Petites leçons de typographie (PDF)

  • View
    214

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

  • Petites lecons de typographieJacques Andre

    Irisa/Inria-RennesCampus de Beaulieu35042 Rennes cedex

    tel. 99 84 73 50 Fax : 99 38 38 32email : jandre@irisa.fr

    Ce document est une version provisoire et incomplete dun manuel de redactionde textes scientifiques en cours de preparation. Il sort sous forme de feuilleton dansIrisa-Hebdo.

    Merci de me signaler toute erreur de frappe ou dorthographe, omission, etc.c Jacques Andre, Rennes, 1990.

    1

  • Petites lecons de typographie

    Emploi des majuscules

    Pourquoi cette rubrique?

    De plus en plus, les chercheurs saisissent leurs articles ou rapports eux-memes.Or, ils ont rarement recu une formation de secretariat et ignorent donc souventles regles usuelles de dactylographie et de typographie. Dou des documents appa-remment bien presentes mais quil faut, en fait, corriger profondement avant de lesdiffuser : a titre dexemple, il y avait, en 1989, une moyenne de six fautes par pagedu rapport dactivite de lIrisa !

    On trouvera en annexe de ce document quelques references bibliographiques surle sujet. Mais ces ouvrages sont ou bien difficiles a consulter ou bien difficiles atrouver. Il ma donc semble utile de creer dans Irisa Hebdo une petite rubrique ou jerappellerai quelques regles fondamentales. Si vous avez des sujets a voir traites enpriorite, des suggestions, des questions, nhesitez pas a me contacter : jandre@irisa.fr

    1 Le probleme de lemploi des majuscules

    Cette rubrique commence par ce qui me semble le plus frappant dans les docu-ments scientifiques saisis par les auteurs eux-memes : labus de majuscules. Voicitypiquement le genre de phrase que lon trouve dans notre rapport dactivite :

    Jean Transen, Matre de Conference en Analyse des Donnees a lUni-versite de Nancy (Bien connue de la Communaute Scientifique Interna-tionale) a donne, lors du seminaire de Biologie Informatique du Mardi23 Juin, une conference sur les Applications de lIntelligence Artificiellea lemploi de la Television Haute Definition en Robotique Avancee.

    Dans cette phrase, il y a 23 majuscules. Il ne devrait y en avoir que trois (Jean,Transen et Nancy). Si si . . . Jy reviendrai en 9.

    Les regles regissant lemploi des majuscules1 sont pleines de cas particuliers, maison peut classer les principales regles comme dans les sections a venir. Rappelons,auparavant, que majuscules et petites capitales doivent porter les accents2 (contrai-rement a ce que lon apprend encore a lecole primaire). On ecrit donc : E. Lebretet, dans une bibliographie, J.P. Banatre.

    1En typographie, on dit capitales. On trouvera dans J. Andre et J. Grimault, Emploides capitales, Cahiers GUTenberg, numero 6, juillet 1990, p. 4250, des exemples et details plusnombreux sur ce sujet.

    2Deux exemples pour montrer linteret des capitales accentuees : On raconte qua la suite dumessage Minitel suivant CHOUETTE NANA, 18 ANS, CHERCHE MEC, MEME AGE, ENVUE SOIREES etc., son auteur a recu plein de coups de fils de vieux ayant lu meme ages. ALausanne, le Petit-Chene est une rue tres en pente. Le mercredi, un panneau indique a lentreede cette rue DANGER MARCHE. Pourquoi seulement le mercredi? parce que cest le jour dumarche.

    2

  • 2 Phrases et parentheses

    La premiere lettre dune phrase prend une majuscule, le contenu dune incise et en particulier dune parenthese nest pas assimilable

    a une phrase et ne commence donc pas par une majuscule,

    en general, ce qui suit un deux-points prend une minuscule.

    On ecrira donc

    Ces transformations dependent du type de nud (quil soit terminal ou pas) : tant que. . .

    et non . . . (Quil . . . ) : Tant que . . . .Notons que lhabitude, americaine, de mettre des notes entierement entre paren-

    theses et de les considerer comme une phrase na, en general, pas de raison detretoleree en francais. On necrira donc pas : . . . et le temps dexecution est negli-geable. (On ne tient pas compte du cas ou v = 0). Si . . . mais :

    . . . et le temps dexecution est negligeable (on ne tient pas compte du cas ou v = 0). Si

    . . .

    ou mieux :

    . . . et le temps dexecution est negligeable. On ne tient toutefois pas compte du cas ouv = 0. Si . . .

    3 Titres darticles, section, etc.

    Seule la premiere lettre dun titre prend la majuscule.

    Contrairement aux habitudes americaines, on necrit pas, en francais, Transpa-rence de la Transmission de Message Asynchrone, mais :

    Transparence de la transmission de message asynchrone

    Rappelons, par ailleurs, quun titre ne prend pas darticle defini en debut, ni depoint a la fin. On necrit donc pas 3.1 Le cadre restreint choisi., mais :

    3.1 Cadre restreint choisi

    4 Listes

    On peut classer, en gros, les listes en deux classes selon quelles font partie dunephrase unique ou quelles sont elles-memes composees de plusieurs phrases :

    1. les elements dune liste dans une phrase commencent par une minuscule et seterminent par une virgule (ou, mieux, un point-virgule), sauf le dernier elementqui, sil termine la phrase, prend un point ;

    3

  • 2. les elements de liste formes de plusieurs phrases se comportent comme desphrases (majuscule en debut, point a la fin).

