Communication Handicap

  • Published on
    18-Nov-2015

  • View
    38

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Communication et Handicap

Transcript

  • COMMENT COMMUNIQUERavec des personnes devenues sourdes-aveugles

    ou sourdes malvoyantes ?

    Les moyens de communication utiliss varient selon les personnes et les situations.

    Ils ncessitent le plus souvent un accompagnement INDIVIDUEL.

    Il s'agit frquemment de transferts de procds dj connus vers une autre modalit (ex : du visuel vers le tactile),

    mais aussi parfois d'outils entirement nouveaux dans l'exprience de la personne devenue sourde-aveugle ou

    sourde malvoyante. La priorit est souvent donne ceux qui s'appuient sur du connu.

    Chaque personne sourde-aveugle ou sourde malvoyante labore sa stratgie parmi ces systmes et a

    ventuellement recours plusieurs parmi lesquels elle choisit en fonction des situations.

    Procds drivs du franais.

    Concernant surtout des personnes aveugles devenues sourdes

    ou des personnes entendantes devenues sourdes-aveugles :

    Le langage oral :

    Certaines personnes peuvent utiliser la parole en production et/ou en rception avec :

    des prothses auditives adaptes la surdit,

    des systmes metteur-rcepteur (type HF) permettant de communiquer distance,

    la lecture labiale (quand les capacits visuelles le permettent),

    la "lecture labiale" tacite (mthode Tadoma).

    ir La lecture et l'criture :

    Certaines personnes gardent un potentiel visuel suffisant pour pouvoir lire dans des conditions adaptes :

    clairage, taille de l'criture, contraste, distance, agrandissement.

    KS* L'criture dans la main :

    Pour certains sourds-aveugles, on utilise l'criture lettre lettre (de prfrence majuscule) dans la paume de la

    main. Un signe dans la main signifie la fin d'un mot. Certains prfrent l'criture cursive.

    &? L'alphabet manuel (dactylologie) : (voir le tableau "Alphabet dactylologique" en page 3 de la chemise]

    Certains peroivent les configurations de la main :

    en utilisant leurs restes visuels, -

    en plaant leur main sur la main de la personne qui s'exprime,

    ^ en recevant le message dans leur paume ouverte.

    1&" Le braille dans la main :

    La personne sourde-aveugle prsente trois doigts de chaque main (index, majeur, annulaire) que l'interlocuteur

    utilise comme s'il s'agissait d'une machine braille.

  • Les supports en braille :

    Des appareils permettent tout interlocuteur de transmettre un discours en braille la personne sourde-aveugle :

    la Tellatouch : compose d'un clavier ordinaire, elle inscrit en braille phmre le texte tap (caractre par

    caractre] grce un systme mcanique. Il existe un systme plus rcent appel le SBC (Screen Braille

    Communicator).

    la Bande Stno-Braille

    De plus en plus de Sourds-Aveugles utilisent les moyens techniques modernes de communication distance.

    la Plage Braille : connectable sur un ordinateur ou un Minitel, elle remplace l'cran pour un voyant, et permet

    de passer d'une lecture lettre lettre une lecture par groupe de mots (20, 40, voire 80 caractres).

    En complment de cette plage braille, les touches du clavier peuvent tre celles de la machine braille.

    A partir de la LSF :

    Pour /es personnes sourdes devenues malvoyantes ou aveugles

    La langue des signes est une langue utilise par un grand nombre de personnes sourdes.

    Pour les personnes sourdes ayant une limitation du champ visuel, il est ncessaire de pratiquer la Langue des

    Signes dans un espace adapt (cadre, distance, placement, conditions d'clairage ...).

    Les personnes sourdes qui ont perdu la vue utilisent une forme adapte de la Langue des Signes, qu'elles peuvent

    alors percevoir par le toucher (dans la main). Parfois, pour une meilleure comprhension, il est ncessaire que la

    personne sourde-aveugle prenne les 2 mains du locuteur.

    Une meilleure autonomie et une meilleure intgration despersonnes Sourdes-Aveugles dans la vie sociale passent

    par un entourage sensibilis et parfois par les services d'un interprte.

  • TECHNIQUE DE GUIDE

    C'est une technique simple fonde sur la relation corporelle entre un guide et un guid.

    es= la personne sourde-aveugle saisit le coude de son guide, la main en pince (le pouce dissoci des

    autres doigts).

    es* La personne guide se trouve un pas derrire son guide qui assure la protection.

    tS* En fonction de la taille des personnes, des adaptations sont possibles au niveau du poignet ou au

    niveau de l'paule.

    es* Pour les personnes ayant une communication gestuelle, modification de la technique de base afin de

    pouvoir discuter tout en se dplaant.

    Le rythme de marche est donn par la personne guide, ce qui est fondamental pour une relation de confiance.

