Osho - Méditation, la voie de la perfection

  • Published on
    05-Jan-2017

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • 1

  • 2

  • 3

    1 Lappel. L'tre humain gmit dans les tnbres. Je le vois comme un logis o ne luit plus la moindre flamme,

    comme une maison perdue dans le brouillard. Quelque chose s'est teint en lui. Pourtant, le feu peut rejaillir des cendres. Comme un bateau en perdition, l'homme a oubli sa destination, il ne sait plus que faire. Cependant, la connaissance touffe peut tre ranime dans son me.

    Il ne faut pas dsesprer. Plus la nuit est profonde, plus l'aube est proche. Le monde connatra une rsurgence spirituelle, un nouveau type d'tre humain va clore et nous assistons aux douleurs de sa mise au monde. Ce regain spirituel ne se produira qu' travers nous. Plus personne ne peut se cantonner dans le rle de badaud, car nous devons accoucher de nous-mmes, la renaissance doit avoir lieu en chacun de nous.

    Le soleil du cur ne se lvera que si nous nous remplissons de lumire, cette responsabilit nous incombe. Nous sommes tous les lments de l'difice de demain, nous sommes les rayons de l'astre qui va se manifester. Chaque homme, chaque femme est un crateur, une cratrice. Mais parler du futur est dj erron. C'est le prsent qu'il s'agit de revivifier et c'est notre propre tre que nous devons engendrer. Comment crer une humanit si nous ne sortons pas d'abord nous-mmes de notre tat incertain ? L'individu est la base de la socit, c'est par lui que s'oprent toute volution et toute rvolution.

    Voil pourquoi je vous lance un appel. Eveillez-vous, je vous en prie. Pourquoi n'osez-vous pas avouer que votre vie est morne, absurde, ennuyeuse ? Elle n'a plus de saveur et il ne peut qu'en tre ainsi. Toute joie profonde est interdite au cur dstabilis, inquiet. D'o vient ce sentiment la fois de futilit et d'accablement, alors que la vie est une source infinie de plnitude ? Vous tes perdus, dsorients. Vgter, exister physiquement sans plus n'est pas vivre, mais attendre la mort. Comment ne pas tre mal l'aise ? Comment se rjouir d'exister ?

    Je le rpte : il est possible d'chapper au cauchemar que vous prenez pour la ralit. La voie est l, devant vous, elle ne s'est jamais efface. Elle mne de l'opacit la clart, elle est ternelle. C'est vous qui lui tournez le dos. Elle s'appelle dharma, religion authentique. Elle est le feu qui revivifie l'tre, le phare de l'esquif livr aux temptes. Mahavira, le matre jan, a dit que la religion vraie est l'ancre, le destin, le refuge, le seul havre de l'homme pris dans la tourmente du monde, de la maladie et de la mort.

    Avez-vous la nostalgie d'une vie dbordante de joie et d'amour ? Aspirez-vous la vrit qui confre l'immortalit ? Alors, venez, acceptez mon invitation. Ce n'est pas un grand secret: il suffit que vous ouvriez les yeux. Vous dcouvrirez un univers insouponn. Ouvrir les yeux. Vous veiller. Regarder, rien de plus. Rien n'est vraiment dtruit en l'homme et il n'a pas rellement perdu la boussole. Mais parce qu'il refuse de voir, il se croit entour d'ombres menaantes. En se voilant la face, il perd tout et devient un indigent. S'il ouvrait les yeux, il se dcouvrirait empereur. Vous croyez tres dchus ? Je vous enjoins recouvrer votre majest, sortir de votre mauvais rve. Votre dfaite peut s'avrer victoire, votre chute rsurrection, votre mort vie ternelle. Laissez-moi vous aider.

    Mais avant tout, acceptez mon amour. C'est tout ce que j'ai vous offrir en ces collines paisibles. Je souhaite partager ce que le divin a dvers en moi. Je veux tout vous donner. Plus je puis vous donner, plus je reois ! N'est-ce pas merveilleux ? La vraie richesse augmente avec le partage. Celle qui diminue lorsqu'on la rpand n'est pas du tout un trsor. L'amour engendre l'amour et la haine suscite la haine. Nous recevons toujours la monnaie de notre pice. C'est une loi absolue. Retenez que vous devez donner ce que vous dsirez recevoir. N'esprez pas obtenir du jasmin en change de vos orties.

