les antibiotique en odontostomatologie

  • Published on
    10-Jun-2015

  • View
    569

  • Download
    6

Embed Size (px)

DESCRIPTION

les medicaments et le chirurigien dentiste

Transcript

<p>PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE</p> <p>RECOMMANDATIONS</p> <p>Agence Franaise de Scurit Sanitaire des Produits de Sant, juillet 2001</p> <p>Prescription des Antibiotiques en Odontologie et Stomatologie</p> <p>RECOMMANDATIONS</p> <p>INTRODUCTION Afin de limiter la survenue deffets indsirables et lmergence de plus en plus frquente de rsistances bactriennes, la prescription des antibiotiques doit tre rserve aux seules situations cliniques o leur efficacit a t dmontre. Pour llaboration de ces recommandations en matire dantibiothrapie, sont pris en compte les donnes dpidmiologie microbienne et le spectre des antibiotiques. Ainsi, il est possible que certains antibiotiques ayant lAMM ne soient pas recommands dans ce texte. Le choix des antibiotiques pour le traitement des infections bucco-dentaires doit tre fait en fonction des bactries pathognes supposes prsentes au cours dune pathologie donne, et du spectre dactivit antibactrienne et de la pharmacocintique des antibiotiques. Il doit aussi tenir compte du critre de gravit de la pathologie et des antcdents du patient. Les prlvements microbiologiques ne sont pas justifis en pratique courante dans la majorit des cas. La stratgie gnrale de prescription des antibiotiques propose dans cette recommandation repose sur un accord professionnel. 1. NOTION DE SUJET A RISQUE DINFECTION Les sujets sans facteur de risque ni terrain particulier sont des sujets considrs sains, sans risque infectieux reconnu ; certaines cardiopathies sont dfinies sans risque dendocardite infectieuse . Deux types de sujets risque infectieux sont dfinis : risque A : risque dinfection identifie localement et/ou de surinfection gnrale (septicmie). Ce risque concerne les sujets transplants ou greffs (except les patients sous ciclosporine seule), les sujets immunodprims, les sujets atteints dune pathologie chronique non contrle et les sujets dnutris. risque B : risque dinfection lie une localisation secondaire de la bactrie, cest--dire un nouveau foyer infectieux situ distance du foyer primaire (endocardite infectieuse, infection sur prothse articulaire). Ce risque concerne les sujets prsentant une cardiopathie dfinie risque dendocardite infectieuse et certains sujets porteurs de prothse.</p> <p>2. ANTIBIOTHERAPIE CURATIVE SYSTEMIQUE 2.1. I NDICATIONS DE LANTIBIOTHERAPIE 2.1.1. Sujets considrs sains Une antibiothrapie est recommande chez les sujets considrs sains dans les pathologies suivantes : labcs priapical, la gingivite ulcro-ncrotique, les parodontites agressives, la parodontite rfractaire, la pricoronarite, les cellulites (except la forme chronique), les ostites infectieuses (except lalvolite sche), les stomatites bactriennes et les infections bactriennes des glandes salivaires (Accord professionnel). En ce qui concerne la parodontite de ladulte, un traitement antibiotique, de prfrence en monothrapie, pourra tre prescrit en deuxime intention, en traitement adjuvant au traitement mcanique (Accord professionnel). Lintrt dune antibiothrapie nest pas reconnu chez les sujets considrs sains dans les pathologies suivantes : la desmodontite apicale, les traumatismes alvolo-dentaires, la parododontite chronique et au cours de la rgnration tissulaire parodontale (Accord professionnel).</p> <p>Agence Franaise de Scurit Sanitaire des Produits de Sant, juillet 2001</p> <p>1</p> <p>Prescription des Antibiotiques en Odontologie et Stomatologie</p> <p>Une antibiothrapie nest pas justifie chez les sujets considrs sains dans les pathologies suivantes : les caries, les pulpopathies, leurs complications chroniques et la ncrose pulpaire, les gingivites chroniques, labcs parodontal, les accidents druption des dents temporaires, les cellulites chroniques, les alvolites sches et lors des pri-implantites (Accord professionnel). 