La conduite automobile avec facultés affaiblies par l'alcool chez les jeunes du milieu rural du Québec: comparaison entre les années 1983 et 1992

  • Published on
    20-Jan-2017

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • La conduite automobile avec facults affaiblies par l'alcool chez les jeunes du milieu rural duQubec: comparaison entre les annes 1983 et 1992Author(s): Thrse Audet, Isabelle Marcil and Marcel PouliotSource: Canadian Journal of Public Health / Revue Canadienne de Sante'e Publique, Vol. 86, No.5 (SEPTEMBER / OCTOBER 1995), pp. 333-334Published by: Canadian Public Health AssociationStable URL: http://www.jstor.org/stable/41991330 .Accessed: 14/06/2014 09:04

    Your use of the JSTOR archive indicates your acceptance of the Terms & Conditions of Use, available at .http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

    .JSTOR is a not-for-profit service that helps scholars, researchers, and students discover, use, and build upon a wide range ofcontent in a trusted digital archive. We use information technology and tools to increase productivity and facilitate new formsof scholarship. For more information about JSTOR, please contact support@jstor.org.

    .

    Canadian Public Health Association is collaborating with JSTOR to digitize, preserve and extend access toCanadian Journal of Public Health / Revue Canadienne de Sante'e Publique.

    http://www.jstor.org

    This content downloaded from 188.72.96.46 on Sat, 14 Jun 2014 09:04:18 AMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions

    http://www.jstor.org/action/showPublisher?publisherCode=cphahttp://www.jstor.org/stable/41991330?origin=JSTOR-pdfhttp://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsphttp://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

  • La conduite automobile avec facults

    affaiblies par l'alcool chez les jeunes du

    milieu rural du Qubec : comparaison

    entre les annes 1983 et 1992

    Thrse Audet,1 Isabelle Marcii,2 Marcel Poulio

    L'influence de la conduite automobile avec facults affaiblies par l'alcool sur la frquence des accidents routiers est bien connue.1 Chez les conducteurs gs de moins de 25 ans, la probabilit d'tre impliqu dans un accident aprs avoir con- somm de l'alcool est nettement plus leve que chez les conducteurs plus gs.2'3 Entre 1985 et 1989, 95 % des infractions routires au Code criminel survenant au Qubec taient relies l'alcool au volant et les jeunes de 20 24 ans taient sur- reprsents parmi les dlinquants.4 La problmatique de l'alcool au volant est sen- sible au milieu dans lequel s'effectue la conduite automobile. cet gard, le milieu rural prsente certaines particularits; le nombre total de dplacements assurs par l'automobile (vhicule priv) est beaucoup plus lev qu'en milieu urbain,5 car les alternatives ce moyen de transport sont rares. De plus, le nombre d'accidents mor- tels et avec blesss graves est proportion- nellement plus lev en milieu rural qu'en milieu urbain.6,7 Enfin, le milieu rural prsente un taux de mortalit reli l'alcool au volant plus lev.7 On ne sait pas si les particularits du milieu rural influencent la conduite en tat d'brit chez les jeunes.

    Par ailleurs, ces dernires annes et tra- vers le monde, on assiste une diminution de l'alcool au volant8 qui semble agir aussi

    1 . Universit de Sherbrooke 2. Universit de Montral Correspondance : Dr Thrse Audet, Dpartement de psychologie, Facult de lettres et sciences humaines, Universit de Sherbrooke, Sherbrooke, QC, J1K 2R1, Tl. (819) 821-7227. Cette recherche a t rendue possible grce l'appui financier du Fonds FCAR, du Ministre des trans- ports du Qubec et de la Socit de l'assurance auto- mobile du Qubec (91-SR-2006). Il faut galement souligner la contribution de feu Lucien Laforest qui a ralis la cueillette des donnes en 1983.

    au Qubec; une enqute a montr une diminution significative de la conduite automobile avec facults affaiblies par l'alcool entre 1981 et 1991. 9 Cette baisse survient chez les conducteurs de tous les groupes d'ge et dans les rgions rurales. L'enqute ne permet cependant pas de vrifier si les jeunes conducteurs du milieu rural contribuent au mme degr que les autres conducteurs la baisse de la con- duite en tat d'brit. Le but de cette tude est de dcrire l'volution de la frquence de la conduite avec facults affaiblies par l'alcool dans une population de jeunes conducteurs habitant en milieu rural partir d'enqutes ralises en 1983 et en 1992.

    MTHODE

    Les deux chantillons sont composs de conducteurs des deux sexes ayant obtenu leur permis de conduire 16 ans et sont proportionnels aux nombres de conduc- teurs par rgions. Ils ont t constitus par la Socit de l'assurance automobile du Qubec. Le premier chantillon est tir des conducteurs gs de 21 22 ans comptant en 1983 de cinq six annes d'exprience. Des 515 personnes ayant retourn le ques- tionnaire, pour un taux de rponse de 53 % avec deux lettres de rappel, les con- ducteurs des communauts urbaines de Montral et de Qubec ont t exclus de sorte que l'analyse porte sur 256 hommes et 101 femmes provenant des milieux ruraux. Le deuxime chantillon est com- pos de 1 088 conducteurs (taux de rponse de 34 % sans rappel), gs de 22 23 ans (552 femmes et 536 hommes), habitant les rgions rurales et comptant en moyenne 6,5 annes d'exprience de con- duite en 1992.

