DESCRIPTION DE LA ZONE DE RÉINTRODUCTION

  • Published on
    05-Jan-2017

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

SYNTHSE DES TUDES DE CAS : OISEAUX ET ESPCES DIVERSES

Vronique BARRE*

Cette synthse se propose d'analyser et d'valuer les rponses aux questionnaires envoys aux auteurs d'tudes de cas pour le Colloque de Saint Jean du Gard. Comme dans le cas des Mammifres, l'accent sera mis sur un certain nombre de points importants pour le succs des programmes de rintroduction ou de renforcement de populations sauvages.

Pour les oiseaux, nous disposons de 8 tudes de cas : la rintroduction du Vautour fauve dans les grands Causses, par Michel Terrasse, le projet de renforcement de la population de Vautour percnoptre par Michel Terrasse, les rintroductions du Gypate barbu dans les Alpes, par Roger Estve, les renforcements de la population de Faucon plerin de la chane jurassienne, par Ren-Jean Monneret, les rintroductions du Grand duc, par Roland Leroux, le renforcement de la population de Cigogne en Alsace, par Philippe Arnold, les renforcements de la population de Macareux moine sur les 7 les, par Antoine Reille, et les rintroductions du Grand ttras dans le Parc National des Cvennes, par Christian Nappe.

Pour les espces diverses , nous avons 3 tudes de cas : les rintroductions d'Ecrevisses autochtones en France, par Pierre Laurent, le renforcement de la population de Tortue d'Hermann dans le massif et la plaine des Maures, par Bernard Devaux, et les rintroductions et soutiens de populations de Saumon atlantique, par Jean-Luc Baglinire.

1 . CONNAISSANCE DE L'ESPCE DANS LA ZONE DE RINTRODUCTION OU DE RENFORCEMENT

1 . 1 . DESCRIPTION DE LA ZONE DE RINTROD UCTION

Dans les tudes de cas, la zone de rintroduction est parfois prsente de faon trs gnrale, par exemple l 'Alsace pour les cigognes ou les les de la cte bretonne pour le Macareux moine. Pour le Gypate barbu, l 'valuation des rgions favorables faisait clairement partie des mesures prparatoires au lcher.

* Secrtariat d'Etat charg de l'Environnement. Service de la Recherche, des Etudes et duTraitement de l'Information sur l'Environnement. 14, boulevard du Gnral-Leclerc, F-92524 Neuilly-sur-Seine.

Rev. Eco/. ( Terre Vie) , Suppl. 5 , 1 990.

- 73 -

La zone de rintroduction est relativement dtaille pour le Vautour fauve, le Grand Ttras. Le relief, le climat et la vgtation de la rgion sont dcrits pour le Faucon plerin, tout comme les 2 types de biotopes o s'effectuent les rintroductions pour la Tortue d'Hermann. La zone de rintroduction des saumons est connue, mis part les dversements non contrls de juvniles (essentiellement avant 1 970) ; l 'ensemble des oprations franaises est prsent de faon remarquable en analysant chaque rivire ou bassin versant par grande rgion hydrographique. Bien que toutes les tudes de cas ne les mentionnent pas clairement, il semble que les caractristiques cologiques de la zone de rintroduction soient globalement connues de faon satisfaisante .

1 .2 . HISTORIQUE DE L 'ESPCE DANS LA ZONE

Les donnes prcises sont parfois absentes, comme pour le Grand duc. Dans d'autres cas, on possde des indications sur la prsence ou l 'absence de l'espce (Gypate, crevisses, Grand ttras) ou sur ses variations d'abondance (Vautour fauve, Macareux moine, Tortue d'Hermann) . Enfin, dans d'autres cas, nous disposons de donnes prcises : volution du nombre de couples pour la Cigogne et le Faucon plerin, ou de l'aire de rpartition du Saumon atlantique du milieu du XVIIIe sicle nos jours . Dans la plupart des autres cas, on a recherch retracer l 'historique de l'espce dans la zone de rintroduction, mais les rsultats restent assez imprcis, c'est--dire que la prsence est certaine dans le pass, mais non quantifie du fait de l'absence d'inventaires ; les donnes chiffres pour la Cigogne et le Faucon plerin sont relativement rcentes : depuis l ' entre deux guerres pour les Cigognes, et depuis 1 950 pour le Faucon.

1 . 3 . DA TE DE DISPARITION OU DE DCLIN

Mise part la disparition du Grand ttras dans les Cvennes la fin du XVIIe sicle et celle des crevisses dans les annes 1 880, la disparition (ou le dclin) des populations est de date rcente : fin du XIXe sicle pour les saumons, xxe sicle pour les autres espces (Tab. 1).

Ce tableau nous amne nous poser deux questions. En premier lieu, le dclin ou la disparition de l'espce sont-ils rellement rcents ou avaient-ils commenc depuis longtemps sans tre connus ? Par ailleurs, si le dclin est ancien, ne peut-on craindre que la dtrioration du milieu soit maintenant telle qu'elle compromette une rintroduction de l 'espce ?

