LACCOMPAGNEMENT VERS LINSERTION DES PERSONNES EN DIFFICULTES SOCIALES ET/OU PSYCHOLOGIQUES

  • Published on
    03-Apr-2015

  • View
    102

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li> Page 1 </li> <li> LACCOMPAGNEMENT VERS LINSERTION DES PERSONNES EN DIFFICULTES SOCIALES ET/OU PSYCHOLOGIQUES </li> <li> Page 2 </li> <li> SANT MENTALE, PRCARIT, SOUFFRANCE PSYCHIQUE ET HANDICAP PSYCHIQUE </li> <li> Page 3 </li> <li> Sant mentale </li> <li> Page 4 </li> <li> Organisation Mondiale de la Sant (1946) : La sant est un tat de complet bien-tre physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmit. La Sant Mentale nest pas labsence de maladie mentale. Cest un tat dquilibre psychique, apport par des facteurs biologiques psychologiques et environnementaux </li> <li> Page 5 </li> <li> Prcarit </li> <li> Page 6 </li> <li> Au-del du manque objectif des scurits basiques de la vie quotidienne, la prcarit est lie au sentiment davoir ou pas la matrise de son existence actuelle ou venir. Ainsi, sur son versant psychique, la prcarit correspond la vulnrabilit du sujet humain vis vis de sa dpendance autrui sachant que seul il ne peut rien, quil a besoin de lautre, des autres, dtre reconnu comme digne dexister. Ne pas tre reconnu comme digne dexister dans un groupe humain donn, cest prcisment la dfinition de lexclusion. </li> <li> Page 7 </li> <li> Handicap psychique et souffrance psychique </li> <li> Page 8 </li> <li> Handicap psychique Selon la loi du 11 fvrier 2005 : Le handicap psychique reprsente toute limitation dactivit ou restriction de participation la vie en socit subie par une personne dans son environnement en raison dune altration substantielle, durable ou dfinitive dune ou plusieurs fonctions psychiques Il ny a pas de dfinition unique ou exactecependant un consensus existe sur la souffrance psychique quil engendre </li> <li> Page 9 </li> <li> La souffrance psychique peut aller du mal-tre, en passant par la dsesprance, la dpression, jusquaux troubles psychiatriques. Elle peut faire basculer la personne et entraver son insertion sociale. Pour Jean Furtos (psychiatre et directeur de lORSPERE), il sagit dune douleur dexistence </li> <li> Page 10 </li> <li> Un autre aspect important: - Cette loi permet la reconnaissance des difficults vcues au quotidien par les personnes qui sont atteintes de ces troubles psychiques et amorce le passage dun statut de malade celui de personne en situation de handicap - Un accompagnement social et des compensations ventuelles peuvent tre alors tre envisags </li> <li> Page 11 </li> <li> LACCOMPAGNEMENT DES PUBLICS EN DIFFICULTES PSYCHIQUES </li> <li> Page 12 </li> <li> les subtilits de ltre humain ne se laissent pas apprcier par les seules catgories du faire et de lavoir. Il ne faudrait pas rduire le sujet un paquet de besoins qui on offrirait un paquet de prestations. La prtention de rtablir le bon fonctionnement de lindividu au regard des exigences de linsertion sociale ne doit pas se raliser au dtriment du risque de la rencontre. (Sbastien Muller, Comprendre le Handicap Psychique) Laccompagnement: aller avec , tymologiquement cest lide de manger son pain avec ( con pane ). </li> <li> Page 13 </li> <li> Quelles difficults rencontre la personne handicape psychique dans son insertion? Et que peut faire le professionnel? </li> <li> Page 14 </li> <li> Positionnement de la personne face son handicap: comment le vit-elle? Lexistence de son propre handicap et la difficult accepter la ncessit des soins, faire le deuil de sa vie davant, voire demander de laide, sont des situations difficiles vivre. Ainsi elle peut exprimer des souhaits ntant pas en accord avec ses possibilits actuelles </li> <li> Page 15 </li> <li> Le professionnel: que peut-il faire? Sefforcer de : respecter la personne jusqu admettre quelle ne puisse accepter de suite la ralit continuer faire des propositions, sans les imposer, ni dcider sa place Sauf exception et urgence naturellement La personne doit faire sa propre exprience viter de : - tablir un rapport de force en dnigrant sa faon de voir ou en imposant notre interprtation </li> <li> Page 16 </li> <li> Et la relation lautreLa difficile question du lien social </li> <li> Page 17 </li> <li> Que vit la personne? Une personne handicape peut sembler, par moments, dans un monde diffrent et se couper des autres, par exemple : - ressentir un vide intrieur, qui va se manifester par du mutisme, un retrait, des angoisses, une grand indcision - tre