Histamine et carbures cancérigènes

  • Published on
    13-Aug-2016

  • View
    213

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

  • [15. VI. 1959] Kurze Mitteihmgcn - Brief Reports 219

    His tamine e t carbures canc6r ig6nes

    Le processus de la tumorogenbse est essentiel lement caract6ris6, semble-t-i l , par une acc6Mration locale de la croissance cellulaire, avec r6gression de diff6renciations.

    Les carbures canc6rigbnes qui provoquent l 'apparit ion de tumeurs malignes in situ auraient-elles la particularit6 de soustraire les cellules d 'une r6gion d6termin6e aux in- fluences qui l imitent leur croissance et ceci d 'une manibre irr6versible au-deltt d 'un certain degr& Or, les facteurs les mieux connus de la r6gulation sont d'origine neurale ou se rambnent t~ une activit6 nerveuse comme l 'ont 6tabli les t ravaux de LOCATELLI 1 sur la croissance de r6g6ngration et ceux de CHAMPY 2-4 et de ses collabora- teurs sur la croissance hormonale.

    Le r61e des interm6diaires chimiques du systbme ner- veux en g6n6ral et celui de l 'h istamine en particulier dans cette action trophique des nerfs est bien 6tabli. L 'h ista- mine provoquerai t dans les cas 6tudi6s des ph6nombnes de diff6renciation freinant la croissance mitot ique a.~.

    Cet expos6 r6sume tout un ensemble de t ravaux off il apparai t que les substances cancdrig~nes f ixent l 'hista- mine pr~sente 5. l 'extr6mit6 des filets nerveux ~-~. Cette f ixation per turbant l '6quil ibre du protoplasme des neu- rones pourrai t expl iquer le d6sordre de croissance qui caract6rise le cancer.

    La recherche vise les substances canc6rig~nes provo- quant des cancers in situ. L 'examen in vitro est suivi d 'une v6rif ication in vivo faite avec la col laboration de CHAMPY.

    Les substances canc6rig+nes organiques se ra t tachent trois grandes familles connues: les carbures polybenz6-

    niques, sti lb6niques et azoiques. Les substances examin6es sont dans la s6rie des poly-

    benz6niques: le 3,4-benzopyr~ne, le 9,10-dim6thyl- l , 2- benzanthrac~ne, le 1,2, 5, 6-dibenzanthrac~ne, substances trbs canc6rigbnes.

    I1 a paru int6ressant d 'examiner paral lblement deux substances non canc6rigbnes mais dont la structure est tr~s voisine de celle du benzopyr6ne: le p6rylbne et le pentacbne; ainsi qu 'un corps d 'un aspect particul ier: le 3,4-benzo-ph6nanthrbne, substance canc6rigbne mais fai- sant exception /t la relation math6mat ique 6tablie par PULLMAN pour la g6n6ralit6 des carbures canc6rigbnes ~.

    Le 3, 4-benzo-ph6nanthrbne est tr~s 16g6rement hydro- soluble; son spectre peut 6tre lu dans I'UV. sous une 6paisseur de 4 cm; les autres substances cit6es sont in- solubles dans l 'eau; leur spectre n 'appara l t pas en phase aqueuse m6me sous une 6paisseur de 10 cm.

    Lorsque l 'une de ces substances est mise en contact- avec l 'h istamine en milieu aqueux, on observe, en d6pit

    I p. LOCATELLI, Arch. Sci. biol. 1924, 362. 2 C. CHAMPY et al., C. R. Acad. M6d. 1948, 115. a C. CHAMPV et al., C. R. Assoc. Anat . Louvain, 2 avri l (1950). 4 C. CHAMPY et ~l., Bull. Biol. F rance Belgique 89, 21l (1955). 5 C. CHAMPY et al., J . Physiol . 41,435 (1949).

    C. CnAMPV et al., C. R. Assoc. Anat . Paris, Ju i l let (1955). 7 S. HATEM, C. R. Acad. Sci. 244, 2113 (1957). 8 S. HATEM, C. R. Acad. Sci. 945, 1850 (1957). 9 S. HATElVl, C. R. Acad. Sci. 246, 3136 (1958).

