Passion Polles

  • Published on
    08-Jul-2015

  • View
    858

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Monumental sculptures by Polls. For cities, collectors, companies, squares...

Transcript

<ul><li><p>PASSION POLLES </p><p>Maurice Rheims, de lAcadmie franaise </p><p>Je lai dit, je lai crit, je tiens Polls pour </p><p>lun des plus remarquables sculpteurs de </p><p>notre temps. </p><p>KIKA. Bronze. 317 cm x 120 cm x 120 cm </p></li><li><p>Jacques Laurent, de lAcadmie franaise </p><p>Il ninvente pas la femme, il la dcouvre en lui </p><p>imposant son regard, la courbant ou </p><p>laiguisant selon le caprice et la violence de </p><p>son dsir. Il avait besoin de crer et de crer </p><p>la femme. Il la voulue selon son cur, selon </p><p>son corps. Il la tantt fminise, tantt </p><p>femellise, ivre de son galbe. Jadis, </p><p>traversant le Sahara, je laissai sous les </p><p>changements de la lumire, les dunes devenir </p><p>cuisses ou seins, alors que Polls a construit </p><p>en dur et vrai, un univers-femme. </p><p>LAIS. Bronze. 65 cm x 24 cm x 24 cm </p></li><li><p>Michel Onfray, philosophe, crivain </p><p>Polls, pour sa part, aime la vie, aime </p><p>les gens, aime les femmes, aime lart, </p><p>aime la lecture, aime la conversation, </p><p>aime lamiti et les belles tables </p><p>damis, aime la musique, aime la </p><p>nature. Et si je parle de liste en </p><p>sollicitant Leporello, a nest pas pour </p><p>diagnostiquer chez lui un ventuel </p><p>donjuanisme noir, mais pour pointer </p><p>dans sa vie et dans son art un </p><p>rotisme solaire actif, irradiant, </p><p>insolent de vrit pure. Les femmes </p><p>de Polls transcendent la matire, </p><p>dansent, bougent, vibrent, se </p><p>contorsionnent comme des danseuses </p><p>orientales, ondulent, cherchent le </p><p>mle, invitent au rut, sollicitent les </p><p>libidos, motivent les volupts. </p><p>Manuela leone. Bronze. 95 cm x 90 cm x 43 cm </p></li><li><p>Michel Onfray, philosophe, crivain </p><p>Polls est le sculpteur de la Libido </p><p>Rgis Debray, philosophe, crivain </p><p>Comme toutes les grandes uvres, la sduction quexerce celle de Polls provient dun court-circuit, ou si lon prfre, dun quiproquo. Le comble de la matire rejoint le fond de limmatriel. Voyez ces cuisses et ces ventres : ce nest pas de lembonpoint, cest du cauchemar. Ce ne sont pas des rondeurs mais des </p><p>vertiges. La plnitude, le dbordement, la </p><p>surabondance vitale sont ici mises au </p><p>service de la part nocturne et secrte de </p><p>lhomme. Spectaculaire, cette sculpture ne se donne pas en spectacle du dehors, elle </p><p>vous pntre par le dedans, comme une </p><p>hantise. Agressivement matrialiste, ces </p><p>formes intrieures empruntent leur </p><p>pouvoir de harclement un psychisme </p><p>immmorial. Polls a retrouv le </p><p>paradigme perdu et lui donne son volume </p><p>plastique. </p><p>Il scelle les deux bouts de la chane. </p><p>La nature des choses sest fondue dans le dlire des hommes, lallgresse des formes vives a rattrap linaltrable pesanteur de nos souffrances fondamentales </p><p>YTERBINE. Bronze. 