Gestion Technico-économique d'un atelier d'engraissement bovins

  • Published on
    05-Jan-2017

  • View
    214

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>GGeessttiioonn tteecchhnniiccoo--ccoonnoommiiqquuee dduunn aatteelliieerr ddeennggrraaiisssseemmeenntt bboovviinnss EELL..BBOOUUIICCHHOOUU </p><p> 0 </p><p>Gestion Technico-conomiquedun atelier dengraissement bovins. </p><p>Ralisateur :EL HOUSSAIN BOUICHOU</p><p>Ingnieur Zootechnicien diplm en Gestion.</p></li><li><p>GGeessttiioonn tteecchhnniiccoo--ccoonnoommiiqquuee dduunn aatteelliieerr ddeennggrraaiisssseemmeenntt bboovviinnss EELL..BBOOUUIICCHHOOUU </p><p> 1 </p><p>SOMMAIRE APPROCHE SUR LA CONDUITE DES VEAUX AVANT LE SEVRAGE. </p><p>1/ juste aprs la naissance de veau.3 2/ la nutrition. 3 3/ les maladies frquentes en cette priode ..5 GESTION DUN ATELIER DENGRAISSEMENT (50 TETES). </p><p>I- Etude technique des bovins dengraissement. A/ le prix et rendement de la production de viande...7 B/ contrle des performances .. 7 C/ lengraissement de btail .8 D/ lappareil digestif des bovins8 E -Alimentation des bovins en croissance et lengraissement ...9 1/ tude dun exemple tourillon pie noir...9 F-le suivi des animaux .13 G- interventions collective et individuelle 13 H-Le nettoyage et dsinfection des locaux dlevage .13 I- la quarantaine et isolement des malades .13 J-Le transport dans des conditions sanitaires favorables 14 K- Gestion sanitaire de latelier dengraissement15 L- thorie dune alimentation rationnelle15 M- protection sanitaire du cheptel ..17 N- hygine et inspection des viandes ..17 II- Aspect technico-conomique de projet: II-1 Quelques lments historiques des jeunes destins lengraissement..20 II-2/ Stratgie de production 21 II-2-1 Charges globales21 II-2-2 Les recettes globales..26 III- Les lments dune politique financire: A-1 Le compte dexploitation provisionnel.27 A-2 Financement de projet ..28 A-3 tableau des amortissements 29 B / les indicateurs financires 1 / le compte de rsultat31 A/ le rsultat final.31 B/ analyse des marges .31 C- Analyse des rsultats de lexploitation .32 D- les ratios financiers a / calcul des ratios dendettements .33 b/ capacit dautofinancements ou cash-flow..33 c/ le ratio dautonomie financire.....33 d/ le ratio de solvabilit gnrale 33 E / difficults financires E-1 causes lie la rentabilit :.34 </p></li><li><p>GGeessttiioonn tteecchhnniiccoo--ccoonnoommiiqquuee dduunn aatteelliieerr ddeennggrraaiisssseemmeenntt bboovviinnss EELL..BBOOUUIICCHHOOUU </p><p> 2 </p><p>E-2/ causes lies au financement .34 F / ajustement globale du projet dinvestissement ..34 G- Comptabilit et la technique des comptes ..35 Conclusion ..36 Annexes 37 Support de Conduite de rationnement .39 </p></li><li><p>GGeessttiioonn tteecchhnniiccoo--ccoonnoommiiqquuee dduunn aatteelliieerr ddeennggrraaiisssseemmeenntt bboovviinnss EELL..BBOOUUIICCHHOOUU </p><p> 3 </p><p>APPROCHE SUR LA CONDUITE DES VEAUX AVANT LE SEVRAGE. 1/ juste aprs la naissance de veau. Quand le ftus nat il faut dgager rapidement les voix respiratoires et stimuler la respiration par une traction de la langue. On peut suspendre le jeune par les postrieurs pendant quelques secondes : le sang veineux affluant du cerveau, le gaz carbonique excite le centre respiratoire dclenche la respiration. Veuillez dsinfecter le cordon ombilical. 