Introduction au community management

  • Published on
    04-Dec-2014

  • View
    1.456

  • Download
    0

DESCRIPTION

Cours donn Ichec Entreprises le 10/10/2012 Bruxelles

Transcript

1. Introduction aucommunity managementJacques FolonPartner Edge ConsultingCharg de cours ICHECMatre de confrences Universit de LigeProfesseur invit Universit de MetzProfesseur invit IACE TunisProfesseur Invit ISFSC HE F.FerrerSource de limage : https://social.ogilvy.com/the-value-of-community-management-3- 2. www.aliaz.com/jacques-folonjacques.folon@edge-consulting.biz 3. Cette prsentation est surwww.slideshare.net/folonelle est votre disposition 4. Calendrier du programmeJour 1Jour 2Jour 3Jour 4Jour 5Jour 6(10/10) (11/10) (12/10) (14/11) (15/11) (16/11)Le web 2.0Les outils et Les outils et Exercices + Retour surGestionLe consom-techniques du techniques du Retourinvestissementditorial etacteur Community Community dexpriences des MdiasstratgieLa gnration YLes contraintesManager Manager (Workshop)Sociaux dcriturelgales (part 1)(part 2)(Business case)Le communitymanager danslentrepriseE- rputation Les outils et Dashboard etUnedetechniques du suivi des stratgie delentrepriseCommunity oprationsAZGestion deManager : (Workshop)crise Prise en mainOrganiser leC.M. 5. INTRODUCTION 6. Social media context 98% of Belgiumis aware ofSocial Media. 64% of Belgium is member of at least 1 social network.Source de limage: http://previewnetworks.com/blog/social-media-stay-10/ 7. 36% in Europe post informationBrands about brands 53% reacts on comments and 51% consults information. In Belgium, 25% of the social networkers post information about brands, 36% react on comments and 36% consult information. Consumers prefer to react on brand updates rather than start a conversation with a brand themselves. Content planning and regular content updates are a way to increase the engagement with fans. 8. En Belgique (source IAB) 37% des belges visitentun nouveau site chaquejour 26% des belges ont unsmartphone 9. INTRODUCTION 10. Quest-ce que les rseaux sociaux numriques ont contribu changer ?11 11. Quest-ce quilsont contribu changer ? 12Source de limage: http://www.maniacworld.com/copy-and-paste-babies.html 12. Quest-ce quils ont contribu changer ?13 13. Quest-ce quils ont contribu changer ?14 14. Quest-ce quils ont contribu changer ?15SOURCE DE LIMAGE: http://hanane.zevillage.org/news/le-marketing-viral 15. Quest-ce quils ont contribu changer ?16 SOURCE DE LIMAGE: http://www.lesnumeriques.com/divers/touche-pas-a-ma-e-reputation-enquete-a1548.html 16. Only 14% des consommateurs croientles publicits78% des consommateurs croient en leurs amis 17. Ces chiffres sont importants mais que veulent-ilsdire?http://www.slideshare.net/TomiTontti/social-media-why-should-you-care-4501198 18. Evolution du consomm-acteurhttp://www.slideshare.net/TomiTontti/social-media-why-should-you-care-4501198 19. Les mdia sociaux cest surtout UNECONVERSATION et le consommateurnaime pas parler tout seulhttp://catherinewhite.files.wordpress.com/2009/08/social-media-conversation.jpg 20. Et ce nest pas tout !http://www.slideshare.net/TomiTontti/social-media-why-should-you-care-4501198 21. RAPPELEZ-VOUS14% des consommateurscroient les publicits78% des consommateurs croient en leurs amis 22. Et vous ne savez pas ce quils disent http://www.slideshare.net/TomiTontti/social-media-why-should-you-care- 4501198 23. Savoir ce que disent les clients est un des nombreux intrts de la veille 24. Le pouvoir a chang de mains ! 25. INTRODUCTION 26. Gnration Y mythe ou ralit ? 27. Et ca continueSource C. Batier : http://fr.slideshare.net/batier/reseaux-sociaux-avalenciennea/download 28. Et ca continue 29. Et ca narrtera plus 30. Hypothse: la gnration Y ne serait-elle pas une faon de cacher la rsistance au changement ? 31. Babyboomers childrensEcho-boomersComment lesE-GenerationDigital NativesFacebook Generation dsigner ? Gen YGnration 2001Gnration acclrationGnration des transparentsGnration entropiqueGnration InternetGnration MoiGnration texto/SMSGnration WWWGeneration Y not?Gnration ZappingGreat GenerationHomo Zappiensi-GenerationMillenialsNet GenerationNextersNintendo GenerationNouveaux androdeshttp://www.zazzle.be/generation_y_pas_tshirt-235332731462770922 Sunshine Generation 32. Quand faut-il tre n pour en faire partie?La priode pour dfinir cette gnration Y est trs variable,elle comprend (selon les auteurs) les personnes nes:Entre 1974 et 1994De 1978 1998 (pour ceux qui les caractrisent dEcho-boomer)De 1978 1988Ou de 1978 