LVS Finances

  • Published on
    07-Mar-2016

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Notre environnement conomique et financier est de plus en plus instable. Or, aprs avoir essuy lune des crises financires les plus srieuses de notre histoire, nous avons cru bon dajouter notre numro de ce mois un supplment financier, afin dinformer nos lecteurs sur la bonne attitude adopter en matire de planification financire dans ce contexte.

Transcript

  • Si votre portefeuille ne rapporte pas comme prvu

    peut-tre est-ce le moment dobtenir une deuxime opinion.

    Appelez-nous aujourdhui.

    514.287.4993-- Le march-- Votre portefeuille

    GABRIEL LANCRY, MBAGestionnaire de portefeuille associ Conseiller principal en gestion de patrimoine

    Tl. : 514-287-4993Sans frais : 1-800-839-4183gabriel_lancry@scotiamcleod.com

    MD Marque dpose utilise sous rserve de lautorisation et du contrle de La Banque de Nouvelle-cosse. ScotiaMcLeod est une division de Scotia Capitaux Inc., membre du Fonds canadien de protection des pargnants. La courbe des rendements ne sert qu titre dillustration.

    Savez-vous quels placements vous dtenez et pourquoi?

    Quand votre portefeuille a-t-il t rquilibr pour la dernire fois?

    Avez-vous sign un nonc de politique de placement qui prcise vos objectifs et les stratgies de votre conseiller pour les atteindre?

    Si votre confiance a t branle au cours des dernires annes, demander une DEUXIME OPINION pourrait se rvler la meilleure dcision financire que vous ayez prise depuis longtemps.

    Communiquez avec nous ds aujourdhui pour obtenir, sans frais ni obligation de votre part, un rexamen de votre portefeuille et de votre stratgie de gestion de patrimoine.

    Choisissez un portefeuille de placement compos 100 % de conseils judicieux

  • 1 /// AVRIL 2011 /// SUPPLMENT FINANCES

    Notre environnement conomique et financier est de plus en plus instable. Or, aprs avoir essuy lune des crises financires les plus srieuses de notre histoire, nous avons cru bon dajouter notre numro de ce mois un supplment financier, afin dinformer nos lecteurs sur la bonne attitude adopter en matire de planification financire dans ce contexte.

    Pour ce faire, nous avons eu le privilge de nous entretenir avec Gabriel Lancry, gestionnaire de portefeuille associ et conseiller principal en gestion de patrimoine au sein de ScotiaMcLeod, la filiale spcialise en placement de la Banque Scotia. Le Groupe Lancry regroupe des professionnels de talent aussi bien dans lassurance que la planification financire. Son offre de service vous assure une gestion financire globale de vos avoirs taille sur mesure en fonction de vos besoins.

    Fortement engag au sein de la collectivit, Monsieur Gabriel Lancry sige des conseils de fiducies familiales et de comits dorganismes but non lucratif. Il agit galement en qualit de commentateur financier invit pour de grands quotidiens, notamment La Presse. De plus, il est le porte-parole de ScotiaMcLeod pour Radio-Canada et TVA. Fort dune exprience de plus de 27 ans dans le secteur des valeurs mobilires, Monsieur Lancry a eu loccasion dexercer ses talents dans de multiples domaines, comme la ngociation institutionnelle et la gestion de patrimoine. Son exprience et sa vision pragmatique du monde qui nous entoure nous aident mieux faire face aux bouleversements survenus depuis la crise financire de 2008.

    Selon Monsieur Lancry, avec lexplosion de la bulle technologique dans les annes 1990, les principes tablis jusqualors pour analyser les performances des entreprises ont vol en clats. Le mode de production de mme que les intervenants conomiques ont galement chang. Les avances technologiques dans un contexte de mondialisation accru ont totalement modifi la donne et les changements qui se produisent une vitesse vertigineuse ncessitent une vigilance toute preuve. Aujourdhui, en effet, les plus

    importants pourvoyeurs et les plus grands intervenants conomiques sont devenus des mgas-compagnies qui souvrent sur le monde avec dnormes besoins en capitaux.

    Nous voluons actuellement dans un monde o la notion de frontire a disparu et o la technologie a toujours une longueur davance, si bien que le vieil adage anglais buy and hold est dsormais rvolu dans la gestion de portefeuilles. Cest pourquoi, dans la gestion de portefeuille daujourdhui, il nous faut adopter une discipline dinvestissement et de gestion proactive. De lavis de Monsieur Lancry, nous assistons de nos jours trois ou quatre cycles de march dans une mme journe, alors quauparavant, tous ces changements se produisaient sur une semaine. Linteraction conomique entre les pays et la mondialisation des capitaux obligent les gestionnaires effectuer des rotations sectorielles et rester lafft des moindres changements, tout en gardant la tte froide.

