DÉFICITS SPÉCIFIQUES DES APPRENTISSAGES

  • Published on
    02-Jan-2016

  • View
    23

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

LENFANT HYPERACTIF (TROUBLE HYPERACTIF AVEC DFICIT DE LATTENTION - THADA) ET AUTRES TROUBLES DES APPRENTISSAGES. DFICITS SPCIFIQUES DES APPRENTISSAGES. - PowerPoint PPT Presentation

Transcript

<ul><li><p>LENFANT HYPERACTIF(TROUBLE HYPERACTIF AVEC DFICIT DE LATTENTION - THADA)</p><p>ET AUTRES TROUBLES DES APPRENTISSAGES</p></li><li><p>DFICITS SPCIFIQUES DES APPRENTISSAGESLhyperactivit avec troubles de lattention de lenfant entre dans le cadre des dficits spcifiques des apprentissages avec troubles dficitaires de lattention. Cest le trouble neuro-comportemental le plus frquent chez les enfants.</p><p>La littrature mdicale sur ce syndrome est trs volumineuse: depuis 1966, il y a eu plus de 4000 articles publis dans des revues scientifiques. Malgr toutes ces recherches, le diagnostic, l'origine et le traitement du THADA portent de plus en plus controverse.</p></li><li><p>DES THADA CLBRESLeonard de VinciAlbert Einstein</p></li><li><p>DES THADA CLBRESAntoine de Saint-ExupryLouis de Funs Dustin HoffmanPablo PicassoNapolonBeethovenChurchillWalt Disney</p></li><li><p>PRINCIPALES INTERROGATIONSQu'est-ce que l'hyperactivit ? Existe-t-elle vraiment ? Les parents ne sont-ils pas devenus moins tolrants vis--vis d'un enfant trs turbulent ? Comment traiter ces enfants ? Les mdicaments proposs ne sont-ils pas dangereux ? </p></li><li><p>FRQUENCEEn France, 3 et 5 % des enfants de 6 12 ans prsentent un THADA. En ralit selon les critres choisis pour la dfinition, cette proportion peut atteindre jusqu' 10 % des enfants. Les garons sont 2 4 fois plus souvent atteints que les filles, en ce qui concerne l'hyperactivit/impulsivit. </p><p>Les filles prsentent plus souvent une forme avec troubles de l'attention, moins facile diagnostiquer si l'hyperactivit n'est pas trs marque.</p></li><li><p>POUR LE DSM IVLe diagnostic du THADA repose sur cinq critres: </p><p> un problme permanent d'inattention ou d'hyperactivit depuis au moins six mois l'apparition de ce problme avant l'ge de sept ans sa manifestation autant l'cole qu' la maison son effet ngatif sur le comportement scolaire, social et occupationnel labsence d'une autre maladie pouvant expliquer cet tat</p></li><li><p>Formes avec inattention prdominante, avec hyperactivit/impulsivit prdominante, ou mixtes. Ces symptmes doivent tre prsents dans au moins 2 situations diffrentes, tre responsables d'une gne significative, avoir t reprs dans la petite enfance (avant 7 ans, et ne pas tre expliqus par l'existence d'un trouble de la personnalit.)</p></li><li><p>AGE DAPPARITIONL'hyperactivit avec troubles de l'attention, ou THADA, se dclare trs tt : un tiers dentre eux ds la naissanceles autres souvent avant 3 anset dans tous les cas avant 7 ans.</p></li><li><p>Elle est prsente en permanence (et non pas dans certaines situations uniquement : seulement l'cole, ou seulement la maison, ou seulement en prsence de certaines personnes). C'est une hyperactivit "constitutionnelle". Elle ne doit pas tre confondue avec une hyperactivit symptme : celle qui n'a pas toujours exist, qui est intermittente, et dpend des situations : il s'agit alors d'un trouble secondaire, li des troubles affectifs (TOC, dpression de l'enfant), des carences ducatives (dpression d'un parent), une inadaptation l'environnement (difficults scolaires, prcocit intellectuelle).</p></li><li><p>L'hyperactivit constitutionnelle elle-mme peut avoir d'autres causes : gntiques, neurologiques, psychiatriques (autisme, dysharmonie d'volution). Le THADA est une hyperactivit constitutionnelle dans laquelle aucune cause nest retrouve.