1995Ceux qui sont ns aprs 1980Entre 1980 et 2000Ou aprs 1982ou plus prcisment de 1982 2003Entre 1990 et 2000...BARRER LA MENTION INUTILE !http://funnyscrapcodes.blogspot.com/2009/10/embed-code-funny-stuff-funny-scraps.html 33. Internet youTubeGoogleDaily Show eBay SpaceShipOne iTunesCDsColumbia Accident The 2000 Election CrisisSouthparkColumbine Starbucks Le contexte de la gnration Y 9-11mac vs. pcTerrorismabu ghraib Gaming Simpsons Reality TV TechnologyBloggingChallenger AccidentThe Iraq WarOnline ShoppingFranchisesNapster CableMTVAmazon.com Celebrity ScandalsOprahGlobal Warming 34. Un concept dfinide faon aussivariable etcontradictoireexiste-t-il?http://www.madmoizelle.com/generation-y-temoignage-43730 35. Apports managriaux Lors dun changement technologique, cestlensemble des membresde lorganisation mais galement les artefactstechnologiques qui structurent le changement. (Licoppe, C. 2010) 36. INTRODUCTION 37. Follow me on scoop.it for the latest newson data privacy and securityhttp://www.scoop.it/t/management-2-entreprise-2-0 38. LE RESPECT DE LA VIE PRIVEESOURCE DE LIMAGE: http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2012/01/13/2678781_protection-de-la-vie-privee-sur-les-medias-sociaux.html 39. http://www.fredcavazza.net/2006/10/22/qu-est-ce-que-l-identite-numerique/ 40. digital identity privacyauthenticity 41. CC BY-NC-ND 2.0 Frederic Poirot 42. http://www.intel.com/museumofme/ 43. By giving people the power to share, were making theworld more transparent.The question isnt, What do we want to know about people?, Its, What do people want to tell about themselves? Data privacy is outdated !Mark Zuckerberg If you have something that you dont want anyone toknow, maybe you shouldnt be doing it in the first place. Eric Schmidt4 44. Privacy VS.Publicness 45. 51 46. Privacy statement confusion 53% of consumers consider that a privacystatement means that data will never be sellor give 43% only have read a privacy statement 45% only use different email addresses 33% changed passwords regularly 71% decide not to register or purchase due toa request of unneeded information 41% provide fake info Source: TRUSTe survey 55 55 47. Bonnequestion?1 48. LA LOI SUR LA PROTECTION DES DONNES PERSONNELLES IMPOSE UNE SECURITE INFORMATIQUE ! 49. OBLIGATIONS LEGALES ! 2. Le responsable du traitement ou, le cas echeant, son representant en Belgique, doit :1 faire toute diligence pour tenir les donnees a jour, pour rectifier ou supprimer les donnees inexactes, incompletes, ou non pertinentes, ()2 veiller a ce que, pour les personnes agissant sous son autorite, lacces aux donnees et les possibilites de traitement soient limites a ce dont ces personnes ont besoin pour lexercice de leurs fonctions ou a ce qui est necessaire pour les necessites du service;3 informer les personnes agissant sous son autorite des dispositions de la presente loi et de ses arretes dexecution, ainsi que de toute prescription pertinente, relative a la protection de la vie privee a legard des traitements des donnees a caractere personnel;4 sassurer de la conformite des programmes servant au traitement automatise des donnees a caractere personnel avec les termes de la declaration visee a larticle 17 ainsi que de la regularite de leur application.60 50. 61 51. Quelques dfinitions importantes 52. Donnes personnelles 53. QUELLES DONNEES ?65 54. Traitement de donnes 55. Le responsable de traitement67 56. On ne peut pas faire nimportequoi avec des donnespersonnelles !!!68 57. 69 58. SOURCE DE LIMAGE : http://usnavyjeep.blogspot.be/2011/03/data-mining-your-personal-info-from.html FINALITES 70 59. 71 60. DONNEES SENSIBLES Certaines donnes sont si dlicates quelles ne peuvent tre traites que dans des castrs spcifiques. Vos nom et adresse sont plutt des donnes anodines, mais ce nest pas le cas pour larace, la sant, les opinions politiques, les convictions philosophiques (croyant ou athe,etc.), les prfrences sexuelles ou le pass judiciaire. En principe, il est donc interdit de collecter, denregistrer ou de demander pouvoircommuniquer les donnes sensibles dj cites, sauf quelques exceptions. Leresponsable peut traiter des donnes sensibles donnes sensibles ( lexception desdonnes judiciaires) : sil a obtenu le consentement crit de la personne concerne ; si cest indispensable pour prodiguer les soins ncessaires la personne concerne; si la lgislation du travail ou lapplication de la scurit sociale limpose ; la personne concerne elle-mme a rendu les donnes publiques ; si cest ncessaire en vue de ltablissement, de lexercice ou de la dfense dun droit ; si cest ncessaire dans le contexte dune recherche scientifique.72 61. TRANSFERT DE DONNEESresponsable et sous-traitant 62. LE SOUS-TRAITANT74 63. FORMATIONS INTERNES 64. RESTITUTIONS63 65. SUPPRIMER LES DROITS DACCES ! 