    Ainsi, la crise de 2008 a entran un manque de liquidits, ce qui a prcipit la faillite de nombreuses banques daffaires et de cabinets de courtage que lon croyait pourtant inbranlables. La mondialisation et les imbrications qui existent dsormais entre les pays engendrent un effet domino pratiquement chaque fois quun pays se retrouve en difficult. Monsieur Lancry mentionne, titre dexemple, la crise connue par la Grce en 2010. Les marchs avaient sous-estim les effets de la dfaillance de crdit de la Grce, dont lconomie tait tiquete, sans vouloir offenser nos amis grecs, comme producteurs dolives et de fromage feta . Les marchs ne souponnaient alors pas que cette crise se rpercuterait par la suite sur le reste de lEurope et du monde. Nous avons ensuite dcouvert le dessous de liceberg : les banques europennes avaient prt prs de 200 milliards de dollars la Grce. Or, les banques europennes, dj affaiblies aprs la crise de 2008, disposaient dun niveau critique de rserves de capital et ne pouvaient donc pas absorber dautres radiations de prts. La dernire crise de 2008 et ses consquences ont finalement dmontr que mme les obligations dun tat ntaient plus infaillibles.

    Ainsi, un gestionnaire de portefeuilles se doit dtre davantage un gestionnaire de risques. Il doit se montrer proactif, diversifier ses avoirs et faire de la rotation sectorielle.

    Gestionnaire de portefeuille associ

  • la vitesse actuelle des changements, il nest pas tonnant de voir les marchs des capitaux voluer la mme allure. En 1970, Alvin Toffler publiait un ouvrage au titre rvlateur, Le choc du futur, dans lequel il signalait que lacclration vertigineuse du progrs technologique plongerait la socit du nouveau millnaire dans la confusion et la dsorientation.

    nen pas douter, la cadence des changements technologiques engendre dnormes possibilits et facilite de manire tonnante notre quotidien, mais, en mme temps, les rpercussions de ces changements sur les marchs financiers laissent les experts perplexes. Bill Sterling, expert en stratgie internationale chez C.I. Global Advisors, souponne que le plus gros de cette confusion est

    li lvolution des rvolutions , pour reprendre ses propres termes. Cette volution en serait encore ses balbutiements et engloberait plusieurs rvolutions, chacune gagnant en vitesse. Et de plus en plus, leurs limites stendraient lchelle mondiale. Le progrs technologique ne se limite pas la seule puissance informatique, mais stend lensemble de ses applications au travail, dans les loisirs et dans la vie en gnral. Les tlcommunications, la gntique et, bien sr, les loisirs, illustrent la grande influence de ces changements technologiques.Les marchs sont devenus plus volatils en partie parce que les changements sacclrent et que les gens les adoptent plus rapidement. Bill Sterling remarque quil a fallu attendre 50 ans aprs la mise en march des nouvelles technologies comme llectricit et

    la voiture pour que 25 % des foyers les adoptent. En revanche, sept annes ont suffi avant que 25 % des foyers utilisent lInternet. En effet, les entreprises risques qui autrefois en seraient restes ce point pendant des annes sont maintenant inscrites la bourse avant de raliser des bnfices importants. De nombreux investisseurs placent leur avoir dans de telles entreprises sans trop savoir ce quils font, prenant des risques excessifs lis certaines actions.Alors, titre dpargnant proccup surtout par votre RER, comment tirer profit des occasions dcoulant dun tel dferlement des progrs technologiques? Vous pourriez vous laisser happer par ce tourbillon, en suivant de prs chaque particule dinformation qui bombarde les investisseurs et en y ragissant ds

    Il faut se rappeler de

    limportance des stratgies

    lies aux actions privilgies

    pour la composante revenu

    fixe de vos portefeuilles. Pour

    plus de dtails, veuillez me

    contacter.

    Gabriel Lancry, gestionnaire de

    portefeuille associ au

    514-287-4993 ou

    gabriel_lancry@scotiamcleod.com

    LIMPORTANCE DE LA RPARTITION DACTIF :

    Il faut se rappeler de limportance des stratgies lies aux actions privilgies pour la composante revenu fixe de vos portefeuilles. Pour plus de dtails, veuillez me contacter. 3. Conservez vos placements La synchronisation avec le march implique que vous puissiez prvoir les meilleurs moments o entrer sur le march et en sortir. Les fluctuations importantes sur les marchs surviennent dans des dlais de plus en plus courts, aussi la synchronisation avec le march (donc y tre lorsque les remontes se produisent) se fait plus capricieuse et incertaine que jamais. Par exemple, si vous aviez manqu, au cours de la priode de cinq ans allant du 1er juillet 1994 au 30 juin 1999, les 30 meilleures journes du S&P 500, votre rendement aurait t de 8,99 % au lieu du 27,66 % que vous auriez obtenu si vous aviez conserv vos investissements. Ou plus rcemment, pendant la panique des marchs en mars 2009, lindice S&P/TSX (Bourse canadienne) tait tomb 7 500 points et aujourdhui, en mars 2011, nous sommes environ 14 200 points.

    4. Investissez long terme Une chance loigne peut rduire les risques, surtout la bourse. Rapidit des changements oblige, les investisseurs devront continuer tenir compte de la volatilit des marchs financiers. Cependant, nous croyons que ces derniers favoriseront les investisseurs axs sur les lments fondamentaux long terme et non su