angoisse par des situations nouvelles comme de rencontrer des personnes inconnues - couter attentivement mais, en ralit, ne pas entendre. - avoir des perceptions auditives ou visuelles quelle ne peut partager avec personne - inquiter par des attitudes qui paratront bizarres. </li> <li> Page 18 </li> <li> Notre attitude Sefforcer de : - respecter la personne dans ce quelle est, - comprendre son isolement comme une relle dfense contre lanxit, - linviter tisser des liens, - dvelopper sa confiance en elle, - faire fonctionner un rseau autour delle, rseau qui continuera offrir des liens quelle ne peut pas tablir delle- mme. viter de : - vous sentir affect par une attitude distante ou une discontinuit dans la relation, - couper la relation par crainte de la difficult ou dun refus. </li> <li> Page 19 </li> <li> Les manifestations psychiques du handicap: que vit la personne? Une trs grande sensibilit au stress qui peut provoquer anxit, voire angoisse qui peuvent se traduire par des phobies : - la claustrophobie : angoisse de se trouver confin dans un espace troit et clos, pouvant gnrer la phobie des transports en commun par exemple. - la proximit physique avec dautres personnes peut aussi tre source dangoisse en donnant la personne le sentiment quon envahit son espace. - lagoraphobie : angoisse daffronter la rue, les espaces, les lieux inconnus, sans accompagnateur. Mais aussi - un tat dagitation intrieure intense - souvent un sentiment de culpabilit, qui cre une hyper sensibilit ou un manque de motivation apparent - des obsessions, des ides rcurrentes qui lamne des conduites rptitives - des conduites addictives </li> <li> Page 20 </li> <li> Le professionnel: que peut-il faire? Sefforcer de : - Etablir une relation de confiance - Rassurer la personne Prendre en compte les angoisses et les phobies dans la construction des projets de la personne en lincitant chercher des activits adaptes (travail accessible pied, en cas dangoisse dans les transports en commun), viter de : - porter un jugement en minimisant ou en dvalorisant les angoisses et les phobies de la personne </li> <li> Page 21 </li> <li> Les manifestations cognitives du handicap : que vit la personne? Des difficults de concentration : difficult regarder un film jusquau bout, couter une conversation, suivre son interlocuteur, besoin de retourner dans sa bulle Confusion, difficults aller au bout dun raisonnement, la personne commence une phrase et oublie ce quelle tait en train de dire des troubles de la mmoire court terme : la personne se sent confuse, embrouille, a des difficults assimiler certains lments nouveaux, comme mmoriser une procdure ncessaire la ralisation dun travail par exemple, une difficult programmer ou organiser </li> <li> Page 22 </li> <li> Lenteur: elle peut avoir besoin de temps pour structurer ses ides ou pour rpondre une question. Ces incapacits peuvent concerner des activits apparemment simples comme prendre une douche, faire les courses, organiser une soire plus forte raison, sil sagit de poursuivre des tudes ou dassurer une activit professionnelle. Les mmes troubles provoquent des difficults dattention qui empchent le plus souvent de pouvoir laborer des projets et dimaginer des perspectives davenir. </li> <li> Page 23 </li> <li> Que peut faire le professionnel? Sefforcer de : reconnatre que la personne ne met pas de la mauvaise volont accepter que sa lenteur soit une des manifestations de son handicap faire preuve de patience et de respect rpter calmement sil le faut lui proposer de se fixer des repres : mmento, agenda, listes viter de : faire preuve dagacement ou se montrer irritable, donner limpression dtre press, par exemple en lui coupant la parole ou en finissant les phrases sa place. </li> <li> Page 24 </li> <li> Et son corps, comment le vit-elle? Elle peut le ngliger avec une sorte dindiffrence pour le vcu corporel ainsi que pour lapparence. Le perception de son propre corps devient moins prcise : elle peut avoir des difficults en valuer les dimensions (difficults pour conduire, maladresse pour se mouvoir, p ex) prendre soin de sa sant, aller consulter le gnraliste ou le dentiste nest pas chose simple. Ainsi, les problmes somatiques sajoutent souvent aux troubles psychiques. </li> <li> Page 25 </li> <li> et lhygine de vie beaucoup nont pas une bonne hygine alimentaire. En plus, les effets secondaires de certains mdicaments ne sont pas ngligeables sur la prise de poids. Leur rythme jour/nuit est souvent perturb. Certaines