La citoyenneté chez les collégiens des quartiers prioritaires

  • Published on
    11-Feb-2016

  • View
    367

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Enqute mene par l'Afev (septembre 2015)

Transcript

<ul><li><p> LA CITOYENNETE CHEZ LES COLLEGIENS DES QUARTIERS PRIORITAIRES </p><p>Enqute ralise en mai / juin 2015 auprs de 653 collgiens scolariss dans des collges des quartiers prioritaires, au titre de la politique de la ville et/ou au titre de lducation prioritaire </p><p>Passation assure par lAFEV et rsultats analyss par Trajectoires Groupe Reflex_ </p><p>Rsultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h </p><p>Anne 2015 </p><p>Contact : Pascal BAVOUX Valrie PUGIN Tl. : 04-78-69-02-88 Mail : p.bavoux@trajectoires-reflex.org v.pugin@trajectoires-reflex.org Site web : www.trajectoires-reflex.org </p></li><li><p>Rsultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h </p><p>Pascal BAVOUX Valrie PUGIN &gt; La citoyennet chez les collgiens des quartiers prioritaires &gt;2015 </p><p>2 2 </p><p>1 &gt; LENQUETE..............................................................................................................3 &gt; Objectifs de lenqute et thmatiques traites .......................................................3 &gt; Nature de lenqute et prcisions mthodologiques ..............................................3 </p><p>2 &gt; DES COLLEGIENS CONCERNES PAR LES ENJEUX CITOYENS .......................4 &gt; Deux tiers des collgiens se sont sentis en colre contre les terroristes ou tristes aprs les attentats contre Charlie ................................................................................4 &gt; Des collgiens qui ont une dfinition multiple de la citoyennet et de la lacit.....5 </p><p>3 &gt; LES LIEUX DAPPRENTISSAGE DE LA CITOYENNETE......................................6 &gt; Le collge, le lieu possible de lapprentissage citoyen...........................................6 &gt; Pour autant, il est surtout vcu comme le lieu des apprentissages et de la transmission des savoirs..............................................................................................7 &gt; Pour une partie des collgiens, le temps libre nest pas non plus identifi comme un espace facilitant lchange citoyen..........................................................................9 &gt; Le dbat dides a surtout lieu dans la famille et avec les copains .....................10 </p><p>4 &gt; UNE CITOYENNETE A TRAVAILLER AVEC LENSEMBLE DE LA COMMUNAUTE EDUCATIVE ..........................................................................................11 </p><p>&gt; Un besoin de faire de lespace scolaire un lieu de participation concrte la citoyennet.................................................................................................................11 &gt; Une citoyennet travailler en prenant en compte leur utilisation dInternet et des rseaux sociaux .........................................................................................................12 &gt; Ouverture au monde versus attachement au quartier..........................................12 &gt; Un travail autour de la citoyennet des collgiens qui ncessite un travail conjoint de lensemble de la communaut ducative ..............................................................14 </p><p>SOMMAIRE </p></li><li><p>Rsultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h </p><p>Pascal BAVOUX Valrie PUGIN &gt; La citoyennet chez les collgiens des quartiers prioritaires &gt;2015 </p><p>3 3 </p><p>1 &gt; Lenqute &gt; Objectifs de lenqute et thmatiques traites </p><p>Comme chaque anne pour la Journe du Refus de lEchec Scolaire, lAFEV, avec Trajectoires Groupe Reflex_, ont souhait mener une enqute quantitative, permettant dinterroger les enfants et jeunes scolariss ou vivant dans des quartiers prioritaires, sur des enjeux ducatifs et de socit. </p><p>Les questionnements qui ont guid lenqute