Douleur la douleur lombaire

  • Published on
    06-Dec-2014

  • View
    2.894

  • Download
    2

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

Transcript

<ul><li> 1. SAP : 2790200 LA DOULEUR LOMBAIRE LA DOULEUR LOMBAIRE </li> <li> 2. LA DOULEUR LOMBAIRE </li> <li> 3. La douleur lombaire Dr Jacques WROBEL Coordinateur technique et responsable de la publication INSTITUT UPSA DE LA DOULEUR La Grande Arche Nord 92044 PARIS LA DFENSE Cedex - France Tlphone : (33) 01 47 16 89 94 Tlcopie : (33) 01 47 16 89 01 E-mail : institut.upsa@bms.com Site : www.institut-upsa-douleur.org Note aux lecteurs Les notions exposes dans ce livre sont destines complter et non remplacer les connaissances des professionnels forms en la matire. Les auteurs et les coordinateurs dclinent toute responsabilit directe ou indirecte dans lusage pouvant tre fait de cet ouvrage. ISBN : 2-910844-09-9 Conception A ditorial Paris 01 42 40 23 00 e dition - Dpt lgal 4 trimestre 2001 Couverture : Benjamin Wrobel 2 </li> <li> 4. LA DOULEUR LOMBAIRE Dr Sylvie ROZENBERG Coordinatrice scientifique 3 </li> <li> 5. LES AUTEURS Pierre BOURGEOIS Service de Rhumatologie, CHU, Hpital Piti-Salptrire, 75013 Paris Arnaud CONSTANTIN*,Yves LAZORTHES** Centre d'valuation et de Traitement de la Douleur * Service de Rhumatologie, ** Service de Neurochirurgie CHU, Hpital de Rangueil, 31054 Toulouse cedex Anne COUTAUX Service de Rhumatologie et Consultation de la Douleur, CHU, Hpital Piti-Salptrire, 75013 Paris Bruno FAUTREL Service de Rhumatologie, CHU, Hpital Piti-Salptrire, 75013 Paris Violaine FOLTZ Service de Rhumatologie, CHU, Hpital Piti-Salptrire, 75013 Paris Philippe GOUPILLE, Juliette BRUNAIS-BESSE, Sbastien QUENNESSON, Jean-Pierre VALAT Service de Rhumatologie, CHU, Hpital Trousseau, 37044 Tours cedex Serge POIREAUDEAU Service de Rducation et de Radaptation Fonctionnelle de l'Appareil Locomoteur et des Pathologies du Rachis, CHU, Hpital Cochin, Universit Ren Descartes, 75014 Paris Franois RANNOU Service de Rducation et de Radaptation Fonctionnelle de l'Appareil Locomoteur et des Pathologies du Rachis, CHU, Hpital Cochin, et INSERM U 530, Universit Ren Descartes, 75014 Paris Sylvie ROZENBERG Service de Rhumatologie, CHU, Hpital Piti-Salptrire, 75013 Paris Bruno TROUSSIER Service de Rhumatologie CHU, Hpital Albert Michallon, 38043 Grenoble cedex 4 </li> <li> 6. SOMMAIRE 1. pidmiologie de la lombalgie __________ Pierre Bourgeois 2. Physiopathologie de la douleur lombaire __________________ 7 17 Franois Rannou 4. Diagnostic dune lombalgie aigu de ladulte ____________________________ Bruno Fautrel 31 Prise en charge dune lombalgie commune aigu de ladulte _____________ Bruno Fautrel 45 5. La lombalgie chronique ___________________ Arnaud Constantin, Yves Lazorthes 6. La lombalgie de lenfant et de ladolescent __________________________ Bruno Troussier 7. Antalgiques et lombalgie chronique, mdicaments et neurostimulation transcutane __________________________________ Anne Coutaux 8. Infiltrations et lombalgie __________________ Violaine Foltz 9. La rducation des lombalgiques chroniques _____________________________________ Serge Poiraudeau 10. Chirurgie et lombalgie ___________________ 59 81 101 123 141 157 Philippe Goupille, Juliette Brunais-Besse, Sbastien Quennesson, Jean-Pierre Valat 11. Annexes ______________________________________ 169 Recommandations de lANAES SOMMAIRE 3. 5 </li> <li> 7. 6 </li> <li> 8. 1. PIDMIOLOGIE DE LA LOMBALGIE Pierre Bourgeois Il est classique de dire que la lombalgie est plus un symptme quune maladie. Cela voudrait dire que pour toute lombalgie, on devrait retrouver une pathologie sous-jacente pouvant lexpliquer.Il suffirait alors den faire le diagnostic et dinstituer le traitement appropri. Or, dans la majorit des cas, il n'est pas possible didentifier le mcanisme physiopathologique. Lexprience prouve que ltiologie nest retrouve que dans moins de 20 % des cas. On appelle lombalgies communes, les lombalgies qui ne sont pas secondaires une cause organique reconnue, comme une tumeur, une infection, une affection rhumatismale inflammatoire ou mtabolique (9). Toutes les tudes pidmiologiques sont compliques dans la lombalgie du fait de labsence de cause spcifique. Elles se fondent plus sur une plainte dun patient que sur une vritable maladie. La lombalgie chronique est aussi devenue un diagnostic de commodit pour certains patients qui sont actuellement invalids pour des raisons socio-conomiques, professionnelles ou psychologiques. Les donnes pidmiologiques sont trs dpendantes du systme de sant de chaque pays. Un bon exemple en est la pratique de la chirurgie lombaire dans la lombalgie. Cherkin et Coll ont montr en 1994 que le nombre dinterventions chirurgicales lombaires dans un pays tait proportionnel au pourcentage par habitant de ce pays de chirurgiens orthopdiques et de neurochirurgiens (5). Aux tats-Unis ce pourcentage est suprieur de 40 % par rapport aux autres pays dvelopps. Ce pourcentage reprsente plus de 4 5 fois celui de lAngleterre (13). PIDMIOLOGIE DE LA LOMBALGIE 1/ DFINITION 7 </li> <li> 9. 