Nietzsche versus Héraclite: Nietzsche qui rit, Héraclite ... ?· Nietzsche versus Héraclite: Nietzsche…

  • Published on
    11-Sep-2018

  • View
    214

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>Nietzsche versus Hraclite: Nietzsche qui rit, Hraclite qui pleure (Ph. Choulet) </p><p>1 </p><p>Nietzsche versus Hraclite: Nietzsche qui rit, Hraclite qui pleure (Ph. Choulet) Strasbourg, Mardi 18 Mars 2014. </p><p>Le philosophe, cest la nature dvoilant ses ateliers le philosophe et lartiste rvlent les secrets dateliers de la nature </p><p>(Fgt posth., 19-17, t 1872) 1. Un matre de la pense tragique. Naissance de la Tragdie, 11, B1, p. 74. Lart dEuripide: comme si navait jamais exist le VIe </p><p>sicle, avec sa naissance de la tragdie, ses Mystres, son Pythagore et son Hraclite. Fgt posth., 19-114 (t 1872). Les stociens ont aplati et mal compris Hraclite. () Le monde </p><p>entirement soumis des lois, mais pourtant pas doptimisme chez Hraclite. Fgt posth., 19-116 (t 1872). Anthropomorphismes thiques: () Hraclite: loi. Fgt posth., 26-67 (t 1884). Hraclite: le monde consiste dans une absolue lgalit: comment </p><p>pourrait-il tre un monde de linjustice! Donc: laccomplissement de la loi est absolu; le contraire est une illusion: mme les hommes mauvais ny changent rien, la lgalit absolue saccomplit travers eux tels quils sont. La ncessit est ici magnifie et ressentie moralement. </p><p>Fgt posth., 19-124 (t 1872). Lordre dans le monde, le rsultat infiniment lent et pnible deffroyables volutions, compris comme lessence du monde Hraclite! </p><p>Ecce homo, Pourquoi jcris de si bons livres, La Naissance de la Tragdie, 3, B2, p. 1155-1156. N. dit avoir cherch la sagesse tragique Un doute me restait au sujet dHraclite, dans le voisinage de qui je sentais un certain bien-tre, une certaine chaleur que je nai rencontr nulle part ailleurs. Lapprobation de lanantissement et de la destruction, ce quil y a de dcisif dans une philosophie dionysienne, lacquiescement la contradiction et la guerre, le devenir avec la ngation radicale de la conception mme de ltre, dans tout cela, il faut que je reconnaisse, en tout cas, ce qui ressemble le plus mes ides au milieu de tout ce qui fut jamais pens. La doctrine de lternel retour, cest--dire de la rptition absolue et infinie de toutes choses cette doctrine de Zarathoustra, pourrait, en fin de compte, dj avoir t enseigne par Hraclite. Les stociens, du moins, qui ont hrit dHraclite presque toutes leurs ides fondamentales, en prsentent des traces. </p><p> 2. Un matre de la pense du conflit et de la conflagration / dflagration. Naissance de la Tragdie, 19, B1, p. 110. Eloge de la musique allemande (Wagner): elle seule est </p><p>le feu spirituel, inaltr, limpide et purificateur, do proviennent et o vont toutes choses entranes dans une double orbite comme dans le systme du grand Hraclite dEphse; et tout ce que nous nommons aujourdhui culture, ducation, civilisation, devra comparaitre un jour au tribunal de Dionysos, linfaillible justicier. </p><p>Considration inactuelle IV (Richard Wagner Bayreuth), 9, B1, p. 405. La musique de Wagner, dans son ensemble, est une image du monde tel que le concevait le grand philosophe dEphse, une harmonie enfante par le conflit, lunion de la justice et de lhostilit. () Ds le dbut (des drames de W.) nous sentons que nous sommes en face de courants opposs, mais aussi dun fleuve au cours puissant qui les domine tous. Ce fleuve coule dabord irrgulirement sur des cueils cachs; parfois ses ondes semblent vouloir se dchirer et suivre des directions diffrentes. Peu peu nous voyons leur mouvement gnral devenir plus fort et plus rapide; lagitation convulsive est absorbe dans le calme imposant dun large et terrible mouvement vers un but encore inconnu; et tout coup, vers la fin, le large fleuve, dans toute sa force, se prcipite