batir-un-nouveau-contrat-generationnel-165783

  • Published on
    22-Feb-2016

  • View
    214

  • Download
    0

DESCRIPTION

http://www.parti-socialiste.fr/static/12978/batir-un-nouveau-contrat-generationnel-165783.pdf

Transcript

  • www.laboratoire-des-idees.fr

    Btir un nouveau contrat gnrationnel

    Les rapports tablis par les groupes de rflexion du Lab sont des contributions libres aux dbats et rflexions politiques du Parti socialiste.

    GROUPE : Jeunesse

    DATE : Juillet 2011

    Animateurs : Chantal De Linars, Camille Peugny Rapporteur : Julie Courtemanche

    Ont contribu aux travaux du groupe : Guy Benloulou, Juan Branco-Lopez, Laurianne Deniaud, Frdric Fappani, Olivier Galland, Franois Kalfon, Thierry Marchal-Beck, Christian Paul, Carla Pritzker-Barasz, Nicolas Rnahy, Emmanuelle Santelli

  • 2Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 2

    Sommaire

    Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41. Proposition de dfinition de la jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42. tat des lieux de la jeunesse franaise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

    a) Une jeunesse, des jeunesses ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 La diversit intergnrationnelle Les problmatiques communes

    b) Le modle franais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Un modle de familialisation induite La spcificit de la situation des jeunes Franais

    I- Les enseignements de notre enqute statistique (tude IPSOS) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8

    1. Un besoin dautonomie qui rime avec travail et argent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19a) tre autonome, cest avant tout gagner de largent en travaillant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19b) Le chmage, principale crainte des jeunes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

    2. Une volont de sintgrer dans une socit moins ingalitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20a) Une socit encore trop ingalitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20b) Leffort personnel, principal moyen de sintgrer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 1

    3. Un libralisme culturel qui saccompagne dune demande dordre et de scurit . . . .2 1a) Une ouverture desprit sur le plan des murs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 1b) mais dans un cadre ordonn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 1c) Une minorit conservatrice, voire ractionnaire

    et xnophobe non ngligeable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224. Un rapport au politique empreint de dsillusion et de mfiance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

    a) Un intrt modr pour la politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22b) Une population difficile mobiliser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

    II- Les enseignements de nos groupes terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23 1. Mthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232. Les grandes tendances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233. Un systme ducatif refonder ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244. Lintgration au monde du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245. La perception des ingalits et discriminations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

  • 3Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011

    III- Les auditions et contributions libres dexperts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .261. Les auditions : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

    a) Olivier Galland . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Les principales valeurs de la jeunesse Les principales difficults Ses recommandations

    b) Nicolas Rnahy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Spcificits du milieu rural La fracture des annes 1990 La mobilit

    2. Les contributions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29a) Sant mentale chez les jeunes : contribution de Guy Benloulou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29b) ducation et symboles : contribution de Frdric Fappani . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

    Pourquoi les symboles sont quelque chose dimportant ? Pourquoi les ans doivent-ils tre aidants sur la question des symboles ?

    IV- Axes de rflexion pour amliorer la situation des jeunes . . . . . . . . . . . .341. Remettre le collectif au cur du projet de redressement de la France . . . . . . . . . . . . . . . . . 34

    Positiver le discours Rinvestir dans nos services publics Lutter contre les ingalits par la refonte du systme fiscal

    2. Rinventer un systme scolaire qui donne sa chance chacun en fonction de ses capacits et aspirations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

    Revaloriser les professions dinstituteur, enseignant et professeur Favoriser les rapports avec le milieu professionnel au sein du collge, du lyce,

    et de luniversit

    Rorganiser le systme dinformation et dorientation Faciliter le choix en formation professionnelle Amliorer la prparation la recherche du premier emploi luniversit Encadrer les stages

    3. Permettre tous ds le plus jeune ge de prendre soin de sa sant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 364. Favoriser lentre, le maintien et lpanouissement dans lemploi pour tous . . . . . . 36

    Appliquer la surcotisation sur les contrats prcaires Se former tout au long de sa carrire Favoriser lgalit daccs lemploi par la mise en place du CV anonyme Favoriser laccs lemploi des jeunes par la cration demplois davenir

    5. Pour une Rpublique fraternelle, remettre le civisme et le sens du collectif au cur de la citoyennet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

    Rinvestir dans la protection de la jeunesse Mettre en place un service civique universel Remettre la connaissance de lautre et lapprentissage de la citoyennet au cur

    de lducation nationale

    Favoriser la matrise de la langue franaise Amliorer la reprsentativit de la socit

    6. Amliorer la qualit de vie par lhabitat, constituante majeure de lappartenance citoyenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

    7. tablir un nouveau contrat social afin d'accder une galit des possibles . . . . . 39

    Propositions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

  • 4Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 4

    Introduction

    2. tat des lieux de la jeunesse franaise1

    On compte aujourdhui 8,18 millions de jeunes en

    France. Le poids dmographique de la jeunesse

    tend diminuer. Le nombre de jeunes resterait

    stable dici 2050, mais du fait de laugmentation

    de la population totale durant cette priode, la

    part des jeunes dans la population mtropolitaine

    baisserait (24,9 % en 2005 et 21,9 % en 2050).

    Les dynamiques des socits contemporaines

    modifient les trajectoires vers lge adulte et

    lautonomie pleine et entire. 1 jeune sur 5 vit sous

    le seuil de pauvret (avec moins de 880 euros par

    mois). 25 % des jeunes ns dans les annes 1950

    accdaient lautonomie avant 22 ans ; seulement

    8 % des gnrations nes au dbut des annes

    1970 y accdent au mme ge. Et la tendance la

    baisse se poursuit aujourdhui : de moins en moins

    de jeunes accdent facilement lautonomie, et ils

    y parviennent de plus en plus tard.

    Aujourdhui, 63 % des jeunes vivent chez leurs

    parents et 49 % maintiennent une dclaration

    dimpts sur le revenu avec leurs parents. La

    permanence au domicile familial tend reproduire

    les ingalits sociales, fait particulirement

    problmatique pour les jeunes issus de familles

    pauvres, alors quun dpart du domicile entrane

    des conditions de vie difficiles, notamment pour des

    jeunes en rupture familiale. 32 % des jeunes nont

    pas de lien financier avec leurs parents, dont la

    moiti entretient un niveau de vie infrieur 1048

    euros mensuels. 51 % des jeunes ont des revenus

    dactivit au cours de leur anne scolaire.

    1. Proposition de dfinition de la jeunesse

    La jeunesse est un temps de la vie entre lenfance

    et lge mr. Mais cest une catgorie floue dont les

    bornes ne peuvent tre fixes tant elles dpendent

    des conditions historiques et sociales qui produisent

    des dfinitions de la jeunesse qui varient selon les

    socits. En France, durant la priode relativement

    proche des Trente Glorieuses, les seuils de passage de

    la jeunesse, temps de prparation au statut dadulte,

    taient plus ou moins concomitants : dcohabitation

    de la famille dorigine, accs lemploi et un

    logement indpendant, mise en mnage. Depuis les

    annes 1970, il y a dconnexion de ces seuils et les

    schmas traditionnels de sortie de la famille et du

    systme ducatif ont t profondment modifis.

    Lallongement de la jeunesse est un constat

    partag. Quil sagisse dun temps dtude plus

    prolong avec la massification de lenseignement

    secondaire puis suprieur, dune entre dans

    lemploi diffre avec une forte prcarit durant

    les premires annes sur le march du travail, voire

    une exclusion plus ou moins durable de ce march

    pour certains dentre eux, les jeunes connaissent

    une jeunesse longue, marque par une itration

    des trajectoires et un temps de construction de soi

    beaucoup plus long pour parvenir une autonomie,

    une libert de choix de vie et de possibilits de

    gouverner cette vie en fonction de ses valeurs et

    aspirations. Etre pleinement autonome suppose

    donc une indpendance psychologique, financire,

    rsidentielle et donc des revenus stables, des

    possibilits de logement, accessibles grce un

    emploi stable. La jeunesse daujourdhui en France,

    se caractrise par un temps dtudes et surtout

    dinsertion dans lemploi qui la maintient longtemps

    la lisire de la socit adulte malgr une forte

    aspiration lautonomie.1 Sont considrs comme jeunes les 18-25 ans dans les statistiques ci-dessous

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 5

    La diversit territoriale est galement une donne

    ne pas ngliger avec les diffrences de parcours,

    de vcus que peut rencontrer la jeunesse des

    quartiers populaires, celle des ZUS, la jeunesse

    rurale, priurbaine ou citadine

    Les problmatiques communes

    Les politiques publiques en crant depuis plusieurs

    dcennies une catgorie administrative part, celle

    des jeunes de 18 25 ans, en organisant laction

    publique de manire spcifique en direction de

    cette catgorie travers des politiques dinsertion,

    de prvention etc., ont contribu sanctuariser

    une partie de leurs difficults et installer une

    situation prcaire et mal intgre de la jeunesse.

    Ajoutons cela que les jeunes sont aux avant-

    postes des transformations socitales dont celles

    de lorganisation du march du travail et quils

    exprimentent les situations de prcarit dans

    lemploi davantage que leurs ans.

    Il nest donc pas tonnant que les angoisses des

    jeunes se cristallisent particulirement autour dun

    point : les difficults croissantes dinsertion sur le

    march du travail, qui rendent les jeunes Franais

    particulirement inquiets et pessimistes quant

    lavenir.

    Pour comprendre la situation de la jeunesse en

    France aujourdhui, il faut linscrire dans un cadre

    gnral. Tout dabord, elle trouve sa source dans

    la grande transformation du capitalisme des

    annes 1970, transformation marque notamment

    par lapparition et la persistance du chmage de

    masse et la dgradation continue du contrat de

    travail. Ces dynamiques qui concernent lensemble

    de la population active, touchent avec plus dacuit

    encore les ges fragiles de lexistence affectant

    ainsi les travailleurs seniors mais aussi et surtout

    les jeunes qui cherchent sinsrer sur le march

    du travail. Et il est important de noter que la

    persistance dun taux de chmage important agit

    comme catalyseur des angoisses des adolescents

    et jeunes adultes, tout comme pour leurs parents,

    engendrant un fort stress scolaire et des tensions

    familiales.

    Quant aux parcours scolaires, 62 % des jeunes

    dune gnration accdent au baccalaurat alors

    quenviron 750 000 jeunes quittent le systme

    scolaire chaque anne, dont 20 % sans diplme, soit

    150 000 jeunes. linverse, 40 % dune gnration

    est diplme de lenseignement suprieur. Trois

    ans aprs leur sortie, 11 % dentre eux sont au

    chmage. Le taux demploi des 16/25 ans est de

    28,5 %, se situant parmi les plus bas taux dEurope.

    Enfin, si dans lensemble, la sant physique des jeunes

    est relativement meilleure que celle des gnrations

    plus ges, la sant mentale reste un sujet

    proccupant. Un adolescent europen sur quatre

    prsente un ou plusieurs symptmes de trouble mental

    et les problmes lis la dpression samplifient

    faute de rponses appropries : violence, suicide,

    toxicomanie, alcoolisme, troubles alimentaires

    a) Une jeunesse, des jeunesses ?

    La diversit intergnrationnelle

    Il existe des jeunesses, et bien des gards, les

    diffrences internes aux gnrations sont au moins

    aussi importantes que les diffrences entre les

    gnrations (cela vaut dailleurs galement pour les

    baby-boomers).

    La diversit de la jeunesse franaise se vrifie tout

    dabord du point de vue du statut : en 2010, parmi les

    18/25 ans, on compte 38 % de lycens/tudiants,

    45 % dactifs occups, 6 % dinactifs et 11 % de

    chmeurs. La jeunesse nest donc pas qutudiante,

    malgr la hausse de lge moyen de fin dtudes,

    et elle est fortement touche par la fracture entre

    gagnants et perdants de la mondialisation, y

    compris parmi les tudiants. Soulignons ainsi que

    parmi les enfants douvriers ns entre 1981 et 1985,

    seul un sur deux est titulaire du baccalaurat.

    Un autre facteur tmoigne de la diversit de la

    jeunesse : ltude de ses comportements lectoraux.

    Le 21 avril 2002 avait bien illustre la coupure existant

    entre deux jeunesses : celle qui manifestait dans la

    rue contre celle majoritairement non diplme qui

    votait Le Pen hauteur de 29 % au second tour.

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 6

    ont le sentiment que la socit franaise ne leur

    fait pas de place, ce que confirme en partie limage

    ngative recense parmi les plus de 40 ans lgard

    des jeunes, qui ressort des sondages dopinion.

    La spcificit de la situation des jeunes Franais

    En premier lieu, la barrire que constitue lge de

    25 ans pour obtenir les minimas sociaux entretient

    des situations de pauvret importantes. Il est

    assez surprenant de voir quil existe diffrentes

    lgalits (16 ans pour quitter lcole, 18 ans pour

    la majorit et le droit de vote, 25 ans pour obtenir

    le vrai RSA).

    Le poids et lemprise du diplme sur lvolution

    professionnelle constituent galement un des

    grands paradoxes franais. Alors quelle affiche

    haut et fort lgalit des chances dans lducation,

    la France est non seulement lun des pays dont

    lorigine sociale a le plus dimpact sur les rsultats

    scolaires mais elle est galement celui dans lequel

    le diplme a le plus demprise sur lensemble de

    la carrire. Dans ce systme, les dix premires

    annes sont finalement prpondrantes, puisque

    les formations et possibilits de rorientation sont

    rares par la suite.

    Le premier emploi stable et correctement rmunr

    sobtient en moyenne lge de 28 ans et les vraies

    promotions de carrire sachvent gnralement

    40 ans. Cette situation contribue au sentiment

    que le dclassement est irrmdiable et par

    consquent, langoisse et la pression ressenties

    par les jeunes de ne pas trouver leur place. Cette

    situation accentue la fracture entre diplms et

    non-diplms, ces derniers redoutant une exclusion

    dfinitive du march du travail, dautant plus quils

    se retrouvent en comptition avec des jeunes qui

    peuvent tre diplms mais sont recruts un

    niveau infrieur leur qualification.

    De plus, il est vrai que la particularit dtre jeune

    aujourdhui en France consiste tre jeune dans

    une socit vieillissante. Ce qui implique bien

    videmment quau-del mme des difficults

    conomiques, cela a des consquences diverses,

    notamment sur les leviers du changement social.

    b) Le modle franais

    Un modle de familialisation induite

    Il existe trois modles daccs au statut dadulte,

    lautonomie, clairement structurs et identifis en

    Europe. La France constitue une sorte de modle

    hybride.