66. Coockies 67. international transfer 68. La scurit des donnes personnelles est uneobligation lgale86 69. CONTRLE DES COLLABORATEURS82SOURCE DE LIMAGE: http://blog.loadingdata.nl/2011/05/chinese-privacy-protection-to-top-american/ 70. http://www.privacycommission.be/fr/brochure-information-cybersurveillance83 71. INTRODUCTION 72. Pour des informations jour concernant le droit dauteur,suivez-moi sur scoop it http://www.scoop.it/t/any-need-for-reinventing-copyright-droit-d-auteur-intellectual-property-news85 73. Disponible en ligne sur www.fedweb.belgium.berubrique publications en fr. et nl. 74. Internet et droit: Oxymore ? Internet: zone de non droit ?87 75. Juste un bel exemple http://www.youtube.com/watch?v=A5lE88 76. http://www.slideshare.net/calimaq/tension-et-innovations-dans-le-droit-dauteur-lheure-du-numrique 77. Internetnest pas un espace de non-droit, mais il nexiste pas proprement parler de droit de linternet ; Le vide juridique ne peut pas exister en droit, car les juges sont toujoursobligs de trancher (interdiction du dni de justice) ; Sappliquent pleinement Internet les textes existants et les principesjurisprudentiels dgags pour le monde rel ; Digital is not different : les grands principes restent inchangs, mais ledroit sest adapt certaines ralits nouvelles et aux usages numriques ; Nanmoins, lenvironnement numrique exerce une action corrosive sur ledroit et le systme arrive peut-tre aujourdhui un tournant Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet 90 78. Les principes restent, le droit volueExemple le droit dauteur en BelgiqueDroit dauteur (loi de 1994)Directive droit dauteur dans la socit de linformation (2001)Loi belge implmentant la directive (2005)Depuis (presque) plus rien, sauf la doctrine et la jurisprudence, et de nombreuxprojets et discussions au niveau europen 91 79. Quest-ce qui a chang?la facilit du copier-collerla conservation des versions successives ;linsertion directe dans lcriture des images, de la voix, de la vido ;la possibilit de travailler en direct plusieurs sur un mme texte,document, animation, site, uvre multimdia construit ensemble ;la publication immdiatela possibilit de reprendre, commenter, interagir avec lauteur ;Bref lobjet, luvre se dtache de nous et fait sa route seule avec peuou pas de contrle de/des auteursSource: http://www.slideshare.net/calimaq/ecriture-web-et-dimension-juridique92 80. 93Source: http://www.slideshare.net/calimaq/ecriture-web-et-dimension-juridique 81. Multiplication des OJNI (ObjetsJuridiquement Non identifis). Seul moyen de lever lincertitude = le contentieux pour faire intervenir le juge Les outils et pratiques du web 2.0 rentrent pniblement dans les cases classiques du droit Sur les blogs, les wikis,, les plateformes de partage, les rseaux sociaux, linternet des flux : Qui est auteur ? O sont les uvres ? Qui est propritaire ? Qui est responsable ?Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet 94 82. Exemple de laffaire Google Book SearchProcs Google c. La Martinire et autres :les diteurs franais demandaient au TGI dappliquer la loi franaiseInterface de Google Book en franais, destine au public franais, extension en .fr, livrespublis en France, par des diteurs franais, crits en franais, par des auteurs franais Application logique du droit franais ? Pas si sr car le dlit tait complexe.Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet 95 83. Les rgles contractuelles prennent de plus enplus lascendant sur le cadre lgal : Importancedes CGU(Conditions Gnrales dUtilisation) ou ToS(Terms of Use) Notamment sur les plateformes departage et les rseaux sociaux Quelle articulation avec le cadre lgalnational ? donnes personnelles, proprit des contenus, modificationsunilatrales, disparition des services, etc Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet 84. Les rgles contractuelles prennent de plus enplus lascendant sur le cadre lgal : Que se passe-t-il lorsquun mme contenu passe de service en service ? Slideshare->facebook- >twitter->retwitter CC-BY-NC-SA My name is benji Source: Lionel Maurelhttp://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet 97 85. Que se passe-t-il sur Internetaprs la mort ? Pour les courriels ?Pour les donnes personnelles et lestraces