LUDWIG VAN BEETHOVEN - ac-lyon.fr ?· Beethoven Les parents de Beethoven Johann Beethoven et Maria Magdalena…

  • View
    215

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • CPEM du Rhne, Janvier 09 Ecole et cinma 1

    Beethoven

    Les parents de Beethoven Johann Beethoven et Maria Magdalena Keverich

    LUDWIG VAN BEETHOVEN Ludwig van Beethoven - n Bonn, en Allemagne le 16 ou 17 dcembre 1770, mort Vienne, en Autriche le 26 mars 1827 - tait un compositeur allemand de la priode classique. A la charnire de deux sicles, il est par ses dates, par ses ides et par son uvre le musicien qui prend en charge le passage de la pense classique au romantisme. Petit-fils et fils de musicien, il reoit trs tt une formation solide. Son pre en fait un enfant prodige (1er concert en 1778). Nomm en 1784 second organiste et altiste la cour de lElecteur de Trves, il dcouvre les musiques de ses grands prdcesseurs Bach et Mozart. Il compose ds cette poque.

    Aprs un premier sjour Vienne en 1787 o il rencontre Mozart, son sjour est interrompu par la mort de sa mre ; son pre sombrant dans lalcoolisme, Beethoven dut prendre en charge ses deux frres. De 1789 1792, il fut violoniste lopra de Bonn. Il retourne Vienne en 1792 afin de parfaire son ducation musicale. Il prend des cours auprs de Haydn, puis dAlbrechtberger et de Salieri puis sinstalle dfinitivement Vienne en 1793. Il commence alors une carrire de pianiste virtuose et dimprovisateur. Ses compositions - premires sonates pour piano ds 1795 - bien accueillies par le monde musical viennois font de lui lune des personnalits dominantes de cette poque. Il entreprend des tournes triomphales en Europe. Il devient le reprsentant de lidologie progressiste de la bourgeoisie, consciente des nouveaux enjeux sociaux introduits par la Rvolution franaise. Son gnie humanitaire gale son gnie musical toujours au service de lIde. Comme Gthe, il tmoigne de la volont daller vers un avenir meilleur: Nous appartenons la race qui de lobscurit sefforce vers la lumire! (Rf: Lhymne la Joie qui conclut sa 9me symphonie et qui est devenu lhymne europen).

    Atteint de surdit en 1796, surdit qui deviendra totale en 1819, il compose ses huit premires symphonies jusquen 1813 et des chefs duvre comme les sonates pour piano n8, Pathtique et n14 Clair de lune ; puis commence une priode de silence lie une perte de faveur auprs du public viennois gagn par Rossini et la musique italienne. Face la perspective affolante de sa surdit, il pense se suicider mais y renonce testament de Heiligenstadt). Il semble sabandonner au dsespoir. Cependant il va tirer de ses preuves une nouvelle leon de courage et de foi en son art. En 1803, il signe une de ses plus grandes uvres, lorigine ddicace Napolon Bonaparte : la symphonie Hroque . Cette uvre trs aboutie et plus longue que les symphonies crites jusqualors ouvrait une voie nouvelle la musique symphonique.

  • CPEM du Rhne, Janvier 09 Ecole et cinma 2

    Dans les annes 1810, Beethoven est lass de Vienne et songe partir. Ses amis fortuns le retiennent en lui versant une rente confortable. Cette indpendance financire lui permet davoir toute libert en terme de cration. En 1815, la mort de son frre, il est charg de la tutelle de son neveu Karl conjointement avec sa belle-sur. Ce rle lui vaudra bien des soucis et des querelles avec le jeune homme.

    Le compositeur continue sur ce chemin dans les annes suivantes, avec des uvres toujours plus expressives comme la splendide sonate pour piano l'Appassionata ou la symphonie Pastorale , douce clbration de la nature. Il achve, en 1805, son seul et unique opra Leonore, rebaptis Fidelio en 1814.

    Mur dans sa surdit et dans la solitude, il va alors composer (entre 1818 et 1826) les uvres les plus grandioses de lhistoire de la musique, renouvelant lcriture pianistique et orchestrale et prparant lvolution du XIXme sicle. A partir de 1819, il sombre dans une profonde mlancolie et devient plus mfiant. Sa sant, depuis longtemps fragile, se dtriore. Sa situation financire reste proccupante alors que ses uvres se vendent bien. Tandis que le public viennois plbiscite les opras de Rossini, Beethoven entame une renaissance, allant encore plus loin dans sa cration. Ainsi voient le jour la Missa solemnis (Messe solennelle), commande par l'archiduc Rodolphe, et la 9me Symphonie (il commence une 10me symphonie quil naura pas le temps dachever). Beethoven tombe malade et steint le 26 mars 1827 Vienne. Plusieurs dizaines de milliers de personnes dont Franz Schubert assistent ses funrailles.

    La force et laudace de sa pense sont telles que tous les romantiques ont vu en lui le messager des temps nouveaux.

  • CPEM du Rhne, Janvier 09 Ecole et cinma 3

    LA SYMPHONIE Une symphonie dsigne gnralement une composition musicale en plusieurs mouvements et se caractrise par la multiplicit des excutants pour chaque partie instrumentale et par la multiplicit des timbres.

