Le Rite Ecossais Ancien et Accepté - Alain Graeselalain- ?· Ecossais Ancien et Accepté (REAA) se…

  • Published on
    12-Jan-2019

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

<p>A. Graesel - Tous droits rservs Page 1 </p> <p>Le Rite Ecossais Ancien et Accept et le Grand Orient de France </p> <p>du 18 e sicle nos jours. Par Alain Graesel Ancien Grand Matre de la GLDF Juin 2006 Juin 2009 Prsident de la Confdration des Grandes Loges Unies d'Europe. " nous ne pratiquons pas tous le Rite cossais Ancien et Accept, nous pratiquons tous les rites puisque nous en sommes propritaires [ ] pour nous le Grand Orient de France est aussi une obdience spiritualiste. C'est une obdience qui atteint la transcendance " </p> <p> Cette dclaration a t faite par le Grand Matre du Grand Orient de France (GODF), le 21 juin 2009, invit la "Crmonie de rception des obdiences amies" (sic) qui suit la clture du Convent de la Grande Loge de France (GLDF), en prsence de 300 Frres et Surs du monde entier, reprsentant 48 obdiences, aprs son accueil par le Grand Matre de la GLDF dans le Grand Temple de la rue Puteaux. Elle est proprement ahurissante. Elle a d'ailleurs stupfait tous les participants la crmonie et pas uniquement les Frres de la GLDF. Mais lorsque le Grand Matre du GODF s'exprime ainsi, il formule la position officielle de son obdience qui considre manifestement que tout ce qui est maonnique en France relve de ce qu'elle estime tre sa naturelle autorit. </p> <p>_____________ On comprendra ds lors que si le Rite Ecossais Ancien et Accept (REAA) se porte bien aujourd'hui en France comme dans le monde - dans les deux instances fortes et reconnues que sont le Suprme Conseil de France (SCDF) et la GLDF, il aura fallu ces dernires la volont d'affirmer leur dynamisme et la capacit djouer, depuis 1773, les manuvres qui ont tent plusieurs reprises de les rayer de la carte maonnique. Revenons au problme pos. </p> <p>Le GODF se veut propritaire de tous les rites et donc du REAA. Sur quoi une telle assertion peut elle s'appuyer ? Quel est son degr de vrit ou de fausset ? Essayons d'y voir plus clair. Il est indispensable pour cela d'voquer les conditions historiques de la naissance de l'cossisme et de son dveloppement. Nous tenterons donc de rpondre aux trois questions suivantes : Quel est le lien entre la GLDF de 1728, les hauts grades cossais et le REAA ? Le GODF a-t-il tent des manuvres pour annexer la maonnerie cossaise ? En vertu de quoi pourrait-il se qualifier de propritaire du REAA ? Lhistoire du REAA son apparition et son dveloppement - est directement attache la tradition maonnique des origines opratives enrichies par des apports complexes et il convient de faire rfrence aux vnements qui impactent cette tradition et aux volutions qui faonneront ce rite et la maonnerie telle que nous la connaissons aujourdhui. </p> <p>_____________ Premire question. Quel est le lien entre la GLDF de 1728, les Hauts Grades cossais et le REAA ? La premire obdience cre en France est la "Grande Loge des Matres maons de Paris, dite Grande loge de France" qui apparat en 1728. Le nom "Grande Loge de France" apparat lui explicitement pour la premire fois en fvrier 1737, dans le certificat de constitution de la loge Bussy-Aumont. Les loges de la GLDF pratiquent au dpart, quelques exceptions prs, uniquement les rituels des deux premiers degrs. C'est dans ses loges et dans les loges dites cossaises qu'apparaissent, partir des annes 1725 / 1730, le 3e degr symbolique (avec la lgende d'Hiram) puis les Hauts Grades qui donneront naissance au REAA. Les Hauts Grades apparaissent en France ds 1730 / 1740, et le Chevalier </p> <p>A. Graesel - Tous droits rservs Page 2 </p> <p>de Ramsay, Grand Orateur de lordre en France, prononce et