    Les passages troits : leur franchissement implique de marcher l'un derrire l'autre. Le guide ralentit la

    marche et place son bras dans le dos (main colle au dos). La personne sourde-aveugle vient se placer derrire

    son guide (garde son bras tendu). Une fois le passage termin reprise de la position initiale.

    Passage de porte. Pour faciliter la manuvre il faut se dire que le guide ouvre la porte et le guid la

    referme . Indiquer la personne si l'ouverture se fait droite ou gauche. L'inviter ventuellement poser la

    main sur la poigne.

    S'asseoir sur une chaise. Poser la main sur le dossier pour que la personne sourde-aveugle suive votre bras

    puis explore l'assise afin de s'asseoir.

    Les escaliers. Dans la mesure du possible aborder toujours les escaliers de front.

    es* S'arrter au bord de la premire marche,

    es* Indiquer si l'escalier monte ou descend,

    es* Indiquer s'il y a une rampe, s'assurer qu'elle commence la premire marche et qu'elle finit la

    dernire).

    es* Le guide sera toujours une marche en avant.

    es* A la fin de l'escalier le guide fait un pas sur le palier et s'arrte ce qui indique qu'il reste une

    marche.

    Trottoirs. Aborder les trottoirs de front. A la remonte, le guide pratique une courte pause sur la chausse, avec

    de l'habitude un ralentissement suffit. Si la personne sourde-aveugle possde une canne, elle indiquera elle-mme

    la bordure de trottoir.

  • La locomotion est un ensemble de techniques de compensation mises la disposition des personnes dficien-tes visuelles afin qu'elles puissent se dplacer en toute scurit l'intrieur comme l'extrieur.

    +

    Pour les personnes aveugles, le premier travail consiste mettre en place une technique de guide, puis les pro-tections et enfin une technique de canne. Le rle de l'instruction consiste aider la personne comprend-re et organiser l'espace dans lequel elle volue. Paralllement un travail est entrepris au niveau des per-ceptions, de l'observation, de la mmorisation, de la concentration, de l'orientation et de la reprsen-tation mentale. L'objectif d'une prise en charge en locomotion est de pouvoir se dplacer au mieux dans sonenvironnement.

    Il convient d'valuer les capacits visuelles de la personne malvoyante : les objets sont-ils vus ? Identifis jus-qu' quelle distance ? Exemples : le nom des rues, le numro des bus, les noms sur un plan, les feux tricolores...

    A partir de cette valuation, la personne dficiente visuelle et l'instructeur en locomotion vont essayer detravailler pour organiser l'espace, prendre des points de repres.

    Ensemble, ils tenteront de :es* dfinir les situations difficiles : est-ce une gne visuelle quand il y a beaucoup de soleil, ou aucontraire la nuit ?es* d'optimiser les capacits fonctionnelles de la vision ; parfois un travail avec l'orthoptiste esttrs complmentaire, c'est une aide la mise en place des stratgies de balayage.

    Dvelopper les diffrents sens

    13* TOUCHER : lorsqu'on rencontre quelque chose qu'on ne sait pas identifier, ou bien valuer ladistance qui nous spare de l'objet.

    TOUCHER INDIRECT : toucher de canneSENSATIONS PODO TACTILES (herbe, goudron, gravier...).

    13* ODORAT : points de repres olfactifs.es* MEMOIRE KINESTHES1QUE : la mmoire musculaire : les montes, les descentes...es* SENS DES MASSES : perception des vides et des pleins.

    Tous les sens sont importants, ils s'duquent, ils sont complmentaires et offrent la possibilit de secrer une image ou une reprsentation mentale de l'endroit o l'on se trouve.

    825" Avec les enfants, il s'agit plus d'un travail de pr-locomotion qui se situe surtout au niveau de l'du-cation des sens, de la mise en place des codes de la technique de guide et de la construction d'un patri-moine visuel (mobilier urbain, bote lettre, abri de bus, cabine tlphonique...)

    es* Prise de conscience du danger des voitures,

    Contournement ou vitement ds personnes.

    es* Avec les plus autonomes, travail sur la motivation et les objectifs : se dplacer seul de faonautonome et en toute scurit pour se promener en ville, utiliser des transports en commun...

    ^* Travail de nuit : mise en place de repres diffrents de la journe.

  • Qs/esf-ce que la communication ?i

    La communication est un besoin essentiel pour tout tre humain, et ne peut tre rduite l'utilisation d'un systme

    symbolique.

    La communication a des composantes rceptives et expressives, mettant en jeu deux partenaires actifs.

    Dans les interactions, toute personne utilise en mme temps que le langage des indices non verbaux (expressions

    faciales, gestualit, rythme, regard...) contribuant l'expressivit du message.

    Les capacits communicatives sont acquises par observation et imitation chez le bb entendant et voyant. Le

    dveloppement communicatif prcde l'acquisition du langage.

    La notion de communication n'existe pas d'emble chez l'enfant sourd-aveugle de naissance.

    L'adulte doit donc aider et soutenir l'enfant dans l'acquisition de ses capacits co