    Le mot lui-mme, directement emprunt au grec ( syn = avec phon = son, rfrence la consonance des sons), apparat vers le XVIe sicle dans le vocabulaire musical des principales nations europennes. Trs tt, lusage tend limiter son application la musique instrumentale par opposition la musique vocale et plus spcialement la musique densemble. Puis peu peu, il en vient dsigner un certain genre dcriture et un certain type de concert, et enfin une forme particulire duvre pour orchestre, assez rigoureusement dfinie, dont Haydn, Mozart et Beethoven donnent des illustrations magistrales.

    Ds les premires annes du XIXe sicle, la tradition symphonique sloignera de plus en

    plus du modle classique. Forme vivante, cest peine si lon peut encore parler de forme propos de la symphonie, qui ne cesse dvoluer, enrichissant sa palette et modifiant sa syntaxe. Aujourdhui, la musique symphonique, nourriture quotidienne de tous les orchestres dans le monde entier, illustre bien toutes ces mtamorphoses.

    Quelques lments techniques

    Le nombre de mouvements qui constituent la symphonie varie, pouvant aller de un huit ou davantage, mais, dans sa forme la plus classique (haydnienne) il est de trois ou, encore plus frquemment, de quatre.

    L'uvre est interprte par un orchestre symphonique (on emploie aussi l'expression orchestre philharmonique) sous la direction d'un chef d'orchestre, apparu en tant que tel autour de 1810/1820. Ce dernier est charg de garantir la prcision rythmique, de surveiller la balance sonore, de matriser les dtails, la cohrence ou les quilibres des diffrents pupitres et surtout d'insuffler un esprit commun cent instrumentistes. A partir de 1765 environ, le nombre de mouvements se fixe 4. 1er mouvement: forme sonate

    une exposition (parfois prcde dune introduction lente) : en gnral, 2 thmes assez contrasts.

    un dveloppement: il utilise soit des thmes prsents dans lexposition, soit des thmes nouveaux quil dramatise et fait moduler dans des tonalits plus loignes.

    une rexposition : elle reprend, intgralement ou en partie seulement, le matriel de lexposition, mais cette fois dans le ton principal.

    ventuellement une coda : elle constitue la conclusion ; elle est une sorte de dveloppement terminal.

    2me mouvement: andante (A-B-A ou thme et variations) 3me mouvement: menuet et trio 4me mouvement: finale rapide synthse de rondo et forme sonate. Les neuf symphonies de Beethoven (composes entre 1800 et 1823) atteignent une puissance dramatique jusqualors inconnue. La forme slargit (dveloppement, coda), lorchestre sagrandit.

  • CPEM du Rhne, Janvier 09 Ecole et cinma 4

    La "maldiction" de la neuvime C'est aprs Beethoven qu'est ne la lgende de la maldiction de la neuvime symphonie , qui serait fatale aux compositeurs. En effet, tous les grands compositeurs symphonistes du XIXe et du dbut du XXe sicle ont compos au plus neuf symphonies (Schubert, Dvok, Bruckner et Mahler en ont compos, comme Beethoven, exactement neuf). Il faudra attendre le XXe sicle pour que Chostakovitch brise la "maldiction" en en composant pas moins de quinze ! La neuvime symphonie, avec son grandiose chur final est une sorte de synthse de symphonie et de cantate. Le mouvement final na rien de commun avec le finale habituel de la symphonie ; sa forme et son contenu sont extrmement lis au texte de lOde la joie de Schiller. Beethoven transforma le menuet en scherzo en lui donnant un mouvement plus rapide. Il est de rythme ternaire et a une forme tripartite: le menuet proprement dit. une partie centrale de mouvement plus modr, plus tendue mlodiquement, appele trio (parce qu lorigine elle tait destine 3 instruments solistes). la reprise et la rptition de la 1re partie. Parfois il peut exister plusieurs trios et une coda. Dans la cinquime symphonie, le scherzo est intitul allegro, et - de par sa tonalit comme par son caractre rythmique - semble prolonger le premier Allegro. On retrouve cependant la forme du scherzo.

  • CPEM du Rhne, Janvier 09 Ecole et cinma 5

    LA SIXIME SYMPHONIE

    Contexte La 6e symphonie fut crite en 1808, lune des rares priodes heureuses dans la vie de Beethoven. En 1806, en effet, il se fianait Thrse de Brunswick, mais en 1810 ces fianailles furent rompues. Elle fut cre le 21 dcembre 1808 Vienne. Cest lamour de Beethoven pour la nature qui lui inspira cette symphonie, suite de 5 tableaux et scnes champtres (do son nom de symphonie pastorale), dont voici les titres : - 1 Sensations douces en arrivant la campagne ; - 2 Scne au bord du ruisseau ; - 3 Runion joyeuse de paysans ; - 4 Orage, clairs ; - 5 Actions de grces des paysans aprs lorage. Je suis si joyeux quand une fois je puis errer travers les bois, les taillis, les arbres, les rochers. Pas un homme ne peut aimer la campagne autant que moi. (Lettre de Beethoven)

    Beethoven crivant la symphonie pastorale

  • CPEM du Rhne, Janvier 09 Ecole et cinma 6

    Analyse La Sixime symphonie en fa majeur sappuie sur des bases natural