diffuse son clbre discours (deux versions 1736 et 1738). En rupture avec la vulgate londonienne il porte son attention sur lorigine et la lgende chevaleresque de lOrdre ainsi que sur ses buts. Il souligne avec un accent trs platonicien que " le got suprme de l'ordre, de la symtrie et de la projection ne peut tre inspir que par le Grand Gomtre architecte de l'Univers, dont les ides ternelles sont les modles du vrai Beau ". La vision de la maonnerie strictement oprative est ds lors dfinitivement dpasse. Ce discours concide avec lapparition des hauts grades pour lesquels il constitue un texte de rfrence. Ds lors en plus du 3e degr hiramique, lexistence dun 4e degr de "Matre cossais" se confirme et on diffuse le grade de Royal Arch qui se focalise sur la dcouverte des secrets originels de la maonnerie, donnant la dmarche une dimension sotrique. Ces grades portent ainsi en germe le dveloppement du REAA. C'est au cours de ces annes pionnires et agites que les systmes cossais s'organisent en France. Le dveloppement de ces loges cossaises en France est favoris par celui, simultan, de Mres Loges cossaises telles que celle de la "Parfaite Loge dcosse de Saint Jean de Jrusalem" fonde Bordeaux par E. Morin. Marseille par exemple cre une mre loge en 1751 travaillant des grades cossais et philosophiques, "fonctionnant comme une obdience" (1) et dlivrant des patentes de hauts grades". Avignon, Lyon, Metz, Paris et d'autres orients sinstallent dans ce sillage, parfois sous lgide du Comte de Clermont, alors Grand Matre de la GLDF, ou parfois indpendamment de celui-ci. Elles ont un rle central dans la diffusion de lcossisme car leur indpendance vis--vis des loges travaillant selon les rituels </p> <p> 1 Ordo ab Chao OAC N 48 49 </p> <p>alors pratiqus en France leur permet de ne pas se diluer dans les rituels de ces derniers. Ces loges, comme beaucoup d'autres de la GLDF, ne rallieront jamais le GODF mais rejoindront, avec d'autres, le SCDF au moment de sa cration en 1804. La maonnerie cossaise regroupe ds cette poque : - soit des loges des trois premiers degrs pratiquant des rituels et des rfrences comportant la lgende dHiram; - soit des loges souches sur une loge de Hauts grades pratiquant des degrs au-del de la matrise tel que le " Grand cossais", modle du futur "Grand lu Parfait et Sublime Maon" du REAA " (2). Ces grades cossais, qui permettent daccder une "chevalerie maonnique", sont rservs tout dabord une lite de maons et les termes "cossais" et "cossisme", dsignent alors en France tout ce que la maonnerie considre comme particulirement digne de respect, sans rapport avec une origine gographique lie lcosse elle-mme. Succs considrable : ils se rpandent dans toute lEurope et structurent progressivement une maonnerie traditionnelle et spirituelle face une maonnerie de sociabilit qui se transforme en phnomne mondain. Et en France on voit se dvelopper le Rite de Perfection en 25 degrs que E. Morin avec patente reue de la GLDF - emportera vers les Antilles en 1761 d'o il reviendra 40 ans plus tard sous la forme du REAA en 33 degrs. La sparation des loges de hauts grades des loges "bleues". Point essentiel, les loges des hauts grades vont se sparer progressivement des loges symboliques qui seront ds lors exclusivement consacres aux trois premiers degrs et on voit apparatre ici et l des loges symboliques pratiquant un rituel dit "cossais" distinct. La parution en 1760 du rituel dit " The Three Distincts Knots " marque une tape </p> <p> 2 - La peau, l'or et la soie Passeurs de lune / GLDF. </p> <p>A. Graesel - Tous droits rservs Page 3 </p> <p>essentielle. De fait il est une des principales sources du R.E.A.A. dans ses trois premiers degrs, son texte marquant une consolidation des pratiques qui va acclrer