Livre Beethoven

  • View
    145

  • Download
    3

Embed Size (px)

Transcript

BeethovenLe livre de lintgrale-1-

Ludwig van

Ce livre, offert en France uniquement tout acheteur de lintgrale Ludwig van Beethoven dite par Brilliant Classics, ne peut tre vendu sparment. Ce livre peut tre tlcharg gratuitement ladresse : www.abeillemusique.com/integralebeethovenSERVICE CLIENTS FRANCE abeilledirect@abeillemusique.com Tel : 0892 259 770 (0,34 / mn) www.abeillemusique.com/integralebeethoven www.abeillemusique.com/brilliantclassics 2007 Brilliant Classics / Foreign Media Group pour les textes originaux Textes originaux en anglais rdigs par David Moncur. Traductions, adaptations : Abeille Musique Textes originaux additionnels : Abeille Musique 2007 Abeille Musique AMCD SARL, 13 rue du Mail 75002 PARIS France La reproduction de tout ou partie de ce livre sur un support quel quil soit est formellement interdite sauf autorisation expresse. Les droits de reproduction sont rservs et strictement limits. Toute copie, mme partielle, de quelque lment que ce soit de cet ouvrage, par tout moyen, pourra faire lobjet de poursuites judiciaires. -2-

LUDWIG VAN BEETHOVENLe livre de lintgrale Brilliant Classics

-5-

Avertissement

Ludwig van Beethoven fut lun des premiers compositeurs attribuer chronologiquement des numros dopus ses uvres, dbutant en 1795 par ses Trios avec piano, opus 1. On totalise 138 uvres dotes dun numro dopus. Dans la plupart des cas, Beethoven lapposa lui-mme au moment de les faire publier exception faite des trois dernires qui parurent aprs sa mort. Il est parfois arriv que deux compositions reoivent le mme numro dopus comme dans le cas de la Sonate avec piano en mi bmol majeur (Das Lebewohl) et le Sextuor en mi bmol majeur. Ces deux compositions furent publies en mme temps par diffrents diteurs sous lopus 81. Elles sont actuellement rfrences respectivement comme opus 81a et opus 81b. Il nest pourtant pas toujours possible, en se fiant uniquement au numro dopus, de resituer toutes les uvres dans lordre exact de chronologie, tout simplement parce que certaines dentre elles furent publies bien aprs avoir vu le jour. Il en existe aussi beaucoup qui ne reurent aucun numro dopus. Georg Kinky et Hans Halm leur dcernrent des nombres WoO ( Werke ohne Opuszahl uvres sans numro dopus) en ralisant le premier catalogue complet des uvres de Beethoven, catalogue qui parut en 1955. Brilliant Classics annonce son coffret comme contenant lintgrale des uvres publies, compltes et rputes authentiques de Ludwig van Beethoven . La notion dintgrale tant toujours sujette caution, et celle duvre acheve galement, il sera toujours possible de discuter perte de vue la prsence ou lomission, dans ce coffret, de telle ou telle uvre mineure...

Note sur les quivalences montaires Un ducat des annes 1800 = quatre florins = lquivalent approximatif, en pouvoir dachat, dune somme comprise entre soixante et cent euro. Par consquent, un florin = quinze vingt-cinq euro. Ces chiffres sont donns titre purement indicatif. -7-

SOMMAIRE

I LUDWIG VAN BEETHOVENUne vie Page 11

II - LES UVRESSymphonies Concertos Sonates pour piano uvres diverses pour piano uvres pour violon et piano, et pour violoncelle et piano Quatuors cordes Trios Musique pour vents Lieder uvres chorales uvres scniques Page 59 Page 69 Page 76 Page 83 Page 85 Page 91 Page 99 Page 101 Page 103 Page 105 Page 109

III - LE COFFRETDtail des enregistrements du coffret Bibliographie Sites Internet Page 117 Page 187 Page 189

