Introduction p 3 1. Les déterminants de la croissance ... ?· Les déterminants de la croissance osseuse…

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • DOSS

    IER

    DEPRESSE

    2014

  • Introduction p 3

    1. Les dterminants de la croissance osseuse p 4- La croissance osseuse sacclre la pubert- Le pic de masse osseuse est gntiquement dtermin- Le rle favorable de lactivit physique- Un effet bnfique du calcium et de la vitamine D

    2. Conserver sa masse osseuse p 6- Une alimentation quilibre et suffisamment riche en calcium - Un atout majeur : lexercice physique, mais lequel ?

    3. La maternit, une priode spcifique p 7- Quels sont les apports nutritionnels recommands en calcium au cours de la grossesse ?- Faut-il prendre de la vitamine D pendant la grossesse ?- La grossesse ou lallaitement sont-ils des facteurs dostoporose chez la femme ?

    4. Maitriser la perte osseuse aprs la mnopause p 9- Facteurs de risque de perte osseuse aprs la mnopause - Les comportements vertueux - Que peuvent apporter les traitements anti ostoporotiques ?

    5. Ostoporose et personnes ges p 11- Chutes et Ostoporose : un double problme de sant publique prsent

    qui va croitre avec le papy boom- Fragilit osseuse et fragilit de lindividu g : une double prise de conscience ncessaire- Impact organisationnel du risque fracturaire chez des personnes ges et fragiles- La prise en charge thrapeutique du sujet g ostoporotique et fragile

    Le GRIO p 14

    DOSS

    IER

    DE PRESSE

    2014

  • Introduction

    La priode de croissance permet lacquisition du Capital Osseux.Cette croissance dure de la naissance jusqu environ lge de 20 ans.Puis, ce capital osseux va sroder dabord trs lentement puis plus rapidement chez la femme aprs la mnopause, or lostoporose est une maladie qui se caractrise par une diminution de la densit et de la qualit des os.

    La masse osseuse dun adulte dpend la fois du niveau maximum acquis en fin de croissance et de la vitesse de la perte osseuse.Ainsi, mieux prvenue, mieux dpiste et mieux traite, lapparition de lostoporose peut tre retarde.

    Les stratgies prventives ont donc principalement pour objectif dacqurir le capital osseux le plus important en fin de croissance puis de maintenir le plus longtemps possible ce capital osseux pour ensuite ralentir la perte osseuse.

    3

  • Les dterminants de la croissance osseuse

    Chez un adulte, la valeur de la masse osseuse est un dterminant essentiel du risque de fracture ostoporotique. Elle rsulte, un instant donn, de la diffrence entre la valeur de la masse osseuse atteinte la fin de la croissance et la quantit de masse osseuse perdue lge adulte. Le pic de masse osseuse (PMO) peut tre dfini comme la valeur la plus leve de la masse osseuse atteinte au cours de la vie en un site squelettique donn. Cette valeur rsulte de la croissance osseuse au cours de lenfance et de la pubert, ainsi que de la consolidation osseuse chez ladulte jeune. La valeur du PMO compte pour plus de la moiti de la variance de la masse osseuse de ladulte jusqu lge de 65 ans. Le PMO joue donc un rle majeur dans la dtermination du risque de fracture ostoporotique lge adulte et il est important de connatre les facteurs, nombreux, de nature gntique, hormonale, mtabolique, nutritionnelle et mcanique, pouvant linfluencer.Labsorptiomtrie biphotonique aux rayons X (DXA) est la technique de choix pour la mesure de la masse osseuse chez lenfant et ladolescent. En effet, il sagit dune technique non invasive, rapide, sensible, reproductible et trs peu irradiante. La densit minrale osseuse (DMO) mesure par la DXA est troitement corrle chez lenfant la croissance squelettique, donc au sexe, lge et au statut pubertaire, et nous ne disposons pas, aujourdhui, de courbes de normalit satisfaisantes pour les diffrents sites squelettiques et pour chacun des deux sexes. Lostodensitomtrie permet galement de mesurer des paramtres de la composition corporelle, tels que la masse grasse et la masse maigre. La mesure et la surveillance de ces paramtres sont utiles au cours de certaines affections pdiatriques endocriniennes ou mtaboliques, ou bien encore au cours de lanorexie mentale.

    La croissance osseuse sacclre la pubert Des tudes transversales et longitudinales ayant port sur de grands nombres denfants et dadolescents ont montr que le pic de masse osseuse est atteint, dans les deux sexes, avant la vingtime anne. Jusqu cet ge, le gain de masse osseuse est continu mais variable selon lge et le site squelettique. Une premire phase de croissance osseuse rapide scoule de la naissance 4 ans, tandis quune seconde phase correspond la pubert. Cette acclration de la croissance osseuse stend de 11 15 ans chez la fille et de 13 17 ans chez le garon.

