Kpmg Guide Des Assurances en Algerie

  • Published on
    27-Nov-2015

  • View
    64

  • Download
    5

Transcript

  • Guide des Assurances en Algrie

    2009 d i t i o nAudit Legal Tax Advisory

  • Prsentation

    KPMG Algrie est une socit de droit algrien, membre dun rseau mondial qui met la disposition

    de ses clients et investisseurs plus de 110 experts algriens forms aux standards internationaux

    de la nance, du droit, de la scalit et du conseil, notamment en systme dinformation pour les

    assister dans le dveloppement de leur performance et dans la concrtisation de leurs projets.

    Premier des Big Four stre implant en Algrie en 2002, KPMG Algrie na cess depuis

    daccrotre son exprience et ses connaissances des ralits historiques, culturelles, politiques et

    conomiques du pays, lui permettant de rpondre au mieux aux besoins du march. KPMG Algrie

    fournit aujourdhui ses services de nombreuses entreprises nationales et multinationales dans tous

    les secteurs dactivits et est leader sur le march algrien.

    Le march algrien ne peut se rsumer en sa capitale, KPMG Algrie a dcid douvrir un bureau

    Oran an de rpondre aux attentes de ses clients et tre prsent pour rpondre aux besoins des

    investisseurs de cette rgion dynamique quest louest algrien et plus particulirement lOranie.

    Vos services KPMG :

    AUDIT : une rvision intgre et objective de la situation nancire de votre entrepriseou de votre projet pour amliorer lefcacit de votre activit et appuyer vos dcisions

    nancires ;

    TAX & LAW : laudit pour lidentication de vos problmes juridiques et scaux et dessolutions adaptes pour accompagner limplantation et le dveloppement de vos activits ;

    CONSEIL : pour amliorer la qualit de votre stratgie, lefcacit et la ractivit de votreorganisation, le rendement et lefcience de vos processus, lefcacit et la ractivit de

    votre systme dinformation.

  • GUIDE DES ASSURANCES EN ALGRIE

    2009(A jour au 1er janvier 2009)

    Le Guide des assurances en Algrie est une publication dite

    par KPMG SPA. Elle a pour vocation linformation gnrale non

    exhaustive. KPMG ne peut en aucun cas tre tenu responsable de

    lutilisation et de linterprtation de linformation contenue dans

    cette publication qui ne vise pas dlivrer des conseils personnaliss

    qui supposent ltude et lanalyse de cas particuliers.

    Dpt lgal : 610-2009

    ISBN : 978-9947-807-10-1

  • CHAPITRE 1

    PRSENTATION DU SECTEUR ....................................................................................................................... 131.1 Historique de lassurance en Algrie ..................? 13

    1.1.1 Des annes 1960 aux annes 1990 ................? 13

    1.1.2 Louverture et la libralisation du march .? 14

    1.2 Les socits dassurances ..............................................? 16

    1.2.1 Six socits publiques directes ........................? 16

    1.2.2 Une socit publique de rassurance ..........? 16

    1.2.3 Sept socits prives ........... ...................................? 16

    1.2.4 Deux socits mutuelles pratiquent lassurance directe ................................................................................................... 17

    1.3 Le march algrien en chiffres ................................? 17

    1.3.1 Caractristiques du march ...............................? 17

    1.3.2. Chiffre daffaires et taux de croissance du march de 1995 2007 ................................................................................... 18

    1.3.3. Densit dassurance et taux de pntration ............................................................................................................................. 19

    1.3.4. La rassurance .......................... ...................................? 20

    1.3.5 Production par socits dassurances directes ....................................................................................................................... 21

    1.3.6 Tableau de la production du march par branches dassurance ................................................................................... 22

    1.3.7 Evolution du chiffre daffaires des compagnies dassurances ........................................................................................ 23

    1.3.8 La prsence trangre ........ ...................................? 23

    CHAPITRE 2

    LES CONDITIONS DEXERCICE DE LACTIVIT ................................................ 252.1 Les conditions de constitution ................................? 25

    2.1.1 Loctroi dagrment ............. ...................................? 26

    2.1.2 Les conditions de forme .... ...................................? 28

    2.1.2.1 La socit .....................................................................? 28

    2.1.2.2 Le bureau de reprsentation ................................? 29

    2.1.2.3 La succursale ...........................................................? 30

    2.2 Les conditions dexercice des mtiers de lassurance ......................................................................................................... 31

    2.2.1 Le courtage en assurance ...................................? 31

    2.2.1.1 Les conditions pralables dexercice .................? 31

    S O M M A I R E

  • 2.2.1.2 La constitution et le dpt du dossier dagrment des courtiers ......................................................................................... 32

    2.2.2 Lagent gnral dassurance ..............................? 34

    2.2.2.1 Les conditions pralables dexercice ................? 34

    2.2.2.2 Le dossier dagrment ........... ...................................? 35

    2.2.2.3 Le contrat de nomination .... ...................................? 35

    2.2.3 Les experts, commissaires davaries et actuaires ................................................................................................................... 36

    2.2.3.1 Les conditions pralables dexercice .................? 36

    2.2.3.2 Le dossier dagrment ........... ...................................? 36

    2.2.3.3 Missions et obligations ........ ...................................? 37

    2.3.3.4 Le contrat de nomination ... ...................................? 38

    CHAPITRE 3

    OBLIGATIONS ET RGLES PRUDENTIELLES .......................................................... 393.1 Les obligations ...................................... ...................................? 39

    3.2 Les rgles prudentielles ................ ...................................? 40

    CHAPITRE 4

    LES NORMES ET MTHODES COMPTABLES APPLICABLES AUX COMPAGNIES DASSURANCES ALGRIENNES .............................. ...................................? 43

    4.1 Contexte gnral .................................. ...................................? 43

    4.1.1 Le plan comptable sectoriel, des ajouts au plan comptable de 1975 ................................................................................... 43

    4.1.2 Les tats nanciers ............... ...................................? 43

    4.2 Format du bilan ...................................... ...................................? 44

    4.3 Format du tableau des comptes de rsultats ............................................................................................................................. 52

    CHAPITRE 5

    LES OBLIGATIONS DECLARATIVES ................................................................................................. 535.1 Obligations dclaratives ladministration de contrle ................................................................................................. 53

    5.2 Obligations dclaratives aux administrations scale et sociale............................................................................... 55

  • CHAPITRE 6

    LES PRODUITS DE LASSURANCE ....................................................................................................... 566.1 Introduction ...................................... ...................................? 56

    6.2 Le contrat dassurance ....................................................? 57

    6.3 Les assurances de biens et de responsabilit ............................................................................................................................. 59

    6.3.1 Lassurance automobile .... ...................................? 59

    6.3.1.1 La responsabilit civile obligatoire .....................? 59

    6.3.1.2 Les garanties facultatives ... ...................................? 61

    6.3.2 La responsabilit civile gnrale ....................? 65

    6.3.2.1 La responsabilit civile des professionnels .....? 67

    6.3.2.2 La responsabilit civile produits ..........................? 68

    6.3.2.3 La responsabilit civile dcennale ......................? 72

    6.3.3 Les risques incendie ........ ...................................? 75

    6.3.3.1 Les dommages matriels rsultant dun incendie ....................................................................................................................... 75

    6.3.3.2 Les dommages immatriels rsultant dun incendie .................................................................................................................. 76

    6.3.3.3 Les risques des articles 45 et 46 de lordonnance n 95-07 ...................................................................................................... 77

    6.3.3.4 Les risques exclus .................... ...................................? 78

    6.3.3.4 Les obligations de dclaration ............................? 79

    6.3.3.5 La rgle proportionnelle ...... ...................................? 82

    6.3.4 Les risques techniques ....... ...................................? 84

    6.3.4.1 Les contrats tous risques chantiers (TRC) et tous risques montage (TRM) ........................................................................ 84

    6.3.4.2 Les risques bris de machine (BDM) et matriel informatique (TRI) ............................................................................... 87

    6.3.5 Les assurances CAT-NAT .. ...................................? 91

    6.3.5.1 Les vnements concerns ...................................? 92

    6.3.5.2 Les personnes concernes .. ...................................? 92

    6.3.5.3 Les biens concerns ................ ...................................? 92

    6.3.5.4 La valeur assure ...................... ...................................? 93

    6.3.5.5 Lestimation des biens ............................................? 93

    6.3.5.6 Le tarif ...................................... ...................................? 93

    6.3.6 Les multirisques ...................... ...................................? 95

    6.3.6.1 Contrat multirisques habitations ........................? 95

    6.3.6.2 Lassurance multirisques professionnels ......? 96

    6.3.7 Les assurances transports ..................................? 98

  • 6.3.7.1 Les facults maritimes ........... ...................................? 98

    6.3.7.2 Autres assurances transports ...............................? 99

    6.4 Les assurances de personnes . ...................................? 100

    6.4.1 Assurance en cas de vie .......................................? 100

    6.4.1.1 Assurance retraite ..................... ...................................? 100

    6.4.1.2 Les assurances de groupe .. ...................................? 101

    6.4.2 Assurance temporaire dcs .............................? 102

    6.4.3 Individuelle voyages ........... ...................................? 102

    6.4.3.1 Le risque ...................................... ...................................? 103

    6.4.3.2 La couverture ............................. ...................................? 103

    6.4.4 Individuelle accident ........... ...................................? 103

    6.4.4.1 Le risque ...................................... ...................................? 103

    6.4.4.2 La couverture ............................. ...................................? 104

    CHAPITRE 7

    LES SINISTRES DASSURANCES ............................................................................................................... 1057.1 Introduction ...................................... ...................................? 105

    7.2 Prise en charge des sinistres de la branche automobile .................................................................................................. 106

    7.2.1 Lobligation de dclaration du sinistre ........? 106

    7.2.2 Le droit des victimes ........... ...................................? 106

    7.2.2.1 Indemnisation des dommages matriels ........? 106

    7.2.2.2 Montant et limite de lindemnit ........................? 107

    7.2.2.3 Dispositions spciques relatives au vol..........? 107

    7.2.2.4 Lapplication dune franchise ................................? 107

    7.2.2.5 Subrogation .................................. ...................................? 108

    7.2.2.6 La sauvegarde des droits des victimes .............? 108

    7.2.2.7 Les cas de refus, par lassureur, de paiement dun sinistre ........................................................................................................ 108

    7.2.3 Linopposabilit des restrictions de garanties la victime .............................................................................................. 109

    7.3 Le sinistre dans les autres branches ....................? 109

    7.3.1 Les obligations ........................ ...................................? 109

    7.3.2 Les procdures dexpertise ................................? 110

    7.3.3 Dlaissement et sauvetage ................................? 111

    7.3.4 Rglement et paiement de lindemnit ......? 111

  • 7.4 La lutte contre la fraude lassurance ...............? 111

    7.5 Contentieux et jurisprudence ...................................? 112

    7.5.1 Procdures en matire automobile ...............? 112

    7.5.1.1 Dispositions spciales aux garanties responsabilit civile ........................................................................................................ 112

    7.5.1.2 Dispositions spciales la garantie dfense recours .................................................................................................................. 113

    7.5.1.3 Dispositions spciales aux garanties contractuelles .................................................................................................................. 113

    7.5.1.4 Le barme dinvalidit .......... ...................................? 113

    CHAPITRE 8

    LES ACTEURS DU MARCH DE LASSURANCE ............................................... 1178.1 Introduction ...................................... ...................................? 117

    8.2 Les institutions en charge des assurances ....? 119

    8.2.1 Le ministre des Finances .. ...................................? 119

    8.2.2 Le Conseil national des assurances (CNA) ..? 119

    8.2.2.1 Organisation du CNA .............. ...................................? 120

    8.2.2.2 Missions ...................................... ...................................? 122

    8.2.3 La centrale des risques . ...................................? 123

    8.2.4 La Commission de supervision des assurances (CSA) .......................................................................................................... 124

    8.2.4.1 Missions ...................................... ...................................? 124

    8.2.4.2 Organisation ................................ ...................................? 124

    8.2.5 Lorgane de tarication ..... ...................................? 125

    8.2.6 Le fonds de garantie des assurs ...................? 125

    8.2.7 Les associations professionnelles ..................? 126

    8.3 Les assureurs ...................................... ...................................? 127

    8.3.2 Les socits dassurances directes gnralistes ..................................................................................................................... 127

    8.3.3 Les socits dassurance directes spcialises ........................................................................................................................ 128

    8.3.4 Les socits mutuelles pratiquant lassurance directe ....................................................................................................... 129

    8.4 Les agents gnraux ......................... ...................................? 129

    8.5 Les courtiers ...................................... ...................................? 130

    8.6 Les banquiers ...................................... ...................................? 130

    8.7 Les rassureurs ...................................... ...................................? 132

    8.8 Les experts ...................................... ...................................? 133

  • 13

    Guide des Assurances en Algrie

    CHAPITRE 1 PRSENTATION DU SECTEUR

    1.1 Historique de lassurance en AlgrieAu lendemain de lindpendance, plus de 160 compagnies dassurances trangres opraient en Algrie. Le lgislateur algrien a reconduit par la loi 62-157 du 21 dcembre 1962, tous les textes en attendant la mise en place dune rglementation afin de sauvegarder les intrts de la nation. En quittant le pays, les compagnies trangres ont laiss des engagements qui ont finalement t pris en charge par le march algrien pour rgler les indemnisations de leurs assurs.

    Le processus qui a conduit ltat du march actuel peut tre scind en deux tapes. La premire a consist la nationalisation de lactivit et la spcialisation des compagnies, la deuxime, au contraire, la dspcialisation et louverture progressive du march.

    1.1.1 Des annes 1960 aux annes 1990

    Cession obligatoire de 10 %

    Obligation est faite aux compagnies dassurances trangres de cder 10 % de leur portefeuille au profit de la CAAR, cre en 1963.

    En 1964, outre la CAAR, seule la Socit algrienne dassurances SAA (alors socit algro-gyptienne) a continu dexercer ses activits avec la compagnie tunisienne STAR, aux cts de deux Mutuelles dassurances, lune pour les risques agricoles et lautre pour lenseignement.

    Monopole dEtat

    En 1966, lAlgrie indpendante institue le monopole de lEtat sur les oprations dassurances (ordonnance n 66-127 du 27 mai 1966). Les entreprises publiques nationalises taient : la CAAR, spcialise dans les risques transports et industriels, et la SAA (aprs rachat des parts gyptiennes) pour les risques automobiles, assurances de personnes et risques simples pendant la priode 1973 1989.

  • 14

    Cration de la CCR

    La Compagnie centrale de rassurance est cre en 1975. Ds lors, obligation a t faite aux compagnies dassurances deffectuer lintgralit de leurs cessions au profit de la CCR.

    Accentuation de la spcialisation

    Accentuation de la spcialisation avec la cration de la CAAT en 1982 qui sest concentre sur les risques de la branche transports, prenant une part de march de la CAAR qui dtenait le monopole sur les risques industriels.

    1.1.2 Louverture et la libralisation du march

    Dspcialisation

    En 1989, la parution des textes relatifs lautonomie des entreprises publiques entrane la dspcialisation. A compter de cette date, les socits ont pu souscrire dans toutes les branches.

    Lordonnance n 95-07 du 25 janvier 1995

    Cette ordonnance est le texte de rfrence du droit algrien des assurances.

    Elle met fin au monopole de lEtat en matire dassurances et permet la cration de socits prives algriennes. Enfin, cest par ce texte que sont rintroduits les intermdiaires dassurances (agents gnraux et courtiers), disparus avec linstitution du monopole de lEtat sur lactivit dassurance.

    La loi n 06-04 du 20 fvrier 2006

    Cette nouvelle loi modifie lordonnance 95-07. Les principaux apports sont :

    - renforcement de lactivit en assurances de personnes,

    - gnralisation de lassurance de groupe,

    - rforme du droit du bnficiaire,

    - cration de la bancassurance,

    - sparation des activits des compagnies (vie, non-vie),

  • 15

    Guide des Assurances en Algrie

    - renforcement de la scurit financire,

    - cration dun fonds de garantie des assurs,

    - obligation de libration totale du capital pour agrment,

    - ouverture du march aux succursales des socits dassurances et/ou de rassurance trangres,

    - institution dune Commission de supervision des assurances charge de :

    * veiller au respect, par les socits et intermdiaires dassurances agrs, des dispositions lgislatives et rglementaires relatives lassurance et la rassurance,

    * sassurer que ces socits tiennent et sont toujours en mesure de tenir les engagements quelles ont contracts lgard des assurs,

    * vrifier les informations sur lorigine des fonds servant la constitution ou laugmentation du capital social de la socit dassurances et/ou de rassurance.

    Le contentieux algro-franais des assurances

    Le contentieux entre lAlgrie et la France trouve son origine en 1966, au moment de la cration du monopole de lEtat sur lactivit dassurance. En effet, les socits franaises prsentes sur le territoire de la Rpublique algrienne jusquau 31 mai 1966 avaient contract des engagements auprs des assurs algriens. Une fois les socits franaises parties, ces engagements ont t honors par les socits algriennes. Cependant, les biens immobiliers acquis en contrepartie de ces engagements taient rests juridiquement en possession des socits franaises. De ce fait, les socits algriennes ont d rgler les sinistres sans pouvoir utiliser pour ce faire les actifs correspondants.

    Aprs de longues ngociations, ce contentieux a t dfinitivement rgl en 2008, ouvrant ainsi la voie la pntration du march algrien par les groupes dassurances franais qui en taient jusqualors carts : AGF, Aviva, AXA, Groupama, MMA.

    Les socits franaises signataires de la convention sont dsormais rputes avoir apur leurs engagements et sont donc, ce titre, ligibles de plein droit lagrment pour effectuer des oprations dassurance en Algrie. Elles sont

  • 16

    galement rputes avoir apur tous les passifs, y compris fiscaux, concernant les oprations dassurance et leurs actifs immobiliers en Algrie, leur gestion et leur transfert.

    1.2 Les socits dassurances

    Les compagnies dassurances et de rassurance sont au nombre de seize, sept socits publiques, sept socits prives et deux mutuelles.

    1.2.1 Six socits publiques directes

    4 compagnies gnralistes oprent dans toutes les branches dassurance, la CAAR, la SAA, la CAAT et la CASH, qui reprsentent ensemble 74 % de la production du march.

    2 compagnies publiques sont spcialises dans lassurance du risque crdit : la CAGEX (assurance crdit lexportation) et la SGCI (assurance crdit limmobilier).

    1.2.2 Une socit publique de rassurance

    La CCR, Compagnie centrale de rassurance, bnficie des cessions prfrentielles du march et de la garantie de lEtat.

    1.2.3 Sept socits prives

    Elles reprsentent 20 % de la production globale du march, acquis en un peu plus de 10 ans, en progression rgulire. Ces compagnies sont :

    CIAR, Compagnie internationale dassurance et de rassurance.

    2A, Algrienne des assurances.

    TRUST Algeria.

    GAM, Gnrale dassurance mditerranenne.

    Salama Assurances (ex Al Baraka Oua Al Amane).

  • 17

    Guide des Assurances en Algrie

    Alliance Assurances.

    Cardif El Djazar.

    Pour mmoire, deux socits prives, Star Hana (banque BCIA) et Al Rayan (Al Rayan Bank), lies des groupes bancaires ayant cess leurs activits bancaires, ont arrt de ce fait leurs oprations dassurance.

    1.2.4 Deux socits mutuelles pratiquent lassurance directe

    CNMA, mutuelle agricole, hritire de la mutualit agricole franaise, reprsente une part de march de 6 %.

    MAATEC, mutuelle des travailleurs de lducation nationale et de la culture.

    1.3 Le march algrien en chires

    1.3.1 Caractristiques du march

    LAlgrie se caractrise avant tout par la faiblesse relative de son march. Lassurance algrienne occupe le 68e rang mondial avec une part de march de 0,016 % du march mondial.

    LAlgrie participe seulement hauteur de 1,3 % du march de lassurance du continent africain qui lui-mme ne pse gure plus de 1,1 % du march mondial de lassurance, avec pourtant une population de plus de 900 millions dhabitants.

    Sans tenir compte de lAfrique du Sud qui totalise elle seule 82 % du march continental, lAlgrie reprsente 7 % du march africain.

    Les 16 socits du march algrien des assurances totalisent un chiffre daffaires annuel de 460 millions deuros en 2006, faible dans labsolu, mais en croissance soutenue et rgulire (13 % en 2006, avec une moyenne suprieure 10 % sur les cinq dernires annes). Lanne 2007 voit se poursuivre cette croissance avec un chiffre daffaires de lordre de 538 millions deuros (+ 16 %).

    Lassurance automobile (obligatoire) prdomine avec 46 % du total. Cette

  • 18

    branche enregistre la part la plus forte de laccroissement des primes du march. Suivent les assurances des risques industriels avec 31 % (dont les contrats de Sonatrach, de Sonelgaz et dAir Algrie qui reprsentent eux seuls une part significative).

    Les assurances agricoles, qui sont en stagnation depuis quelques annes, enregistrent mme une lgre baisse en 2007 et ne reprsentent que 1 % du march, chiffre trs en de du potentiel dassurance. Au total, lAlgrie se classe au 60e rang mondial en assurances dommages.

    Les assurances de personnes ne reprsentent pour 2007 que 7 % du total (6 % en 2006) contre plus de 50 % sur les marchs europen, nord-amricain ou japonais. Lassurance vie est pratiquement inexistante (3 milliards de dinars, soit moins de 30 millions deuros).

    Les assurances de crdit ont connu une volution de plus de 156 % par rapport 2006. De 23 millions deuros en 2006 environ 60 millions deuros en 2007, les assurances crdits ne reprsentent encore que 1 % des parts du march des assurances.

    1.3.2. Chire daaires et taux de croissance du march de 1995 2007

    En milliards de dinars

    Source : Daprs les chiffres du rapport annuel de 2007 de la direction des assurances, ministre des Finances

  • 19

    Guide des Assurances en Algrie

    1.3.3. Densit dassurance et taux de pntrationAu niveau europen, lassurance est une activit au poids considrable dans une conomie, puisquelle reprsente entre 4 % (Luxembourg) et 12 % (Royaume-Uni) du Produit intrieur brut de ces pays. On parle dailleurs de lindustrie des assurances, tant son rle est prpondrant dans lactivit financire.

    En Algrie, le taux de pntration (primes dassurance en pourcentage du PIB) est voisin de 0,6 % et reste quasiment invariable depuis 2001 (voir tableau ci-dessous). En 2007, la part des assurances dans le PIB reste infrieure 1 %. Elle est de 0,55 % en 2006 et de 0,57 % en 2007.

    Quant la densit dassurance (prime dassurance par habitant), elle est infrieure 16 euros. Les chiffres publis par le ministre dnotent une lgre amlioration de la densit. En 2007, les primes payes par habitant sont de 1561 DA contre 1373 DA en 2006 (voir tableau ci-dessous pour lvolution des donnes entre 2001 et 2007).

    Ces chiffres significatifs mettent lAlgrie un niveau trs infrieur par rapport ses voisins immdiats que sont la Tunisie et le Maroc (densit de 50 et 45 euros respectivement et pntration de 1,9 % et 3 % respectivement).

    Les raisons communment admises sont avant tout la mauvaise image de lassurance et labsence de culture assurantielle dans le pays. Une tude diligente par le Conseil national des assurances relative Lattitude des Algriens face lassurance contre les effets des catastrophes naturelles1 ajoute comme raison le manque de visibilit et de communication des entits agissant dans le secteur. Le faible niveau de revenu des mnages ainsi que labsence de march financier structur ne font quaccentuer cet tat de fait.

    1 Ltude peut tre consulte sur le site du CNA : http://www.cna.dz/index.php?option=com_content&task=view&id=1836&Itemid=129

    Source : Daprs les chiffres du rapport annuel 2007 de la direction des assurances, ministre des Finances

  • 20

    1.3.4. La rassurance

    La couverture des grands risques se fait par appel la rassurance. Ils sont pour la plupart rassurs sur une base facultative auprs de rassureurs trangers cots. Les compagnies directes mettent galement en place des traits de rassurance pour couvrir les petits risques. La branche automobile nest gnralement pas rassure.

    La Compagnie centrale de rassurance (CCR) bnficie dune cession obligatoire de 5 ou 10 % suivant les risques et dune priorit pour les autres cessions, qui ne peuvent tre cdes qu des rassureurs classs au moins BBB2 (ou notation quivalente), et de la garantie de lEtat dans ses oprations de rassurance des risques de catastrophes naturelles.

    33 % des primes encaisses par le march sont cdes en rassurance (15,2 milliards de dinars en 2006). 67 % de ces cessions sont ralises directement sur le march international et 33 % sur le march national, dont 30 % au rassureur national, la CCR. Ces donnes restent pratiquement inchanges en 2007 : le montant des cessions (toutes socits confondues) atteint 17 milliards de dinars, soit 32 % du total des primes mises. 66 % sont ralises sur le march international et 34 % sur le march national.

    La CCR en chiffres de 2004 2007 :

    En milliards de dinars

    2004 2005 2006 2007

    Acceptations nationales 4872 4602 4622 5382

    Acceptations internationales 785 651 629 637

    Total en millions de dinars 5657 5253 5251 6019

    Taux de rtention 35 % 46 % 49 % 54 %

    Taux de rtrocession 65 % 54 % 51 % 46 %

    Source : Direction des assurances, ministre des Finances

    2 Note attribue aux entreprises de rassurances, la note BBB signifie sre.

  • 21

    Guide des Assurances en Algrie

    Le fait marquant de ces trois dernires annes est laugmentation de la conservation de la CCR, signe dune meilleure matrise des risques et dune solidit financire accrue en 2007. Le taux de rtention reprsente 54 % de son portefeuille. Laugmentation de la rtention de la CCR est lie au type de trait utilis, qui passe du proportionnel au non proportionnel, du systme bas sur les primes celui bas sur les sinistres.

    1.3.5 Production par socits dassurances directes

    En millions de dinars (hors Cagex, SGCI)

    Anne 2005 Anne 2006Variation 2005/06

    Anne 2007Variation 2006/07

    Montant Part Montant Part En valeur En % Montant Part En valeur En %

    SAA 12 532 30 % 13 422 29 % 890 7 14 719 27 % 1297 10

    CAAR 6255 15 % 7573 16 % 1318 21 8157 15 % 584 8

    CAAT 7392 18 % 8068 17 % 676 9 10 588 20 % 2520 31

    CIAR 2246 5 % 2830 6 % 584 26 3345 6 % 515 18

    Trust Algeria 1499 4 % 1009 2 % 490 33 1433 3 % 424 42

    2A 1851 4 % 1852 4 % 1 0 2118 4 % 266 14

    MAATEC 27 0 % 29 0 % 2 7 32 0 % 3 10

    CNMA 2991 7 % 2833 6 % 168 6 3141 6 % 318 11

    CASH 4300 10 % 6174 13 % 1874 44 6563 12 % 389 6

    Salama 653 2 % 1055 2 % 402 62 1422 3 % 367 35

    GAM 1511 4 % 1337 3 % 174 2 1322 2 % 15 1

    Al Rayan 361 1 %

    Alliance Assurance 2 0 % 302 1 % 300 932 2 % 630 209

    Cardif Al Djazair 17 0 % 17

    Total 41 620 100 % 46 474 100 % 4854 12 53 789 100 % 7315 16Source : Direction des assurances, ministre des Finances

  • 22

    Evolution graphique de la production entre 2005 et 2007 par socit dassurances (En millions de dinars)

    Source : Daprs les chiffres du rapport annuel 2007 de la direction des assurances, ministre des Finances

    1.3.6 Tableau de la production du march par branches dassurance

    En millions de dinars et pourcentage du total

    2006-2007

    Anne 2006 Anne 2007 Variation 2006/07

    Montant Part Montant Part En valeur En %

    Automobile 21 064 45 % 24 525 46 % 3461 16Assurances dommages aux biens

    17 357 37 % 19 455 36 % 2098 12

    Transport 4317 9 % 5158 10 % 841 19

    Risques agricoles 574 1 % 517 1 % -57 -10

    Assurances de personnes 2931 6 % 3542 7 % 611 21

    Assurances crdits 231 0 % 592 1 % 361 156

    Total 46 474 100 % 53 589 100 % 7315 16

    Source : Direction des assurances, ministre des Finances

  • 23

    Guide des Assurances en Algrie

    A la lumire du rapport annuel 2007 tabli par la direction des assurances du ministre des Finances, la tendance est nettement en faveur de la branche traditionnelle quest la branche automobile. Les autres risques, notamment ceux lis aux particuliers (les assurances de personnes et les assurances CAT-NAT) bien quenregistrant une lgre hausse, restent loin derrire la branche automobile. Cependant, il est noter que ce sont l des produits rcents sur le march algrien des assurances, leur part dans le march des assurances tant amene se dvelopper.

