PLEINE CONSCIENCE ET ALIMENTATION Docteur YasmIne Lienard, psychiatre

  • Published on
    04-Apr-2015

  • View
    105

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li> Page 1 </li> <li> PLEINE CONSCIENCE ET ALIMENTATION Docteur YasmIne Lienard, psychiatre </li> <li> Page 2 </li> <li> Introduction Lapproche de la pleine conscience est une rvolution culturelle Elle change le rapport au corps, aux motions, au sujet dans son existence Elle modifie la relation soignant/soign Cest une approche rcente en France Peu dtudes valides Aux Etats Unis, un protocole, le MB-EAT </li> <li> Page 3 </li> <li> Quest ce que la pleine conscience? Porter une attention particulire ce qui est l, dans linstant prsent Sans jugement En accueillant toutes les informations sensorielles Attention particulire aux stimuli internes Implique de faire une pause sur notre mode dattention focale </li> <li> Page 4 </li> <li> Quest ce que la mditation? Il y a de multiples types de mditation (transcendantale, vipassana, mantras) Mditer est entraner son esprit un mode attentionnel inhabituel pour adopter un autre mode de perception du monde que nos tendances. La mditation de pleine conscience est un entranement au placement de lattention sur des stimuli sensoriels et surtout corporels, ainsi quun apprentissage de non ractivit aux motions, mme douloureuses. </li> <li> Page 5 </li> <li> Les dsordres alimentaires Les troubles des conduites alimentaires selon le DSM IV Anorexie mentale Boulimie Binge Eating disorder ( Hyperphagie boulimique) EDNOS ( Eating disorders not otherwise specified ou troubles alimentaires non spcifiques) Que sommes nous amens rencontrer en consultation? Beaucoup dEDNOS </li> <li> Page 6 </li> <li> Ethiopathognie Modle biopsychosocial Facteurs prdisposants rencontrant des facteurs prcipitants et maintenus par des facteurs prennisant (facteurs gntiques-rcepteur srotonine)( facteurs psychologiques-attachement inscure et faible estime de soi)(facteurs culturels) </li> <li> Page 7 </li> <li> Clinique des troubles alimentaires Restriction cognitive Facteurs motionnels dclenchant les prises alimentaires excessives Reprsentations, schmas cognitifs dysfonctionnels du corps, de soi, de sa relation aux autres Faible estime de soi Externalisation, peu dinteriorit </li> <li> Page 8 </li> <li> Le cercle vicieux des troubles alimentaires Se priver alors que lon a faim pour maigrir Restriction cognitive Dconnexion des signaux internes corporels, Fatigue, dnutrition ou culpabilit si violation dabstinence Mauvaise estime de soi, sentiment dchec Emotions ngatives Chercher correspondre un idal plus acceptable Crises de boulimie CONTRLE - du poids - des motions - de limage Prise de poids, obsit </li> <li> Page 9 </li> <li> Lapproche thrapeutique par la Pleine Conscience Ne plus se priver alors que lon a faim, manger avec plaisir Se Reconnecter aux signaux internes corporels faim, satit, Diminuer la culpabilit si violation dabstinence Amliorer l estime de soi, Accueillir les Emotions ngatives Saimer inconditiont Ne plus chercher correspondre un idal plus acceptable Manger en pleine conscience sortir du foutu pour foutu Ressentir la satit LACHER LE CONTRLE - du poids - des motions - de limage Poids naturel </li> <li> Page 10 </li> <li> 3 axes de prises en charge Rintgrer les ressentis corporels et de got Pour une alimentation en rapport avec besoins physiologiques (faim, satit, rassasiement, plaisir) Pour modifier les troubles de limage du corps Pour approcher les motions de lintrieur Travailler sur lvitement exprientiel Evitement de la douleur, du rejet, de la honte etc Travailler sur les cognitions et les schmas </li> <li> Page 11 </li> <li> Lapproche de la pleine conscience pour les troubles alimentaires Mene en individuel puis en groupe elle permet daborder tous les aspects du traitement Ncessit den comprendre les fondements, il ne sagit pas dune technique de relaxation mais dun changement radical de perspective Elle demande une implication relle du thrapeute qui doit en avoir lui mme lexprience. Elle demande du temps et nest pas une thrapie brve (nombreux obstacles la prsence) </li> <li> Page 12 </li> <li> Prise en charge classique des troubles alimentaires Renutrition (anorexies) Psychoducation pour lobsit Suivi dittique pour diminution des rations caloriques Anneau gastrique Psychothrapies dont les thrapies cognitives et comportementales Traitements mdicamenteux ( ex fluoxtine dans la boulimie) Nombreux checs </li> <li> Page 13 </li> <li> Lapproche du GROS A permis de changer de perspective et montrer linefficacit des rgimes Milite pour une approche globale du sujet A permis dintgrer la notion de restriction cognitive A ouvert sur limportance de la pleine conscience dans la prise en charge </li> <li> Page 14 </li> <li> Comment travailler avec les outils de la Pleine Conscience? Accepter de ne plus chercher tous prix faire maigrir les gens : sinterroger sur sa propre philosophie (diktats culturels ou familiaux ou hgmonie du modle de sant parfaite) Accueillir les motions comme faisant