Matrices progressives standard - Marie TRAUMATISME CRANIO-ENCPHALIQUE Matrices progressives standard de Raven PSY— Raven — 3 MEMBRES DU GROUPE DE TRAVAIL Marie Vanier, psychologue

  • Published on
    09-Feb-2018

  • View
    217

  • Download
    4

Embed Size (px)

Transcript

  • PSYCHOLOGIQUETRAUMATISME CRANIO-ENCPHALIQUE

    Matrices progressives standard de RavenPSY Raven 1

    Matrices progressivesstandard

    J.C. Raven, J.H. Court et J. Raven(1re dition 1938; 6e dition 1986)

    Prpar sous la responsabilit de:

    Marie Vanier, Ph. D. 1, 3

    1 Centre de rechercheInstitut de radaptation de Montral

    2 Dpartement des sciences neurologiquesHpital du Sacr-Coeur de Montral

    3 cole de radaptationUniversit de Montral

    4 Dpartement des sciences de l'exerciceUniversit Concordia

    Document de travailVersion 2.0

    Dcembre 1991

  • PSYCHOLOGIQUETRAUMATISME CRANIO-ENCPHALIQUE

    Matrices progressives standard deRaven PSY Raven 2

    CopyrightMarie Vanier

    Toute reproduction de ce document est interdite sans la permission des auteurs concerns et du Centrede recherche de l'Institut de radaptation de Montral, de l'cole de radaptation de l'Universit deMontral et du dpartement des sciences neurologiques de l'Hpital du Sacr-Coeur de Montral.

    Projet ralis grce au support de la Socit de l'assurance automobile du Qubec (SAAQ) et du Fonds derecherche en sant du Qubec (FRSQ).

  • PSYCHOLOGIQUETRAUMATISME CRANIO-ENCPHALIQUE

    Matrices progressives standard de RavenPSY Raven 3

    MEMBRES DU GROUPE DE TRAVAIL

    Marie Vanier, psychologue, chercheure agrge, Centre derecherche, Institut de radaptation de Montral,cole de radaptation, Universit de Montral,responsable du groupe de travail;

    Danile Cartier, psychologue, assistante de recherche, Centrede recherche, Institut de radaptation deMontral (1989-);

    Jean Lambert, biostatisticien, professeur titulaire, Dpartementde mdecine sociale et prventive, Universitde Montral;

    Avec la participation de :

    Nathalie Deland, tudiante au Ph.D., Neuropsychologie,Dpartement de psychologie, Universit deMontral et assistante de recherche, Centre derecherche, Institut de radaptation de Montral(1988-).

    Robert Gagnon, psychologue, assistant de recherche, Cen-tre de recherche, Institut de radaptation deMontral (1987-1989);

    Ginette Gravel, assistante de recherche, Centre de recher-che, Institut de radaptation de Montral, (1990-1991).

    Claire Johnson, psychologue, assistante de recherche, Cen-tre de recherche, Institut de radaptation deMontral (1987-1989);

    Informatique

    Franois Kemp, ingnieur, Centre de recherche, Institut deradaptation de Montral (1988-1991).

    Support administratif

    Chantal Houde, secrtaire, Centre de recherche, Institut deradaptation de Montral (1989-1991);

    Francine Desmarais, assistante administrative, Centre derecherche, Institut de radaptation de Montral(1987-1991).

  • PSYCHOLOGIQUETRAUMATISME CRANIO-ENCPHALIQUE

    Matrices progressives standard deRaven PSY Raven 4

    LISTE DES TABLEAUX

    Tableau 1. Table de transformation des scores bruts en scorespercentiles selon les rsultats de 3 665 militaires et2 192 civils (Trad. de Raven, 1977).

    Tableau 2. Interprtation des scores percentiles au Raven.

    Tableau 3. Score bruts et scores percentiles (P) de 34 patientsgs de 18 - 31 ans (X = 21,2; E.T. = 2,2) au test seRaven.

    Tableau 4. Analyse des rsultats pour les patients du groupe17,50 - 32,49 et du groupe 27,5 - 32,49 diffrentespriodes post-trauma.

    Tableau 5. Analyse des rsultats pour les 15 patients du groupe17,5 - 27,49 ans valus 3 et 6 mois.

    Tableau 6. Analyse des rsultats pour les 15 patients du groupe17,5 - 27,49 ans valus 6 et 12 mois.

    Tableau 7. Pourcentages de scores normaux-dficients chezles 15 patients valus 3 et 6 mois et les 15 autrespatients valus 6 et 12 mois.

    Tableau 8. Table de consistance pour chacune des sries selonle score brut obtenu au Raven.

