d'une mai-son neuve conventionnelle !

    Les principes dune habitation passivereposent sur plusieurs points :

    >> Les systmes constructifs des btimentsbasse et trs basse nergie sont souvent basssur des enveloppes lgres (par exemple ossatu-re bois avec remplissage disolant) et des formesarchitecturales compactes, choix tout a faitjustifi aussi bien dun point de vue thermiqueque financier. Des outils daide la dcision et la conception ont donc t mis en place, per-mettant aux acteurs du btiment de choisir dessolutions performantes et den valuer lesconsquences thermiques.Pour ce type de btiments, 2 points sont tu-dier minutieusement :- ltanchit lair (alors que pour une maisonconventionnelle en France le dbit de fuite peutatteindre 1 2 volumes dair/heure, pour desbtiments basse nergie, il faudra descendre endessous de 0,5 vol/heure), - les ponts thermiques sont traits notammentgrce une isolation par lextrieur et larchi-tecture du btiment.

    >> La rduction drastique des besoins nergtiques dans les btiments basse nergieoblige revoir la conception du systme dechauffage. Dun systme centralis et demoyenne puissance, il soriente vers un systmeflexible, individualis chaque pice et de faible

    puissance, voire inexistant. Sa conception devraintgrer les apports passifs ou ceux de la venti-lation double flux.>> Plus les besoins en nergie sont limits plus ilest pertinent et facile de couvrir ces besoins aveclutilisation dnergies renouvelables (bois,gothermie, solaire thermique). La logique des

    conceptions en basse nergie et trs bassenergie tend vers un habitat compltement auto-nome pour ce qui est de lalimentation nerg-tique, notamment grce au photovoltaque.

    >> Pour atteindre ces objectifs de basse ettrs basse nergie, un systme deContrle Qualit doit tre mis en placeavant, pendant et aprs la ralisation.

    >> La ralisation dun habitat basse ou trsbasse nergie, plus que lintroduction denouvelles technologies, demande avant tout

    beaucoup de rigueur dans la conception et desoin la ralisation ainsi quune cooprationtrs pousse entre les diffrents corps demtier.

    >> Les cotsEn Suisse, le standard MINERGIE impose unplafond des surcots de 5 7% pour la bassenergie et 10% pour le standard MINERGIE-Pde maison passive.En Allemagne, les surcots relevs indiquentaussi des ratios de 7 10%.Nanmoins, ces cots doivent tre rapports aucot de la construction qui est plus lev quenFrance.En France, lopration Re-Start (programmeeuropen THERMIE) a montr un surcotmoyen de 6%.Il est intressant de noter que le surcot aug-mente avec limportance des mesures dcono-mie, mais lorsque les niveaux de consommationnergtique de lhabitat trs basse nergie sontatteints, c'est dire moins de 15 kWh/m/an pourle chauffage, une chute importante de linvestis-sement est constate car linstallation de chauf-fage ordinaire est alors superflue.

    A lheure o les offresde logements neufsmoins consommateursdnergie se multi-plient, la recherche seconcentre aujourdhuisur des btiments ditspassifs, voire mmequi produisent de lnergie !Toutefois, le parcimmobilier franais nese renouvelant que de1% par an, rduire lesconsommations dner-gie, cest aussi agir surla rnovation.

    44

    ALE

    - IN

    FOS

    / pag

    e

    55

    ALE

    - IN

    FOS

    / pag

    e

    >> Lappellation maison passive serfre des standards de constructionqui vont bien au-del des standards demaison basse nergie.

    La France compte 29,3 millions de loge-ments, 57% de maisons individuelles et43% de logements en immeubles collectifs.65% de ce parc a t construit avant 1975,date de lentre en application de la premi-re rglementation thermique sur les loge-ments neufs.Le parc de lensemble des logements estdonc relativement ancien et beaucoup den-tre eux restent encore trs faiblement isols.Au rythme actuel des rhabilitations et desremplacements des logements vtustes pardes logements neufs (1% par an), la remise niveau du parc construit avant 1975 nesera vraisemblablement par ralise avant2050.Grce aux rglementations successives,la consommation de chauffage et deauchaude sanitaire (ECS) observe surlensemble du parc de rsidences princi-pales, est passe de 323 kWh/m/an en1973 180 kWh/m/an en 2000 (sourceCEREN). Certaines rsidences nouvellesatteignant mme des performances de110 kWh/m/an.

    Les prochaines rglementations thermiques(notamment la RT 2005 applique ds sep-tembre 2006) permettront daugmenter lesexigences de performances nergtiques deslogements. Mais celles-ci sont encore loin decelles atteintes lors des nombreuses exp-riences de nos voisins europens, dont lesnormes de construction sont aujourdhui pro-ches de la basse nergie, cest dire autourde 30 42 kWh/m/an pour le chauffage etlECS.En France, la construction basse nergie resteassez exprimentale. Seules quelques rali-sations en habitat basse consommation ont vule jour, comme Lyon dans le cadre du pro-gramme Re-Start o 200 logements ont traliss entre 2000 et 2005.

    Aucune label ou niveau rglementaire cor-respondant des btiments basseconsommation ou habitat passif nexiste,la dmarche franaise tant plus globaleavec une rflexion HQE (Haute QualitEnvironnementale) base sur 14 ciblescomprenant une cible gestion de lnergie,mais qui ne fixe pas de valeur de consom-mation par m/an. Signalons que les labelsrglementaires imposent une amliorationthermique HPE (Haute PerformanceEnergtique) de -8% par rapport la RT2000 et -15% si le matre douvrage choisitloption THPE (Trs Haute PerformanceEnergtique). Toutefois, cette dernire estrarement choisie.

    Depuis cette anne, la directiveeuropenne sur la performancethermique sapplique en France. Mais il est possible, ds aujourd-hui, daller beaucoup plus loinpour diminuer les consomma-tions dnergie des btiments.

    >> Soyons conomes, vivons passifs

    Btiment : objectif zro nergieRhabilitation ou construction neuve,

    quelles actions pour des btiments conomes ?

    >> Parmi les ralisations allemandes, suis-ses, autrichiennes et danoises pionnires enla matire, il ressort que les constructionsneuves en trs basse nergie se situent endessous des 23 kWh/m/an avec des perfor-mances de 12 kWh/m/an pour les meilleures.

    Pour les rnovations sur de lancien bti, cesvaleurs oscillent entre 55 et 80 kWh/m/an. Ilsemble difficile de descendre en dessous de55 kWh/m/an pour le chauffage et lECS pourle bti ancien rnov.

    Quartier Rieselfeld Freiburg en Allemagne

    ZAC

    des

    Hau

    ts d

    e Fe

    uilly

    - S

    aint

    Prie

    st (6

    9)

    ale infos 16.qxd 06/06/2006 11:13 Page 8

Recommended

View more >