partie de lexistence Ne pas tre dans le mode recherche de solution rapide et efficace Mditer soi mme pour intgrer ce quest la pleine conscience Adopter une approche bienveillante et autonomisant le sujet </li> <li> Page 15 </li> <li> La thorie de lauto-rgulation La thorie de lauto rgulation (Schwartz, 1975; Shapiro &amp; Schwartz, 2000) pose que les processus de rgulation interne du corps dpendent beaucoup de la capacit dobserver ses propres tats internes. Comme dans le biofeedback, une mthode base sur la thorie dauto rgulation, lentranement lattention porte aux indices internes peut aider les systmes de rgulation. Se basant sur les modles homostatiques du fonctionnement psychobiologique, la thorie dauto rgulation propose que mme les systmes complexes peuvent tre re-rguls avec relativement peu defforts. Cette perspective contraste avec les modles de contrle de soi qui mettent en avant la vigilance, les structures externes imposes, et la maitrise de soi pour obtenir le changement et le bien tre. </li> <li> Page 16 </li> <li> La mditation nest pas seulement une relaxation Les modles neurocognitifs mergents soutiennent la valeur de la pratique de mditation comme un chemin de changement (Lutz, Slagter, Dunne, &amp; Davidson, 2008). Cela est particulirement vrai pour les systmes complexes dans lesquels lauto- protection et les actions qui sont diriges par la recherche de soulagement (comme les ractions anxieuses et les addictions) peuvent tre mieux quilibres par un traitement informatif neurologique plus performant. Alors que la mditation est reconnue pour avoir un impact puissant de relaxation , cest plus appropri de la voir comme un chemin pour cultiver une qualit particulire dattention et de conscience, qui intervient dans la rgulation de multiples domaines de fonctionnement physiques, motionnels, comportementaux et la relation soi et aux autres. Ce modle multicentrique de la mditation (Kristeller, 2003, 2007) est particulirement applicable au traitement des comportements alimentaires complexes puisquils impliquent une drgulation de multiples domaines de fonctionnement. </li> <li> Page 17 </li> <li> La mditation comme chemin de bienveillance et de sagesse Limportance de lacceptation de soi, de la compassion et du pardon sont importants pour interrompre les cycles dysfonctionnels de binge, dauto-critique, et de restriction excessive. La mditation de pleine conscience est aussi utilises pour cultiver la capacit de se dsengager dune ractivit excessive et de sengager dans des processus qui peuvent de faon plus sage dcider du comportement (Kristeller, 2003; Kristeller, et al., 2006; Wolever &amp; Best, 2009) </li> <li> Page 18 </li> <li> Lacceptation : un pas vers le changement Les thrapies de la troisime vague ne cherchent pas modifier le contenu des vnements psychologiques dsagrables mais plutt modifier la relation entretenue avec ces vnements psychologiques (Hayes, 1994). ACT est un exemple de ces outils. Le processus dacceptation implique de cesser dadhrer une mtacognition rigide : la volont de ne pas ressentir dvnement psychologiques douloureux. La douleur fait partie de lexistence. Un des obstacles la prsence est le refus de souffrir. Ex : participation de patients obses un atelier ACT : diminue sentiment de rejet et amliore qualit de vie (Lillis, Hayes, banting et Masuda, 2010 in pleine conscience et acceptation, De Boeck, 2011) </li> <li> Page 19 </li> <li> Fondements des thrapies de la 3 vague Suivre des rgles mentales (ex : tre triste nest pas normal, il faut donc lviter ) peut influencer nos comportements en dpit de linefficacit de ces rgles. Le problme est de relier des stimulis par des lois qui sont arbitraires. Il ne sagit donc plus de changer le symptme mais la relation au symptme. Acceptation, flexibilit, engagement vers les valeurs, dfusion cognitive = lments cls. Approche exprientielle : mtaphores, pleine conscience </li> <li> Page 20 </li> <li> La majorit des symptmes sont en lien avec lvitement Eviter des motions dsagrables Eviter le rejet, la honte Modle thorique de la MBCT (Thrapie cognitive base sur la pleine conscience pour la depression) : processus de contrle des divergences : comparer linstant prsent avec ce qui pourrait tre mieux ou plus agrable est au cur du modle de la dpression Lvitement exprientiel lorigine de nombreux troubles psychiques (Hayes, 1996) </li> <li> Page 21 </li> <li> Exemple clinique du binge Emotionnellement, le rgime conduit la frustration et la privation et une dysphorie due une estime de soi ngative. Lorsquune rgle de restriction est viole (comme le fait de manger une nourriture interdite ou de manger une heure inapproprie), le sujet peut abandonner tout contrle, jugeant que cest foutu , et faire une crise, en rapport avec leffet de la violation dabstinence (AVE ; Marlatt et gordon, 1985). Cest galement compos dun manque dattention aux signaux physiologiques de satit (Hetherington et rolls, 1988) qui rend vulnrable au binge. Car les signaux normaux pour arrter de manger sont ignors ou non expriments. Le binge peut apporter