Particularités de la rhinite sévère

  • Published on
    11-Sep-2016

  • View
    216

  • Download
    4

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>Afches scientiques 1re partie A67</p><p>avec le patient. Les non prescripteurs (25) sont majoritairementpneumologues (80 %).Conclusion. Limpact de ce service sur les mdecins et les patientsest trs positif. Limpact mdico-conomique doit tre valu.</p><p>doi:10.1016</p><p>147tude ducapsacinpropos deD. BrouquieClinique de</p><p>La toux estquelle pouvlisation du rau traitemegne par unquivalentePatients et11 femmes echronique dun quivalecholine. Leconcentratiotoux suivanttest tait coLe NO exhalRsultats.la capsacintussigne ; cmis un contla toux a percas (4/8 patpatients.Discussion.avec une toutance au tratoux pourraRfrenceSmith JA. Cu</p><p>doi:10.1016</p><p>148Prol dedallergolS. Hilali , H.A. BahlaouiService desMaroc</p><p>La rhinite al10 25% deproblme dvie des pattant sur 150dallergolog2008 et 2009moyenne dfminine da(20 %). La rhlgre danssvre dansprconis d52 cas. Lass</p><p>retrouv chez 76% des rhinitiques, il est persistant modr dans 50%des cas. La conjonctivite est note dans 65 cas, et leczma dans9 cas. Quatre-vingt-douze patients ont bnci de tests cutansallergologiques comportant les principaux pneumallergnes avectmoin positif. La sensibilisation cutane aux acariens vient en pre-</p><p>ositis cas%, p5% es surce de</p><p>1016/</p><p>ulari , A.yadl 20 A</p><p>ite aubliqt ellede novretreinitedom% desee dane c</p><p>gatoirsts (avecs caspterolis (Bniquetrlmaucas,it ens 1e, lamal</p><p>1016/</p><p>mem, Naj Mmelde p</p><p>issionastht auoqunalyissionologis astht. Cit 2,/j.rmr.2011.10.207</p><p>rexe tussigne par le test lae dans les toux quivalentes dasthme : 14 cas</p><p>res , R. Escamilla , J. Rami , D. Rivire , A. Didiers voies respiratoires, hpital Larrey, Toulouse, France</p><p>un symptme classique de lasthme ; il a t suggrait tre une manifestation autonome lie une sensibi-exe tussigne et reprsenter un facteur de rsistancent de lasthme [1]. Nous avons tudi le rexe tussi-test la capsacine chez 14 patients avec une toux</p><p>dasthme et valu la rponse au traitement.mthodologie. Cette tude a port sur 14 patients,t 3 hommes, ags de 51 9 ans, prsentant une touxepuis 111 68mois. La toux a t considre comment dasthme sur la clinique et une HRB la mta-test la capsacine consiste mesurer les plus bassesns C2 et C5 permettant de gnrer 2 5 pisodes delinhalation de capsacine des doses croissantes. Le</p><p>nsidr positif pour des C5 de 0,97, 1,95 ou 3,90microM. a t mesur chez 11 patients.Six sur quatorze (43 %) des patients avaient un test e positif en faveur dune sensibilisation de leur rexehez 5/6 patients, la prise en charge de lasthme a per-rle de la toux. Chez les patients avec un test ngatif,sist et rsist aux diffrents traitements dans 50 % desients). Le taux de NO exhal tait normal chez tous les</p><p>La sensibilisation du rexe tussigne chez les patientsx quivalente dasthme na pas t un facteur de rsis-itement. Lorsque le test la capsacine est ngatif, lait tre due mauvais contrle de lasthme.</p><p>r Opin Allergy Immunol 2010.