2.1.2. Sujets risque dinfection Une antibiothrapie est recommande chez les sujets risque A ou B dans les pathologies suivantes : labcs priapical, la ncrose pulpaire, les traumatismes alvolo-dentaires compliqus, la gingivite ulcro-ncrotique, les parodontites agressives, la parodontite chronique, la parodontite rfractaire, la pricoronarite, labcs parodontal, la pricoronarite, les cellulites, les ostites (non justifi pour lalvolite sche chez le sujet risque A), les stomatites bactriennes et les infections bactriennes des glandes salivaires. Elle est galement recommande chez le sujet risque A lors des pri-implantites et au cours de la rgnration tissulaire parodontale ; ces actes sont contre-indiqus chez les sujets risque B. Elle est galement recommande chez le sujet risque B pour la desmodontite apicale, la gingivite chronique, les gingivites associes des maladies systmiques ou la prise de mdicaments, les accidents druption des dents temporaires et lalvolite sche (Accord professionnel). Lintrt dune antibiothrapie nest pas reconnu chez les sujets risque A ou B dans les pathologies suivantes : les pulpites irrversibles, les complications priradiculaires chroniques, et les traumatismes alvolo-dentaires simples. Elle nest galement pas valide chez le sujet risque A pour la gingivite chronique, les gingivites associes des maladies systmiques ou la prise de mdicaments, et les accidents druption des dents temporaires ( ccord A professionnel). Une antibiothrapie nest pas justifie chez le sujet risque A ou B dans les caries et les pulpites transitoires rversibles. Elle nest galement pas justifie chez le sujet risque A dans les alvolites sches (Accord professionnel). 2.2. C HOIX DES ANTIBIOTIQUES 2.2.1. Infections de svrit moyenne Dans les infections de svrit moyenne, les antibiotiques recommands en premire intention regroupent les pnicillines A (amoxicilline), les 5-nitro-imidazols seuls ou associs aux macrolides, et, notamment en cas dallergie aux -lactamines, les macrolides, les streptogramines (pristinamycine) et les lincosamides. Lassociation amoxicilline - acide clavulanique est recommande en deuxime intention. Les cyclines doivent tre rserves au seul traitement de la parodontite juvnile localise, mme si dautres antibiotiques peuvent tre utiliss. Lutilisation des cphalosporines nest pas recommande. 2.2.2. Infections svres Dans les infections svres, en milieu spcialis, on prescrira les mmes familles dantibiotiques par voie parentrale avec des adaptations de posologie selon le foyer et ltat fonctionnel. Les glycopeptides seront prescrits en cas dallergie aux -lactamines et/ou de rsistance. Lutilisation des cphalosporines est possible en deuxime intention, aprs documentation microbiologique et antibiogramme.</p> <p>Agence Franaise de Scurit Sanitaire des Produits de Sant, juillet 2001</p> <p>2</p> <p>Prescription des Antibiotiques en Odontologie et Stomatologie</p> <p>3. ANTIBIOTHERAPIE PROPHYLACTIQUE 3.1. I NDICATIONS DE LANTIBIOPROPHYLAXIE EN FONCTION DU RISQUE DE LACTE BUCCO-DENTAIRE 3.1.1 Actes invasifs Le risque infectieux est prsent au cours de tous les actes invasifs (avec risque de saignement significatif) pratiqus chez les sujets risque A* ou B, et au cours de certains de ces actes pratiqus chez les sujets sains. Une antibioprophylaxie est recommande en cas dacte risque, que ce soit chez un sujet risque ou chez un sujet sain (Accord professionnel).* except la mise en place dune digue pour laquelle il ny a pas de risque infectieux chez les sujets risque A.</p> <p>Les actes invasifs pratiqus chez les sujets sains pour lesquels une antibioprophylaxie est recommande sont dfinis comme tant : lavulsion de dent en dsinclusion, les transplantations/rimplantations, la chirurgie pri-apicale, la chirurgie des tumeurs bnignes des maxillaires, certains actes de chirurgie parodontale (comblement et greffes osseuses, membranes en chirurgie de la poche), la chirurgie osseuse, la mise en place en chirurgie implantaire et la mise en place de matriaux de comblement (Accord professionnel). Lintrt dune antibioprophylaxie chez le sujet sain nest pas reconnu au cours du traitement des dents pulpe non vitale (y compris la reprise de traitement canalaire), des avulsions de dent infecte ou incluse et dune germectomie (Accord professionnel). Les actes invasifs pratiqus chez les sujets sains ne justifiant pas dantibioprophylaxie sont dfinis comme tant : les anesthsies locales intraligamentaires, la mise en place dune digue, le traitement des dents pulpe vitale, les soins prothtiques risque de saignement, les soins parodontaux non chirurgicaux, certaines avulsions dentaires (dent saine, alvolectomie, sparation des racines, amputation radiculaire), la chirurgie des tumeurs bnignes des tissus mous, certains actes de chirurgie parodontale (lambeau daccs en chirurgie de la poche, chirurgie mucogingivale), les freinectomies, le dgagement de stade II en chirurgie implantaire, et les actes dorthopdie dento-faciale (Accord professionnel). Les actes invasifs pratiqus chez les sujets risque A pour lesquels une antibioprophylaxie est recommande sont dfinis comme tant : les soins endodontiques, les soins prothtiques risque de saignement, et tous les actes