Le petit bulletin - Grenoble - 1008

  • Published on
    27-Jul-2016

  • View
    215

  • Download
    1

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

Transcript

  • LA TRONCHE

    jazz

    >

    Une prsence incomparable !

    Omer Avital quintetJeudi 31 mars 20h30

    1 rue des Essarts 38 160 Gires Tram B ou C arrt Condillac

    Recherche des volontaires,ffeemmmmeess eett hhoommmmeess

    gs de 1188 6655 aannsspour participer une tude indemnise e

    ppaarrttiirr ddee 11001100

    0044 7766 0011 2222 3300wwwwww..ooppttiimmeedd--rreeccrruutteemmeenntt..ccoomm

    Indemnit forfaitaire exonre dimpt selon la rglementation en vigueur.

    Centre dvaluation du mdicamentAgr par le Ministre de la sant

    LHEBDO GRATUIT DES SPECTACLES

    ans les aroports, on pro-pose de jouir du silencecomme d'un produit de luxe.Dans les salons "affaires",

    pas de tlvision, pas de publicit surles murs, alors que dans le reste desaroports rgne la cacophonie habi-tuelle. Il m'est venu cette terrifianteimage d'un monde divis en deux :d'un ct, ceux qui ont droit au silenceet la concentration, qui crent etbnficient de la reconnaissance deleurs mtiers ; de l'autre, ceux qui

    sont condamns au bruit et subissent,sans en avoir conscience, les crationspublicitaires inventes par ceux-lmmes qui ont bnfici du silence... Il y a plusieurs faons de se penchersur la thmatique de la lutte desclasses. Celle de l'Amricain MatthewB. Crawford, philosophe que l'on abeaucoup vu dans les mdias franaisen ce mois de mars (ici un extrait deson interview Tlrama) pour vo-quer les drives de notre monde ultra-connect, a le mrite de dplacer

    originalement le curseur. Une ide djvoque par certains (comme en 2004le trs cynique ancien boss de TF1Patrick Le Lay avec sa fameuse expres-sion sur le temps de cerveau humaindisponible ) mais qui, formule de lasorte et solidement argumente, faitfroid dans le dos. On voulait du coupvous l'offrir, comme a, en cadeau,parce qu'on est sympa. De rien. Nouson file en librairie acheter le bouquinde ce fameux Crawford. Et on seraoptimistes une prochaine fois.

    DITOPAR AURLIEN MARTINEZ

    D

    LA UNE - FESTIVALLES DTOURS DE BABEL GRENOBLE ET DANS LAGGLO

    LE PETIT BULLETIN

    DU 23.03 AU 29.03.16 / N1008

    DR

    SUPPLMENTPARCOURSTOUT SUR LALICENCE

    ACTU 02MUSEUM WEEKLes muses sont fond sur Twitter

    CINMA 04MDECIN DECAMPAGNEDu grand Thomas Lilti

    www.petit-bulletin.fr/grenoble

  • STAGE DANGLAIS INTENSIFLIGIBLE AU CPF

    Du 23 mai au 10 Juin 201660 heures, 9h 13h tous les jours pendant 3 semaines conscutives

    LUGA : centre de passation BULATSProchaines sessions : z 31 marsz 26 Avrilz 19 Maiz 14 Juinz 7 Juillet

    CONTACT formation.continue@univ-grenoble-alpes.fr04 76 82 43 12

    LIEU Maison des langues et des cultures

    www.univ-grenoble-alpes.fr

    SE FORMER TOUT AU LONG DE LA VIE

    vnement

    LES MUSES L'ASSAUTDES RSEAUX SOCIAUX

    Troisime dition pour la Museum Week, semaine mondiale des musessur Twitter. Sept jours de partages et de dcouvertes culturels en ligne quidbutent ce lundi 28 mars. Grenoble, quatre institutions joueront le jeu.

    On a rencontr la responsable du projet pour le Muse de Grenoble.PAR CHARLINE CORUBOLO

    On a mis numro 1, mais en faitc'est le numro 0 ! Quartierchic, c'est un nouveau maga-zine qui vient de voir le jour Grenoble. Mais un magazineatypique, avec un message fortcomme nous l'explique BrahimRajab, directeur du Pruniersauvage. C'est dans la conti-nuit de ce qu'on a toujours faitau Prunier sauvage : lutter contreles discriminations sociales etculturelles, jouer sur les reprsen-tations et donner une autre lecture de nosquartiers populaires qui ne doivent pas seule-ment tre regards travers le prisme social. Le premier numro est sorti ce mois-ci :16 pages tires 2 000 exemplaires et distri-bues tous les deux mois dans les botes auxlettres du secteur 3 de Grenoble et dans diff-rents lieux de vie du secteur comme de laville entire. l'intrieur, un dito qui pose bien les bases,des petits articles sur l'actualit culturelle, le

    portrait d'un habitant qui aouvert son magasin ou encoreun reportage photo. Il est faitsurtout par l'quipe du Pruniersauvage, mme si un tudiant duquartier a propos un article etune habitante a crit un pome.On souhaite pour les prochainsnumros que a soit davantageparticipatif. Si les premiers retours sonttrs positifs ( sur Facebook, onn'a jamais eu quelque chose qui a

    t autant partag ! ), Brahim Rajab rappelleque l'aventure est fragile son quipe est flux tendu et il n'a pas de ligne budgtairesupplmentaire pour ce projet. Les solutionspour l'avenir passeront par les citoyens. Nous,on n'attend plus grand-chose d'en haut comme jele dis souvent. On sollicite donc tous ceux quiveulent participer la cration de ce petitjournal. Un appel aux dons a t lanc sur laplateforme Ulule pour financer les troispremiers numros.