</p><p>/j.rmr.2011.10.208</p><p>la rhinite allergique dans une consultationogie : propos de 150 casBenjelloun , N. Zaghba , A. Bakhatar , N. Yassine ,</p><p>maladies respiratoires, CHU Ibn Rochd, Casablanca,</p><p>lergique est une pathologie trs frquente qui affectela population mondiale. Elle constitue un vritable</p><p>e sant publique vu sa rpercussion sur la qualit deients. Nous rapportons une tude rtrospective por-patients suivis pour rhinite allergique la consultationie respiratoire du CHU Ibn Rochd de Casablanca entre. Les rhinitiques prsentent 65 % des consultants. La</p><p>ge est de 31 ans (1569 ans), avec une prdominancens 63% des cas. Latopie familiale est note dans 30 casinite est classe intermittente dans 38 cas, persistante42 cas, persistante modre dans 61 cas et persistante9 cas. Le traitement base de corticode nasal est</p><p>ans 11 cas, et base dantihistaminiques oraux dansociation des deux est indique dans 87 cas. Lasthme est</p><p>mire p70% dedans 10dans 5,insistonlabsen</p><p>doi:10.</p><p>149ParticH. JabrZ. BouaHpita</p><p>La rhinsant ptoires eLe butgique squi a inpour rhune prdans 50est clasest isolcie uinterroprick-tetiqus72 % degoidestropicahistamiest conteurs dedans 12lhumidactif dacontextque et</p><p>doi:10.</p><p>150LasthN. FaheS. Bel HA. El KaServiceTunisie</p><p>La rmlogie dpendansont invBut. Aen rmMthodpatientRsultasion, soon avec le Dermatophagoides pteronyssinus (DP) dans, et Farinae dans 40%, suivie des blattes germaniquesuis des gramines dans 7,5 %, des phanres danimauxt de lAlternaria dans 4 %. travers cette tude, nousla prvalence leve de la rhinite allergique qui entraitement adquat peut voluer vers lasthme.</p><p>j.rmr.2011.10.209</p><p>its de la rhinite svreAichane , Z. Berrada , W. Elkhattabi , H. Af ,</p><p>ot, CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc</p><p>llergique svre reprsente un vritable problme deue, elle est responsable de 30% des allergies respira-touche davantage la population fminine et urbaine.</p><p>tre travail est dvaluer lincidence de la rhinite aller- travers une tude prospective tale sur une anne</p><p>ss 100malades suivis la consultation dallergologieallergique. La moyenne dge est de 36 ans. Il existeinance fminine (59 %).Une atopie familiale est notes cas. La rhinite svre reprsente 49% des cas, ellepersistante dans 28 % et intermittente dans 21%. Ellens 5 % des cas, associe un asthme dans 72%, asso-onjonctivite dans 30 %. Les patients ont bnci dune minutieux et dun examen clinique complet. DesPT) pour les principaux pneumallergnes ont t pra-des extraits standardiss. Les PT sont positifs dans. Les allergnes les plus incrimin sont Dermatopha-nyssinus (DP) (71 %) et farinae (DF) (68 %), et BlomiaT) (41 %). Aprs traitement bas sur lassociation : anti-+ corticothrapie nasale, la rhinite allergique svre</p><p>e dans 39% des cas et non contrle dans 61%. Les fac-vais contrle sont lexposition allergnique persistantela mauvaise observance du traitement dans 11 cas,</p><p>t le tabagisme passif dans 3 cas chacun et le tabagismecas. travers ces rsultats, il ressort que dans notrerhinite allergique svre est souvent sous diagnosti-contrle ce qui retentit sur la vie quotidienne.</p><p>j.rmr.2011.10.210</p><p>en rmission : tude de 51 cas. Rouetbi , R. Saad , J. El Ghoul , H. Mahou ,</p><p>ohamed , N. Skhiri , S. Joobeur , S. Cheikh Mhamed ,</p><p>neumologie, CHU Fattouma Bourguiba, Monastir,</p><p>de lasthme est dnie par labsence de symptomato-me alors que le patient ne recevait aucun traitementmoins 2 ans. Plusieurs facteurs prdictifs de rmissions.ser les caractristiques des patients porteurs dasthme partir dune srie de 51 cas.e. tude rtrospective portant sur les dossiers dematiques ayant prsent une rmission.inquante et un patients taient considrs en rmis-8 % de nos asthmatiques. La moyenne dge de nos</p></li></ul>

Recommended

View more >