  • PSYCHOLOGIQUETRAUMATISME CRANIO-ENCPHALIQUE

    Matrices progressives standard de RavenPSY Raven 5

    Matr icesprogressives stan-dard de Raven

    Instrument

    Prsentation

    VARIABLE MESURE

    L'objectif de Raven (1938) en dveloppant les MatricesProgressives Standard (MPS) tait de fournir un test permettantde comparer les capacits individuelles d'observation et deconceptualisation. En 1960, l'auteur prcise que dans certainesconditions ce test, combin l'chelle de vocabulaire de Mill Hill(1943), peut constituer un moyen pratique d'valuer le dvelop-pement intellectuel et la dficience mentale.

    Il s'agit d'une chelle constitue de 60 problmes diviss en cinqgroupes de 12. Chaque problme consiste en un motif visuelincomplet ou un ensemble de stimuli visuels dont un lment estmanquant; de six huit choix de rponses sont proposs ausujet (selon le problme) pour complter le motif ou la srie.L'intention de l'auteur est que, dans chaque groupe, les problmessoient prsents par ordre croissant de difficult, chacunconstituant un entranement dans la mthode de rsolution. Lescinq groupes procurent cinq occasions de comprendre lamthode et cinq valuations progressives de la capacitindividuelle.

    L'chelle value la capacit de percevoir des figures sanssignification, d'tablir des relations entre elles, de concevoir lanature de la figure compltant chaque systme de relations et,ainsi, de dvelopper une mthode de raisonnement systmatique.Elle vise couvrir toutes les tapes du dveloppement intellectuel partir de celle o un enfant est capable de comprendre l'idede complter un tableau par l'ajout d'une pice manquante; deplus, elle est assez longue pour valuer la capacit maximaled'une personne former des comparaisons et raisonner paranalogie. L'auteur indique que le rsultat au test constitue unindex de la capacit intellectuelle d'un individu, quelle que soit sanationalit ou son niveau de scolarit. En 1947, deux chellesfurent drives des MPS, les Matrices Progressives Colores(MPC) s'adressant aux enfants et aux personnes ges et lesMatrices Progressives Avances (MPA), permettant unemeilleure discrimination des personnes dont la performance est

    P r s e n t a t i o nV a r i a b l e

  • PSYCHOLOGIQUETRAUMATISME CRANIO-ENCPHALIQUE

    Matrices progressives standard deRaven PSY Raven 6

    moyenne ou au-dessus de la moyenne aux MPS. Raven distinguela capacit intellectuelle et l'efficience intellectuelle. Il considreque la capacit maximale d'un individu est moins affecte parl'tat de sant et la pratique que sa vitesse de productionintellectuelle (efficience). C'est pourquoi, il propose une valuationsans contrainte de temps pour la mesure de la capacit l'aidedu MPS; le temps requis donne toutefois une informationsupplmentaire pour interprter la performance du sujet. Pour lamesure de l'efficience (ou rapidit) intellectuelle, utile pourl'orientation professionnelle, il suggre d'utiliser les MPA cause de leur pouvoir de discrimination plus lev et parcequ'elles sont plus utiles pour la mesure de la fatiguabilit et deson effet sur la rapidit du jugement (1977).

    TUDES PSYCHOMTRIQUES

    Donnes auprs de sujets normaux

    Les MPS ont t standardises par l'auteur sur un groupe de5857 adultes gs de 20 65 ans (Foulds & Raven, 1948;Raven, 1948); un second groupe de normaux (13-65 ans) a ttudi par Orme (1966, cit dans Raven, 1977). Un effet de l'gea t observ sur la performance au test: les scores atteignentleur maximum autour de 14 ans, demeurent relativement con-stants durant environ 10 ans puis, diminuent graduellement parla suite (Slater, 1947; Foulds & Raven, 1948). Les rsultats brutstransforms en percentiles et les interprtations proposes sontprsents, en fonction de l'ge, au tableau 1; le tableau 2prsente l'interprtation selon le score percentile obtenu. Lessujets sont regroups par tranches d'ge de 5 ans (17,50 - 22,49;22,50 - 27,49; etc.).