    1.3.7 Evolution du chire daaires des compagnies dassurances

    Les socits publiques restent dominantes. Lvolution des chiffres daffaires des compagnies depuis 2001 montre que les socits publiques demeurent loin devant les socits prives. Toutefois, les nouveaux entrants se dveloppent rapidement. Les quatre socits publiques ont gnr en 2007 74 % de la production du march (40 milliards de dinars) contre 20 % pour les socits prives (10 milliards de dinars) et 6 % pour les deux socits mutuelles (3,2 milliards de dinars).

    La CIAR demeure la premire socit prive (3,4 milliards de dinars de chiffre daffaires). La socit Alliance Assurances triple son chiffre daffaires qui de 302 millions de dinars en 2006 passe 932 millions de dinars en 2007. Quant la socit Cardif Al Djazair, premire socit spcialise dans la souscription de contrats dassurances de personnes, elle ralise un chiffre daffaires de 17 millions de dinars, ce qui reste significatif pour une socit qui a dbut ses activits il y a peu. La socit Cardif Al Djazair na, en effet, obtenu son agrment que fin 2006.

    La progression pour les deux socits mutuelles se traduit par une volution de +11 % par rapport lexercice prcdent.

    Les chiffres 2007 expriment une nette tendance la hausse en termes dactivit et de chiffres daffaires malgr les faibles variations.

    1.3.8 La prsence trangre

    La prsence trangre est faible, hormis les participations des oprateurs du Proche et Moyen-Orient. Avec ces oprateurs, sont apparues des assurances dites takaful (cest--dire conformes la Charia).

  • 24

    Pour les acteurs du march franais, la leve du contentieux algro-franais parat dj se traduire par des opportunits de cration ou de partenariat, limage de laccord de partenariat entre la Mutuelle assurance des commerants et industriels de France (Macif) et la socit nationale SAA, sign en avril 2008. Pour rappel, la prsence franaise dans ce secteur sillustre par les activits de la socit Cardif Al Djazair prsente dans le secteur depuis fin 2006.

    A ce jour, les pays qui ont manifest le plus vif intrt sont : lEspagne, la France et le Portugal.

    Quant aux grands courtiers internationaux (directs et rassurance), leur absence actuelle est lie limpossibilit pour eux de stablir librement3.

    3 Voir infra, Les conditions dexercice des mtiers dassurance.

  • 25

    Guide des Assurances en Algrie

    CHAPITRE 2 LES CONDITIONS DEXERCICE DE LACTIVIT

    Par lordonnance n 95-07 du 25 janvier 1995 relative aux assurances, le lgislateur entendait ouvrir le secteur des assurances aux investisseurs tant nationaux qutrangers.

    Les compagnies trangres dsireuses de simplanter en Algrie peuvent se constituer en socits dassurances de droit local, en succursales ou en mutuelles dassurances. Elles peuvent galement opter pour la cration dun bureau de reprsentation depuis janvier 2007. A chacune de ces structures correspond un rgime juridique qui lui est particulier. Les rgles prudentielles prvues par la loi soulignent la volont du lgislateur dencadrer un secteur dactivit qui jusqualors ne suscitait que peu dintrts auprs de lopinion publique ou dinvestisseurs locaux et encore moins auprs des trangers. LAlgrie, pays mergent, se dote ainsi de tout un arsenal juridique propre assurer lorganisation et le dveloppement de lactivit.

    2.1 Les conditions de constitution

    La nouvelle lgislation distingue les socits dassurances qui contractent des engagements dont lexcution dpend de la dure de vie humaine, de ltat de sant et de lintgrit physique des personnes, de la capitalisation et de lassistance aux personnes des socits qui contractent des engagements de toute autre nature. Aucune socit ne peut se voir accorder un agrment pour lexercice de ces deux activits. Les socits exerant ces activits avant la promulgation de la nouvelle lgislation doivent se conformer aux nouvelles dispositions dans un dlai de cinq ans partir de la date de publication de la loi4.

    En dehors des conditions du droit commun des socits, le dcret n 07-152, modifiant le dcret n 96-267 relatif aux modalits doctroi dagrment des socits dassurances, soumet la constitution des socits (entreprises et mutuelles) dassurances et/ou de rassurance des conditions propres lactivit mme dassurance et de rassurance.

    4 Loi n 06-04 du 20 janvier 2006, publie au J.O. n 15, 12 mars 2006.

  • 26

    2.1.1 Loctroi dagrment

    Aux termes de lordonnance, modifie et complte par la loi n 06-04 du 20 janvier 2006, et des dcrets dapplication, les socits dassurances et/ou de rassurance ne peuvent exercer leur activit quaprs avoir obtenu un agrment accord par le ministre des Finances.

    Aussi et conformment aux textes (article 6 du dcret 96-267 modifi et complt par le dcret 07-152 du 22 mai 2007), le dossier dagrment doit tre adress au ministre des Finances et doit comprendre :

    1. une demande indiquant lopration ou les oprations dassurance que la socit se propose de pratiquer,

    2. le procs-verbal de lassemble gnrale constitutive de la socit,

    3. une copie de lacte constitutif de la socit,

    4. un document constatant la libration du capital,

    5. un exemplaire des statuts,

    6. la liste des dirigeants principaux et des administrateurs avec nom, prnom, domicile, nationalit, date et lieu de naissance, accompagne des documents justifiant des qualifications professionnelles suivantes :

    concernant les administrateurs, il sagira de justifier dun diplme universitaire et dune exprience professionnelle minimale de cinq (5) annes dans les domaines conomique, financier, commercial ou juridique,

    pour les dirigeants principaux, justifier de lune des capacits suivantes :

    - un diplme universitaire et une exprience professionnelle minimale de dix annes dans les domaines conomique, financier, commercial ou juridique,

    - un diplme universitaire et une exprience professionnelle minimale de huit annes en matire dassurance,

    - un diplme de post-graduation en assurance et une exprience professionnelle minimale de cinq (5) annes en matire dassurance,

    7. les administrateurs5 doivent signer une lettre dengagement selon un modle expressment prvu par la rglementation6 la nomination des administrateurs et des dirigeants principaux des socits dassurances

    5 Il doit sagir du directeur gnral et, au moins, une personne parmi celles ayant le rang le plus lev au sein de la socit dassurances ?

    6 Dcret excutif 07-152, 22 mai 2007.

  • 27

    Guide des Assurances en Algrie

    agres et des succursales des socits dassurances trangres agres est soumise lautorisation expresse de la Commission de supervision des assurances,

    8. un extrait du casier judiciaire n 3 de chacun des fondateurs, administrateurs et des dirigeants principaux de la socit,

    9. un exemplaire des polices et imprims destins tre distribus au public ou tre publis, pour chacune des oprations faisant lobjet de la demande dagrment,

    10. un exemplaire des tarifs pour chacune des oprations faisant lobjet de la demande dagrment,

    11. un plan prvisionnel pour les trois premiers exercices sociaux, comprenant les documents suivants :

    pour les trois premiers exercices sociaux :

    - les prvisions relatives aux frais de gestion autres que les frais dinstallation, notamment les frais gnraux et les commissions dintermdiaires,

    - les prvisions relatives aux primes ou cotisations et aux sinistres,

    - la situation prvisionnelle de trsorerie,

    - les prvisions relatives aux moyens financiers destins la couverture des engagements,

    - les prvisions relatives la marge de solvabilit que la socit doit possder conformment la rglementation en vigueur,

    les principes directeurs que la socit se propose de suivre en matire de rassurance, notamment :

    - le niveau de rtention de risques en adquation avec ses capacits financires,

    - le plan de rassurance,

    12. la liste et la qualit des rassureurs avec lesquels elle compte tablir des relations daffaires.

    Loctroi de lagrment est soumis lavis de la Commission dagrment du Conseil national des assurances7 (CNA).

    7 Pour une prsentation du Conseil national des assurances et des autres institutions en charge des assurances, se reporter au chapitre 8.2 de ce guide.

  • 28

    2.1.2 Les conditions de forme

    2.1.2.1 La socit

    Les socits dassurances et/ou de rassurance sont de droit algrien, se constituent soit sous la forme de socit par actions, soit sous la forme de socit forme mutuelle.

    Les conditions de constitution des socits dassurances sont rgies par le droit commun des socits et par la lgislation portant sur les assurances. Les spcificits lies lactivit sont les suivantes :

    1. que la socit opte pour la souscription doprations relevant soit des assurances de personnes, soit des assurances de dommages (articles 203, 204 et 204 bis de lordonnance 95-07 modifie et complte),

    2. que lobjet de la socit soit rserv exclusivement la pratique des oprations dassurance lexclusion de toute autre activit commerciale (article 9 du dcret 96-267),

    3. que les dirigeants principaux de la socit soient dune bonne moralit et justifient dune qualification professionnelle tablie,

    4. que le capital social ou le fonds dtablissement minimum soit fix en fonction de la nature des branches dassurances pour lesquelles il est demand un agrment :

    200 millions de dinars pour les socits par actions exerant exclusivement les oprations dassurances de personnes sans cession en rassurance ltranger,

    300 millions de dinars pour les socits par actions exerant toutes les branches dassurances sans cession en rassurance ltranger,

    450 millions de dinars pour les socits par actions exerant toutes les branches dassurances avec cession en rassurance ltranger ainsi que les acceptations en rassurance (la cession est autorise pour la protection de la compagnie, mais les acceptations locales et internationales sont interdites),

    50 millions de dinars pour les socits forme mutuelle exerant exclusivement les oprations dassurances de personnes,

  • 29

    Guide des Assurances en Algrie

    100 millions de dinars pour les socits forme mutuelle exerant toutes les branches dassurances,

    5. que ce capital social soit libr totalement et en numraire la souscription (disposition de larticle 216 de lordonnance 95-07 modifie et complte).

    Autre spcificit lie la forme mutuelle, et aux termes de larticle 215 bis de la loi relative aux assurances, la socit mutuelle doit avoir un objet non commercial, garantir ses adhrents, moyennant cotisation, le rglement intgral de leurs engagements et se conformer au statut-type fix par le lgislateur, par exemple par le nombre minimal dadhrents qui ne peut tre infrieur 5000.

    2.1.2.2 Le bureau de reprsentation

    Une socit dassurances, avant toute dcision de sinstaller durablement en Algrie, peut choisir le bureau de reprsentation8 comme structure pralable. La loi relative aux assurances (article 20 quinquis ajout par la loi 06-04) permet louverture du bureau de reprsentation des socits dassurances et/ou de rassurance et soumet cette ouverture une autorisation dlivre par le ministre des Finances.

    Larrt dapplication de cet article, en date du 28 janvier 2007, dispose que lautorisation en cause porte sur le soutien des activits existantes de la socit mre, la recherche de relations daffaires entre les oprateurs conomiques et la socit dassurances et/ou de rassurance reprsente.

    Le dossier dautorisation comprend :

    1. une demande dautorisation pour louverture dun bureau de reprsentation selon le spcimen retirer auprs de la structure charge des assurances au ministre des Finances,

    2. un exemplaire des statuts de la socit mre,

    3. un extrait du registre du commerce ou tout document officiel en tenant lieu,

    4. la dcision de nomination du responsable du bureau de reprsentation signe par la personne habilite engager la socit mre,

    5. le curriculum vit et tous documents justifiant des qualifications

    8 Pour plus de dtails sur les conditions de constitution des bureaux de reprsentation, vous pouvez vous reporter au Guide investir en Algrie, publication annuelle de KPMG Algrie Spa.

  • 30

    professionnelles du responsable du bureau de reprsentation,

    6. un extrait du casier judiciaire des administrateurs et des dirigeants principaux de la socit dassurances et/ou de rassurance,

    7. lattestation de versement dun montant en devises correspondant au minimum aux frais de fonctionnement annuels du bureau de reprsentation dans un compte en dinars convertibles (CEDAC) libell en son nom.

    2.1.2.3 La succursale

    Larticle 204 quater de la loi permet louverture de succursales des socits dassurances trangres. Cette ouverture est soumise une autorisation pralable du ministre des Finances sous rserve du principe de rciprocit.

    La demande douverture doit tre adresse au ministre par le prsident du Conseil dadministration de la socit dassurances trangre concerne.

    Le dossier de demande dautorisation comporte les pices suivantes :

    1. un exemplaire des statuts,

    2. un document justifiant lagrment de la socit dans son pays dorigine,

    3. un extrait du registre du commerce ou tout document officiel en tenant lieu,

    4. un document justifiant le dpt de garantie,

    5. un extrait du casier judiciaire des deux dirigeants principaux de la succursale,

    6. le curriculum vit et les documents justifiant des qualifications professionnelles des dirigeants principaux,

    7. les lments prsentant lorganisation interne de la succursale.

    Le dpt de garantie est constitu auprs du Trsor public et doit tre au moins gal au capital minimum exigible, selon les cas, aux socits dassurances et/ou de rassurance agres et doit tre justifi tout moment. Il est libr sur mainleve mise par le directeur gnral du Trsor public, aprs avis de la Commission de supervision des assurances.

  • 31

    Guide des Assurances en Algrie

    La socit dassurances mre doit dsigner deux personnes, au moins, auxquelles elle confie la gestion de sa succursale en Algrie.

    2.2 Les conditions dexercice des mtiers de lassurance

    Les mtiers de lassurance sont tous soumis la condition de nationalit. La nationalit algrienne est requise, en effet, aussi bien pour le courtier que pour les dirigeants principaux de la socit de courtage, lagent gnral dassurance, les experts, les commissaires davaries et les actuaires.

    2.2.1 Le courtage en assurance

    2.2.1.1 Les conditions pralables dexercice

    1) Pour les personnes physiques

    En application de la lgislation, les personnes physiques doivent :

    1. avoir une bonne moralit,

    2. tre ges de 25 ans au moins,

    3. tre de nationalit algrienne,

    4. possder lune des conditions de capacits professionnelles suivantes :

    tre titulaire dun diplme de fin dtudes secondaires ou dun titre reconnu quivalent, et justifier dune exprience professionnelle dans le domaine technique des assurances dune dure de dix (10) ans au moins,

    tre titulaire dun diplme de premier cycle de lenseignement suprieur dans une discipline juridique, conomique, financire ou commerciale, et justifier dune exprience professionnelle dans le domaine technique des assurances dune dure de cinq (05) ans au moins,

    tre titulaire dun diplme dtudes suprieures approfondies ou de troisime cycle dans une discipline juridique, conomique, financire ou commerciale, et justifier dune exprience professionnelle dans le domaine technique des assurances dune dure de trois (03) ans au moins,

    disposer dune garantie financire soit sous forme dun dpt auprs du Trsor public, titre de caution, soit dune caution bancaire dlivre

  • 32

    concurrence du montant de la garantie fix 1 500 000 DA.

    2) Pour les personnes morales

    De la mme manire, le lgislateur a prvu les conditions suivantes :

    1. Pour les grants des socits de courtage, il faut :

    avoir une bonne moralit,

    tre g de 25 ans au moins,

    tre de nationalit algrienne,

    possder les mmes capacits professionnelles que celles qui sont requises pour les courtiers, personnes physiques.

    2. Pour les associs, il faut :

    avoir une bonne moralit,

    tre de nationalit algrienne,

    tre rsident en Algrie,

    disposer de capacits financires suffisantes,

    disposer pour chacun des associs des mmes garanties financires que celles qui sont requises pour les courtiers, personnes physiques.

    2.2.1.2 La constitution et le dpt du dossier dagrment des courtiers

    1) Des personnes physiques

    Le dossier dagrment, dposer soit la direction des assurances au ministre des Finances, soit au secrtariat permanent du CNA, doit comprendre :

    1. la demande indiquant lopration ou les oprations dassurance que le courtier se propose de pratiquer,

    2. un extrait dacte de naissance,

    3. un extrait du casier judiciaire n 3,

    4. un certificat de nationalit,

    5. un certificat de rsidence,

  • 33

    Guide des Assurances en Algrie

    6. une dclaration crite du postulant confirmant quil nexerce aucune activit professionnelle rpute incompatible avec la qualit de courtier dassurance par la lgislation en vigueur,

    7. les diplmes et autres attestations de scolarit et dexprience professionnelle justifiant des conditions daptitudes professionnelles requises,

    8. le certificat de caution bancaire ou celui de dpt dlivr par le Trsor public justifiant des garanties financires requises.

    2) Des personnes morales

    Le dossier dagrment est dposer soit la direction des assurances au ministre des Finances, soit au secrtariat permanent du CNA, et doit comprendre :

    1. la demande qui indique lopration ou les oprations dassurance que la socit de courtage se propose de pratiquer,

    2. un exemplaire certifi conforme des statuts de la socit de courtage,

    3. un document justifiant la libration du capital.

    Par ailleurs, sajoutent des conditions spcifiques qui tiennent la qualit de grant ou dassocis.

    a) Du grant :

    1. un extrait dacte de naissance,

    2. un extrait du casier judiciaire n 3,

    3. un certificat de nationalit,

    4. un certificat de rsidence,

    5. les diplmes et autres attestations de scolarit et dexprience professionnelle

    justifiant des conditions daptitudes professionnelles requises.

  • 34

    b) Des associs :

    1. un casier judiciaire n 3,

    2. un certificat de nationalit,

    3. un certificat de rsidence,

    4. les certificats de caution bancaire ou ceux de dpt dlivrs par le Trsor justifiant des garanties financires requises.

    Suivant en cela la procdure dagrment vise ci-dessus, lagrment est dlivr par le ministre des Finances ; le refus doit tre motiv et est susceptible de recours devant le Conseil dEtat.

    2.2.2 Lagent gnral dassurance

    2.2.2.1 Les conditions pralables dexercice

    Lactivit dagent gnral dassurance est subordonne aux conditions suivantes :

    1. avoir une bonne moralit,

    2. tre g de 25 ans au moins,

    3. tre de nationalit algrienne,

    4. possder lune des conditions de capacits professionnelles suivantes :

    tre titulaire dun diplme de fin dtudes secondaires ou dun titre reconnu quivalent, et justifier dune exprience professionnelle dans le domaine technique des assurances dune dure de dix (10) ans au moins,

    tre titulaire dun diplme de premier cycle de lenseignement suprieur dans une discipline juridique, conomique, financire ou commerciale, et justifier dune exprience professionnelle dans le domaine technique des assurances dune dure de cinq (05) ans an moins,

    tre titulaire dun diplme dtudes suprieures approfondies ou de troisime cycle dans une discipline juridique, conomique, financire ou commerciale, et justifier dune exprience professionnelle dans le

  • 35

    Guide des Assurances en Algrie

    domaine technique des assurances dune dure de trois (03) ans au moins,

    5. disposer dune garantie financire soit sous forme dun dpt auprs du Trsor public, titre de caution, soit dune caution bancaire dlivre concurrence du montant de la garantie fix 500 000 DA.

    2.2.2.2 Le dossier dagrment

    Le dossier doit tre dpos auprs de la socit que lagent gnral veut reprsenter et doit comprendre la demande dagrment accompagne de :

    1. un extrait dacte de naissance,

    2. un extrait du casier judiciaire n 3,

    3. un certificat de nationalit,

    4. un certificat de rsidence,

    5. une dclaration crite du postulant confirmant quil nexerce aucune activit professionnelle rpute incompatible avec la qualit dagent gnral dassurance par la lgislation en vigueur,

    6. les diplmes et autres attestations de scolarit et dexprience professionnelle justifiant des conditions daptitudes professionnelles requises,

    7. le certificat de caution bancaire ou celui de dpt dlivr par le Trsor justifiant des garanties financires requises.

    Le dossier dagrment est examin par les services comptents de la socit dassurances concerne.

    Lagrment se dlivre par la signature du contrat de nomination entre lagent gnral dassurance et la socit dassurances concerne.

    2.2.2.3 Le contrat de nomination

    Le contrat doit mentionner que lagent gnral dassurance ne reprsente la socit dassurances que pour les oprations dassurance pour lesquelles il a t mandat, quil doit rserver lexclusivit de sa production la socit mandante. Il doit mentionner la circonscription de lagent gnral dassurance,

  • 36

    qui constitue ltendue territoriale dans laquelle celui-ci exerce ses fonctions, les taux de commissions dapport et de gestion que la socit dassurances consent lui accorder pour chaque catgorie dassurance, dans la limite des taux maximums fixs par arrt du ministre des Finances.

    Le contrat de nomination doit tre transmis la direction des assurances du ministre des Finances dans un dlai de 45 jours avant sa date deffet.

    Ladministration fiscale doit tre informe, par les socits dassurances, de tout agrment dlivr pour lexercice de la profession dagent gnral dassurance.

    2.2.3 Les experts, commissaires davaries et actuaires

    2.2.3.1 Les conditions pralables dexercice

    Il ny a pas de conditions pralables particulires telles quelles sont expressment prvues pour les intermdiaires dassurance hormis la condition de nationalit, lexprience professionnelle dans le domaine dexercice de lexpertise ou encore les diplmes universitaires requis pour chaque activit ; tout comme ne sont plus prvues les incompatibilits professionnelles avec les activits ou les missions (disposition qui tait prvue dans le dcret excutif, abrog, du 17 janvier 1996).

    2.2.3.2 Le dossier dagrment

    Les activits dexpert, de commissaire davaries et dactuaire peuvent tre exerces par des personnes physiques ou morales.

    Les experts, les commissaires davaries et les actuaires doivent tre agrs et inscrits sur la liste que publie lAssociation des socits dassurances. Cette liste est communique aux socits dassurances et affiche en tout endroit que lAssociation juge ncessaire.

    Lagrment est dlivr par lAssociation des socits dassurances. Le dossier dagrment prsenter comprend :

    1. Pour les personnes physiques :

    une demande crite prcisant la spcialit sollicite,

  • 37

    Guide des Assurances en Algrie

    le ou les diplmes universitaires en rapport avec la spcialit demande et une exprience professionnelle de cinq (5) ans justifie par un certificat de travail,

    certificat de cessation de travail salarial,

    un document justifiant la disposition dun local permettant lexercice de lactivit,

    un extrait de naissance,

    un certificat de nationalit,

    un extrait du casier judiciaire n 3.

    2. Pour les personnes morales qui doivent tre de droit algrien :

    une demande crite du dirigeant principal de la socit prcisant la ou les spcialits sollicites,

    un exemplaire des statuts de la socit,

    un rcpiss dinscription au registre du commerce,

    le ou les diplmes universitaires des intervenants en rapport avec la spcialit demande.

    2.2.3.3 Missions et obligations

    Lexpert et le commissaire davaries ont pour mission gnrale de rechercher les causes du sinistre et dtablir sa matrialit, de dterminer la nature et ltendue des dommages, destimer et/ou dvaluer le dommage, dtablir un rapport sur lensemble des constatations. Le commissaire davaries est habilit recommander des mesures conservatoires dans lintrt des propritaires de la cargaison et de lassureur, et entreprendre toutes actions qui visent la prvention des dommages causs aux marchandises.

    Lactuaire a pour mission danalyser les paramtres conomiques, financiers et statistiques en vue de dterminer les conditions dassurance, dvaluer les risques et les cots pour les assurs et/ou les assureurs, dexaminer les conditions de rentabilit et de solvabilit dune socit dassurances, de suivre les rsultats dexploitation et de surveiller les rserves financires de la socit, enfin de proposer ou de donner un avis sur les mthodes de tarification des

  • 38

    risques. Les experts, les commissaires davaries et les actuaires sont tenus, sous peine de sanctions prvues par la loi :

    1. dexercer avec diligence leurs missions conformment aux usages et rgles de la profession,

    2. davoir une bonne moralit,

    3. au secret professionnel et au respect des rgles de la profession,

    4. de remettre une copie de leur rapport lassureur et lassur dans le dlai prvu aux conditions gnrales du contrat dassurance.

    2.3.3.4 Le contrat de nomination

    Larticle 12 du dcret excutif (n 07-220 du 14 juillet 2007), qui fixe les conditions dagrment, dexercice et de radiation des experts, commissaires davaries et actuaires auprs des socits dassurances, dispose que lexpert, le commissaire davaries et lactuaire agrs auprs des socits dassurances ou de succursales de socits dassurances trangres sont dsigns conformment aux conditions fixes au contrat de nomination. Pour finir, le contrat de nomination est un mandat soumis au rgime juridique des articles 571 et suivants du code civil.

  • 39

    Guide des Assurances en Algrie

    CHAPITRE 3 OBLIGATIONS ET RGLES PRUDENTIELLES

    3.1 Les obligations

    Selon les dispositions lgales, lassureur doit avoir le souci permanent dtablir une relation de confiance mutuelle avec sa clientle, sur la base du respect du contrat et des engagements qui y sont rattachs. A ce titre, il doit rpondre lattente de lassur par une prestation juste, efficiente et adapte ses besoins. Il doit, en outre, viter tout comportement qui pourrait nuire ou porter prjudice aux intrts des assurs.

    En tant que professionnel, il doit, lors de llaboration des contrats, sattacher viter toute clause ambigu, non apparente ou abusive et toute rdaction susceptible dinduire en erreur le contractant, en particulier lorsquil sagit des clauses dexclusion et de dchance.

    Sagissant de lexcution du contrat dassurance, lassureur doit, en respect de la charte dontologique des assureurs, rpondre des pertes et dommages qui rsultent de cas fortuits, ou provenant de la faute non intentionnelle de lassur, ou causs par les personnes dont lassur est civilement responsable, en vertu des articles 134 136 du code civil, quelles que soient la nature et la gravit de la faute commise. Il est tenu aussi des pertes et dommages causs par les choses ou les animaux dont lassur est civilement responsable, en vertu des articles 138 140 du code civil.

    Lors de la ralisation du risque assur ou lchance du contrat, la prestation est dtermine par le contrat. Il ne peut tre tenu au-del.