laisses sur les rseaux sociaux ?Pour les biens virtuels ?Pour lidentit numrique ?CC-BY-NC-ND HenningSource: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet 98 86. Cas ds 2007 de vol dobjets virtuels dans les Univers persistants (Second Life, jeux vidos, MMORGP) Reconnatre le vol virtuel, cest admettre lexistence dune proprit virtuelle limage de la proprit relle.Danscequiestdevenu,finoctobre,laffaireRunescape,leprocureurademandautribunaldeconsidrerlesobjetsvirtuelscommedesbiensrelsettangibles,danslamesureoleurspropritaires,quiseleschangentcontredelargentsurInternet,leur Or il nest pas certain que ladonnentunevaleurnonmoinsrelleettangible.Unebrcheouvertesurleplan notion de proprit ait le mmejuridique,pourtablirlanotiondevol,mmevirtuel.Deleurct,lesavocatsdeladfenseprtendaientqueleursjeunesclientsnavaientstrictementrienvoldupointde sens dans lenvironnementvuelgal,puisquelesdeuxobjetsenquestionnexistentpas.Leursargumentsonttnumrique (abondanceraret)battusenbrche. 99Source: Lionel Maurelhttp://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet 87. Les avatars des univers persistants possdent-ils la personnalit juridique ? des droits propres ?Science fiction juridique?Peut-tre pasSur Second Life[] la question du statut juridique propre lavatar, nest pas si fantasque que cela et cette prospectiveest tout fait envisageable deux conditions. Dune part, que la pratique des avatars se dveloppe grande chelle dans les populations, au point de rendre vident la ncessit de crer un statut juridiquedans ce domaine, dautre part, que la dmarche ne soit pas vcue comme seulement contraignante maisquelle apparaisse comme une clarification des rgles dappropriation (proprit) et de responsabilit. Enconclusion, lavatar est dj un objet de droit, avant dtre demain un sujet de droit.Olivier Iteanu. Mon meilleur ami est un avatar. Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet 100 88. Conditions dutilisationVos droits Lutilisateur conserve ses droits sur tout Contenu quil soumet, publie ou affiche sur ou parlintermdiaire des Services.En soumettant, publiant ou affichant un Contenu sur ou par le biais des Services, lutilisateuraccorde Twitter une licence mondiale non exclusive, libre de redevance avec le droit de sous- licencier, utiliser, copier, reproduire, traiter, adapter, modifier, publier, transmettre, afficher etdistribuer le Contenu tous les mdias ou toutes les mthodes de distribution (connues prsent ou dveloppes ultrieurement). Astuce Cette licence nous autorise rendre vos tweets publics pour tous et autorise les autresutilisateurs faire de mme. Mais, ce qui est vous es vous - le contenu des tweets est le vtre. Lutilisateur convient que cette licence accorde le droit Twitter de mettre le Contenu la disposition dautres socits, organisations ou individus qui travaillent en partenariat avec Twitter pour la syndication, la diffusion , la distribution ou la publication dun tel Contenu sur dautres supports etservices, soumis nos termes et conditions dutilisation du Contenu. 89. Marques, noms de domaines et usernames dans les mdia sociaux200 millions de noms de domaines2 milliards de user names25% des recherches se basent sur les user names crdit image: http://www.them.pro/files/images/domain-names-extensions.jpg 90. Usernamesfaciles obtenirpas de formalitpas de contrletrouvs par lesmoteurs derecherchecrdit image: http://www.saadkamal.com/social-media/change-facebook-username/ 91. Surveillance de sa marque Indispensable ! Participe le-reputation Permet de sopposer dautres demandes Importance de la veille (noms de domaines,user-names) 92. Proprit intellectuelle: foss entre le droit et la pratique 93. Source: http://www.slideshare.net/calimaq/tension-et-innovations-dans-le-droit-dauteur-lheure-du-numrique 94. Source: http://www.slideshare.net/calimaq/tension-et-innovations-dans-le-droit-dauteur-lheure-du-numrique 95. Fvrier 2008 96. Les deux critres cumulatifs de la protectionSource: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet 97. Les idesLes ides ne sont pasdes uvresprotges.Elle chappent touteappropriation etdemeurent libre deparcours tant quellesnont pas t rendues perceptibles par uneextriorisation (CAParis 12 sept 1989)Fvrier 2008 98. Cession des droits et gestion collective Mandat de reprsentation Contrat contre rmunration Conservent ledroit moral Source: Lionel Maurel http://www.slideshare.net/calimaq/droit-de-linternet-et-de-linformation-complet 112 99. Principes de base Droit exclusif dautoriser oudinterdire Autorisation pralable indispensable Cession de droits Dlit de contrefaonCrdit image: http://www.tetedequenelle.fr/2010/03/droit-dauteur-mal-tourne/ 113 100. PROTECTION DE LOEUVRE La protection est accorde indpendamment delaccomplissement de formalits Lauteur jouit des droits attach cette qualit duseul fait de la cration de luvre La loi belge se distingue de lgislations trangresqui subordonnent loctroi du droit dauteur audpt de loeuvre et son enregistrement auprsdun organisme officiel (copyright) 114 101. LauteurArt. 