Chanter le bandit. Ballades et complaintes d'Amérique latine || Meurtriers‚ faites et bandoleros : lorsque le vals péruvien chantait la trangression et la norme

  • Published on
    24-Jan-2017

  • View
    216

  • Download
    2

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>Presses Universitaires du Mirail</p><p>Meurtriers faites et bandoleros : lorsque le vals pruvien chantait la trangression et la normeAuthor(s): Grard BORRASSource: Caravelle (1988-), No. 88, Chanter le bandit. Ballades et complaintes d'Amrique latine(juin 2007), pp. 157-175Published by: Presses Universitaires du MirailStable URL: http://www.jstor.org/stable/40854334 .Accessed: 14/06/2014 05:30</p><p>Your use of the JSTOR archive indicates your acceptance of the Terms &amp; Conditions of Use, available at .http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp</p><p> .JSTOR is a not-for-profit service that helps scholars, researchers, and students discover, use, and build upon a wide range ofcontent in a trusted digital archive. We use information technology and tools to increase productivity and facilitate new formsof scholarship. For more information about JSTOR, please contact support@jstor.org.</p><p> .</p><p>Presses Universitaires du Mirail is collaborating with JSTOR to digitize, preserve and extend access toCaravelle (1988-).</p><p>http://www.jstor.org </p><p>This content downloaded from 195.78.108.81 on Sat, 14 Jun 2014 05:30:35 AMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions</p><p>http://www.jstor.org/action/showPublisher?publisherCode=pumhttp://www.jstor.org/stable/40854334?origin=JSTOR-pdfhttp://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsphttp://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp</p></li><li><p>CM.H.LB. Caravee n 88, p. 157-175, Toulouse, 2007 </p><p>MeurtrierSy faites et bandoleros : lorsque le vais pruvien </p><p>chantait la trangression et la norme PAR </p><p>Grard BORRAS </p><p>LIRA - ERILARy Universit de Rennes 2 - Haute Bretagne </p><p>Si Ton se fie la mmoire collective des Limniens ou si Ton examine la production discographique en 78 tours des premires dcennies du XXe et celle, postrieure, des vinyls 45/ 33 tours, les bandits, les assassins, les hors-la-loi ne paraissent pas avoir inspir les auteurs et les interprtes de la chanson populaire de la cte pruvienne. Mis part l'incontournable vais Luis Pardo qui chante le plus clbre des bandoleros, la chanson semble avoir fait l'impasse sur une thmatique si largement reprsente dans d'autres pays de langue espagnole : les tangos des origines chantant guapos et compadritos, les corridos mexicains relatant les popes de rvolutionnaires bandoleros ou, aujourd'hui, les agissements des narcos, les zarzuelas espagnoles voquant les bandits de grand chemin ; mme la salsa n'a pas dlaiss le thme avec, entre autres, l'extraordinaire Pedro Navaja de Rubn Blades. Pourtant, une qute patiente apporte des surprises et les pages d'un petit chansonnier trop longtemps ignor permettent de nuancer l'observation initiale. </p><p>Entre 1910 et 1940 parat toutes les semaines El Cancionero de Lima, vritable hritier du pliego de cordel. Vendu sur les marchs ou dans les rues de la capitale pruvienne, il vise les couches populaires, comme l'indiquent son prix trs modique et son sous-titre : semanrio festivo popular. Le chansonnier reproduit notamment des cantables de zarzuelas, trs en vogue cette poque, mais aussi des paroles du rpertoire international : bolros, corridos, congas, tangos, fox trot, etc. Il consacre aussi une part significative de ses huit pages la diffusion de chansons populaires de la cte et de Lima en particulier. Recourant </p><p>This content downloaded from 195.78.108.81 on Sat, 14 Jun 2014 05:30:35 AMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions</p><p>http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp</p></li><li><p>158 CM.H.LB. Caravelle </p><p>largement la cuarteta et l'octosyllabe, ces mlodies sont des chroniques