    10 A. et B. PULLMAN, Cancdrisation par les substances chimiques et structures moldculaires (Edit . Masson & Cie, 1955).

    Spectres compards : Courbe I. - Benzopyr~ne dans l'histamine trbs concentric -->- Courbe II. - P6ryl~ne dans l'histanline tr6s concentr6e Courbe I I I . - Pentacbne dans l'histamine trbs concentr6e

    e = 0,1 ram; t = 20 ~: 1.

    t i

    7-!

    0-

    ~t

    : | ! t t

    T

    i

    . i i : i

    :! i

    . . . . . 12_

    5-

    4 - , i i F ".-

    3- !

    t

    2-

    Io

  • 220 Br~ves communications - Brevi eomunicazioni [EXPERIENTIA VOL. XV/6]

    des diff6rences structura les proIondes de ces carbures, les ph6nom~nes su ivants :

    1 La substance est solubitis6e dans l 'eau et son spectre est net tement lisible duns I 'UV. sous l '6paisseur de 0,1 mm; la format ion d 'un complexe hydroso lub le h is tamine- substance est raise en 6vidence.

    2 Toutes les bandes sont d~celables: la f ixat ion se fair donc par moMcules enti~res, hypoth~se d6j~t ent revue par ta th6orie math6mat ique t et l ' exp6r imentat ion biolo- gique ~x.

    3 Ces bandes, compar6es /t leur posit ion lorsque la substance est observ6e duns l 'eau ou dans l 'alcool, sont d6plac6es vers le visible. L 'ef fet bathochrome t radu i t une act ivat ion de la mol6cule.

    Les substances non canc6rig~nes de s t ructure analogue celle du benzopyr~ne (p~ryl6ne et pentac~ne) ne fo rment

    le complexe qu'k l '6tat de traces dif f ic i lement d6celables. Les courbes ci- jointes i l lustrent les r6sultats acquis.

    Le 3 ,4-benzo-ph6nanthr~ne n 'es t pus except6 du choix de l 'h istamine.

    Les substances st i lb6niques 6tudi6es sont : le 4-amino- st i lb6ne et le p-d im6thyl -amino-st i tb~ne, substances tr~s canc~rigbnes. Elles conduisent ~ des r~sultats analogues.

    L '6tude des substances azoiques pr6sente une diff icult6 du fair que le g roupement azoique et que la fonct ion amine sont d6jk susceptibles g eux seuls &assurer avee des amines la Io rmat ion de complexes. Aussi, af in de met t re en 6vidence des part icu lar i t~s d 'act ion de l 'h i s tamine sur les substances canc6rig~nes, l 'observat ion est condui te

    la lois sur d 'aut res amines et sur d 'aut res substances non canc6rig6nes qui pr~sentent avec les corps cancdri- g~nes azoiques une parent6 structura le .

    Les substances azo~ques 6tudi6es sont : l 'azobenz6ne, substance non canc6rigbne, le m6thoxy-3-azobenzbne, substance non canc6rigbne, le p-amino-azobenzSne, subs- tance peu canc~rig~ne, le dimSthyl-3, 2 ' -amino-4-azoben- z~ne, substance tr~s canc6rig&ne, le 3 ' -m6thyl -4-d im6thyl - aminoazobenz~ne, substance tr~s canc6rig~ne. On observe que l 'effet bathochrome s'accuse dbs que le caractgre canc~rig~ne appara i t et ce compor tement semble sp6cial

    l 'h is tamine qui, dans le cas actuel, a 6t6 compar6 l ' imidazol et ~ l '6thy lamine.

    I1 devenai t impor tant de mont rer que de tels complexes pouva ient se former in vivo aux d6pens de l 'h is tamine des nerfs. Cette 2 e part ie a 6t6 faite avec le concours de CHAMPY.

    Nous avons util is6 la r6act ion histologique de l 'h ista- mine raise au point avec le n i t r i te mercureux et l 'acide osmique 1~, qui permet une bonne et fine colorat ion des filets nerveux notamment des f ibres sympath iques dont l 'act ion para i t essentielle dans les ph6nom~nes neuro- trophiques.

    Nous avons employ6 la m6thode su ivante : un peu de substance h 6prouver est port6e au contact d 'une g lande et, apr~s un temps tel que la p6n6trat ion de lad i te subs- tance g6n6ralement assez lente ~ cause de son insolubi l i t~ aft pu se faire, nous avons fait des pr6parat ions au n i t r i te mercureux-acide osmique. Nous avons nature l lement compar6 uvec des substances non canc6riggnes qui, in vitro, ne se complexent pas avec l 'h is tamine ~.