    Des bouquets d'amour et de paix fleurissent ici devant moi, j'en suis extrmement touch. Vous tes tous tellement diffrents et voici que la voix de l'me vous rend un. Les corps sont et resteront spars, mais quelque chose les transcende et unit les tres humains : l'amour. Sans cette union, rien ne peut tre dit, rien ne peut tre entendu. La communication est absolument impossible si ce n'est dans l'amour. Je ne puis vous parler et vous ne pouvez m'couter qu' cette condition. Votre cur doit s'ouvrir. Sachez que votre tte ne comprend jamais rien, seul le cur en est capable. Votre cerveau est obtus. De mme, seules les paroles issues du cur ont un sens, un parfum vivant. Celles que dicte l'intellect sont aussi insipides que les fleurs artificielles.

    Je vous ouvre mon cur, laissez-moi entrer dans le vtre afin que la rencontre et la fusion aient lieu. Alors, ce qui dpasse de trs loin les mots se fraiera un chemin entre nous. Beaucoup de choses inaudibles se font entendre ainsi et tout ce qui est crit entre les lignes peut tre peru de cette manire. Les mots sont tragiquement insuffisants, mais si vous prtez l'oreille en silence, le mental en paix, ils vous parleront avec force. C'est cela, couter avec le cur.

  • 4

    D'habitude, vous feignez d'couter alors que votre cerveau monologue sans arrt. En d'autres termes, vous n'coutez pas du tout. Pour tre un rceptacle, votre esprit doit tre parfaitement silencieux et attentif, totalement ouvert et rien d'autre. Alors, vous entendrez, vous aurez la comprhension lumineuse qui vous transformera. Sans cela, vous resterez distraits et soliloquerez. Les crispations de votre mental continueront de vous absorber et rien ne pourra vous tre transmis. Vous croirez voir et ne verrez rien. Vous prtendrez entendre et n'entendrez rien.

    Le Christ a dit: Que ceux qui ont des yeux pour voir, voient. Que ceux qui ont des oreilles pour entendre, entendent. Etait-il donc entour d'aveugles et de sourds ? Bien sr que non. Par ces paroles, le matre de Galile soulignait l'insuffisance des yeux et des oreilles de chair. Sans silence intrieur, sans conscience pure et vigilante, l'homme souffre de la plus grave de toutes les invalidits, la ccit et la surdit spirituelles. Son esprit est ferm, rien ne peut lui tre donn, il ne peut rien recevoir.

    Je vous demande de passer ces journes de sadhana (de discipline spirituelle) dans un tat de profonde rceptivit. L'art de l'coute juste deviendra un fidle compagnon de tous les instants. Il vous librera des innombrables proccupations qui gchent vos jours et vos nuits. Il vous donnera accs l'univers mystrieux dans lequel vous baignez et vous permettra d'entrevoir la lumire ternelle de la conscience. Car c'est de cela que votre turbulence mentale vous prive.

    La vision juste et l'coute juste ne sont pas des particularits rserves ce camp de mditation. Ce sont les conditions de toute vie juste. La ralit ou Dieu, si vous prfrez ce terme, se refltera en vous lorsque votre esprit sera redevenu un miroir sans taches, paisible comme un lac immobile.

    Je sens le silence et la paix descendre sur cette assemble. Vous voil prts accueillir la vrit qui a boulevers mon me. Votre cur altr et la sereine beaut de la nature qui nous entoure m'emplissent d'espoir. Je pourrai parler. Ce n'est pas toujours le cas. Il arrive souvent que je doive me taire parce que devant moi ne se trouvent que des cerveaux arrogants. Le soleil le plus ardent ne peut entrer dans une demeure dont les portes sont closes et les fentres occultes. Vous avez dpos les armes, c'est un trs bon dbut.