    La frquence de la conduite en tat d'brit a t estime en 1983, par une question qui demandait la personne de dclarer combien de fois elle avait conduit sous l'effet de l'alcool depuis l'obtention de son permis. Dans l'enqute de 1992, la question est formule en termes de con- duite en tat d'brit et des choix de rponse allant de presque tous les jours seulement un cinq fois durant cette pri- ode sont proposs. Afin de s'assurer de l'quivalence des formulations utilises dans les deux enqutes, un post- test ralis auprs de 1 12 jeunes conducteurs des deux sexes a t ralis et n'a montr aucune dif- frence significative, deux semaines d'intervalle entre les deux formulations. La frquence de la conduite en tat d'brit est rapporte sur une base annuelle dans chaque enqute tandis que la consomma- tion d'alcool est mesure en consomma- tions par jour, une consommation signi- fiant un verre de bire, de vin ou de spiritueux. Une dernire mesure, utilise dans les deux enqutes, se rapporte aux connaissances des effets rels de l'alcool sur le comportement et sur l'organisme (chelles de 12 questions). Les rpondants ont aussi indiqu le nombre d'accidents routiers qu'ils ont eus depuis l'obtention de leur permis de conduire.

    Les chantillons de conducteurs sont diviss a posteriori en deux groupes en fonction du nombre d'accidents : ceux n'ayant jamais eu d'accident et ceux ayant eu un accident ou plus.

    RSULTATS

    Des analyses de variance ont t ralises pour comparer les deux groupes de con- ducteurs selon l'exprience d'accidents pour chacune des variables mesures. Les

    SEPTEMBER - OCTOBER 1995 CANADIAN JOURNAL OF PUBLIC HEALTH 333

    This content downloaded from 188.72.96.46 on Sat, 14 Jun 2014 09:04:18 AMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions

    http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

  • FACULTS AFFAIBLIES PAR L'ALCOOL ET CONDUITE AUTOMOBILE

    TABLEAU I Valeurs moyennes et carts-types de la frquence annuelle de la conduite en tat d'brit, de consommation quotidienne d'alcool et des scores de connaissance

    des effets de l'alcool par anne et selon les antcdents d'accidents Variables Conducteurs Conducteurs Conducteurs Conducteurs

    de 1983 de 1992 sans avec antcdent antcdent d'accident d'accident

    Conduite M=5,45 M=6,54 M=3,86 M=7,62 avec facults affaiblies e.t.=14,42 e.t.=17,41 e.t.=12,0 e.t.=18 ,72 Consommation M=0,70 M=0,48 M=0,44 M=0,59 quotidienne en verre de boisson e.t.=0,85 e.t.=0,58 e.t.=0,52 e.t.=0,74 alcoolise

    Connaissance M=8,42 M=11,37 M=10,22 M=10,88 des effets de l'alcool e.t.=2,05 e.t.=1,91 e.t.=2,44 e.t.=2,22

    valeurs moyennes de chacune de ces vari- ables et leurs carts-types sont prsents dans le tableau I.

    Les conducteurs de 1983 ne diffrent pas de ceux de 1992 quant la frquence annuelle de la conduite en tat d'brit (F(l,l44l)= 0,15; p > 0,05). Les jeunes ayant eu des accidents conduisent plus sou- vent en tat d'brit (F( 1,1 441) = 11,09; p < 0,001). L'interaction entre l'exprience d'accidents et la conduite en tat d'brit n'est pas significative (F( 1,1 441) = 0,29; p > 0,05).

    Les conducteurs consomment moins d'alcool en 1992 qu'en 1983 (F( 1,1 441) = 34,09; p < 0,001). Par ailleurs, dans les deux chantillons, les conducteurs ayant eu des accidents boivent plus que les autres (F (1,1441) = 23,23; p < 0,001). Encore ici l'effet d'interaction n'est pas significatif (F(1,1441) = 1,03; p> 0,05). En 1992, les conducteurs connaissent

    mieux les effets rels de l'alcool sur le com- portement qu'en 1983 (F ( 1 , 1 44 1 ) = 588,88; p < 0,001) et les conducteurs ayant eu des accidents connaissent lgre- ment mieux ces effets que les autres (F (1,1441) = 9,09; p < 0,003). L'interac- tion entre les deux variables n'est pas signi- ficative (F ( 1 , 1 44 1 ) = 2,43; p > 0,05).

    DISCUSSION

    Les rsultats de ces enqutes suggrent d'abord que la connaissance des effets de l'alcool sur le comportement s'est amliore pendant la dcennie 1983-1992. Les conducteurs des deux chantillons ont pourtant des taux quivalents de conduite en tat d'brit.

    En 1992, les jeunes boivent moins qu'en 1983 ce qu'il faut peut-tre rapprocher de la baisse continue de la consommation d'alcool per capita survenue entre 1976 et 1987, 10 et ce pour tous les groupes d'ge du Qubec. Toutefois, la baisse de con- sommation d'alcool ne diminue pas la frquence de la conduite avec facults affaiblies par l'alcool en milieu rural. Ce rsultat vient appuyer l'ide que le milieu rural offre peu d'alternatives la conduite en tat d'brit. Il est cependant difficile de savoir si ce rsultat est particulier aux jeunes conducteurs qubcois puisqu'il existe trs peu d'tudes portant sur la scu- rit routire en milieu rural, ce qui rend di