2/ la nutrition A/ COLOSTRUM Le veau nouveau-n doit absolument recevoir du colostrum le plutt possible raison 2 kg entre 2 6 heurs de sa naissance, pour lui protger contres les maladies nonatales, les diarrhes en particulier. Le veau consomme ensuite pendant 5 ou 6 jours en raison de 4 5 kg par jour en deux repas. B/ LAIT DE REMPLACEMENT. On distribus ensuite le lait de replacement (JOOSTEN-MILK par exemple) dont le principe de rationnement est daccrotre progressivement les quantit distribuer au cours des 8me semaine de la naissance pour atteindre un maximum journalire de 1.2 kg de poudre de lait de remplacement (11.2 litres : quantit de lait constituer par jour). Cette quantit diminue progressivement pour susciter la consommation de concentr, pour adapter dfinitivement le veau lingestion et lutilisation des aliments solides en dbut de 14me semaine. B-1 prparation de lait en poudre Dans un seau propre mettez la quantit deau recommande et chauffe une temprature qui varie entre 42C 45C . Versez progressivement la poudre (JOOSTEN-MILK) dans leau. Agit nergiquement pendant 5 minutes on obtiendra ainsi un mlange homogne. </p></li><li><p>GGeessttiioonn tteecchhnniiccoo--ccoonnoommiiqquuee dduunn aatteelliieerr ddeennggrraaiisssseemmeenntt bboovviinnss EELL..BBOOUUIICCHHOOUU </p><p> 4 </p><p> B-2 mode demploi de laliment </p><p>Quantit de lait constitue par veau </p><p>Semaine N </p><p>Nombre de repas par jour. </p><p>Joosten-Milk </p><p>Eau </p><p>Quantit de lait constitue par repas </p><p>Quantit de granul par jour </p><p>1 Colostrum 2 2 200 g 2 L 2.2 L 50 g 3 2 300 g 2.5 L 2.8 L 100 g </p><p>4 2 400 g 3 L 3.4 L 200 g 5 2 450 g 3.5 L 4 L 400 g 6 2 500 g 4 L 4.5 L 500 g </p><p>7 2 500 g 4 L 4.5 L 700 g 8 2 600 g 5 L 5.6 L 800 g 9 2 500 g 4 L 4.5 L 900 g </p><p>10 2 300 g 2.5 L 2.8 L 1000 g 11 2 200 g 1.5 L 1.7 L 1200 g 12 2 100 g 1 L 1.1 L 1400 g </p><p>13 2 100 g 1 L 1.1 L 1600 g JOOSTEN-MILK doit distribuer aux veaux juste aprs sa prparation dans un horaire rgulire. C- aliments solides et eau. Lapport de laliment concentr et de fourrage de bonne qualit associ leau est indispensables ds la troisime semaine pour permettre le dveloppement prcoce du rumen et linstallation des fermentations microbiennes. Laliment concentr doit avoir une concentration nergtique proche de 1 UF/Kg et de valeur azotes de 100/110 g/kg. Constitue dun mlange (des crales, pulpes, 75 80 %) et de source azotes (tourteaux par 15 20 %). Un fourrage de bonne qualit trs ingestible, doit tre offert au jeune veau ds la 3me semaine pour stimuler laugmentation de volume du rumen et dobtenir une croissance leve tout en conomisant les aliments concentrs. Leau est absolument indispensable une ingestion satisfaisante des aliments solides et au dmarrage des fermentations du rumen les veaux doivent disposer en permanence et volont dune eau parfaitement propre et renouveler. </p></li><li><p>GGeessttiioonn tteecchhnniiccoo--ccoonnoommiiqquuee dduunn aatteelliieerr ddeennggrraaiisssseemmeenntt bboovviinnss EELL..BBOOUUIICCHHOOUU </p><p> 5 </p><p>3/ les maladies frquentes en cette priode A/ les infections ombilicales. Les infections ombilicales (OMPHALITES) tous les microbes qui souillent le sol et les litires des veaux sont susceptibles de coloniser dombilic. Linfection ombilicale se traduit par une inflammation et un abcs qui remonte dans labdomen. La lutte contre les emphatiques comporte plusieurs aspects. </p><p> hygine des sols et des litires par la dsinfection (phnol de synthse). et de renouvellement rgulier des pailles 1 kg par m tous les jour. </p><p> dsinfection de lombilical la naissance qui doit se faire selon un protocole prcis et intervenir dans la demi-heure qui suit la naissance. </p><p> il faut aussi contrler lombilic par palpation le lendemain et le surlendemain de la naissance pour vrifier quil est sec. </p><p> traitement prcoce de linflammation ombilical. B/ les diarrhes des jeunes veaux Cest au cours de ses quatre premires semaines de vie que le veau prsent le risque de manifester une pathogne digestive de nature infectieuse. B-1 les caractristiques de la maladie </p><p> laugmentation de volume des matires fcale mises et par la diminution de leur teneur en matire sche. ainsi un veau sain de 50 kg rejette en moyenne par jour 300 g de fces