    Nous commencerons travailler ensemble demain matin. Avant cela, je dois vous donnez quelques indications. Si vous souhaitez entamer une sadhana et aspirez la vrit, mettez-vous dans la disposition d'esprit du jardinier qui prpare soigneusement le sol en vue des semis. Retenez bien les points suivants.

    En premier lieu, vivez dans le prsent. Rsistez votre habitude de penser au pass ou au futur. Si vous cdez, l'unique vcu qui importe sera gaspill et passera sans vous avoir rien apport. Le pass n'existe pas, ce n'est qu'un effet de votre mmoire. Le futur est tout aussi inconsistant, il n'est qu'imagination. Seul le prsent est rel, vivant. La vrit ne peut tre connue que dans l'instant. Par consquent, durant les jours qui vont suivre, ne vous complaisez ni dans les souvenirs ni dans les projections. Admettez une bonne fois pour toutes que le pass et le futur sont des leurres. Rien n'est vrai hormis l'instant que vous tes en train de connatre. Vivez-le compltement, sans aucune retenue.

    Ce soir, en vous couchant, dbarrassez-vous du fardeau des choses rvolues, laissez-les mourir en vous et endormez-vous lgers, innocents. Lorsque vous vous lverez demain matin, vous pourrez tre renouvels de fond en comble. L'homme ou la femme qui se sont allongs le soir prcdent ne doivent plus se rveiller, qu'ils reposent tout jamais. Soyez dsormais ternellement jeunes, nouveaux, vierges.

    Pour ne pas reprendre vos ruminations au sujet de ce qui n'existe plus ou de ce qui n'est encore que virtuel, il faut tre extrmement attentif vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Il suffit d'tre vigilant. Si vous observez votre mental, il restera tranquille. Le regard clair et neutre, la conscience aigu et inbranlable briseront vos routines crbrales.

    Deuxime point; soyez naturels. Sous l'effet des conditionnements familiaux et sociaux, votre comportement est devenu une panoplie de masques. En toutes circonstances, vous vous drapez dans un manteau d'hypocrisie, votre tre rel vous est peu peu devenu tranger. Secouez-vous, nous ne sommes pas ici pour interprter une pice de thtre, mais pour savoir qui nous sommes rellement. Comme l'acteur ou l'actrice qui sortent de scne, dmaquillez-vous, enlevez votre dguisement pour quelques jours, jetez tout cela.

    Laissez spontanment jaillir ce qu'il y a de fondamental en vous. La voie, la sadhana se dveloppera dans la mesure o votre mode de vie devient simple et naturel. En ces moments propices, rendez-vous compte que vous n'avez aucune qualit, aucune profession, aucun statut. Dgagez-vous de toutes les dfinitions sociales que l'on vous a colles sur le dos et qui vous ont momifis. Vous tes ce que vous tes, c'est tout. Un tre humain ordinaire, sans nom, sans famille, sans prrogatives, sans grandeur ni bassesse particulires. Apprenez vivre comme un homme ou une femme trs quelconque, car en vrit c'est ce que vous tes.

  • 5

    Troisime point : pendant cette priode de mditation, restez l'cart. Votre naissance est un vnement solitaire. Gnralement, l'tre humain redoute l'isolement. S'il n'est pas entour d'autres gens, il se rfugie dans la foule qu'il hberge sous son crne. Dtournez-vous de tout cela.

    Ne permettez rien ni personne de s'incruster en vous. Extrieurement aussi, soyez seuls pendant ces quelques jours. N'ayez aucun contact. Dans le tourbillon de vos relations quotidiennes, vous vous tes perdus. Vos amis, vos ennemis, votre pre, votre mre, votre conjoint, vos enfants sont comme une cohorte qui pitine votre identit, ne vous laissant aucune chance de connatre ce que vous tes vraiment.

    Avez-vous jamais essay de savoir qui vous tes en dehors de ce rseau qui vous attache aux autres ? Vous est-il arriv de dnouer les nuds et de vous dcouvrir trs diffrents du rle que vous tenez dans le scnario collectif ? Isolez-vous, comprenez que vous n'tes ni un fils ni un pre ni une mre ni un conjoint, pas plus que vous n'tes l'ami ou l'ennemi de qui que ce soit. Que reste-t-il alors ? Votre tre rel. Soyez Cela, dans une totale solitude.

