L’aortite tuberculeuse : une série de 5 cas

  • Published on
    30-Dec-2016

  • View
    224

  • Download
    5

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>138 Abstracts</p><p>Mots cls : Ulcre de jambe ; DtersionIntroduction. La phase de dtersion est une tape essentielle dansle processus de cicatrisation des plaies. Il est ncessaire de pou-voir disposer de pansements spciquement concus pour faciliterllimination des dbris brineux en complment de la dtersionmcanique habituelle et par voie de consquence de rduire le dlaide la cicatrisation de ces plaies chroniques.Objectif de ltude EARTH . Comparer lefcacit, la tolranceet lacceptabilit dun nouveau pansement concu pour la prise encharge des plaies exsudatives ds la phase de dtersion par rapport un pansement utilis dans la mme indication.Mthodes. Essai prospectif multicentrique, europen,contrl, randomis. Hypothse de dmontrer la non-infrioritdUrgoClean par rapport au pansement Aquacel dans la prise encharge, ds la phase de dtersion, des ulcres de jambe (UDJ).Critre de jugement principal : rgression relative de surface(RRS) de la plaie par rapport j0, aprs 6 semaines de traitement.Critres secondaires analyss dans ltude : efcacit sur ladtersion, acceptabilit et tolrance des deux pansements valustout au long de lessai.Rsultats. Cent cinquante neuf patients inclus. linclusion, lesdeux groupes taient comparables en particulier sur les critresclassiques prdictifs de cicatrisation. Aprs 6 semaines de suivi, lespourcentages de RRS des plaies taient similaires, pour les deuxgroupes, validant ainsi lhypothse de non-infriorit (analyses PPet ITT concluant aux mmes rsultats). Concernant les critressecondaires, la rduction relative de tissu brineux tait signi-cativement suprieure en faveur du groupe UrgoClean aprs sixsemaines de traitement (65,3 % vs 42,6 %, p = 0,013). Le pour-centage des plaies dterges tait galement nettement suprieur S6 en faveur de ce nouveau pansement (52,5 % vs 35,1 %, p = 0,033),Les pansements ont t bien tolrs dans les 2 groupes au cours delessai (NS).Conclusion. Le nouveau pansement UrgoClean a la mme efca-cit et la mme tolrance que le pansement de rfrence Aquacel.Nanmoins, ce nouveau pansement prsente des proprits dter-sives signicativement suprieures ce pansement contrle dans letraitement des UDJ.</p><p>http://dx.doi.org/10.1016/j.jmv.2013.12.051</p><p>P06Valeur pronostique des troublescognitifs chez les patients hospitalisspour la prise en charge duneartriopathie oblitrante desmembres infrieurs (AOMI)symptomatiqueU. Kassianoff a, I. Dsormaisb, R. Senamauda,P. Lacroixba Unit de mdecine vasculaire, CHRU Dupuytren, Limoges, Franceb IENT, Inserm U 1094, unit de mdecine vasculaire, facult demdecine, CHRU Dupuytren, Limoges, France</p><p>Mots cls : Troubles cognitifs ; ArtriopathieObjectifs. En population gnrale, un Index de Pression Systo-lique (IPS) infrieur 0,9 est un marqueur de risque de troublescognitifs et de dmence. La prvalence des troubles cognitifs chezles sujets hospitaliss pour une AOMI symptomatique est inconnue.Lobjectif principal de cette tude est de dterminer la prvalencedes troubles cognitifs et leur valeur pronostique sur la survenuedvnements cardiovasculaires lors de lhospitalisation.Patients et mthodes. Cette tude prospective a t meneen monocentrique sur les sujets de la base COPART. Le critredinclusion tait dni par la prsence dune AOMI symptomatique.En complment des donnes recueillies en routine les sujets ont tsoumis aux tests suivants : MMSE, test de lHorloge, preuve des cinq</p><p>mots de Dubois et test de Fluence Verbale. Le critre de jugementa t dni par la prsence dau moins un test pathologique.Rsultats. De novembre 2012 aot 2013, 144 patients ontt inclus ; 99 (68,8 %) prsentent des troubles cognitifs. Lge(p &lt; 0,001), lhypertension artrielle (p = 0,02), linsufsance car-diaque (p = 0,04) ainsi que le stade volu de lAOMI (p &lt; 0,001)semblent tre signicativement associs la prsence des troublescognitifs. Aprs analyse multivarie, les troubles cognitifs res-tent fortement associs un ge plus lev (HR = 1,04 ; IC95% : 1,001,08) et une AOMI plus volue (HR = 2,80 ; IC 95% :1,077,25). Lors de lhospitalisation, 30 sujets ont prsent un v-nement cardiovasculaire dont la survenue semble tre corrle la prsence des troubles cognitifs (p = 0,017). Cette ten-dance se maintient aprs analyse multivarie (HR = 3,27 ; IC 95% :0,9810,88).Conclusion. Cette tude conrme lhypothse dune prvalenceleve des troubles cognitifs chez les sujets artriopathes et sug-gre leur inuence pronostique pjorative.