contenant enivrant 25 p.100 de MS. </p><p>B-2/ La cause de la maladie. difficults de naissance la sous nutrition et parasitisme des vaches. les sous nutrition des vaches gestantes rsulte le plus frquemment </p><p>lapport insuffisant de lnergie de lazote et souvent le dficit en minraux et vitamines et en oligo-lment dou limportance dutilisation des complments minraux et vitamines (C.M.V.). </p><p>C/ besoins de veau en lait jusquau sevrage cas de lait maternel 700 litres (700*3.30) = 2310 DH. cas de lacto-remplaceur : 58.1 kg avec un prix de 15.50 (prix actuel </p><p>de Joosten-Milk) DH/kg donc : 58.10* 13.20 = 900 DH. Consommation de concentr : 68 kg * 2.4 DH = 170 DH. Consommation de fourrage : 18 kg * 0.70 = 12.60 DH. Paille des litires : 90 kg * 0.2 = 18 DH. Frais vtrinaire : 76 DH </p><p>Donc le cot des charges variables de cette priode = 1176.60 DH. </p></li><li><p>GGeessttiioonn tteecchhnniiccoo--ccoonnoommiiqquuee dduunn aatteelliieerr ddeennggrraaiisssseemmeenntt bboovviinnss EELL..BBOOUUIICCHHOOUU </p><p> 6 </p><p> GESTION DUN ATELIER DENGRAISSEMENT (50 TETES): INTRODUCTION Lorsque lleveur a pris une dcision au sujet de la race quil va introduire dans cette exploitation, il lui reste choisir les aliments de cette race. </p><p>Aussi doit sentourer de toutes les garanties dsirables avant de fixer son choix. La slection pour la viande se fait daprs le processus gnral des lois de la croissance, identiques dans toutes les espces animales domestiques. Chaque organe, chaque rgion a son maximum de croissance une certaine priode de la vie des organes et des rgions sont dvelopper htif et dautres dveloppement tardif : ces dernires seuls subissent les effets de la slection pour la viande, parce quils disposent dune possibilit supplmentaire de croissance. Ce sont surtout les os et les muscles des parties suprieures et postrieures du corps qui se caractrisent par lpaississement des os et des muscles, et non leur allongement (levage). La connaissance des lois de la croissance permet de prvoir la rpercussion dune modification dans les proportions de lune ou de lautre rgion, sur tout lorganisme, puisque les principaux facteurs contrlant la taille et la conformation ne sont pas action locale mais action gnrale. </p><p> Le poids du veau la naissance et surtout les proportions des organes (os et muscles) dans ce poids ont une influence dterminante jusqu lge adulte. </p></li><li><p>GGeessttiioonn tteecchhnniiccoo--ccoonnoommiiqquuee dduunn aatteelliieerr ddeennggrraaiisssseemmeenntt bboovviinnss EELL..BBOOUUIICCHHOOUU </p><p> 7 </p><p> I- ETUDE TECHNIQUE DES BOVINS DENGRAISSEMENT A/ le prix et rendement de la production de viande. Le prix de vente dun bovin engraiss est subordonn certaines </p><p>considrations La viande pour le consommateur, est un fragment de muscle. Elle est classe en catgories. Quelle que soit sa catgorie, la viande offre aux sens de consommateur une gramme de qualit diverses (couleur, consistance, tendret, odeur, saveur) qui varient considrablement avec : lage de lanimale (veaux, gnisses, chtrons, bte de rforme). La prsence ou labsence ou la nature et la disposition de la graisse </p><p>(persille, graisse de couverture,). Le boucher paie la carcasse (viande non dbite) dautant plus cher quelle contient un poids plus lev de viande de premire catgorie. Lengraisseur a donc intrt exploiter des animaux ayant un train arrire et un dessus trs dvelopps (rendement). Le rendement labattage est le rapport qui existe entre le poids des quatre quartiers et le poids de lanimal vivant. Il sexprime par le poids de viande correspondant 100 kg de poids vif 60 %- 55 %- 50% -45 % Explication : le poids vif est le poids avant le sacrifice de la bte tandis que le poids des quatre quartier est le poids de lanimal tu , dpec , nettoy . Exemple : a/ le