6. Le titulaire originaire du droit dauteur est la personne physique qui a cr loeuvre. (Est prsum auteur, sauf preuve contraire, quiconque apparat comme tel sur loeuvre, sur une reproduction de loeuvre, ou en relation avec une communication au public de celle-ci, du fait de la mention de son nom ou dun sigle permettant de lidentifier.) 25 102. Principe lgal du droit dauteur Lauteur dune uvre littraire ou artistique a seul ledroit de la reproduire ou den autoriser la reproductionsous quelque forme que ce soit Lauteur dune uvre littraire ou artistique a seul ledroit de la communiquer au public par un procdquelconque Ce droit comporte galement le droit exclusif denautoriser ladaptation ou la traduction Dure du droit dauteur: 70 aprs sa mort!Crdit image: http://www.rtbf.be/culture/wp-content/uploads/2010/11/AFPgoncourt1.jpg 116 103. Le droit dauteur(loi du 30/6/1994)Article 1. 1. Lauteur dune oeuvre littraire ou artistique a seul ledroit de la reproduire ou den autoriser la reproduction, de quelquemanire et sous quelque forme que ce soit (, quelle soit directeou indirecte, provisoire ou permanente, en tout ou en partie).Ce droit comporte notamment le droit exclusif den autoriserladaptation ou la traduction.Ce droit comprend galement le droit exclusif den autoriser lalocation ou le prt.Lauteur dune oeuvre littraire ou artistique a seul le droit de lacommuniquer au public par un procd quelconqueLauteur dune oeuvre littraire ou artistique a seul le droitdautoriser la distribution au public, par la vente ou autrement, deloriginal de son oeuvre ou de copies de celle-ci.24 104. Article L112-2(Loi n 94-361 du 10 mai 1994 art. 1 Journal Officiel du 11 mai 1994)Sont considrs notamment comme oeuvres de lesprit au sens du prsent code : 1 Les livres, brochures et autres crits littraires, artistiques et scientifiques ; 2 Les confrences, allocutions, sermons, plaidoiries et autres oeuvres de mmenature ; 3 Les oeuvres dramatiques ou dramatico-musicales ; 4 Les oeuvres chorgraphiques, les numros et tours de cirque, les pantomimes,dont la mise en oeuvre est fixe par crit ou autrement ; 5 Les compositions musicales avec ou sans paroles ; 6 Les oeuvres cinmatographiques et autres oeuvres consistant dans des squencesanimes dimages, sonorises ou non, dnommes ensemble oeuvres audiovisuelles ; 7 Les oeuvres de dessin, de peinture, darchitecture, de sculpture, de gravure, delithographie ; 8 Les oeuvres graphiques et typographiques ; 9 Les oeuvres photographiques et celles ralises laide de techniques analogues la photographie ; 10 Les oeuvres des arts appliqus ; 11 Les illustrations, les cartes gographiques ; 12 Les plans, croquis et ouvrages plastiques relatifs la gographie, latopographie, larchitecture et aux sciences ; 13 Les logiciels, y compris le matriel de conception prparatoire ; 14 Les crations des industries saisonnires de lhabillement et de la parure. Sontrputes industries saisonnires de lhabillement et de la parure les industries qui, enraison des exigences de la mode, renouvellent 105. Les droits patrimoniauxArt. 3. 1.Les droits patrimoniaux sont mobiliers,cessibles et transmissibles, en tout ou en partie,conformment aux rgles du Code civil. Ilspeuvent notamment faire lobjet dunealination ou dune licence simple ou exclusive. droit de reproduction droit dadaptation droit de communication au publiuc droit de traduction droit de reprsentation119Crdit image: http://www.moneyandfinanceblog.com/wp-content/uploads/2010/07/Money-transfer-sending-money.jpg 106. Droit de reproduction La reproduction consiste dans la fixation matrielle de luvre par tous procds qui permettent de la communiquer au public dune manire indirecte. Elle peut seffectuer notamment par imprimerie, dessin, gravure, photographie, moulage et tout procd des arts graphiques et plastiques, enregistrement mcanique, cinmatographique ou magntique. Pour les uvres darchitecture, la reproduction consiste galement dans lexcution rpte dun plan ou dun projet 27 107. Art. 3. 