-9-

-ILUDWIG VAN BEETHOVENUne vie

- 11 -

De lge du capitaine la bouteille du pre Le jour exact de la naissance de Beethoven restera jamais un mystre. Certes, son certificat de baptme porte la date du 17 dcembre 1770, et comme lusage exigeait que lon baptist les enfants dans les 24 heures suivant leur naissance, on peut supposer quil est n le 16 dcembre. Beethoven lui-mme ne fut jamais certain de son ge exact, et pensait mme tre plus jeune dune anne. Lorsque, adulte, il eut se procurer une copie de son certificat de baptme, il changea la date en 1772, convaincu que le Ludwig van Beethoven n en 1770 ntait que le nom dun frre an mort avant sa propre naissance. Par consquent, mieux vaut prendre les indications de Beethoven quant son ge avec prcaution. Son pre, Johann, tait musicien et chanteur la cour de larchevque-lecteur de Cologne Bonn o son grand-pre galement appel Ludwig avait offici comme Kapellmeister depuis 1761, aprs avoir quitt Malines (maintenant en Belgique) en 1733. Beethoven prtendit toujours se souvenir de son grand-pre avec affection ce qui invalide demble une naissance en 1772, puisque ledit grand-pre est mort en 1773 et ne manqua jamais dafficher son portrait dans toutes ses rsidences successives. Considrant cette ligne musicale, il tait invitable que le jeune Beethoven soit orient dans une voie similaire ds lors quil montra quelques talents musicaux. Les premiers enseignements lui furent prodigus par son pre, en qui la tradition voit un professeur dur et svre fermement dcid faire de son fils un nouveau Mozart, dont les dons avaient fait les dlices des cours de toute lEurope quelques annes auparavant. Johann avait vainement cherch succder son pre au titre de Kapellmeister ; on peut donc imaginer quil reporta ses ambitions sur son fils manifestement talentueux, mais cela nimplique nullement quil devait le faire avec mchancet ou mme, comme on la prtendu, avec cruaut. Les quelques tmoignages damis et de voisins, dcrivant un enfant solitaire et plor, forc travailler des heures durant, battu lorsquil faisait des fausses notes, se rfrent probablement des incidents ponctuels ; inutile den faire une gnralisation. Il est vrai que Beethoven ne porta jamais une grande affection son pre, et pourtant, il garda toute sa vie la copie manuscrite dune pice de C. P. E. Bach tablie par Johann, sur laquelle il avait lui-mme ajout crit par mon cher pre , preuve quil ne lavait pas entirement oblitr de sa mmoire. En revanche, les relations avec sa mre furent autrement ensoleilles. Peu aprs sa disparition, il crivait : Elle fut une mre si douce et si aimante pour moi, ma meilleure amie . Maria Magdalena van Beethoven tait une femme calme et pieuse des tmoignages dpoque indiquent que lon ne la vit jamais rire, ce qui nen fait quand mme pas une vrit absolue ! , et cest bien grce son enseignement que Beethoven aspira toute sa vie une- 13 -

existence de bont et de vertu. On lui attribue la maxime selon laquelle sans souffrance, point de combat ; sans combat, point de victoire et sans victoire, point de couronne , qui dut avoir une profonde influence sur son fils, si lon considre les nombreuses allusions la souffrance , la rsignation et la persvrance dans ses lettres personnelles. Un enfant gure prodige sept ans dj, Beethoven donnait des concerts privs la cour, de sorte quil fut prt faire ses dbuts en public trs jeune. En fin daprs-midi de ce 26 mars 1778, il joua divers concertos et trios lors dun concert Cologne, en compagnie de la jeune Helene Averdonck, 17 ans, qui Johann enseignait le chant. Les affiches annonant le concert ont abaiss lge de Beethoven dun an ce qui na pas manqu de contribuer lquivoque ultrieure , une possible manuvre de la part de Johann qui imitait ainsi Leopold Mozart, dont on sait quil rognait galement lge de Wolfgang lors de ses apparitions en public. Cela dit, il semble que ce concert de Cologne fut la seule reprsentation de Beethoven enfant, ce qui affaiblit srieusement la thorie selon laquelle Johann voulait en faire un enfant-prodige. lge de neuf ans, Beethoven avait dj puis les ressources pdagogiques de son pre ; aprs quelques essais avec des musiciens locaux, il entreprit de poursuivre son ducation en tant que pianiste et compositeur auprs de lorganiste de la cour, Christian Gottlob Neefe. Dautre part, il abandonna les tudes scolaires, ce qui navait dailleurs rien dinhabituel pour des garons de son ge et de son statut social : encore une fois, il ne faut surtout pas en conclure que son pre aurait cherch le priver dducation afin den faire un singe savant musical. Neefe tait un homme cultiv et clair, de sorte que Beethoven put certainement complter certaines lacunes ducatives son contact. Grand admirateur de Bach ( lpoque, personne ne se souciait plus de ce compositeur antdiluvien), il permit Beethoven de dcouvrir les quarante-huit Prludes et Fugues dont il possdait une copie manuscrite. Sans nul doute, Neefe exera une profonde influence sur le jeune musicien qui lui crivit dailleurs : Si jamais je deviens un grand homme, je partagerai ma clbrit avec vous . Cela dit, la promesse ne fut jamais tenue de quelque manire tangible, jusqu la mort de Neefe en 1798. la diffrence de Mozart qui crivait des pices de piano six ans et des symphonies huit, Beethoven ne montra jamais de signes particulirement prcoces dune irrsistible pulsion cratrice. En ralit, il prfrait largement improviser au piano, la grande fureur de son pre qui exigeait quil travaillt plutt ses gammes. En 1782, encourag par Neefe (et peut-tre mme un peu aid), il composait sa premire pice connue : un srie de variations pour piano daprs une Marche de Dressler (rfrence sous le numro WoO63), dans la tonalit dut mineur qui devait si bien lui russir par la suite. Neefe fit dailleurs en sorte que luvre ft publie. Lanne suivante, le mme Neefe- 14 -

faisait paratre un article dans un journal musical, dans lequel il vantait les talents de son jeune lve et lui prdisait un brillant avenir de second Mozart, pour peu quil bnficit des soutiens indispensables ce qui ne se matrialisa que bien plus tard. la suite des premires Variations, Beethoven fit diter une srie de trois sonates pour piano, prcdes dune ddicace larchevquelecteur : Jai maintenant atteint ma onzime anne [lon voit que le rajeunissement avait fini par prendre racine, puisquil avait en ralit douze ans] et pendant les heures dinspirati