cette anne ont merg suite aux vnements de janvier 2015, et aux diverses polmiques qui ont eu lieu au sein des collges, notamment ceux des secteurs de lducation prioritaire. Ainsi, lenqute a souhait interroger les collgiens sur leur rapport la citoyennet : </p><p> Comment sont caractriss ces collgiens aujourdhui ? Se sentent-ils bien ? Ont-ils confiance en leur avenir ? Quel est leur rapport au collge, au quartier, la socit ? </p><p> Quelles perceptions ont-ils de la citoyennet ? Quelles perceptions ont-ils de la lacit ? Comment dfinissent-ils ces termes ? Quels sont les enjeux dmocratiques et citoyens qui les intressent et qui les concernent ? </p><p> O les collgiens apprennent-ils tre citoyens ? O apprennent-ils dbattre, exprimer leurs ides et leurs opinions ? Et o se sentent-ils le plus laise pour le faire ? Comment, concrtement, font-ils lexercice de la citoyennet, et comment pourraient-ils le faire davantage ? </p><p>&gt; Nature de lenqute et prcisions mthodologiques </p><p>Lenqute a ainsi t mene auprs de collgiens scolariss au sein des quartiers prioritaires, au sens de la politique de la ville et/ou au titre de lducation prioritaire, au sein de sept communes de taille importante sur le territoire national. Les collges ont t choisis parmi ceux avec qui lAFEV a dvelopp un partenariat. </p><p>653 collgiens au total ont t interrogs par classe complte par questionnaire. Parmi eux, 49% taient des garons, 51% taient des filles. Une majorit dentre eux taient des 6e (33%) ou 5e (41%). On compte galement 17% de 4e et 10% de 3e. </p></li><li><p>Rsultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h </p><p>Pascal BAVOUX Valrie PUGIN &gt; La citoyennet chez les collgiens des quartiers prioritaires &gt;2015 </p><p>4 4 </p><p>2 &gt; Des collgiens concerns par les enjeux citoyens </p><p>Aprs les attentats de janvier 2015, les thmatiques de citoyennet, de lacit, de libert dexpression ont t mises au premier plan, non seulement au sein de lEcole, mais aussi de la socit toute entire. Lenqute a ainsi permis de questionner les collgiens dune part sur leur ressenti par rapport lattentat de Charlie, et dautre part sur leur perception de ce que sont la citoyennet et la lacit. </p><p>&gt; Deux tiers des collgiens se sont sentis en colre contre les terroristes ou tristes aprs les attentats contre Charlie </p><p>Pour une grande majorit des collgiens interrogs, les sentiments dominants aprs les vnements de Charlie ont t la colre et la tristesse. En effet, un tiers des collgiens interrogs se sont sentis en colre contre les terroristes et 29% se sont sentis tristes . 17% se sont sentis indiffrents et 13% en colre contre les caricaturistes . </p><p>Rsultats en % / rponses </p><p>Cette question de la raction des jeunes aux attentats contre Charlie avait, lpoque, suscit certaines polmiques au sein des classes, quant au respect de la minute de silence, quant aux paroles de certains jeunes. </p><p>On voit cependant que, passs le choc et lmotion, le positionnement des collgiens par rapport ces vnements qui ont touch les valeurs de la Rpublique, reste questionnant pour une partie dentre eux. On compte environ un tiers des collgiens qui manifestent une certaine distance avec les enjeux citoyens lis ces vnements (17% ont t indiffrents 13% ont t en colre contre les caricaturistes). La question est donc de savoir comment ont-ils compris ces vnements ? Comment cela a-t-il t abord au sein de lEcole, mais aussi au sein de leur environnement social ? Lont-ils reli des enjeux citoyens ? Et comment peroivent-ils la citoyennet aujourdhui ? </p></li><li><p>Rsultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h </p><p>Pascal BAVOUX Valrie PUGIN &gt; La citoyennet chez les collgiens des quartiers prioritaires &gt;2015 </p><p>5 5 </p><p>&gt; Des collgiens qui ont une dfinition multiple de la citoyennet et de la lacit </p><p>La dfinition de ce quest la citoyennet ou la lacit est multiple pour les collgiens. En moyenne, ils ont en effet donn plus de deux dfinitions la citoyennet, et plus dune dfinition la lacit. </p><p>Un quart des collgiens analysent la citoyennet travers la libert dexpression puisquils la dfinissent comme le fait de pouvoir exprimer ses ides librement . 