du quotidien de la Cit des Rois. Elles chantent bien sr les amours heureuses, dsires ou frustres mais disent aussi la transformation de la ville, le manque de logements, la chert des aliments, les conflits sociaux, les problmes brlants avec les voisins chilien et colombien, l'mergence de la Patria Nueva du prsident Leguia ou celle de l'APRA de Haya de la Torre. Tout ce qui, de faon significative, surprend, consolide ou perturbe les relations sociales est recueilli (ou cr ?) avec beaucoup d'-propos par les concepteurs de El cancionero de Lima. Les chansons consacres aux hors -la-loi en tout genre et leurs agissements ne pouvaient tre absentes du rpertoire. L'espace qu'elles occupent attire l'attention tel point qu'on peut s'interroger sur leur fonction dans l'espace social o elles sont diffuses. Certes, on peroit chez les paroliers le dsir de faire du sensationnel, de porter au public lecteur / auditeur des dtails parfois trs crus, mais il semble que l'essentiel ne soit pas l et que d'autres intentions faonnent le discours sous-jacent de ces mlodies. </p><p>Assassins et criminels </p><p>Les crimes de sang figurent en bonne place dans la liste des thmes privilgis par le cancionero. Peu peu, une crnica roja merge dans ses huit pages hebdomadaires. Il suffit de passer en revue les premiers numros de la srie 300 ! pour constater que ce genre avait un succs certain et qu'il inspirait les compositeurs et les paroliers. </p><p>301 El nuevo Cain 301 La muerte de Bedoya 304 Descubrimiento de un crimen 306 El suicdio de las Cmodas 320 El crimen de la calle Espade ros declaration de los asesinos 322 Drama pasional de Mercaderes 326 El crimen del Callao 327 El crimen de la Victoria 340 El crimen dei Barranco </p><p>Mme si notre information est lacunaire, nous disposons d'assez de numros pour identifier une tendance : le cancionero met un soin tout particulier recueillir et diffuser ce genre de fait divers. Bien videmment, ces crimes meuvent, effraient parfois, surprennent </p><p>1 La srie que nous avons tudie (publie en 1919) est trs incomplte puisque nous ne disposons que de 21 livraisons entre les numros 300 et 350. Il se peut donc que d'autres rcits de crimes aient figur dans le Cancionero. </p><p>This content downloaded from 195.78.108.81 on Sat, 14 Jun 2014 05:30:35 AMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions</p><p>http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp</p></li><li><p>VALS PRUVIEN : TRANSGRESSION ET NORME 1 59 </p><p>souvent car ils sont, dans la ville de taille encore modeste2, la rupture visible et toute proche d'un ordre social. Les chansons sont dj en soi le rcit d'une dviance et en ce sens elles sont ambivalentes : elles font peur mais elles fascinent. La chanson et son relais immdiat, le cancionero, donnent une autre forme d'existence l'vnement en le mettant en forme mlodique et potique. Ils en font souvent le rcit en recourant la structure de l'octosyllabe, mais ils soulignent aussi le ct insolite ou surprenant de la nouvelle rapporte. Ils ne sont pas seulement vecteurs d'information : ils apportent une part supplmentaire qui est celle que le parolier/ compositeur souhaite mettre en vidence. </p><p>Le premier texte de la liste ci-dessus, El nuevo Cain , est publi sans donne complmentaire (sur le genre musical, sur l'air de quelle mlodie doit tre chant le texte, sur le nom de l'auteur). </p><p>El nuevo Cain </p><p>Otro cri men nos dj este terrible verano: un malvado que por celos apunalea a su hermano. </p><p>El caso es que un Palomino con su hermano que es Medina refian a las punadas del Carnal en una esquina. </p><p>Y boxiaban nada menos sin dar su brazo a torcer, por estar enamorados de una misma mujer. </p><p>En el curso de Ia lucha Palomino algo entendido le dio feroz puntapi que Io dej sin sentido. </p><p>Creyndolo casi muerto se dio a Ia fuga el bandido pensando escapar as de poder ser aprehendido </p><p>La policia que es lista en casos como el presente cumpliendo con sus