2/ FRQUENCE DES LOMBALGIES PIDMIOLOGIE DE LA LOMBALGIE De nombreuses tudes attestent que 70 85 % de la population a eu une douleur lombaire un moment de sa vie. (2) La prvalence annuelle de la lombalgie se situe entre 15 et 45 % avec une moyenne de 30 % (2). Aux tats-Unis, la lombalgie est la cause la plus habituelle de limitation dactivit chez les jeunes de moins de 45 ans. Cest la 2 e cause de consultation mdicale, la 5e cause dadmission lhpital et la 3 e cause de chirurgie (3). 8 Dans une tude britannique (7), chez des sujets de 25 64 ans, les prvalences vie entire, sur 12 mois et instantanes taient respectivement de 59 %, de 39 % et de 19 %. Lincidence annuelle tait de 4,7 %. Sur un an, les pisodes aigus de moins de 2 semaines taient de 50,3 %, les pisodes subaigus de 2 semaines 3 mois taient de 21 %, et les pisodes chroniques de plus de 3 mois de 26 %. Moins de la moiti des lombalgiques navait pas consult de professionnels de sant pour leur lombalgie. Parmi les sujets lombalgiques en activit, seuls 21,8 % avaient eu un arrt de travail du fait de leur lombalgie. La prvalence des lombalgies augmente progressivement jusqu lge de 65 ans, puis diminue par la suite, sans quon en connaisse les raisons. Le devenir des patients avec une lombalgie est habituellement excellent puisque 90 % ou plus gurissent en moins de 3 mois. Par contre, pour les autres, la gurison est longue obtenir et leur demande de soins est importante et coteuse. Pour ces patients, cest aussi une cause dinvalidit majeure et dabsence au travail (3). Dans ltude de Ozguler et coll(14) en 1999 portant sur 725 salaris franais, la frquence de survenue sur 6 mois de lombalgies est du mme ordre que dans ltude anglaise. Il sagissait de secteurs risques levs, pour 30 % de salaris de la manutention et pour 21 % de salaris du secteur hospitalier. Les autres salaris appartenaient au secteur tertiaire. La prvalence des lombalgies est rapporte dans le tableau 1. Dans cette tude, la moiti des lombalgiques na pas eu de consultations mdicales et moins de 20 % ont arrt leur travail. On saperoit que les interruptions de travail sont dans leur majorit trs courtes. Hagen et Thun (6) notent que les arrts de travail de plus de 2 semaines ne concernent que 2,27 % des lombalgiques. De mme, </li> <li> 10. dans une tude portant sur une population de salaris dEDF-GDF publie dans lexpertise collective INSERM (9), les arrts de travail durent pour 55 % de 1 7 jours, pour 30 % de 8 30 jours, et pour 15 % de plus de 30 jours. Dans cette srie, la prvalence annuelle de la lombalgie tait de 40 %. On pourrait donc estimer 1,2 % la frquence annuelle darrts de travail de plus de 30 jours lis la lombalgie. TABLEAU 1 : Prvalence des lombalgies au cours des 6 derniers mois dans une population de salaris Lombalgies au moins 1 jour (%) Femmes (n=357) 45,4 Hommes (n=368) 40,8 18,8 15,5 Traitement de la lombalgie (%) 23,0 20,4 Consultation dun professionnel de sant (%) 25,2 20,7 7,8 9,5 Arrt de travail (%) Dans une tude Canadienne (12) portant sur 1300 hommes employs en secteur industriel, la prvalence de lombalgies vie entire tait de 60 % et instantane de 11 %. La moyenne darrts de travail dus la lombalgie tait, sur 5 ans, de 17 jours. Ltude portait sur des hommes gs de 23 60 ans,dont avaient t exclus ceux qui avaient dautres problmes de sant volutifs.Dans cette tude,la prvalence de la lombalgie tait significativement plus leve chez les employs maris,avec des travaux demandant des efforts physiques, le port rgulier de charges, un mauvais tat gnral et des antcdents de maladie grave. Les travailleurs sdentaires qui se plaignaient de lombalgie taient plus enclins demander leur admission lhpital que les autres. Praemer et coll(15) ont montr quaux tats-Unis, la lombalgie tait plus frquente chez les femmes, 70,3 pour 1000, que chez les hommes, 57,3 pour 1000, et plus communes chez les blancs, 68,7 pour 1000, que dans la population noire, 38,7 pour 1000. PIDMIOLOGIE DE LA LOMBALGIE