1.A lgard delauteur, tous lescontrats seprouvent parcrit.Les dispositionscontractuellesrelatives au droitdauteur et sesmodesdexploitationsont de stricte121 interprtation. 108. Art. 3. 1. La cession de lobjet qui incorpore uneoeuvre nemporte par le droit dexploiter celle-ci,lauteur aura accs son oeuvre dans une mesureraisonnable pour lexercice de ses droitspatrimoniaux.122 122 109. La loi protge lexpression artistique sans tenircompte: Du genre de luvre (littraire, musical, artistique,etc.) De sa forme (orale, crite, plastique, etc.) De son mrite (la protection est indpendante detoute notion de beaut, de qualit) De sa destination (art pur ou art appliqu) 110. Le droit moral(art 1, 2 de la loi du 30/6/1994)Lauteur dune oeuvre littraire ouartistique jouit sur celle-ci dun droit moralinalinable.La renonciation globale lexercice futurde ce droit est nulle.Celui-ci comporte le droit de divulguerloeuvre.Les oeuvres non divulgues sontinsaisissables.Lauteur a le droit de revendiquer ou derefuser la paternit de loeuvre.Il dispose du droit au respect de son oeuvrelui permettant de sopposer toutemodification de celle-ci.Nonobstant toute renonciation, il conservele droit de sopposer toute dformation,mutilation ou autre modification de cetteoeuvre ou toute autre atteinte la mmeoeuvre, prjudiciables son honneur ou sarputation.124124 111. Les exceptions aux droits Courte citation Comptes-rendus dactualit Caractre accessoire de loeuvre Reproduction ou communication accessoire Communication dans le cercle de famille (au ss!) Reproduction des uvres sonores et audiovisuelles dans le cerclede famille (au ss!) Parodie, pastiche Domaine public Produits libres de droit Creative common 112. Les droits voisinsLes auxiliaires de la cration, dont lintervention est requise par les auteurs ou leurs ayants-droits pour assurer la communication de leurs uvresau public, jouissent aussi de droits sur leur activit, dnomms droits voisins du droit dauteur.126 113. Principe lgal du droit voisin Lartiste interprte a seul le droit de reproduiresa prestation ou den autoriser la reproductionsous quelque forme que ce soit Il a seul le droit de la communiquer au publicpar un procd quelconque Dure du droit voisin: 70 aprs la mort! 114. Cession de droits des collaborateurs Clause obligatoirement crite Interprtation stricte de ces clauses Uniquement si la cration de luvre entre dans le cadre ducontrat de travail-statut Prcisions quant Au droit cd la rmunration Ltendue de la cession La dure de la cession Diffrence avec linformatique ! Diffrence avec le systme du copyright ! 115. Cession de droits des sous-traitants Clause obligatoirement crite Interprtation stricte de ces clauses Prcisions quant Au droit cd la rmunration Ltendue de la cession La dure de la cession 116. Les uvres non protges Les discours politiques Les discours parlementaires Les actes officiels 117. Les licences libres 118. Le mode de fonctionnement Exemple des licences des licences libres Creative Commons Tout ce qui nest pas interdit est permis Pas dautorisation demander tant quon reste dans le cadre de la licenceIl faudra conclure un contrat pour leverune restriction pose par la licence4 conditions et 6 contrats132 119. Quatre attributs : Paternit (atribute) Pas de driv (nd) Share-alike (sa) Non commercial (nc) 120. INTRODUCTION 121. Principes de base du droit limage La Convention europenne des droits de lhomme stipule en sonarticle 8 le droit au respect de la vie prive. Selon la jurisprudence,cet article couvre la protection du droit limage. Il nest pasncessaire de prouver que la reproduction de cette image ait causun prjudice. "Ni lauteur, ni le propritaire dun portrait, ni tout autre possesseurou dtenteur dun portrait na le droit de le reproduire ou de lecommuniquer au public sans lassentiment de la personnereprsente ou celui de ses ayants droit pendant vingt ans partirde son dcs". 122. Applications pratiquesLautorisation de la personne photographie doit tre demande.Pour les personnages publics et les personnes prives qui accdenttemporairement la vie publique, cette autorisation est considrecomme implicite, pour autant que les images relative la viepublique des personnes concernes soient publies dans un contextede couverture dvnements relevant de lactualit.Le consentement donn par une personne pour la ralisation dunephoto nimplique aucun consentement la reproduction de sonimage ou la communication de celle-ci au public.Pour quune personne puisse voquer le droit limage, il faut que lapersonne photographie soit identifiable. 