personnes ont besoin de beaucoup dormir. Le sommeil peut tre considr comme rparateur de la fatigue accumule du fait de lagitation psychique. Les rpercussions sur la vie sociale peuvent tre importantes. </li> <li> Page 26 </li> <li> Comment faire, quelle attitude avoir? Sefforcer de : - accepter que, pour cette personne, lapparence ne soit pas prioritaire - linformer avec gentillesse et respect quand elle na pas la tenue adquate, - la laisser libre de faire ce quelle peut faire, en ngociant des limites ne pas dpasser - faire preuve de patience sans tout laisser faire, - crer un climat rassurant vitez de : - rpter toujours les mmes conseils, attitude ressenti par la personne handicape psychique comme du harclement, -prvoir des rendez-vous en dbut de matine. </li> <li> Page 27 </li> <li> Les limites de notre intervention Il est important de connatre les limites de son intervention : Chaque professionnel doit prendre la mesure de ses comptences (accepter les limites de son accompagnement) pour faire appel dautres partenaires. Contacter un partenaire spcialis. Mettre en place des stratgies oprationnelles pour travailler en rseau : Le travail en rseau est indispensable. La coopration entre les acteurs du champ de linsertion professionnel, du sanitaire et/ou du mdico-social est fondamentale. Les diffrents partenaires cooprent de faon complmentaire la dmarche dinsertion, ils sont tous concerns un moment par le parcours et contribuent lvaluation, lorientation, laccompagnement. Laccompagnement cre le lien entre les diffrents professionnels. </li> <li> Page 28 </li> <li> Coordination handicap psychique 01 FORMATION CIBC 14 OCTOBRE 2013 </li> <li> Page 29 </li> <li> Le partenariat et le travail en rseau Cest quoi le travail en partenariat? Logique institutionnelle Contractualisation Cest quoi le travail en rseau? Logique dacteurs Innovation Y-a-t-il une diffrence entre le travail en partenariat et le travail en rseau? </li> <li> Page 30 </li> <li> Historique coordination 01 Un cadre lgislatif qui volue: loi du 11 fvrier 2005 loi du 21 juillet 2009 HPST 2 annes de rencontres et de rflexions avec les structures du soin, les tablissements mdico-sociaux et sociaux, les usagers, lARS, le Conseil Gnral. Diffusion et adhsion de la charte partenariale. 2010: lancement de la coordination, cration dun poste de coordination (0,5 ETP) porte par lORSAC, finance par lARS et anime par un comit de pilotage. </li> <li> Page 31 </li> <li> Objectifs Objectif principal Amliorer la prise en charge des personnes en situation de handicap psychique et favoriser leur intgration dans la cit. Objectifs oprationnels Constituer une base de donnes ou annuaire vivant des ressources du territoire, Favoriser la connaissance mutuelle des acteurs, Proposer des formations pour les professionnels des secteurs sanitaire, social et mdico-social, Favoriser la mise en place des groupes de travail sur des thmatiques transversales. </li> <li> Page 32 </li> <li> Primtre daction Les membres concerns: acteurs du sanitaire, du social et du mdico-social. Le public concern: toute personne adulte en situation de handicap psychique. Le primtre gographique: dpartement de lAin. Fin 2012: 33 adhrents (associations, structures ou tablissements, qui soignent, accueillent, accompagnent, hbergent ou forment des personnes handicapes psychiques). </li> <li> Page 33 </li> <li> Action information auprs des professionnels Centre ressources Cration dun site internet Constituer un fond commun ressource avec la cration dun annuaire Grand intrt des professionnels Annuaire vivant consultable directement en ligne Veille documentaire Lettre infos Coordination 01 </li> <li> Page 34 </li> <li> Formation auprs des professionnels Action formation pour une meilleure connaissance inter institutionnelles et inter disciplinaires Formation favorisant la rencontre des professionnels: partage dexpriences et de rflexions Formation accompagnement des personnes ayant un handicap psychique Formation approche et accueil des personnes ayant un handicap psychique Formation de rflexion autour de la personne en situation de handicap psychique. </li> <li> Page 35 </li> <li> Articulation entre les secteurs Mise en place de groupes dchange de la pratique autour de laccompagnement des personnes en situation de handicap psychique inter institutionnel pluridisciplinaire 3 thmatiques Linsertion professionnelle Vers ou dans le logement La vie quotidienne </li> </ul>

Recommended

View more >