    Dans le cas de contrats renouvelables par tacite reconduction et de par la loi, les droits et obligations de lassureur sont les suivants :

    1. lassureur est tenu de rappeler lassur lchance de la prime au moins un mois lavance, en lui indiquant la somme payer et le dlai de rglement,

    2. lassureur doit mettre en demeure lassur, par lettre recommande avec accus de rception, en vue, pour ce dernier, de payer la prime due dans les trente jours suivants, aprs lexpiration du dlai lgal accord lassur

  • 40

    qui doit procder au paiement de la prime due au plus tard dans les quinze jours de lchance,

    3. pass ce dlai de trente jours, et sous rserve des dispositions concernant les assurances de personnes, lassureur peut, sans autre avis, suspendre automatiquement les garanties. La remise en vigueur des garanties ne peut intervenir quaprs paiement de la prime due,

    4. lassureur a le droit de rsilier le contrat dix jours aprs la suspension des garanties. La rsiliation doit tre notifie lassur par lettre recommande avec accus de rception. En cas de rsiliation, la portion de prime affrente la priode garantie reste due lassureur,

    5. lassurance non rsilie reprend, pour lavenir, ses effets le lendemain midi du jour o la prime arrire a t paye,

    6. vis--vis des tiers et des assurs, lassureur doit veiller ce quaucun de ses prposs et/ou reprsentants ne puisse exploiter ni abuser de lignorance desdits assurs et bnficiaires de contrats. Il doit veiller la bonne comprhension par lassur de toutes les clauses contractuelles, en particulier de celles qui limitent les engagements des assureurs,

    7. lassureur doit mettre la disposition du public des supports destins la prsentation des produits, du rseau de distribution, des procdures dindemnisation et de recours et de toute information utile. Il doit, en particulier, sabstenir de pratiquer toute publicit mensongre.

    3.2 Les rgles prudentielles

    Se conformant au principe de rgles prudentielles9 dictes par le lgislateur, les socits dassurances doivent dclarer, trimestriellement, la centrale des risques, les informations relatives aux contrats quelles mettent suivant les tats modles dment arrts par la loi. Ces informations doivent tre communiques la centrale des risques dans le mois qui suit le trimestre dinventaire.

    En vertu de ces principes, les socits dassurances doivent transmettre chaque anne ladministration de contrle un dossier annuel relatif aux oprations effectues au cours de lexercice10.

    En application de larticle 225 de lordonnance n 95-07 du 25 janvier 1995

    9 Les obligations dclaratives et les mthodes comptables relatives aux activits dassurance seront traites de manire plus exhaustive aux chapitres 4 et 5 de ce prsent guide.

    10 Cf. chapitre 5, infra.

  • 41

    Guide des Assurances en Algrie

    relative aux assurances et dun arrt pris conformment lordonnance, les socits dassurances et/ou de rassurance ainsi que les intermdiaires doivent tenir les livres suivants :

    1. un livre-journal sur lequel sont reportes les rcapitulations priodiques des diffrentes oprations,

    2. un grand livre gnral dans lequel sont tenus tous les comptes,

    3. un livre des balances trimestrielles de vrification donnant au dernier jour de chaque trimestre la rcapitulation des soldes de tous comptes ouverts au grand livre journal,

    4. des livres caisse, banque et CCP,

    5. un livre permanent des titres mobiliers immeubles et prts,

    6. un livre des inventaires annuels.

    Sy ajoutent :

    1. un registre des contrats, reprenant tous les contrats dassurance,

    2. un registre des sinistres enregistrs,

    3. un registre des oprations de rassurance,

    4. les oprations de coassurance effectues directement ou par lintermdiaire dun groupement de socits dassurances doivent tre, pour la quote-part souscrite, enregistres par ordre chronologique.

    Les intermdiaires dassurance doivent tenir les livres et registres suivants :

    1. un livre des disponibilits : caisse, banque, CCP,

    2. un registre des contrats,

    3. un registre des bordereaux de primes impayes,

    4. un registre des bordereaux de quittances retournes,

    5. un registre des bordereaux de sinistres rgls.

    Concernant les oprations souscrites par lentremise dintermdiaires, la socit dassurances doit tenir pour chacun deux :

    1. un registre des bordereaux de prises,

  • 42

    2. un relev de compte.

    Autres rgles auxquelles les socits dassurances sont soumises :

    1. Les ressources du fonds de garantie des assurs sont constitues dune cotisation annuelle des socits dassurances dont le montant ne peut dpasser 1 % des primes nettes dannulation.

    2. Les socits dassurances doivent tre en mesure de justifier, tout moment, lvaluation des engagements rglements quelles sont tenues de constituer. Ces derniers sont relatifs aux rserves, provisions et dettes techniques. Ils doivent tre reprsents par des actifs quivalents en bons, dpts et prts, valeurs mobilires et titres assimils, actifs immobiliers et autre actifs.

    3. Toute prise de participation dune socit dassurances dpassant la proportion de 20 % de ses fonds propres est soumise laccord pralable de la Commission de supervision.

    4. La socit doit transmettre la Commission de supervision au plus tard le 30 juin de chaque anne, le bilan, le rapport dactivit ainsi que les tats comptables, statistiques et tout autre document connexe.

    5. La socit doit en outre publier annuellement dans, au moins, deux quotidiens nationaux (dont lun en langue arabe) les bilans et comptes de rsultats au plus tard 60 jours aprs leur adoption par lorgane gestionnaire de la socit.

    6. Toute socit agre doit prendre lgard de ladministration de contrle lengagement de ne rassurer aucun risque souscrit sur le territoire national auprs dentreprises dtermines ou appartenant un pays dtermin, dont la liste est dresse par ladministration comptente.

    7. Les conditions gnrales des constats et polices dassurances doivent tre vises par ladministration de contrle.

    8. Les socits dassurances doivent communiquer ladministration de contrle, pralablement leur application, les projets de tarifs dassurances facultatives quelles laborent.

  • 43

    Guide des Assurances en Algrie

    CHAPITRE 4 LES NORMES ET MTHODES COMPTABLES APPLICABLES AUX COMPAGNIES DASSURANCES ALGERIENNES

    4.1 Contexte gnral

    4.1.1 Le plan comptable sectoriel, des ajouts au plan comptable de 1975

    Les principes et mthodes comptables applicables aux compagnies dassurances et de rassurance exerant en Algrie sont largement inspirs du Plan comptable national de 1975, initialement pens pour les entreprises publiques vocation industrielle ou commerciale.

    Pour traduire les spcificits du mtier de lassurance dans les tats financiers, un Plan comptable sectoriel a t adopt ds 1987 ; cest celui-ci qui est trait ici en dtail. Ce Plan comptable sectoriel sentend toutefois comme un plan comptable national amlior plutt que comme un plan comptable ddi.

    Les limites du PCN 1975 souleves dans le cadre de la rflexion sur le nouveau plan comptable inspir des normes internationales sappliquent donc aussi au plan comptable spcifique. Citons entre autres des tats financiers pauvres (une seule anne de rfrence, absence de tableau de trsorerie ou de tableau des capitaux propres), la difficult dgager la contribution des diffrentes activits au rsultat de lentreprise, une approche administrative et non pas conomique.

    Ce sont ces limitations que visent pallier le nouveau plan comptable qui entrera en vigueur ds 2010. Les tats financiers devraient tre trs proches de ce qui est pratiqu linternational.

    4.1.2 Les tats nanciers

    Les tats financiers produire dans le cas dune compagnie dassurances et de rassurance sont identiques ceux dune socit industrielle ou commerciale. Il sagit des dix-sept tableaux prconiss par le PCN :

  • 44

    1. Bilan (Actif-Passif).

    2. Tableau des comptes de rsultats.

    3. Tableau des mouvements patrimoniaux.

    4. Tableau des investissements.

    5. Tableau des amortissements.

    6. Tableau des provisions.

    7. Tableau des crances.

    8. Tableau des capitaux propres.

    9. Tableau des dettes.

    10. Tableau des stocks.

    11. Tableaux des sinistres et commissions verses, tableau des matires et fournitures.

    12. Tableau de dtail des frais de gestion.

    13. Tableau des primes et commissions reues, tableau des prestations fournies.

    14. Tableau des autres produits.

    15. Tableau des rsultats sur cession dinvestissement.

    16. Tableau de prsentation des engagements techniques, tableau de prsentation des autres engagements.

    17. Tableau des renseignements divers.

    4.2 Format du bilan

    Le bilan est le bilan standard dune compagnie industrielle ou commerciale auquel on a ajout des comptes dits techniques, spcifiques lactivit dassurance et de rassurance. Nous pouvons citer les comptes de provisions techniques, les dettes techniques et les crances techniques. Seuls les comptes spcifiques assurances sont comments ci-aprs. Le format standard du bilan assurance est le suivant :

  • 45

    Guide des Assurances en Algrie

    N des comptes

    Actif Montants bruts

    Amortissements cumuls

    Montants nets

    Totaux partiels

    N des comptes

    Passif Montants Totaux partiels

    Investissements Fonds propres

    20 Frais prliminaires 10 Fonds social21 Valeurs incorporelles 12 Primes dapport22 Terrains 13 Rserves24 Equipements de

    production16 Provisions techniques

    25 Equipements sociaux 18 Rsultat en instance daffectation

    28 Investissements en cours

    19 Provisions pour pertes et charges

    Total 2 Total 1

    Stocks Dettes

    31 Matires et fournitures 51 Dettes techniques37 Stocks lexterieur 52 Dettes dinvestissement

    53 Dettes de stocksTotal 3 54 Dtentions pour compte

    55 Dettes envers associs et socits apparentes

    Crances 56 Dettes dexploitations57 Dettes envers les

    assurs, cessionnaires et rtrocessionnaires

    41 Crances techniques 58 Dettes financires42 Crances

    dinvestissement50 Compte crditeur de lactif

    43 Crances de stocks44 Crances sur

    associs et socits apparentes

    Total 5

    45 Avances pour compte46 Avances dexploitation 88 Rsultat de lexercice47 Crances sur

    assurs, cdants et rtrocdants

    48 Disponibilits40 Comptes dbiteurs

    du passif

    Total 3

    Total gnral Total gnral

  • 46

    Classe 1 : Fonds propres et provisions techniques

    A ct des comptes classiques dapport des actionnaires/associs et/ou de rserves, on distingue le compte des provisions techniques rgies par les dcrets excutifs n 95-342 (30 octobre 1995) et n 4-272 (29 aot 2004).

    Les provisions techniques regroupent la provision de garantie, la provision pour complment obligatoire et la provision pour catastrophes naturelles.

    Provision de garantie : elle enregistre les dotations annuelles destines renforcer la solvabilit de lorganisme dassurances. Lorsque la provision de garantie relve des oprations dassurance de personnes, cette garantie doit ressortir expressment dans le tableau des comptes de provisions prvu par le Plan comptable sectoriel des assurances. La dotation annuelle reprsente 1 % des primes nettes mises au cours de lexercice. Cette provision cesse dtre alimente lorsque son montant augment du capital social dpasse le plus lev des ratios suivants :

    5 % du total des dettes techniques,

    7,5 % du total des primes ou cotisations mises ou acceptes au cours du dernier exercice, nettes dannulations et de taxes,

    10 % de la moyenne annuelle de la charge de sinistres des trois derniers exercices.

    Les provisions de garantie relatives lassurance des personnes doivent apparatre sparment des autres.

    Provision pour complment obligatoire aux dettes techniques : cette provision reprsente 5 % du montant des sinistres et frais restant payer au titre des oprations dassurance. Elle est constitue en complment des dettes techniques rsultant notamment de leur sous-valuation, de dclaration tardive de sinistres (sinistres et frais de gestion y affrents dclars aprs la clture de lexercice).

    Provision pour risque catastrophique : cette provision couvre les charges de sinistres exceptionnelles rsultant doprations dassurance des effets des catastrophes naturelles. Elle est alimente par une dotation annuelle gale 95 % du rsultat technique bnficiaire des oprations garantissant les effets des catastrophes naturelles.

  • 47

    Guide des Assurances en Algrie

    Cette provision sert compenser le rsultat technique dficitaire. Les provisions non utilises sont libres au terme de la 21e anne suivant celle de leur constitution.

    Classe 5 : Dettes

    Les comptes de dettes enregistrent les obligations contractes par lentreprise vis--vis des tiers. Les dettes spcifiques lassurance dites dettes techniques sont constitues des provisions pour sinistres payer, pour primes mises reportes et pour primes par anticipation.

    Les sinistres payer (SAP)

    Conformment au dcret excutif n 95-342 (30 octobre 1995), lassureur est tenu de constater une provision pour les sinistres dclars et non encore pays. Par sinistres dclars et non pays, on entend :

    1. Les dettes certaines : ce sont les sinistres rgls administrativement, mais non financirement.

    2. Les dettes values : il sagit des sinistres non encore rgls administrativement.

    3. Les dettes estimes : ce sont les sinistres survenus mais non encore dclars la socit, appels aussi sinistres tardifs. Nous aurons donc constat que ce type de dettes prsente un double emploi avec les provisions pour complment obligatoire (voir supra) puisquelles ont exactement le mme objectif.

    La rserve pour sinistres payer doit tre suffisante quelle que soit la mthode utilise, elle doit tre calcule exercice par exercice, brute de rassurance et de recours recevoir.

    Evaluation de la provision pour SAP pour les dommages autres que lautomobile

    Le calcul de cette provision se fait dossier par dossier.

    Lorsquune indemnit a t fixe par une dcision de justice, dfinitive ou non,

  • 48

    la dette considrer doit tre au moins gale cette indemnit diminue, le cas chant, des acomptes dj verss.

    Evaluation de la provision pour SAP pour les dommages en assurance automobile

    Une valuation distincte se fait pour les sinistres matriels et corporels. Pour les deux types de sinistres, il y a plusieurs mthodes de calcul :

    - Evaluation dossier par dossier.

    - Evaluation par rfrence au cot moyen de sinistres rgls par lassureur au cours des trois derniers exercices.

    - Evaluation base sur la cadence de rglement observe au niveau de lassureur au cours des cinq derniers exercices.

    - Evaluation base sur le calcul du rapport sinistres/primes acquises. Cette mthode est appele mthode forfaitaire ou mthode de blocage de prime.

    Il apparat bien vident que la premire mthode est celle qui permet dobtenir lestimation la plus fiable, mais comme elle ncessite un systme dinformation puissant, les entreprises algriennes dassurances et/ou de rassurance lui prfrent les trois autres.

    En matire de sinistres corporels et compte tenu des rglements sous forme de rente, lorganisme dassurances doit calculer une provision mathmatique reprsentant la valeur linventaire des capitaux constitutifs mis la charge de lorganisme dassurances.

    Primes mises reportes : les risques en cours (REC)

    En Algrie, les primes sont factures ds lmission du contrat pour la priode contractuelle qui est gnralement de 12 mois. La constitution dune provision pour primes mises reportes permet de couvrir, pour chaque contrat prime payable davance, les risques et les frais gnraux que lassureur devra supporter entre la date de clture et la date dchance du contrat dassurance.

    La loi autorise deux mthodes dvaluation pour reconnatre les primes mises reportes : la mthode dite des 36 % et la mthode du prorata temporis.

  • 49

    Guide des Assurances en Algrie

    Calcul au prorata temporis (contrat par contrat)

    Il sagit ici de reporter, aprs dduction des frais dacquisition (commission verse lintermdiaire et frais de gestion), la part de la prime qui nest pas acquise lexercice selon la formule suivante :

    Rserves pour risques en cours = (p-a)*(365-X)/365

    p : la prime commerciale nette de taxes la date de clture

    a : les frais de gestion

    X : nombre de jours de garantie dus par lassureur avant la date de linventaire

    Cette mthode implique un systme dinformation puissant. De nombreuses socits algriennes lui prfrent la mthode forfaitaire des 36 %.

    La mthode forfaitaire des 36 %

    On applique aux primes mises sur la priode un taux de 36 % calcul partir dune base 100 reprsentant la prime commerciale, de laquelle sont retranchs les frais dacquisition valus en moyenne 28 % de la prime commerciale. Le solde, soit 72 %, est divis par 2 pour tre rparti sur deux exercices.

    La mthode forfaitaire des 36 % sentend pour des primes rgulirement chelonnes tout au long de lanne.

    Provisions mathmatiques

    Les provisions mathmatiques en assurances de personnes

    Elles reprsentent les diffrences entre les valeurs actuelles des dettes de lassureur (paiement ultrieur des sinistres) et de lassur (paiement ultrieur des primes) sur une priode dtermine pour les assurances de personnes.

    Les provisions mathmatiques lies aux accidents corporels

    Elles reprsentent la valeur des engagements de lassureur pour les rentes sa charge en assurances accidents corporels.

    Il est noter quen matire dassurance de personnes, les primes mises, les provisions mathmatiques, ainsi que les placements et leurs revenus doivent ressortir distinctement dans les comptes de fin danne.

  • 50

    Classe 4 :

    Cette classe enregistre les droits acquis par la socit suite des relations avec des tiers, les critures de rgularisation des produits, les dpenses en attente dimputation, les soldes dbiteurs des comptes de dettes, ainsi que les disponibilits.

    Les principaux comptes relatifs aux contrats dassurance sont les sinistres et frais recevoir sur cessions, les primes reportes sur un an et plus, les primes mises recouvrer et les recours recevoir.

    Les sinistres et frais recevoir sur cessions

    Ce compte enregistre les remboursements des sinistres et frais recevoir des rassureurs de lexercice en cours ou des exercices antrieurs.

    Les primes reportes sur 1 an et plus dun an

    Ce compte enregistre la portion de prime sur 1 an cde, non acquise lexercice, comprise entre la date dinventaire et la prochaine chance de la prime en question. Il enregistre, aussi, la part cde par anticipation en rassurance. Le calcul se fait par police au prorata-temporis.

    Les primes reportes durant lexercice (par le crdit dun compte de produit) doivent tre reprises au cours de lexercice suivant lors du renouvellement de la police.

    Primes mises recouvrer

    Ce compte enregistre les crances sur les assurs (clients) rsultant du droit acquis par lentreprise lors de la conclusion (signature) du contrat dassurance.

    Les primes mises recouvrer (droits et taxes inclus) ainsi que les droits de timbres sur avenants ngatifs ou ristournes sont enregistrs au dbit du compte.

    Tout encaissement ou annulation de prime ainsi que les effets accepts sont enregistrs au crdit.

    Recours recevoir

    Ce compte enregistre les montants des recours recevoir suite des actions

  • 51

    Guide des Assurances en Algrie

    entreprises lencontre de tiers responsables de sinistres.

    Lors de la constatation des recours recevoir sur lexercice, la charge est diminue par le dbit de ce compte dun montant estim. Cette dernire sera appele augmenter ou diminuer en cas de sur, de sous-valuation ou dannulation. Lors de lencaissement des fonds, le compte est crdit par le dbit dun compte de disponibilits.

    Concernant les sinistres et frais recevoir des exercices antrieurs, les critures ci-dessus sont reprises. Des critures de transfert des charges et produits sont rajoutes.

    Placement des engagements rglements

    Les provisions et dettes techniques sont des engagements rglements dtenus par lorganisme dassurances et/ou de rassurance ; ces engagements doivent tre reprsents lactif du bilan par les catgories dlments dactifs suivants :

    - Valeurs dtat : bons de trsor, dpts auprs du Trsor public et obligations mises par lEtat ou qui bnficient de sa garantie.

    - Autres valeurs mobilires et titres assimils : actions dentreprises algriennes dassurances ou de rassurance et autres institutions financires, actions dentreprises trangres dassurances ou de rassurance aprs accord du ministre des Finances et actions dentreprises algriennes industrielles et commerciales.

    - Actifs immobiliers : terrains et immeubles btis situs sur le territoire algrien et droits rels immobiliers.

    - Autres placements : march montaire et tout autre type de placement fix par les lois et rglements.

    La proportion minimum des valeurs dEtat dtenir en portefeuille est de 50 %.

    Les placements numrs ci-dessus sont enregistrer dans les comptes prconiss par le PCN, cest--dire le compte 42 pour les placements financiers et sous la rubrique adquate de la classe 2 pour les placements immobiliers.

  • 52

    4.3 Format du tableau des comptes de rsultats

    Les lignes du compte de rsultat sont plus explicites que les lignes du bilan. On peut regretter labsence de dtail par nature dassurance et le recours abusif dans la pratique aux comptes hors exploitation qui imposent des retraitements nombreux mais indispensables pour aboutir un rsultat dexploitation normalis.

    Les tats financiers tels quils sont conus rpondent plus des logiques administrative et fiscale qu une logique conomique. Ils ne renseignent pas, ou de manire trs limite, sur lactivit de la socit dassurances. A cet gard, le dossier transmis au ministre des Finances pour contrle prsente beaucoup plus dintrt. Il fait partie des diffrentes obligations dclaratives que doivent remplir les socits dassurances.

    N de comptes Dsignation des comptes Dbit Crdit70 Primes71 Primes reportes72 Commissions reues des cessionnaires75 Transfert de charge dassurance ou de rassurance60 Sinistres67 Commissions verses au cdant et au rtrocdant

    Total80 Marge dassurance ou de rassurance80 Marge dassurance ou de rassurance74 Prestations fournies77 Produits divers78 Transferts de charges dexploitation61 Matires et fournitures consommes62 services63 Frais personnel64 Impts et taxes65 Frais financiers66 Frais divers68 Dotation aux amortissements et aux provisions

    Total83 Rsultat dexploitation79 Produits hors exploitation69 Charges hors exploitation84 Rsultat hors exploitation83 Rsultat dexploitation84 Rsultat hors exploitation880 Rsultat brut de lexercice888 Dotation pour provision de garantie889 Impts sur les bnfices88 Rsultat de lexercice

  • 53

    Guide des Assurances en Algrie

    CHAPITRE 5 LES OBLIGATIONS DECLARATIVES

    5.1 Obligations dclaratives ladministration de contrle

    Les socits dassurances et/ou de rassurance sont tenues de transmettre, annuellement, ladministration de contrle (la Commission de supervision des assurances) des documents noncs par larrt du ministre des Finances dat du 22 juillet 1996 (JO n 56 du 24 aot 1997), et cela avant le 30 juin de chaque anne conformment larticle 226 de lordonnance 95-07 modifie par la loi n 06-04.

    Les documents concerns par lobligation de dclaration sont les suivants :

    1. Le bilan.

    2. Le rapport dactivit dtaill.

    3. Le plan de rassurance.

    4. Les tableaux annexes prvus par le PCN (les dix-sept tableaux cits plus haut).

    5. Le rapport du commissaire aux comptes et le rapport du conseil dadministration lassemble gnrale.

    6. Des renseignements gnraux.

    7. Les tats suivants :

    tat 1 : rsultats techniques par branches,

    tat 2 : rsultats de la branche vie,

    tat 3 : sinistres et provisions pour sinistres payer par branche et en rcapitulation,

    tat 4 : sinistres responsabilit civile automobile,

    tat 5 : rsultats des cessions,

    tat 6 : rsultats des acceptations,

  • 54

    tat 7 : rassurances nationale et internationale,

    tat 8 : la coassurance.

    Les renseignements gnraux demands par ladministration de contrle sont les suivants :

    1. Raison sociale de la socit.

    2. Date de constitution.

    3. Les modifications apportes aux statuts (avec un exemplaire des nouveaux statuts, le cas chant).

    4. Les noms, dates de naissance et domiciles des membres du conseil dadministration et personnel de direction.

    5. La liste des pays o la socit possde des relations daffaires en matire de cession, rtrocession et/ou acceptation en rassurance.

    6. Les listes des branches pratiques et dates des agrments administratifs y affrents.

    7. La liste des accords en vigueur en matire de tarifs, de conditions gnrales de contrat, dorganisation professionnelle, de concurrence et de gestion financire.

    En plus des dclarations annuelles, les organismes dassurances et/ou de rassurance doivent transmettre ladministration de contrle des tats trimestriels ( transmettre dans le mois suivant le trimestre dinventaire) qui sont :

    - Etat 9 : marge de solvabilit.

    - Etat 10 : les placements.

    La solvabilit des socits dassurances et de rassurance doit tre matrialise par la justification de lexistence dun supplment aux dettes techniques ou marge de solvabilit. Ce supplment ou marge de solvabilit est constitu par :

    1. La portion de capital social ou de fonds dtablissement libre,

    2. Les rserves rglementes ou non constitues par lorganisme dassurances, mme si elles ne correspondent pas des engagements envers les assurs ou les tiers,

  • 55

    Guide des Assurances en Algrie

    3. La provision de garantie,

    4. La provision pour complment obligatoire aux dettes techniques,

    5. Les autres provisions rglementes ou non, qui ne correspondent pas des engagements envers les assurs ou des tiers lexclusion, nanmoins, des provisions pour engagement prvisible ou pour dprciation dlments dactifs.

    La marge de solvabilit des socits dassurances ou de rassurance doit tre gale au moins 15 % des dettes techniques.

    A tout moment de lanne, la marge de solvabilit ne doit pas tre infrieure 20 % du chiffre daffaires toutes taxes comprises nettes dannulation et de rassurance. Lorsque la marge de solvabilit est infrieure 20 % du chiffre daffaires, la socit dassurances ou de rassurance est tenue au plus tard six mois aprs la constatation de linsuffisance de procder la libration du capital social (ou fonds dtablissement), ou daugmenter son capital social, ou de dposer une caution auprs du Trsor public dans la limite de la proportion lgale.

    5.2 Obligations dclaratives aux administrations scale et sociale

    Les organismes dassurances et/ou de rassurance sont tenus par les mmes obligations dclaratives11 que nimporte quelle entreprise commerciale ou industrielle.

    Les dclarations fiscales mensuelles transmettre ladministration fiscale sont relatives aux impts suivants : la taxe sur lactivit professionnelle (TAP), le droit de timbre, limpt sur le revenu global (IRG) et la taxe sur la valeur ajoute (TVA).

    Limpt sur le bnfice des socits (IBS) est un impt annuel, il est calcul sur le rsultat comptable de lexercice corrig en fonction des incidences fiscales.

    Les dclarations sociales, reprenant lassiette globale de cotisation, sont elles aussi mensuelles. Une dclaration annuelle des salaires doit tre transmise ladministration sociale. Celle-ci dtaille lassiette de cotisation par salari en plus de fournir des informations sur celui-ci.

    11 Pour plus de dtails sur les obligations sociales et fiscales des entreprises, vous pouvez vous reporter au Guide investir en Algrie, publication annuelle de KPMG Algrie Spa.

  • 56

    CHAPITRE 6 LES PRODUITS DE LASSURANCE

    6.1 Introduction

    Les produits en assurance qui existent en Algrie peuvent tre prsents de faon liminaire.

    Avec 46 % du total en 2007, lassurance automobile est le produit phare de lassurance algrienne.

    En Europe, le poids de lassurance obligatoire par rapport au total de lassurance automobile varie de 30 % (pays nordiques) 80 % (Italie, Grce). Pour les autres pays, la moyenne tourne autour de 50 %.

    En Algrie, o seule lassurance de responsabilit civile est obligatoire, la prime moyenne tourne autour de 1500 DA, soit environ 15 euros pour une assurance de responsabilit civile illimite objective (no fault)12, un niveau de tarification insuffisant pour faire face une sinistralit extrmement leve (entre 400 500 000 sinistres par an).

    Des garanties complmentaires facultatives permettent la fois dquilibrer et de mieux couvrir le risque.

    Deuxime branche dactivit en volume de primes, les risques industriels reprsentent 31 % du march auxquels il convient dajouter les risques simples qui reprsentent 6 % du total du march.

    La majeure partie de ces risques est constitue des assurances incendie (Property Business) qui reprsentaient plus de 20 % du march total en 2006, chiffre constant depuis les trois annes prcdentes.