18% lient la citoyennet au fait de voter, 17% estiment quil sagit de faire des actions concrtes qui aident les autres , 15% dagir pour modifier des choses , 13% se faire un point de vue sur les choses . </p><p>Lorsquon les interroge sur la notion de lacit, 42% ont indiqu cest accepter toutes les religions , 30% cest avoir le droit de ne pas croire , 9% cest refuser toutes les religions . </p><p>Rsultats en % / rponses </p><p>On note ainsi quune partie des collgiens (entre 10 et 15%) ne sont pas arrivs se positionner sur une dfinition prcise de ce quest la lacit ou la citoyennet. Ces thmes, qui sont vus comme des notions fondatrices de notre socit, sont pourtant largement voqus au sein de lcole et de lespace public, et ce dautant plus aprs les attentats de janvier 2015. Il convient donc de sinterroger sur les lieux dducation la citoyennet, de transmission des valeurs dmocratiques et rpublicaines pour ces collgiens. </p></li><li><p>Rsultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h </p><p>Pascal BAVOUX Valrie PUGIN &gt; La citoyennet chez les collgiens des quartiers prioritaires &gt;2015 </p><p>6 6 </p><p>3 &gt; Les lieux dapprentissage de la citoyennet </p><p>&gt; Le collge, le lieu possible de lapprentissage citoyen </p><p>Tout dabord, les collgiens se sentent bien au collge. 91% des collgiens interrogs dclarent se sentir bien ou trs bien au collge. Cela est notamment d aux liens de sociabilit quils y dveloppent : 87% des collgiens qui se sentent bien mettent en avant le fait davoir des copains/copines. A noter que la moiti dentre eux le relie au fait daimer apprendre des choses nouvelles en classe, 21% de se sentir bien avec les adultes au collge. Parmi les collgiens qui dclarent ne pas se sentir trs bien, voire pas bien du tout, la principale raison voque est cause des moqueries, des insultes, des bagarres avec les autres collgiens (la moiti dentre eux), cause du stress, des contrles, la peur dtre interrog par les professeurs (un peu plus du tiers dentre eux). </p><p>Rsultats en % </p><p>De mme, les collgiens sont globalement fiers de leur collge, puisque prs des trois quarts des collgiens interrogs ont dclar se sentir plutt fiers, voire trs fiers de leur collge. </p><p>Rsultats en % </p></li><li><p>Rsultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h </p><p>Pascal BAVOUX Valrie PUGIN &gt; La citoyennet chez les collgiens des quartiers prioritaires &gt;2015 </p><p>7 7 </p><p>Par ailleurs, ils ont galement plutt confiance aux professeurs puisquils sont 22% faire confiance lensemble de leurs professeurs, et 63% faire confiance quelques professeurs. </p><p>Rsultats en % </p><p>Enfin, le collge est un lieu potentiel dapprentissage de la citoyennet pour les collgiens : ils sont prs des trois quarts dclarer que leurs professeurs leur parlent de citoyennet. </p><p>Rsultats en % </p><p>&gt; Pour autant, il est surtout vcu comme le lieu des apprentissages et de la transmission des savoirs </p><p>Pour les jeunes interrogs, le collge est dabord un lieu dapprentissage. En effet, lorsquon les interroge sur les personnes avec qui ils ont le sentiment dapprendre les choses les plus utiles, trois quarts dentre eux rpondent les professeurs . Viennent ensuite mes parents , pour 60% dentre eux, Internet , pour 42%, et les copains du collge pour 39% dentre eux. </p></li><li><p>Rsultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h </p><p>Pascal BAVOUX Valrie PUGIN &gt; La citoyennet chez les collgiens des quartiers prioritaires &gt;2015 </p><p>8 8 </p><p>Question choix multiples Rsultats en % / rpondants </p><p>Le collge est ainsi le lieu de la transmission du savoir et des connaissances scolaires. Les