    Avec tous les corps canc6rig~nes 6tudi6s, nous avons vu que la r6action manqua i t k une certa ine profondeur au niveau des points off on ava i t appl iqu6 la substance sous

    n F. BERGMANN, Cancer Res. 2, 660 (1942). x2 S. HATEM, C. R. Aead. Sci. 240, 2354 (1955). x3 C. CHAMeV et S. HATE~, C. R. Acad. Sci. 246, 859 (1958).

    une 6paisseur de 5 ~ 10 acini, oh il ne reste de colorable que de rares gros tron~ons de f i laments nerveux, ce qui montre que la r6act ion s'est bien faite. ElM est d 'a i l leurs tr~s r6guli~re sur l 'ob jet consid6r6. Nous avons observ6 tr~s net tement ee ph6nomgne avec le benzopyr~ne, le 3, 4-benzo-ph6nanthr~ne, le 4-amino-st i lb~ne, le d im6thy l - 3, 2 ' -amino-4-azobenz~ne.

    Le 3, 4-benzo-ph~nanthr~ne, substance peu canc6rig~ne, semble d6truire les nerfs moins profond6ment .

    La mSme exp6rience faite avec des corps voisins non canc6rig~nes: le p6ryl~ne, l 'azobenz~ne, l 'anthrac~ne, le ph~nanthr~ne, le pentac~ne, permet une colorat ion h ista- min ique des nerfs d~s la surface comme duns les t issus normaux.

    I1 se produi t donc in vivo comme in vitro une f ixat ion de l 'h is tamine par les substances canc6rig~nes.

    On peut rapprocher l 'ensemble de ces r6sultats du fa i t que l 'h is tamine est absente ou tr~s diminu6c duns les tumeurs mal ignes 14a6 et de cet autre fait que, sous l 'ac- t ion du 48/80, compos6 qui d6place l 'h is tamine de ses local isations normales et la fait d isparai t re de la peau, on augmente la tumorogen~se ~a-~9

    SIMONE HATEM

    Laboratoire du C.N.R.S . , Facultd de Mddecine de Paris, le 19 ddcembre 1958.

    Summary

    Histamine, which is a const i tuent o1 neurons shows a par t icu lar af f in i ty for cancer -produc ing substances but not for the non-cancer -produc ing isomers of such sub- stances.

    14 S. :Y[. ROSENTHAL, J. nat. Cancer Inst. 10, 89 (1949). 15 W. FELDBER6 et A. LOESER, J. Physiol, 126, 286 (1954). x6 p. O. B. MONTGOMERY, T. DILLON et A. GOTH, Texas Rep. Biol.

    Mcd. I4, 432 (1956). t7 I. MOTA, W.T. BERALDO et L. lJ. C. JvsQvEiRA, Proc. Soc.

    exp. Biol. N. Y. 83, 455 (1953). 18 j. F. R*LEV et G. B. WEST, J. Physiol. 120, 5~8 (1953). 10 D. W. FAWCETT, J. exp. Med. 100, 217 (1954).

    Loca l i za t ion o f Succ in ic Ox idase in

    Vibr io cholerae

    I n view of conf l ict ing evidence on the nature and func- t ion of var ious cell inclusions in bacter ia 1 and the im- por tance of 'par t icu late fract ions' in the i r immuno logy and chemotherapy, isolat ion and b iochemica l character i - zat ion of di f ferent cell components would be of par t icu lar interest in pathogen ic organisms z,3. Studies have, there- fore, been under taken on V. cholerae to localise var ious enzymes and other impor tant b iochemical mater ia ls in the cell. The present note describes some pre l iminary results on the d is t r ibut ion of 'succinic oxidase' in di f ferent int ra- cel lular f ract ions obta ined f rom d isrupted V. cholerae cells by di f ferent ia l centr i fugat ion.

    18-20 h growth of V. cholerae on meat-papain-d igest - agar was harvested wi th normal saline and washed once by recentr i fugat ion. The cells were d is rupted e i ther by

    1 j . BRACHET, Biochemical Cytology (Acad. Press Inc., New York 1957), p. 59.

    2 p. D. COOPER, J. gen. Microbiol. 10, 236 (1954). 3 I. MILLMAN and G. P. YOUMANS, J. Bact, 68, 411 (1954).

Recommended

View more >