Jeunes, rseaux sociaux et citoyennet - Point de rseaux sociaux et citoyennet Synthse des Rencontres citoyennes du 11 dcembre 2013 Sous le haut patronage de Vincent Peillon, Ministre de l

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Jeunes, rseaux sociaux

    et citoyennetSynthse des Rencontres citoyennes

    du 11 dcembre 2013

    Sous le haut patronage de Vincent Peillon, Ministre de lducation nationale,

    avec la participation de George Pau-Langevin, Ministre dlgue en charge de la Russite ducative

  • Synthse des Rencontres Citoyennes Jeunes, rseaux sociaux et citoyennet

    Les Rencontres citoyennes Jeunes, rseaux sociaux et citoyennet

    Le numrique a envahi notre socit et a profondment modifi notre faon de vivre et dchanger. Omni-prsents dans la vie des jeunes, les rseaux sociaux modifient les comportements, les rapports, et boulever-sent les codes traditionnels de la citoyennet.

    galement plongs au cur de cette problmatique, enseignants, experts et jeunes dlgus lycens ap-portent leur clairage lors de tables tondes et partagent sur la meilleure faon dutiliser ces technologies.

    Mot daccueilFranois Weil, Recteur de lacadmie, chancelier des universits de Paris

    IntroductionAndre Sfeir, Dlgue gnrale de lassociation VEIL

    Premire table rondeLes rseaux sociaux, moyens de communication et daccs linformationMarie Derain, Dfenseure des EnfantsLaurence Bee, Journaliste, auteur et cratrice des sites Parents 3.0 et Ados 3.0Carole Gay, Responsable affaires juridiques et rglementaires lAFA, Association des Fournisseurs dAccs et de Services InternetNadine Ingabire, Naomi Nzimbi Panda, Maidy Blis, Lycennes membres des Conseils de Vie Lycenne des lyces Langevin-Wallon de Champigny-sur-Marne et Alfred Costes de Bobigny

    Deuxime table rondeLimpact des rseaux sociaux dans la construction de son identit et de son rapport lautre, vers une citoyennet numriqueDivina Frau-Meigs, Sociologue des mdias, professeur la Sorbonne, experte auprs de lUNESCO, de la Commission europen-ne, du Conseil de lEuropeSerge Tisseron, Psychiatre et psychanalystePhilippe Tournier, Secrtaire Gnral du SNPDEN, Syndicat National des Personnels de Direction de lEducation NationaleFanny Ayello Campos, Kalilou Sylla, lycens membres des Conseils de Vie Lycenne deslyces Langevin-Wallon de Champigny-sur-Marne et Blaise Cendrars de Sevran et du Conseil Acadmique de Vie Lycenne de lacadmie de Crteil

    ConclusionHenriette Zoughebi, vice-Prsidente du Conseil rgional Ile-de-France en charge des lyces

    CltureGeorge Pau-Langevin, Ministre dlgue la russite ducative

    Mot de remerciementAnne-Marie Burelle, Prsidente de lassociation VEIL

    Louise Tourret

    Journaliste, productrice de Rue des coles France Culture

    Modration des dbats

    2 3

  • Quest-ce donc que dormir ? Cest une manire de penser ; dormir, cest penser peu, cest penser le moins possible. [] Se rveiller, cest se refuser croire sans comprendre; cest examiner, cest cher-cher autre chose que ce qui se montre ; cest comparer et naccepter que des images qui se tiennent.Ces rflexions sont celles de lun des plus grands professeurs quait compt

    lacadmie de Paris, le philosophe Alain. Il sadressait alors de jeunes bacheliers dans un discours rest clbre sur Les Marchands de Sommeil. Alain y encou-rageait ses lves poursuivre leur veil intellectuel et citoyen pour viter de tomber un jour dans les cueils du som-meil de la pense.Cet veil intellectuel et citoyen auquel faisait rfrence Alain est plus que jamais dactualit plus dun sicle aprs son dis-cours.

    A lheure o le numrique multiplie les accs la connaissance et les sources dveil, il est aussi une porte pour les marchands de sommeil et bien dautres drives plus dangereuses encore.Lcole a donc un rle fondamental jouer dans cet veil des lves au num-rique. Elle doit leur permettre de dve-lopper lesprit critique, seul garant dun usage raisonn de ces nouveaux territoi-res de la connaissance et de lchange. Cest lun des grands enjeux de la priorit au numrique qui est au cur de la re-fondation actuelle de lcole.

    Je suis donc trs heureux de vous ac-cueillir aujourdhui dans ce Grand Salon de la Sorbonne pour ces rencontres ci-toyennes Jeunes, rseaux sociaux et ci-toyennet. Ces rencontres des dlgus des conseils de la vie lycenne dIle-de-France sont une premire tape vers llaboration dune Charte pour une uti-lisation citoyenne des rseaux sociaux.Elles sont le fruit dun partenariat entre lducation nationale et lassociation VEIL qui accompagne depuis 20 ans les jeunes sur le chemin de la citoyennet et de la responsabilit grce des program-mes dinformation pratiques et concrets.