vers labme avec un dsir fatal du gouffre et de ses fureurs.. </p><p>Naissance de la Tragdie, 24, B1, p. 128. Le phnomne dionysien (pris dans) le jeu de crer et de dtruire le monde individuel; peu prs comme Hraclite le Tnbreux comparait la force cratrice </p></li><li><p>Nietzsche versus Hraclite: Nietzsche qui rit, Hraclite qui pleure (Ph. Choulet) </p><p>2 </p><p>de lunivers au jeu dun enfant qui samuse poser des pierres et l, faire des tas de sable et les renverser. </p><p>Gai Savoir, Plaisanterie, ruse et vengeance, 41, B2, p. 42-43. Hraclitisme. Tout bonheur sur la terre, / amis, est dans la lutte! / Oui, pour devenir amis, / il faut la fume de la poudre! / trois fois les amis sont unis; / frres devant la misre, / gaux devant lennemi, / libres devant la mort! </p><p>Fgt posth., 19-18, (t 1872). La joute. Hraclite. 3. Sur le devenir pur (le fleuve). Considration inactuelle II, 1, B1, p. 220. Un homme qui serait absolument dpourvu de la </p><p>facult doublier et qui serait condamn voir, en toute chose, un devenir. Un tel homme ne croirait plus son propre tre, ne croirait plus en lui-mme. Il verrait toutes choses se drouler en une srie de points mouvants, il se perdrait dans cette mer du devenir. En vritable lve dHraclite il finirait par ne plus oser lever un doigt. </p><p>Humain, trop humain, II, Opinions et sentences mles, 223, B1, p. 780. O il faut aller en voyage. Lobservation directe de soi est loin de suffire pour apprendre se connatre: nous avons besoin de lhistoire, car le pass rpand en nous ses mille vagues; nous-mmes nous ne sommes pas autre chose que ce que nous ressentons chaque moment du flux continu. L aussi, lorsque nous voulons descendre dans le fleuve de ce que notre nature possde en apparence de plus original et de plus personnel, il faut nous rappeler de laxiome dHraclite: on ne descend pas deux fois dans le mme fleuve. Cest l une vrit qui, quoique rabche, est demeure aussi vivante et fconde que jadis () </p><p>Fgt posth., 19-119 (t 1872). On doit absolument pouvoir montrer que tout ce qui est, tre ou objet, na pas toujours t et ne sera donc pas toujours. Le devenir dHraclite. </p><p>Fgt posth., 23-27 (dbut 1873). Anaxagore a repris dHraclite lide que tout tre et tout devenir incluent leur contraire. () Platon: dabord hracliten, sceptique consquent, tout est fleuve, mme la pense. Amen par Socrate la permanence du Bien, du Beau. </p><p>Fgt posth., 4-34 / 35 (t 1880). Etre juste nant! Tout coule! Rien que pour voir, il nous faut des surfaces, des limites! / Le fait est lternel fleuve. </p><p>Fgt posth., 26-64 (t 1884). Les grands problmes de la valeur du devenir poss par Anaximandre et Hraclite cest--dire la faon dont on dcide si une valuation morale ou esthtique est mme lgitime par rapport au Tout. </p><p>Fgt posth., 14-116 (dbut 1888). (dans un contre le platonisme et la permanence de len soi) La culture grecque des sophistes avait surgi de tous les instincts grecs: elle fait partie de la culture du sicle de Pricls, tout aussi ncessairement que Platon nen fait pas partie: elle a ses devanciers en Hraclite, en Dmocrite () Notre mode actuel de pense est, un haut degr, hracliten, dmocriten et protagorien il suffirait de dire quil est protagorien, parce que Protagoras runit en lui Hraclite et Dmocrite, ces deux fragments (). </p><p>Fgt posth., 34-74 (printemps 1885). Ce qui nous spare aussi bien de Kant que de Platon et de Leibniz: nous sommes historiques de part en part. () Le mode de pense dHraclite et dEmpdocle est ressuscit. </p><p>Fgt posth., 41-4 (aot 1885). Aujourdhui, nous nous rapprochons nouveau de toutes les formes essentielles dinterprtation du monde que lintelligence grecque a mis au jour travers Anaximandre, Hraclite, Parmnide, Empdocle et Anaxagore de jour en jour, nous devenons plus grecs; dabord dans lordre des valuations et des concepts, comme