    initiative

    UNE TRS CHIC AVENTUREPAR AURLIEN MARTINEZ

    Le chiffre cl de cette troisimedition de la Museum Weekdemeure le mme que lesannes prcdentes : 7. Riende divin dans tout cela, seule-ment un programme savam-ment tudi : 7 jours offrant7 thmes diffrents, recon-naissables avec 7 mots-dise "hashtags" en anglais et,surtout, dans le langage deTwitter.Mais avant de rentrer dans levif du virtuel, revenons sur lagense de ce projet : en 2014,douze muses franais serunissent pour lancer le pre-mier vnement culturelmondial sur Twitter. IntituleMuseum Week, pour semainedes muses sur Twitter, l'op-ration vise dvoiler au grandpublic le quotidien et lescoulisses des tablissementsculturels. Un partage qui sefait alors en ligne grce desanecdotes, des photographiesou encore des vidos avec unthme diffrent chaque jour.

    LeS quatre grenobLoiS Grenoble, pour cette troi-sime semaine en rseau, onretrouve les mmes que l'anpass : le Muse de Grenoble,la Casemate, le Muse archo-logique et le Musum. La MW a t pense collective-ment. On a fait une runion decoordination pour crer desliens nous explique FloreRicoux, charge des projetsnumriques au Muse de

    Grenoble (un poste cr endcembre 2013). Elle nousdtaille alors une partie duprogramme. Une journe quime parat intressante est celledu jeudi #heritageMW. On vavoquer les enjeux sociaux, lanotion de conservation. Avec#peopleMW le mardi, on vaparler des gens qui ont marqula culture grenobloise, ce quipermet de faire des connexionsavec la ville. Par exemple, der-rire le nom du boulevardAgutte-Sembat se cachent desartistes. Pour #zoomMW lesamedi, il va y avoir pas mald'changes avec la Casemate etle Museum pour leur prochaineexposition sur les monstres. Etavec #futureMW le vendredi, on"teasera" sur les prochainesexpos du muse. Des thmes varis les troisautres : #secretsMW le lundi,#architectureMW le mercrediet #loveMW le dimanche

    pour illustrer la vitalit desmtiers et des institutions .

    SoyonS amiSUne Museum Week quis'annonce donc ludique et quireflte surtout une tendance :les institutions culturelles,muses en tte, investissentde plus en plus les rseauxsociaux : travers Internet,on essaye de toucher un pluslarge public en repensant l'accs la culture par les nouveauxusages. L'ide est de communi-quer avec les gens l o ils sont sur Facebook, Twitter, Insta-gram Ce sont des canaux quipermettent des relations peut-tre plus directes et plus infor-melles. Il n'y a qu' suivre leTwitter du muse, trs ractifet interactif, pour s'en rendrecompte.

    muSeum weekDu 28 mars au 3 avril, sur Twitter

    Coren

    tin M

    ossi

    re / M

    use

    de Gren

    oble

    DR

    ACTU PB N1008 DU 23.03 AU 29.03 2016 2

    Pho

    to :

    J

    ean-

    Loui

    s Fe

    rnan

    dez

    avec Thomas Gonzalez Judith Henry lose Mignon Stanislas Nordey Laurent Sauvage

    du 24 marsau 2 avril

  • LA UNE PB N1008 DU 23.03 AU 29.03 2016 3

    n 2013, pour la troisime ditiondu festival, nous avions para-phras Antoine Vitez et titr notrearticle litisme pour tous . Vous

    reconnaissez-vous dans cette expression ?Benot Thiebergien : Oui et non, je me mfiedes ismes. Vitez parlait de thtre litaire pourtous . Parlerait-on d'un festival populiste pour dire populaire ? La formule est doublesens. Soit elle fait rfrence aux lites quisavent ce qu'il convient de proposer au peuplepour l'duquer : une vision obsolte de l'actionculturelle aujourd'hui dans laquelle nous nenous retrouvons pas. Soit elle considre qu'unedmarche artistique exigeante que l'on penserserve quelques-uns est un a priori quidisparait quand elle va la rencontre de tousles publics, qui sont souvent bien plus curieuxqu'on ne le croit. C'est dans ce sens que je vousrejoins dans cette paraphrase. Babel, on veut maintenir cette exigenceartistique au centre de nos proccupationsavec des choix qui ne sont pas forcmentmainstream. Prendre des risques, soutenir lacration et l'ouvrir la diversit culturelle,croiser aussi les professionnels et les amateurs,et bien sr s'adresser des publics trs largesfont partie de nos priorits. Pourtant, si lefestival garde encore parfois une image litistechez certains, c'est sans doute parce quils n'yviennent pas

    On pourrait donc s'entendre sur l'expres-sion exigence pour tous ?Oui, nous considrons que l'on peut se divertir,prendre du plaisir, vivre l'motion du concerttout en rflchissant, s'interrogeant, en abor-dant des sujets qui questionnent la socit danslaquelle on vit, notamment travers lesthmatiques que nous choisissons. On veutsortir de cette dichotomie entre musiquessavantes, srieuses pour les gens cultivs et

    E

    muSique

    UN FESTIVAL DE DCOUVERTEET DE CONFIRMATION

    Depuis 2011 a lieu chaque dbut de printemps Grenoble (et en Isre) un festival exigeant centr sur des musiquesque l'on n'a pas l'occasion d'couter tous les jours. Son nom ? Les Dtours de Babel. Avant de zoomer sur l'allchante programmationde cette sixime dition, on a caus programmation, langages musicaux ou encore litisme suppos avec le boss Benot Thiebergien.

    PAR AURLIE