    Les btiments des zones rsidentielles et industrielles sont, en grande partie, assez anciens. La plupart des constructions modernes bties aprs lindpendance rpondent des normes de scurit standards et sont gnralement solides. Les nouveaux projets sont btis selon des normes plus rigoureuses.

    Les btiments ne sont gnralement pas hauts, 10 15 tages tant le maximum. Les btiments plus petits sont moins sophistiqus.

    12 Responsabilit sans faute.

  • 57

    Guide des Assurances en Algrie

    A ceci sajoutent les risques techniques (Engineering) relatifs aux chantiers et machines, en fort dveloppement en raison de la mise en uvre progressive des plans de relance conomique.

    Des assurances multirisques habitations existent. Ces dernires ne sont pas obligatoires et couvrent lincendie, le dgt des eaux, le vol et la responsabilit lgard des tiers (responsabilit civile du chef de famille).

    Toutes les socits, quelles soient publiques ou prives, doivent sassurer contre les risques dincendie et dexplosion.

    Des polices multirisques commerciales et professionnelles sont faites sur les mmes bases que pour les risques simples, savoir incendie - explosion, vol, dgt des eaux et catastrophes naturelles, responsabilit civile.

    Pour les biens usage dhabitation, commercial ou industriel, il existe une obligation dassurance contre les catastrophes naturelles (tremblements de terre et inondations).

    Lassurance transports (9 % du march en 2006, 10 % en 2007) couvre les marchandises transportes et les moyens de transport, essentiellement les corps daronefs ou de navires.

    Les marchandises transportes par navire ou facults maritimes reprsentent lessentiel de lactivit.

    La couverture des grands risques peut ncessiter laccord pralable des rassureurs, pour la plupart trangers. La couverture se fait sur une base tous risques incluant les tremblements de terre et le bris de machines.

    Les grands risques sont rassurs sur une base facultative. Les petits risques sont souvent packags et couverts par les traits de rassurance de lassureur.

    Enfin, les risques de personnes ou assurances vie ne reprsentent que 7 % du march en 2007, tirs pour lessentiel de la vente de deux produits, les assurances lies aux crdits et les assurances lies aux voyages ltranger.

    6.2 Le contrat dassurance

    Les contrats sont rgis par lordonnance n 95-07 du 25 janvier 1995 (modifie par la loi 06-04) relative aux assurances, ainsi que par les dispositions du code civil.

  • 58

    Le contrat dassurance est une convention passe entre lassur et la socit. Il se matrialise par une police dassurance qui comprend :

    1. Les conditions gnrales. Ce sont les textes non personnaliss qui dfinissent les garanties, leurs limites, leurs exclusions, les engagements rciproques des parties, en tenant compte des dispositions lgales et rglementaires en vigueur.

    2. Les conditions particulires. Cest le document qui prcise notamment :

    les nom et adresse de la personne physique ou morale qui souscrit,

    la situation o sexerce la garantie,

    les caractristiques du risque,

    les garanties souscrites et le montant des capitaux,

    la dure de garantie du contrat et sa date deffet,

    la prime payer, le montant de(s) franchise(s) et, ventuellement, les surprimes et majorations.

    Peuvent sy ajouter ventuellement des clauses annexes.

    Le contrat sappuie sur les dclarations de lassur et sur celles ventuellement du souscripteur, sil sagit dune tierce personne. Le contrat na deffet quaprs sa signature par les parties et quaprs paiement de la premire prime.

    Cas des pnalits pour retard ou non-paiement de la prime

    Les primes dassurance, lexception de la premire payable au comptant, et sauf convention contraire, sont payables au plus tard dans les quinze jours qui suivent la date dchance fixe au contrat, tant bien prcis que lassureur est tenu de rappeler lassur lchance de la prime au moins un mois lavance, en lui indiquant la somme payer et le dlai de rglement (article 15, alina 2 et article 16, alinas 1 et 2 de lordonnance n 95-07 du 25 janvier 1995).

    A dfaut de paiement dans les dlais prvus lalina ci-dessus, lassureur est tenu de mettre en demeure lassur, par lettre recommande avec accus de rception, davoir payer la prime dans les trente jours qui suivent (article 16, alina 3 de lordonnance n 95-07 du 25 janvier 1995).

    Pass ce dlai de trente jours, lassureur peut, sans autre avis, suspendre

  • 59

    Guide des Assurances en Algrie

    automatiquement les garanties. La remise en vigueur des garanties ne peut intervenir que le lendemain midi du jour o la prime aurait t paye (article 16, alinas 4 et 6 de lordonnance n 95-07 du 25 janvier 1995).

    Dix jours aprs la suspension des garanties, lassureur est en droit de rsilier le contrat. En cas de rsiliation, la portion de prime affrente la priode garantie reste due lassureur (article 16, alina 5 de lordonnance n 95/07 du 25 janvier 1995).

    6.3 Les assurances de biens et de responsabilit

    Par opposition aux assurances de personnes, ce sont les assurances dites de dommages qui couvrent lautomobile, les habitations, les biens professionnels, les biens agricoles, les catastrophes naturelles, la construction, la responsabilit civile gnrale, la protection juridique, les transports, le crdit caution, les pertes pcuniaires et lassistance.

    6.3.1 Lassurance automobile

    Le contrat dassurance automobile est en gnral un contrat multirisques destin couvrir des risques aussi divers que la responsabilit civile, le vol, lincendie, mais aussi les propres dommages subis par lassur. Peuvent sy greffer un certain nombre de couvertures spcifiques telles que la dfense et le recours contre les tiers, et tout rcemment lassistance. On peut y associer une couverture individuelle accident qui est une assurance de personnes qui couvre le conducteur.

    6.3.1.1 La responsabilit civile obligatoire

    Lassurance obligatoire ne porte que sur la garantie responsabilit civile, cest--dire la protection des victimes en cas daccident. Son rle est de permettre aux victimes daccidents ou leurs proches de percevoir des indemnits.

    Lassurance de responsabilit obligatoire garantit les dommages causs par la circulation des vhicules terrestres moteur. Autrement dit, cette garantie permet de compenser financirement les dommages matriels et corporels

  • 60

    subis par la victime lorsque le vhicule assur en est lorigine et que la responsabilit de lassur et des personnes ayant la qualit dassur est engage.

    1) Dfinition dun vhicule terrestre moteur

    Les critres qui permettent de dterminer les engins qui rpondent cette dfinition sont au nombre de trois :

    1. le vhicule doit tre muni dun moteur quels que soient le mode de propulsion (essence, gazole, lectricit) et la puissance de ce moteur,

    2. il doit comporter un sige pour le conducteur,

    3. il est destin se dplacer sur la terre ferme sans tre guid par des rails.

    2) Le conducteur du vhicule assur

    Le conducteur du vhicule assur doit tre titulaire du permis de conduire en tat de validit conformment la rglementation en vigueur, au type du vhicule utilis et la nature du transport pour conduire le vhicule assur. En outre, il doit respecter les conditions restrictives ventuellement mentionnes sur ce permis. Si ces conditions ne sont pas runies, les garanties souscrites ne sont pas acquises en cas de sinistre.

    Lassureur est tenu dindemniser la (ou les) victime(s) au titre de la garantie responsabilit civile, mais il exerce contre le (ou les) responsable(s) du sinistre une action en remboursement de toutes les sommes verses.

    Mme si les conditions prcites tenant au permis et lge du conducteur ne sont pas runies, lassureur accorde, la plupart du temps, les garanties lassur lorsque, notamment, le vhicule assur est utilis son insu ou la suite dun vol ou violence par un conducteur :

    1. ne possdant pas le permis de conduire,

    2. ne respectant pas les obligations mentionnes sur son permis de conduire,

    3. est conduit la suite dun abus de confiance par une personne ne possdant pas le permis de conduire,

    4. layant induit en erreur sur lexistence ou la validit de son permis de conduire.

  • 61

    Guide des Assurances en Algrie

    La garantie entre en vigueur le jour de lacceptation par la personne assujettie lobligation dassurance. Cette garantie est valable un an et est ensuite renouvelable.

    3) Les notions dassur et de tiers

    Lassurance de responsabilit civile obligatoire permet de prendre en charge les consquences de la responsabilit des personnes qui ont la qualit dassur.

    Les contrats dassurance doivent couvrir la responsabilit civile de toute personne ayant la garde ou la conduite, mme non autorise, du vhicule ainsi que la responsabilit civile des passagers du vhicule objet de lassurance.

    Les contrats doivent couvrir, en plus de la responsabilit civile des personnes mentionnes ci-dessus, celle du souscripteur du contrat et du propritaire du vhicule.

    Lassurance automobile obligatoire couvre la responsabilit civile de lassur en raison de dommages subis par des tiers.

    Les membres de la famille du conducteur ou de lassur sont considrs comme des tiers.

    Les dommages causs aux membres de la famille du conducteur, quils soient passagers ou non du vhicule assur, sont donc couverts dans tous les cas.

    6.3.1.2 Les garanties facultatives

    Il existe deux formules classiques : la garantie tierce collision ou dommage collision et la garantie dite tous risques.

    La garantie tierce collision ou dommage collision ne joue que sil y a heurt avec un tiers identifi. En rgle gnrale, les vnements garantis sont :

    1. le choc avec un vhicule en mouvement ou larrt appartenant une personne identifie,

    2. le choc avec un piton identifi,

    3. le choc avec un animal dont le propritaire est identifi.

  • 62

    A contrario, ne sont gnralement pas garantis :

    1. le choc avec un vhicule en stationnement,

    2. le choc avec un vhicule ou un animal appartenant un membre de la famille de lassur ou de la famille du conducteur,

    3. les dommages conscutifs un vnement prvu dans le cadre de la garantie vol.

    La garantie dite tous risques couvre les vnements de la garantie tierce collision complts par les vnements suivants :

    1. le choc avec un corps fixe ou mobile extrieur au vhicule (arbre, pierre, automobile, bicyclette, piton, animal),

    2. le renversement du vhicule assur,

    3. la chute accidentelle du vhicule assur (dans un cours deau, un tang),

    4. linondation imprvisible du vhicule assur en stationnement rsultant de la brusque monte des eaux,

    5. les actes de vandalisme ou de malveillance. La mise en jeu de cette garantie est subordonne la remise par lassur dun certificat de dpt de plainte.

    Le terme tous risques peut tre source de confusion. En effet, cette garantie comporte toujours des exclusions de risques et quasiment toujours des franchises.

    Les vnements de base garantir sont :

    1. Les dommages corporels du conducteur

    Aprs un accident garanti, la garantie des dommages corporels du conducteur a pour objet de permettre au conducteur assur ou ses proches (en cas de blessures ou de dcs conscutifs cet accident) de percevoir une aide financire immdiate, des indemnits sil est responsable ou des avances de fonds sil ne lest pas. Variables selon les contrats, les garanties qui peuvent tre accordes au titre du contrat ou en option sont, en cas de blessures du conducteur, un capital invalidit au montant variable selon le taux dinvalidit

  • 63

    Guide des Assurances en Algrie

    permanente subsistant aprs consolidation et, en cas de dcs du conducteur, un capital vers au conjoint de lassur. Un capital est parfois accord pour les enfants mineurs de lassur.

    2. Lincendie-explosion

    La garantie incendie-explosion couvre les dtriorations du vhicule conscutives un incendie, cest--dire une combustion spontane vive, la chute de la foudre sur le vhicule ou une explosion, autre que celle cause par des explosifs transports.

    3. Le bris de glace

    Cette garantie couvre non seulement le pare-brise, mais aussi la lunette arrire et les glaces latrales du vhicule assur, par projection de cailloux, de gravillons ou autres corps. Sur option, la garantie peut tre tendue au bris du toit ouvrant et des optiques de phares. La garantie est acquise que le vhicule soit en mouvement ou larrt.

    4. Les dommages naturels

    Les vnements garantis couvrent les hautes eaux, inondations, grle, pour autant quils aient t imprvisibles, ainsi que les chutes de pierres, les boulements de rochers, les glissements de terrain. Ces garanties sont accordes lexclusion de tout autre cataclysme, notamment les tremblements de terre.

    5. Le vol

    En cas de vol ou tentative de vol du vhicule assur, sont couverts au titre de la garantie vol les dommages rsultant de sa disparition ou de sa dtrioration, lexclusion des dommages indirects et les frais engags par lassur, lgitimement ou avec laccord de lassureur, pour sa rcupration. En outre, les garanties complmentaires souscrites par lassur peuvent produire leurs effets. Sont couverts les pneumatiques, accessoires et pices de rechange fournis avec le vhicule.

  • 64

    6. La protection juridique

    La garantie de protection juridique propre lusage dun vhicule moteur est galement appele dfense recours. Cette garantie a, le plus souvent, pour objectif de dfendre lassur ainsi que les personnes ayant la qualit dassur, lamiable ou devant les tribunaux, suite un accident susceptible de mettre en jeu la garantie responsabilit civile. Cette garantie est automatiquement associe la garantie responsabilit civile.

    Lassureur prend en charge les frais provoqus par la dfense de lassur devant toute juridiction, y compris devant les juridictions pnales devant lesquelles il serait poursuivi pour des faits lis au vhicule assur (garantie dfense).

    En outre, lassureur sengage rclamer, ses frais, lamiable ou par voie judiciaire, la rparation des dommages, corporels ou matriels, subis par les personnes assures la suite dun accident de la circulation impliquant le vhicule assur et caus par un tiers responsable (garantie recours).

    Les personnes bnficiaires de la garantie sont :

    1. lassur, le propritaire du vhicule assur, le conducteur (ou le gardien) autoris du vhicule assur,

    2. leurs conjoints, ascendants et descendants.

    Toutes les personnes dont lassureur garantit les responsabilits bnficient, dans les mmes conditions, de la garantie dfense lexception des personnes poursuivies pour la conduite en tat divresse ou dlit de fuite et des personnes utilisant le vhicule de lassur sans son accord ou contre son gr.

    Le remboursement des amendes, qui constituent une peine que la loi interdit dassurer, nest jamais couvert.

    7. Lassistance

    Lassur peut bnficier, au sein du contrat dassurance automobile, de prestations dassistance. Son rle est daider lautomobiliste rsoudre les difficults rencontres au cours de ses dplacements avec le vhicule assur. Par exemple, au cours dun dpart en vacances, lassur et sa famille sont

  • 65

    Guide des Assurances en Algrie

    immobiliss la suite dune panne de leur vhicule ou dun accident de la circulation.

    Les prestations offertes sont proches dun contrat un autre. Deux catgories de prestations sont frquemment proposes :

    1. Les prestations destines au vhicule en cas de panne, daccident ou de vol : les frais de dpannage, le rapatriement du vhicule irrparable sur place. Un vhicule de remplacement est parfois prvu (en option) pour la priode dimmobilisation du vhicule.

    2. Les prestations relatives aux personnes : le rapatriement en cas daccident en dehors du domicile de lassur, les frais de voyage dun proche pour se rendre au chevet dun bless hospitalis ltranger, la couverture des frais mdicaux engags ltranger.

    Par ailleurs, lassur bnficie des garanties de son contrat sur tout le territoire algrien. Et en rgle gnrale, un dplacement effectu ltranger doit imprativement tre signal lassureur. A dfaut, lassur est expos des difficults en cas de sinistre.

    Les bnficiaires de cette assistance sont toute personne conduisant le vhicule assur avec lautorisation de lassur, toute personne voyageant bord du vhicule de lassur, en sa compagnie ou celle de son conjoint ou de ses enfants charge, ainsi que lassur, son conjoint, ses enfants et ascendants charge vivant sous son toit.

    8. Les garanties complmentaires

    Des garanties complmentaires peuvent, selon les contrats, faire lobjet dune assurance. Il peut sagir ainsi de la garantie accessoires hors srie, la garantie amnagement professionnel ou encore la garantie du contenu priv, la garantie neuf du vhicule, ou enfin la garantie immobilisation du vhicule.

    6.3.2 La responsabilit civile gnrale

    Ce contrat a pour objet de garantir lassur contre les consquences pcuniaires de la responsabilit civile quil peut encourir aux termes des articles 124,

  • 66

    136, 138 et 140 du code civil, en raison des dommages corporels, matriels et immatriels subis la suite dun accident, par les tiers, chaque fois que cette responsabilit civile est recherche, directement ou indirectement, pour quelque cause que ce soit, du fait de lactivit dclare.

    Sont formellement exclus de la garantie :

    1. Les dommages rsultant dune faute intentionnelle.

    2. Les dommages rsultant des effets directs ou indirects dexplosion, de dgagement de chaleur, dirradiation, provenant de transmutation de noyaux datomes ou de la radioactivit, ainsi que des effets de radiation provoque par lacclration artificielle de particules.

    3. Les dommages matriels et immatriels causs par un incendie, une explosion ou par laction de leau survenue dans les locaux dont lassur est propritaire ou occupant titre quelconque, tant entendu que les dommages corporels sont couverts dans les limites de garantie de la prsente police.

    4. Les amendes pnales et pnalits de toutes natures.

    Sont galement exclus, sauf convention contraire :

    1. Les dommages subis par lassur ou son (ses) conjoint(s), ses ascendants, descendants et prposs pendant leur service.

    2. Les dommages subis par tous biens meubles ou immeubles, choses ou animaux, appartenant lassur ou lui confis, quelque titre que ce soit.

    3. Les dommages rsultant dintoxication alimentaire, de pollution de latmosphre, des eaux.

    4. Les dommages rsultant deffondrement douvrages ou construction, y compris passerelles et tribunes, dcrasement ou deffondrement ou dtouffement provoqu par des manifestations de peur, panique, quelle quen soit la cause.

    5. Les dommages et pertes occasionns par la guerre trangre, la guerre civile, les meutes, les mouvements populaires, les actes de terrorisme ou de sabotage, ainsi que la grve, le lock-out et la rquisition des biens de

  • 67

    Guide des Assurances en Algrie

    lassur. La charge de la preuve que le sinistre rsulte dun fait de guerre trangre incombe lassureur (article 39 de lordonnance 95-07 du 25 janvier 1995).

    6.3.2.1 La responsabilit civile des professionnels

    Ce contrat garantit les consquences pcuniaires de la responsabilit civile que peut encourir lassur en vertu des articles 124 et suivants du code civil, en raison des dommages corporels, matriels et immatriels conscutifs causs aux tiers, du fait des activits professionnelles assures et dcrites dans les conditions particulires, que ce soit par lassur, ses prposs et apprentis, ses sous-traitants, tcherons, faonniers.

    Cette assurance garantit galement, en cas de dommages subis par les prposs de lassur, les consquences pcuniaires de la responsabilit civile qui peut incomber lassur du fait des dommages corporels dont seraient victimes :

    1. les ouvriers ou employs effectuant pour lentreprise un essai professionnel rmunr ou non,

    2. les stagiaires, rmunrs ou non, qui effectuent des stages dans les diffrents services de ltablissement de lassur.

    Sont exclus de cette assurance les dommages spcifiques ci-aprs :

    1. Les dommages qui sont la consquence des obligations contractuelles de lassur et les responsabilits spcifiques sa profession.

    2. Les dommages dcoulant de la lgislation sur la construction ou la rnovation des btiments.

    3. Les dommages matriels et immatriels causs par un vnement relevant des garanties incendie et risques annexes, dgts des eaux ayant pris naissance ou survenus dans les locaux dont lassur est propritaire, locataire ou occupant.

    4. Les consquences dengagements particuliers (tels que clauses compromissoires, pactes de garanties, renonciation recours, engagements sur dlais performances ou rsultats, solidarits conventionnelles) dans la mesure o les obligations qui en rsultent excdent celles dont lassur est tenu en vertu des textes lgaux sur la responsabilit.

  • 68

    5. Les dommages rsultant des modifications daspect de caractre esthtique relatives la couleur ou la planit dun produit.

    6. Les dommages qui sont la consquence invitable et prvisible de la conception et/ou des modalits dexcution des travaux de lentreprise telles quelles ont t acceptes ou fixes par lassur ou la personne qui lui est substitue dans la direction technique des travaux.

    7. Les dommages rsultant de travaux accomplis en dehors de lexercice normal de lactivit ou relevant dune activit diffrente de celle assure et dcrite dans les conditions particulires.

    8. Les dommages subis par les biens, objets, matriels, outils ou machines dont lassur a la proprit, la garde ou lusage, ou quil utilise pour lexcution de ses prestations.

    9. La perte subie lorsque lassur est tenu soit de remplacer tout ou partie de ses fournitures de recommencer sa prestation, soit den rembourser le prix, ainsi que tous frais engags pour remdier leur dfectuosit ou improprit.

    10. Les dommages qui sont la consquence dune faute ou dune erreur de conception, de calcul ou de plan.

    11. Les dommages imputables des activits de prestations de services spcifiquement intellectuelles ou administratives.

    12. Les dommages rsultant de lutilisation ou de la dtention dexplosifs ou dengins de guerre.

    13. Les dommages causs par tous vhicules terrestres moteur.

    14. Les dommages corporels provenant dintoxications alimentaires ou dempoisonnements provoqus par labsorption daliments prpars ou non par lassur et fournis dans le cadre de sa profession titre onreux ou gratuit.

    6.3.2.2 La responsabilit civile produits

    Ce contrat garantit les consquences pcuniaires de la responsabilit civile incombant lassur, en raison des dommages corporels, matriels et pcuniaires indirects causs aux tiers et aux acqureurs, exclusivement par les produits dsigns, aprs leur livraison, dans le cadre des seules activits dfinies et du fait de leur utilisation, de leur usage ou de leur consommation,

  • 69

    Guide des Assurances en Algrie

    conformment leur mode demploi, selon les normes ou conditions lgales, conventionnelles ou usuelles y affrentes.

    La garantie de lassureur nest acquise que lorsque cette responsabilit est encourue du fait dune erreur, dune maladresse, dune faute involontaire, dune malfaon ou dun vice cach trouvant son origine dans les oprations intellectuelles ou matrielles de conception, de mise au point, de prparation, de fabrication, de transformation, de contrle, de conditionnement, de prconisation dutilisation, dtiquetage ou de stockage des produits assurs.

    Elle est accorde pour la couverture des dommages survenus pendant la priode de validit du contrat dassurance, quelle que soit la date dexistence ou de rvlation du fait gnrateur lorigine des dommages et quelle que soit la date de livraison des produits assurs. Est considr malfaon ou vice cach, ce titre, tout dfaut ou toute anomalie technique, non apparent, que les donnes techniques en vigueur lors de lexcution de la mission assure concernant le produit couvert par la police ne permettent pas un technicien, normalement vigilant, de dceler.

    1) Les types de dommages et de prjudices pcuniaires garantis

    Sont garantis :

    1. Les dommages corporels, matriels et pcuniaires indirects causs aux acqureurs et aux tiers concurrence des montants de la limite de garantie et de la franchise prvus aux conditions particulires de la police.

    2. Les frais raisonnables et rellement ncessaires engags tant dans le cadre de linformation, de lavertissement et de la mise en garde des acqureurs et des tiers, quant la dangerosit des produits assurs reconnus dfectueux, suite la survenance dun sinistre ou par expertise, quau titre du retrait du march de tels produits lexclusion des pertes subies au cours et loccasion des oprations de transport, de chargement, de dchargement, de dpose, de dmontage de ces produits. Cette garantie prend en charge, notamment, les frais de transport, de chargement, de dchargement, de dpose, de pose, de dmontage et de remontage.

    3. Les frais de procs engags, en cas de sinistre garanti, dans le cadre de la dfense des intrts communs devant les juridictions civiles et mmes pnales, en ce qui concerne les intrts civils seulement.

    4. Pour les produits consommation humaine ou animale (aliments,

  • 70

    mdicaments, cosmtiques, lexclusion de tous autres), le cot de revient des produits ayant fait lobjet dun retrait du march, impos de fait (la survenance dun sinistre) ou de droit, avant ou aprs livraison, en vue de leur destruction, dans le but soit de prvenir la survenance de dommages potentiels mais certains, en raison de la dfectuosit des produits assurs, soit de limiter lampleur ou limportance de ceux dj survenus et constats. La dfectuosit et la dangerosit des produits ne sont admises que sur expertise. Cette garantie couvre galement les pertes subies au cours et loccasion des oprations de chargement, de dchargement, de contrle destructif des produits destins la destruction.

    5. Il peut tre convenu entre les parties que les dcisions dengagement des frais ncessaires linformation et lavertissement du public quant la dfectuosit des produits assurs et leur dangerosit, ainsi que celles inhrentes leur retrait du march, doivent tre prises dun commun accord avec lassureur pour la mise en jeu conventionnelle des garanties, sous peine de leur exclusion de lassurance, et ce, nonobstant toute disposition contraire.

    6. Ltendue de la garantie du contrat est limite, en cas de responsabilit commune, conjointe ou solidaire de lassur avec dautres intervenants, au prorata de sa part de responsabilit dans le prjudice subi par les tiers, et ce, nonobstant toute disposition contraire.

    2) Les exclusions absolues

    1. Les dommages rsultant dune faute intentionnelle ou dun acte frauduleux commis par les mandataires sociaux.

    2. Les dommages subis par les produits pour une autre cause que celle du fait de leur destruction.

    3. Le cot de la rparation, du remplacement, du remboursement aux acqureurs des produits dfectueux.

    4. Les dommages rsultant de linobservation des normes, prescriptions ou conditions lgales, conventionnelles ou dusage, lors de lutilisation, la manipulation ou la consommation des produits assurs, et ce, nonobstant toute disposition contraire.

    5. Les dommages conscutifs une violation dlibre ou linobservation volontaire ou inexcusable par lassur des lois, rglements, normes et

  • 71

    Guide des Assurances en Algrie

    usages auxquels il doit se conformer dans lexercice des activits garanties, nonobstant toute disposition contraire.

    6. Les dommages rsultant dun fait ou dun vnement dont lassur avait connaissance lors de la souscription de la prsente police, ou au cours de sa validit, de nature entraner la garantie et quil navait pas dclar.

    7. Les dommages faisant lobjet de rclamations fondes en labsence de tout dommage corporel, matriel ou pcuniaire indirect sur le fait que les produits ne remplissent pas les fonctions ou ne satisfont pas aux besoins ou aux performances auxquels lassur les a destins et de toute autre rclamation caractre commercial fonde, notamment, sur la mauvaise excution des obligations de lassur lgard de ses clients.

    8. Les dommages causs par les produits ayant fait lobjet de rserves de la part de lorganisme de contrle de la qualit et de la normalisation, ou tout autre organisme, dment habilit cette fin.

    9. Le manque gagner et le prjudice pcuniaire subis tant par lassur et les acqureurs, que les tiers, du fait du retrait ou de larrt dapprovisionnement du march en produits assurs.

    10. Les consquences dengagements contractuels dans la mesure o ils entranent, pour lassur, des obligations exorbitantes du droit commun.

    11. Les consquences dune clause compromissoire quivalente une dcision en dernier ressort.

    12. Les consquences pcuniaires de la responsabilit civile de lassur en cas de vol des produits assurs et celles de tout autre acte similaire de dpossession de lassur de ses produits sans son consentement.

    13. Les dommages subis par les tiers au cours et loccasion de lexploitation des activits assures, et dus aux faits, directs ou indirects, des prposs de lassur.

    14. Les dommages causs aux tiers par tous biens, meubles ou immeubles, ou par les animaux dont lassur est propritaire ou locataire ou dont il a la garde quelque titre que ce soit, ainsi que les dommages subis par ces biens ou animaux.