123. Fvrier 2008 124. Il ny a pas que les images despersonnes physiques! Images des uvres dart Images de btiments publics (tour Eiffel, Atomium) Image de maisons particulires Pour les photos il y a donc trois autorisations demander: Le photographe Le sujet photographi Le diffuseur 125. Quelles prcautions prendre avant la publication dune photographie ? Demander lautorisation de lauteur de la photographie pourreproduire son uvre Demander les autorisations inhrentes aux informationsreprsentesPersonne Oeuvre MarqueObjet industrielAutorisation de la Autorisation de lauteur deAutorisation duAutorisation despersonne ou de luvre (architecte si titulaire de lapersonnes ayantson reprsentant difice, crateur son uvremarque (ou logo, dpos le brevetlgal pour les plastique ou personnage de nom..) pour la (dure demineurs ds lors fiction except si le droit reproduire si celle- protection : 25 ansque cette personne dauteur est tomb dans le ci est dpose sauf prorogation)est reconnaissable domaine public. Attention : demander lautorisation galement du propritaire.Source Datice 126. Que faut-il faire avant de publier une image?demander lesautorisations:photographepersonnephotographiepour une oeuvrelauteur (y comprisarchitecture, etc.)pour un objet lauteur140 127. Rapports entre droit limage et droit dauteurLvolution des usagesDROIT A LIMAGE dans les communautsDROIT DAUTEURnumriquesLe droit limage est un droit entre en conflit Lauteur dune uvre de lespritde la personnalit: avec laffirmation du lien fortjouit sur cette uvre, du seul fait deChaque personne dtermine entre :sa cration, dun droit de propritsouverainement la manire dont exclusif et opposable tous.elle se prsente aux autres.En principe, limage ne peut trefixe ou modifie sanslautorisation de la personne Image etreprsente.personne reprsente En principe, limage-uvre ne peutAuteur ettre fixe ou modifie sansImage - uvre de lespritlautorisation de lauteur.R. Gorea Patrimonialisation de limage 13/01/10 128. Limites du droit limageet du droit dauteur DROIT A LIMAGE DROIT DAUTEURDROIT A lIMAGE vs LIBERTE DE CREATION Il existe un conflit potentiel entredroit limage et droit dauteur. Lapprciation souveraine de la personne dont limage est fixe peut sopposer lapprciation souveraine du crateur quant au choix et auLIBERTE DEXPRESSION traitement des images. LIBERTE DEXPRESSIONle crateur ne peut pasLa personne ne peut pas sopposersopposer ::-La modification parodique de son-La reproduction de son image dans leuvre.cadre dune information lgitime du-La reproduction de son uvrepublic sur un fait dactualit ou un dbatgraphique ou plastique dans ledintrt gnral.cadre dune information lgitime du-La modification parodique de son image.public sur un fait dactualit. R. Gorea Patrimonialisation de limage 13/01/10 129. Problme des images postes sur les rseaux sociaux143 130. INTRODUCTION 131. Structure La structure duneorganisation peuttre dfinie commelaconcrtisationdes effortsdploys pour - diviser les tches lintrieur delorganisation et - mettre en placeune coordinationde ces tches. 132. La structure organisationnelle5 133. REPRSENTATION DE LASTRUCTURE OU LORGANIGRAMME On utilise gnralementlorganigrammepourreprsenter la structuredune organisation.Lorganigramme seprsente sous la forme decases reprsentantchacune une fonction etrelies entre elles par desliens qui peuvent trehirarchiques,fonctionnelsou deconseil.http://www.ahajokes.com/crt062.html 134. Les liens hirarchiques relient deux fonctionsdont lune, le subordonn, dpend de lautre,son responsable. Cette dpendance se concrtise par lesdcisions de la part du responsable destches, salaires, bonifications ventuelles,licenciement,... concernant le subordonn. 8 135. Les liens de conseil ou fonctionnels, apparaissent, rarement, dans certainsorganigrammes. Ils se manifestent par une prsentation diffrente de celle qui concerne lesliens hirarchiques, et relient certaines fonctions un responsable qui abesoin de conseils de ces diffrentes fonctions pour effectuer sa tche. Un chef de projet peut tre reli par des liens de conseils dautresfonctions. Les liens de coordination, eux, relient un coordonnateur plusieursfonctions qui ne dpendent pas ncessairement hirarchiquement de lui.Le coordonnateur a pour fonction de coordonner les tches de cesdiffrentes fonctions de faon garder une cohrence par rapport lapolitique de lentreprise.9 136. Lorganigramme permet donc la visualisation des liensformels reliant les individus dans lorganisation. Il est la manifestation concrte de lautorit formelle. Mais ilne tient pas compte des liens informels qui relient lesindividus. Et ces liens informels peuvent modifier de faon sensible lefonctionnement de lorganigramme. 