lancrage progressif dans des rfrences traditionnelles. En rsum : le REAA, inspir pour lessentiel de rituels cossais mais aussi essentiellement franais, est n non pas en cosse mais en France, bien antrieurement 1773, dans des loges de la Grande Loge de France de 1728 et dans les Mres Loges cossaises des grandes mtropoles de l'poque. Ces structures ont dvelopp des rituels initiatiques rfres la tradition oprative (querre, compas, ), intgrant progressivement des symboles venant d'autres corpus sotriques (Kabbale, mythes gyptiens et grecs,), alchimistes ou chevaleresques et auxquels ils donneront progressivement le sens que nous leur connaissons aujourd'hui. On peut souligner le fait que leur rdaction ne relve en aucun cas de l'initiative ni de l'autorit du GODF qui n'existait pas avant 1773 et qui n'en a eu connaissance que lorsque les instances qui en avaient l'initiative et le contrle, les avaient promulgus. </p> <p>____________ Deuxime question. Le GODF a-t-il tent des manuvres pour annexer la maonnerie cossaise ? Retour sur l'histoire. La naissance du GODF se produit la suite de conflits entre des Frres de la Grande Loge de France la mort de leur Grand Matre, le Comte de Clermont en 1771. La scission qui se produit donne naissance en 1773 au Grand Orient de France. Le GODF est donc le rsultat dune opposition entre des Frres de la GLDF de 1728 / 1737 en dsaccord sur des rgles de fonctionnement et qui ne trouvent d'autre solution que la sparation et la cration d'une deuxime obdience qui se </p> <p>prsentera fallacieusement et immdiatement comme hritire de la premire qui continue pourtant de fonctionner au vu et au su de tous. En effet la rsistance de la GLDF s'organise car toutes les loges du Royaume ne suivent pas les Frres dans la scission. Et ds 1773 la Grande Loge de France "maintenue" soutient laffirmation de sa lgitimit, face un GODF tenu par elle pour schismatique. Sentant merger l une opposition soucieuse de saffranchir de sa volont hgmonique, le GODF veut saffirmer auprs des loges cossaises de la GLDF et des Mres Loges cossaises comme un pouvoir lgitim par une radicale antriorit dont la revendication est historiquement indfendable. Il veut aussi rgenter les rituels (3) quil impose et prescrit toutes les loges de son ressort. Et doctrinalement dstabilis devant les rituels des hauts grades cossais qui ne correspondent pas sa culture, il les regroupe en laissant entendre que c'est lui qu'il revient de mettre de lordre dans ces systmes qui se dveloppent pourtant hors de lui. Il fixe alors le Rite Franais en sept degrs avec quatre hauts grades inspirs des degrs existants dont il prtend s'arroger la proprit originelle. Mais la GLDF continue de fonctionner, au point que cette existence effective et atteste ruine rellement la prtention du GODF se prsenter comme lunique hritier de la GL de 1728 ce quil fait pourtant - si lon peut dire - " rgulirement ". On peut d'ailleurs souligner l'extravagance. Certains disent que la Grande Loge de France cesse d'exister en 1773. Mais curieusement la volont que le GODF manifeste partir de 1773 d'absorber la Grande Loge de France "maintenue" ne peut avoir de fondement que si lobdience absorber existe bel et bien sauf vouloir absorber une obdience qui n'existerait pas </p> <p> 3 OAC N 54 </p> <p>A. Graesel - Tous droits rservs Page 4 </p> <p>Il est donc plaisant de constater que ceux qui tiennent ce type de discours contraire ne se rendent pas compte ou font semblant - de linvraisemblance de la position. titre d'exemple, de nombreux documents manant de ses services aujourdhui indiquent "GODF, obdience cre en 1728, alors appele Grande Loge de France" -. Mais retour l'histoire. En 1789 la Rvolution met mal les deux obdiences qui interrompent chacune leurs