    De nombreux facteurs exercent une influence sur lacquisition du PMO. Ils ne semblent pas agir indpendamment lun de lautre, de telle sorte que les tudes longitudinales sont seules capables de dterminer leurs rles respectifs dans lacquisition du PMO.

    Le pic de masse osseuse est gntiquement dterminLes facteurs gntiques reprsentent 80% environ de la variance totale de la masse osseuse. Cette hritabilit de la masse osseuse observe tous les sites de mesure plaide en faveur dun contrle gntique de lacquisition du capital osseux lors de la croissance. Les caractristiques anthropomtriques, taille et poids, jouent un rle important dans lacquisition du PMO. Ces caractristiques sont, en grande partie, gntiquement dtermines.

    1Christian Marcelli, Service de Rhumatologie, CHU Caen

    4

  • Le dbut de la pubert est dclench par lactivation de laxe hypothalamo hypophyso gonadique et cette activation est sous le contrle troit de facteurs gntiques. Laxe hormone de croissance insulin-like growth factor (IGF) semble galement impliqu dans le dclenchement de la pubert. Ces deux axes sassocient pour stimuler la croissance osseuse au cours de la pubert. Les oestrognes exercent un effet bi-phasique sur la croissance osseuse longitudinale dans les deux sexes. Au dbut de la pubert, ils acclrent la croissance osseuse longitudinale, tandis qu la fin de la pubert, ils stimulent la fermeture des cartilages de croissance. Au dbut de la pubert, le taux circulant dIGF I augmente et stimule la croissance osseuse.

    Le rle favorable de lactivit physiqueParmi tous les facteurs lis lenvironnement, lactivit physique est celui dont le lien avec lacquisition du capital osseux semble le plus fort. Les activits physiques ralises en charge, en particulier les activits lorigine de sauts ou dimpacts, semblent plus efficaces que les autres sports, particulirement au niveau de lextrmit suprieure du fmur. Cependant, les capacits physiques propres de lenfant influent sur son activit physique, tant en ce qui concerne le temps consacr cette activit quen ce qui concerne le type dactivit choisi.

    Un effet bnfique du calcium et de la vitamine DLes tudes longitudinales concernant leffet dune supplmentation calcique sur lacquisition du PMO confirment quun effet favorable est observ lorsque les apports alimentaires de base sont infrieurs aux valeurs recommandes. La supplmentation calcique est surtout efficace avant lentre dans la phase de croissance osseuse rapide et son effet est plus marqu sur les os priphriques, o los cortical prdomine, que sur le rachis. Il semble que la supplmentation calcique agisse en favorisant la croissance du squelette puisquelle induit un gain supplmentaire de taille et de volume des pices osseuses. Cependant, ces tudes conduites sur des dures relativement brves ne permettent pas daffirmer que le gain de masse osseuse obtenu sous leffet de la supplmentation calcique se maintient jusqu lge adulte, cest dire jusqu ltablissement du pic de masse osseuse.

    Enfin, les rsultats des tudes transversales et prospectives plaident en faveur dun effet favorable de la vitamine D sur la croissance osseuse au cours de la priode de croissance rapide. Ceci est en accord avec laugmentation du taux de calcitriol (1,25 dihydroxyvitamine D) au dbut de la pubert, lorigine de laugmentation parallle des besoins en vitamine D.

    5

  • Conserver sa masse osseuse

    Une Alimentation quilibre et suffisamment riche en Calcium Une bonne alimentation est requise tout au long de la vie pour assurer au squelette la meilleure sant possible. Le capital osseux connat plusieurs priodes bien distinctes au cours de lexistence.Durant les vingt premires annes de la vie, le squelette est en croissance et les apports doivent satisfaire les besoins quotidiens mais galement les besoins supplmentaires lis la croissance osseuse. Cette dernire connat un pic durant la pubert, priode o lorganisme fabriquera prs de la moiti de son squelette en peu dannes.

    Le pic de masse osseuse atteint au cours de la troisime dcennie conditionne grandement le risque futur de fractures ostoporotiques qui reste en majeure partie dtermin par lhrdit. Il a nanmoins t dmontr quun enrichissement en calcium de lalimentation des filles pr-pubres permettait de laugmenter significativement. Durant lge adulte, les apports doivent compenser les pertes obligatoires de calcium ou les pertes accrues lors des situations particulires la femme que sont la grossesse et lallaitement.

    A la mnopause qui survient en moyenne cinquante ans, la perte osseuse sacclre. La carence hormonale qui la caractrise peut faire le lit dune ostoporose ultrieure. Elle peut tre prvenue par le traitement hormonal de la mnopause. Il faut cependant bien valuer le rapport bnfice/risque de cette thrapeutique. Il est particulirement indiqu lorsquil existe des bouffes de chaleur.

    La malnutrition est trs frquente chez les plus gs ce qui retentit sur leur masse musculaire et donc sur la force et les capacits de maintien de lquilibre. Ceci augmente le risque de chutes et donc de fractures. Lalimentation intervient donc toutes les phases de la vie osseuse et reprsente un des dtermina