L’eau sur le continent africain

  • Published on
    21-Jan-2016

  • View
    23

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

BEI 1999 Sciences de leau et environnement. Leau sur le continent africain. Plan de lexpos. Leau: ressources, utilisations et problmatiques Le march conomique de leau Modlisation et tldtection. L EAU EN AFRIQUE : RESSOURCES, UTILISATIONS ET PROBLEMATIQUES. - PowerPoint PPT Presentation

Transcript

  • Leau sur le continent africainBEI 1999 Sciences de leau et environnement

  • Plan de lexposLeau: ressources, utilisations et problmatiques

    Le march conomique de leau

    Modlisation et tldtection

  • L EAU EN AFRIQUE : RESSOURCES, UTILISATIONS ET PROBLEMATIQUES Caroline LEFEBVRELaurence MARGNOUX

  • PLAN DE LETUDELes climats de lAfrique.Les ressources en eau.Les utilisations de leau.Lirrigation en Afrique.Le secteur informel dans les centres priurbains.La dualit quantit/qualit.

  • Les climats de lAfriquele Nord (tempratures fraches et pluie en hiver, continental sec et chaud en t ),la rgion Soudano-sahlienne ( caractrise par son aridit),le golfe de Guine, rgions humides de bord de mer,le Centre, principalement tropical et humide,lEst, chaud et sec,les les delocan indien,le Sud (tempratures fraches et pluie en hiver, continental sec et chaud en t ).

  • Les ressources renouvelables globales en eau Les ressources superficielles : 6 grands bassins hydrographiques- Bassin du Nil,- Bassin du Zare,- Bassin du Niger,- Bassin du Zambze,- le lac Tchad,- les lacs de la faille orientale.

  • Les ressources renouvelables globales en eau (suite)

    Ressources internes (m3/hab)

    Ressources globales (m3/hab)

    Libye

    111

    0.6 milliards

    Zare

    21 973

    1 019 milliards

    Gabon

    127 285

    164 milliards

  • Les utilisations de leauGlobalement : 85% des utilisations destines lagriculture,6% des utilisations destines lindustrie (0 14%),Utilisations domestiques : peu de donnes.

  • ProblmatiquesConflits dusage au sein dun mme pays,Conflits entre diffrents pays prlevant sur une mme ressource en eau transfrontalire.

  • Distribution ingale des superficies avec contrle de leauLirrigation reprsente 1% des terres cultives dans les pays humides (Zare, Ouganda, Togo)Lirrigation reprsente 100% des terres cultives dans les pays arides (Egypte, Djibouti,)Agriculture pluviale prdominante en Afrique quatoriale

  • IRRIGATIONIrrigation en matrise partielle ou totaleirrigation de surfaceaspersionmicro-irrigation

    Irrigation par pandage de crue

    Cultures de dcrue

  • CULTURES IRRIGUEESLe riz : marais et bas-fond dans les zones humidesLe bl et le mas : irrigus dans les pays du Nord et du Sud, au Soudan et SomalieLe sorgho : culture de dcrue dans la zone soudano-sahlienneAutres...

  • Les problmes dadduction deau potable dans les centres priurbainsExpansion incontrle des villes,Dfaillance de loprateur national,Dveloppement dun secteur informel priv trs diversifi.

  • Dualit quantit-qualitStratgies diffrent selon le niveau de dveloppement et la disponibilit de ressources en eau.

  • SoudanTerrible scheresse de 1984 1988.

  • LEgypteBarrage dAssouan (alimente la politique de dcentralisation),Mesure de protection de lenvironnement.

  • Le march conomique de leauOlivier BersouxSolne Pleyber

  • Scot ConseilServices de consultance en Observation de la Terre, utilisant la tldtection spatiale et les Systmes d'Information Gographique

  • Plan de ltude1. Les modes de financement et de gestion des infrastructures hydrauliques

    2. Les acteurs conomiques de leau

    3. Afrique Australe : lheure des grands travaux

  • 1. Les modes de financement et de gestion des infrastructures hydrauliques

  • Le financement publicLe type de financement le plus rpanduSon manque de rsultats appelle dautres solutions

  • La participation du secteur privUne politique encourage par les bailleurs de fondsProblmatique et limites de la privatisation

  • Partenariat public/privLa concessionLaffermage Le BOT ( Build Operate Transfert )

  • Les gouvernements et les socits privesLes organisations non gouvernementaleset les organisations internationalesLes grands bailleurs de fond2. Les acteurs conomiques de leau

  • Le rle des grands bailleurs de fondApporter une assistance techniqueEncourager et rassurer les investisseurs privsAttribuer les marchs

  • Les principaux bailleurs de fondLes banques multilatrales Les pays occidentaux

  • La Banque Mondiale

    15% des prts destins au secteur de leau30% des investissements globauxAnne 1997

  • Rpartition par secteur des prts pour les projets lis leauAnne 1997

  • 3. LAfrique Australe : lheure des grands travaux

  • Afrique du Sud et Lesotho: le schma damnagement du Lesotho Highlands Water projectAdduction deau du Lesotho vers lAfrique du Sudun projet labor dans un contexte peu dmocratique...Cot :12 milliards de francs