    15. Les dommages rsultant des effets directs ou indirects dexplosion, ou de dgagement de chaleur, dirradiation provenant de transmutation de noyaux datomes ou de la radioactivit, ainsi que des effets de radiations

  • 72

    provoques par lacclration artificielle de particules.

    16. Les dommages rsultant de pollution de latmosphre, des eaux et des sols.

    17. Les dommages et pertes occasionns par la guerre trangre, la guerre civile, les meutes ou mouvements populaires, les actes de terrorisme ou de sabotage, ainsi que la grve, le lock-out et la rquisition des biens de lassur.

    3) Les exclusions relatives

    Sont exclus de la garantie, sauf convention contraire expressment consigne aux conditions particulires :

    1. Les dommages rsultant de la responsabilit civile incombant aux sous-traitants.

    2. Les dommages dus la renonciation de lassur au droit de recours dont il dispose, lgalement ou conventionnellement, lencontre du responsable, mme partiel, du sinistre couvert par lassureur.

    6.3.2.3 La responsabilit civile dcennale

    Ce contrat a pour objet de garantir, avant toute recherche de responsabilit, le paiement des dpenses relatives aux travaux de rparation des dommages dont les assurs sont responsables lors de la construction dun ouvrage. Ce contrat couvre essentiellement les dommages lis leffondrement partiel ou total de louvrage, et ce, suite des erreurs dexcution des travaux ; les catastrophes naturelles, ainsi que les dommages lis lexploitation de ldifice restent exclus. La notion dimproprit la destination nest pas assurable en Algrie.

    Les garanties prennent effet compter de la rception dfinitive des ouvrages, laquelle est fixe par le procs-verbal de rception dfinitive. Elles expirent dix annes aprs cette date.

    Les bnficiaires de lassurance sont le matre de louvrage ou les propritaires successifs de cet ouvrage.

    Louvrage est tout ce qui est difi demeure par lutilisation des matriaux

  • 73

    Guide des Assurances en Algrie

    de construction, soit au-dessus du sol ou son niveau, soit sous le sol, soit au-dessus de leau. On distingue le gros uvre, le second uvre et les quipements.

    On entend par gros uvre les lments porteurs concourant la stabilit ou la solidit de louvrage (tels que fondations, poteaux et murs, planchers, poutres, voles et paliers descaliers, votes, charpentes) et les lments assurant le clos et le couvert du btiment lexclusion des parties mobiles et du complexe dtanchit.

    Par second uvre, tout complexe dtanchit, revtements, carrelages, canalisations, tuyauteries, conduites, gaines, voies et rseaux divers, faux plafonds, cloisons fixes, huisseries des portes, lments mobiles assurant le clos et le couvert tels que portes, fentres, persiennes ou volets.

    Par quipements du btiment, les lments relevant des installations courantes : thermiques, lectriques, phoniques, mcaniques, hydrauliques, arauliques, tlphoniques, tlvisuelles, installations fixes et scurit.

    1) Les risques garantis

    1. Les consquences pcuniaires de la responsabilit civile dcennale incombent aux assurs aux termes des articles 554 et 555 du code civil. Lindemnisation des frais de remise en tat des dommages matriels louvrage ayant pour origine le gros uvre, compromettant la stabilit ou la solidit de louvrage et engageant la responsabilit dcennale des assurs.

    2. Les frais de dmolition et de dblaiement dcoulant des sinistres garantis au titre de larticle 554 du code civil.

    3. Les consquences pcuniaires des responsabilits encourues par les assurs aux termes des articles 124 et suivants du code civil en raison des dommages corporels, matriels et immatriels causs aux tiers, au propritaire de louvrage et au propritaire successif de celui-ci, la suite dun sinistre garanti.

    4. Les frais de procs engags, en cas de sinistre garanti, dans le cadre de la dfense des intrts communs devant les juridictions civiles et mme pnales. Le montant de ces frais, concernant les intrts civils seulement, est pris en charge par lassureur en sus du montant de la limite de garantie fix par les conditions particulires du contrat.

  • 74

    2) Les risques exclus

    1. Les dommages rsultant des exclusions absolues : fait intentionnel, dol, fraude, cyclone, inondation ou tremblement de terre, incendie ou explosion, guerre trangre, guerre civile, acte de terrorisme ou sabotage, rbellion, rvolution, meute, mouvement populaire.

    2. Les dommages ne rentrant pas dans le champ dapplication de la responsabilit dcennale et ne pouvant en aucun cas ouvrir droit une indemnit au titre de lassurance dcennale objet du contrat.

    3. Les dommages subis par lassur dans les biens autres que la construction, objet du contrat.

    4. Tout dommage affectant le second uvre et/ou les quipements ne trouvant pas son origine dans le gros uvre ou le vice de sol.

    5. Les travaux de parachvement auxquels sont tenus contractuellement les entrepreneurs, et dont lexcution naurait pas t ralise, ainsi que les consquences rsultant de cette inexcution.

    6. Les dommages rsultant exclusivement dun dfaut dentretien, de lusure normale ou dun usage non appropri de louvrage.

    7. Les modifications ultrieures lachvement de louvrage ainsi que les consquences dommageables pouvant en rsulter son gard.

    8. Les dommages ayant leur origine dans lobjet mme des rserves techniques notifies antrieurement la rception des travaux ou lors de celle-ci par le contrleur technique agr tant que celui-ci ne les aura pas leves au moyen dun rapport complmentaire aprs constat des rparations.

    9. Les dommages aux quipements mcaniques et lectriques autres que ceux dfinis dans les quipements du btiment.

    10. Tous dommages immatriels non couverts.

    11. Tous dommages des tiers et/ou au matre de louvrage non prvus dans les conditions gnrales.

    12. Les fissurations ne compromettant pas, dire dexpert, la stabilit et la solidit des lments quelles affectent.

  • 75

    Guide des Assurances en Algrie

    3) Les exclusions susceptibles dtre rachetes

    1. Tout dommage affectant le complexe dtanchit.

    2. Tout dommage matriel aux existants : les parties anciennes de louvrage existantes avant louverture du chantier sur, ou sous, ou dans lesquelles sont excuts les travaux neufs de construction.

    3. Tout dommage d aux matriaux ou procds nouveaux non prouvs et non agrs par les organismes habilits.

    6.3.3 Les risques incendie

    Ce contrat a pour objet de garantir lassur contre lincendie. Lassureur rpond de tous dommages causs par le feu et dont la couverture est stipule aux conditions particulires. Cette garantie est accorde sous rserve dexclusions et, pour chaque catgorie de dommages, dans la limite du capital fix aux conditions particulires. En cas dinsuffisance dassurance, la rgle proportionnelle est applicable.

    6.3.3.1 Les dommages matriels rsultant dun incendie

    Il sagit de garanties des dommages causs :

    1. Aux biens immobiliers, cest--dire aux btiments et leurs dpendances, lexclusion des cltures ne faisant pas partie intgrante des btiments, ainsi qu toutes les installations qui ne peuvent tre dtaches des btiments sans tre dtriores ou sans dtriorer la partie de la construction laquelle elles sont attaches.

    2. Aux embellissements, amnagements excuts leurs frais par les locataires ou occupants.

    3. Au mobilier personnel, vtements et effets personnels appartenant lassur, aux membres de sa famille, ses prposs travaillant son domicile et aux personnes habitant ordinairement avec lui. Dans ces biens sont compris les bijoux, pierreries, perles fines, statues et tableaux de valeur, collections, objets rares et prcieux. Toutefois, sauf stipulation contraire, lindemnit due en cas de sinistre sur les objets numrs au prsent alina ne peut dpasser 30 % du capital assur sur lensemble du mobilier.

  • 76

    Il nest pas drog pour autant la rgle proportionnelle qui reste applicable en cas dinsuffisance du capital assur sur lensemble du mobilier. Par exception, les vtements et effets personnels peuvent se trouver momentanment dans un lieu autre que celui dsign dans la police.

    4. Au matriel industriel, commercial, mobilier, installations de bureaux et dateliers, effets dhabillement des prposs.

    5. Aux marchandises de tous tats, matires premires, fournitures et approvisionnements se rapportant la profession de lassur.

    6. Aux quipements.

    6.3.3.2 Les dommages immatriels rsultant dun incendie

    Il sagit des dommages suivants :

    1. La privation de jouissance, cest--dire la perte de valeur locative rsultant de limpossibilit pour loccupant (propritaire ou locataire) dutiliser temporairement tout ou partie des locaux dont il a la jouissance.

    2. Le recours des voisins et des tiers, cest--dire les consquences pcuniaires de la responsabilit que lassur peut encourir, en vertu des articles 124, 134, 136, 138 et 140 du code civil pour tous dommages matriels rsultant dun incendie survenu dans les biens assurs (et ayant caus des dommages aux voisins par propagation) par le prsent contrat ou dans des locaux lous ou occups par lassur au lieu indiqu aux conditions particulires. Cette garantie couvre exclusivement les dommages lis lincendie.

    3. Cette garantie stend la privation de jouissance, telle que dfinie ci-dessus, dont pourraient tre victimes les voisins et les tiers. La perte de loyer, cest--dire le montant des loyers dont lassur peut, comme propritaire, se trouver priv par suite dun risque couvert.

    4. Le recours des locataires contre le propritaire fond sur les articles 479, 488 et 489 du code civil, cest--dire les consquences pcuniaires de la responsabilit que ce dernier peut encourir, pour tous dommages matriels causs aux biens desdits locataires, par suite de vice de construction ou de dfaut dentretien. Cette garantie stend la privation de jouissance dont pourraient tre victimes les locataires atteints par le sinistre.

    5. Le recours des locataires contre le propritaire fond sur larticle 483 du

  • 77

    Guide des Assurances en Algrie

    code civil, cest--dire les consquences pcuniaires de la responsabilit que ce dernier peut encourir pour tous dommages matriels, raison du trouble de jouissance d au fait dun colocataire.

    6. La perte des loyers, cest--dire la responsabilit que lassur peut, comme locataire, encourir envers le propritaire tant pour le montant des loyers de ses colocataires que pour celui de la privation de jouissance des locaux occups par le propritaire.

    6.3.3.3 Les risques des articles 45 et 46 de lordonnance n 95-07

    Toutes les garanties numres ci-dessus, recours compris, selon les dispositions lgales qui leur sont applicables et notamment en vertu de larticle 495 du code civil, sont tendues aux dommages matriels autres que ceux dincendie occasionns directement :

    1. Par la chute de la foudre, dment constate sur les biens assurs.

    2. Par les explosions de toute nature et notamment des gaz servant au chauffage, lclairage et la force motrice, de la dynamite et autres explosifs analogues, des matires ou substances autres que les explosifs proprement dits, ainsi que les explosions et coups deau des appareils vapeur, lexception des crevasses et fissures dues notamment lusure, au gel et aux coups de feu (coups de blier). Lexplosion est communment dfinie comme une action subite et violente de la pression ou de la dpression de gaz ou de vapeurs, que ceux-ci aient exist avant cette action ou que leur formation lui ait t concomitante.

    3. Par llectricit, sous rserve des dispositions concernant les dommages subis par les appareils lectriques et leurs accessoires prvus au contrat. Il est convenu que pour les risques de simple habitation, les extensions de garanties prvues au contrat sont accordes sans surprimes et doffice.

    4. Sont galement la charge de lassureur les dommages matriels et directs occasionns par les secours et les mesures de sauvetage aux objets assurs.

    Par ailleurs, peuvent galement faire lobjet de lassurance selon des conditions spciales de couverture et de tarification :

  • 78

    1. Les dommages matriels autres que ceux dincendie et dexplosion :

    occasionns par le choc ou la chute des appareils de navigation arienne, ou de partie dappareils ou dobjets tombant de ceux-ci,

    rsultant de lbranlement d au franchissement du mur du son par un aronef,

    dordre lectrique subis par les machines lectriques, transformateurs, appareils lectriques ou lectroniques quelconques et canalisations lectriques.

    2. La perte ou la disparition des objets assurs survenue pendant lincendie :

    conscutive aux ruptions volcaniques, aux tremblements de terre, aux inondations, aux temptes et mouvements de terrain suivis ou non dincendie. Dans ce dernier cas, le rglement ne peut intervenir quaprs dclaration officielle de ltat de catastrophe naturelle par les pouvoirs publics. La tarification sera prcise sparment aux conditions particulires et arrte conformment aux conditions spcifiques lies la garantie catastrophes naturelles,

    les frais de dplacement et replacement de tous objets mobiliers, tentures, tapisseries, tableaux, dans le cas o le dplacement serait indispensable pour effectuer limmeuble des rparations ncessites par un sinistre garanti,

    les remboursements des honoraires pays par lassur lexpert choisi par lui loccasion dun sinistre,

    aux frais de dmolition et de dblais conscutifs un sinistre garanti sans que lindemnit totale excde le montant du capital assur.

    Dans la limite de 5 % du montant de lindemnit paye, la garantie est accorde sans surprime et doffice.

    6.3.3.4 Les risques exclus

    Sont formellement exclus des garanties :

    1. Les dommages causs ou provoqus intentionnellement par lassur ou avec sa complicit.

  • 79

    Guide des Assurances en Algrie

    2. Les dommages dus aux effets directs ou indirects dexplosion, de dgagement de chaleur, dirradiation provenant de transmutation de noyaux datomes ou de la radioactivit, ainsi que les sinistres dus aux effets de radiations provoques par lacclration artificielle de particules.

    3. La disparition des objets assurs survenus pendant un incendie par la faute de lassur (article 47 de lordonnance n 95-07).

    4. Les dommages autres que ceux dincendie ou dexplosion causs aux objets assurs et provenant dun vice propre (les dommages dincendie qui en sont la suite sont garantis) dun dfaut de fabrication, de leur fermentation ou oxydation lente (les pertes dues la combustion vive tant seules couvertes).

    Sont exclus (sauf convention contraire aux conditions particulires et moyennant une prime additionnelle) les pertes et dommages rsultant des vnements ci-aprs :

    1. Guerre trangre (la charge de la preuve que le sinistre rsulte dun fait de guerre trangre incombe lassureur (art. 39 de lordonnance n 95-07).

    2. Guerre civile, actes de terrorisme ou de sabotage ayant un mobile politique.

    3. Emeutes ou mouvements populaires (tendus ou restreints aux actes de vandalisme et au vol).

    4. Les dommages autres que ceux dincendie dus une explosion se produisant dans une fabrique ou un dpt dexplosifs voisins.

    6.3.3.4 Les obligations de dclaration

    1) La dclaration des risques la souscription

    Conformment larticle 15, alina 1 de lordonnance n 95-07, lassur est tenu, lors de la souscription du contrat dassurance, de rpondre exactement toutes les questions crites et/ou orales de lassureur concernant lapprciation du risque et dclarer notamment :

    1. la qualit en laquelle il agit (propritaire de tout ou partie, nu-propritaire, usu-fruitier, locataire, occupant, dpositaire, administrateur pour compte dautrui),

  • 80

    2. les conditions dinstallation matrielle du risque et en particulier la nature de la construction et de la couverture des btiments assurs ou renfermant les objets assurs, les modes dclairage, le chauffage et la force motrice, le cloisonnement et les tages, laffectation des btiments et, sil sagit dune industrie, les procds de fabrication, les dpts de denres, les marchandises, les produits ou objets augmentant les dangers dincendie,

    3. les contiguts avec ou sans communication des risques plus grave,

    4. la proximit de risques plus graves sils sont distants de moins de 10 mtres,

    5. les moyens de secours de son tablissement,

    6. toute renonciation recours contre un responsable ou garant.

    2) Les dclarations en cours de contrat

    Lassur est tenu lorsque la modification ou laggravation du risque assur est indpendante de sa volont den faire la dclaration exacte, dans les sept jours compter de la date o il en a eu connaissance, sauf cas fortuit ou de force majeure.

    En cas de modification ou daggravation du risque assur par son fait, lassur est tenu den faire dclaration pralable lassureur.

    Dans les deux cas, la dclaration doit tre faite lassureur par lettre recommande avec accus de rception (article 15, alina 3 de lordonnance n 95-07 du 25 janvier 1995).

    En cas daggravation du risque assur, lassureur peut, dans un dlai de trente jours partir de la connaissance de laggravation, proposer un nouveau taux de prime.

    Lassureur qui na pas fait de propositions dans le dlai prvu lalina prcdent garantit les aggravations des risques intervenus sans prime additionnelle.

    Lassur est tenu dans un dlai de trente jours partir de la rception de la proposition du nouveau taux de prime additionnelle de sacquitter de la diffrence de la prime rclame par lassureur. En cas de non-paiement, lassureur a le droit de rsilier le contrat.

    Lorsque laggravation de risque dont il a t tenu compte pour la dtermination de la prime vient disparatre en cours de contrat, lassur a droit une

  • 81

    Guide des Assurances en Algrie

    diminution de la prime correspondante compter de la date de la notification faite son assureur (article 18 de lordonnance n 95-07 du 25 janvier 1995).

    3) Les sanctions

    Si, avant le sinistre, lassureur constate quil y a eu, de la part de lassur, omission ou dclaration inexacte, il peut maintenir le contrat moyennant une prime plus leve et accepte par lassur, ou rsilier le contrat si lassur refuse de payer laugmentation de prime. Le paiement de celle-ci doit intervenir quinze jours aprs la date de la notification.

    En cas de rsiliation, la portion de prime paye pour le temps o lassurance ne court plus est restitue lassur.

    Si, aprs sinistre, lassureur constate quil y a eu omission ou dclaration inexacte de la part de lassur, lindemnit est rduite dans la proportion des primes payes par rapport aux primes rellement dues pour les risques considrs. En outre, le contrat doit tre rajust pour lavenir (article 19 de lordonnance n 95-07 du 25 janvier 1995).

    Toute rticence ou fausse dclaration intentionnelle de la part de lassur ayant pour consquence de fausser lapprciation du risque par lassureur entrane la nullit du contrat, sous rserve des dispositions prvues dans lordonnance n 95-07. On entend par rticence, lomission volontaire de la part de lassur de dclarer un fait de nature modifier lopinion que lassureur se fait du risque (article 21, alinas 1 et 2 de lordonnance n 95-07 du 25 janvier 1995).

    A titre de dommages et intrts, les primes payes demeurent acquises lassureur qui a droit galement aux primes chues (article 21, alinas 1, 2, 3 de lordonnance n 95-07 du 25 janvier 1995).

    Par ailleurs, lorsquun assur a, de mauvaise foi, surestim la valeur du bien assur, lassureur est en droit de demander la nullit du contrat et de rclamer, en outre, des dommages et intrts. Si la surestimation est faite de bonne foi, lassureur conserve les primes chues et procde au rajustement des primes choir. Dans tous les cas, par application du principe indemnitaire, lindemnit ne peut excder la valeur rajuste (article 31 de lordonnance n 95-07 du 25 janvier 1995).

  • 82

    4) Le cumul dassurances

    Tout assur ne peut souscrire quune seule assurance de mme nature pour un mme risque. Si plusieurs assurances sont contractes, la plus favorable reste la seule valable. Toutefois, si les garanties de cette assurance savrent insuffisantes, elles seront compltes, jusqu concurrence de la valeur dun bien assur, par celles des autres polices dassurances souscrites sur ce mme bien (article 33 de lordonnance n 95-07 du 25 janvier 1995).

    6.3.3.5 La rgle proportionnelle

    La rgle dite proportionnelle a vocation sappliquer, conformment aux dispositions applicables, en cas dinsuffisance dassurance au regard de la valeur garantie. Les capitaux assurs sur chaque article doivent correspondre la valeur des risques.

    La lgislation prvoit en effet une rduction des indemnits en cas de sinistre sil savre quil y a une insuffisance dans les capitaux assurs (rgle proportionnelle de capitaux) ou si les dclarations faites la souscription ne sont pas conformes la ralit du risque (rgle proportionnelle de prime).

    Plus prcisment, la rgle dite rgle proportionnelle de capitaux sapplique sil rsulte des estimations que la valeur du bien assur excdait, au jour du sinistre, la somme garantie, lassur doit alors supporter la totalit de lexcdent en cas de sinistre total et une part proportionnelle du dommage en cas de sinistre partiel, sauf convention contraire (article 32 de lordonnance n 95-07 du 25 janvier 1995), par rapport aux existants au moment du sinistre.

    De la mme faon, la rgle proportionnelle de prime aura sappliquer si, aprs sinistre, lassureur constate quil y a eu omission ou dclaration inexacte de la part de lassur, lindemnit est alors rduite dans la proportion des primes payes par rapport aux primes rellement dues pour les risques considrs. En outre, le contrat doit tre rajust pour lavenir (alina 3 de larticle 19 de lordonnance n 95-07 du 25 janvier 1995).

    La perte des loyers, prouve par le propritaire, et la privation de jouissance doivent tre garanties concurrence dune somme gale au moins une anne des loyers considrs, faute de quoi lindemnit sera rduite dans la proportion de la prime paye par rapport au montant dune anne des loyers considrs la date du sinistre.

  • 83

    Guide des Assurances en Algrie

    En ce qui concerne la responsabilit des locataires ou occupants (risque locatif), il y a lieu dappliquer la rgle proportionnelle dans les cas suivants :

    Si les btiments sont lous ou occups par un seul locataire, lorsque la somme assure est infrieure la valeur totale de ces btiments (valeur de reconstruction au jour du sinistre, vtust dduite).

    Sil y a pluralit doccupants, lorsque lassur na pas fait garantir une somme au moins gale cinquante fois le montant de son loyer annuel (charges et prestations non comprises) ou de la valeur locative annuelle, si aucun loyer na t fix, alors le dommage est rgl dans la proportion qui existe entre la somme assure et le montant de cinquante fois le loyer des douze mois prcdant le sinistre (charges et prestations non comprises) ou de cinquante fois la valeur locative annuelle. Lassur peut toujours souscrire une assurance de risque locatif supplmentaire, non soumise la rgle proportionnelle, pour couvrir la responsabilit ventuelle qui excderait le minimum ci-dessus dcrit.

    Il ne sera pas fait application de la rgle proportionnelle au locataire ou occupant partiel sil est constat quau jour du sinistre, la valeur de reconstruction, vtust dduite, des locaux occups par lui nexcde pas le montant du capital assur.

    La rgle proportionnelle ne sapplique pas aux assurances de responsabilit dont lassur ne peut lavance connatre ltendue, cest--dire en cas de recours des voisins et des tiers ; de recours des locataires contre le propritaire ; de perte des loyers (assurance souscrite par le locataire).

    Les excdents dassurances qui pourraient tre constats au jour du sinistre sur un ou plusieurs articles, soumis la rgle proportionnelle, seront reports sur lensemble des autres articles insuffisamment assurs, payant un taux de prime gal ou infrieur et rparti au prorata des insuffisances constates. Le report des excdents nest possible que pour les articles garantissant les risques dun mme tablissement. Sera considr comme un seul tablissement un risque ou un ensemble de risques appartenant au mme propritaire ou la mme socit, concourant la mme exploitation, runis ou groups dans des conditions telles quaucun des btiments composant ltablissement ne soit spar du btiment le plus voisin par une distance suprieure 200 mtres.

  • 84

    6.3.4 Les risques techniques

    6.3.4.1 Les contrats tous risques chantiers (TRC) et tous risques montage (TRM)

    Les contrats tous risques chantiers et tous risques montage concernent lassurance des entreprises et font partie des risques techniques.

    1) Lobjet de la garantie

    a) Les garanties avant rception provisoire

    Toutes pertes ou dommages subis par les biens suivants (alors quils se trouvent sur le lieu du chantier, appartenant lassur ou dont il a la garde, la dtention ou la possession) :

    1. Louvrage, objet du march spcifi aux conditions particulires, jusqu sa rception provisoire.

    2. Louvrage provisoire prvu ce march ou ncessaire son excution.

    3. Les matriaux sur chantier pour lexcution du march.

    4. Les matriels et installations de chantier utiliss pour lexcution du march.

    b) Garanties aprs rception provisoire (priode dite de maintenance)

    Lassurance couvre pendant la priode de maintenance, dans les limites des conditions prvues dans le contrat de travaux, la responsabilit de lassur pour les pertes physiques ou les dommages lun quelconque des biens assurs, quil sagisse douvrages dfinitifs ou provisoires, survenant pendant la priode de maintenance et dus un acte ou une omission commis par lassur sur le chantier pendant la priode des travaux ou lorsquil revient sur le chantier pour laccomplissement des obligations contractuelles qui lui incombent conformment au march. La responsabilit totale de lassureur nexcdera en aucun cas la valeur des objets assurs porte dans les conditions particulires. Lassureur sera galement responsable de tous frais de procs encourus avec son consentement donn par crit pour la contestation de toute rclamation.

  • 85

    Guide des Assurances en Algrie

    c) Risques couverts pendant toute la priode de validit du contrat

    Sont garanties depuis louverture du chantier jusqu la rception dfinitive des travaux les consquences pcuniaires de la responsabilit civile dlictuelle ou quasi-dlictuelle pouvant incomber lassur, en raison des dommages corporels et/ou matriels et des dommages immatriels qui en sont les consquences la suite daccidents causs un tiers, imputables lexcution de louvrage et trouvant leur origine sur le lieu du chantier, tant prcis que les participants au march et/ou aux travaux ayant la qualit dassurs sont considrs comme tiers entre eux, mais seulement en ce qui concerne les dommages corporels (suivant la clause de la responsabilit civile croise).

    Par disposition particulire, la garantie peut tre tendue certaines consquences pcuniaires de la responsabilit civile pouvant incomber lassur en raison des dommages corporels, matriels et immatriels qui en sont les consquences mises conventionnellement sa charge par les clauses et conditions du march.

    On entend par accident pour lapplication de la garantie tout vnement soudain et extrieur la victime et la chose endommage, y compris lincendie, lexplosion, constituant la cause dune atteinte corporelle un tre vivant ou dune dtrioration, destruction ou perte dune chose ou substance. Ne peuvent donc en aucun cas tre considrs comme constituant un accident les dommages rsultant dune faon normalement prvisible et inluctable de la nature mme de lactivit de lassur ou des modalits dexcution des travaux effectus par lui.

    2) Les exclusions relatives aux dommages louvrage

    Sont exclus des garanties :

    1. La franchise qui est indique aux conditions particulires et qui est la charge de lassur pour chaque sinistre.

    2. Les pertes indirectes, de quelque nature que ce soit, y compris les pnalits contractuelles, les pertes causes par des retards de non-excution du contrat, la perte du contrat, sauf stipulation contraire.

    3. Les pertes ou les dommages dus des erreurs de conception, de calcul ou de plan, sauf stipulation contraire.

  • 86

    4. Les frais engags pour la rectification ou la rparation de fautes dexcution sans que des dommages soient survenus.

    5. Les frais encourus pour remplacer des matriaux et/ou rectifier des malfaons ou une mauvaise excution des travaux.

    6. Les pertes ou dommages aux biens assurs causs par/ou rsultant dun bris ou drangement lectrique ou mcanique. Cette exclusion ne sappliquera cependant qu la partie ou aux parties de louvrage directement perdues ou non, aux parties de louvrage directement perdues ou endommages suite ce bris ou drangement. Il est prcis galement que cette exclusion ne sappliquera pas pendant les priodes dessais vide et en charge.

    7. Les pertes ou dommages causs aux vhicules immatriculs pour la circulation sur les voies publiques, aux engins flottants ou aux aronefs.