120 cm x 85 cm x 70 cm </p></li><li><p>Javais rencontr Polls en Provence, quelques </p><p>annes auparavant. Il exposait lIle de la </p><p>Sorgue. Demble javais compris que nous </p><p>jetions le mme regard sur les femmes. Ses </p><p>filles taient impressionnantes de sensualit, </p><p>malgr leur peau de bronze. Je les trouvais </p><p>pleines de vie, quasi joyeuses. Pour flatter mes </p><p>rves les plus secrets il ne leur manquait que </p><p>la stature. </p><p>Je fantasmais sur une gante [...] Cent fois </p><p>javais relu les vers de Baudelaire : </p><p>Du temps que la Nature en sa verve puissante </p><p>Concevait chaque jour des enfants monstrueux, </p><p>J'eusse aim vivre auprs d'une jeune gante, </p><p>Comme aux pieds d'une reine un chat voluptueux. </p><p>J'eusse aim voir son corps fleurir avec son me </p><p>Et grandir librement de ses terribles jeux ; </p><p>Deviner si son cur couve une sombre flamme </p><p>Aux humides brouillards qui nagent dans ses yeux ; </p><p>Parcourir loisir ses magnifiques formes ; </p><p>Ramper sur le versant de ses genoux normes, </p><p>Et parfois en t, quand les soleils malsains, </p><p>Lasse, la font s'tendre travers la campagne, </p><p>Dormir nonchalamment l'ombre de ses seins, </p><p>Comme un hameau paisible au pied d'une montagne. </p><p>DOLMENIKA. Bronze. 290 cm x 200 cm x 200 cm </p><p>Jean-Louis Servan-Schreiber, journaliste, crivain </p></li><li><p>Franois Nourissier, crivain, Prsident de lAcadmie Goncourt </p><p>L, tout nest quordre et beaut, </p><p>Luxe, calme et volupt... </p><p>Poss sur les sculptures de Polls les mots un peu uss de la posie mais si beaux : reprennent force et sens. </p><p>Il faut passer un moment au milieu dune exposition de Polls comme on entre dans une chapelle : ce silence, </p><p>cette musique du silence, cette addition qui tombe si juste : ne dirait-on pas une prire ? </p><p>AGAPANTHE. Bronze. 310 cm x 130 cm x 120 cm </p></li><li><p>Jean Lacouture, journaliste, crivain </p><p>Faut-il chercher les dchiffrer, ces </p><p>nigmes savamment charnues de Polls ? Si </p><p>je peux me permettre un avis, quitte </p><p>braver les interdits des conservateurs de </p><p>muses, je vous conseillerais de les toucher, </p><p>de les caresser, de vous fondre, en le </p><p>palpant, avec ce poli, cette patine sensuelle, </p><p>cette surface infiniment charmeuse. Cest </p><p>peut-tre l, dans la complicit entre la </p><p>puissance du dsir et la trs, trs longue </p><p>patience de lartisan polisseur, que gt le </p><p>secret de Polls. </p><p>FORTUNATA. Bronze. 65 cm x 24 cm x 24 cm </p></li><li><p>Verlaine. la princesse Roukhine </p><p>Cuisses belles, seins redressants, </p><p>Le dos, les reins, le ventre, fte </p><p>Pour les yeux et les mains en qute </p><p>Et pour la bouche et tous les sens ? </p><p>Musset. L'Andalouse </p><p>Qu'elle est superbe en son dsordre, </p><p>Quand elle tombe, les seins nus, </p><p>Qu'on la voit, beaut, se tordre </p><p>Dans un baiser de rage et mordre </p><p>En criant des mots inconnus ! </p><p>GRANDE AMERIQUE. Bronze .228 cm x 114 cm x 120 cm </p></li><li><p>Thophile Gautier </p><p>Car le bonheur est fait de trois choses </p><p>sur terre, qui sont : un beau soleil, une </p><p>femme, un cheval ! </p><p>Thophile Gautier </p><p>Jai toujours prfr la statue la </p><p>femme et le marbre la chair. </p><p>CENTAURESQUE. Bronze. 182 cm x 182 cm x 98cm </p></li><li><p>Pierre Lous. Glauc </p><p>Elle se baigne </p><p>Au marais des iris et des grands lys deau </p><p>Elle se baigne comme un nnuphar blanc </p><p>Comme un nnuphar rouge qui saigne </p><p>Elle est tout en or avec des tches de sang </p><p>Comme un soleil du soir qui baigne dans leau </p><p>Miroitante et merveilleuse. </p><p>Le marais verdtre et si lourd dor. </p><p>La Morille verte. Bronze. 137 cm x 103 cm x 75 cm </p></li></ul>