chirurgicaux. Lintrt dune antibioprophylaxie chez le sujet risque A nest pas reconnu au cours des anesthsies locales intraligamentaires et des soins parodontaux non chirurgicaux (Accord professionnel). Les actes invasifs pratiqus chez les sujets risque B pour lesquels une antibioprophylaxie est recommande sont dfinis comme tant : les anesthsies locales intraligamentaires, les soins prothtiques risque de saignement, les soins parodontaux non chirurgicaux, la mise en place dune digue. Les soins endodontiques et les actes chirurgicaux ncessitent aussi une antibioprophylaxie, mais certains sont contreindiqus chez ce type de sujet en raison dun risque trop lev : le traitement des dents pulpe non vitale (y compris la reprise de traitement canalaire), lamputation radiculaire, les transplantations/rimplantations, la chirurgie pri-apicale, la chirurgie parodontale, la chirurgie implantaire et la mise en place de matriaux de comblement (Accord professionnel). 3.1.2 Actes non invasifs Il ny a pas de risque infectieux au cours dactes non invasifs (sans risque de saignement significatif) pratiqus chez les sujets sains, ni chez les sujets risque A ou B ; une antibioprophylaxie nest donc pas justifie dans ces cas-l (Accord professionnel). Sont considrs comme actes non invasifs : les actes de prvention, les soins conservateurs, les soins prothtiques non sanglants, lablation post-opratoire de sutures, la pose de prothses amovibles orthodontiques et la pose ou lajustement dappareils orthodontiques, la prise de radiographies dentaires, et les anesthsies locales non intraligamentaires (Accord professionnel).</p> <p>Agence Franaise de Scurit Sanitaire des Produits de Sant, juillet 2001</p> <p>3</p> <p>Prescription des Antibiotiques en Odontologie et Stomatologie</p> <p>3.2. ANTIBIOPROPHYLAXIE DES INFECTIONS IATROGENES La prophylaxie standard de lendocardite infectieuse, requiert une seule prise dantibiotique par voie orale une heure avant le geste. On soriente actuellement vers une prescription dune dose de 2 g damoxicilline chez ladulte, et de 50 mg.kg-1 chez lenfant. En cas dallergie aux -lactamines, il est recommand de prescrire une dose de 600 mg de clindamycine chez ladulte, et de 15 mg.kg-1 chez lenfant. On peut galement utiliser la pristinamycine la dose de 1 g chez ladulte, et de 25 mg.kg-1 chez lenfant. Quand la prophylaxie doit tre administre par voie parentrale, il est recommand dutiliser, dans lheure prcdant le geste, lamoxicilline 2 g IV chez ladulte et 50 mg.kg-1 IV chez lenfant (perfusion de 30 min), puis 1 g per os chez ladulte et 25 mg.kg-1 chez lenfant, 6 heures plus tard. En cas dallergie aux -lactamines lorsque la prophylaxie doit tre administre par voie parentrale, un glycopeptide peut tre utilis, dans lheure prcdant le geste (vancomycine 1 g IV chez ladulte et 20 mg.kg-1 chez lenfant en perfusion dau moins 60 min, ou teicoplanine 400 mg en injection IV directe uniquement chez ladulte) (Accord professionnel). La prophylaxie des infections sur prothses articulaires est identique celle de lendocardite infectieuse ( ccord A professionnel). Le traitement prventif des infections locales sera choisi en se rfrant au spectre antimicrobien des antibiotiques et des germes habituellement rencontrs, et lindication de lassociation mtronidazole spiramycine ( une posologie de 4,5 M UI de spiramycine et de 750 mg de mtronidazole) (Accord professionnel). Le traitement prventif des infections gnrales sera choisi en se rfrant au spectre antimicrobien des antibiotiques et des germes habituellement rencontrs, et sera administr par voie intraveineuse. Lassociation amoxicilline - acide clavulanique est recommande la posologie de 2 g damoxicilline en propratoire ; lassociation amoxicilline mtronidazole peut tre galement utilise. En cas dallergie aux $-lactamines, lassociation clindamycine - gentamicine est recommande (Accord professionnel). 4. TRAITEMENTS ADJUVANTS Lutilisation de lantibiothrapie locale libration immdiate nest pas recommande pour le traitement des infections bucco-dentaires (Accord professionnel). Lutilisation de lantibiothrapie locale libration contrle na pas dintrt clairement dmontr pour le traitement des parodontites (Accord professionnel). Lirrigation sous-gingivale dantibiotique dans le cadre du traitement de la parodontite nest pas recommande (Accord professionnel). Les anti-inflammatoires non-strodiens, y compris laspirine, ne doivent pas tre prescrits en premire intention au cours des infections bucco-dentaires (Accord professionnel).</p> <p>Agence Franaise de Scurit Sanitaire des Produits de Sant, juillet 2001</p> <p>4</p>