    8. Les pertes ou dommages aux dossiers, dessins, comptes, factures, espces montaires, timbres, actes, titres de crance, billets de banque, valeurs ou chques.

    9. Les pertes dcouvertes loccasion dun inventaire.

    3) Les exclusions relatives la responsabilit civile

    Sont exclus des garanties :

    1. Les dommages corporels provenant daccident de travail dont seraient victimes toutes personnes au service de lassur, au cas o la lgislation en la matire serait applicable.

    2. Du fait de dommages causs aux biens appartenant ou se trouvant disposition, sous la garde ou sous la surveillance des entrepreneurs, du matre de luvre ou de toute autre entreprise excutant des travaux prvus au contrat.

    3. Du fait daccidents causs par des vhicules immatriculs pour la circulation sur les voies publiques, des engins flottants ou des aronefs.

    4. Du fait dun accord quelconque par lequel lassur se serait engag payer une somme quelconque sous forme dindemnit ou autre, sauf dans le cas o cette responsabilit existerait indpendamment de tout accord semblable.

  • 87

    Guide des Assurances en Algrie

    6.3.4.2 Les risques bris de machine (BDM) et matriel informatique (TRI)

    Le bris de machine et du matriel informatique (tout risque informatique) concerne galement lassurance des entreprises et fait partie des risques techniques qui comprennent galement les pertes dexploitation aprs bris.

    Les risques bris de machines et informatiques peuvent tre couverts dans le cadre de contrats spcifiques ou bien de contrats multirisques tout en conservant la mme philosophie.

    1) Le bris de machines

    a) Lobjet de la garantie

    La garantie concerne les dommages matriels directs causs par le bris, la destruction ou la dtrioration atteignant de faon soudaine et fortuite les machines assures aprs transfert de la proprit ou aprs rception et essais, lorsquil sagit de biens nappartenant pas lassur et ds lors quelles sont en tat normal de fonctionnement.

    Cette formulation revt la forme trs large des contrats tous risques sauf. En effet, seuls les dommages figurant dans la liste des exclusions du contrat ne seront pas couverts.

    Les machines sont assures lorsquelles sont au repos ou en exploitation, pour les dommages dus :

    1. des causes internes, comme le coup du blier, la force centrifuge, les dommages dorigine lectrique, les dsquilibres des organes rotatifs, la survitesse, le grippage, etc.,

    2. des causes externes, comme lintroduction, la chute ou le heurt de corps trangers,

    3. des facteurs humains, comme la maladresse, la ngligence, linexprience, la malveillance des prposs ou de tiers.

    Les vnements garantis peuvent tre tendus, pour les biens acquis en leasing/crdit-bail, et pendant toute la dure du leasing ou du crdit-bail aux frais financiers restant la charge de lassur aprs un sinistre garanti au titre du contrat.

  • 88

    b) Les exclusions

    En dehors des exclusions gnrales applicables tous les contrats dassurance dommages comme la guerre trangre, la guerre civile, le risque nuclaire, etc., ne sont pas couverts :

    1. les dommages dus lusure, la corrosion,

    2. les dommages dordre esthtique,

    3. les dommages atteignant les pices ncessitant, par leur fonction, un remplacement priodique (dfaut dentretien),

    4. les moules et modles, les parties non mtalliques, les parties en verre,

    5. les pertes et les dommages aux produits ou fluides ncessaires au fonctionnement des machines,

    6. la prise en masse ou le durcissement des produits dans les machines, ainsi que les dommages conscutifs,

    7. le cot des rparations provisoires et les dommages en rsultant,

    8. les dommages entrant dans le cadre de la garantie contractuelle du constructeur, vendeur ou loueur. Toutefois, lassureur peut prendre les dommages en charge et exercer le recours sil y a lieu,

    9. les dommages rsultant dun incendie ou dune explosion dorigine extrieure, de laction dune tentative de vol ou de la disparition des machines assures,

    10. les dommages indirects, matriels ou immatriels,

    11. la responsabilit civile.

    Cas particulier des machines mobiles

    Pour ce type de machines (matriels mobiles, engins et installations de chantiers), les indemnisations dues aux causes externes prcites (voir supra) sont tendues :

    1. aux dommages rsultant dun incendie ou dune explosion dorigine extrieure, de laction des liquides de toute nature,

    2. aux dommages rsultant dun accident de circulation : collision, renversement, chute leau,

  • 89

    Guide des Assurances en Algrie

    3. aux frais de dblaiement ncessaires aux travaux de rparation.

    Les machines sont garanties au repos, en exploitation, loccasion de leurs dplacements, par voie terrestre, ncessits par les activits dexploitation.

    Outre les exclusions cites, les contrats excluent en gnral les dommages dorigine interne atteignant les machines de plus de 5 ans au jour du sinistre.

    c) La valeur garantir

    Lassurance bris de machines porte sur la valeur de remplacement neuf du matriel, hors TVA. Ce dernier est en gnral dsign aux conditions particulires du contrat.

    Certaines professions (notamment les imprimeries) utilisent des machines reconditionnes. La valeur prendre en compte13 est alors celle de la date du reconditionnement (rnov), justificatif lappui.

    2) Les risques informatiques

    a) Lobjet de la garantie

    La garantie concerne gnralement le matriel informatique de gestion (units centrales, priphriques) et bureautique (tlcopieur, standard tlphonique).

    La garantie porte sur les dommages matriels directs causs par dtrioration, destruction ou vol :

    1. des biens assurs, lorsquils se trouvent dans les locaux au lieu dassurance, en tat normal dentretien et de fonctionnement,

    2. des supports informatiques, que les dommages aient eu lieu en cours de transport chez les clients, dans les lieux de sauvegarde ou dans les locaux au lieu dassurance.

    Il convient de rajouter que la formulation tous risques sauf prvoit une liste dexclusions spcifiques que sont :

    1. les frais, devant tre normalement pris en charge par un contrat de maintenance ou dentretien,

    13 Lvaluation se fait dire dexpert pour valider une valeur agre.

  • 90

    2. lusure, la dtrioration ou la dprciation normale et progressive des matriels assurs,

    3. les dommages et frais entrant dans le cadre de la garantie du constructeur, vendeur ou loueur. Toutefois, lassureur peut prendre en charge les dommages et exercer le recours sil y a lieu,

    4. les dommages et frais rsultant dune exploitation ou de modifications des matriels assurs non conformes aux normes des constructeurs ou fournisseurs des matriels et quipements,

    5. les vols commis sans escalade ou effraction des locaux renfermant les biens assurs, ou commis sans violence,

    6. les dommages rsultant de la scheresse, de lhumidit, dun excs de temprature, de la corrosion ou de la prsence de poussires, sauf si ces vnements sont conscutifs un dommage matriel subi par linstallation de la climatisation,

    7. les dommages indirects, et notamment ceux rsultant de privation de jouissance, chmage, ralentissement de la production, augmentation de son cot ou inexcution de contrats.

    Les vnements garantis peuvent tre tendus :

    1. aux frais de reconstitution des supports dinformation pour autant quil existe une sauvegarde des donnes perdues,

    2. aux frais supplmentaires dexploitation destins maintenir lactivit de lassur pendant lindisponibilit de son matriel,

    3. aux intrts de dcouvert bancaire lorsque lassur ne peut normalement effectuer ses oprations de facturation ou de relance sur facturation dj ralise et que cette opration le met dans limpossibilit de ngocier des dcouverts bancaires.

    b) La valeur garantir

    Le matriel doit tre assur en valeur de remplacement neuf hors TVA. Il doit tre en gnral dsign aux conditions particulires du contrat, mais il est de plus en plus courant dassurer une valeur globale sans dsignation sachant que lexistence du matriel sera prouve par une facture produite au moment du sinistre.

  • 91

    Guide des Assurances en Algrie

    6.3.5 Les assurances CAT-NAT

    Jusquau dbut des annes 1980, tous les contrats excluaient les dommages dus aux catastrophes naturelles (tous risques chantier et tous risques montage).

    La loi sur les assurances de 1980 a introduit la couverture des CAT-NAT (pour catastrophes naturelles) dans le cadre du contrat incendie.

    Lordonnance de 1995 a tendu la possibilit de couvrir les risques de catastrophes naturelles lensemble des contrats dassurance dommages. Il ne sagissait jusqualors que de la couverture des risques dentreprise.

    Aprs les consquences catastrophiques des inondations de Bab El Oued et du tremblement de terre de Zemmouri, une obligation dassurance a t dicte. Elle vise dabord les biens des particuliers, mais galement les biens industriels et commerciaux. Y sont tenues les personnes physiques ou morales propritaires dun bien immobilier construit ainsi que celles exerant une activit industrielle et/ou commerciale. Les assureurs algriens sont de la mme faon obligs daccorder la couverture des risques de CAT-NAT, et remplacent les pouvoirs publics dans lorganisation de lindemnisation.

    Cependant, leur capacit financire pourrait tre largie par la rassurance et la constitution de rserves.

    Le systme bnficie du soutien financier de lEtat en cas de dsquilibre des rsultats (garantie de lEtat accorde la CCR). Par ailleurs, il existe, depuis 1990, un fonds dindemnisation des victimes des calamits naturelles (FCN).

    Un document justifiant la satisfaction de lobligation dassurance est exig :

    1. pour toute opration de cession ou location dun bien immobilier,

    2. pour toutes dclarations fiscales effectues par les personnes assujetties cette obligation.

    Le non-respect de cette obligation dassurance par les personnes assujetties entrane les sanctions suivantes :

    1. le paiement dune amende gale au montant de la prime payer, majore de 20 %,

    2. lexclusion de toute indemnisation des personnes nayant pas satisfait lobligation dassurance.

  • 92

    6.3.5.1 Les vnements concerns

    1. Le tremblement de terre.

    2. Les inondations et coules de boue (dbordements de cours deau de toutes natures, remontes de nappes phratiques, ruissellements, dbordements et ruptures douvrages tels que barrages, digues et rseaux dassainissement, rsultant de fortes pluies ou dorages).

    3. Les mouvements de terrain (dplacements du sol ou du sous-sol par laction dagents naturels tels que sismes, pluie, neige, scheresse, action de la mer).

    4. Temptes et vents violents.

    6.3.5.2 Les personnes concernes

    Lassurance en cause couvre toute personne physique ou morale :

    1. propritaire dun bien immobilier, pour le btiment (contenu exclu),

    2. exerant une activit commerciale ou industrielle (btiment + contenu),

    3. lEtat reste son propre assureur.

    6.3.5.3 Les biens concerns

    Lassurance ne concerne que les dommages directs aux :

    1. biens immobiliers,

    2. quipements et marchandises des assurs exerant une activit commerciale ou industrielle,

    3. sont exclus du champ dapplication de ce dispositif :

    les dommages causs aux rcoltes non engranges, aux cultures, aux sols et cheptel vif hors btiment,

    les dommages subis par les corps de vhicules ariens et maritimes, ainsi que les marchandises transportes,

    les dommages causs aux vhicules terrestres moteur.

  • 93

    Guide des Assurances en Algrie

    Lindemnisation des assurs au titre de la garantie contre les effets de catastrophes naturelles nintervient que dans les conditions suivantes :

    1. dclaration de lEtat de catastrophe naturelle par un arrt interministriel,

    2. expertise des dommages subis.

    6.3.5.4 La valeur assure

    Pour les biens immobiliers, la valeur assure est la valeur choisie par lassur sans pouvoir tre infrieure au prix normatif fix par arrt ministriel.

    Pour les installations industrielles et/ou commerciales et leur contenu, la valeur est celle choisie par lassur.

    6.3.5.5 Lestimation des biens

    Ici sappliquera le principe indemnitaire, cest--dire la valeur de reconstruction ou de remplacement aprs dduction de la vtust et des valeurs rsiduelles.

    Le plafond pour les biens immobiliers est de 80 % de la valeur assure, de 50 % pour les installations industrielles et/ou commerciales et leur contenu.

    Quant la franchise, elle est dordre public. Concernant les biens immobiliers, la franchise est de 2 % des dommages avec un minimum de 30 000 dinars et de 10 % des dommages concernant les installations industrielles et/ou commerciales et leur contenu.

    6.3.5.6 Le tarif

    Le tarif est impos par les pouvoirs publics, mais les assureurs conservent la libert de fixer les frais et cots de police.

    Il sagit dun taux appliqu au capital assur. Ce taux est dtermin en fonction de lexposition au risque sismique selon 5 zones, de lexposition au risque tempte, de lexposition aux risques inondation et mouvements de terrain.

    Enfin, les communes ont t classes selon le risque sismique, ce qui donne un dcoupage o certaines wilayas figurent plusieurs fois :

  • 94

    WilayasZone

    sismiqueWilayas

    Zone sismique

    WilayasZone

    sismiqueWilayas

    Zone sismique

    Adrar 0 Boumerds 2b Mascara 1 Relizane 2b

    An Defla 2a Boumerds S 3 Mascara 2a Relizane 3

    An Defla 2b Chlef 2a Mda 1 Sada 1

    An Defla 3 Chlef 2b Mda 2a Stif 2a

    An Tmouchent

    2a Chlef 3 Mda 2bSidi Bel Abbs

    1

    Alger 3 Constantine 2a Mila 2 Skikda 2a

    Annaba 2a Djelfa 1 Mostaganem 2a Souk Ahras 1

    Batna 1 El Bayed 1 Mostaganem 2b Tamanrasset 0

    Bchar 0 El Oued 0 Mostaganem 3 Tbessa 1

    Bjaa 2a El Tarf 2a Msila 1 Tiaret 1

    Biskra 1 Ghardaa 0 Msila 2a Tindouf 0

    Blida 2b Guelma 2a Nama 1 Tipaza 3

    Blida 3 Illizi 0 Oran 2a Tissemsilt 2

    Bordj Bou Arrridj

    2a Jijel 2a Ouargla 0 Tizi Ouzou 2a

    Bouira 2a Khenchela 1Oum El Bouaghi

    1 Tizi Ouzou 2b

  • 95

    Guide des Assurances en Algrie

    Il existe un tarif risques commerciaux et industriels et un tarif btiments dhabitation. Pour un exemple, voir tableau rcapitulatif du tarif de base applicable lassurance des risques CAT-NAT, btiments dhabitation, ci-dessous.

    Taux exprim en pour mille des capitaux assurs

    Construction conforme aux rgles parasismiques

    Construction conforme aux rgles parasismiques

    antrieures

    Construction non conforme ou non vrifie

    Zone 0 0,05 0,05 0,05

    Zone 1 0,10 0,11 0,15

    Zone 2a 0,15 0,18 0,30

    Zone 2b 0,20 0,26 0,50

    Zone 3 0,25 0,35 0,75

    La prise en compte de la vulnrabilit aux autres risques (temptes, inondations, glissements de terrain) donne lieu des majorations tarifaires.

    6.3.6 Les multirisques

    Les rgles qui sappliquent aux contrats multirisques sont, sauf spcification contraire, les mmes que celles qui concernent les garanties souscrites individuellement dans les contrats dassurance dcrits plus haut.

    6.3.6.1 Contrat multirisques habitations

    Contrairement dautres pays, lassurance multirisques habitations nest pas obligatoire. Les contrats multirisques habitations peuvent tre commercialiss auprs des particuliers par les rseaux traditionnels ainsi que par les tablissements financiers. Les diffrents risques garantis sont les suivants :

    1. les assurances de dommages aux biens : incendie et risques annexes, dgts des eaux, bris des glaces, vol, occupation, vacuation, rquisition des locaux contenant les biens assurs,

    2. les assurances de responsabilits : responsabilit civile du chef de famille.

  • 96

    Concernant les garanties supplmentaires : privation de jouissance, pertes des loyers, voyage et villgiature, honoraires dexpert, frais de dplacement et de replacement des objets mobiliers, frais de dmolition et de dblais, garantie dfense et recours.

    Pour les garanties complmentaires : convention temptes et grle sur les toitures, convention valeur neuf, convention pertes indirectes.

    6.3.6.2 Lassurance multirisques professionnels

    Dans les contrats multirisques professionnels, les risques garantis sont les suivants :

    1. incendie, explosion et risques annexes,

    2. dgts des eaux,

    3. vol et vandalisme,

    4. bris des glaces et enseignes lumineuses,

    5. responsabilit civile lie lexploitation,

    6. garantie dfense et recours.

    Concernant les garanties supplmentaires : frais et pertes supplmentaires.

    Pour garanties complmentaires : convention valeur neuf, convention pertes indirectes, convention temptes et grle sur les toitures, convention intoxications alimentaires.

  • 97

    Guide des Assurances en Algrie

    Un tableau des garanties est gnralement tabli sur le modle suivant :

    Evnements assurs Dfinition des garanties Montants assurs par sinistre

    Incendie, explosions et risques annexes

    1- Btiment et/ou responsabilit locative

    2- Embellissements, marchandises, matriels et mobiliers personnels.3- Privation de jouissance

    4- Perte de loyers 5- Recours des locataires

    6- Recours des voisins et des tiers

    7- Honoraires dexpert8- Limitation spciale : risques lectriques (moyennant surprime)

    A concurrence du montant rel des dommagesLe montant spcifi aux conditions particulires Une anne de valeur locative ou une anne de loyer

    Une anne de loyersA concurrence du montant des dommages avec un maximum de X 00 000 DA A concurrence du montant des dommages avec un maximum de X 000 000 DAX % du montant de lindemnitLe montant spcifi aux conditions particulires

    Responsabilit civile et dfense et recours

    - Dommages corporels - Dommages matriels et immatriels conscutifs - Extension de garantie : moyennant surprime de 50 %- Dommages corporels - Intoxications alimentaires- Dfense et recours

    X 000 000 DAX 00 000 DAX 00 000 DA, compris dans la garantie dommages corporelsX 0 000 DA

    Vol

    - Marchandises, matriel, mobilier personnel sauf machines de bureau- Machines de bureau - Dtriorations immobilires (y compris celles causes linstallation dalarme)

    Le montant spcifi aux conditions particulires A concurrence de X0 %De X % Franchise X 000 DA

    Dgts des eaux

    - Btiments et/ou responsabilit locative - Embellissements, marchandises, matriels et mobiliers personnel- Recours des locataires - Recours des voisins et des tiers- Privation de jouissance- Perte de loyers - Extension de garantie : honoraires dexpert

    Franchise X 000 DA (dans tous les cas) Globalement, le montant spcifi aux conditions particulires Compris dans le montant global ci-dessus : X % du montant de lindemnit

    Bris de glaces Selon dfinition des objets de la convention spciale A concurrence du montant spcifi

    aux conditions particulires Garantie complmentaire incendie-explosions

    Selon mention spciale aux conditions particulires- Pertes indirectes

    Le pourcentage fix aux conditions particulires

  • 98

    6.3.7 Les assurances transports

    6.3.7.1 Les facults maritimes

    Les assurances des transports maritimes tant rgies par le droit commercial international, nous nous bornerons ici dcrire les principaux modes dassurance des facults maritimes.

    Les facults couvertes par la police peuvent tre assures, soit aux conditions tous risques, soit aux conditions franc davaries particulires sauf (FAP SAUF). A dfaut de stipulation expresse accordant la garantie tous risques, elles sont assures aux conditions FAP SAUF.

    1) Assurance tous risques

    Dans lassurance tous risques, sont aux risques de lassureur, dans les conditions dtermines par la police, les dommages et pertes matriels, ainsi que les pertes de poids ou de quantits causs aux objets assurs tant par un des vnements prvus dans les conditions gnrales de la police dassurance que par fortunes de mer ou vnements fortuits ou de force majeure.

    2) Assurance FAP SAUF

    Dans lassurance FAP SAUF, sont aux risques de lassureur dans les conditions dtermines par la police, les dommages et pertes matriels, ainsi que les pertes de poids ou de quantits causs aux objets assurs, par un des vnements figurant dans lnumration limitative ci-aprs : abordage, chouement ou naufrage de lembarcation ou du navire transporteur ; heurt du navire ou de cette embarcation contre un corps fixe, mobile ou flottant, y compris les glaces ; voie deau ayant oblig le navire entrer dans un port de relche et y dcharger les trois quarts au moins de sa cargaison ; incendie ; explosion ; chute du colis assur lui-mme pendant les oprations maritimes dembarquement, de dbarquement ou de transbordement ; draillement ; heurt ; renversement, chute ou bris du vhicule de transport ; croulement de btiments, ponts, tunnels, ou autres ouvrages dart ; chute darbres ; rupture de digues ou de conduites deau ; boulement ; avalanche ; foudre ; inondation ; dbordement de fleuves ou de rivires ; dbcle de glaces ; raz de mare ; cyclone ou trombe caractris ; ruption volcanique et tremblement de terre.

  • 99

    Guide des Assurances en Algrie

    3) Dispositions communes aux deux modes dassurance

    Sont galement aux risques de lassureur, les frais ncessaires et raisonnables exposs par suite dun risque couvert pour prserver les biens assurs contre un risque imminent garanti ou en attnuer les consquences.

    Lassureur garantit, en outre, la contribution des objets assurs aux avaries communes, moins quelles ne rsultent dun risque exclu. Les risques la charge de lassureur demeurent couverts dans les mmes conditions, mme en cas de relche force ou de changement forc de route, de voyage ou de navire, ainsi quen cas de fuite du capitaine, des gens de mer ou des pilotes. Si en raison de la rsiliation dun risque couvert, lassur doit fournir une garantie pour viter ou pour lever la saisie des biens assurs, lassureur interviendra au bnfice de lassur pour accorder cette garantie. Toutes les autres dispositions des conditions gnrales de la police, sauf indication contraire, sont galement communes aux deux modes dassurance, et les parties demeurent toujours libres de convenir de tout autre mode dassurance.

    Les risques de lassureur commencent au moment o les facults assures, conditionnes pour lexpdition, quittent les magasins au point extrme de dpart du voyage assur et finissent au moment o elles entrent dans les magasins du destinataire ou de ses reprsentants ou ayants droit, au lieu de destination dudit voyage.

    6.3.7.2 Autres assurances transports

    1) Les facults ariennes et facults terrestres

    Ce sont les marchandises transportes par voie arienne ou par voie terrestre (routes ou trains).

    2) Les corps de navire

    Il sagit des assurances des navires eux-mmes. On distingue les corps de pche, individuels ou en flottille, les corps de commerce, incluant les tankers, supertankers et mthaniers, les corps de navires de passagers et les bateaux de plaisance.

    Les contrats corps de navire sont des multirisques couvrant, outre les navires eux-mmes, la responsabilit des propritaires et navigants.

  • 100

    3) Les corps daronefs

    On distingue les corps daronefs en fonction de la taille, de la motorisation et de lusage.

    6.4 Les assurances de personnes

    Par opposition aux assurances de biens, dautres assurances couvrent les personnes.

    On peut les distinguer selon leurs couvertures :

    1. en cas de vie, en cas de dcs ou par une combinaison des deux dans les contrats mixtes, ce sont des contrats dassurance et des contrats dpargne,

    2. en cas de maladie ou en cas daccident corporel, ce sont des contrats dassurance classiques (assurances maladie et accident).

    6.4.1 Assurance en cas de vie

    6.4.1.1 Assurance retraite

    1) Le risque

    Cest une pargne souscrite titre individuel ou par adhsion un groupe.

    Le contrat peut prvoir au choix de lassur le versement dune retraite complmentaire 60 ans sous forme de rente viagre sous forme de capital.

    Dans les deux cas (rente ou capital), le contrat comprend une clause permettant de rembourser les cotisations verses ou lpargne acquise lors du dcs prmatur de lassur.

    2) La couverture

    a) La retraite anticipe

    Une retraite anticipe avant lge de 60 ans est possible pour les assurs gs de 50 ans.

  • 101

    Guide des Assurances en Algrie

    b) La rversion de la rente

    Une pension de rversion gale 60 % de la pension de lassur dcd peut tre verse au bnficiaire dsign dans le contrat.

    c) La cotisation

    La cotisation en cause dpendra de la rente choisie, de la dure du contrat et de lge au moment de la souscription. Elle peut tre unique ou priodique. Dans le dernier cas, elle est payable terme chu le premier jour du trimestre civil.

    6.4.1.2 Les assurances de groupe

    1) Le risque

    Le contrat dassurance de groupe est souscrit par une personne morale ou chef dentreprise en vue de ladhsion dun ensemble de personnes rpondant aux conditions dfinies au contrat pour la couverture dun ou plusieurs risques relatifs aux assurances de personnes.

    Elle peut tre contracte dans le cadre dune convention collective couvrant par exemple une catgorie de personnel (cadres, cadres suprieurs, etc.), peut tre une couverture dactivit commune de caractre non professionnel ou encore une couverture caractre conomique telle que les oprations de crdit.

    2) Les garanties de base

    a) Le dcs

    En cas de dcs de lassur, le paiement dun capital est garanti au(x) bnficiaire(s) dsign(s).

    b) Linvalidit permanente totale

    Est considr comme atteint dune invalidit permanente et totale, tout assur class par la Scurit sociale dans la catgorie du troisime groupe. La compagnie verse lassur par anticipation le capital prvu en cas de dcs.

    3) Les garanties complmentaires

    Le dcs conscutif un accident : lorsque le dcs de lassur est conscutif

  • 102

    un accident, un capital supplmentaire sera vers au(x) bnficiaire(s).

    Le dcs conscutif un accident de la circulation : lorsque le dcs de lassur est conscutif un accident de la circulation, il sera rgl un capital supplmentaire cumulable aux garanties cites ci-dessus.

    La rentes ducation : suite au dcs de lassur, ces rentes sont destines faire face lentretien des orphelins jusqu lge de 18 ou 21 ans ou jusqu la fin des tudes.

    Lincapacit temporaire : lassurance garantit le paiement dune indemnit quotidienne lassur qui, par suite dune maladie ou daccident, est dans lobligation de cesser son activit.

    Linvalidit : lorsque lassur est atteint dune incapacit permanente de travail qui ne lui permet plus de tirer un revenu de son travail, lassurance lui garantit une rente dinvalidit.

    La maladie et soins annexes : cette assurance garantit le remboursement des frais de traitements mdicaux occasionns par une maladie ou un accident dont lassur pourrait tre atteint ou victime.

    6.4.2 Assurance temporaire dcs

    Ce contrat prvoit le versement au bnficiaire dsign dun capital au dcs de lassur, le dcs devant survenir avant une date dtermine.

    Linvalidit permanente et totale de lassur entrane le paiement anticip du capital si elle survient avant le terme du contrat et avant lge de 60 ans.

    Cette assurance rpond au besoin de prserver la famille pendant quelques annes, par exemple aussi longtemps que les enfants ne sont pas levs.

    Il existe galement des temporaires dcs au capital dcroissant, particulirement indiques lorsque le contrat est souscrit en garantie dune dette amortissable.

    6.4.3 Individuelle voyages

    Il sagit dune assurance qui couvre le dcs, la maladie et une assistance ltranger pour le rapatriement de la personne ou du corps. Cest une assurance qui nest pas obligatoire mais qui simpose en fait. A titre dexemple, lentre sur

  • 103

    Guide des Assurances en Algrie

    le territoire Schengen ne peut se faire que sur la production dune attestation dassurance spcifique couvrant les frais mdicaux et le rapatriement.

    6.4.3.1 Le risque

    Cest un contrat qui garantit lassur en cas daccidents survenus en cours de voyages, privs ou daffaires. Cest une assurance qui est de fait limite dans le temps.