    Le modle daccompagnement public nordique est

    fond sur une culture exigeante de lautonomie

    et de lindpendance : tout jeune, partir de 18

    ans au Danemark par exemple, est considr

    comme dtach de sa famille et la socit a

    le devoir daccompagner et daider cette prise

    dindpendance. Cest ce qui justifie, dans certains

    de ces pays, une conception universaliste des aides

    la jeunesse apportes par ltat.

    Le modle mditerranen, quant lui, est

    familialiste. Cest essentiellement la famille qui

    accompagne le jeune durant la transition vers lge

    adulte.

    Le modle libral anglo-saxon, quant lui, repose

    sur une autonomie prcoce des jeunes par rapport

    leur famille. Ltat nest pas trs gnreux en

    aides directes mais accorde plutt des prts qui

    permettent, accompagns dun travail ct, de

    financer les frais levs des tudes suprieures,

    gnralement courtes.

    Le modle franais est hybride. Il consiste en

    un accompagnement familial. La particularit

    du modle franais est en effet cet loignement

    progressif de la sphre familiale : les liens,

    rsidentiels, matriels, affectifs, se distendent peu

    peu et permettent de tenter des expriences,

    en autorisant des retours en arrire. Les pouvoirs

    publics interviennent de manire non systmatique

    travers des aides telles que lAPL et les bourses

    dtudiant, mais ce sont les familles qui sont au

    cur du soutien apport aux jeunes.

    Les effets pervers de cette familialisation induite

    sont nanmoins nombreux : de vritables poches

    de pauvret stendent au sein de la jeunesse. Il

    pse un risque de repatrimonialisation de la

    socit franaise, sans compter laugmentation des

    ingalits et la force de la reproduction sociale. Les

    jeunes sont donc en partie pessimistes parce quils

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 7

    Les rponses apporter ces problmatiques ne

    sont toutefois pas rechercher dans un traitement

    spcifique des jeunes. Lamlioration de leur situation

    pourrait souvent tre acquise par des solutions

    aux problmes de lensemble de la population, en

    faisant bnficier par exemple les jeunes du droit

    commun (RSA, suppression des diffrentes formes

    de contrats aids jeunes, suppression des stages

    comme substituts demploi), mme si la slection

    opre par lducation et qui pse sur lensemble

    des destins sociaux des jeunes doit tre une

    question traite avec le plus grand soin.

  • 8Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 8

    I- Les enseignements de notre enqute statistique (tude IPSOS)

    Une enqute a t ralise auprs des jeunes, afin

    de cerner plus prcisment leur perception de la

    socit actuelle, leurs valeurs, leurs aspirations, leurs

    craintes, ou encore leur rapport la politique. Qui sont

    les jeunes de 18-30 ans ? Sagit-il dune population

    homogne ou des diffrences profondes existent-

    elles selon leur milieu social ou leur lieu dhabitation

    (ville, campagne, zone urbaine sensible) ?

    La proximit avec dautres catgories de population

    QUESTION : Diriez-vous que vous tes trs, assez, peu ou pas du tout proche avec

    Trs procheAssez proche

    Peu prochePas assez proche Ne se prononce pas

    Ipsos a interrog par tlphone, dbut janvier

    2011, un chantillon reprsentatif de 702 jeunes

    gs de 18 30 ans, auquel sajoute un chantillon

    spcifique de jeunes du mme ge rsidant en zone

    urbaine sensible.

    Les gens du mme milieu social que vous

    Les gens de votre ge

    Les autres Franais

    Les gens dorigine immigre en France

    Les habitants de votre quartier

    32 55 10 21

    33 53 12 2

    13 59 22 4 2

    20 51 22 16

    87

    86

    72

    71

    337 26 37 30

    28 58 12 11

    24 62 12 2

    8 61 27 31

    9 53 27 10 1

    86

    86

    69

    62

    599 50 28 13

    36 51 12 1

    38 48 8 5 1

    18 63 15 2 2

    27 43 23 25

    87

    86

    81

    70

    3812 26 33 29

  • 9Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011

    La signification de lautonomie pour les jeunes

    QUESTION : Pour quelquun de votre ge, tre autonome, quest-ce que cela signifie ?

    Total suprieur 100, trois rponses possibles

    Gagner de largent en travaillant

    Ne plus vivre chez ses parents

    Vivre en couple, avoir des enfants

    tre considr comme un citoyen

    Avoir les mmes droits sociaux que le reste de la population

    Disposer daides publiques pour tudier (bourses, allocations)

    Avoir accs personnellement la scurit sociale

    Gagner de largent en travaillant

    Ne plus vivre chez ses parents

    Vivre en couple, avoir des enfants

    tre considr comme un citoyen

    Cit en premier

    55

    17

    13

    7

    6

    1

    1

    52

    16

    20

    8

    3

    1

    47

    20

    7

    16

    7

    1

    2

    Avoir les mmes droits sociaux que le reste de la population

    Avoir accs personnellement la scurit sociale

    Disposer daides publiques pour tudier (bourses, allocations)

    La signification de lautonomie pour les jeunes (suite)

    QUESTION : Pour quelquun de votre ge, tre autonome, quest-ce que cela signifie ?

    Cit au total

    78

    49

    30

    18

    16

    4

    3

    78

    46

    22

    26

    21

    5

    3

    75

    51

    35

    19

    16

    2

    1

  • 10Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011

    Les valeurs des jeunes

    QUESTION : Voici un certain nombre de valeurs qui peuvent compter dans la vie des gens. Je voudrais que vous me disiez pour chacune dentre elles quelle importance elle a pour vous.

    Pas trs importantPlutt important

    ImportantExtrmement important Ne se prononce pas

    La libert, la libert de ses opinions, de ses actions

    tre indpendant, tre autonome, se dbrouiller tout seul

    Lhonneur, tre respect dans la vie

    Lordre public, le respect de la loi

    Prendre soin des autres

    6 27 66 93

    91

    87

    86

    85

    Chercher prserver la plante

    85

    9 43 48

    3 43 4810

    3 48 3811

    2 45 4013

    3 43 4212

    93

    87

    86

    84

    85

    85

    1 40 4613

    3 52 3215

    2 50 3513

    1 39 4614

    1

    6 33 601

    12 48 391

    94

    87

    86

    84

    86

    89

    2 35 5112

    3 45 4111

    1 47 4210

    13 40 47

    4 28 661 1

    12 51 3313

    Les valeurs des jeunes (suite)

    QUESTION : Voici un certain nombre de valeurs qui peuvent compter dans la vie des gens. Je voudrais que vous me disiez pour chacune dentre elles quelle importance elle a pour vous.

    Pas trs importantPlutt important

    ImportantExtrmement important Ne se prononce pas

    Rduire lcart entre les riches et les pauvres

    Lambition, travailler dur pour russir

    La russite matrielle, gagner de largent

    Le respect des traditions, prserver nos coutumes, nos manires de vivre

    La recherche de sensations fortes et de plaisirs immdiats

    13 37 43 80

    77

    67

    63

    41

    La religion 32

    13 46 2120

    18 42 2119

    37 33 822

    57 21 1111

    80

    79

    65

    70

    40

    31

    86

    76

    57

    73

    38

    46

    6 31 556 26 1

    17 44 336

    18 43 372

    14 54 257

    12 45 2023

    13 47 2317

    34 37 326

    60 23 89

    12 41 3512

    1720 4023

    14 48 2513

    42 34 420

    50 28 22

    S/T important +ext.

    important %

    S/T important +ext.

    important %

    S/T important +ext.

    important %

    S/T important +ext.

    important %

    S/T important +ext.

    important %

    S/T important +ext.

    important %

  • 11Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011

    Le chmage

    Le manque dargent

    La dgradation de lenvironnement

    Linscurit

    Le racisme

    Lextrme droite

    Le terrorisme

    Le SIDA

    La solitude

    La drogue

    Lalcool

    Autre*

    Les difficults pour accder une logement

    * Item non suggr

    Total suprieur 100, trois rponses possibles

    S/T MEDIAS TRADITIONNELS

    Les journaux

    La tlvision

    La radio

    S/T INTERNET

    Les rseaux sociaux (Facebook)

    Les blogs

    Ne se prononce pas

    Les sites internet des journaux, radios, tlvision

    Les principales craintes des jeunes

    QUESTION : Dans la liste suivante, quels sont les principaux problmes auxquels vous craignez dtre confront ?

    43

    31

    24

    23

    19

    19

    17

    16

    11

    11

    7

    3

    1

    46

    32

    19

    20

    27

    25

    14

    13

    10

    14

    4

    2

    1

    50

    33

    24

    23

    17

    13

    16

    17

    10

    12

    8

    3

    Le mdia auquel les jeunes font le plus confiance

    QUESTION : : Parmi les mdias suivants, quel est celui auquel vous faites le plus confiance ?

    76

    31

    30

    15

    15

    12

    2

    1

    9

    75

    28

    32

    15

    16

    13

    2

    1

    9

    83

    32

    36

    15

    11

    9

    1

    1

    6

  • 12Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011

    * Item non suggr

    Les principaux dfauts de la socit franaise

    QUESTION : Selon vous, quels sont les principaux dfauts de la socit franaise actuelle ?

    34

    27

    25

    24

    24

    24

    9

    9

    7

    1

    1

    38

    33

    24

    18

    36

    22

    10

    7

    9

    1

    37

    30

    21

    27

    20

    17

    8

    9

    7

    1

    2

    Les critres les plus importants pour russir dans la vie

    QUESTION : Aujourdhui quest-ce qui vous parat le plus important pour russir dans sa vie ?

    37

    36

    30

    22

    17

    17

    11

    10

    8

    8

    34

    32

    28

    28

    26

    16

    13

    10

    14

    13

    35

    40

    34

    16

    17

    13

    9

    13

    4

    4

    Total suprieur 100, trois rponses possibles

    1

    Elle est trop ingalitaire

    Largent y tient une trop grande place

    Il y a trop de malhonntet, de corruption

    Elle dcourage ceux qui ont de linitiative

    Elle est trop individualiste

    Elle est trop violente

    Il ny a pas assez dautorit, dordre

    Elle nest pas assez dmocratique

    Autre*

    Ne se prononce pas

    Elle ne donne pas suffisamment de place aux jeunes

    tre comptent dans son domaine

    tre courageux

    Avoir le got du travail

    Avoir des relations

    Avoir des diplmes

    tre cultiv

    Avoir de la chance

    Avoir de largent

    tre n dans un milieu favoris

    Avoir lesprit de comptition

    Ne se prononce pasTotal suprieur 100, trois rponses possibles

  • 13Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011

    * Item non suggr

    Les principaux freins laccs lemploi

    QUESTION : Selon vous, quest-ce qui gne le plus les jeunes pour trouver un emploi ?

    46

    36

    20

    19

    18

    15

    15

    10

    1

    1

    46

    41

    30

    24

    8

    22

    18

    8

    53

    35

    16

    8

    26

    17

    14

    7

    1

    Total suprieur 100, trois rponses possibles

    Le manque dexprience

    La couleur de peau

    Le manque de formation professionnelle

    Autre*

    Ne se prononce pas

    Le manque de confiance des chefs dentreprises envers les jeunes

    Le fait dtre issus de ville ou de quartiers qui ont une mauvaise image

    Le cot trop lev des charges lembauche pour les entreprises

    Lapparence vestimentaire ou physique des jeunes

    Linsuffisance des aides publique lembauche des jeunes

    Les acteurs qui devraient aider les jeunes durant

    les tudes

    QUESTION : Selon vous, pendant la priode des tudes, qui devrait en priorit aider financirement les jeunes ?

    67

    17

    15

    1

    74

    9

    16

    1

    66

    17

    16

    1

    Ltat, sous la forme de bourses ou dallocations

    La famille, sous la forme dune aide rgulire

    Le jeune lui-mme, en travaillant

    Ne se prononce pas

  • 14Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011

    La prfrence entre secteur priv et secteur public

    QUESTION : Vous personnellement, prfreriez-vous travailler

    Dans le publicDans le priv

    ENSEMBLE RURAUX ZUS

    13 %

    44 %

    43 %

    12 %

    42 %

    46 %

    13 %

    35 %

    52 %

    Ne se prononce pas

    Opinions et attitudes sur les grands sujets de socit

    Plutt daccordPlutt pas daccord Ne se prononce pas

    Chaque mois on se demande comment on va faire pour tout payer

    Que ce soit la droite ou la gauche, cest toujours la mme chose

    Il est normal que les couples homosexuels puissent adopter des enfants

    La France est sur le dclin

    Il faut plus de services publics en France

    Tous les trangers non europens rsidant en France devraient avoir le droit de vote aux lections locales

    Les chmeurs pourraient trouver du travail sils le voulaient vraiment

    La mondialisation conomique est une chance pour la France

    Je me sens de plus en plus europen

    81 18 1

    70 28 2

    70 27 3

    69 27 4

    66 32 2

    64 33 3

    52 47 1

    49 47 4

    49 50 1

    84 16

    78 21 1

    72 26 2

    71 27 2

    63 35 2

    60 38 2

    65 34 1

    48 45 7

    49 50 1

    75 22 3

    67 29 4

    59 33 8

    70 29 1

    65 33 2

    45 52 3

    46 48 6

    40 58 2

    85 13 2

    QUESTION : Voici un certain nombre de phrases que lon entend parfois. Pour chacune delle, vous me direz si vous tes plutt daccord ou plutt pas daccord.

  • 15Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011

    Opinions et attitudes sur les grands sujets de socit

    (suite)

    QUESTION : Voici un certain nombre de phrases que lon entend parfois. Pour chacune delle, vous me direz si vous tes plutt daccord ou plutt pas daccord.

    Plutt daccordPlutt pas daccord Ne se prononce pas

    A lcole la cantine devrait servir des plats diffrents selon les convictions religieuses des lves

    On ne se sent en scurit nulle part

    Il faudrait dpnaliser la consommation de haschich

    Il y a trop dimmigrs en France

    On parle trop de lextermination des Juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale

    La femme est faite pour avoir des enfants et les lever

    Il faudrait diminuer le nombre de fonctionnaires

    Il faudrait rtablir la peine de mort

    48 51 1

    41 59

    36 61 3

    33 64 3

    29 69 2

    23 76 1

    22 276

    22 276

    40 59 1

    41 59

    35 63 2

    38 59 3

    27 72 1

    27 73

    24 175

    30 169

    65 34 1

    40 59

    29 70 1

    35 60 5

    35 61 4

    26 74

    25 273

    26 173

    1

  • 16Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011

    ENSEMBLE RURAUX ZUS

    BeaucoupAssez

    Lintrt pour la politique

    QUESTION : Personnellement, diriez-vous que vous vous intressez la politique ?