1 .4. CA USES DE L 'EXTINCTION O U DE LA RARFA CTION DE LAPOPULA TION ORIGINELLE

Parmi toutes les espces tudies, seule la disparition des crevisses, due une pizootie, n'est pas directement imputable l 'homme - bien que les germes de la maladie aient probablement t transports dans l 'eau du balast des bateaux

- 74 -

TABLEAU 1Dates de disparition ou de dlin et estimations de la population rsiduelle.

Fin xvn et dbut du xvm 1 876/ 1 885

Disparition du Grand ttras dans les Cvennes.

Dclin ou disparition des crevisses autochtones. Fin x1x sicle Dclin ou disparition du Saumon atlantique : valeur rsiduelle du stock non

connue. 1 920 1 930 1 940 1 950 1 960 1 967

1969

1 974

Disparition du Gypate comme nicheur dans les Alpes . Extinction du Vautour fauve dans le Nord des Grands Causses. Rarfaction grave de la Tortue d'Hermann. Extinction du Vautour percnoptre dans les Grands Causses. Situation inquitante pour le Grand Duc. Dbut de la rarfaction du Macareux moine en Bretagne : population rsiduelle estime 400 couples. Rarfaction du Faucon plerin dans la chane jurassienne : population rsiduelle estim 19 couples . Rarfaction de la Cigogne en Alsace : populations rsiduelle estime 9 couples.

revenant vide du delta du Mississipi . Au compte de la nature, au moins dans une trs large mesure, on peut quand mme imputer le cas des vagues de scheresse du Sahel pour la Cigogne.

L'action de l 'homme peut tre directe ou indirecte. Dans le premier cas, elle peut tre due soit :

- une mauvaise image de marque dans l'esprit de la population (Gypate, Vautour fauve, Faucon plerin, Grand duc) ,

- l'utilisation d'armes feu (Gypate, Vautour fauve, Faucon plerin, Grand duc, cigognes en Afrique) ,

l 'action de trafiquants (Faucon plerin), au ramassage par les touristes (Tortue d'Hermann), une surexploitation (Saumon atlantique), au dveloppement du rseau de transport de l'lectricit (Cigogne et

Vautour fauve).

Parmi les causes indirectes, il faut citer :

- la diminution des ressources alimentaires : surpche de sprats et lanons (Macareux) ; traitements antiacridiens et antiaviaires au Sahel (Cigognes), empoisonnement de carcasses et rarfaction du gibier de montagne (Gypate, Vautour fauve) ;

- et divers impacts dfavorables sur l'habitat de certaines activits lagunaires : destruction de zones humides (Cigogne), contaminations chimiques (Faucon plerin), pollution maritime par le mazout (Macareux), urbanisation et fractionnement du paysage, incendies, ensauvagement massif (Tortue d'Hermann), barrages en tous genres et dgradation de la qualit des eaux et de l'habitat (Saumon), dboisement et sylviculture (Grand ttras) .

75

1 . 5 . LES CA USES DE DISPARITION ET DE DCLIN ONT-ELLES DISPAR U ?

Les causes naturelles peuvent, bien entendu, toujours se reproduire (cas des vagues de scheresse au Sahel) . Pour viter de nouvelles pizooties chez les crevisses, la mesure la plus urgente serait, au niveau international, de mettre fin aux transports d'crevisses vivantes et surtout aux transplantations sauvages d'animaux susceptibles de propager la maladie.

En ce qui concerne les causes anthropiques, les possibilits d'action sont beaucoup plus nombreuses. Voici quelques exemples de celles qui sont entreprises :

Pour les causes directes :

- Mauvaise image de marque populaire. L'information du public est un des lments importants des programmes de rintroduction ; elle est essentielle pour des animaux comme les rapaces qui ont trop souvent encore mauvaise presse . Des campagnes d'information bien tudies doivent tre entreprises avant le lcher, pour obtenir au plan local et rgional toutes les garanties ncessaires au bon droulement du programme de rintroduction : prparation du public, ducation des chasseurs, pcheurs, etc . . .

- Tir. Une protection lgale a t mise e n place (Gypate, Vautour fauve, Faucon plerin, Grand duc, Cigogne), et notamment la loi de 1 972.

- Le Trafic des faucons plerins a t diminu par une surveillance des aires les plus menaces. Cependant, ce trafic existant toujours, la lutte contre celui-ci est devenue l'objectif principal du Projet Plerin . Il s 'agit maintenant de fournir aux fauconniers des oiseaux autochtones levs en captivit.

- Ramassage des tortues : on essaie de le limiter par une information adquate (affiches, villages des tortues , confrences, brochures . . . ), par la prvention (informations dans les mairies) et la rpression (formation de gardes fdraux), etc . . .

- Surexploitation du Saumon. Des mesures rglementaires ont t prises ; certaines rivires n'ont pas t classes comme rivire Saumon de sorte que l'exploitation de l'espce y est interdite . Pour les rivires classes comme cours d'eau saumon, les mesures ont port sur la mise en place de quotas annuels par pcheur, le retard de l'ouverture de la pche, la diminution des zones de pche dans l'espace et dans le temps, et la rouverture de la pche la ligne lorsque le stock semble pouvoir nouveau supporter un certain taux d'exploitation (cas de la Nivelle) .

- Rseau lectrique. C'est actuellement la cause de mortalit la plus importante et qui constitue la menace princ