    Si vous mettez ces directives en pratique, vous obtiendrez l'tat d'esprit indispensable la sadhana et la ralisation de la paix, de la vrit.

    Ds demain, nous appliquerons deux techniques de mditation.

    La premire convient au matin. Asseyez-vous la colonne vertbrale et la nuque bien droites, les yeux ferms. Gardez la bouche ferme, la langue appuye contre le palais. Respirez lentement, profondment. Concentrez votre attention sur votre nombril. Soyez attentifs au lger tremblement que la respiration abdominale suscitera dans la rgion ombilicale. C'est tout. Votre esprit s'apaisera. A partir de cette plage blanche, vous pourrez aller plus loin en vous-mmes.

    L'autre technique est destine au soir. Allongez-vous. Fermez les yeux et laissez-vous envahir par la dtente. Dites-vous pendant deux minutes que votre respiration devient lente et rgulire. Elle obira. Puis, dites-vous que la ronde de vos penses ralentit, s'arrte. Cette autosuggestion oprera une relaxation totale de votre organisme. Lorsque votre esprit sera calme, soyez-en le tmoin, observez cette tranquillit avec une conscience vigilante. Ce regard neutre et silencieux vous rvlera vous-mmes.

    Mditez ainsi matin et soir, mais ne vous attachez pas ces techniques, ce ne sont que des stratagmes. Elles vous aideront pacifier votre mental, mais un jour il faudra les abandonner comme on quitte l'chelle que l'on a gravie. La mditation est accomplie lorsque vous n'en avez plus besoin. Ce stade est celui du samadhi, de la conscience totale.

    La nuit est tombe, le ciel est plein d'toiles. La vgtation et les animaux sont assoupis. Nous allons faire de mme. Le sommeil profond sans rve nous mne aux portes du paradis. C'est le samadhi spontan, inconscient, que la nature a prvu pour nous. La mditation peut vous procurer la mme batitude, mais cette fois consciente. La diffrence est incommensurable. Dans le samadhi inconscient, vous tes endormis. Dans le samadhi conscient, vous tes pleinement veills.

    Allons nous coucher en esprant connatre la plnitude. L'espoir accompagn d'une ferme dtermination et d'efforts conscients est toujours satisfait.

    Que le divin veille en vous.

    2 Qui suis-je ?

    Je suis ravi de vous retrouver. Nous voici rassembls pour parvenir au divin, pour connatre la vrit, en un mot pour dcouvrir ce que nous sommes. Je vous pose une question : la chose que vous cherchez est-elle spare de vous ? Vous pouvez partir en qute de ce qui se trouve quelque part ailleurs, mais est-ce possible lorsqu'il s'agit de votre identit profonde ? Non, car celui qui cherche et celui qui est cherch sont un seul et mme tre. Vous pouvez fouiller l'univers entier sans jamais vous rencontrer vous-mmes. Vous vous loignerez de plus en plus de votre but. Si vous aspirez aux objets matriels, vous devez vous adresser ce qui vous environne, mais si vous souhaitez savoir ce que vous tes, il faut tre paisible, imperturbable et renoncer toute poursuite. Votre tre rel ne se rvlera que dans le calme total, dans le vide parfait de l'esprit.

    N'oubliez pas que toute exploration implique une excitation, une tension et qu'elle est mue par l'intrt. Le dsir gocentr montre que vous voulez devenir quelqu'un ou conqurir quelque chose. Or, l'me est inaccessible aux dmarches passionnelles. Comment la capturer ? Elle est l depuis toujours. Elle est ce que vous tes, elle est votre moi profond, le Soi de tout homme et de toute femme. Le dsir et l'me

  • 6

    sont orients dans des directions diamtralement opposes. Prendre conscience de votre identit divine est possible, mais n'en faites pas un objet de convoitise. Tout dsir est pr...

Recommended

View more >