deberes le dio caza ai delincuente. </p><p>Al sitio de Ia pelea condujeron ai malvado, donde todavia estaba su pobre hermano, privado. </p><p>Palomino al verlo as muy lejos de arrepentirse y sin que los policiales pudieran apercibirse, </p><p>Saco un punal que tena muy oculto de antemano se avalanz y se le hundi en el cuerpo de su hermano. </p><p>Luego blandiendo el punal acometi a los guardianes, llenndolos de improprios y llamndolos rufianes. </p><p>Despus de algunos esfuerzos fue reducido el matn, llevado cual merecia a purgar en la prisin. </p><p>2 Au tournant du sicle Lima compte environ 100 000 habitants. </p><p>This content downloaded from 195.78.108.81 on Sat, 14 Jun 2014 05:30:35 AMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions</p><p>http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp</p></li><li><p>160 CM.H.LB. Caravefo </p><p>L'originalit du thme est dans ce crime qui met en scne deux frres s'affrontant pour l'amour d'une mme femme. La rupture de l'ordre est double : les liens de fraternit ne sont pas une barrire suffisante pour s'riger comme valeur suprme empchant le conflit. D'autre part, le fratricide reconduit par la police sur les lieux de la bagarre, loin de s'apitoyer, sort l'arme qu'il dissimulait et s'acharne sur son frre. </p><p>Bien sr, les dix cuartetas d'octosyllabes narrent la scne et ses diffrents moments selon un schma bien connu mais la dernire n'omet pas de conclure en montrant que la morale est sauve et l'ordre social prserv. Cette rfrence la bonne conduite tait dj prsente dans le texte quand le parolier rendait un hommage appuy aux forces de l'ordre (le cinquime couplet). </p><p>Autrement dit, travers des exemples de nature varie, on voit poindre une des constantes de ces chansons. Elles disent l'horreur pour mieux porter l'ensemble du corps social de la cit, et en particulier au milieu dans lequel elles taient diffuses, un discours de normes et de comportements citoyens. Il en va ainsi avec les couplets de ce vais publi dans le n 340 : </p><p>La captura de Cata </p><p>Cata que es un gran malvado a una pobre anciana en Barranco estrangulo, y por no ser denunciado a Ia infeliz muchacha tambin l Ia hiri. </p><p>Ya encerrado est entre rejas el bandido, que pronto recibir el castigo merecido. </p><p>Hoy toda Ia sociedad da un voto de aplauso a esta gran autoridad, que con su sagacidad descubri al criminal. (...) </p><p>Dans un nouveau numro, El crimen de la calle Espaderos dcrit avec force dtails les diffrents moments de l'assassinat, le comportement monstrueux de l'instigatrice qui se sert de ses charmes pour faire tomber la victime dans le pige qu'elle a prmdit avec son complice. Toujours au moyen de l'octosyllabe le parolier nous plonge au cur de l'vnement, met en vidence les aspects les plus sombres de la criminelle dont on apprendra dans les vers qui terminent la chanson </p><p>This content downloaded from 195.78.108.81 on Sat, 14 Jun 2014 05:30:35 AMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions</p><p>http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp</p></li><li><p>Vais pruvien : transgression et norme 1 6 1 </p><p>que, non contente d'tre belle, perverse et de moralit douteuse, elle tait d'origine chilienne ! CQFD, oserait-on ajouter, dans ce contexte historique o les relations avec le voisin chilien taient extrmement tendues : </p><p>Yolanda es joven y hermosa, chilena y de alma muy mala, de vida - dicen- dudosa y visti siempre con gala. </p><p>Dans une autre chanson, l'auteur s'tonne du mobile du meurtre, que prfigure dj le titre, faon d'accrocher l'auditeur/lecteur : El crimen de la calle de Espritu Santo por en tonar una cancin . En une vole de trois dcimas de facture trs classique, il dcrit les circonstances du crime, souligne ce que le geste a d'incomprhensible et suggre une explication : </p><p>El crimen de la calle de Espritu Santo por entonar una cancin (La cancin fatal) </p><p>Ya se acabo k dichapara mi Mis ojos se cansaron de ttorar Cuando