  • Namibie: un projet de pipeline controversEntre scheresse et mesures restrictives projet de construction dune pipeline de 250 km de fortes oppositions cologiques et politiques

  • Le Botswana : le North-SouthWater Carrier Project plan d'amnagement hydraulique sur trente ansapprovisionnement des grandes tendues dsertiques et des villes du Sud-est construction de 400 km de canalisations, dun barrage, de trois stations dpuration...Cot : 2,34 Milliards de francs

  • ConclusionUn march colossal en expansionLes grands chantiers du me sicleLe rle de la recherche scientifique

  • Samia TalbiNicolas LejeuneProblmes de leau en Afrique

    Modlisation et Tldtection

  • Pourquoi cette tude ?Importance de la modlisation aujourdhuiIntrt dans le cas de lAfriqueManque de moyens des pays concernsImpossibilit dintervention sur le terrainMener des tudes distanceIde technique des projets Travaux raliss Rsultats et prvisions Difficults rencontres

  • Plan de ltudeTechnique passe :mesures et donnes de terrainTechnique future :tldtection incorporation des donnes satellitaires dans les codesTechnique actuelle :modlisation validation (expriences) prvision

  • Projets 1. Modlisation et mesures de terrain Modlisation hydrologiqueEtude dvaporation

    2. Modlisation et tldtectionEtat hydrique des solsVgtation sahlienne

  • Evaporation au sein dun sol sableuxORSTOM

  • PRESENTATION DU PROBLEMEObjectifsPlus ample connaissance de l'vaporation du sol Optimiser la pntration des eaux de pluie dans le sable Evaluer lintrt du sarclage Casser le couche surfacique Dbarrasser le sol des les herbes parasites=> Augmente la porosit

    Pourquoi ?65 kms de Niamey, le climat aride et sec75% de la superficie du pays est sableuseTaux annuel moyen dvapotranspiration: 4 fois les prcipitations 3 mois de pluie seulement

  • Dmarche Mthode dductive bases des profils de teneurs et potentiels en eau Slection de deux autres endroits sarcl et encrotA diffrents instants et profondeurs, mesure de la chute de la teneur en eau et de la charge hydraulique.

  • MesuresTensiomtres mercure : Sondes :Potentiel Z de l'eau en fonction de la profondeurProfondeur du flux vaporatoire : cote qui rend Z maximal Teneur en eau en fonction de la profondeur

  • Effets de la premire averse (8 juillet 93) Lendemain : flux vaporatoire de 5cm 5 jours plus tard : flux vaporatoire de 30cm 2 points de comparaison

    L'vaporation survient plus rapidement dans le sol sarcl que dans le sol encrot vitesse plus grande au dbut 5 jours aprs laverse: sarcl 5.5mm d'eau se sont vapors non sarcl 4mm pour le sol

  • Conclusion Sol largement sujet lvaporation Le flux vaporatoire34cm (sol encrot) 27cms (si sarclage) La lame d'eau vapore est de 1 2mm / jour SARCLE OU NONStock d'eauTeneur surfacique Quantit d'eau vapore IDENTIQUES

    Seule diffrence: aux lendemains des pluies le sol encrot conomise 1mm deau par rapport au sol travaill

  • Modlisation et Tldtection1_Exemple dtude concrte : Evolution de la vgtation sahlienne Comparaison simulation/modlisation 2_Prospectives davenir pour la tldtection

  • Modlisation du fonctionnement et observation satellitaire de la vgtation sahliennePrsentation/ObjectifsModle de fonctionnement de la vgtation sahlienne/Evolution de la rflectanceRsultats :Comparaison avec observations

  • Prsentation de l tude ObjectifsObjectifsVrifier la validit du model sur la vgtation herbaceEtudier la possibilit dutiliser linformation satellitaireCheminement :Mesures mtorologiques et pluviomtrie saison 1992Simulation de lvolution de la biomasseModlisation de la rflectance avec rpartition de la vgtation obtenue Comparaison avec les observations satellitaires

  • Modlisation/RsultatsRsultats:Quelques carts, mais lvolution de la biomasse sur la saison est simule de faon satisfaisante.Dphasage de 20 jours pour les rflectances simules et observes par satellites.Modlisation de la biomasse :STEP- Croissance vgtale- Bilan hydriqueModlisation de la rflectance :SAIL- 3 composantes :vgtation verte, sche, et sol nu

  • Perspectives davenir de la Tldtection Modles climatiquesModles hydrologiquesAutres utilisationsSystmes dInformation Gographique

  • Modles Climatiques : Paramtres utilesEvapotranspiration :Occupation des sols :

  • Modles Hydrologiques Morphologie des bassins versants

  • Modles Hydrologiques Inventaire des surfaces en eauSud-Ouest de Toulouse

  • Autres utilisations :Pollution en NitratesEn surface :Dans la nappe :

  • Systmes dInformation GographiqueInterface AgrableFacilit dinsertion et de gestion des donnesFacilit de traitement (statistique) des rsultats

  • Conclusion du BEI 1999Intrt et enrichissementVision globale de la problmatique de leauPlace de lingnieur dans des pays en voie de dveloppementLa tldtection judicieuse dans notre formation THE END...

Recommended

View more >