collgiens lidentifient en revanche moins comme un lieu o ils arrivent se confier lorsquils rencontrent des problmes, ou lorsquils ont des questionnements par rapport ce quils voient, ce quils ressentent. En effet, 45% des collgiens interrogs nauraient personne qui se confier en cas de problmes au sein du collge. De mme, la moiti des collgiens a dclar quils taient dj tombs sur des images qui les ont choques sur Internet, et parmi eux, seuls 4% dentre eux en avaient parl leurs professeurs. </p><p>Rsultats en % </p><p>Si le collge est un lieu potentiel o les jeunes apprennent tre citoyens, ce nest en tout cas pas peru par ceux-ci. Dune part, la moiti des collgiens ont plutt limpression que la citoyennet, telle quelle est aborde par les professeurs, ne correspond pas leurs proccupations. Dautre part, si, on la vu, leur perception de la citoyennet est majoritairement lie au fait de pouvoir sexprimer librement , ce nest pour autant pas au collge que les collgiens y arrivent le plus aisment. Ils sont ainsi seulement la moiti dclarer facilement exprimer leurs ides et leurs opinions au collge, tandis que cela concerne 90% des collgiens lorsquils sont avec des amis ou leur famille. </p></li><li><p>Rsultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h </p><p>Pascal BAVOUX Valrie PUGIN &gt; La citoyennet chez les collgiens des quartiers prioritaires &gt;2015 </p><p>9 9 </p><p>Rsultats en % </p><p>Rsultats en % </p><p>&gt; Pour une partie des collgiens, le temps libre nest pas non plus identifi comme un espace facilitant lchange citoyen </p><p>Une partie des collgiens nidentifie pas les institutions du temps libre comme des lieux o est favoris le dbat citoyen, o il est facile dexprimer ses difficults ou ses opinions. Rappelons-le, la question en cas de problmes, y a-t-il un adulte de confiance qui tu pourrais en parler ? , 40% dentre eux nidentifient personne au sein de leurs activits. Aussi, on voit quils sont moins nombreux exprimer leurs ides et dire ce quils pensent lorsquils font leurs activits en dehors du collge (57%), que lorsquils sont dans leur famille ou avec leurs copains/copines (90%). Cela est aussi li la frquentation plus limite des structures sportives ou socio-culturelles. En effet, dautres travaux, tel que le baromtre annuel du rapport lcole des enfants des quartiers populaires (AFEV, 2013) avaient pu montrer, par exemple, que trois quarts des collgiens interrogs pratiquaient une activit extrascolaire sportive, mais que seule la moiti dentre eux en faisaient au sein dune structure. </p></li><li><p>Rsultats sous embargo jusqu'au 23 septembre 2015, 6h </p><p>Pascal BAVOUX Valrie PUGIN &gt; La citoyennet chez les collgiens des quartiers prioritaires &gt;2015 </p><p>10 10 </p><p>&gt; Le dbat dides a surtout lieu dans la famille et avec les copains </p><p>Cest en effet au sein de leur famille et avec les amis que les collgiens arrivent dbattre, changer leurs opinions, parler de leurs difficults. Rappelons-le, alors que la moiti des collgiens estiment quils peuvent facilement exprimer leurs ides au collge, 90% dclarent quils peuvent le faire dans leur famille ou avec leurs copains et copines. </p><p>De mme, ils sont galement 95% avoir identifi une personne qui ils pourraient se confier en cas de problme au sein de leur famille (contre 54% au collge). </p><p>Ils se sentent ainsi laise pour pouvoir exprimer leurs questionnements par rapport des thmes, des vnements, des images choquantes sur Internet. Parmi les collgiens qui sont dj tombs sur des images qui les ont choques (la moiti des interrogs), ils taient prs des deux tiers en avoir parl leurs copains, et un tiers en avoir parl leur famille. </p><p>Rsultats en % Question choix multiples Rsultats en % / rpondants </p><p>Cest ainsi que se pose la question de lapprentissage de la citoyennet pour ces jeunes, qui, selon eux, se fait plus facilement au sein de la sphre prive, plutt qu lcole, ou dans...</p></li></ul>