    La consistance interne et la fiabilit test-retest ont t examines.Raven (1977) mentionne que la majorit des tudes sur laconsistance interne rapportent une corrlation leve: Burke(1972) rapporte des corrlations de 0,89 0,97 (selon l'ge)dans un groupe de plus de 500 adultes; Rocco (1961, cit dansRaven, 1977) a observ une corrlation de 0,87 dans un groupede 5000 Uruguayens gs de 12 44 ans. Les tudes de fiabilittest-retest rapportes concernent surtout les jeunes; ellesrvlent une fiabilit autour de 0,90 lorsque l'intervalle entre lesdeux applications est d'environ une semaine alors qu'elle diminueautour de 0,80 lorsque l'intervalle est de trois mois (Stinissen,1956, cit dans Raven, 1977; Rath, 1959, cit dans Raven,1977). Raven (1948) et Foulds et Raven (1948) ont observ desfiabilits de 0,83 0,93, les valeurs les plus leves se retournantchez les personnes de 30 ans et moins.

    P r s e n t a t i o n .psychomtriques

  • PSYCHOLOGIQUETRAUMATISME CRANIO-ENCPHALIQUE

    Matrices progressives standard de RavenPSY Raven 7

    Tableau 1Table de transformation des scores bruts en scores percentiles

    selon les rsultats de 3 665 militaires et 2 192 civils (Trad. de Raven, 1977)

    Percentile ge20 25 30 35 40 45 50 55 60 65

    95 55 55 54 53 52 50 48 46 44 42

    90 54 54 53 51 49 47 45 43 41 39

    75 49 49 47 45 43 41 39 37 35 33

    50 44 44 42 40 38 35 33 30 27 24

    25 37 37 34 30 27 24 21 18 15 13

    10 28 28 25 -- -- -- -- -- -- --

    5 23 23 19 -- -- -- -- -- -- --

    Le score moyen pour chaque tranche d'ge est prsent en caractres gras. Il est prvoir qu'une personne sur 20obtienne un score > au 95e P; de mme, une personne sur 20 peut obtenir un score < au 5e P. Une personne sur 10 peutobtenir un score > au 90e P ou < au 10e P. Une personne sur quatre peut obtenir un score > au 75e P. ou < au 25e P.Il est prvoir qu'une personne sur deux obtienne un score entre le 25e et le 75e P.

    Niveau I: "Intellectuellement suprieur", si son rsultat est > au 95e percentile.

    Niveau II: "Dfinitivement au-dessus de la moyenne", si le rsultat est > au 75e percentile.

    II+: Si le rsultat est > au 90e percentile.

    Niveau III: "Intelligence moyenne", si le rsultat est entre le 25e et le 75e percentile.

    III+: Si le rsultat est au-dessus de la mdiane ou du 50e percentile.

    III-: Si le rsultat est au-dessous de la mdiane ou du 50e percentile.

    Niveau IV: "Dfinitivement sous la moyenne", si le rsultat est < au 25e percentile.

    IV-: Si le rsultat est < au 10e percentile.

    Niveau V: "Intellectuellement dficiente", si le rsultat est < au 5e percentile.

    Tableau 2Interprtation des scores percentiles au Raven

    P r s e n t a t i o ntudes Normaux

  • PSYCHOLOGIQUETRAUMATISME CRANIO-ENCPHALIQUE

    Matrices progressives standard deRaven PSY Raven 8

    Plusieurs tudes de validit sont aussi rapportes. En ce quiconcerne la validit de critres, Raven mentionne des tudes decorrlation avec des mesures d'intelligence et des tudes sur lavalidit prdictive du test. Burke et Bingham ont observ chezles adultes une corrlation leve (en 1966: r= +0,85; en 1969:r= +0,75, cit dans Raven, 1977) entre le test et le WAIS alorsque Sheppard et coll. (1968, cit dans Raven, 1977) ont observune corrlation de 0,88. Des corrlations moins leves ont tobtenues par Sydiaha (1967, cit dans Raven, 1977) et VanDongen et coll. (1972, cit dans Raven, 1977) (non prcises).Les tudes de validit prdictive chez les adultes concernaientla prdiction du niveau professionnel; sans rapporter les rsultats,l'auteur mentionne que Vernon (1942) et Roberts (1943) ontobserv une validit plus leve pour les scores leves auxMPS que pour les scores faibles.

    En ce qui concerne la validit de construit, des tudes ontconfirm l'importance du facteur "g" (intelligence gnrale) dansdes tudes chez l'adulte: les analyses factorielles rvlaientdes "loadings" jusqu' +0,86 sur le facteur "g" (Loranger &Misiak, 1959, cit dans Raven, 1977; Burke & Bingham, 1969,cit dans Raven, 1977). Certaines tudes suggrent que lesMPS mesurent d'autres facteurs, en plus du "g": Keir (1949) aobserv que ce facteur ne rendait compte que de 37 % de lavariance totale au test, Banks et Sinna (1951) de 36 % et Gabriel(1954, cit dans Raven, 1977) 60 %. Un autre facteur semblerendre compte d'une partie de la variance: il s'agit d'un facteurvisuo-spatial, ou facteur "K" (Burke, 1958; Rimoldi, 1948; Sinna,1968, cit dans Raven, 1977). Par ailleurs, Burke et Bingham(1969, cit dans Raven, 1977) ont observ que le facteur "g" quirendait compte de la plus grande partie de la variance au testtait fortement dtermin par le contenu verbal, lequel contenuncessitant probablement que les sujets verbalisent(intrieurement ou extrieurement) leur approche de rsolutiondes problmes.