11 137. La ligne hirarchiqueCest la ligne dautorit, compose de cadres,contrematres, etc., qui joint le sommet stratgiqueau centre oprationnel. Chaque membre de lachane hirarchique accomplit, son niveau, letravail du sommet hirarchique.Henri Mintzberg Les ditions dorganisation, Paris.1994, Structure et dynamique des organisations 17 138. Relations entre un manager et un assistant, unadjoint qui, lui, na pas de collaborateursdirects. Cet assistant est en relation de conseil ou desoutien avec son manager. Il na aucune STAFFautorit hirarchique dans lorganigramme.Nanmoins lepositionnementdanslorganigramme dmontre limportance lie cette fonction Les rles types de ce genre de fonction staffrattachs au directeur gnral sont parexemple : La secrtaire de direction Le responsable des ressources humaines Le responsable informatique Le conseiller juridique Le contrleur de gestion Ces postes correspondent des fonctions quinont pas ncessairement de vritable rlehirarchique. Ces fonctions peuvent donc varier duneentreprise une autre. Elles permettent aucadre, auprs de qui elles sont rattaches,davoir un conseiller oprationnel dont le rlepeut tre assez fondamental lors de prises dedcisions dont tous les aspects, par exemplestechniques et juridiques, doivent tre examins 139. LatralRelations entre diffrentes personnes ou dpartements qui sont situs au mmeniveau hirarchique 140. FonctionnelRelations entre des spcialistes, des participants un groupe de travail, qui occupent diffrentes positions dans lorganigramme. Ces personnes ont lautorit hirarchique uniquement sur leurs collaborateurs ou par dlgation sur dautres membresdu groupe fonctionnel 141. Un bel organigramme ! 142. Organigramme cach Lorganigramme nest quunereprsentation de lide delentreprise que se font lesconcepteurs delorganigramme, une sorte devision de ce quelle devraittre. Pour dcouvrir cetorganigramme cach, il fautvrifier la ralit des rapportsentre les hommes, et leursvritables responsabilits.34 143. INTRODUCTION 144. Cest quoi la culture dentreprise?Lhistoire des six singes 145. DEFINITION 146. Ca se voit ?On peut identifier la partie visible premirevue 147. Comment cela se passe-t-il dansvotre organisation? Un nouvel employ qui arrive? Cinq personnes autour de la machine caf? Un chef qui hurle sur un employ? Une personne qui est licencie? Un jeune qui veut tout changer? 148. Comment dfiniriez-vous la culture de votre organisation en une ou deuxphrases? 149. Culture ou cultures?Sexe entreprisenationalitProfession Religion 150. Cest quoi la culture? Aspects principaux de la culture: Lacultureestpartage Lacultureestintangible LacultureestconfirmeparlesautresSource http://www.slideshare.net/preciousssa/hofstede-cultural-differences-in-international-management 165 151. Niveau et fonction de la Culture: la Culture existe deux niveaux:Le ct visible et observableimmdiatement (habillement,symboles, histoires, etc.)Le ct invisible qui vhicule lesvaleurs, les croyances,etc.Fonctions de la cultureIntgrationGuide de fonctionnementGuide de communication 152. Elments de la culture Rites crmonies Histoires Symboles Tabous 153. Rites et crmonies Recrutement Christmas party Discours Pots dacceuil de dpart Runions 154. HISTOIRESBases sur des vnements rels qui sontracontes et partages par les employs etracontes aux nouveaux pour les informer ausujet de lorganisation- qui rendent vivantes les valeurs delorganisation- qui parlent des hros, des lgendes-Le post it de 3M-Le CEO dIBM sans badge-Le CEO de quick 155. SYMBOLES 156. Tabous 157. En quoi a vous concerne? Horaires Relations avec les autres Dress code Office space Training 158. Quelles consequences? Cela permet de comprendre ce qui se passe De prendre la bonne dcision Parfois un frein au changement Perception de vivre avec dautres quipartagent les mmes valeurs Point essentiel pour le recrutement et laformation 159. Source: http://www.slideshare.net/storybeats/how-storytelling-drives-corporate-culture/download 160. INTRODUCTION 161. Conclusion Votre mtier est nouveau Vous devez dmontrer votre utilit ROI = bnfice > votre salaire et couts Montrer les risques si vous ntiez pas l Montrez les worst cases des autres Montrez des statistiques 162. GOOD LUCK 163. Jacques FolonJacques.folon@ichec.be 164. Vous avez des questions ?Crdit image: http://jillsbooks.wordpress.com/2010/09/15/hellooooo-anybody-out-there/raise-your-hand-2/180