</p></li><li><p>ETIOPATHOGNIE du THADAfacteurs psychophysiologiques (avec dficit du "contrle" des impulsions). facteurs neurobiologiques (lis la dopamine et la noradrnaline). facteurs gntiques (probables, car les formes familiales sont frquentes).facteurs environnementaux . Les femmes enceintes qui fument courent plus de risques d'avoir un enfant atteint du THADA. Dautres tudes suggrent que l'alcool et les drogues utilises par la mre durant la grossesse puissent rduire la production de dopamine chez l'enfant.Certaines donnes suggrent que l'exposition la dioxine et aux hydrocarbures benzniques (BPC) durant la vie ftale pourrait aussi augmenter les risques.Selon certains, lintoxication chronique par le plomb ou les phosphates pourrait tre en cause.</p></li><li><p>THADA : TROUBLE HYPERACTIFL'hyperactivit motrice se manifeste par un mouvement perptuel: prurit moteur! L'enfant est sans arrt en mouvement, court, grimpe, s'agite. Il ne peut rester en place, remue sans arrt, touche tout, se tortille, se balance sur sa chaise, manipule tout ce qui lui tombe sous la main; il est incapable de rester assis, d'organiser des jeux structurs, n'bauche que des relations fugitives avec autrui, laisse un vaste dsordre sur son passage. Tout ceci peut s'observer un moindre degr chez de nombreux enfants normaux. Mais, ici, l'aspect le plus pathologique est l'absence absolue de but prcis, de dessein spcifique et ordonn de ses gestes et de ses actions, donnant ainsi une impression d'anarchie et de totale dsorganisation.Il a du mal rester table pendant le repas ou en classe. Bruyant, maladroit, il sollicite sans arrt l'adulte. Cette hyperactivit est particulirement manifeste durant les tches demandant une certaine concentration alors que, en rcration, ils ne peuvent gure tre distingus de leurs camarades, mais, volontiers bagarreurs, envahissants, chahuteurs, ils sont souvent impopulaires et rejets par ceux-ci, bientt excds par leurs incartades, incapables qu'ils sont de respecter les rgles, </p></li><li><p>THADA : DFICIT DE LATTENTIONCest mme s'il n'est pas le plus "bruyant", l'lment fondamental de ce syndrome : l'enfant ne peut pas se concentrer, il est trs facilement distrait, et ne peut pas saisir les informations qu'on lui transmet : on a l'impression qu'il ne reoit pas les messages. </p><p>Il dbute des activits et ne les termine pas, et il finit par mcontenter les parents et les enseignants. Tout est entrepris mais rien n'est jamais termin. Il ne peut soutenir son attention sur une activit requrant une attention soutenue. Souvent, il ne se conforme pas aux directives, a du mal organiser son travail, perd les objets ncessaires pour effectuer ses travaux</p></li><li><p>IMPULSIVIT ASSOCIEBesoin imprieux d'accomplir un acte et impossibilit de diffrer un dsir. L'enfant ne peut pas attendre son tour, est impatient, rpond en oubliant de lever le doigt, interrompt les adultes et intervient dans leur discussion.Il a du mal obir aux ordres ou aux consignes. Limpulsivit peut tre source daccident car elle sassocie labsence danticipation du danger. Les prises de risque sont frquentes et expliquent les cicatrices sur l'arcade sourcilire, les traumatismes dentaires, et les frquents passages aux Urgences pour des blessures rptition. </p></li><li><p>TROUBLES ASSOCISTroubles du sommeil, faible tolrance aux frustrations, labilit motionnelle excessive, accs de colre, opposition.Des troubles spcifiques du dveloppement (dyslexie, dysorthographie) sont souvent associs.Dans 70% des cas, un autre diagnostic pdopsychiatrique est associ et cette co-morbidit est un problme essentiel car elle complique le diagnostic et le traitement: troubles des conduites, troubles oppositionnels, troubles anxieux (anxit gnralise et anxit de sparation), troubles de lhumeur, syndrome de Gilles de la Tourette</p></li><li><p>DIAGNOSTIC EN MILIEU SPCIALISOn tablit le diagnostic sur les signes cliniques aprs avoir fait un examen mdical soigneux, comprenant tude de la vision et de laudition, tests psychologiques d'intelligence et de personnalit, bilan orthophonique, bilan de psychomotricit etc.Parfois : EEG, IRM, scanner, bilan biologique pour liminer d'autres