</p><p>http://dx.doi.org/10.1016/j.jmv.2013.12.052</p><p>P07Laortite tuberculeuse : une srie de5 casA. Stansal , T. Mirault , A. Charbonnel ,C. Minozzi , P. Bruneval , J.M. Alsac , A. Azarine ,E. MessasHpital Europen Georges-Pompidou, Paris, France</p><p>Mots cls : Aortite ; TuberculoseObjectifs. Le but de cette tude est de dcrire les modes deprsentation, les moyens diagnostiques et leurs volutions sous trai-tement des aortites tuberculeuses.Patients et mthodes. Revue dune srie de 5 patients, suivis dansle service de mdecine vasculaire de lHEGP Paris, dont diffrentslments clinico-bio-radio et anatomopathologiques ont permis deconclure au diagnostic daortite tuberculeuse. Comparaison des dif-frents cas.Rsultats. Cent pour cent des patients taient de sexe fminin.La moyenne dge tait de 39 ans. La prsentation clinique initialetait diffrente pour chacune des 5 patientes : le cas no 1 prsentaitune HTAavec anisotension, le cas no 2 avait une insufsance rnaleaigu, le cas no 3 souffrait de saignement gingival avec thrombo-pnie, le cas no 4 prsentait un tableau plus classique daltrationde ltat gnral avec amaigrissement et sueurs nocturnes, lecas no 5 se plaignait dangor. Un syndrome inammatoire biolo-gique tait prsent dans 100% des cas. Le dosage du quantifrontait fortement positif dans 80 % des cas, lIDR ralise chez80% des patientes tait galement largement positive. Les image-ries retrouvaient des paississements paritaux (80 %), des stnosesou occlusions artrielles (80 %), et des anvrysmes et faux an-vrysmes artriels (40 %). On retrouvait chez 100% des patients desadnomgalies mdiastinales et cervicales, une biopsie a t pra-tique dans 80% des cas, et retrouvait alors dans 100% des casun granulome gigantocellulaire avec ou sans ncrose caseuse. Laculture tait positive pour M.Tuberculosis dans 80% des cas.Lvolution sous traitement antituberculeux prolong de 6 12moisa t favorable pour 100% des patientes avec disparition des symp-tmes, du syndrome inammatoire, des paississements paritauxet des adnomgalies.Lors du suivi, 40 % dentre elles ont prsent une rcidive dessymptmes 3 6mois aprs larrt du traitement antituberculeux,avec rascension du syndrome inammatoire et paississementsaux imageries, faisant suspecter le diagnostic dune aortite tuber-culeuse sur un terrain dartrite de Takayasu. Linstauration dunecorticothrapie avait alors permis une gurison complte.Conclusion. Laortite tuberculeuse est une entit rare dans lespays dvelopps, dont le diagnostic est souvent difcile. travers</p></li><li><p>Posters 139</p><p>5 cas cliniques, nous illustrons la diversit des manifestations decette maladie. Nous insistons sur la prsentation pouvant mimerune maladie de Takayasu et sur le chevauchement quil semble yavoir entre ces deux maladies.</p><p>http://dx.doi.org/10.1016/j.jmv.2013.12.053</p><p>P08Un nouvel outil pour tudierlanatomie 3D de lembryon humain :la dissection anatomique assiste parordinateur (DAAO)J.F. Uhl , M. Chahim , C. GillotUniversit Paris Descartes, Paris, France</p><p>Mots cls : Embryognse ; Embryons ; Reconstruction 3DObjectifs. Lorganognse du systme veineux des membresinfrieurs est trs mal connue et notre connaissance, aucunevisualisation directe na jamais t ralise. Le but de cette tudeest de proposer une mthodologie qui permet de faire une recons-truction 3D raliste dembryons humains.Matriels et mthodes. La dissection anatomique assiste parordinateur (DAAO). Aprs inclusion en parafne des membres inf-rieurs dembryons, des coupes de 5micromtres dpaisseur sontfaites par blocs de 10. Les 4 premires sont colores comme suit :Hematein-Eosin-Safran (HES) est considr comme la coupe derfrence ; le trichrome de Masson identie les bres de collagne, coloresen bleu par lAniline ; la protine S100 est un immune-marqueur des nerfs en gnral ; le D2-40 est utilis pour limmuno-marquage de vaisseaux.La numrisation des coupes marques est faite laide dun scanner 600DPI, ce qui fournit environ 800 images. Aprs alignement etnumrotation des coupes, une reconstruction 3D est ralise parune technique de segmentation manuelle en utilisant un logicielspcial : WinsurfTM 3.5.Ceci permet dobtenir lobjet 3D vectoriel de chacune des