de ti me ausente viejo amor, Inutilmente habasme de buscar. </p><p>A una mujer por cantar Esta copla dei olvido Su celoso y mal marido La ha llegado a asesinar. Esto se acaba de pasar, Causando a todos espanto, En el Espritu Santo Que es Ia calle mas pacfica, Una manana magnfica, Solamente por un canto. </p><p>Pues se le ocurri entonar, Preparando el desayuno Esa cancin que a ninguno Mal le podra sonar. Ella quiso amenizar As su trabajo, pro Al marido majadero No le cuadra Ia cancin. . . Y le hunde en el corazn Punal grande de acero . . . </p><p>El criminal que es un taita Peor que el del arrabal; </p><p>This content downloaded from 195.78.108.81 on Sat, 14 Jun 2014 05:30:35 AMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions</p><p>http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp</p></li><li><p>162 CM.H.LB. Caravelle </p><p>Padece de un grave mal Y diz que se llama Isaac Maita A las mujeres engaita, Como tambin engait A esa infeliz que mato Llamada Maria Lara, Porque jcosa rara! Una cancin le canto. </p><p>On est une fois de plus au-del de la norme puisque, cette fois-ci, non seulement le meurtrier est hors la loi, mais qu'en outre il est atteint de folie. </p><p>Alors apparat la dimension idologique de ce genre de production : il s'agit de valider un certain ordre social et de mettre en uvre, sous diffrentes modalits et formes, des messages dont le but est, la longue, de convaincre de larges secteurs de population que la bonne conduite passe par l'acceptation d'un statu quo social. C'est une des lectures proposes par Steve Stein dans son article sur les valeurs de la classe ouvrire Lima au dbut du XXe sicle^. Bien des affirmations de Stein auraient mrit plus de prudence ; ses gnralisations s'appuient sur un corpus bien trop limit, mais il est un des premiers avoir point la dimension idologique de la chanson populaire de la cte et du vais criollo dans le Lima de cette poque. Or elle est ici flagrante. </p><p>Si les exemples prcdents ne font qu'esquisser la question, celui que nous abordons maintenant la rend vidente. En 1916, un jeune employ domestique assassinait ses patrons, les poux Ibarra. La jeunesse de l'assassin, auteur d'un double crime l'arme blanche, et son absence de remords eurent un cho considrable dans la presse et la socit limniennes. Fidle ses habitudes, la chanson se fit le tmoin de ce crime. Le premier titre que nous prsentons parat dans le n 269 de cancionero de Lima mais il est, n'en pas douter, la reprise d'une composition plus ancienne puisque, des semaines auparavant, le n 249 avait largement couvert le sujet en offrant ses lecteurs plusieurs chansons. Ce vais n'est pas un rquisitoire et se contente de donner un dbut d'explication ce meurtre : </p><p>Alejandrino Montes^ </p><p>Alejandrino Montes el joven criminal que mato a sus patrones hacindose fatal; </p><p>3 Steve Stein, El vais criollo y los valores de la clase trabajadora en la Lima de comienzos del sigloXX, Socialismo y participacion, mars 1982, n 17, p. 43-49. 4 El Cancionero de Lima, n 269. </p><p>This content downloaded from 195.78.108.81 on Sat, 14 Jun 2014 05:30:35 AMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions</p><p>http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp</p></li><li><p>VMS PRUVIEN : TRANSGRESSION ET NORME 1 63 </p><p>l Io hizo por venganza, segn Io declaro, al repetir el crimen como los victim. </p><p>Les interprtations autour des motivations de l'assassin ne manquent pas. Toutefois, sans que l'on puisse tre premptoire, il semble bien que la vengeance tait un mobile non dpourvu de fondements. En effet, dans une tude sur le travail des enfants Lima, historien Ricardo Portocarrero souligne que les svices infligs et la duret des conditions de travail pouvaient tre l'origine du meurtre^. </p><p>Ce sont des versions diffrentes que l'on trouve dans le n 249 de El cancionero de Lima. L'espace accord au sujet est le signe de son </p><p>importanc...</p></li></ul>

Recommended

View more >