pathologies. </p></li><li><p>DIAGNOSTIC DIFFRENTIEL +++Lenfant de 3 ans turbulent est en mouvement perptuel mais ne prsente pas de troubles de lattention. Sil passe de son petit vlo la course avec le chien puis se met jouer au puzzle, cest normal. Si le soir, il coute sa maman feuilleter un livre dimage avant de sendormir, il nest pas hyperactif.Lenfant opposant est dans sa phase du non entre 2 et 3 ans. Cest la priode durant laquelle il saffirme. Dire non signifie jexiste. Ce nest pas un signe dhyperactivit.Lenfant surdou sennuie vite en classe. Il a tout compris avant les autres et passe son temps jouer, sagiter, poser des questions sans rapport avec le sujet trait etc. Ce nest pas non plus un enfant hyperactif.Lenfant capricieux ne respecte que les consignes qui lintressent. Sinon, il les nglige et se fche si on loblige faire ce quil ne veut pas. Ce nest pas un hyperactif.Lenfant tyran. Cest un enfant qui manque de repres et dautorit. Il est primordial de ne pas tout lui cder. Il a besoin pour tre rassur de se voir imposer certaines limites.</p></li><li><p>10 PRINCIPES DIRECTEURS</p></li><li><p>TRAITEMENTSPsychothrapie, thrapie comportementale et cognitive, thrapies analytiques ou familialesHomopathie (Stramonium, Cina, Hyoscyamus niger)Rgimes dexclusion (lait, gluten, additifs alimentaires)NeurofeedbackPhytothrapie : ginkgo, mlisseAGE, fer, magnsiumMthode Tomatis, massothrapie, acupuncture, ostopathieGuidance parentaleMthylphnidate (Ritaline, Concerta LP)</p></li><li><p>METHYLPHNIDATELe traitement est soumis une prescription initiale hospitalire annuelle rserve aux spcialistes et/ou/ aux services spcialiss en neurologie, psychiatrie et pdiatrie.La prescription initiale hospitalire a une validit d'un an.Dans les priodes intermdiaires, tout mdecin peut renouveler cette prescription.Ce mdicament est dlivr par un pharmacien d'officine sur prsentation de la prescription initiale hospitalire ou de la prescription d'un autre mdecin accompagne d'une prescription initiale hospitalire datant de moins d'un an.</p></li><li><p>MTHYLPHNIDATELa Ritaline nest pas prescrite avant l'ge scolaire (6 ans). La dose est de 15mg 45mg par jouren 2 3 prises: il sagit de comprims scables 10 mg. L'effet se fait sentir au bout de 30 minutes. Il faut viter la prise aprs 17 heures en raison des troubles du sommeil ventuels. L'enfant doit tre revu quinze jours aprs le dbut du traitement puis, un mois plus tard. Les effets souhaits de la Ritaline court terme (quatre semaines) sont bien connus: les enfants sont plus calmes, plus attentifs, moins agits et ont de meilleurs rsultats scolaires. </p></li><li><p>EFFETS SECONDAIRESUne stricte surveillance s'avre ncessaire du fait des effets secondaires que les stimulants peuvent entraner : insomnie, anorexie.D'autres effets secondaires ont t signals : cphales, nauses, douleurs abdominales ; ils sont rares, transitoires et cdent facilement la diminution des doses prescrites.On peut observer l'apparition de tics et de mouvements compulsifs qui ne perdurent pas. Dans certains cas, on a pu observer l'exacerbation ou l'apparition d'une maladie de Gilles de La Tourette comprenant des tics touchant plusieurs groupes musculaires, des tics verbaux divers, tels que grognements, glapissements, coprolalie (impulsion mettre des mots orduriers). Cette ventualit n'intervient que chez des enfants prdisposs, qu'il faut dpister avant de prescrire des stimulants. De faon exceptionnelle, on a pu observer l'apparition d'hallucinations et de comportements discordants. Il s'agit alors, dans la plupart des cas, d'un mode d'entre dans la psychose et d'une erreur de diagnostic de dpart.Le ralentissement transitoire de la croissance en taille et en poids a t signal. L'arrt du traitement pendant les vacances aide minimiser cet effet. Les tudes long terme auraient montr qu'il n'y avait pas d'effets sur la croissance staturale et pondrale</p></li><li><p>CONSEILS PRATIQUES DE GUIDANCEPuisque l'enfant