    24 %

    30 %

    34 %

    12 %

    31 %

    30 %

    32 %

    7 %20 %

    40 %

    25 %

    15 %

    PeuPas du tout Ne se prononce pas

    S/T Beaucoup + Assez

    46 %

    S/T Peu + Pas du tout

    54 %

    S/T Beaucoup + Assez

    39 %

    S/T Peu + Pas du tout

    61 %

    S/T Beaucoup + Assez

    40 %

    S/T Peu + Pas du tout

    60 %

    ENSEMBLE RURAUX ZUS

    BeaucoupAssez

    Lintrt des responsables politiques pour les jeunes

    QUESTION : votre avis, est-ce que les responsables politiques, en gnral, se proccupent beaucoup, assez, peu ou pas du tout de ce que pensent les gens comme vous ?

    1 %

    37 %

    50 %

    11 %

    37 %

    54 %

    8 %

    48 %44 %

    7 %

    PeuPas du tout Ne se prononce pas

    S/T Beaucoup + Assez

    12 %

    S/T Peu + Pas du tout

    87 %

    S/T Beaucoup + Assez

    9 %

    S/T Peu + Pas du tout

    91 %

    S/T Beaucoup + Assez

    8 %

    S/T Peu + Pas du tout

    92 %

    1 % 1 % 1 %

  • 17Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011

    * Item non suggr

    Les motivations potentielles de lengagement politique

    QUESTION : Quest-ce qui pourrait vous pousser vous engager en politique ?

    35

    25

    19

    18

    16

    14

    12

    11

    5

    4

    32

    33

    19

    21

    12

    21

    17

    11

    6

    2

    27

    20

    21

    16

    15

    13

    11

    11

    5

    3

    Le sentiment de pouvoir faire bouger les choses

    QUESTION : Avez-vous le sentiment de pouvoir, votre niveau, faire bouger les choses dans le pays ?

    Total suprieur 100, trois rponses possibles

    2 22

    ENSEMBLE RURAUX ZUS

    BeaucoupUn peu

    1 %

    54 % 32 %

    13 %

    55 %34 %

    10 %

    62 % 23 %

    12 %

    Trs peuPas du tout Ne se prononce pas

    S/T Beaucoup + Assez

    14 %

    S/T Peu + Pas du tout

    86 %

    S/T Beaucoup + Assez

    11 %

    S/T Peu + Pas du tout

    89 %

    S/T Beaucoup + Assez

    15 %

    S/T Peu + Pas du tout

    85 %

    1 % 3 %

    Lutter contre les injustices sociales

    Lutter contre les discriminations

    Se retrouver avec des gens qui partagent les mmes valeurs

    Ragir une catastrophe cologique

    Sopposer Nicolas Sarkozy

    Protester contre une guerre ltranger comme en Irak

    Participer un combat collectif

    Ragir une bavure policire

    Rien de tout cela*

    Ne se prononce pas

    Soutenir un responsable politique qui dfend vos ides

  • 18Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011

    Le contrle de sa vie

    Le positionnement sur une chelle gauche-droite

    QUESTION : Diriez-vous que vous tes

    ENSEMBLE RURAUX ZUS

    Franchement de gauchePlutt de gauche

    50 %26 %

    9 %

    56 %

    25 %

    5 %

    50 %24 %

    14 %

    Plutt de droiteFranchement de droite

    S/T Gauche35 %

    S/T Droite13 %

    S/T Gauche30 %

    S/T Droite12 %

    S/T Gauche38 %

    S/T Droite10 %

    QUESTION : Certaines personnes pensent qu'elles ont le contrle de la manire dont leur vie se droule. D'autres pensent qu'elles n'ont que peu de pouvoir rel sur ce qui leur arrive. En ce qui vous concerne, diriez-vous plutt que

    ENSEMBLE RURAUX ZUS

    Vous avez le contrle de la manire dont se droule votre vieVous navez que peu de pouvoir rel sur ce qui vous arriveNe se prononce pas

    36 %

    63 %

    36 %

    63 % 52 %

    44 %

    1 % 1 % 4 %

    Ni de gauche ni de droiteNe se prononce pas

    10 %

    2 %

    3 %

    8 %

    2 %

    4 %

    2 %

    3 %

    7 %

    Illustrations de la page 8 18 - Source : Ipsos Public Affairs

  • 19Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 19

    majorit (55 %) rpond avant toute autre chose

    quil sagit de gagner de largent en travaillant.

    Cette rponse arrive loin devant toutes les autres,

    quil sagisse de ne plus vivre chez ses parents

    (17 %), de vivre en couple ou avoir des enfants

    (13 %), dtre considr comme un citoyen (7 %),

    davoir les mmes droits sociaux que le reste de la

    population (16 %), de disposer daides publiques

    pour tudier (1 %) ou davoir accs personnellement

    la scurit sociale (1 %).

    Si laspiration fonder un foyer est un peu plus

    mise en avant par les jeunes ruraux et les personnes

    issues dun milieu social dfavoris, et le besoin

    dtre considr comme un citoyen davantage

    mentionn par les personnes vivant en ZUS, force est

    de constater que le souhait de gagner de largent en

    travaillant est la rponse cite en premire position

    par tous les jeunes, quel que soit leur profil socio-

    dmographique, ce qui tmoigne de limportance

    quils accordent lindpendance financire.

    Ainsi, lambition et le fait de travailler dur pour

    russir sont des choses importantes pour trois

    jeunes sur quatre (77 %), et mme extrmement

    importantes pour un tiers dentre eux. De mme, la

    russite matrielle et le fait de gagner de largent est

    quelque chose dimportant pour deux jeunes sur trois

    et dextrmement important pour 21 % dentre eux.

    b) Le chmage, principale crainte des jeunes

    Cette aspiration lautonomie financire saccom-

    pagne logiquement dune crainte prononce

    lgard du chmage : cest en effet le principal pro-

    blme auquel les jeunes redoutent dtre confron-

    ts(43 %), avec le manque dargent (31 %).

    Les problmes conomiques sont donc au cur

    des inquitudes des jeunes.

    Loin des clichs parfois associs cette population,

    cette enqute fait le portrait dune gnration

    qui ne souhaite pas la rvolution mais dsire

    nanmoins changer en profondeur certains aspects

    de la socit (ingalits sociales, chmage lev),

    qui aspire lautonomie mais en misant surtout,

    faute dalternative, sur elle-mme pour y parvenir,

    qui se montre librale sur le plan des murs tout

    en souhaitant de lordre et de la scurit, et qui

    apparat, enfin, profondment dsabuse lgard

    de la politique et de ses reprsentants.

    Les jeunes vivant en zone rurale ne se distinguent

    gure des autres. Les jeunes vivant en zone

    urbaine sensible ne sont pas non plus si diffrents

    mais ils pointent avec plus dinsistance certaines

    difficults auxquelles ils sont probablement

    davantage confronts (accs au logement, racisme,

    discriminations) et expriment un besoin de

    considration plus viscral.

    1. Un besoin dautonomie qui rime avec travail et argent

    a) tre autonome, cest avant tout gagner

    de largent en travaillant

    Les jeunes de 18 30 ans aspirent tre autonomes

    et cette autonomie passe avant tout par laccs

    un travail et, in fine, lindpendance financire.

    Ainsi, le fait dtre indpendant et de se dbrouiller

    tout seul est quelque chose dimportant pour la

    quasi-totalit dentre eux, la moiti indiquant mme

    que cest quelque chose dextrmement important

    (48 %). Parmi toutes les valeurs qui peuvent

    compter dans leur vie, cest celle qui leur parat,

    avec la libert dexpression, la plus essentielle.

    Par ailleurs, lorsquon leur demande ce que signifie

    pour quelquun de leur ge tre autonome , la

    Les enseignements de lenqute

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 20

    Ces chiffres dmontrent, limage des travaux de

    Sybille Gollac2, la persistance de lattirance des

    jeunes pour la fonction publique, toujours perue,

    notamment par les enfants de milieux populaires,

    comme une voie de mobilit sociale.

    2. Une volont de sintgrer dans une socit moins ingalitaire

    a) Une socit encore trop ingalitaire

    Entre autres rcriminations, les jeunes reprochent

    surtout la socit franaise dtre trop ingali-

    taire (34 %), une critique encore plus mise en avant

    par les jeunes vivant en ZUS (38 %). Ces derniers

    soulignent galement davantage le fait quelle ne

    donne pas suffisamment de place aux jeunes (36 %

    contre 24 % en moyenne).

    La rduction des carts entre riches et pauvres

    apparat donc comme une valeur importante pour

    80 % dentre eux, prs de la moiti (43 %) estimant

    mme quil sagit de quelque chose dextrmement

    important . Les habitants des ZUS expriment ce

    souhait avec encore plus de force : ils sont 55 %

    juger cet objectif extrmement important, ce qui le

    place en deuxime position dans la hirarchie des

    choses qui comptent dans leur vie.

    Cest peut-tre pour corriger en partie ces ingalits

    que les interviews estiment trs largement (67 %)

    que cest surtout ltat daider financirement les

    jeunes pendant la priode des tudes, loin devant

    la famille (17 %) ou le jeune lui-mme (15 %).

    Les personnes vivant en ZUS sont encore plus

    nombreuses plbisciter lintervention de ltat

    (74 %). Cest peut-tre galement pour satisfaire

    cet objectif de baisse des ingalits que la majorit

    des interviews considre quil est ncessaire quil y

    ait plus de services publics en France (66 %), cette

    opinion tant l encore davantage partage par les

    personnes habitant en ZUS (70 %).

    Ce sujet inquite toutes les catgories de

    population, y compris les plus diplmes. Les autres

    domaines dinquitude arrivent assez loin derrire :

    la dgradation de lenvironnement est mentionne

    par 24 % des jeunes, quasiment au mme niveau

    que linscurit (23 %) et juste devant le racisme

    (19 %), les difficults pour accder un logement

    (19 %), lextrme droite (17 %), le terrorisme (16 %),

    le SIDA (11 %) et la solitude (11 %).

    Laccs lemploi tant primordial, les jeunes se

    dsolent quon ne leur donne pas suffisamment la

    possibilit de faire leurs preuves. Ainsi, le manque

    dexprience (46 %) et le manque de confiance des

    chefs dentreprise envers leur classe dge (36

    %) leur apparaissent comme les deux principaux

    freins pour trouver un emploi. Le manque de

    confiance des dirigeants est particulirement mis

    en avant par les jeunes vivant en ZUS (41 %).

    La discrimination dont peuvent galement tre

    victimes certains jeunes est galement pointe

    du doigt par les 18-30 ans : la couleur de peau (20

    %) et le fait dtre issu de villes ou de quartiers ayant

    une mauvaise image (19 %) sont considrs comme

    des entraves importantes pour trouver un emploi,

    ces deux facteurs tant particulirement souligns

    par les jeunes vivant en ZUS (respectivement

    30 % et 24 %) et par les jeunes dorigine immigre

    (28 % et 23 %). Les interviews rsidant en zone

    urbaine sensible sont galement plus nombreux

    redouter dtre confronts au racisme (27 %)

    et des difficults pour accder un logement

    (25 %), craintes qui leur apparaissent suprieures

    linscurit ou la dgradation de lenvironnement.

    Invits se prononcer sur leur prfrence entre

    secteur public et secteur priv, 43 % souhaiteraient

    plutt travailler dans le public, 44 % dans le priv

    et 13% ne se prononcent pas.

    Les personnes vivant dans des agglomrations

    rurales ne se distinguent gure de la moyenne.

    En revanche, les jeunes habitant en zone urbaine

    sensible expriment un peu plus leur envie de

    travailler dans le secteur public (52 %), tout

    comme les personnes nayant pas le Bac (51 %).

    linverse, les jeunes ayant un bac +5 penchent

    majoritairement (60 %) en faveur du secteur priv.

    2 Gollac Sybille, 2005, La fonction publique : une voie de promotion sociale pour les enfants des classes populaires ? Socits contemporaines, L'Harmattan, n58, Paris, p. 41-63

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 21

    la libert, et notamment la libert de ses opinions

    et de ses actions, est quelque chose dextrmement

    important. Cest la valeur qui compte le plus pour

    eux, loin devant toutes les autres.

    Alors que les Franais dans leur ensemble se

    montrent trs partags sur la question, les 18-30

    ans sont particulirement favorables ladoption

    denfants par les couples homosexuels : 70 %

    estiment que cest quelque chose de normal,

    contre seulement 27 % qui sont de lavis contraire.

    Si les femmes sont encore plus nombreuses sy

    montrer favorables (77 %), les autres catgories de

    population expriment toutes majoritairement leur

    assentiment, y compris les jeunes catholiques. Seuls

    les jeunes de confession musulmane sy opposent

    majoritairement.

    Les 18-30 ans se montrent galement trs

    largement ouverts au droit de vote des trangers

    non europens rsidant en France aux lections

    locales (64 %). L encore, le sujet suscite peu de

    rejet, mme si des divergences lies la proximit

    politique apparaissent : les jeunes se disant

    proches de lUMP sont beaucoup plus partags,

    alors que ceux qui se disent proches de la gauche

    parlementaire y sont majoritairement acquis.

    b) mais dans un cadre ordonn

    Ce libralisme culturel rel sur certaines questions

    de socit saccompagne nanmoins dun besoin

    de cadrage prononc. Les 18-30 ans plbiscitent

    une socit ordonne o lon se rfre certaines

    rgles.

    Ainsi, lordre public et le respect de la loi

    sont des valeurs importantes pour 86 % des

    jeunes, 38 % estimant mme que cest quelque

    chose dextrmement important dans leur vie. De

    mme, 87 % estiment que lhonneur et le fait

    dtre respect sont des choses importantes,

    voire extrmement importantes pour 48 %

    dentre eux. Ces valeurs sont parmi celles qui

    comptent le plus pour les jeunes avec la libert

    et lautonomie. Lattachement aux traditions

    est par ailleurs mis en avant par 63 % dentre

    eux (21 % considrant que cest quelque chose

    dextrmement important).

    b) Leffort personnel, principal moyen

    de sintgrer

    Si leur angoisse du chmage et leur dnonciation

    des ingalits sociales sont relles, ils ne

    remettent pas en cause le systme tel quil

    fonctionne actuellement. Les 18-30 ans semblent

    avoir encore relativement foi en la mritocratie

    la franaise. Ainsi, les deux critres quils jugent

    essentiels pour russir dans la vie renvoient des

    notions de comptence et deffort personnel bien

    plus qu des avantages inns lis une origine

    socio-culturelle favorise. Selon eux, le plus

    important est dtre comptent dans son domaine

    (37 %), courageux (36 %) et davoir le got du

    travail (30 %).