Lombalgies au moins 30 jours (%) 9 </li> <li> 11. SOCIO-CONOMIQUES DES LOMBALGIES PIDMIOLOGIE DE LA LOMBALGIE 3/ ASPECTS 10 Dans les pays industrialiss, du fait de la trs grande frquence dans la population gnrale, la lombalgie est un problme majeur de sant publique. La lombalgie gnre dimportantes dpenses de sant et interfre avec les activits professionnelles dans une grande partie de la population adulte. Ainsi les dpenses en cots directs et en pertes de productivit sont normes. Cependant, lorsque lon tudie les diffrentes populations de lombalgiques, on saperoit quil y a des niveaux trs diffrents entre la petite lombalgie dun jour qui naura aucune consquence sociale ni conomique, et les lombalgies plus prolonges. Santos-Eggimann et coll, (21) ont tudi 3227 personnes portant sur deux rgions suisses trs diffrentes. Ils ont montr que la dtermination de la dure cumule de lombalgie pendant lanne prcdente, tait un bon moyen pour distinguer les lombalgies impact conomique bas des lombalgies impact conomique lev. Les diffrences rgionales seffacent lorsque lon utilise les critres de svrit fondes sur la prvalence sur 12 mois. Dans cette tude, la lombalgie durant plus de 7 jours cumuls sur lanne, survenait chez 20 28 % des hommes et 31 38 % des femmes. En termes de rduction dactivits professionnelles, mnagres et de loisirs et en termes de consultations mdicales motives par les lombalgies, les lombalgies durant plus de 7 jours cumuls sur lanne taient semblables dans les deux rgions tudies. Cette dure cumule de douleurs tait relie tous les indicateurs montrant limpact de la lombalgie sur la vie de tous les jours. Une dure cumule de 7 jours semble approprie pour distinguer entre les lombalgies qui ont un petit impact et celles qui ont un grand impact conomique. Il est classique de dire que la frquence des lombalgies a augment ces dernires annes. En fait cette notion nest pas vidente. Il est certain que le poids socio-conomique des lombalgies a augment si lon considre les arrts de travail et les incapacits donnant lieu indemnisations.Toutes ces dpenses ont augment jusquen 1990 (9). On peut dire quen plus des changements dans la frquence des lombalgies ce sont plutt des changements dans lattitude des malades, des professionnels de sant et de la socit par rapport la lombalgie qui sont intervenus. Les troubles mineurs sont vraisemblablement plus dclars quantrieurement. </li> <li> 12. Les publications rcentes montrent bien limportance des cots indirects par rapport aux cots directs dans la lombalgie (24,27,29,17). Dans les cots indirects, on regroupe les indemnits journalires, les pensions dinvalidit, les pertes de production et les pertes dopportunit demploi. Les cots indirects se situent entre 62 et 93 % des cots totaux des lombalgies (27,29). Le cot global de la lombalgie est bien diffrent selon les pays. Aux tats-Unis, il est quatre fois plus important par habitant quen France ou en Hollande. Cette diffrence est explique en partie par lutilisation beaucoup plus importante des techniques dimagerie et des actes chirurgicaux (29,28). PIDMIOLOGIE DE LA LOMBALGIE Praemer et coll(15) ont montr quaux tats-Unis, en 1988, latteinte rachidienne tait responsable de 185 millions de jours darrts de travail dont 83 millions avec repos au lit. Rossignol et coll(18) ont suivi une cohorte de 2341 lombalgiques au Qubec en 1981 qui avaient t indemniss pour un accident du travail. Aprs six mois, 6,7 % taient encore absents du travail. Ils reprsentaient 68 % des journes de travail perdues, et 76 % du cot de la lombalgie. Daprs Spitzer et coll (22) aprs 12 semaines darrt, la reprise de travail est lente et incertaine. Prs de la moiti des patients arrts pendant six mois, ne reprendra pas le travail et aprs deux ans dabsences au travail, le retour au travail est quasiment nul. La compensation pcuniaire a une influence ngative sur la longueur de lindisponibilit. Sander et Meyers (20) ont compar les priodes dindisponibilit chez les patients en accident de travail par rapport aux patients en maladie. La dure moyenne est de 14,5 mois darrts de travail par rapport 3,6 mois pour la maladie. Le type daccident, le diagnostic et les traitements spcifiques naffectaient pas le devenir des patients alors que les troubles psychologiques jouaient un rle dterminant. Les cots lis la lombalgie sont en grande partie dus aux patients en absences prolonges, mais ils concernent aussi les rcidives de lombalgies.Troup et coll (23) notent quaprs lpisode aigu, 44 % des patients rechutent dans...</li></ul>