Brunschvicg Progres Conscience t1

  • View
    30

  • Download
    1

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Philosophie

Transcript

  • Lon BRUNSCHVICG Membre de lInstitut

    (1869-1944)

    Le progrs de la conscience dans

    la philosophie occidentale

    Tome I.

    Presses Universitaires de France, Paris Collection : Bibliothque de Philosophie contemporaine

    Un document produit en version numrique conjointement par Rjeanne Brunet-Toussaint, et Jean-Marc Simonet, bnvoles.

    Courriels: rtoussaint@aei.ca et Jean-Marc_Simonet@uqac.ca.

    Dans le cadre de la collection: "Les classiques des sciences sociales" Site web: http://www.uqac.ca/Classiques_des_sciences_sociales/

    Une collection dveloppe en collaboration avec la Bibliothque

    Paul-mile-Boulet de l'Universit du Qubec Chicoutimi Site web: http://bibliotheque.uqac.ca/

  • L. Brunschvicg Le progrs de la conscience. T I 2

    Politique d'utilisation de la bibliothque des Classiques

    Toute reproduction et rediffusion de nos fichiers est interdite, mme avec la mention de leur provenance, sans lautorisation for-melle, crite, du fondateur des Classiques des sciences sociales, Jean-Marie Tremblay, sociologue.

    Les fichiers des Classiques des sciences sociales ne peuvent sans autorisation formelle:

    - tre hbergs (en fichier ou page web, en totalit ou en partie) sur un serveur autre que celui des Classiques.

    - servir de base de travail un autre fichier modifi ensuite par tout autre moyen (couleur, police, mise en page, extraits, support, etc...),

    Les fichiers (.html, .doc, .pdf., .rtf, .jpg, .gif) disponibles sur le site Les Classiques des sciences sociales sont la proprit des Classi-ques des sciences sociales, un organisme but non lucratif com-pos exclusivement de bnvoles.

    Ils sont disponibles pour une utilisation intellectuelle et personnel-le et, en aucun cas, commerciale. Toute utilisation des fins com-merciales des fichiers sur ce site est strictement interdite et toute rediffusion est galement strictement interdite.

    L'accs notre travail est libre et gratuit tous les utilisa-teurs. C'est notre mission.

    Jean-Marie Tremblay, sociologue

    Fondateur et Prsident-directeur gnral,

    LES CLASSIQUES DES SCIENCES SOCIALES.

  • L. Brunschvicg Le progrs de la conscience. T I 3

    Cette dition lectronique a t ralise conjointement par Rjeanne Bru-net-Toussaint, bnvole, Chomedey, Ville Laval, Qubec, et Jean-Marc Simo-net, bnvole, professeur des universits la retraite, Paris. Correction : Rjeanne Brunet-Toussaint Relecture et mise en page : Jean-Marc Simonet Courriels: rtoussaint@aei.ca et Jean-Marc_Simonet@uqac.ca.

    partir du livre de Lon Brunschvicg (1869-1944), Philosophe franais, Membre de lInstitut, Le progrs de la conscience dans la philosophie occidenta-le. Tome I. Paris : Les Presses universitaires de France, 2e dition, 1953, 348 pages. Premire dition : 1927. Collection : Bibliothque de philosophie contemporaine, fonde par Flix Al-can.

    Polices de caractres utilises : Pour le texte: Verdana, 12 points. Pour les notes : Verdana, 10 points.

    dition lectronique ralise avec le traitement de textes Microsoft Word 2004 pour Macintosh. Mise en page sur papier format : LETTRE (US letter), 8.5 x 11) dition numrique ralise le 10 mars 2009 Chicoutimi, Ville de Saguenay, province de Qubec, Canada.

  • L. Brunschvicg Le progrs de la conscience. T I 4

    Lon BRUNSCHVICG Membre de lInstitut

    (1869-1944)

    Le progrs de la conscience dans la philo-sophie occidentale. Tome I.

    Paris : Les Presses universitaires de France, 2e dition, 1953, 348 pages. Premire dition : 1927. Collection : Bibliothque de philosophie contemporaine, fonde par Flix Alcan.

  • L. Brunschvicg Le progrs de la conscience. T I 5

    TABLE DES MATIRES

    du Tome Premier

    INTRODUCTION

    1-7

    PREMIRE PARTIE

    LIVRE PREMIER

    HUMANISME ET MYTHOLOGIE

    Chapitre Premier La dcouverte de la raison pratique

    8. Section I. LENSEIGNEMENT DE SOCRATE

    9-12. A) Le jugement de rflexion

    13-14. B) Le problme socratique

    15-17. C) Hdonistes et cyniques

    18. Section II. LUVRE DE PLATON

    19-26. A) Les rythmes de la dialectique

    27-31. B) Philosophie et politique

    Chapitre II Le ralisme physique

    32-36. Section I. ARISTOTE

    Section II. LE STOCISME ET LPICURISME

    37-41. A) Les bases physiques de la morale

    42-45. B) La dcadence de la philosophie religieuse

  • L. Brunschvicg Le progrs de la conscience. T I 6

    LIVRE II

    LE PROBLME MODERNE DE LA CONSCIENCE

    CHAPITRE III Le mysticisme alexandrin

    46.

    47-49. Section I. LE SYNCRTISME DE PHILON

    50-55. Section II. LA SYNTHSE DE PLOTIN

    Chapitre IV Le christianisme

    56.

    57-59. Section I. LES THMES PR-OCCIDENTAUX

    60-62. Section II. LLABORATION DU DOGME

    63-66. Section III. LA TRANSITION MDIVALE

    Chapitre V Le moment historique de Montaigne

    67.