struc-tures dintrt : peau, os, muscles, nerfs, artres et veines. Onrunit enn tous les objets 3D pour crer le modle nal.Rsultats. Nos premiers rsultats portant sur seulement 3 ftus,montrent lexistence dune volumineuse veine axiale, satellite dugrand nerf sciatique, suggrant que cette veine est dominante la n de lorganogense. Par la suite, elle devient hypoplasiquechez ladulte dans 95 % des cas. Sa persistance est lorigine desvariations de la veine fmorale.Conclusion. Cette technique de DAAO est unique pour obtenirun modle 3D raliste et interactif de lanatomie embryonnairehumaine. Nos premiers rsultats conrment les hypothses de lathorie des nerfs angiodirecteurs . Nous conrmons les rapportstopographiques troits entre les nerfs et les veines du membreinfrieur, en accord avec le rle important jou par le vascularendothelial growth factor (VEGF) secrt par les nerfs.Ceci est la base de la maturation des vaisseaux le long des axesnerveux, mais aussi induit leur spcialisation en artres, veines oulymphatiques.</p><p>http://dx.doi.org/10.1016/j.jmv.2013.12.054</p><p>P09Les nouveaux outils pour tudierlanatomie vasculaire : Lamodlisation 3D interactive et laralit virtuelle anatomiqueJ.F. Uhl , M. Chahim , V. DelmasUniversit Paris Descartes, Paris, France</p><p>Mots cls : Anatomie ; Modlisation 3D des vaisseaux ;EnseignementObjectifs. Les nouvelles techniques dimagerie numriques vo-luent paralllement la puissance des ordinateurs et descommunications Internet. Dans le domaine de lanatomie humaine,elles rvolutionnent les mthodes pdagogiques et la recherche.Nous avons rcemment cr une chaire danatomie numrique dansle cadre de lUNESCO (chaire UNITWIN) dans le but de dvelop-per des partenariats inter-universitaires pour lenseignement destudiants en mdecine en utilisation de ces nouveaux outils.Matriels et mthodes. Les logiciels de reconstruction 3D, prin-cipalement VRT partir dangioscanner hlicodal de patients nousfournissent des modles interactifs de lanatomie du corps humain.Nous dveloppons des logiciels et des techniques spciques quiutilisent ces donnes dans un but pdagogique :Vizua3D (base de donnes avec moteur GPU dport fonctionnantavec le cloud) ; fabrication dobjets anatomiques en rsine au moyen dune impri-mante 3D ;laboration dune table de dissection virtuelle avec cran tactile ; cration de bibliothques de variations anatomiques et de cascliniques ; intgration dimagerie 3D interactive en relief dans les coursdanatomie.Rsultats. Ces nouveaux outils sont dvelopps avec des universi-ts partenaires dans le monde.Pour faciliter et diffuser lenseignement de lanatomie humaine,qui est la base de toutes les activits mdicales diagnostiques etthrapeutiques.La morphologique quantitative que permet la modlisation 3D estaussi dun grand intrt pour les travaux de recherche.Conclusion. La rvolution de limagerie et les progrs delinformatique permettent non seulement de mieux explorer nospatients vasculaires dans un but diagnostique, mais aussi sont la base de nouveaux outils pdagogiques innovants en anatomieartrielle et veineuse.</p><p>http://dx.doi.org/10.1016/j.jmv.2013.12.055</p><p>P10Prise en charge de linsufsanceveineuse du sujet g : lapport de lasclrothrapie cho-guideM. Chahima, J.P. Benigni b, J.F. Uhl c,M. Schadeckba Hpital Corentin-Celton, Issy-Les-Moulineaux, Franceb Hpital Begin, St-Mand, Francec Universit Descartes, Paris, France</p><p>Mots cls : Varices ; chosclrose ; Sujet gObjectifs. valuer les rsultats de la sclrothrapie cho-guidechez les sujets gs.Patients et mthodes. tude rtrospective de 850 patients (85 %de femmes et 15 % dhommes) avec une moyenne dge de 78 anssuivis sur 5 ans. La rpartition selon la classication CEAP tait lasuivante : C2 : 23 %, C3 : 49 %, C4 : 19 %, C5 : 5 %, C6 : 4 %.Au total, 1275 axes veineux ont t traits : 837grandes saphnes(GVS), 422 petites saphnes (PVS) et 16 perforantes. Le diamtredes axes traits tait de 3 10mm (moyenne 6,2). Le nombre moyende sances a t de 3,2 par patient.Rsultats. Le taux docclusion des troncs traits a t de 99,3 %.Le taux docclusion tait total condition dassurer le suivi habituelet de pratiquer des sclrothrapies de rappel en cas de reperma-bilisation partielle.Complications : pas de thrombose. Des ractions inammatoiresfortes (veinite) ont t observes dans 2,5 % des cas, ragissantbien la compressothrapie et la prescription dAINS.</p></li></ul>