    6.4.3.2 La couverture

    Dcs : si lassur dcde suite un accident, soit immdiatement soit dans un dlai maximum dun an compter de laccident, la compagnie verse le capital convenu au(x) bnficiaire(s) dsign(s) au contrat.

    Infirmit permanente : lorsque laccident entrane une infirmit permanente dans les douze mois qui suivent laccident, il est vers lassur, selon le degr de cette infirmit, le capital convenu ou une proportion de ce capital dtermine daprs le barme des invalidits fix au contrat.

    Frais de rapatriement : la compagnie garantit les frais de rapatriement du corps de lassur dcd la suite dun accident couvert et dans les limites fixes au contrat.

    6.4.4 Individuelle accident

    6.4.4.1 Le risque

    Ce contrat a pour objet de garantir le paiement des sommes assures dans les cas o lassur serait victime daccidents tant au cours de sa vie professionnelle quen dehors de celle-ci.

    Il importe de souligner que lvnement dommageable est dfini comme toute atteinte corporelle non intentionnelle de la part de lassur, et provenant de laction soudaine dune cause extrieure.

    La garantie est valable dans le monde entier pour les indemnits dues en cas de dcs ou dincapacit permanente.

  • 104

    6.4.4.2 La couverture

    Dcs : si lassur meurt des suites dun accident, soit immdiatement soit dans un dlai maximum dun an compter de laccident, la compagnie verse le capital convenu au(x) bnficiaire(s) dsign(s) au contrat.

    Infirmit permanente : lorsque laccident entrane une infirmit permanente, dans les douze mois qui suivent laccident, il est vers lassur, selon le degr de cette infirmit, le capital convenu ou une proportion de ce capital dtermine daprs le barme des invalidits fix au contrat.

    Incapacit temporaire : lorsque lassur est dans limpossibilit dexercer son activit, il lui sera vers lindemnit journalire convenue, compter du point de dpart stipul et jusqu gurison ou consolidation, mais au plus jusquau 365e jour qui suit laccident.

    Frais mdicaux : la compagnie assure le remboursement lassur des dpenses engages jusqu concurrence des limites fixes.

  • 105

    Guide des Assurances en Algrie

    CHAPITRE 7 LES SINISTRES DASSURANCES

    7.1 Introduction

    En matire de sinistralit, la branche automobile occupe une place encore trop importante.

    Sagissant de la mortalit due aux accidents de la route, elle est de 1,4 pour 10 000 vhicules en France, alors quelle atteint le chiffre record de 10 pour 10 000 vhicules en Algrie.

    Le montant des indemnisations pour la branche automobile a t de 18 milliards de dinars en 200714 sur un total toutes branches dun peu plus de 25 milliards.

    Par socit, en 2007, la SAA est en tte du palmars avec 34 % des indemnisations, devant la CAAT (22 %) et la CAAR (16 %).

    Avec une part de march de 46 %, la branche automobile totalise 71 % des rglements du march, soit plus des 2/3 des sinistres pour moins de la moiti des primes.

    Ces simples chiffres montrent lvidence que ce sont en fait les autres branches qui subventionnent la branche automobile.

    Le dveloppement du march entier ncessite sans doute une revalorisation des tarifs de responsabilit ainsi quune rvision des procdures de gestion et de contrle, qui sont les paramtres qui participent le plus lamlioration de la sinistralit exprime comme le rapport entre les cots des sinistres et les encaissements de primes. Dautres facteurs peuvent paratre dterminants tels que lducation des conducteurs, ltat des routes, ltat des vhicules, la qualit des pices dtaches et des rparations, et pour finir la vtust du parc automobile. Limpact des sinistres des autres branches dassurance est amoindri par leur prise en charge par les rassureurs dans le cadre des traits ou des contrats facultatifs.14 Chiffres, rapport annuel, 2007, direction des assurances, ministre des Finances.

  • 106

    7.2 Prise en charge des sinistres de la branche automobile

    7.2.1 Lobligation de dclaration du sinistre

    Sous peine de dchance, sauf cas fortuit ou de force majeure, lassur doit, dans les 7 jours ouvrables de la date laquelle il a eu connaissance dun sinistre affectant lune des garanties souscrites, procder, par crit ou oralement contre rcpiss, la dclaration du sinistre.

    Sil sagit dun vol, ce dlai est rduit 3 jours ouvrables.

    7.2.2 Le droit des victimes

    Les victimes dun accident de la circulation disposent dun droit indemnisation contre lauteur du dommage.

    Si laccident a mis en cause plusieurs auteurs, ceux-ci sont responsables in solidum envers la victime qui peut donc sadresser nimporte lequel des coauteurs pour lui demander rparation de manire intgrale. Celui qui aura rpar, aura un recours contre les autres coauteurs pour obtenir le remboursement correspondant leur part de responsabilit dans laccident.

    En tout tat de cause, le recours ne doit pas priver la victime dune rparation intgrale.

    7.2.2.1 Indemnisation des dommages matriels

    Le bnficiaire de lindemnit est le propritaire du vhicule assur.

    Lindemnisation verse par lassureur ne pourra tre suprieure la valeur des biens garantis au jour du sinistre : cest le principe indemnitaire dfini par la loi.

    Les dommages sont valus de gr gr par un expert. En cas de contestation de lvaluation des dommages, lassur a la possibilit de se faire assister par un expert.

    Si les experts de lassureur et de lassur ne parviennent pas un accord, ils font appel un troisime et oprent en commun et la majorit des voix.

  • 107

    Guide des Assurances en Algrie

    7.2.2.2 Montant et limite de lindemnit

    Lessentiel de lindemnisation est celle des dommages directement subis par le vhicule. On parle de valeur de remplacement (en cas de destruction, somme ncessaire lacquisition dun bien quivalent), diffrencier de la valeur vnale qui correspond au prix quaurait retir le propritaire de la vente de ce vhicule, infrieure la valeur de remplacement.

    Lindemnit est gale au montant des rparations dans la limite de la valeur vnale du vhicule assur, dduction faite du prix de lpave si le vhicule nest pas rpar.

    7.2.2.3 Dispositions spciques relatives au vol

    En rgle gnrale, si le vhicule est retrouv dans un dlai de 30 jours compter de la rception de la dclaration, lassur sengage en reprendre possession. Lindemnit verse est gale la valeur du vhicule augmente des frais engags pour la rcupration du vhicule.

    Si le vhicule nest pas retrouv dans le dlai de 30 jours compter de la rception de la dclaration, lassureur verse une indemnit gale sa valeur vnale, augmente des frais engags par lassur pour la rcupration du vhicule.

    Si le vhicule est rcupr ultrieurement, lassur aura, dans les 30 jours, la facult den reprendre possession moyennant le remboursement de lindemnit, sous dduction dune somme correspondant aux dommages et aux frais garantis.

    7.2.2.4 Lapplication dune franchise

    Le plus souvent, lassur conserve sa charge une franchise pour tout sinistre mettant en jeu les garanties contractuelles de base et complmentaires.

    Lorsque plusieurs garanties sont mises en jeu loccasion dun mme sinistre, lassur conserve sa charge les franchises correspondantes.

  • 108

    7.2.2.5 Subrogation

    Aprs rglement des indemnits dues au titre des garanties choisies, lassureur est subrog dans les droits et actions de lassur pour agir contre le responsable des dommages. Lassureur dispose auprs du responsable dune action en remboursement des indemnits verses lassur.

    7.2.2.6 La sauvegarde des droits des victimes

    Ne sont pas opposables aux victimes ou leurs ayants droit :

    1. les dchances lexception de la suspension rgulire de la garantie pour non-paiement de la cotisation de lassur,

    2. la rduction de lindemnit en cas de dclaration inexacte ou incomplte du risque,

    3. les exclusions portant notamment sur le dfaut ou la non-validit du permis de conduire et le transport des passagers dans des conditions de scurit insuffisante.

    Dans tous les cas, lassureur indemnise la ou les victime(s) ou leurs ayants droit pour le compte du ou des responsable(s). Il exerce ensuite contre celui-ci (ceux-ci) une action en remboursement de toutes les sommes verses.

    7.2.2.7 Les cas de refus, par lassureur, de paiement dun sinistre

    Le refus de rglement dun sinistre peut se rencontrer dans deux cas :

    1. La nullit du contrat : elle est prononce en cas de fausse dclaration effectue de mauvaise foi puisquil y a changement de lobjet du risque ou diminution de lopinion pour lassureur. Cette nullit du contrat nassure plus aucune garantie incombant lassureur en cas de sinistre. Par ailleurs, lassureur est en droit de conserver les cotisations encaisses et chues.

    2. Labsence dassurance : en dpit dune apparence dassurance, lors dun sinistre, lautomobiliste a pu prsenter une attestation dassurance valant prsomption dassurance. Cependant, lassureur est autoris faire tomber

  • 109

    Guide des Assurances en Algrie

    cette prsomption en amenant la preuve que la garantie nest pas due. Cest le cas lorsque la garantie a t suspendue ou que le contrat a t rsili pour dfaut de paiement des primes.

    7.2.3 Linopposabilit des restrictions de garanties la victime

    Lassurance automobile est particulirement protectrice eu gard la victime. En effet, la franchise est inopposable la victime.

    Cette rgle sexplique par le souhait dviter la victime la ncessit dun double recours : contre lassureur pour lessentiel, contre le responsable, probablement insolvable, pour le montant de la franchise.

    7.3 Le sinistre dans les autres branches

    Lassurance des biens donne lassur, en cas dvnement prvu par le contrat, le droit une indemnit selon les conditions dassurance. Cette indemnit ne peut dpasser le montant de la valeur de remplacement du bien assur au moment du sinistre.

    Il peut tre stipul que lassur supportera une dduction fixe davance sur lindemnit sous forme de franchise.

    Lassurance ne peut tre une cause de bnfice pour lassur. En effet, cette dernire ne lui garantit que la rparation de ses pertes relles ou de celles dont il est responsable. La somme assure ne pouvant tre considre comme preuve de la valeur, au moment du sinistre, des biens sinistrs, lassur est tenu den justifier par tous les moyens et documents en son pouvoir, ainsi que de limportance du dommage.

    Lindemnit due lassur, la suite dun sinistre, rsulte dun accord amiable entre lassureur et lassur victime du dommage sur ltat et le montant des pertes ou dune expertise.

    7.3.1 Les obligations

    En cas de sinistre, lassur doit :

    1. aviser, par crit ou verbalement contre rcpiss, lassureur, et ce, ds quil

  • 110

    a eu connaissance du sinistre, et au plus tard dans les sept jours, sauf cas fortuit ou de force majeure,

    2. prendre immdiatement toutes les mesures ncessaires pour en limiter limportance, sauvegarder les biens garantis et veiller leur conservation,

    3. observer les obligations dont il a t convenu avec lassureur et celles dictes par la lgislation en vigueur, notamment en matire dhygine et de scurit pour en limiter ltendue,

    4. donner toutes les explications exactes concernant ce sinistre et son tendue dans une dclaration qui doit indiquer en outre la date de survenance du sinistre, les circonstances du sinistre, ses causes connues ou prsumes, ainsi que la nature et le montant approximatif des dommages,

    5. fournir lassureur un tat estimatif, certifi sincre et sign par lui, des objets assurs endommags, dtruits et sauvs.

    7.3.2 Les procdures dexpertise

    Lorsquune expertise est juge ncessaire par lassureur, elle doit tre diligente dans un dlai maximum de sept jours partir de la rception du sinistre.

    Dans le cas contraire, les deux parties disposent dun dlai de trois mois pour conclure un accord amiable sur la base des documents justificatifs permettant le rglement du sinistre.

    Au-del du dlai de rglement vis ci-dessus, lassur peut rclamer, outre lindemnit due, des dommages et intrts.

    En cas de dsaccord sur lexpertise, chacune des parties choisit un expert. Si les experts dsigns ne sont pas daccord, ils sadjoignent un troisime expert. Les trois experts oprent en commun et la majorit des voix. Faute par lune des parties de nommer son expert ou par les deux experts de sentendre sur le choix du troisime, la dsignation sera effectue par le tribunal dans le ressort duquel le sinistre sest produit.

    Chaque partie paie les frais et honoraires de son expert et, sil y a lieu, la moiti des honoraires du tiers expert.

  • 111

    Guide des Assurances en Algrie

    7.3.3 Dlaissement et sauvetage

    Lassur ne peut faire aucun dlaissement des objets garantis, sauf convention contraire aux conditions particulires. Le sauvetage reste sa proprit mme en cas de contestation sur sa valeur.

    Lindemnit payable lassur est calcule dduction faite de la valeur des objets rcuprables.

    En cas de sinistre, les frais ncessaires et raisonnables engags par lassur en vue den limiter les consquences, de prserver les objets non atteints et de retrouver les objets disparus seront pris en compte par lassureur.

    7.3.4 Rglement et paiement de lindemnit

    Lassureur est tenu de rgler lindemnit due dans les trente jours qui suivent le dpt du rapport dfinitif de lexpert.

    Dans ce cas, lexpert doit, sauf cas de force majeure, fournir son rapport dans les trois mois de sa dsignation.

    Au-del des dlais viss ci-dessus, lassur peut rclamer, outre lindemnit due, des dommages et intrts.

    7.4 La lutte contre la fraude lassurance

    On distingue deux types de fraude lassurance :

    1. La fraude qui relve du grand banditisme, fraude de professionnels pratique de faon internationale. Il sagit par exemple des vhicules vols pour tre maquills et revendus ou exports.

    2. La fraude pratique par lassur.

    En nombre, les fraudes du deuxime type sont les plus importantes, mais pas forcment en volume o les grosses fraudes psent trs lourd financirement.

    Le seul moyen de luttes efficaces contre les fraudes massives est la mise en place de systmes de surveillance des portefeuilles, permettant didentifier et de rsilier les contrats des fraudeurs, sans prjudice des poursuites pnales.

  • 112

    Cela passe la fois par un contrle troit de la frquence des sinistres par type, catgorie, profil dassur, etc., et galement par un suivi rigoureux de lvolution du cot moyen des sinistres, l encore par type, rgion, agence, garage, etc.

    Pour mieux lutter contre la fraude un niveau de march, les socits algriennes se sont organises et ont cr une filiale spcialise appele ALFA pour Agence de lutte contre la fraude lassurance, travaillant en troite collaboration avec les services de police.

    7.5 Contentieux et jurisprudence

    7.5.1 Procdures en matire automobile

    7.5.1.1 Dispositions spciales aux garanties responsabilit civile

    En cas daction porte devant les juridictions civiles, commerciales ou administratives et diriges contre lassur, la compagnie assure sa dfense et dirige le procs.

    En cas daction porte devant les juridictions pnales, si la ou les victimes nont pas t dsintresses, la compagnie se rserve la facult de diriger sa dfense ou de sy associer.

    Devant les juridictions pnales, la compagnie pourra, toujours au nom de son assur civilement responsable, exercer toutes voies de recours.

    7.5.1.2 Dispositions spciales aux garanties dommages prouvs par le vhicule assur

    En cas de contestation portant sur le montant des rparations remboursables au titre de la garantie dfense-recours, chaque partie nomme un expert.

    Si les experts ne peuvent se mettre daccord, ils sadjoignent un troisime expert. Ainsi forms, les experts oprent en commun la majorit des voix.

    Faute de nomination par une partie ou dentente sur la nomination du troisime expert, la nomination est faite par le prsident du tribunal du lieu du sinistre.

    Chaque partie supporte les honoraires et frais de nomination de son expert ainsi que la moiti des honoraires et frais de nomination du troisime.

  • 113

    Guide des Assurances en Algrie

    7.5.1.3 Dispositions spciales la garantie dfense recours

    En cas de dsaccord entre la compagnie et lassur sur lopportunit dengager ou de poursuivre une action judiciaire, le diffrend est soumis deux arbitres dsigns par chacune des parties.

    Si les deux arbitres ne peuvent se mettre daccord, le diffrend est rgl selon la procdure dcrite ci-dessus.

    Si, contrairement lavis des arbitres, lassur plaide son compte et obtient une solution plus favorable que celle propose par les arbitres, la compagnie lui rembourse, sur justification, les frais exposs dans la mesure o ils nont pas t mis la charge de ladversaire.

    7.5.1.4 Dispositions spciales aux garanties contractuelles

    Ces dispositions sont en faveur des occupants du vhicule assur. En cas de contestation dordre mdical portant sur les causes ou les consquences du sinistre, le diffrend est soumis deux mdecins dsigns par chacune des parties.

    Si les deux mdecins ne peuvent se mettre daccord, le diffrend est rgl selon la procdure dcrite plus haut.

    7.5.1.5 Le barme dinvalidit

    En cas dinfirmit permanente partielle ou totale, le degr dinvalidit est dtermin sur la base dun barme dinvalidit, comme suit :

    En cas dincapacit permanente totale

    - Perte totale des deux yeux 100 %

    - Alination mentale incurable et totale 100 %

    - Perte des deux bras ou des deux mains 100 %

    - Surdit complte des deux oreilles dorigine traumatique 100 %

    - Ablation de la mchoire infrieure 100 %

  • 114

    - Perte de la parole 100 %

    - Perte dun bras et dune jambe 100 %

    - Perte dun bras et dun pied 100 %

    - Perte dune main et dune jambe 100 %

    - Perte dune main et dun pied 100 %

    - Perte des deux jambes 100 %

    - Perte des deux pieds 100 %

    En cas dincapacit permanente partielle tte

    - Perte de substance osseuse du crne dans toute son paisseur, surface dau moins 6 centimtres carrs 40 %

    - Ablation partielle de la mchoire infrieure branche montante en totalit ou moiti du corps du maxillaire 40 %

    - Perte dun il 40 %

    - Surdit complte dune oreille 30 %

    En cas dincapacit permanente partielle

    Membre suprieur

    - Droit/Gauche ( inverser pour un gaucher) 60 %-50 %

    - Perte de substance osseuse tendue du bras (lsion dfinitive et incurable) 40 %-50 %

    - Paralysie totale du membre suprieur (lsion incurable des nerfs) 65 %-55 %

    - Paralysie complte du nerf circonflexe 20 %-15 %

    - Ankylose de lpaule 40 %-30 %

    - Ankylose du coude (en position favorable 15 degrs autour de langle droit) 25 %-20 %

    - Ankylose du coude (en position dfavorable) 40 %-35 %

    - Perte de substance osseuse tendue des deux os de lavant-bras

  • 115

    Guide des Assurances en Algrie

    (lsion dfinitive et incurable) 40 %-30 %

    - Paralysie complte du nerf mdian 45 %-35 %

    - Paralysie complte du nerf de torsion 40 %-35 %

    - Paralysie complte du nerf radial la gouttire de torsion 40 %-35 %

    - Paralysie complte radiale lavant-bras 30 %-25 %

    - Paralysie complte radial la main 20 %-15 %

    - Paralysie complte cubitale 30 %-25 %

    - Ankylose du poignet en position favorable (dans la rectitude et en pronation) 20 %-15 %

    - Ankylose du poignet en position dfavorable (flexion ou extension force ou en supination) 30 %-25 %

    - Perte totale du pouce 20 %-15 %

    - Perte partielle du pouce (phalange unguale) 10 %-5 %

    - Ankylose totale du pouce 20 %-15 %

    - Amputation totale de lindex 15 %-10 %

    - Amputation de deux phalanges de lindex 10 %-8 %

    - Amputation de la phalange unguale de lindex 5 %-3 %

    - Amputation simultane du pouce et de lindex 35 %-25 %

    - Amputation du pouce et dun doigt autre que lindex 25 %-20 %

    - Amputation de deux doigts autres que le pouce et lindex 2 %-8 %

    - Amputation de trois doigts autres que le pouce et lindex 20 %-8 %

    - Amputation de quatre doigts y compris le pouce 45 %-40 %

    - Amputation de quatre doigts, le pouce tant conserv 40 %-35 %

    - Amputation du mdius 10 %-8 %

    - Amputation dun doigt autre que le pouce, lindex et le mdius 7 %-3 %

    Membre infrieur

    - Amputation de cuisse (moiti suprieure) 60 %

    - Amputation de cuisse (moiti infrieure) et de jambe 50 %

  • 116

    - Perte totale du pied (dsarticulation tibio-tarsienne) 45 %

    - Perte partielle du pied (dsarticulation sous-astragalienne) 40 %

    - Perte partielle du pied (dsarticulation mdico-tarsienne) 35 %

    - Perte partielle du pied (dsarticulation tarso-mtarsienne) 30 %

    - Paralysie totale du membre infrieur (lsion incurable des nerfs) 60 %

    - Paralysie complte du nerf sciatique poplit externe 30 %

    - Paralysie complte du nerf sciatique poplit interne 20 %

    - Paralysie complte des deux nerfs (sciatique, poplit, externe et interne) 40 %

    - Raccourcissement du membre infrieur de 3 5 cm 20 %

    - Raccourcissement du membre infrieur de 1 3 cm 10 %

    - Amputation totale de tous les orteils 25 %

    - Amputation totale de 4 orteils, dont le gros orteil 20 %

    - Amputation de quatre orteils 10 %

    - Ankylose du gros orteil 10 %

    - Amputation de deux orteils 5 %

    - Amputation dun orteil (autre que le gros) 3 %

  • 117

    Guide des Assurances en Algrie

    CHAPITRE 8 LES ACTEURS DU MARCH DE LASSURANCE

    8.1 Introduction

    Plusieurs professions sont ici considres. En premier lieu les professionnels chargs de la vente des contrats dassurances. Souvent, ils effectuent une partie de la gestion du contrat, allant de la proposition dassurance la gestion complte de la relation entre lassur et la compagnie, y compris en cas de sinistre. Ce sont essentiellement les agents et courtiers.

    Ensuite, dautres professionnels interviennent, en amont ou en aval de la production des contrats. Cest le cas des experts et Risk Managers, professionnels en charge de lvaluation des biens assurer et du conseil en assurance.

    Ces mmes experts interviennent galement en cas de sinistre pour valuer le montant des dommages.

    Des mdecins peuvent tre saisis dans lvaluation lorsque les dommages touchent les personnes.

    Des avocats spcialiss peuvent enfin intervenir en cas de litiges impliquant soit une ngociation, soit un arbitrage ou mme lorsque une instance judiciaire est engage.

    Sagissant de la vente, le rseau de distribution de lassurance est compos de quatre types dintervenants :

    1. Les compagnies elles-mmes disposent dun rseau tendu de points de vente, dits agences directes. Ce sont des salaris des compagnies qui assurent la vente des produits. Cette situation rsulte de lancien monopole o seules les compagnies dassurances publiques pouvaient intervenir sur le march. De ce fait, ce rseau est trs prsent chez les assureurs publics traditionnels, encore que lvolution rcente consiste transformer les points de vente directs en agences. Pour leur part, les nouveaux assureurs se partagent entre la constitution dun rseau form de salaris et le recours des agents gnraux. Les conditions daccs limitent le dveloppement grande chelle de cette forme de distribution.

  • 118

    2. Le deuxime rseau de distribution est constitu des agents gnraux. Ce sont des mandataires commissionns des compagnies dassurances, habilits distribuer tout ou partie des produits de la compagnie. Beaucoup dagents gnraux sont danciens cadres des compagnies publiques.

    3. Les courtiers dassurance sont mandataires des assurs pour lesquels ils recherchent auprs des diffrentes compagnies du march les meilleures couvertures aux meilleurs prix. Dans la pratique, les courtiers travaillent avec un nombre limit de compagnies. Ils sont peu nombreux, mais leur nombre est en progression constante et ils sont maintenant reprsents au niveau du Conseil national des assurances.

    4. Enfin, rcemment, est apparue une quatrime forme de distribution des produits dassurance. Il sagit de la bancassurance. Ici, ce sont des guichetiers forms cet effet qui, dans le cadre du rseau de distribution bancaire, proposent aux clients de la banque des produits dassurance.

    Pour lanne 2007, le rseau de distribution tait constitu comme suit :

    En millions de dinars

    Rseau direct Rseau des intermdiaires

    Total gnralAGA Courtiers Total

    Production 41 972 9032 2785 11 817 53 789Part 78 % 17 % 5 % 22 % 100 %Nombre 847 433 24 457 1304

    Source : Rapport annuel, 2007, direction des assurances, ministre des Finances

    Lvolution de la structure de la production du rseau commercial des assurances a, durant ces dernires annes (voir tableau ci-dessous), enregistr une hausse, lgrement en faveur des rseaux des intermdiaires.

    Rseau direct Rseau des intermdiaires

    Total gnralAGA Courtiers Total

    2002 82 % 16 % 2 % 18 % 100 %2003 83 % 14 % 3 % 17 % 100 %2004 79 % 17 % 4 % 21 % 100 %2005 78 % 19 % 3 % 22 % 100 %2006 77 % 19 % 4 % 23 % 100 %2007 78 % 17 % 5 % 22 % 100 %

    Source : Rapport annuel, 2007, direction des assurances, ministre des Finances

  • 119

    Guide des Assurances en Algrie

    8.2 Les institutions en charge des assurances

    Le lgislateur a prvu un cadre institutionnel organis autour de trois institutions autonomes titre principal : le Conseil national des assurances (CNA), un organe de centralisation des risques dit Centrale des risques et enfin la Commission de supervision des assurances (CSA). Les pouvoirs publics y tiennent un rle dterminant.

    Cette organisation multipartite est la marque de la volont des pouvoirs publics dinscrire le secteur dans un cadre juridique qui a pour objectifs la fois la protection des intrts des assurs et le dveloppement du secteur des assurances qui se veut social et conomique.

    8.2.1 Le ministre des Finances

    Celui-ci intervient pour dlivrer lautorisation pralable pour louverture en Algrie de succursales dassurances trangres et pour louverture de bureaux de reprsentation des socits dassurances et/ou de rassurance.

    Louverture de succursales trangres est soumise lautorisation pralable sous rserve du principe de rciprocit.

    Cest galement le ministre qui agre une association professionnelle dassureurs de droit algrien laquelle les socits dassurances et/ou de rassurances trangres sont tenues dadhrer.

    Pour rappel15, les socits dassurances et/ou de rassurance ne peuvent exercer leur activit quaprs avoir obtenu lagrment du ministre.

    Le ministre des Finances agre pareillement une association professionnelle des agents gnraux et des courtiers, comme il tablit la liste des documents que les socits dassurances et/ou de rassurance doivent fournir la CSA.

    Sagissant des recours dont disposent les assureurs, le refus dagrment de la part du ministre des Finances peut faire lobjet dun recours devant le Conseil dEtat16.

    8.2.2 Le Conseil national des assurances (CNA)

    Le CNA se dfinit comme le cadre de concertation entre les diverses parties impliques dans lactivit de lassurance : les assureurs et intermdiaires 15 Cf. chapitre 2, supra.16 Il en est de mme des dcisions prises par la CSA en matire de dsignation dun administrateur provisoire (cas

    o la socit met en pril les intrts des assurs et des bnficiaires des contrats dassurances).

  • 120

    dassurance, les assurs, les pouvoirs publics et enfin le personnel exerant dans le secteur. Mais aussi comme force de rflexion et de proposition, organe consultatif des pouvoirs publics et centre de conception et de ralisation des tudes techniques.

    8.2.2.1 Organisation du CNA

    Les attributions, lorganisation, la composition et le fonctionnement du CNA sont dfinis par les dispositions du dcret excutif n 95-339, modifi et complt par le dcret excutif n 07-137 du 19 mai 2007.