    Le fait davoir des relations (22 %), des diplmes

    (17 %) ou dtre cultiv (17 %) arrive ensuite, tandis

    que le fait davoir de la chance (11%), de largent (10 %)

    ou dtre n dans un milieu favoris (8 %) est cit

    dans des proportions encore plus marginales, tout

    comme le fait davoir lesprit de comptition (8 %).

    Il est important de noter que 52 % des jeunes habitant

    en ZUS pensent navoir que peu de pouvoir rel sur

    ce qui leur arrive. En fait, les jeunes qui vivent en

    zone urbaine sensible plbiscitent leffort personnel

    mais de manire moins affirme que les autres : sils

    placent la comptence et le courage en tte des

    critres indispensables pour russir dans la vie,

    ils sont nanmoins plus nombreux estimer que

    les relations et les diplmes, voire le fait dtre

    n dans un milieu favoris ou davoir lesprit de

    comptition comptent pour beaucoup. La confiance

    de cette population est donc plus vacillante. Il ressort

    clairement dans leurs rponses quils considrent

    le piston comme tant un facteur important dans la

    russite personnelle et professionnelle.

    3. Un libralisme culturel qui saccompagne dune demande dordre et de scurit

    a) Une ouverture desprit sur le plan

    des murs

    Sur le plan des murs, les jeunes de 18 30 ans

    se caractrisent par un certain libralisme social et

    culturel. Ainsi, les deux tiers dentre eux estiment que

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 22

    (62 %) font part de leur dsintrt avec encore

    plus de force. En revanche, les hommes (53 %)

    mais surtout les personnes ayant un bac+5 (75 %)

    dclarent majoritairement sy intresser.

    Il faut dire que les jeunes ont massivement le

    sentiment que les responsables politiques ne se

    proccupent gure des gens comme eux (87 %

    dont 37 % qui estiment mme quils ne sen

    proccupent pas du tout ). Ce sentiment de rejet

    est exprim avec encore plus dintensit par les

    jeunes vivant en ZUS : la quasi-totalit dentre

    eux considre que les responsables politiques ne

    sintressent pas eux, 48 % estimant quils ne sy

    intressent pas du tout .

    Lorsquon leur demande de prciser leur prfrence

    politique, la moiti des jeunes affirme ntre ni

    de gauche ni de droite (50 %). Sils sont un peu

    plus nombreux pencher pour la gauche (35 %)

    que pour la droite (13 %), force est de constater que

    le positionnement sur une chelle gauche droite est

    difficile pour une part significative de cette population.

    b) Une population difficile mobiliser

    Lorsquon demande aux jeunes ce qui pourrait les

    pousser sengager en politique, la lutte contre

    les injustices sociales arrive en tte (35 %), devant

    la lutte contre les discriminations (25 %). Ces deux

    motivations font cho aux proccupations mises en

    vidence dans cette enqute et sont particulirement

    mentionnes par les personnes se disant de gauche

    (respectivement 46 % et 31 %) et par les personnes

    les plus diplmes (50 % et 33 %). La lutte contre

    les discriminations est galement souligne par un

    tiers des jeunes habitant en ZUS.

    Les motivations plus classiques, comme le fait de

    se retrouver avec des personnes partageant les

    mmes valeurs (19 %), de soutenir un responsable

    politique dfendant ses ides (18 %) ou de participer

    un combat collectif (11 %) napparaissent gure

    comme des motivations essentielles, tout comme

    lopposition Nicolas Sarkozy qui nest mentionne

    que par 14 % des interviews (mais 21 % en ZUS).

    Certaines ides reues sur les jeunes sont

    galement battues en brche par cette enqute :

    seule une minorit accorde de limportance

    la recherche de sensations fortes et de plaisirs

    immdiats (41 %) et cest une nette majorit qui

    se dgage pour sopposer la dpnalisation de la

    consommation de haschich (61 %). Ils se montrent

    galement sensibles largument du dclin de la

    France (69 %).

    c) Une minorit conservatrice, voire

    ractionnaire et xnophobe non ngligeable

    Si les ides les plus conservatrices testes dans

    cette enqute sont rejetes par la plupart des

    jeunes, une minorit non ngligeable les dfend.

    Ainsi, 33 % des 18-30 ans considrent quil y a

    trop dimmigrs en France, 29 % quon parle trop

    de lextermination des Juifs pendant la seconde

    guerre mondiale, 23 % que la femme est faite pour

    avoir des enfants et les lever et 22 % quil faudrait

    rtablir la peine de mort. Les jeunes nayant pas

    le baccalaurat ont plus tendance partager

    ces ides. Sur le sujet de lextermination des Juifs

    durant la Seconde Guerre, les jeunes musulmans

    se distinguent galement par une propension

    beaucoup plus importante - et mme majoritaire

    (58 %) - adhrer lide que lon en parle trop.

    4. Un rapport au politique empreint de dsillusion et de mfiance

    a) Un intrt modr pour la politique

    Moins dun jeune sur deux (46 %) dclare sin-

    tresser la politique. linverse, 54 % affir-

    ment ne pas sy intresser, dont 24 % qui ne

    sy intressent pas du tout . Les jeunes ne se

    distinguent gure de lensemble des Franais sur ce

    point, le dsenchantement lgard de la politique

    traversant toutes les couches de la socit.

    Les personnes nayant pas le baccalaurat (74 %) ou

    vivant en zone rurale (61 %) ainsi que les femmes

  • 23Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 23

    2. Les grandes tendances

    Sur ce qui tait considr comme tant positif

    dans le fait de vivre en France, lunanimit des

    groupes a voqu les services publics, que certains

    appellent les biens publics , avec notamment la

    scurit sociale, laccs aux soins, lhpital, les

    transports Laide de ltat pour faire des tudes

    travers le systme des bourses est galement

    ressortie. Le contexte aidant certainement, ces

    groupes ayant lieu au moment o les rvolutions

    arabes faisaient la une de lactualit, les liberts

    dexpression, ltat de droit, la libert de la presse

    ont t unanimement salus, tout comme le fait

    que nous vivions dans un pays en paix, sans guerre

    civile ni guerre avec un pays voisin. Les semaines de

    congs pays, ainsi que le fait de pouvoir bnficier

    dun peu de temps pour soi, ont galement t

    noncs comme lments positifs, mais plus la

    marge, relativiss par la pression et le stress subis

    dans le cadre du travail.

    Il est nanmoins important de souligner que ces

    atouts mentionns sont aussitt signals comme

    tant menacs et reprsentatifs de la dgradation

    des conditions de vie en France. Les jeunes estiment

    dans leur ensemble quune menace pse sur les

    services publics, que ceux-ci se dlitent. Elle pse

    aussi sur le systme redistributif des retraites et

    sur lge du dpart. Les aides sociales, de plus en

    plus difficiles obtenir, sont galement cites ainsi

    que la complexit des documents administratifs

    remplir, ncessaires pour toute demande. Les

    difficults dobtention dun logement social sont

    aussi dnonces.

    1. Mthodologie

    Il sagissait de trois heures en moyenne de

    discussion avec de petits groupes de jeunes gs de

    17 30 ans. Lanimation du groupe tait effectue

    par un chercheur et un politique.

    Les jeunes ne constituaient pas un panel

    reprsentatif, mais la diversit des lieux et du

    recrutement a permis de constituer au final un

    ensemble de jeunes assez reprsentatif, ni rvolts

    par les institutions, ne rencontrant pas forcment

    les plus grandes difficults mais connaissant tout de

    mme dans leur quotidien lensemble des problmes

    de leur gnration. Lensemble des jeunes tait

    soit en cours de passage soit en possession du bac

    (gnral ou professionnel) au minimum.

    Il ne sagissait pas dun entretien sociologique

    proprement parler, malgr la prsence

    systmatique dun sociologue ou politiste, mais

    dune discussion ouverte, bien que cadre, avec ces

    jeunes, afin dapprofondir lenqute IPSOS quant

    leur apprhension de la socit, du politique, des

    valeurs, et dautre part, de leur soumettre quelques

    propositions des socialistes concernant les jeunes.

    La discussion seffectuait en trois temps. Tout

    dabord, linterrogation portait sur ce qui allait ou

    non en France, sur ce quil faudrait changer selon

    eux. Ensuite, en fonction des groupes, la discussion

    sorientait autour de quelques thmes dont les

    jeunes semparaient tels que les ingalits, le travail,

    le mrite, lautonomie Enfin, des propositions leur

    taient soumises afin de voir leur raction, entendre

    leur avis sur la question.

    II- Les enseignements de nos groupes terrain changes avec des jeunes dAubervilliers, Bordeaux, Clamecy, Paris entre le 5 et le 16 fvrier 2011

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 24

    plus constituer un lieu dpanouissement personnel

    mais de ne se concentrer que sur un enseignement

    productiviste, rentable pour lavenir professionnel. Et

    dans le mme temps, la coupure entre tablissement

    scolaire et monde professionnel est fortement

    dnonce. Le manque de contact entre les deux

    milieux est mis en avant et regrett, complexifiant

    les choix dorientation. Les remarques mettent en

    exergue la difficult de choisir une orientation alors

    que lon ne sait concrtement en rien ce quoi cela

    correspond. Lenvie de dcouvrir les mtiers par des

    salons, des expriences courtes en entreprise est

    affirme et met en relief le manque dinformation

    dont disposent les lves, les mtiers prsents

    tant gnralement uniquement ceux des parents

    dlves, rduisant dautant le champ des possibles.

    Les inquitudes et difficults pour financer leurs

    tudes, en raison de linsuffisance du montant

    des bourses (pour ceux pouvant y prtendre !), le

    cot pour passer certains concours, et le fait que

    certaines formations ne soient proposes que

    par des instituts privs constituent de vritables

    sources dinquitude pour ces jeunes. Les cots

    lis la mobilit (logement, frais dinscription),

    pour suivre certaines formations, aussi bien pour

    les formations professionnelles dans le secondaire

    que pour lenseignement suprieur, constituent de

    vritables barrires conomiques et sociales pour

    une grande partie des jeunes interrogs.

    4. Lintgration au monde du travail

    Les jeunes, dans tous les groupes, se plaignent

    du manque de confiance qui leur est accord,

    notamment de la part des recruteurs qui leur

    reprochent toujours leur manque dexprience.

    Paradoxalement, lexigence est de plus en plus forte

    lgard des diplmes, mais ceux-ci ne constituent

    plus une garantie de salaire ou de statut. Les

    jeunes dnoncent le fait que lon demande de plus

    en plus dinvestissement dans le travail tout en ne

    bnficiant ni de reconnaissance symbolique ni

    salariale. La quasi non rmunration des stages est

    dnonce dans le cadre des stages de fin dtudes

    sapparentant un vritable emploi.

    3. Un systme ducatif refonder ?

    Le systme ducatif franais est particulirement

    dcri, faisant cho au fait que ces jeunes

    considrent que lcole nassure plus correctement

    et quitablement la prparation de leur avenir.

    Les propos de lensemble dentre eux, tout milieu

    social ou niveau dtudes confondus, confirment

    les analyses de sociologues tels que Ccile Van de

    Velde et Olivier Galland sur la spcificit franaise

    de lducation. Le poids des diplmes est dnonc

    aussi bien par les jeunes diplms dune grande

    cole que par ceux ayant arrt leurs tudes peu

    aprs le bac. Ce sentiment que toute sa vie se joue

    partir de lobtention ou non dun diplme, et de

    plus pas de nimporte quel diplme, celui dune

    cole reconnue, dans une formation reconnue, pse

    lourdement sur la vision de lavenir quont les jeunes.

    Ils considrent quils nont pas le droit lerreur et

    que tout chec scolaire sera obligatoirement et

    irrmdiablement sanctionn par limpossibilit

    dvoluer professionnellement par la suite. Ceci

    dveloppe le stress scolaire, la comptition des

    lves entre eux, la surenchre dans les diplmes

    que lon cherche cumuler pour sortir du lot.

    Les dysfonctionnements du systme dorientation

    mis en place dans le secondaire constituent un objet

    rcurrent dinsatisfaction. La manire dorienter les

    jeunes est trs svrement critique : ce systme est

    considr comme tant au mieux inutile et au pire

    discriminant. Les conseils fournis sont alatoires, ne

    prennent que peu en compte les dsirs des jeunes, et

    surtout une sorte de censure est opre sur linforma-

    tion accompagne dune prdtermination en fonction

    du lyce. On ne prsentera ainsi pas les grandes coles

    des jeunes tudiant et rsidant en ZEP, de la mme

    manire quen fin de collge les jeunes de quartiers

    populaires sont massivement orients vers des filires

    professionnelles, quels que soient finalement leurs

    rsultats scolaires ou leurs envies.

    Le contenu mme des enseignements est critiqu,

    parfois de manire contradictoire dailleurs. On

    reproche labandon ou la menace pesant sur

    certains cours (histoire, littrature, options cinma,

    arts plastique, thtre), reprochant lcole de ne

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 25

    Laccs lemploi est enfin dcrit comme dautant

    plus difficile que le poids du rseau est devenu un

    lment majeur pour tre recrut, complexifiant

    encore laccs pour les moins bien dots lorigine,

    et que la discrimination est vraiment ressentie

    (femmes, jeunes dorigine trangre ou de quartiers

    dits sensibles).

    La prcarit dans laccs lemploi, intrim, CDD

    rptition, semble frapper de plus en plus toutes les

    tranches de la jeunesse, quel que soit le niveau de

    diplme ou lorigine sociale.

    5. La perception des ingalits et discriminations

    Le groupe dAubervilliers sest particulirement

    dmarqu sur cette thmatique. Pour eux, les

    ingalits se vivent aux travers des discriminations

    dont ils se sentent victimes au quotidien. Le

    problme de la couleur de peau sur la photo

    du CV est voqu de manire touffe. Mais ils

    expriment pour certains trs nettement le manque

    de reconnaissance, le sentiment de devoir faire

    plus defforts, de prouver plus que les autres leurs

    mrites au quotidien. Ils ont le sentiment quils ne

    connatront pas la mobilit ascendante dont leurs

    parents ont pu profiter, malgr des vies souvent

    difficiles et sont dcourags par les galres quils

    ont pu voir endurer par leurs frres, surs ou

    amis plus gs. Beaucoup revendiquent haut

    et fort le fait dtre Franais et dtre reconnus

    comme tels, et non de ltre en tant que Franais

    dorigine trangre , en dpit des discriminations

    quils connaissent ds lcole. Ils expriment trs

    clairement le fait que ce sont les autres qui doutent

    quils soient des Franais part entire, ce qui

    provoque un sentiment de division chez eux. Le

    rejet quils subissent amne certains remettre en

    question leur identit. La question du problme de

    la religion est voqu : la question de la meilleure

    intgration des portugais et italiens (catholiques)

    est pose en rapport avec les problmes quils

    subissent en tant que fils dimmigrs de religion

    musulmane.