hyperactif a des problmes d'attention, donnez-lui des structures claires pour favoriser son apprentissage et assurez-vous qu'il excute correctement ses tches. Comme son attention se disperse facilement, confiez-lui une seule tche la fois. Si la tche -ou le jeu- est complexe, dcomposez-la en tapes faciles comprendre et raliser.L'enfant hyperactif est particulirement sensible aux stimuli extrieurs. Le fait d'tre en groupe ou en prsence d'une personne agite ou impatiente peut agir comme lment dclencheur. Attention la tlvision! Le caractre chaotique des images et de la narration peut facilement affecter son pouvoir d'attention. En reprant, puis en vitant les situations aggravantes, vous aiderez l'enfant mieux se comporter.Pour l'excution des devoirs scolaires et autres tches, installez-le dans un endroit calme o il n'y aura pas de stimuli susceptibles de capter son attention.Assurez-vous que l'enfant dort suffisamment - soit un minimum de huit neuf heures par jour - et encouragez-le faire une sieste durant la journe.</p></li><li><p>CONSEILS PRATIQUES DE GUIDANCEComme l'enfant hyperactif exige de la patience de la part de ses ducateurs, il est important que ceux-ci reconnaissent leurs limites et qu'ils demandent de l'aide au besoin.L'enfant hyperactif n'a pas la notion du danger. C'est pourquoi, il exige plus de surveillance qu'un enfant normal. Lorsque qu'on doit faire garder un tel enfant, il est important de choisir une personne fiable et exprimente afin d'viter les accidents.La force, les cris et les chtiments corporels ne sont d'aucune utilit. Lorsque l'enfant dpasse la mesure, demandez-lui de se retirer dans sa chambre pendant quelques minutes. Cette solution permet chacun de retrouver un peu de calme.A force de subir des rprimandes attribuables leurs troubles de comportement et leurs gaffes, les enfants hyperactifs perdent la confiance en eux; ce qui ne fait qu'amplifier le problme. Il importe de leur montrer comment devenir plus efficaces en vitant dexagrer leurs erreurs. La motivation et les encouragements donnent de meilleurs rsultats.La prise de Ritaline modifie souvent les habitudes alimentaires de l'enfant. Gnralement, celui-ci a moins d'apptit au repas du midi et davantage au repas du soir. Il est important de respecter ces changements.</p></li><li><p>AUTRES TROUBLES DES APPRENTISSAGESTHADADyspraxies visuo-constructive ou autresDyscalculieTroubles du langage crit (dyslexie)Retards de raisonnement</p></li><li><p>TROUBLES des APPRENTISSAGESIl s'agit de troubles fonctionnels lors des premiers apprentissages scolaires chez des enfants d'intelligence normale et sans trouble sensoriel (vision, audition...). Ces troubles sont indpendants du niveau socio-conomique et du niveau ducatif. Ils sont causs par un dysfonctionnement ou un retard de dveloppement dans l'organisation cognitive de la pense et reprsentent un vritable handicap compromettant la russite scolaire de l'enfant. </p></li><li><p>DYSPRAXIE (SYNDROME DE LENFANT MALADROIT)Altration de la capacit excuter de manire automatique des mouvements dtermins, en l'absence de toute paralysie ou parsie des muscles impliqus dans le mouvement. Le sujet doit contrler volontairement chacun de ses gestes, ce qui est trs coteux en attention, et rend la coordination des mouvements complexes de la vie courante extrmement difficile. La dyspraxie est un handicap peu connu, qui concerne 3% 6% des enfants. Trois quarts des enfants qui sont atteints de ce handicap ne sont pas diagnostiqus. La dyspraxie passe souvent inaperue, car invisible, mise parfois sur le compte d'un retard intellectuel ou de la mauvaise volont. </p></li><li><p>TU VOIS QUAND TU VEUX, TU PEUX.Un enfant dyspraxique n'arrive jamais automatiser ses gestes, et doit alors excuter une succession de mouvements squentiels tout en exerant un contrle volontaire extrmement coteux sur le plan attentionnel. Ce qui entraine chez lui une fatigue...</p></li></ul>

Recommended

View more >