    Le CNA est prsid par le ministre des Finances. Le Conseil comprend une assemble dlibrante et quatre commissions techniques. Le Conseil a comptence pour en instituer dautres. Enfin, le Conseil est financ par les socits et intermdiaires dassurances.

    Son mode de fonctionnement est le suivant :

    1) Une assemble

    Le Conseil est une assemble constitue des reprsentants de diverses parties :

    1. le prsident de la Commission de supervision des assurances,

    2. le directeur des assurances au ministre des Finances,

    3. un reprsentant de la Banque dAlgrie ayant au moins rang de directeur gnral,

    4. un reprsentant du Conseil national conomique et social,

    5. quatre reprsentants des socits dassurances dsigns par leur association et ayant rang de dirigeant principal,

    6. deux reprsentants des intermdiaires dassurance, lun pour les agents gnraux et lautre pour les courtiers dsigns par leurs pairs,

    7. un expert en assurance dsign par le ministre des Finances,

    8. un reprsentant des experts agrs par lassociation des assureurs et de rassureurs et dsign par elle,

    9. un reprsentant des actuaires dsign par ses pairs,

  • 121

    Guide des Assurances en Algrie

    10. deux reprsentants des assurs, dsigns par leurs associations ou organismes les plus reprsentatifs,

    11. deux reprsentants des personnels du secteur des assurances dont lun reprsentant les cadres dsigns par les organes habilits.

    2) Des commissions

    1. La Commission dite agrment. La Commission a pour objet dmettre un avis, consign dans un procs-verbal, sur tout octroi ou retrait dagrment et se prononce au vu du dossier de demande dagrment qui lui est prsent par la direction des assurances du ministre des Finances. Son avis ne lie pas le ministre des Finances. La Commission est compose de reprsentants du ministre de la Justice, de ladministration fiscale, de la Banque dAlgrie, de lassociation des socits dassurances et de rassurance, de lassociation des courtiers dassurance. Enfin, elle est prside par le directeur de la direction des assurances du ministre des Finances. Elle se runit sur convocation de son prsident autant de fois que ncessaire.

    Lorsque la Commission est charge de traiter un dossier de retrait dagrment, sur la demande du prsident de la Commission, le dirigeant principal ou le courtier concern peuvent tre admis assister la runion afin de fournir tout complment dinformation ncessaire la prise de dcision.

    Lagrment est accord ou refus selon les lments du dossier qui permettent dapprcier les conditions de faisabilit et de solvabilit de la socit. Les dcisions sont fondes au regard des conditions de forme dictes par la lgislation en vigueur et aussi sur le souci de protection des assurs et de la prennit de lentreprise dassurances et/ou de rassurance (art. 17 de son rglement intrieur).

    2. Les autres commissions techniques :

    La Commission protection des intrts des assurs et de la tarification. Cette commission est charge dmettre des avis et des recommandations en matire de protection des intrts des assurs, sur tout projet li la tarification des risques, dexaminer et dmettre des avis sur tout dossier en relation avec son domaine de comptence.

    La Commission dveloppement et organisation du march. Cette

  • 122

    commission a pour mission de faire des recommandations ou dmettre des avis en matire dorganisation du march des assurances, dtre consulte sur la situation gnrale du secteur. Elle est, par ailleurs, comptente pour proposer des recommandations en matire de dispositions professionnelles particulires.

    La Commission juridique. Son rle est dexaminer et dmettre un avis sur tout texte lgislatif ou rglementaire rgissant lactivit de lassurance, ainsi que dmettre des recommandations portant amlioration ou actualisation de la lgislation en vigueur en matire dassurance. Les membres de la Commission sont choisis par leurs pairs au sein du Conseil national des assurances (voir ci-dessus composition du CNA).

    3) Un secrtariat permanent

    Les missions du secrtariat ne sont pas expressment prvues par la loi. Larticle 11 du dcret n 95-339 du 30 octobre 1995 modifi par le dcret excutif n 07-137 du 19 mai 2007 portant attribution, composition, organisation et fonctionnement du Conseil national des assurances dispose seulement la nomination du secrtaire. Ce dernier est nomm par le prsident du Conseil national des assurances conformment son rglement intrieur.

    Le rglement intrieur dtermine son rle. Le secrtariat veille la coordination des travaux intrieurs du Conseil, centralise les donnes et procde toutes tudes ou travaux prescrits par le Conseil (article 25 du rglement). Par ailleurs, il est tenu dlaborer des plans dactions court et moyen terme, dresse son rapport dactivits et celui du Conseil.

    Hormis celles qui ont trait son rle classique de secrtariat gnral (tches de secrtariat, organisation de rencontres, sminaires, etc.), les activits du secrtariat dcoulent de celles dvolues au Conseil, cest--dire les activits de reprsentation des acteurs, dinformation et de concertation, de formation de solutions consensuelles, de production de rgles et de normes professionnelles.

    8.2.2.2 Missions

    1) Un organe consultatif

    Le Conseil, conformment aux textes, dlibre sur toutes questions relatives

  • 123

    Guide des Assurances en Algrie

    la situation, lorganisation et le dveloppement de lactivit dassurances et de rassurance, soit par son prsident (le ministre des Finances), soit la demande de la majorit de ses membres.

    Par ailleurs, il peut tre saisi, par le prsident du Conseil, davant-projets de textes lgislatifs ou rglementaires qui relvent de ses comptences. Il peut se saisir lui-mme, de sa propre initiative.

    2) Un organe de concertation

    Le Conseil propose aux pouvoirs publics toutes actions ou toutes propositions qui ont pour objectifs de mettre en uvre des mesures propres rationaliser le fonctionnement de lactivit ou de sa promotion.

    De la mme faon, il peut proposer des mesures relatives aux rgles techniques et financires qui visent amliorer les conditions gnrales de fonctionnement des socits dassurances et de rassurance ainsi que celles des intermdiaires ; des mesures qui ont trait aux conditions gnrales des contrats dassurances et des tarifs ; des mesures qui tiennent lorganisation de la prvention des risques.

    8.2.3 La centrale des risques

    Les socits dassurances et succursales des socits dassurances trangres doivent fournir la centrale des risques les informations ncessaires laccomplissement de ses missions17.

    Le dcret excutif n 07-138 prcise les contours de sa mission : la centrale collecte et centralise les informations relatives aux contrats dassurances souscrits auprs des socits dassurances et de rassurance et les succursales dassurances trangres.

    En effet, les socits doivent lui dclarer les contrats quelles mettent. La centrale les informe de tout cas de pluralit dassurances de mme nature et pour un mme risque.

    La centrale des risques est cre auprs du ministre des Finances et rattache la direction des assurances.17 Cf. supra, Chapitre 5.

  • 124

    8.2.4 La Commission de supervision des assurances (CSA)

    8.2.4.1 Missions

    La Commission de supervision des assurances, par dispositions de larticle 209 de lordonnance (modifi par la loi 06-04), est lorgane qui exerce le contrle de lEtat sur lactivit des assurances. Ses fonctions sont :

    - protger les intrts des assurs et bnficiaires de contrat dassurance, en veillant la rgularit des oprations dassurance ainsi qu la solvabilit des socits dassurances,

    - promouvoir et dvelopper le march national des assurances, en vue de son intgration dans lactivit conomique et sociale.

    Le dcret excutif n 08-113 du 9 avril 2008 reprend ces fonctions et les fait suivre de lobligation, pour elle, de vrifier les informations sur lorigine des fonds qui ont servi la constitution ou laugmentation du capital social de la socit dassurances et/ou de rassurance.

    Cette Commission est assiste par des inspecteurs dassurance asserments. Ceux-ci sont habilits vrifier sur pice et/ou sur place toutes les oprations relatives lactivit dassurance et/ou de rassurance.

    Le rle de la Commission de supervision des assurances est trs important lorsque la gestion dune socit dassurances et/ou de rassurance menace de mettre en pril les intrts des assurs. A cette fin, elle peut prendre trois types de mesures :

    1. restreindre lactivit de la socit dans une ou plusieurs branches,

    2. restreindre ou interdire la libre disposition dune part de lactif de la socit jusqu mise en uvre de mesures de redressement,

    3. dsigner une administration provisoire qui peut solliciter des expertises dvaluation de tout ou partie de lactif ou du passif li aux engagements de la socit dassurances et/ou de rassurance ainsi que celles des succursales de socits dassurances trangres.

    8.2.4.2 Organisation

    Le prsident de la Commission est nomm par dcret prsidentiel sur proposition du ministre des Finances. Ses fonctions sont incompatibles avec tout mandat

  • 125

    Guide des Assurances en Algrie

    lectif ou toutes fonctions gouvernementales.

    A ct du prsident, la Commission est compose de :

    1. deux magistrats proposs par la Cour suprme,

    2. un reprsentant du ministre des Finances,

    3. un expert en matire dassurance propos par le ministre des Finances.

    Ses dcisions sont prises la majorit des voix des membres prsents, la voix du prsident est prpondrante en cas de partage gal des voix.

    8.2.5 Lorgane de tarication

    Aux fins dlaborer des projets de tarifs, dtudier et dactualiser les tarifs en vigueur, il a t institu un organe de tarification.

    En plus de ces attributions, cet organe est . dmettre des avis sur tout litige en matire de tarifs pour permettre ladministration de contrle de se prononcer. Il est institu auprs du ministre des Finances.

    8.2.6 Le fonds de garantie des assurs

    Ce fonds, ne pas confondre avec le fonds de garantie automobile18, a pour charge de supporter, en cas dinsolvabilit des socits dassurances, toute ou partie des dettes envers les assurs et les bnficiaires des contrats dassurance (article 213 bis ajout par la loi 06-04).

    Le financement de ce fonds est assur par une cotisation annuelle des socits dassurances et/ou de rassurance et des succursales dassurances trangres. Le montant de ce financement ne peut dpasser 1 % des primes mises nette dannulation.

    La loi de finances complmentaire 2008 apporte des modifications de formes. Ainsi, il nest plus rattach au ministre des Finances. Les statuts et les modalits de fonctionnement du fonds seront fixs par voie rglementaire.

    18 Le fonds de garantie automobile a t institu par dcret (D.E. n 04-103 du 5 avril 2004). Il a pour mission de supporter tout ou partie des indemnits alloues aux victimes en cas dinsolvabilit partielle ou totale du responsable des dommages ou sil demeure inconnu.

  • 126

    8.2.7 Les associations professionnelles

    Les socits dassurances, courtiers et agents gnraux sont tenus par la loi dadhrer une association qui a pour objet de reprsenter et de grer les intrts collectifs de ses membres, linformation et la sensibilisation de ses membres et du public (article 214, ord. 95-07, modifi par lart. 33 L. 06-04).

    En fait dassociations, il y a principalement lUAR (Union algrienne des socits dassurances et de rassurance) qui est une association rgie par la loi n 90-31 et qui regroupe toutes les socits dassurances exerant en Algrie. Son rle est reconnu comme important par les professionnels et les institutions du secteur. Elle est reprsente la Commission juridique, la Commission des agrments et lassemble du CNA. Par ses statuts, elle a pour missions de dvelopper lactivit de lassurance, damliorer la qualit de prestation des assureurs, de coordonner les actions communes des membres et de reprsenter les intrts de la corporation aux niveaux national et international.

    A son actif, il faut citer parmi dautres actions, la mise en place de la convention dindemnisation directe des assurs (convention IDA), de la convention de march risques CAT-NAT, la ralisation du fichier national des conducteurs, lintroduction de lactuariat dans le secteur des assurances, la formation dactuaires, etc.

    Les courtiers et les agents gnraux sorganisent de la mme faon que lUAR reprsenter les intrts de leurs professions et contribuer au dveloppement du secteur des assurances.

    Les nouvelles dispositions de lordonnance 95-07 (modifie) traitent de la question des associations professionnelles et disposent que le ministre des Finances [devra] agrer une association professionnelle dassureurs de droit algrien laquelle les socits dassurances et/ou de rassurance et les succursales dassurances trangres agres sont tenues dadhrer.19 Cette association, ainsi agre, aura pour missions de reprsenter et de grer les intrts collectifs de ses membres et de sensibiliser ses adhrents et le public. Elle pourra tre charge des questions lies lactivit de la profession, la lutte contre les entraves la concurrence et peut proposer la Commission de supervision des assurances des sanctions lencontre de ses membres.

    De la mme manire que cette association aurait tre agre, une association des agents gnraux et des courtiers devra ltre tout autant20.

    19 Article 214, ord. 95-07 modifi L. 06-04.20 Id.

  • 127

    Guide des Assurances en Algrie

    8.3 Les assureurs

    On peut classer les socits en socits directes et socits forme mutuelle.

    Parmi les socits directes, certaines oprent dans toutes les branches de lassurance, tandis que dautres sont spcialises.

    8.3.2 Les socits dassurances directes gnralistes

    Les compagnies gnralistes qui oprent dans toutes les branches dassurance sont au nombre de dix en 2007, quatre socits publiques et six socits prives.

    Lordonnance 95-07 (modifie par la loi 06-04) qui impose aux socits de scinder leurs activits en deux socits distinctes, lune pour les activits dommages et lautre pour les activits vie, va de facto entraner la cration dun certain nombre de socits dans lune ou lautre des activits.

    La Compagnie algrienne dassurance et de rassurance, CAAR, est la plus ancienne compagnie du march, spcialise lorigine dans les risques commerciaux et industriels. Elle est aujourdhui la troisime socit du march, avec un rseau compos de bureaux directs et dagents gnraux. Son capital social est de 8 milliards de dinars.

    La Socit algrienne dassurance, SAA, est la premire socit du march par son chiffre daffaires, prs de 15 milliards de dinars en 2007, son rseau 460 points de vente en comptant les agences directes, les agences gnrales et les sous-agences et ses effectifs , 3650 personnes, dont 1300 en directions rgionales et 1700 en agences directes. La SAA a sign en avril 2008 un accord de partenariat stratgique avec le groupe franais dassurances MACIF. Son capital social est de 16 milliards de dinars.

    La Compagnie algrienne des assurances de transport, CAAT, est venue sur le march par scission des activits de la CAAR ; la compagnie a t spcialise sur les risques transports. Par la suite, la CAAT a dvelopp son activit sur lensemble des branches dassurance. Elle est aujourdhui la deuxime socit du march avec un chiffre daffaires de 10,5 milliards de dinars en 2007, reprsentant une part de march de 20 %. La CAAT a sign en juillet 2008 un accord de partenariat avec le groupe

  • 128

    espagnol FIATC pour la cration dune socit dassurances de personnes. Son capital social est de 7,49 milliards de dinars.

    La Compagnie dassurances des hydrocarbures, CASH, est une filiale de la Sonatrach (50 %), de la CAAR (33 %) et de la CCR (17 %). Sa part de march est passe de 5 % en 2004 13 % en 2006, grce notamment la couverture des risques des hydrocarbures ainsi quun portefeuille dvelopp en grands risques industriels. La Compagnie ralise son chiffre daffaires hauteur de 53 % par les affaires de son actionnaire principal, la Sonatrach, dont elle couvre environ 80 % des risques. Son capital social est de 2,8 milliards de dinars.

    Les six socits prives dassurances directes gnralistes reprsentent 18 % du march. Trois dentre elles sont possdes par des groupes algriens privs, les trois autres par des groupes trangers.

    La Compagnie internationale dassurance et de rassurance, CIAR, du groupe algrien Soufi, est la premire socit prive du march avec une part de march de 6 %. Son capital social est de 1,13 milliard de dinars.

    LAlgrienne des assurances, 2 A, du groupe algrien Rahim, a un capital social de 1 milliard de dinars.

    La Gnrale assurance mditerranenne, GAM, a t rachete en 2007 par un fonds dinvestissement spcialis sur lAfrique bas Tunis, ECP. Son capital social est de 1,2 milliard de dinars.

    Salama Assurances Algrie, filiale du groupe Salama Islamic Arab Insurance Company de Duba, est spcialise dans les produits Takaful.

    La Trust Algeria Assurances et Rassurances, dont les actionnaires sont Trust Real Bahrein (95%) et Qatar General Insurance (5%), a un capital social de 2,5 milliards de dinars.

    Alliance Assurances, du groupe algrien Khelifati, agre en juillet 2005, est oprationnelle depuis 2006.

    En termes de pntration commerciale, les agences directes des compagnies dassurances reprsentent, avec prs de 800 points de vente, le premier rseau de distribution.

    8.3.3 Les socits dassurance directes spcialises

    La Cagex et la SGCI sont spcialises dans lassurance du risque crdit, tandis

  • 129

    Guide des Assurances en Algrie

    que Cardif El Djazar est spcialise dans les assurances de personnes.

    La Compagnie algrienne dassurance et de garantie des exportations, CAGEX, est spcialise dans lassurance des crdits lexportation. Elle a pass des accords de partenariat avec la Coface qui a, de son ct, cr une socit de services, Coface Algrie Services, spcialise dans le Rating ou notation financire, le Scoring ou ltalonnage des socits et la fourniture de renseignements sur la solvabilit des socits. Les actionnaires de la Cagex sont les banquiers et assureurs publics algriens.

    La Socit de garantie du crdit immobilier, SGCI, est spcialise pour sa part dans lassurance des crdits limmobilier. Son actionnariat est galement algrien. Son capital social est de 1 milliard de dinars.

    Ces compagnies ne reprsentent que 0,5 % du chiffre daffaires de lassurance, essentiellement dus lassurance crdit lexportation. Le niveau reste toutefois trs faible. En effet, sur les 77 milliards de dinars dexportations hors hydrocarbures en 2006, seuls 3,8 milliards ont t garantis, soit un taux de couverture de moins de 5 %.

    Cardif El Djazar a obtenu en octobre 2006 son agrment pour les assurances vie. La socit est une filiale du groupe BNP Paribas. Son cur de mtier est constitu des assurances emprunteurs, cest--dire la garantie dcs lie aux prts accords par les banquiers, essentiellement lors du financement dacquisitions immobilires par les particuliers. Cardif a dans ce but conclu en mars 2008 un accord de distribution de ces garanties par la CNEP.

    8.3.4 Les socits mutuelles pratiquant lassurance directe

    La Caisse nationale de mutualit agricole, CNMA, mutuelle agricole, hritire de la mutualit agricole franaise, est une socit gnraliste avec une forte prdominance agricole, reprsentant une part de march de 6 % travers son rseau de 62 caisses rgionales (CRMA) et 147 bureaux locaux.

    La Maatec est la mutuelle algrienne dassurance des travailleurs de lducation nationale et de la culture. Sa part de march est infrieure 0,1 %.

    8.4 Les agents gnraux

    Prs de 400 agents gnraux exercent sur le territoire algrien.

  • 130

    Les agents gnraux reprsentent globalement 17 % de la production des compagnies en 2007. Cependant, ce chiffre ne reprsente pas la diversit des situations de chaque socit.

    En effet, certaines socits, surtout prives, travaillent davantage avec des agents gnraux quavec leurs propres salaris. Cest le cas de la CIAR dont 75 % du chiffre daffaires est ralis par les agents gnraux, de la TRUST avec 70 %, de Salama avec 66 % ou, dans une moindre mesure, de la 2A avec 45 %.

    En revanche, Alliance et la GAM ont un rseau dagents qui ne reprsente encore respectivement que 5 % et 1 % de leur chiffre daffaires.

    Du ct des socits publiques, hritires, rappelons-le, dun pass monopolistique o la seule forme de distribution tait le guichet de la compagnie, le nombre dagents gnraux est plus proche de la moyenne du march.

    La SAA produit 25 % de son chiffre par les agents gnraux, la CAAR 18 % et la CAAT 11 %. La CASH produit 1 % de son chiffre par son rseau dagents gnraux.

    8.5 Les courtiers

    Au nombre de 24, ils sont peu nombreux, exclusivement nationaux.

    Les courtiers reprsentent, en 2007, 5 % de la production des compagnies, contre 2 % en 2002.

    Le chiffre daffaires moyen gnr par les courtiers a t de 82 millions de dinars en 2006, trs suprieur la moyenne des points de vente. Ceci sexplique par le fait que les courtiers interviennent davantage dans les entreprises o les primes moyennes des contrats sont plus leves.

    Les courtiers internationaux ne sont pas, pour le moment, prsents sur le march. La loi leur interdisant dexercer directement leur activit. Quelques-uns de ces grands courtiers tentent des partenariats avec des courtiers algriens ou crent des structures de Risk Management.

    8.6 Les banquiers

    La loi de fvrier 2006 (L. 06-04) a autoris la distribution des produits dassurance

  • 131

    Guide des Assurances en Algrie

    par les banques, tablissements financiers et assimils, et autres rseaux de distribution.

    Cette forme de distribution, nouvelle en Algrie, est troitement encadre. Les produits dassurance concerns sont limits une liste o figurent :

    1. les assurances de personnes : accidents, maladie, assistance, vie-dcs, capitalisation,

    2. les assurances crdits,

    3. les assurances des risques simples dhabitation : multirisques habitation, catastrophes naturelles,

    4. les assurances agricoles.

    Lautomobile en est exclue, ainsi que les risques industriels ou techniques. Il en va de mme pour la branche transports.

    Les taux de rmunration maximum sont fixs par arrt ministriel. Ils sont trs proches des taux maximum accords aux agents gnraux dassurance.

    Les taux fixs pour les assurances de personnes, en particulier la capitalisation (40 % de la premire prime et 10 % des primes annuelles suivantes durant toute la dure du contrat) ont t jugs excessifs et posent des problmes dquilibrage financier de ces contrats, ce qui risque den rendre le dveloppement incertain.

    La distribution ne peut se faire quen vertu dune convention de distribution, tablie selon une convention type labore par la profession, pralablement soumise la Commission de supervision des assurances, qui doit mentionner un certain nombre dlments :

    1. les agences et points de vente habilits souscrire,

    2. les produits dassurance qui seront distribus,

    3. le barme de commission,

    4. les modalits de la formation des vendeurs,

    5. les pouvoirs de souscription, rglement, gestion de la socit.

    Le nombre de guichets bancaires en Algrie est de plus de 1300. Ce chiffre est en volution constante et rapide en raison de louverture de nouvelles agences

  • 132

    un rythme soutenu par les nouveaux entrants.

    La bancarisation algrienne tant la plus faible du Maghreb, lobjectif affirm est, moyen terme, de doubler au minimum ce nombre.

    En termes de rseau, si on y ajoute celui dAlgrie Poste (prs de 3500 guichets), on remarque que cest plus de 4 fois le rseau actuel de distribution des compagnies dassurances qui serait susceptible de distribuer dans lavenir des produits dassurance.

    Comme ce fut le cas dans dautres pays ayant dmarr lactivit de bancassurance depuis quelques annes, les banquiers finissent par raliser que lassurance reprsente une source de cration de valeur importante et une manire trs avantageuse de fidliser le client.

    Cest la raison pour laquelle les modles fonds sur la seule distribution voluent vers des modles intgrs o les banquiers crent leurs propres socits dassurances. En raction, les assureurs ont cr leurs propres banques, on parle dassurbanque et dassurfinance.

    En Algrie, aujourdhui, la dtention dune compagnie dassurances par une banque est limite par la loi un maximum de 15 %.

    Dans la pratique, lanne 2008 a vu se concrtiser un certain nombre daccords de bancassurance entre les assureurs et les banquiers :

    - Cardif avec la CNEP en mars, premier accord public-priv.

    - La SAA sest associe en avril avec la BDL et la BADR.

    - La CAAT et la CAAR ont fait de mme avec la BEA en mai.

    8.7 Les rassureurs

    Il nexiste quune seule socit agre exclusivement en rassurance : la Compagnie centrale de rassurance, CCR, compagnie nationale.

    Dautres socits gnralistes dtiennent un agrment dans la branche rassurance, essentiellement pour permettre la conservation dune part des grands risques dans le pays.

    Cre en 1975 pour capter le flux des cessions du march, la CCR draine aujourdhui prs dun tiers des cessions du march, sur lesquelles elle conserve pour son compte environ la moiti des primes. Son capital social est de

  • 133

    Guide des Assurances en Algrie

    5 milliards de dinars.

    La CCR bnficie dun droit de priorit sur les cessions facultatives, pour peu quelle soit en mesure doffrir des conditions au moins gales celles offertes par les rassureurs trangers.

    Par ailleurs, la CCR bnficie de la garantie de lEtat pour la couverture en rassurance des risques de catastrophes naturelles.

    Outre la CCR, le march fait appel aux rassureurs trangers, cots par les organismes de notation internationaux sur leurs capacits faire face leurs engagements.

    Les courtiers de rassurance pour leur part assistent les assureurs dans le placement de leurs risques sur ce march complexe.

    La Sonatrach a cr en novembre 2007 une filiale de rassurance captive, appele Sonatrach-R, base au Luxembourg et dote dun capital social de 20 millions deuros.

    Sonatrach-R prendra en charge les risques du groupe hauteur de 10 millions de dollars et couvrira pour sa premire anne dexercice les risques industriels, le contrle des puits et les appareils de forage.

    La filiale doit permettre Sonatrach de rassurer ces risques qui taient jusqualors cds par les assureurs algriens aux socits internationales de rassurances.

    La CASH, filiale du groupe Sonatrach, a t retenue en qualit dassureur fronteur en vue de placer la premire ligne de 10 millions de dollars auprs de Sonatrach-R.

    Cest la compagnie Aon Insurance Managers, filiale du courtier dassurances AON, spcialise dans la gestion des captives, qui a t retenue en qualit de gestionnaire agr pour une priode dune anne.

    8.8 Les experts

    Les experts doivent tre agrs par lUAR dans les diffrentes branches dexpertise : automobile, agricole, risques industriels, etc.

    Ils sont au nombre de 510 concentrs pour la plus grande partie Alger, qui compte prs de 200 experts, et dans les wilayas du nord avec une prdominance

  • 134

    pour les grands centres urbains et industriels : Constantine (31), Tizi Ouzou (26), Oran (25), Stif (23), Blida, Annaba, Bjaa, Biskra. Les autres wilayas comptent moins de 15 experts agrs, sachant que les experts des wilayas prcites peuvent tre mandats hors de leurs wilayas le cas chant.

    Il existe deux socits dexpertise, filiales des socits publiques :

    1. La SAE Exact, filiale de la SAA, qui dispose de 25 centres dexpertise dans le pays, habilits galement effectuer les contrles techniques automobiles.

    2. Exal, filiale de la CAAR et de la CAAT.

  • Conception & Ralisation

    143, boulevard Krim Belkacem, Telemly - AlgerTlfax : +213 (0) 21 74 17 29 / +213 (0) 21 74 63 10

    www.pixalcommunication.comcontact@pixalcommunication.com pixalcommunication@yahoo.fr

  • NOS AUTRES PUBLICATIONS

    Guide des Hydrocarbures 2007

    En anglais et en franais

    Guide des Expatris 2008

    En franais

    Guide Investir en Algrie 2009

    A paratre en 2009 :

    Guide de limmobilier

    Retrouvez aussi nos newsletters sur www.kpmg.dz

    Disponibles sur www.kpmg.dz

  • KPMG Algrie SPA

    44, rue Abou Nouas 1, avenue Cheikh Larbi Tebessi16035 Hydra, Alger (ex-avenue Loubet) 31000 OranTl. : +213 21 60 02 38/39 Tl. : +213 41 40 59 09Fax : +213 21 60 02 29 Fax : +213 41 40 59 10

    www.kpmg.dzE-mail : info@kpmg.dz

Recommended

View more >