    68-72. Section I. LE PRIMAT DU JUGEMENT

    73-74. Section II. CONSCIENCE ET NATURE

    LIVRE III.

    LA SPIRITUALIT CARTSIENNE

    Chapitre VI Descartes

    75.

  • L. Brunschvicg Le progrs de la conscience. T I 7

    76-80. Section I. LES FONDEMENTS DU RATIONALISME MODERNE

    81-86. Section II. LES CONSQUENCES PRATIQUES DU CARTSIANISME

    Chapitre VII Spinoza

    87-89. Section I. LES PROBLMES NOUVEAUX DE LA VIE RELIGIEUSE

    90-96. Section II. LA THORIE SPINOZISTE DE LA CONSCIENCE

    97-102. Section III. SPINOZISME ET PLATONISME

    Chapitre VIII Malebranche et Fnelon

    103-109. Section I. LE RATIONALISME CATHOLIQUE

    110-116. Section II. LES QUERELLES DE L'GLISE FRANAISE

    LIVRE IV

    LE RETOUR L'HUMANISME

    Chapitre IX Locke et Bayle

    117.

    118-119. Section I. LE PRIMAT DE LA CONSCIENCE PSYCHOLOGIQUE

    120-121. Section II. LE PRIMAT DE LA CONSCIENCE MORALE

    Chapitre X Leibniz

  • L. Brunschvicg Le progrs de la conscience. T I 8

    122.

    123-124. Section I. L'APPROFONDISSEMENT DE LA CONSCIENCE

    125-132. Section II. LE SYSTME DE LA THODICE

    Chapitre XI Jean-Jacques Rousseau

    133-136. Section I. LES INCERTITUDES DU XVIIIe SICLE

    137-139. Section II. LA RELIGION DE L'INSTINCT

    140-142. Section III. L'APOTHOSE DU MOI

    DEUXIME PARTIE

    LIVRE V

    L'VOLUTION DE LA MTAPHYSIQUE ALLEMANDE

    143.

    Chapitre XII L'idalisme critique

    144. Section I. LA CRITIQUE DE LA RAISON PURE

    145-149. A) La conscience transcendentale

    150-155. B) La dialectique spculative

    156. Section II. LA PHILOSOPHIE PRATIQUE DE KANT

    157-161. A) La loi et la libert

    162-170. B) La loi et la foi

    171-175. Section III. FICHTE AVANT LA QUERELLE DE L'ATHISME

  • L. Brunschvicg Le progrs de la conscience. T I 9

    Monsieur Henri BERGSON

    En tmoignage

    daffectueuse admiration pour lhomme

    dintime reconnaissance pour luvre

  • L. Brunschvicg Le progrs de la conscience. T I 10

    Table des matires

    INTRODUCTION

    1. Joseph de Maistre crit dans le livre Du Pape : Lisez Pla-ton ; vous ferez chaque pas une distinction bien frappante. Toutes les fois quil est Grec, il ennuie, et souvent il impatiente. Il nest grand, sublime, pntrant, que lorsquil est thologien, cest--dire lorsquil nonce des dogmes positifs et ternels s-pars de toute chicane, et qui portent si clairement le cachet oriental, que, pour le mconnatre, il faut navoir jamais entrevu lAsie. Platon avait beaucoup lu et beaucoup voyag : il y a dans ses crits mille preuves quil stait adress aux vritables sour-ces des vritables traditions. Il y avait en lui un sophiste et un thologien, ou, si lon veut, un Grec et un Chalden. On nentend pas ce philosophe si on ne le lit pas avec cette ide toujours pr-sente lesprit. (IV, VII.)

    Il est remarquable que, ds les premires annes du XIXe si-cle, la raction contre le rationalisme se traduise par l appel lOrient . Le rve que Bonaparte avait rapport dgypte, ntait-il pas de restaurer cet imprialisme alexandrin qui, ds le lendemain de la mort de Platon, avait consomm la ruine de la civilisation occidentale, et dont aussi bien limprialisme romain a t seulement le dcalque 1 ?

    Aux yeux du philosophe, lantithse de lOrient et de lOccident est beaucoup moins gographique quhistorique ; et elle ne se limite nullement une priode dtermine de lhistoire europenne. Il ne serait mme pas juste de la rduire lantithse de la foi chrtienne et de la philosophie rationnelle ; car le caractre du christianisme, manifestement, a t de ne pas se rsigner demeurer tout entier du ct de la foi, daspirer se fonder sur luniversalit de la raison. Le conflit o il

    1 Cf. CUMONT, Les religions orientales dans le paganisme romain, I, 2e dit.,

    1905, p. 6 : Rome, devenue comme Alexandrie une grande mtropole cosmopolite, fut rorganise par Auguste linstar de la capitale des Pto-lmes.

  • L. Brunschvicg Le progrs de la conscience. T I 11

    a engag sa destine externe lors des guerres de religion, sa destine interne par la crise de lglise catholique dans la France du XVIIe sicle, prolonge, en un certain sens, celui que Platon avait institu dans son uvre crite entre deux formes dexposition : lune, o se communique directement nous la pense dun homme qui, nayant dautre intrt que le vrai, sappuie lintellectualit croissante du savoir scientifique pour sefforcer de satisfaire lexigence dun jugement droit et sincre ; lautre, qui sadresse limagination et lopinion, se donnant toute licence pour multiplier les fictions potiques, les analogies symboliques, et leur confrer lapparence grave de mythes reli-gieux.