  • 26Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 26

    entre gnrations dans les familles. Les grands-

    parents contribuent, les parents paient trs

    souvent, au moins en partie, le loyer de leur enfant.

    Ces solidarits attnuent les discriminations

    gnrationnelles.

    Les principales difficults

    Le systme ducatif aujourdhui ne fonctionne plus

    correctement. Il est devenu une sorte de grand

    instrument de classement social. Les gens ont ainsi

    dans lide que le niveau auquel on va sortir de

    lcole conditionne pour tout le reste de la vie, que

    le destin social sera fig par le classement scolaire.

    Le systme ducatif est dsormais extrmement

    slectif et acadmique.

    La comptition entre les jeunes sest accrue avec la

    massification scolaire. Elle a lgitimement cr des

    aspirations de promotion sociale pour ces nouvelles

    gnrations. Or, la socit nest pas aujourdhui en

    capacit de satisfaire ces aspirations. Le problme

    nest peut-tre donc pas le fait que les jeunes sen

    sortaient mieux avant, mais plutt quil existait une

    meilleure correspondance entre leurs aspirations

    initiales et le statut auquel ils parvenaient. La

    socit tait globalement plus marque par la

    reproduction sociale auparavant. Aujourdhui, nous

    sommes passs dans une socit plus mobile mais

    aussi plus angoissante pour tout le monde. Les

    jeunes issus de milieux favoriss sont malgr tout

    moins srs dy rester.

    Le modle franais est globalement, sur le plan

    de lemploi, dfavorable aux jeunes, le march du

    travail fonctionnant sur la dichotomie CDD/CDI.

    Cela a pour consquence de concentrer sur les

    jeunes la flexibilit de lemploi. Cette flexibilit

    relve essentiellement de deux caractristiques :

    - les transformations de lconomie et la

    mondialisation provoquent de grandes

    1. Les auditions :

    a) Olivier Galland

    Olivier Galland est sociologue et directeur de

    recherches lEHESS. Il est lauteur de nombreux

    ouvrages de rfrence sur la jeunesse.

    Les principales valeurs de la jeunesse

    Les attributs classiques de lge adulte restent trs

    stables et trs forts. Pour les jeunes, gagner de

    largent, travailler, avoir une rsidence autonome,

    former un couple et une famille, constituent la base

    de lentre dans lge adulte, dans lautonomie.

    Un consensus sest impos sur le partage des

    valeurs. Deux valeurs sont particulirement fortes : la

    demande dindividualisation et la demande dautorit.

    La demande dindividualisation consiste en une

    revendication dautonomie, de libert dans le choix

    de ses propres valeurs, notamment dans le domaine

    de la vie prive. Chacun doit ainsi tre libre de

    choisir ses valeurs, mais la libert de chacun sarrte

    l o commence celle des autres. Quand les liberts

    sentrechoquent, une rgulation doit apparatre,

    do cette forte demande dautorit.

    Cette demande dautorit nest pas la volont de voir

    simposer une autorit traditionnelle, arbitraire mais

    plutt de voir rguler les comportements publics.

    Lautorit revendique doit trouver sa justification

    dans la pacification des rapports sociaux.

    Les enqutes relvent le pessimisme des jeunes,

    mais un pessimisme plus ax sur la socit que

    sur leur cas en particulier. Les jeunes ne tiennent

    cependant pas leurs ans pour responsables, ils

    ne sont en majorit pas favorables une guerre

    des gnrations. Ceci sexplique dailleurs assez

    simplement : il existe une solidarit extraordinaire

    III- Les auditions et contributions libres dexperts

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 27

    intergnrationnelle de la flexibilit de lconomie.

    Une piste consisterait trouver un moyen de

    rformer le contrat de travail : comme en crant

    par exemple un contrat de travail dont les droits se

    renforceraient progressivement au fur et mesure

    de sa dure et dont le cot en termes de cotisations

    sociales pour les entreprises serait dautant plus

    lev que le contrat serait de courte dure.

    Il faudrait galement amliorer lorientation des

    jeunes qui se dirigent vers les filires professionnelles

    dans le secondaire. Ainsi, on reconnat aux jeunes

    qui sorientent en filire gnrale le droit de

    rflchir leur orientation lors de la seconde de

    dtermination. Pourquoi noffrirait-on pas la mme

    possibilit en filire professionnelle ? Une seconde de

    dtermination professionnelle permettrait dorienter

    vers de grandes familles professionnelles au sein

    desquelles llve pourrait affirmer son choix.

    Afin de permettre un vritable choix face aux

    contraintes gographiques lis ces parcours (on

    choisit souvent sa filire en fonction de ce quil

    existe ct de chez soi), il faudrait dvelopper une

    politique de mobilit pour ces jeunes, en assurant le

    financement ncessaire au suivi de leur formation, et

    en dveloppant notamment les internats sur place.

    Combattre le dcrochage scolaire doit constituer

    une priorit. Il faut trouver des rponses pour quil

    ny ait pas autant de jeunes qui sortent du systme

    scolaire sans diplme. Les enseignants doivent

    tre remobiliss, les jeunes sont trop dcourags

    aujourdhui par le systme ducatif tel quil existe.

    Une vritable rvolution culturelle est organiser

    au sein de lcole : ce systme bas sur une

    slection de llite scolaire doit tre compltement

    revu car il produit des ingalits trop fortes. Il serait

    bien de le remplacer par un systme qui soit moins

    acadmique, plus en prise avec la socit relle,

    avec peut-tre la mise en place dune mthode

    denseignement plus participative. La cible ne doit

    pas tre les grandes coles, elles ne concernent

    quune infime partie des jeunes. Limportant est de

    mettre en place un systme qui permette chacun,

    son niveau, de russir. Il faut veiller et parvenir

    mettre en avant les potentialits de chacun.

    incertitudes pour les entreprises et cela se

    rpercute sur la gestion de la main-duvre ;

    - la massification de lenseignement et le fait

    que les diplmes soient distribus beaucoup

    plus largement aujourdhui attnuent leffet

    signal du diplme. Le diplme a normalement

    pour fonction dindiquer la qualit dune

    personne pour occuper un emploi. Or ce

    signal saffaiblit devant le nombre croissant

    de personnes diplmes. Les entreprises

    souhaitent dsormais tester les qualits

    relles des personnes quils recrutent au

    cours de priodes dessai. Cela a pour

    consquence la gnralisation des CDD,

    devenus de vraies priodes dessai dguises,

    dtournement complet sur le plan juridique

    de ce qutait le CDD au dpart.

    Il semble toutefois que les diffrences lintrieur

    de la jeunesse sont bien plus importantes que les

    diffrences intergnrationnelles.

    Aujourdhui, la question des rseaux dinformation

    et dorientation est centrale. Alors que les parcours

    sont de plus en plus complexes et constituent

    des transitions longues, aussi bien au niveau des

    parcours de formations que professionnels, il est

    essentiel dapprendre se reprer dans cette

    complexit. Or, il y a des ingalits normes entre

    les jeunes, entre ceux qui ont accs aux bons

    rseaux dinformation, dorientation et les autres.

    Les diplmes demeurent une protection trs

    forte contre le chmage et cette tendance a

    plutt tendance saccentuer. Il y a nanmoins

    indiscutablement des diplmes qui sont plus

    valoriss que dautres. Ainsi, les diplmes de

    lettres et sciences humaines traversent une crise,

    et permettent parfois moins bien de sinsrer que

    certains bons BTS.

    Ses recommandations

    Au niveau du march de lemploi, il faudrait inventer

    un nouveau contrat gnrationnel. Les pays

    scandinaves par exemple, o le chmage des jeunes

    est moins lev, sont des pays qui fonctionnent

    sur ce modle, sur une meilleure rpartition

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 28

    confondues (puisque la contribution lachat du

    scanner provient des impts locaux), de participer

    au financement de la prennit dun service public.

    Le fait que la fonction publique territoriale recrute

    moins a galement des rpercussions : cela restreint

    les possibilits en matire dorientation pour les

    jeunes, et oblige bien souvent ceux qui russissent

    surbaniser, quittant dfinitivement leur territoire

    dorigine.

    La fracture des annes 1990

    En 1968 dj, 37 % des ouvriers taient des ruraux.

    Pour les gnrations qui entraient sur le march du

    travail entre les annes 1950 et les annes 1970, il

    existait de fortes opportunits dascension sociale

    locale : il tait possible de monter socialement en

    restant sur place, dans un cadre familier, 10 ou 20

    kilomtres, dans les villages avoisinants. Il existait

    de vritables possibilits dvolution au sein des

    usines, fruits des pratiques patronales paternalistes

    de lentre-deux-guerres, qui visaient sdentariser

    et former localement une main-duvre.

    Aujourdhui, la dsindustrialisation et lclatement

    des sites de production a fortement fragilis ces

    territoires, quand cest avant tout par la migration

    dfinitive en ville que lon matrialise une ascension

    sociale. Un secteur dactivit prsent sur un territoire

    le ravive, redynamise lcole, le lyce professionnel,

    le commerce de proximit, la formation et lemploi

    Il faut galement noter que, depuis les annes

    1980 dinstallation prenne de la crise du march

    de lemploi, les jeunes sdentaires (cest--dire

    les moins qualifis) subissent un isolement que

    nont pas connu leurs parents. Ces effets sont lis

    la politique conomique, mais sont renforcs

    depuis plusieurs annes par lvolution de la

    politique ducative. Par exemple, la fermeture et le

    regroupement de classes SEGPA obligent lenfant

    bouger sil veut continuer sa scolarit. Or dans les

    fractions les plus fragiles des classes populaires, les

    plus loignes culturellement du systme scolaire,

    cela se traduit par une familiarisation encore plus

    difficile avec le monde de lcole, ce qui contribue

    provoquer le dcrochage total.

    b) Nicolas Rnahy

    Nicolas Rnahy est sociologue, charg de recherches

    lINRA (Dijon). Il est lauteur du livre Les gars

    du coin. Enqute sur une jeunesse rurale (La

    Dcouverte, 2005).

    Spcificits du milieu rural

    Les situations sont trs diffrencies, mais on peut

    dire que les populations de nombreux territoires

    ruraux connaissent aujourdhui des conditions

    dexistence prcarises, et doivent restreindre leurs

    aspirations. Mme au sein des classes populaires,

    il ny a videmment pas les mmes possibilits

    dascension sociale et de mobilit quand on

    grandit la campagne ou la ville, dans la valle

    de lArve, les Ardennes, une ZUS, ou un quartier

    urbain gentrifi , une banlieue pavillonnaire.

    En regard des annes 1970 dapoge de la mise

    en place de ltat social, lvolution actuelle des

    services publics provoque un isolement croissant

    des classes populaires, qui vient sajouter la

    morosit du march de lemploi dans les zones

    de dsindustrialisation, mais il est extrmement

    difficile dy rpondre par une politique spcifique.

    Le monde rural est en effet majoritairement peupl

    de classes populaires. La question nest donc

    finalement peut-tre pas davoir une politique

    territorialise mais plutt socialement situe, en

    fonction des revenus et patrimoines.

    Il est galement important de comprendre que

    lvolution de ltat social, mis en place laprs-

    guerre, ne cesse daller en se dtriorant aussi

    bien pour les services la personne, la sant, la

    Poste, quen termes de service public ducatif. Un

    exemple simple : dans le nord de la Bourgogne, la

    petite ville de Chtillon-sur-Seine (6 000 h, au cur

    dune zone rurale isole o 63 % des actifs sont

    ouvriers ou employs) avait vu la construction dun

    nouveau lyce en 1972, dun nouvel hpital au dbut

    des annes 1980. En 2008, la ville a vu se fermer

    son tribunal dinstance, les services de chirurgie

    et de maternit de lhpital. Aujourdhui, cest par

    laction et le financement des collectivits locales

    que lhpital peut se doter dun scanner : cest

    donc aux habitants, toutes catgories de revenus

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 29

    une politique socio-ducative rpublicaine

    (enseignement, PJJ, jeunesse et sport,

    soutien des rseaux associatifs)

    2. Les contributions :

    a) Sant mentale chez les jeunes :

    contribution de Guy Benloulou

    Guy Benloulou est docteur en psychologie. Il exerce

    son mtier de psychologue depuis plus de 25 ans

    dans deux clubs de prvention spcialise (Paris 19e

    et Garges-ls-Gonesses) ainsi qu la Maison des

    Familles et des Cultures (Paris 11e).

    Il est frappant de constater la diffrence marque

    avec laquelle sexprime la souffrance chez les filles

    et chez les garons, ladolescence. Je reois par

    exemple, depuis plusieurs annes, des adolescents,

    suite une tentative de suicide (TS). Ces TS, dont

    on connat la frquence leve cet ge, dans nos

    socits riches, sont quasiment exclusivement le fait

    de jeunes filles tandis que les garons, par contre,

    se donnent beaucoup plus souvent la mort. Face

    ce quils ressentent comme insupportable, labsence

    dinterlocuteur qui pourrait les aider rintroduire

    la douleur et langoisse dans le circuit de la parole,

    ne leur laissent dautre issue quun geste maladroit

    et fatal. Les modalits de lauto-agression varient

    dailleurs dun sexe lautre et en fonction de

    l'ge. Nous sommes plusieurs psychologues pour

    adolescents remarquer ces dernires annes un

    rajeunissement dans les premiers passages lacte

    et des volutions quant aux modalits.

    Il en va de mme pour les addictions la drogue

    ou aux nouvelles technologies car ce sont plus

    gnralement les garons qui y trouvent une

    identit quils nont plus par ailleurs, que ce soit au

    sein de leur famille, lcole, ou dans une esprance

    de vie professionnelle. Nous pourrions effectuer

    le mme type de constat quant la sgrgation

    sexuelle nette des expressions de la souffrance

    ladolescence, relativement dautres varits

    de troubles. Les problmes de comportement

    alimentaire en constituent un exemple flagrant.

    98 % des anorexies mentales sont des pathologies

    fminines.