    Outre lenonce de cette regle qui rentre dans le cas 1 (on remarquera que le pointsuivant les chiffres nimpose pas une majuscule), voici deux exemples :

    Les methodes de deverminage sont basees sur

    la recolte devenements ;la sauvegarde de letat du programme a intervalles reguliers ;lintegration des taches au programme ;

    mais on aurait une autre classification en se placant du point de vue utilisateur.

    Deux types devenements sont a considerer.

    Les evenements predefinis. La trace en est generee par le noyau.Les evenements utilisateurs. Lheure, par exemple, sera associee a levenement enquestion.

    Une fois stockes sur fichiers, ces evenements . . .

    5 Sigles

    Il faut parler davantage de tendances actuelles que de regles fermes : on ne met plus de points dans les sigles, il faut respecter lusage des proprietaires de sigles, on ne met en majuscule que la premiere lettre dun sigle lorsquil est prononcable, on met, de preference, en petites capitales un sigle que lon epelle.

    Exemples : Irisa, Ifsic, Sncf, Cee, Afcet, Greco, Sorep, etc.

    6 Symboles et abreviations

    Je ne ferai pas loutrage de laisser croire que les chercheurs ne savent pas ecrireles unites de mesure, les symboles mathematiques, etc. Pourtant, je rappelerai justequelques exemples : deux amperes (et non Ampere ni Amperes), 2 A, 2,34 kg(et non 2.34 Kilos), 17 F (et non 17 Frs), etc.

    Par contre, je me permet de rappeler que certaines abreviations sont tout cequil y a de plus conventionnelles et quil faut donc sy tenir. La majorite dentreelles ne portent pas de majuscule (art. pour article, vol. pour volume, etc.). Apropos, deux choses : labreviation francaise de monsieur est M. et non Mr(qui signifie mister) ; celle de page est p. meme au pluriel : on ecrit donc vol. 3,1990, p. 1234 et non . . . pp. 1234.

    4

  • 7 Role semantique des majuscules

    Les regles donnees jusquici concernaient la position des mots et quelques conven-tions dabreviation. Le probleme de labus des majuscules est que lon croit quellespeuvent avoir divers roles tels que lemphase ou la distinction. En fait, ces roles sontjoues par dautres moyens typographiques (comme litalique).

    Voici les principes de base : la majuscule initiale peut indiquer un nom propre, un nom commun a valeur de nom propre, un vocatif.

    7.1 Noms propres

    Les lettres initiales des noms propres prennent la majuscule.

    Mais que linitiale. On ecrira donc J. Transen, ou Jean Transen, mais pasJ. TRANSEN. Dans les entetes darticles et dans les references bibliographiques,on ecrit de preference les noms dauteurs en petites capitales, par exemple DonaldKnuth.

    Par nom propre, on entend aussi bien les pseudonymes, Raphael le Tatoue, lesnoms geographiques, la Picardie septentrionale, les noms de marque non banalises,Bull vend des klaxons a Renault pour ses jeeps, etc.

    Larticle qui fait, eventuellement, partie dun nom prend aussi la majuscule : Legeneral De Gaulle aimait La Fontaine.

    7.2 Noms communs a valeur de nom propre

    On distingue trois cas :

    Un nom commun qui marque un caractere unique (par exemple la Biblio-theque nationale est unique) devient un nom propre. Il prend une majuscule.Lorsquun adjectif qualifie ce nom, il prend une majuscule sil est avant cenom (le Tiers Monde) mais une minuscule sil est apres (lInternationalesocialiste).

    Si cette unicite est exprimee par un nom propre (la bibliotheque dAlexandrie,la bibliotheque Mazarine), tout le reste est en minuscule.

    Certains noms communs peuvent devenir noms propres, notamment les nomsde vehicules ou duvre (ces deux toujours en italique), La Belle Poule, Lesmains sales, (dans ce dernier cas, seule la premiere lettre prend linitialemajuscule), les noms de fete, le Mardi gras, les noms de partis ou dassembleelorsquils suivent le libelle exact, le Parti communiste francais, etc.

    Tous les manuels de typographie donnent de nombreuses listes de cas. Mais, ce quiest sans doute beaucoup plus important a souligner, cest ou on ne met pas demajuscules ! Voir ci-dessous 8

    5

  • 7.3 Vocatif

    Le vocatif prend la majuscule. Exemple : Croyez, Cher Monsieur, en lexpres-sion . . . .

    8 Corollaire

    On ne met pas de majuscules aux cas qui ne relevent pas des precedents. Enparticulier :

    les organismes, detat ou non, qui ne sont pas uniques ne prennent pas demajuscule : luniversite de Rennes, lacademie de Poitiers, le conseil municipalde Reze, lobservatoire de Meudon, la mairie de Paris, etc. ;

    les noms de jours et de mois ne prennent pas de majuscule : lundi 12 janvier ; les tit