    Comme le souligne Lezak (1983), les motifs de la plupart desproblmes de la srie B et des suivants peuvent tre identifispar des noms, ce qui peut expliquer en partie le fait que l'analysefactorielle met en vidence une composante verbale. Toutefois,la corrlation des MPS est la plus leve avec les tests dits"non-verbaux". Selon Archibald, Wepman & Jones (1967)et Colonna et Faglioni (1966), les MPS valuent le raison-nement dans la modalit visuospatiale.

    P r s e n t a t i o ntudes Normaux

  • PSYCHOLOGIQUETRAUMATISME CRANIO-ENCPHALIQUE

    Matrices progressives standard de RavenPSY Raven 9

    Donnes recueillies auprs de personnes crbrolses

    Les MPS ont t amplement appliques auprs des personnesayant subi un accident crbrovasculaire (Colonna & Faglioni,1966; Costa & Vaughan, 1962; DeRenzi & Faglioni, 1965;Denes, Semenza, Stoppa & Gradenigo, 1978, pour ne citer quequelques tudes). Brooks et Aughton (1979 a & b) les ontutilises auprs de victimes d'un traumatisme cranio-encphalique et ont observ une relation directe entre les scoreset la dure de l'amnsie post-traumatique (APT), ce qui suggreque ce test est li l'ampleur de l'atteinte crbrale.

    P r s e n t a t i o ntudes Patients

    . tude IRM (1989-1991)

    Le Raven a t appliqu dans une tude longitudinale auprs depersonnes ayant subi un traumatisme cranio-encphalique grave(coma > 6 heures). Les valuations taient effectues 3, 6 et12 mois post-trauma.

    Trente-quatre (34) patients (18-31 ans, X = 21,23; .T. = 2,2) ontt valus, certains aux trois priodes (3, 6 et 12 mois) etd'autres seulement une ou deux priodes pour diffrentesraisons incontrlables.

    Au tableau 3 sont prsents les rsultats bruts des patients auxcinq sries (A, B, C, D, E), les scores percentiles (P) ainsi quedes informations relatives la gravit du traumatisme cranio-encphalique (dure du coma et de l'amnsie post-traumatique,d'aprs l'chelle de coma de Glasgow et le GOAT).

  • PSYCHOLOGIQUETRAUMATISME CRANIO-ENCPHALIQUE

    Matrices progressives standard deRaven PSY Raven 10

    P r s e n t a t i o ntudes Patients

    Sujet Sexe ge Dure(jours)Coma APT

    2 F 25,61 7 241*8 M 28,28 8 30*

    10 M 20,24 6,5 5320 M 24,46 1,5 **21 M 24,99 1 722 M 18,93 9 2523 M 20,46 4,5 27*24 M 20,17 23 284*25 M 23,93 *** 1627 M 29,82 ***** *****34 M 28,82 11 1336 M 31,16 3 1537 M 31,44 13 3142 M 18,30 16,5 4643 F 19,09 3,5 1744 M 24,29 4 1546 F 18,49 1 247 M 22,44 20 4148 F 31,92 26 29*50 M 23,05 7,5 3652 F 17,60 12 1653 M 19,99 21 2254 M 19,26 2 556 M 20,96 24 **58 F 28,12 5 4559 M 25,37 8 5060 M 30,19 1 465 M 21,37 3 **67 M 25,63 ** **68 M 20,17 3,3 **69 F 21,98 0,6 **74 M 21,63 8,5 1176 M 19,04 12,5 **78 F 29,74 2,8 21

    * Dure totale d'APT non disponible, la valeur inscrite correspond au nombre de jours d'APTavant cong la maison ou transfert.

    ** Donnes non disponibles.

    *** Dure de coma d'au moins 6 heures.

    **** Ne peut tre calcul

    ***** Dure de coma < 6 heures, dure APT 1 jour, fracture du crne sous anesthsie durantles premiers jours.

    3 moisA B C D E P

    11 5 4 6 0 1012 12 11 11 7 90

    11 11 10 11 8...

Recommended

View more >