    Il est donc dautant plus important de poser la

    question du recrutement des enseignants et de

    leurs attributions sur tout le territoire. Dans le

    pass, les enseignants taient des vritables

    missionnaires des services publics : beaucoup

    sinstallaient de manire prenne sur le lieu de leur

    affectation. Aujourdhui, les profils sociologiques

    des enseignants sont trs diffrents, ils aspirent

    pour une majorit dentre eux rester en ville. Il

    devient donc urgent de recommencer former

    de jeunes ruraux, qui sinvestiront dans ce mtier

    denseignant et lexerceront en milieu rural, tout

    en tant susceptibles de redynamiser le secteur

    associatif. Plus globalement, il est ncessaire de

    redonner du sens ce mtier, et cela doit dabord

    passer par une revalorisation salariale (parce que

    cela constitue la base de la considration sociale : la

    France est lun des pays dEurope o les enseignants

    sont les moins bien pays) et une amlioration des

    conditions de travail, particulirement dgrades

    ces dernires annes (hausse du nombre dlves

    par classe, baisse drastique du nombre de TZR et

    des stages de formation, etc.).

    La mobilit

    Les personnes qui partent du jour au lendemain

    dans un pays ou une ville inconnu(e) sont rares.

    La migration se fait le plus souvent partir dun

    pionnier, quelquun que lon connat (un oncle,

    un frre ou une sur ane). Ces personnes

    ont constitu ce que les historiens appellent un

    stock professionnel familial . Or, on remarque

    que la grande diffrenciation entre les jeunesses

    populaires repose sur le fait davoir ou non un

    fort rseau dans la famille. Les aspirations qui en

    dcoulent diffrent profondment. Les orientations

    se font dabord au sein de la famille, car cest ce

    moment l et par ses proches que lon est pouss ou

    non lcole, que lon a ou non des modles. Cest le

    premier lieu de socialisation.

    Il serait donc utile de se concentrer sur deux points

    majeurs :

    - Redonner une assise, des formes dassurance

    sociale aux familles populaires

    - stopper la restructuration des services

    publics, qui touche particulirement les

    zones les plus fragilises, et redvelopper

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 30

    jalonnent les parcours de vie de ces jeunes. Cest

    de ce ct que lon trouve la plupart des facteurs de

    vulnrabilit. Cela semble se traduire concrtement

    dans ce que lon nomme parfois des bandes par

    la problmatique des boucs-missaires qui fait

    donc merger des cumulards , des camoufls

    (qui se protgent derrire une autre cause de

    rejet social) et des dbusqus (qui pensent que

    lostracisme dont ils sont victimes vise prcisment

    leur diffrence cache), mais aussi des entre-

    deux , des tiraills (entre deux identits), des

    frontaliers (qui brouillent les cartes en inventant

    une troisime voie), des passeurs de frontire

    (qui franchissent linfranchissable), des Bountys

    (terme qui vient de la communaut noire vivant en

    France et dsignant ceux qui sont noirs dehors et

    blancs dedans, autrement dit domins socialement

    dehors mais dominants dedans) et des Tybouns

    (dominants dehors et domins dedans).

    Souvent, les jeunes filles dans les quartiers doivent

    vivre sous le contrle social de la cit, et supporter la

    violence et les harclements machistes. La pression

    familiale et environnementale est quotidienne,

    banale. Sur elles, la rue fait peser une pression

    permanente, qui les oblige dployer une nergie

    folle pour se protger, veiller constamment leur

    rputation. Les faits divers et largement mdiatiss

    ces dernires annes concernant des adolescentes

    (viol, etc..) ont eu comme consquences le

    renforcement du poids de la tradition patriarcale

    dans certaines familles dorigine africaine,

    musulmane, ou juive, et une forme denfermement

    psychique dans la peur des garons.

    Cela commence par lhabillement, le gros pull que

    lon nenlve quune fois arrive au collge ou au

    lyce. Porter une jupe, un dcollet, tre maquille,

    cest immdiatement risquer de se faire insulter.

    Quelle que soit son apparence, une fille qui marche

    seule dans la rue chappe difficilement linsulte

    lorsquelle croise des garons. Dans un espace

    public domin par les garons, les filles doivent

    dvelopper des stratgies de contournement

    compliques pour viter les groupes de garons,

    faisant parfois de longs dtours. Elles se dplacent

    rarement seules, plutt en bandes de filles. Les

    seules qui chappent aux insultes sont les filles

    Dautres exemples pourraient tre donns. Mais

    je ferai, au sujet de cette diffrence entre les

    symptmes des filles et ceux des garons, la

    remarque suivante : ladolescence est un moment

    de lexistence o se posent, avec une particulire

    acuit, la question de la diffrence des sexes,

    o se pose avec insistance la question de ce que

    cela peut bien vouloir signifier, tre un homme ou

    tre une femme. Il s'agit mme de lge o pour la

    premire fois, cette question se pose relativement

    au rel quimplique la rencontre amoureuse. Il suffit

    dobserver des adolescents la sortie dun collge

    ou dun lyce, pour constater sur ce point, comment

    les garons et les filles cherchent accentuer les

    traits quils souhaitent afficher comme la marque

    de leur virilit ou de leur fminit, travers leur

    tenue vestimentaire ou leur gestuelle, comme sil

    revendiquaient une reconnaissance de lautre,

    comme sils cherchaient affirmer quelque chose

    avec vigueur et parfois dfi ou provocation, comme

    sils craignaient une atteinte ou une remise en

    cause dune identit mal assure dont ils doutent

    un peu, et dont ils ignorent ce qui peut dsormais

    offrir une garantie, maintenant que leur pre et leur

    mre ne sont plus en place den assurer la stabilit

    et la solidit.

    Ce que je constate galement, notamment chez

    les jeunes des quartiers dits sensibles , sont les

    comportements discriminatoires. Ces agissements

    de certains adolescents et de beaucoup dadultes

    (parents, fratries, groupes politiques etc..) ont

    des consquences sur les discriminations entre

    adolescents.

    Les strotypes qui dsignent les personnes qui

    ont un regard discriminant font souvent cho la

    virilit et la matrilit (pendant de la virilit

    pour la construction identitaire fminine, et

    sacralisant les valeurs de la maternit, les systmes

    de domination luvre pouvant sapparenter la

    matrivirilit ). Les camoufls lutilisent : plus

    un garon est susceptible dtre discrimin, plus il

    affiche les valeurs de la virilit, alors quune fille qui

    craint dtre dbusque va se rfugier du ct de

    la matrilit. Mais on trouve aussi des filles viriles

    et des garons matrils. linverse, la dvalorisation

    conjointe des valeurs fminines et paternelles

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 31

    que je reois depuis plusieurs annes, ceux qui se

    trouvent dans cette problmatique viennent souvent

    dun foyer monoparental, aux faibles ressources

    conomiques, ou bien o le pre est prsent/

    absent, et na plus quune fonction financire, o

    une certaine violence intra familiale sest rige

    comme systme de fonctionnement.

    Un certain nombre de lois, ces dernires annes,

    sont venues contraindre, punir, ou stigmatiser un

    groupe de parents et de familles gnralement

    issues de l'immigration et vivant dans les quartiers

    sensibles. Celles-ci pour la plupart, cumulent les

    handicaps sociaux et conomiques (chmage, foyer

    monoparental, plusieurs enfants, appartements

    souvent dlabrs ou trop petits...) et ce sont aussi

    celles-ci que les lois pnalisent pour l'absentisme

    de leurs enfants.

    Ltude et la pratique de la psychologie montrent

    que les troubles du comportement l'adolescence,

    l'chec scolaire, la dshrence, voire l'errance

    dans la rue, ne sont pas inns chez ces jeunes,

    mais le rsultat d'un dsespoir, d'une fuite en

    avant, d'une crise d'identit, d'une recherche de

    place pour exister (celle du clown de la classe,

    celle du provocateur, celle du violent...). De plus,

    avec le nombre de familles recomposes en

    croissance constante, la place de lenfant gnre

    des situations relationnelles complexes aux enjeux

    affectifs prgnants o lidentit en tant que telle

    fait symptme. Les facteurs cultuels et culturels,

    peuvent tre galement luvre, lorsque la

    famille matrise mal la langue franaise, ou lorsque

    le poids des traditions a comme consquence un

    dsinvestissement de la scolarit de la jeune fille

    destine de naissance dautres fonctions. La

    crise conomique et le chmage des parents qui

    narrange rien nentrane bien souvent que des

    frustrations chez lenfant qui ne vit plus comme

    les autres . Linvestissement et lattraction du

    multimdia, ou des jeux vidos, peuvent aller

    jusqu de vritables addictions, utiliss comme

    moyens de fuir la ralit, familiale et scolaire. Tous

    ces indicateurs peuvent, de surcrot, se croiser

    au sein des mmes familles, multipliant alors les

    facteurs de risques dchec ou dexclusion du savoir

    de lcole.

    voiles. Se sentant en inscurit, les filles sortent

    peu, dautant que les infrastructures sportives et

    culturelles, dans le quartier, sont beaucoup plus

    investies par les garons que par les filles. Dans

    les cours des collges, des lyces, la mixit entre

    garons et filles nest pas davantage de mise.

    Souvent pourtant la question sexuelle est aborde

    tant par les garons que par les filles mais sur un

    mode de mcanismes de dfenses proche du

    dni voire du mpris, ou de la navet. Ainsi, parmi

    les jeunes que je rencontre, souvent la simple ide

    du flirt ne trouve plus de sens. Le phnomne qui

    minquite tout comme nombre de mes collgues

    est la position de certaines jeunes mineures (16-

    18 ans) qui prfrent tre mre afin de changer de

    statut familial et se retrouver moins sous la pression

    du pre et des frres, et par voie de consquence

    se sentir plus protge des garons lextrieur de

    par leur nouveau statut.

    Depuis quelques temps, je suis aussi amen

    rencontrer des adolescents en situation de

    dcrochage scolaire dans ces quartiers. En

    tant que professionnel de terrain , accueillant

    de nombreux enfants ou adolescents en situation

    dchec scolaire ou de dcrochage, jai pu observer

    ces dernires annes, une nette progression de leur

    nombre. Les causes de cette problmatique, en sont

    mon sens, multiples et varies et bien sr chaque

    enfant dans cette situation, et dans sa singularit

    familiale, culturelle et sociale, va vivre cette forme

    dexclusion scolaire, comme une rponse un rejet

    plus global, celui de la socit dans laquelle il est

    suppos sinscrire.

    Pour les parents de ceux-ci, les ressentis sont tout

    aussi multiples, mais trs souvent la blessure de cet

    chec est vcue comme un rve bris : celui que leur

    enfant russira sinon aussi bien ou mieux queux.

    Ce sont ds lors des sentiments de honte, parfois de

    stigmatisation qui sinstallent, tant pour les parents

    que les enfants et qui dbouchent sur un dsarroi

    pour les adultes et une certaine forme de violence

    chez ces enfants ou adolescents, qui va sexercer soit

    lcole ou au collge, soit dans la sphre familiale.

    Il est courant dassocier lexclusion du savoir

    apprendre aux conditions sociales et conomiques

    du milieu familial. Il reste vrai, que parmi les jeunes

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 32

    b) ducation et symboles :

    contribution de Frdric Fappani

    Frdric Fappani est chercheur et chef dun service

    en prvention spcialis Paris.

    Je dfends lide que lon peut sortir de la crise

    du symbole, que la jeunesse peut tre porteuse

    despoir, et mme que les ans peuvent nous y

    aider : bref, une sorte doptimisme au nom mme du

    ralisme !

    Pourquoi les symboles sont quelque chose dimportant ?

    En fait, beaucoup dauteurs et penseurs actuels

    pensent que la socit et les individus qui la

    composent ont connu un croulement symbolique

    (de la symbolisation) sans prcdent.

    Les croulements psychique, intellectuel, matriel,

    financier nexpriment alors ni le symbole dfaillant

    ni la dfaillance de symbolisation. En consquence,

    certains parmi nos plus jeunes ne peuvent donc pas

    se construire harmonieusement sur ces questions,

    faute davoir face eux des adultes assez costauds.

    Pour ces auteurs (dont je suis), la grande majorit

    des gens tardent mme dans leur reconstruction

    de symboles. Ils nont pas rcupr la capacit

    smouvoir des symboles, ils sont handicaps par

    labsence de capacit symboliser. Finalement, une

    grande part narrive plus que difficilement penser

    et agir le monde de manire libre et ressent de

    moins en moins un certain bonheur tre eux-

    mmes et agir dans le monde.

    Penser et agir avec une psych croule et dont le

    symbolisme est dfaillant, cest au mieux rpter des

    discours et des actes formats, cest tre en survie.

    Cest--dire ne pas tre pleinement li soi-mme,

    et finalement ne pas avoir de relle profondeur ni

    hauteur, sans mme pouvoir sen rendre compte.

    Or, tout ce qui relve du symbole est aujourdhui

    considr comme ntant que superflu. Sauf que

    le symbole, la symbolisation est justement ce qui

    unifie un tre humain. Ce pas grand chose est en

    somme une partie du carburant du fonctionnement

    Dans ces secteurs ou ces villes dites de relgation,

    les moyens humains, professionnels et financiers

    en termes d'accs aux soins psychologiques et

    psychiques, pour ces adolescents, sont trs loin

    d'tre en adquation avec les besoins. Non seulement

    les moyens sur le terrain sont insuffisants, mais ce

    qui est actuellement en place est menac dans son

    existence. Tous les dispositifs de prvention tourns

    vers les adolescents sont attaqus ces dernires

    annes : suppression des missions de prvention de

    la Protection Judiciaire de la Jeunesse, diminution

    des budgets des plannings familiaux de 40 % lan

    pass, diminution des effectifs des quipes mdico-

    sociales dans les collges et les lyces, stagnation

    des postes dducateurs en Prvention Spcialise...

    Il faut pourtant reconnatre un intrt, tant des res-

    ponsables politiques que des mdias pour la question

    adolescente. Il se passe rarement un mois sans

    quun mdia fasse un dossier sur ladolescence. Les

    soucis quoccasionnent dsormais les adolescents,

    le pouvoir de fascination, fait dattirance et de r-

    pulsion, quils exercent sur les adultes, la faon dont

    ils deviennent le support de toutes les volutions et

    les rvolutions de nos socits, commencer par

    la rvolution internet, entranent rgulirement les

    adolescents au cur du dbat politique. Pourtant,

    lorsque lon observe comment le pouvoir politique

    actuel, lchelle nationale, tout comme lchelle

    europenne, s'vertue dmanteler lensemble

    des services publics, et par l-mme, mettre

    mal lune des grandes ides de laprs-guerre, on

    comprend que ce sont plutt les adolescents qui de-

    vraient avoir peur des adultes plutt que linverse.