une gratification motionnelle et physique immdiate mais cest souvent suivi par un inconfort physique et de la culpabilit. Cela prolonge lvaluation auto dnigrante et la poursuite des conduites restrictives. Question : combien dexpriences vcues sont vites dans cette description? </li> <li> Page 22 </li> <li> La pleine conscience Le problme nest pas la douleur mais la raction la douleur Apprendre accueillir et accepter permet le changement Etre, au lieu de faire , cest dire chercher rsoudre des problmes Les thrapies de la troisime vague sont un entranement la distanciation. Se dcentrer des penses et des processus de lutte en adoptant une attitude dobservateur (mme si la mditation peut aller au del de lobservateur et sunifier lexprience) </li> <li> Page 23 </li> <li> La pleine conscience pour stopper les ruminations Les schmas cognitifs motionnels ngatifs sauto entretiennent. Porter son attention sans jugement sur le moment prsent permet de se dsengager de ces boucles de rtroactions ngatives. Heeren et Philippot (2011) ont montr une rduction des penses intrusives abstraites et gnrales en faveur des penses concrtes et adaptatives. </li> <li> Page 24 </li> <li> Autorgulation de lattention La comptence de diriger son attention l o les instructions le suggrent est au cur du processus de pleine conscience. Il y a donc interruption du mode de pense focale habituel (qui cherche rsoudre des problmes), pour une flexibilit augmente et une attention porte lexprience sensorielle du sujet, et notamment interne. Il sagit dun entranement, dune reducation de lattention. Des difficults dsengager le focus attentionnel des stimuli aversifs a t constat dans les troubles psychiques (Amir, elias, Klumpp et al, 2003) </li> <li> Page 25 </li> <li> Orientation vers lexprience Lattention lexprience est au cur du processus Vers les sensations corporelles, vers les motions et les penses Augmente la capacit rcuprer des souvenirs autobiographiques concrets et exprientiels (Williams et al, 2000) au lieu de souvenirs abstraits. On favorise la description de lexprience. Non ractivit lexprience : laisser aller et venir Rduction des penses intrusives abstraites et gnrales et augmentation des penses concrtes et exprientielles (adaptatives) (Heeren, Philippot, 2011). </li> <li> Page 26 </li> <li> Changement dattitude du thrapeute En effet, si lon pratique soi mme la pleine conscience il est fondamental de comprendre quil sagit dune philosophie oppose notre culture habituelle. Il sagit dapprhender les choses non pas sur un mode rationnel mais dans leur globalit, leur ainsit et ne pas chercher rsoudre des problmes. Lide sous jacente la pleine conscience cest que le corps contient sa propre sagesse, sa propre richesse crative et intuitive. Il suffit de lui faire confiance et de ne pas vouloir le contrler. Empathie, prsence par la pratique de mditation. Ecoute amliore. Favorise lautonomie et lexpression de la singularit du patient. </li> <li> Page 27 </li> <li> Axes directeurs de prise en charge Dcrypter les symptmes (ils sont souvent non dits) Savoir entrer en relation avec le ou la patiente de faon le ou la mettre laise Dceler les lments de lutte (poids et motions). Ne pas engendrer de nouveaux diktats susceptibles dentraner plus de contraintes. Proposer daider : approche motionnelle, approche corporelle Approche alimentaire : faim, satit, gots, pleine conscienceFavoriser lautonomie du sujet </li> <li> Page 28 </li> <li> Axes directeurs de prise en charge Pas de rgimes. Ca ne marche pas Considrer chaque individu comme singulier. Chaque histoire est unique Ne jamais culpabiliser Comprendre quil faut du temps et quil ny a pas de mthode miracle Vivre en pleine conscience aide rsoudre nombre de problmes lorigine des difficults, de faon naturelle. </li> <li> Page 29 </li> <li> Etude de la littrature The role of mindfulness based interventions in the treatment of obesity and eating disorders: An integrative review (Judi Godsey) (2013, 21, 430-439) (Revue de la littrature) Le Centre national des mdecines complmentaires et alternatives souligne que les pratiques de mindfulness sont associes a plus de bien tre psychologique, moins de troubles alimentaires, plus de perte de poids et des fonctions mtaboliques amliores. Mais si dans lanxit et la dpression, la mindfulness a t bien value dans plusieurs tudes, il y a peu dtudes dans le cadre de lobsit et des autres TCA. </li> <li> Page 30 </li> <li> Quel est le rle des interventions bases sur la pleine conscience dans les TCA? Wanden-Berghe, R., Sanz-Velaro, J., Wanden-Berge, C. (2011). The application of mindfulness to eating disorders treatment: A systematic review- ont conduit une revue systmatique de la littrature pour dterminer leffet des thrapies bases sur la pleine conscience dans les troubles alimentaires. Il y avait 8 articles de recherche avec des variables diverses et de petits chantillons. Elles montrent bien leffet de ces interventions sur les TCA : rduction des proccupations autour de la nourriture plus dattention aux prises alimentaires me...</li></ul>