si nous tions des fantmes hellnisants; mais un jour, esprons-le, nous le serons aussi avec notre corps! Cest l que rside (et a toujours rsid) mon espoir pour ltre allemand! </p><p>Fgt posth., 36-27 (juin 1885). La philosophie, sous la seule forme o je lui concde encore la </p></li><li><p>Nietzsche versus Hraclite: Nietzsche qui rit, Hraclite qui pleure (Ph. Choulet) </p><p>3 </p><p>possibilit dtre, sous la forme la plus gnrale de lhistoire, comme tentative de dcrire en quelque manire le devenir hracliten et de le rsumer certains signes (pour en quelque sorte le traduire en un genre dtre illusoire et le momifier). </p><p> 4. Linitiateur dune ontologie ngative de la chose. Crpuscule des idoles, La Raison dans la Philosophie, 2, B2, p. 963. Je mets part avec un </p><p>profond respect le nom dHraclite. Tandis que le peuple des autres philosophes rejetait le tmoignage des sens parce que les sens montraient multiplicit et changement, il en rejetait le tmoignage parce quils prsentent les choses comme si elles avaient de la dure et de lunit. Hraclite, lui aussi, fit tort aux sens. Ceux-ci ne mentent ni la faon quimaginent les Elates, ni comme il se le figurait, lui en gnral ils ne mentent pas. Cest ce que nous faisons de leur tmoignage qui y met le mensonge, par exemple le mensonge de lunit, le mensonge de la ralit, de la substance, de la dure Si nous faussons le tmoignage des sens, cest la raison qui en est la cause. Les sens ne mentent pas en tant quils montrent le devenir, la disparition, le changement Mais dans son affirmation que ltre est une fiction, Hraclite gardera ternellement raison. Le monde des apparences est le seul rel: le monde vrai est seulement ajout par le mensonge </p><p>Fgt posth., 19-180 (t 1872). Sur le mensonge. Hraclite. Croyance en lternit de la vrit. Disparition de son uvre un jour disparition de toute connaissance. Et quest-ce que la vrit chez Hraclite! Prsentation de sa doctrine comme anthropomorphisme. () Relation dHraclite avec le caractre populaire grec. Cest le cosmos hellnique. (fgt contemporain de lopuscule sur Le mensonge au sens extra moral) </p><p> 5. Linventeur de la pense du hasard et de lillusion ludiques de la vie. Gnalogie de la Morale, II, 16, B2, p. 826. Lhomme compte parmi les coups heureux les plus </p><p>inattendus et les plus passionnants que jour le grand enfant dHraclite, quon lappelle Zeus ou bien le Hasard </p><p>Fgt posth., 19-18, (t 1872). Le jeu artistique du cosmos. Hraclite. Fgt posth., 19-134 (t 1872). Hraclite. La force cratrice de lartiste comme commencement </p><p>absolu. Fgt posth., 21-15 (dbut 1873). Hraclite. Cosmodice de lart. Fgt posth., 21-16 (dbut 1873). Lart au service de la volont: Hraclite. Fgt posth., 14-100 (dbut 1888). Les vritables philosophes des Grecs sont ceux davant </p><p>Socrate: avec Socrate, quelque chose change. () Loptimisme de lartiste chez Hraclite. Fgt posth., 23-14 (dbut 1873). Refrnement de linstinct de connaissance ou renforcement </p><p>de llment mythique-mystique, de llment artistique (Hraclite, Empdocle, Anaximandre). Dcret de grandeur. </p><p>Fgt posth., 23-35 (dbut 1873). Hraclite et Anaxagore, une construction artistique et une image des lois de lunivers. </p><p> 6. Un matre de lnigme. Considration inactuelle II, 10, B1, p. 282. Et comment arrivons-nous ce but? me demanderez-</p><p>vous. Le dieu delphique vous jette, ds le dbut de votre voyage vers ce but, sa formule: Connais-toi toi-mme! Cest une formule difficile saisir, car ce dieu ne cache point et ne proclame point, mais ne fait quindiquer, comme a dit Hraclite. O donc vous conduit-il? </p><p>Fgt posth., 19-61 (t 1872). Hraclite dans sa haine contre llment dionysiaque, contre Pythagore, contre labondance de savoir. Il est un produit apollinien et prononce des oracles, dont il </p></li><li><p>Nietzsche versus Hraclite: Nietzsche qui