    Lorsque nos dirigeants souhaitent faire glisser vers

    un fonctionnement priv ce qui relevait des ser-

    vices publics, par dfinition non rentables, au nom

    dune Europe qui prne la libre-concurrence sans

    discernement, alors c'est la signification mme de

    la notion de service public qui est oublie. Concer-

    nant les structures qui soccupent de la prise en

    charge des adolescents, notre gouvernement a d-

    cid qu'elles devront dsormais fonctionner sur le

    modle de l'entreprise prive, avec des valuations

    internes et externes dont la philosophie rside dans

    le fait de travailler mieux avec moins de moyens .

    Le paradoxe est que l'ensemble de ce mouvement

    de dgradation est men au nom de la qualit et

    de la bientraitance des usagers.

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 33

    mmes quelques belles inventions. Cest bien parmi

    ces boutonneux et moins boutonneux que vous

    avez le futur prix Nobel de Chimie ou le futur prix

    Nobel de la Paix. Mais plus encore, lensemble de la

    gnration nous apporte son lot de valeur.

    Parfois je me demande si en tant quadulte nous

    ne devrions pas plus nous duquer lhomme ou

    la femme, que nous avons t, que nous sommes,

    qui est en nous et que nous advenons (devenir

    soi-mme), un peu plus chaque jour. Ainsi, nous

    pourrions alors comprendre et nous souvenir de

    ladolescent que nous tions, plein despoir et

    porteur de lespoir. Nous devons tre capables de

    donner du sens au monde, nos jeunes, et les aider

    leur tour symboliser le monde.

    Cest encore plus vrai dans les moments de crise,

    les moments o le matrialisme ne tient plus ses

    promesses et o il faut plus que jamais porter des

    mots sur les maux et apporter du sens vrai

    (profond et haut) sur les choses de la vie si nous

    voulons agir.

    Il nous faut sortir de la crise du symbole. Il faut

    comprendre que les adolescents, les jeunes sont

    notre espoir et sont porteurs despoir nouveau

    et leur permettre de lexprimer. Tel est le rle des

    ans : le rle de passeur de valeurs, de passeur de

    symboles.

    psychique et donc finalement du fonctionnement

    gnral. Cest ce qui permet de donner sens et

    direction un tre, la ralisation de lui-mme et

    denvisager sens et action dans sa vie (et de la vie).

    Les symboles et la symbolisation ne sont rien

    que le sens (direction et signification) de tout ce

    qui nous concerne et pour chacun dentre nous, et

    par l-mme videmment les enfants et les jeunes

    dont nous avons la charge.

    En prendre conscience est dj un pas pour en

    sortir ensemble.

    Pourquoi les ans doivent-ils tre aidants sur la question des symboles ?

    Ladolescence est un moment important pour ltre

    humain, pendant lequel une nergie prodigieuse

    transforme ltre. Ces transformations modifient

    ltre globalement : dans son corps, son plan

    intellectuel, son plan psychoaffectif et donc aussi

    dans ses ides, ses penses, ses comportements.

    A chaque nouvelle gnration, ce processus est l,

    en jeu, et se manifeste chez de nombreux individus.

    Cette transformation a un sens.

    Elle pousse ltre en direction de son dveloppe-

    ment. Et il en est de mme sur le plan affectif. En

    plus de prendre la direction de produire une nou-

    velle gnration dadolescents, le processus de

    transformation apporte du sens nouveau , des

    valeurs nouvelles ceux qui sintressent ce

    que peut apporter aux anciennes gnrations la g-

    nration nouvelle qui est entrain de natre sous nos

    yeux. Ainsi, chaque fois, une nouvelle gnration,

    pleine de vie, dnergie, se transformant et voulant

    transformer le monde (au moins ses valeurs) vient

    au monde.

    En ralit, ce regain de vigueur est li notre nature

    humaine. Est-ce un hasard ? A chacun de nous dy

    rpondre

    Je pense quil y a l, non pas tout prendre de

    la gnration qui vient comme sils devaient tre

    nos gourous mais tout de mme comprendre

    quils nous apportent et sont porteurs des futures

    ruptures pistmologiques. Ils portent en eux-

  • 34Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 34

    nos cadres habituels, et essayer de rpondre du

    mieux que nous le pouvons. Et plutt que de conforter

    les gens dans leur dsespoir, redonnons-leur

    envie de construire collectivement un avenir

    meilleur et qui fasse une juste place chacun. Un

    travail main dans la main avec des associations

    dducation populaire dans ce domaine sera

    essentiel. Notre discours doit viser tirer les gens

    vers le haut et reposer sur un subtil quilibre entre

    optimisme et confiance, crdibilit.

    Rinvestir dans nos services publics

    Parmi les conditions ncessaires pour calmer cette

    angoisse profonde que lon ressent chez tous ces

    jeunes mais aussi chez lensemble de la population,

    la premire est de rinvestir fortement dans nos

    services publics (sant, logement, ducation,

    allocations chmage, retraites). Leur dgradation

    est partout cite comme la plus grosse inquitude

    quont nos jeunes. Ils considrent que ces services

    publics constituaient la particularit, la chance de la

    France et sinquitent fortement devant leur rosion.

    De plus on le sait, cela cr de nombreux problmes

    damnagement du territoire mais aussi de dbouchs

    professionnels, particulirement dans les zones

    rurales et les banlieues. La demande est claire : les

    moyens financiers et humains doivent tre remis sur

    nos services publics (nationaux et territoriaux).

    Lutter contre les ingalits par la refonte du systme fiscal

    Face la monte des ingalits, qui est vivement

    ressentie par tous, la refonte du systme fiscal, afin

    de le rendre plus juste et progressif est apparue

    comme fortement dsire et ncessaire pour

    redonner un sentiment de justice sociale nos

    concitoyens. Une vaste rforme de l'impt sur le

    revenu, prlev la source, s'impose, accompagne

    Ces axes de rflexion sont le fruit de lensemble

    des travaux mens (sondage, enqutes terrain,

    auditions, contributions libres, sminaire).

    Nos travaux nous ont amen une conclusion qui peut

    sembler vidente, mais quil nest pas inutile de rappeler :

    les jeunes ne souhaitent pas tre traits diffremment

    parce quils sont jeunes. Ils sont pessimistes il est

    vrai mais parce que leur vision de la socit globale

    est ngative. Il ny a pas de ressentiment manifeste

    lgard des gnrations prcdentes, mais plutt un

    regret trs fort envers une socit qui perd petit petit

    ses forces, particularits et atouts et o la solidarit

    fait place laccroissement des ingalits, une socit

    de moins en moins rellement mritocratique (au sens

    o les mrites de chacun seraient reconnus), et o la

    reconnaissance sociale passe dsormais avant tout

    par le diplme et le montant du salaire qui en dcoule.

    1. Remettre le collectif au cur du projet de redressement de la France

    Positiver le discours

    Plusieurs messages sont adresss la gauche,

    et au Parti socialiste en particulier : " redonnez-

    nous des rves, de lespoir, lenvie de croire des

    lendemains qui chantent, mais ne nous faites pas

    non plus de promesses intenables Notre confiance

    est fortement entame, mais finalement nous ne

    souhaitons quune chose : montrez-nous que nous

    avons tort de penser que vous ne vous souciez pas

    de nous, que vous ne pouvez rien pour nous et notre

    quotidien. Agissez concrtement, intressez-vous

    nous, nos dsirs, sans faire preuve pour autant de

    dmagogie. "

    La premire des choses faire est donc celle-ci :

    prendre davantage le temps dcouter, de sortir de

    IV- Axes de rflexion pour amliorer la situation des jeunes

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 35

    malheureusement dans beaucoup de cas un choix

    par dfaut. Peut-tre est-il ncessaire denvisager

    des pistes comme la prise en charge des deux

    dernires annes dtudes en contrepartie dun

    engagement passer le concours En tout cas, ce

    travail de rflexion est incontournable pour le bien-

    tre et lintrt des professeurs eux-mmes et de

    leurs lves3.

    Favoriser les rapports avec le milieu professionnel au sein du collge, du lyce,

    et de luniversit

    Les enseignements sont considrs comme trop

    thoriques et loigns, parce que les jeunes ne

    voient plus le rapport entre ce qui leur est enseign,

    les choix dorientation quils doivent effectuer, et les

    demandes des entreprises dtre immdiatement

    oprationnels. Plusieurs pistes ont t voques :

    des stages courts la fois en troisime, seconde et

    premire des reprsentants des diffrents corps

    de mtiers qui viendraient parler au sein des coles

    plus tt et plus souvent, et pour toutes les catgories

    demploi et non pas seulement celles occupes par

    les parents dlves comme cest souvent le cas

    aujourdhui Le message quils font passer est

    simple : comment choisir son orientation quand le

    seul rapport lentreprise que lon a jusqu nos 15

    ou 18 ans, en fonction des filires, est le stage dune

    semaine en troisime

    Rorganiser le systme dinformation et dorientation

    Le manque dinformation et les problmes qui

    en dcoulent pour lorientation sont fortement

    dcris. Il y a une totale ingalit dans laccs

    linformation qui handicape fortement les jeunes

    pour sorienter correctement et qui de fait,

    prcipite lchec scolaire et le dcrochage. Les

    formations sont souvent proposes en fonction

    de lorigine sociale, gographique, ou encore de

    ltablissement scolaire La rvision totale du

    de rformes structurelles d'envergure dont

    notamment la fusion de l'impt sur le revenu et de

    la contribution sociale gnralise (CSG)2.

    2. Rinventer un systme scolaire qui donne sa chance chacun en fonction de ses capacits et aspirations

    Un deuxime trait est trs saillant dans tous nos

    entretiens : lcole est lobjet de trs nombreuses

    critiques, alors mme quelle est considre comme

    lendroit o devrait tre garantie une galit des

    possibles, le lieu o devrait se construire lindividu,

    le citoyen, le travailleur, ladulte de demain. Face

    la tyrannie du diplme et la surenchre dans les

    exigences des employeurs lgard des jeunes, se

    construit une fracture entre dun ct, une jeunesse

    surangoisse, partie la qute du meilleur diplme,

    de la meilleure formation, de ltablissement le

    plus ct, du stage quil faut avoir fait, de la ville

    la mieux dote conditions qui, une fois remplies,

    donneront ventuellement la chance de ne pas tre

    totalement dclass et de sen sortir et de lautre

    ct, une jeunesse qui se sait davance condamne

    par son chec lcole, qui sait quaujourdhui on

    nvolue plus au sein de lentreprise par lexprience

    seule, et qui essaie laborieusement de sen sortir

    pour les plus forts ou nose mme plus envisager

    quoi que ce soit, et vit au jour le jour pour les plus

    dsillusionns. Cest dailleurs cette ide que le

    niveau auquel on va sortir de lcole conditionne

    tout le reste de la vie qui provoque certainement

    ce faible sentiment de matrise de sa vie pour

    une partie des jeunes sonds.

    Au-del mme de leffort que nous devrons

    effectuer pour desserrer cette tyrannie du diplme,

    plusieurs axes au niveau ducatif sont travailler :

    Revaloriser les professions dinstituteur, enseignant et professeur

    Cela passe bien entendu par une revalorisation des

    salaires, parce quun dbut de carrire 1 300 en

    plus de lenvoi dans les zones les plus difficiles nest

    plus tolrable. Il faut que ce mtier redevienne la

    vocation quil constituait auparavant et non plus

    2 Sur la question de l'imposition, voir le rapport Le partage des richesses et les moyens de corriger les ingalits du Laboratoire des ides ainsi que le projet socialiste.3 Sur la question de la revalorisation du mtier denseignant, voir les travaux du groupe de travail ducation Savoirs et mancipations du Laboratoire des ides ainsi que le projet socialiste.

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 36

    Encadrer les stages

    Un vritable encadrement des stages au cours des

    tudes suprieures est ncessaire. La proposition

    de les encadrer, en leur accordant une dfinition

    juridique prcise, et en renforant les conditions

    de validit et dobtention des conventions apparat

    juste et ncessaire. Des conditions de rmunration

    minimales plus strictes en fonction des parcours

    devraient tre envisages. Le stage en fin de

    5e anne est fortement peru comme loccasion

    dutiliser les jeunes comme de la main-duvre pas

    chre, avec largument de leur non rentabilit pour

    lentreprise qui est loin dtre dmontr. Il faudra

    les interdire.

    3. Permettre tous ds le plus jeune ge de prendre soin de sa sant

    Parce que lducation la sant se fait ds le plus

    jeune ge mais quil a un cot, et que les problmes

    de sant, notamment mentale, sont combattre

    au plus tt, il est ncessaire de rtablir une plus

    grande prsence des personnels de sant au sein

    des tablissements scolaires, avec la mise en place

    de dpistages, dinformations sur la contraception, la

    proposition dun suivi psychologique pour ceux qui en

    auraient besoin. Il est essentiel galement de redonner

    des moyens aux plannings familiaux qui pourraient

    dailleurs, avec les centres mdicaux de prvention,

    tre associs un travail global de prvention de la

    sant chez les adolescents et jeunes adultes.

    Louverture de tickets donnant droit une visite

    annuelle gratuite chez un spcialiste jusqu lge de

    25 ans doit tre mise en place (dentiste, opticien, etc).

    4. Favoriser lentre, le maintien et lpanouissement dans lemploi pour tous

    Appliquer la surcotisation sur les contrats prcaires

    Les jeunes constituent actuellement la variable

    dajustement des entreprises, alors mme que le travail

    demeure une valeur essentielle pour la jeunesse, et

    systme dinformation et dorientation apparat

    comme absolument indispensable et ncessaire pour

    tous.

    Faciliter le choix en formation professionnelle

    On demande aux jeunes trs tt, sans vritable

    information, et souvent avec des contraintes

    gographiques de choisir le mtier quils vont

    devoir prparer. Pas vident 15 ans. La cration

    dune seconde de dtermination en filire

    professionnelle pourrait rpondre la question

    du choix de lorientation, comme cest le cas

    en filire gnrale. Un grand secteur de mtier

    pourrait tre choisi en seconde, tel que bas par

    exemple sur les secteurs primaire, secondaire

    et tertiaire, et serait accompagn doptions qui

    permettraient la dtermination en premire. De

    meilleures passerelles entre les filires seront

    prvoir. De plus, les formations ntant pas

    toutes les mmes sur le territoire, lorigine

    gographique dtermine souvent le choix du

    domaine professionnel, et ne suit pas finalement

    lenvie du jeune. Une aide la mobilit serait

    donc vraiment ncessaire pour ces jeunes, le

    plus souvent issus de milieux sociaux modestes

    ou trs modestes.

