Effets de la chirurgie bariatrique sur la mortalité des patients suédois obèses

  • Published on
    14-Sep-2016

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>77</p><p>Revue de PresseJ Chir 2008,145, N1 2008. Elsevier Masson SAS. Tous droits rservs.</p><p>et de 20/20 patients pour la douleur thoracique. Chez les 4 pa-tients sans disparition complte de la symptomatologie, la m-diane de pression du SIO tait de 18 cmH20 avec transit etendoscopie normaux. Deux patients prsentaient des signescliniques et pH-mtriques de reflux. Les rsultats sont restsstables sur la priode de suivi.La conclusion des auteurs est que la myotomie tendue avecfundoplicature antrieure est un traitement efficace de laMSDO svre. Les rsultats fonctionnels sont ici excel-lents, notamment, en termes de dysphagie et de douleursthoraciques.</p><p>Commentaires1) La myotomie pour MSDO tait rserve jusqu prsentaux patients rsistants aux thrapeutiques non chirurgicales,avec des rsultats parfois dcevants.</p><p>2) Les rsultats prsents ici sur une courte srie ne diffrentpas de ceux observs aprs myotomie sur toute la hauteur deloesophage [2]. Cette myotomie trs tendue napparat doncpas justifie, permettant ainsi dviter labord thoracique.Nanmoins, dautres travaux et un suivi plus long sont nces-saires pour confirmer ces bons rsultats cliniques.3) Sagissant a priori dun dysfonctionnement de lsophagedistal, et de faon similaire au traitement de lachalasie, la myo-tomie cardiale est primordiale, associe une fundoplicature,le reflux tant quasi constant au dcours.4) Lapproche laparoscopique mriterait dtre value danscette indication.</p><p>Mots-cls : sophage. Traitement. Maladie des spasmes diffus.</p><p>1. Dis Esophagus 1998;11:210-214.2. Ann Thorac Surg 1982;34:230-236.</p><p>Effets de la chirurgie bariatrique sur la mortalit des patients sudois obses</p><p>L. Sjostrom, K. Narbro, C.D. Sjostrom, K. Karason,B. Larsson, H. Wedel, T. Lystig, M. Sullivan, C. Bouchard,B. Carlsson, C. Bengtsson, S. Dahlgren, A. Gummesson,P. Jacobson, J. Karlsson, A.K. Lindroos, H. Lonroth,I. Naslund, T. Olbers, K. Stenlof, J. Torgerson, G. Agren,L.M. CarlssonSwedish Obese Subjects Study. Effects of bariatricsurgery on mortality in Swedish obese subjects.N Engl J Med 2007;357:741-752.</p><p>Lobsit touche plus de 30 % de la population aux tats-Unis.Elle est associe une augmentation de la mortalit. La pertepondrale diminue les facteurs de risque cardiovasculaire, maisaucune tude prospective interventionnelle na tudi limpactde la perte pondrale sur la mortalit globale. partir dune base de donnes de 11 453 patients, cette tudecontrle a inclus 4 047 patients obses. Parmi ces patients,2 010 ont bnfici dune chirurgie bariatrique (groupe chirur-</p><p>gie) et 2 037 ont reu le traitement conventionnel (groupecontrle appareill sur 18 variables). Aprs un suivi moyen de10,9 ans, la mortalit globale a t tudie avec seulement0,1 % de perdus de vue.</p><p>La modification de poids moyenne dans le groupe contrletait infrieure 2 % sur la priode dtude. Les pertes depoids maximales dans le groupe chirurgie taient observesaprs 1 2 ans : 32 % pour le gastric bypass, 25 % pour la gas-troplastie verticale et 20 % pour lanneau gastrique. Aprs10 ans, les pertes de poids par rapport au poids de base taientstabilises 25 %, 16 % et 14 %, respectivement. Dans legroupe contrle, 129 dcs ont t observs versus 101 dans legroupe chirurgie. Compar au groupe contrle, le risque relatifnon ajust tait de 0,76 dans le groupe chirurgie (p = 0,04) etle risque relatif ajust pour lge, le sexe et les facteurs de risquetait de 0,71 (p = 0,01). Les causes principales de dcs taientlinfarctus du myocarde (25 versus 13 dans les groupes contrleet chirurgie, respectivement) et le cancer (47 versus 29 respec-tivement).</p><p>Les auteurs concluent que la chirurgie bariatrique pour obsitsvre est associe une perte significative de poids sur le longterme et une diminution de la mortalit globale.</p><p>Mortalit long-terme aprs bypass gastrique pour obsit</p><p>T.D. Adams, R.E. Gress, S.C. Smith, R.C. Halverson,S.C. Simper, W.D. Rosamond, M.J. Lamonte, A.M. Stroup,S.C. HuntLong-term mortality after gastric bypass surgery.N Engl J Med 2007;357:753-761.</p><p>Bien que le bypass gastrique reprsente prs de 80 % de la chi-rurgie bariatrique aux tats-Unis, les donnes sont limitespour valuer leffet sur la mortalit long-terme de cette pro-cdure compare une population de patients obses non op-rs.Cette tude rtrospective de cohorte a inclus, de 1984 2002,9 949 patients ayant eu un bypass gastrique pour obsit 9 628 patients svrement obses passant leur permis deconduire. Parmi ces patients, 7 925 oprs ont t apparis 7 925 patients contrles sur les critres ge, sexe, indice demasse corporelle et anne dinclusion. Les taux de dcs globalet cause spcifique ont t dtermins en utilisant lIndexNational de Dcs.Pendant un suivi moyen de 7,1 ans, la mortalit globale ajustedans le groupe chirurgie a diminu de 40 % comparativement augroupe contrle, avec 37,6 versus 51,7 dcs pour 10 000 per-</p><p>sonnes-annes (p &lt; 0,001). La mortalit spcifique dans legroupe chirurgie a diminu de 56 % pour les pathologies co-ronariennes (2,6 versus 5,9 dcs pour 10 000 personnes-annes, p = 0,006), de 92 % pour le diabte (0,4 versus 3,4 d-cs pour 10 000 personnes-annes, p = 0,005) et de 60 % pourle cancer (5,5 versus 13,3 dcs pour 10 000 personnes-annes,p &lt; 0,001). Cependant, les taux de dcs non dus une maladie,comme les accidents et les suicides, taient plus levs de 58 %dans le groupe chirurgie comparativement au groupe contrle(11,1 versus 6,4 dcs pour 10 000 personnes-annes, p = 0,04).Les auteurs concluent que la mortalit long terme aprs by-pass gastrique est significativement rduite, en particulier lesdcs pour diabte, pathologies cardiaques et cancer, cepen-dant que le taux de dcs pour causes autres que la maladietait plus lev dans le groupe chirurgie que dans le groupecontrle.</p><p>Commentaires1) Ces vingt dernires annes une vritable pidmie dobsitsest dveloppe avec une prvalence qui a plus que doubl chezladulte et tripl chez lenfant [1].2) La confrence de consensus du National Institute of Healthprconise la chirurgie bariatrique : 1) chez les patients avec unindice de masse corporelle &gt; 40 kg/m2 ou &gt; 35 kg/m2 avec co-morbidit et ; 2) si les autres formes de traitement ont chou[2]. Les rsultats de ces deux tudes, montrant une diminution</p><p>Effets de la chirurgie bariatriquesur la mortalit des patients sudois obses</p></li></ul>