travaux. Elles sortent de cette priode totalement exsangues. Fin d'une poque, dbut d'une autre. La fusion de 1799. En 1795 les travaux reprennent et en 1796, le GODF veut une fois de plus absorber de force la GLDF. Cette dernire, galement trs affaiblie, ne rsiste pas. C'est la fusion des archives de la GLDF et du GODF en 1799. Mais comme en 1773, en dpit de cette fusion force et non souhaite par de nombreuses loges de la GLDF et cense la faire disparatre, il reste en France des loges de la GLDF et des Mres Loges cossaises qui une fois de plus refusent ce quelles considrent comme une inacceptable subordination. L'esprit et la volont de la GLDF demeurent. Bon nombre des Frres qui lui restent fidles - et la dmarche initiatique quils portent - vont immdiatement revenir au premier plan au travers du SCDF qui va, ds sa cration, reprendre et organiser lhritage la fois institutionnel et doctrinal de la premire maonnerie cossaise en donnant refuge aux loges qui refusent la prminence du GODF. Et en 1801, alors que le GODF publie le " Rgulateur du Maon " (au Rite Franais Moderne) et dclare dfinitivement "non rgulires" les loges cossaises pratiquant un rite " non reconnu par lui ", la cration du Suprme Conseil du REAA Charleston marque la naissance institutionnelle du rite avec la fixation du systme en 33 degrs que nous connaissons. </p> <p> De fait, au cours de ces annes turbulentes, le REAA qui s'est progressivement stabilis en un continuum initiatique, s'il est en ordre de marche sur le plan doctrinal, n'a pas encore l'institution en mesure de le prenniser en France. La naissance du SCDF ouvre l'tape dcisive. Ltablissement du Suprme Conseil De France. Lorsque Auguste de Grasse-Tilly fonde le 20 octobre 1804 le Suprme Conseil de France du Rite cossais Ancien et Accept dont il devient Souverain Grand Commandeur, il rassemble rapidement autour de lui les Frres des loges cossaises mises l'index par le GODF. Et c'est avec leur appui qu'il cre le 22 octobre la Grande Loge Gnrale cossaise de France son existence fut brve mais son titre distinctif est explicite - en charge des trois premiers degrs symbolique. De suite les fondateurs du SCDF, se dmarquent des loges bleues du GODF en adoptant un rituel spcifique. C'est le "Guide des Maons cossais", plus ancien rituel imprim du REAA en France pour les trois premiers degrs. L'excitation atteint son paroxysme. Le Concordat de dcembre 1804 : un 18 brumaire maonnique. Comme l'apparition du SCDF redonne force et vigueur aux loges et aux Mres Loges cossaises qui ont refus la soumission, le GODF voyant se reconstituer une obdience rivale, exige rapidement lassimilation du SCDF en son propre sein en invoquant la volont expresse de lEmpereur qui, en excellent militaire, ne veut voir qu'une seule tte. Il ny a dautre choix que de sy soumettre. Le 3 dcembre 1804, soutenu par le pouvoir politique, le coup de force du Concordat est consomm sous la forme d'un 18 Brumaire maonnique selon lequel le GODF intgre le nouveau Rite cossais en 33 degrs et sattribue la matrise directe des 18 premiers, laissant au SCDF le soin de rgir les suivants. Cette caricature de ngociation est un moment particulirement difficile pour les Maons cossais. </p> <p>A. Graesel - Tous droits rservs Page 5 </p> <p> La violation du Concordat en juillet 1805. Toutefois et de surcrot, en violation du Concordat qu'il a lui mme souhait, le 5 juillet 1805, le GODF cre en son sein un Grand Directoire des Rites qui prtend confrer lui-mme ses membres le 33e degr du REAA. Prenant acte de ce quil considre juste raison comme une rupture des accords antrieurs, de Grasse-Tilly, rompt avec le GODF en septembre 1805 et annonce le rtablissement de la Grande Loge Gnrale cossaise de Fra...</p>

Recommended

View more >