    Amliorer la prparation la recherche du premier emploi luniversit

    Lveil et la prise de conscience ds la premire

    anne limportance de se constituer des

    rseaux, relations, connexions professionnelles

    sont ncessaires et doivent tre encourags

    quel que soit le parcours. Il serait intressant

    aussi dinciter plus fortement le dveloppement

    du suivi des responsables des parcours la

    premire recherche demploi de leurs diplms

    (licence, master). De la mme manire, il

    serait heureux dtre un peu raisonnable dans le

    nombre de places ouvertes sur certains masters

    aux dbouchs trs particuliers et restreints. Les

    ralits du march de lemploi ne doivent pas tre

    compltement cartes, pour viter le risque de

    difficults aigus pour ltudiant trouver un

    emploi correspondant sa formation.

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 37

    5. Pour une Rpublique fraternelle, remettre le civisme et le sens du collectif au cur de la citoyennet

    Rinvestir dans la protection de la jeunesse

    La protection judiciaire de la jeunesse voit

    aujourd'hui l'essentiel de ses missions et moyens

    tre consacr au traitement de la dlinquance.

    Son rle ducatif et protecteur en direction de la

    jeunesse en danger doit tre raffirm, ses moyens

    renforcs. Il apparat paralllement ncessaire

    de rinvestir fortement dans les mesures de

    protection des jeunes majeurs (18-21 ans), la fois

    au niveau de l'tat mais aussi des moyens dlgus

    aux dpartements. Le suivi d'un jeune en fragilit

    ne peut raisonnablement tre interrompu ds lors

    qu'il a 18 ans, mais doit au contraire s'effectuer

    dans la continuit, jusqu' sa relle insertion

    sociale.

    Mettre en place un service civique universel

    Le principe de mettre en place un service civique

    universel est bien peru parmi les jeunes. Ce

    principe doit tre prcis et expliqu. Il pourrait

    tre envisag juste aprs le baccalaurat ou lors

    du dcrochage scolaire 16 ans. Il pourrait faire

    lobjet dun dfraiement sous forme de salaire

    ou de logement/repas, etc (comme lpoque du

    service militaire) et devrait se faire uniquement

    auprs dassociations et de lieux dengagements

    (types partis politiques). La dure de ce service

    est trancher entre le risque dune dure trop

    courte et le handicap que constituerait une

    priode trop longue. (La semestrialisation des

    tudes suprieures serait envisager dans le

    cas de sa mise en place). Il serait loccasion de

    mixer les populations, de crer un passage

    commun obligatoire pour tous quel que soit

    le milieu dorigine, quil serait une possibilit

    pour les jeunes dcrocheurs de remettre un

    pied ltrier, et loccasion pour la jeunesse

    de se rintresser aux questions collectives,

    socitales, politiques, dtre partie prenante

    dun collectif.

    laccs un CDI lune des premires tapes daccs

    lge adulte. Ils sont plus que les autres exposs la

    flexibilit de lemploi, la prcarit et confronts un

    vrai parcours du combattant dans laccs une stabilit,

    et ce dautant plus que leur niveau de formation initial

    est faible. Face la perte de leffet signal du diplme,

    en raison de la massification des tudes, les CDD

    constituent des sortes de priode dessai dguises et

    de plus en plus longues. Les propositions visant limiter

    le recours aux emplois prcaires, en mettant en place

    une surcotisation des contrats prcaires ainsi quune

    rduction du temps lgal autoris sur les contrats de

    priode dtermine, semblent donc ncessaires pour

    limiter lempilement des CDD.

    Se former tout au long de sa carrire

    Les problmes de mobilit et dvolution profes-

    sionnelle inquitent aussi beaucoup les jeunes. Ils

    soutiennent fortement lide du renforcement de la

    validation des acquis de lexprience et la mise en

    place du droit la formation tout au long de la

    vie, qui leur apparat comme un droit progresser,

    voluer et se rorienter en fonction de ses envies, mais

    aussi des exigences du march du travail. Ils craignent

    fortement lenfermement dans une orientation dont

    ils ne pourraient sortir au cours de leur vie.

    Favoriser lgalit daccs lemploi par la mise en place du CV anonyme

    Le CV anonyme est fortement plbiscit par tous

    (tout particulirement dans les ZUS), mais ncessite

    tout de mme un effort dexplication pour tre bien

    compris. Ils y voient loccasion dobtenir une chance

    de faire tomber les prjugs initiaux de lemployeur

    en ayant la chance de passer un premier entretien.

    Favoriser laccs lemploi des jeunes par la cration demplois davenir

    Les jeunes sont demandeurs d'emplois d'avenir qui

    seraient sur une priode suffisamment longue, surtout

    sur des secteurs porteurs, des niveaux de formations

    varis. Ils ne voient pas ces emplois comme une fin en

    soi mais comme une opportunit de mettre un pied

    ltrier, de rpondre la crise actuelle.

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 38

    des mandats et une plus grande ouverture aux

    responsabilits dans les associations notamment

    permettraient de normaliser leur intgration dans

    la vie de la cit.

    6. Amliorer la qualit de vie par lhabitat, constituante majeure de lappartenance citoyenne

    Le logement est une thmatique majeure pour les

    jeunes, car il constitue le premier stade daccs

    lautonomie. Dans les villes tendues , les

    conditions daccs la location (pices ncessaires

    pour dposer un dossier), les frais de caution,

    dagence, le montant du loyer, sont fortement

    dcris et empchent une grande partie des jeunes

    de pouvoir prtendre quitter le domicile familial.

    Ils dnoncent aussi le fait quils ne peuvent pas

    accder au logement social (o les demandes sont

    trop nombreuses).

    Il semble toutefois que les problmes de logement

    ne soient pas spcifiques la jeunesse (bien quil

    manque cruellement de petits logements dans

    certains endroits, notamment en logements

    sociaux). La solution viendra certainement dun

    desserrement gnralis sur le march immobilier,

    trs attendu par lensemble de la population qui voit

    la part du logement dans ses dpenses exploser.

    Une autre problmatique, plus prsente chez

    les ruraux ayant pu accder la proprit, est

    le montant des taxes locales qui les tranglent

    financirement. La question pose ici est celle de

    la prquation.

    Face aux problmes des sans abris et des difficults

    dhbergement rencontres par de nombreux

    Franais, la question de la rquisition des logements

    vides ne faisait pas pour autant lunanimit en

    raison du droit des propritaires disposer de leur

    bien et des droits dont peut disposer un locataire

    une fois quil est dans un logement. Les pistes

    voques consistent en une taxation forte des

    logements non occups depuis longtemps, ou

    la rquisition mais la condition dassouplir les

    droits du locataire.

    Une vraie demande est faite, particulirement

    en zone urbaine sensible, pour recrer de vrais

    quartiers dans les villes, qui seraient mixtes

    Remettre la connaissance de lautre et lapprentissage de la citoyennet au cur

    de lducation nationale

    Le respect et la tolrance sont des valeurs essentielles

    chez la majorit des jeunes, particulirement pour

    ceux issus de zones urbaines sensibles. Les jeunes

    sont trs demandeurs de cours dducation civique

    plus ancrs dans le rel, le quotidien, lactualit, et

    uvrant une relle connaissance de la diversit.

    Des dbats sur les questions dactualit, des

    rencontres avec des acteurs de la socit civile,

    anciens rsistants, rfugis politiques, etc seraient

    donc bienvenus et feraient pleinement partie dun

    veil la citoyennet. Une meilleure explication

    et ouverture lEurope, ce quelle constitue, son

    fonctionnement, serait galement promouvoir,

    peut-tre aussi par le renforcement des changes

    organiss entre pays europens, ds le plus jeune

    ge. Car lEurope est mconnue, dsire par

    certains, laissant indiffrents beaucoup, provoquant

    une vraie peur pour dautres Dans tous les cas, un

    travail dducation la citoyennet europenne est

    entreprendre.

    Des formations au BAFA, secourisme, devraient

    tre proposes en option lors de la scolarit.

    Favoriser la matrise de la langue franaise

    La question de la matrise de la langue franaise

    a t largement pose, surtout en zone urbaine

    sensible. Des cours renforcs en langue franaise

    pour les jeunes qui en auraient besoin devraient tre

    mis en place, en primaire et collge particulirement,

    pour garantir que l'cole joue son rle : permettre

    chacun de lire et d'crire.

    Amliorer la reprsentativit de la socit

    Les jeunes Franais sont plus nombreux que

    leurs homologues europens se plaindre de la

    difficult daccder aux responsabilits politiques,

    sociales et professionnelles. Le problme de le

    reprsentativit en politique revient trs souvent :

    le manque de parit, de diversit dans les origines

    aussi bien ethniques que sociales, le manque de

    jeunes provoquent le sentiment dloignement

    de la population avec leurs lus. Le non cumul

  • Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 39

    - permettre aux jeunes qui veulent suivre

    des formations spcifiques aprs le

    baccalaurat qui ne sont pas dlivres

    proximit de chez eux (hors circuit cursus

    priv) de pouvoir partir effectuer leur

    formation l o elle est propose en cursus

    public do la ncessit dune aide financire.

    La refonte totale des aides financires accordes

    aux jeunes est ncessaire. Un vritable contrat

    gnrationnel doit tre trouv pour que chacun

    son niveau puisse russir. Il s'agit de progresser vers

    une dfamilialisation de la jeunesse. Les jeunes

    semblent trs rceptifs un pacte civique bas sur un

    change de droits et devoirs et il ne faut certainement

    pas avoir peur dtre imaginatifs ce niveau l, le

    plus important tant surtout de bien communiquer,

    expliquer, car cette gnration prouve plus que les

    prcdentes le besoin de comprendre ce qui lui est

    demand et propos.

    Ce contrat gnrationnel passe par la mise en

    place d'une allocation autonomie sous condition de

    ressources (voir proposition dans le projet du PS).

    socialement (et non plus des ghettos diffrenciant

    riches/pauvres), la fois des lieux de vie, habitat,

    culture et de travail Le besoin de retisser du lien

    social et de dvelopper des services propres la

    ville, est fortement exprim.

    7. tablir un nouveau contrat social afin daccder une galit des possibles

    Les jeunes dfinissent lautonomie comme une

    vritable indpendance quils obtiennent par

    leurs propres moyens. Cela correspond pour eux

    travailler, gagner sa vie. Toutefois, il est vident

    quune vritable fracture existe au sein des jeunes

    tant au niveau de laccs linformation, quau

    niveau des possibilits de mobilit et dentreprise

    dtudes longues, souvent coteuses.

    Les axes prioritaires dinvestissement oprer

    viseraient :

    - les jeunes partant en formation profes-

    sionnelle en seconde. Les choix sont trop

    restreints gnralement sur son lieu de vie,

    et cela conduit souvent, particulirement en

    zones rurales ou urbaines sensibles, une

    mauvaise orientation qui dgote le jeune de

    sa formation dont il ne peut le plus souvent

    plus sortir, soit au dcrochage scolaire, en

    raison de limpossibilit de pouvoir partir loin

    de sa famille effectuer la formation de son

    choix. Il faut donc uvrer pour dvelopper

    une vritable politique de mobilit pour ces

    jeunes en assurant le financement de leur

    dpart, dvelopper les solutions dhberge-

    ment en internats pour ces formations. Cest

    une condition sine qua non pour agir contre

    le dcrochage scolaire.

    - remettre directement les jeunes dcrocheurs

    dans une formation professionnelle, leur faire

    suivre des cours de franais si problme

    dillettrisme, en change dune ouverture

    des droits comme le propose le dispositif

    jeunes dcrocheurs du groupe de travail

    men par Alain Vidalies. Il est important de ne

    pas attendre leurs 25 ans pour rcuprer ces

    jeunes, lors de leur inscription au RSA.

  • 40Btir un nouveau contrat gnrationnel / Le Laboratoire des ides du Parti socialiste / Juillet 2011 40

    4. Favoriser lentre, le maintien et lpanouissement

    dans lemploi pour tous

    - appliquer la surcotisation sur les contrats

    prcaires

    - se former tout au long de sa carrire

    - favoriser lgalit daccs lemploi par la

    mise en place du CV anonyme

    - favoriser laccs lemploi par la cration

    demplois davenir

    5. Pour une Rpublique fraternelle, rtablir

    le sens et le got de la citoyennet

    - rinvestir dans la protection judiciaire de la

    jeunesse

    - mettre en place un service civique universel

    - remettre la connaissance de lautre et

    lapprentissage de la citoyennet au cur de

    lducation nationale

    - renforcer la matrise de la langue franaise

    - amliorer la reprsentativit de la socit

    6. Amliorer la qualit de vie par lhabitat,

    constituante majeure de lappartenance

    citoyenne

    7. tablir un nouveau contrat social afin

    d'accder une galit des familles

    - donner les moyens de la mobilit aux jeunes

    partant en formation professionnelle en

    seconde, ou dans des formations post-bac

    spcifiques

    - mettre en place un dispositif jeunes

    dcrocheurs

    - crer une allocation autonomie pour les

    jeunes partir de 18 ans

    OBJECTIF : tablir un nouveau contrat social afin daccder une galit des possibles.

    1. Remettre le collectif au cur du projet

    de redressement de la France

    - positiver le discours

    - rinvestir dans nos services publics

    - lutter contre les ingalits par la refonte du

    systme fiscal

    2. Rinventer un systme scolaire qui donne sa

    chance chacun en fonction de ses capacits

    et aspirations

    - revaloriser les professions dinstituteur,

    enseignant et professeur

    - favoriser les rapports avec le milieu

    professionnel au sein du collge, du lyce et

    de luniversit

    - rviser le systme dinformation et dorientation

    - faciliter le choix en formation professionnelle

    - amliorer la prparation la recherche du

    premier emploi luniversit

    - encadrer les stages

    3. Permettre tous ds le plus jeune ge

    de prendre soin de sa sant

    - renforcement du personnel de sant au sein

    des tablissements scolaires

    - mise en place de dpistages, dinformations

    sur la contraception, suivi psychologique au

    sein des tablissements

    - redonner des moyens aux plannings familiaux

    et aux centres mdicaux de prvention

    - visite annuelle gratuite chez un spcialiste

    jusqu lge de 25 ans

    Propositions

  • www.laboratoire-des-idees.fr

    10, rue de Solfrino 75333 Paris cedex 07Tl. : 01 45 56 77 09

Recommended

View more >