rit, Hraclite qui pleure (Ph. Choulet) </p><p>4 </p><p>faut dgager, pour soi et pour Hraclite lui-mme, le sens profond. Il ne ressent pas la souffrance, mais bien la btise. </p><p>Fgt posth., 19-62 (t 1872). Hraclite ne vieillira jamais. Cest linvention potique hors des limites de lexprience, prolongement de linstinct mythique; procde galement par images, pour lessentiel. Lexpos mathmatique nappartient pas lessence du philosophe. Le savoir vaincu par des forces cratrices de mythes. Kant remarquable le savoir et la foi! </p><p>Fgt posth., 19-89 (t 1872). Hraclite. Illusion. Dimension artistique du philosophe. Art. Fgt posth., 19-100 (t 1872). Trs instructif, quand Hraclite compare sa langue avec Apollon </p><p>et la Sibylle. Fgt posth., 23-8 (dbut 1873). Hraclite: idal apollinien, tout nest que jeu et apparence. Fgt posth., 9-136 (automne 1887). La croyance est une maladie sacre, hira nosos: ce que </p><p>savait dj Hraclite: la croyance, contrainte intrieure qui rend stupide, que quelque chose doit tre vrai </p><p>Fgt posth., 26-192 / 193 (automne 1884). La vie est suprmement nigmatique () Sur ce point, savoir que le monde est un jeu divin et au-del du bien et du mal, jai pour prdcesseurs la philosophie vdique et Hraclite. </p><p> 7. Un matre de sagesse: la solitude comme style aristocratique. Gnalogie de la Morale, III, 7, B2, p. 845. Parmi les grands philosophes, lequel tait mari? </p><p>Hraclite, Platon, Descartes, Spinoza, Leibniz, Kant, Schopenhauer ils ne ltaient point; bien plus, on ne pourrait mme se les imaginer maris. Un philosophe mari a sa place dans la comdie, telle est ma thse: et Socrate, seule exception, le malicieux Socrate, sest, semble-t-il, mari par ironie, prcisment pour dmontrer la vrit de cette thse. </p><p>Fgt posth., 26-3 (t 1884). Les grands philosophes sont de drles de corps. Quest-ce donc que ces Kant, Hegel, Schopenhauer, Spinoza! Si pauvres, si troits! On comprend quun artiste puisse simaginer avoir plus dimportance queux. Cest la connaissance des grands Grecs qui ma duqu: il y a dans Hraclite, Empdocle, Parmnide, Anaxagore, Dmocrite plus admirer, ils sont plus pleins. </p><p>Fgt posth., 25-454 (printemps 1884). Lhomme est quelque chose qui doit tre surmont il sagit de savoir quelle cadence: les Grecs mritent notre admiration : sans hte. mes prdcesseurs Hraclite Empdocle Spinoza Gthe. </p><p>Par-del Bien et Mal, Nous les savants, 204, B2, p. 650. La grandeur dun Hraclite, dun Platon, dun Empdocle et de tous ces royaux et magnifiques solitaires de lesprit, fait cruellement dfaut notre monde moderne </p><p>Fgt posth., 6-12 (t 1875). Ces philosophes prouvent quels dangers la culture grecque portait en elle: () souplesse, sociabilit exagre loppos, fiert et solitude dHraclite. </p><p>Gnalogie de la Morale, III, 8, B2, p. 847. Le dsert o se retirait Hraclite les portiques et les pristyles de limmense temple de Diane fut plus digne de lui: jen conviens: pourquoi manquons-nous de pareils temples? () Mais ce quHraclite voulait viter, cest ce que nous, nous aussi, nous voulons viter encore: le bruit et le bavardage dmocratique des Ephsiens. </p><p>Fgt posth., 20-3 (Colli-Montinari, 2228, p. 361). Une sentence est un maillon dune chane de penses; elle exige que le lecteur reconstitue cette chane par ses propres moyens: cest vraiment beaucoup demander. Une sentence est une forme de prsomption. Ou alors elle est une prcaution: cest ce que savait Hraclite. Pour tre apprcie, une sentence doit dabord tre remue et mlange dautres ingrdients (exemples, expriences, histoires). La plupart des hommes ne comprennent pas a et cest pourquoi lon peut, par les sentences, dire sans danger des choses dangereuses. </p><p>N.B. Pour les rfrences: B1 / B2: d des Oeuvres de N. en Robert Laffont-coll. Bouquins, 2 vol. Fgts posth.: d. Gallimard. </p></li></ul>

Recommended

View more >