    Je veux remercier lensemble des interve-nants qui ont accept danimer les deux tables rondes de cet aprs-midi.Je suis certain que cette trs belle initia-tive stimulera dans les lyces franciliens la rflexion ncessaire autour de cette question. Et je vous souhaite donc tou-tes et tous dexcellents travaux sous le signe de lveil.

    ranois Weil

    Recteur de lacadmie, chancelier des universits de Paris

    Mot daccueil

    Nous sommes heureux de fter les 20 ans de lassociation VEIL La Sorbonne.En 1993, nous tions une poigne autour dAnne-Marie Burelle et moi, croire en ce projet, crer une association pour

    veiller les jeunes leur rle de citoyens, pour les accompagner sur le chemin de lautonomie et de la citoyennet. Notre ambition, leur apporter, ct du cours du professeur, une information transver-sale et concrte, qui veille leur curiosit, les aide rflchir et prendre leurs res-ponsabilits. Quelle aventure !

    Avec 50000 interventions en classe, pour plus dun million dlves et leurs pro-fesseurs, sur des sujets comme la sant, lenvironnement, lorientation, lEurope, lgalit et la lutte contre les discrimina-tions, les rseaux sociaux ou le vivre en-semble, que nous abordons cette anne en priscolaire, nous sommes fiers de nos ralisations.Nous avions dfini en 1993, les adoles-cents comme public prioritaire, ils le de-meurent, mais nous agissons aujourdhui de la grande section de Maternelle la

    formation denseignants. Les mthodes dVEIL ont volu, les temps privilgis avec les jeunes et les enseignants res-tent lcoute et la concertation. La par-ticipation des jeunes prend des formes diverses : dbats arguments en classe, enqutes menes par les jeunes eux-m-mes, productions, de cartes postales, re-portages, exposs-dbats dans le cadre de forums jeunes.

    Nous sommes engags auprs dorga-nismes fdrateurs pour dfendre les causes que nous portons au sein de lassociation, je pense particulirement, au dveloppement durable, avec le Co-mit 21, ou aux droits de lenfant, avec le COFRADE, qui veille en France lappli-cation de la CIDE.Chaque anne, lassociation VEIL orga-nise des Rencontres pour partager ses expriences sur la construction de la ci-

    Andre Sfeir

    Dlgue gnrale de lassociation VEIL, Prsidente du COFRADE

    Introduction

    2 3

  • Synthse des Rencontres Citoyennes Jeunes, rseaux sociaux et citoyennet

    toyennet. Aujourdhui, une nouvelle di-mension de la citoyennet se joue sur les rseaux sociaux, do lorganisation de ces Rencontres Jeunes, rseaux sociaux et citoyennet, places sous le haut pa-tronage du Ministre de lEducation natio-nale, Vincent Peillon, que madame Geor-ge Pau-Langevin, Ministre Dlgue la Russite Educative, vient clturer.

    Le numrique a envahi notre socit, modifi notre faon de vivre et dchan-ger. Les rseaux sociaux font partie de la vie des jeunes. Ils influent sur les com-

    portements, les rapports et bouleversent les codes traditionnels de la citoyennet. Les parents sinquitent, les chefs dta-blissement dnoncent leur influence nfaste sur la vie scolaire. Et les jeunes, les principaux intresss, victimes, bn-ficiaires, quen pensent-ils ? Notre propos nest pas de traiter ici des mutations de la jeunesse mais de poser les problmes ensemble, adultes et jeu-nes. Les rseaux sociaux nous obligent travailler en confiance avec les jeunes, cest une chance saisir, pour voir com-ment chacun sa place, peut participer,

    dans un climat de bienveillance, la r-flexion et lmergence de propositions. La participation la vie de la socit, est un droit reconnu aux jeunes depuis la ratification par la France de la CIDE en 1990, il nous appartient de le pratiquer.

    Janucz Korcjak peut inspirer nos travaux : comme une vague nouvelle une jeune gnration est entrain de monter ils arri-vent avec leurs dfauts et leurs qualits, donnons leur les conditions pour quils puissent devenir meilleurs.

    La notion de rseau est ancienne et lhis-toire de ses usages extrmement instruc-tive. Elle na t reprise que rcemment dans le champ social. En informatique il sagit dun regroupe-ment dordinateurs et de terminaux re-lis entre eux dans le but dchanger des informations numriques. En 1999 on comptabilisait 70 000 millions dordina-teurs connects internet. Aujourdhui

    on recense 2,4 milliards dutilisateurs dinternet dans le monde. En France une tude a rcemment d-montr que 80 % des franais sont ins-crits un rseau social.

    Les rseaux sociaux sont de formidables outils de communication et dautopro-motion tant du point de vue personnel que professionnel. Lutilisateur nest ce-pendant pas toujours conscient des ris-ques divers quil prend en dvoilant des donnes sur sa vie prive, ses habitudes de vie, ses loisirs, voire ses opinions poli-tiques ou religieuses

    Ds lapparition des crans, les pouvoirs publics et la socit civile ont veill orga-niser la protection des enfants. Plusieurs de leur droits sont en effet concerns : droit dtre protg contre les violences (pornographie, pdophilie, harclement, exposition des images violentes), droit la protection de la vie prive, droit lgalit de traitement (garons/filles, origine ethnique, handicap), droit de ne pas tre exploit, droit de sexprimer, de faire entendre son point de vue, droit

    dexercer sa citoyennet, droit de sinfor-mer, droit lducation, aux loisirs, aux activits culturelles, droit la libert de pense.

    Cest ce qui nous a amen, en 2012, pour le rapport consacr