poids vif : 200 kg b/ poids vif : 225 kg Poids des quartier : 150 kg rendement 60 % Rendement : 75 % poids des quartier : 135 kg Ce rapport varie daprs : </p><p> ltat dengraissement les caractres individuels de conformation (race et type) ; la surcharge de lappareil digestif la pese. le traitement ou voyage effectu avant labattage. </p><p>Le cinquime quartier est form par la peau (7 8 % du poids vif), la langue, les joues, le foie, le cur, le tube digestif ; le suif. B/ contrle des performances : Son objectif est de chiffrer avec prcision le degr de qualit de productivit du btail .ce contrle constitue la base la plus solide de la slection et du perfectionnement : pour dterminer le rendement, la qualit de la viande, la prcocit des animaux de boucherie. Lapprciation de ces caractres est confie des techniciens qualifis qui jugent les animaux la vue et au toucher des maniements et, aprs labattage, lexamen des carcasses. </p></li><li><p>GGeessttiioonn tteecchhnniiccoo--ccoonnoommiiqquuee dduunn aatteelliieerr ddeennggrraaiisssseemmeenntt bboovviinnss EELL..BBOOUUIICCHHOOUU </p><p> 8 </p><p> C/ lengraissement de btail : Le principal facteur de russite dans lengraissement conomique des animaux est le croit journalier qui dtermine le rythme rapide de croissance. Or, rapidit de croissance et formation dune riche musculature sont fortement hrditaires ; elles ne peuvent tre amliores que par voie de slection. Seule, une alimentation optimale, jointe de bonnes conditions dexploitation peuvent permettre leur plein panouissement. Le type boucherie animal avec des os courts et paisse musculature , est favorise par llevage avec un niveau lev dalimentation , alors que lutilisation dun bas niveau dalimentation dans le jeune ge tend produire un type de membres longs et musculature rduit. D/ lappareil digestif des bovins. Si le type laitier est considr comme type respiratoire, le type dengraissement est du type digestif. Le type respiratoire est caractris par long thorax, le cur est volumineux, les poumons vaste, la peau fine. Le type digestif a la poitrine profonde, les cotes plus verticales, plus rapproches, lencolure plus courte, le train postrieur proportionnellement plus lourd que le train antrieur. La profondeur de poitrine nest jamais trop grande. Lappareil digestif du buf, comme celui de tous les ruminants (mouton, chvre) est caractris par sa complexit et limportance de son volume. Exemple de race bovins : race Ndama. La race Ndama prsente un bovin qui de loin possde les quantits de boucherie les plus videntes. Le poids moyen des animaux bien entretenus est de plus ou moins 240 kg. Leur rendement se situe entre 48 et 50 %. Donnes moyennes : </p><p> poids vif 240 kg. Rendement 49 % du poids vif. Cuire 7 % du poids vif Tte 8 % du poids vif. Extrmits 1.8 % du poids vif Os 16.80 % du poids en </p><p>quartiers. Viande nette 32 % du poids en </p><p>quartiers. </p></li><li><p>GGeessttiioonn tteecchhnniiccoo--ccoonnoommiiqquuee dduunn aatteelliieerr ddeennggrraaiisssseemmeenntt bboovviinnss EELL..BBOOUUIICCHHOOUU </p><p> 9 </p><p> E -Alimentation des bovins en croissance et lengraissement : La production de gros bovins dans notre pay se caractrise par une trs grande varit de type de production, de race, de mode dlevage, et dalimentation. La production des tourillons se caractrise par un ge labattage infrieur 20 mois, une croissance continue, une alimentation de concentration nergtique leve lauge, sans utilisation notable du pturage. Les ges et les poids labattage varient respectivement de 15 17 mois et de 600 kg 680 kg pour les tourillons prcoce des races laitires. (Pie noir, normande, Montbliard ). , de 18 20 mois et de 640 700 kg pour les tourillons tardifs des races viande spcialises (charolaise, limousine). On a cherch, pour des raison...</p></li></ul>