Ppt webinar 1 fr

  • Published on
    09-Jul-2015

  • View
    105

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

Diapositive 1

Les politiques mises en place en Afrique-subsaharienne pour favoriser laccs aux services de sant des catgories socialement exclues marchent-elles?

Lexemple du Plan Ssame au Sngal

Maymouna BA

1SommairePartie I: GnralitsIntrt et objectif de la recherchePrsentation du Plan SsameCadre danalyseMthodologiePartie II: RsultatPersonnes ges et Plan SsamePersonnes ges et exclusion sociale

Vue densemble du projet Health Inc SngalProjet financ par lUE - 7th Framework ProgrammeSite Web: http://www.healthinc.eu/Conduit par 1 consortium international pilot par 6 institutions de recherche. La recherche seffectue au Ghana, Sngal et 2 Etats de lInde3

Intrt de la recherche

Vieillissement / Vieillesse:Intrt limit dans le champ de la recherche

Nombre de prjugs sociaux sur les vieux en Afrique

Traduction pratique de lintert sur les personnes ges = Plan Ssame en 2006

Porte dentre pour tudier ce public cible dans le champ de la sant

La grande majorit des pays africains = rapide croissance du nombre des personnes ges, ce qui joue sur la ratio de dpendance (les de 5ans et les 60 ans et +).2010: 36 millions de 65 ans et + sur le continent2012: 500,000 de 60 ans et + au SngalIntrt particulier:Perspectives de croissance de cette frange de la population 60+ ( x5 dans les 40 prochaines annes au Sngal comme le montre le graph si dessus), soit une population qui va passer de 500,000 aujourdhui prs de 2,5 millions de personnes dici 2050, soit de 4% 8% de la population).4Question et Objectif de recherche Population vulnrable la maladie (revue de la littrature + Enqute)

- Pourtant ne profite pas du Plan Ssame cens lever la barrire financire

Recherche dautres lments relevant du Politique, social, et du culturel

Capacit du systme de sant faire face cette pression croissante est un lment fondamental de sa performance

Organisation et Fonctionnement du Plan SsameEtat du Sngal

Financement

Coordination

Achat de services

Prestations

HpitauxPlan SESAME

IPRESEtatIPRESCotisations des membresMinistre de la SantDirection de la SantBureau des personnes ges

PCPharmacie Nationale Ministre des Finances TaxesDMRMPAF: 70%IPRESFNRIntgralement financ sur budget de lEtat, avec une contribution de lIPRES (Rgime des retraits du Priv)6

Le cadre danalyse: lExclusion socialeQuels sont les processus dexclusion qui freinent laccs des personnes ges aux soins de sant? La dfinition de lexclusion socialeretenue est celle du Social Exclusion Knowledge Network (SEKN)*: lexclusion est compose de processus dynamiques et multidimensionnels, fonds sur des relations de pouvoirs ingales. Ils oprent suivant quatre dimensions Sociale, Politique, Economique et Culturelle Les processus dexclusion contribuent alimenter les ingalits de sant en crant un continuum dinclusion/exclusion.

*WHO, Commission on Social Determinants of Health, Social Exclusion Knowledge Network, Understanding and Tackling Social Exclusion, Final Report, February 2008

Outil danalyse : le SPEC by STEPS

Le quantitatif vise dfinir les groupes qui tombent chaque tape du processus et le qualitatif permet de voir comment et pourquoi elles tombent. Les processus identifis sont linformation, la possession de la carte, le recours aux structures de sant, lutilisation des services. A chaque processus, il sagit de voir de quel champ les PA sont exclues: social, politique, economique ou culturel 8

Approche des mthodes mixtes Enqute mnage 2998 1934 PA46 ActeursDautres tapes de la recherche restent finaliser: rsultats encore partiels9Les sites denqute

4 sites slectionns de manire raisonne. Lanalyse a port sur tous les paramtres pertinents pour ltude de la gratuit des soins des personnes ges de 60 ans+

5 critres de slection:- la stratification urbain/rural- laccs un poste de sant- lindice de pauvret- limportance de la population ge de 60 ans et plus- lexistence dun hpital

Plan Ssame et Prise en charge des personnes gesRsultats du SPECPersonnes ges malades ou blesses au cours des 15j prcdant lenqute12Linformation sur le Plan Ssame Dficit important dinformation sur le Plan Ssame:49, 3% des PA ne sont pas informes de lexistence dun Plan Ssame

Mme parmi la population hospitalise cense tre plus informe, 35, 2% ne sont pas informes

Le Plan Ssame, un mcanisme de prise en charge mconnu de ses bnficiairesExiste-t-il des diffrences structurelles ou des caractristiques spcifiques ces PA hospitalises qui ne reoivent pas linformation. Idem pour les non informes de lensemble des PA ou des malades 13LAccs linformation 1/3Les dterminants sociodmographiques : sexe, niveau dinstruction, milieu de rsidence Participation moindre des femmes aux activits locales et aux runions publiques.

Difficult de rception et dutilisation de linformation provenant des autorits publiques pour les Non instruits (72% des PA)

Faible exposition aux mdiats (principal canal dinformation sur le Plan )en milieu rural : 86,9 des PA citadines ont lhabitude dcouter la radio VS 79,1% des ruraux. 86,4% des citadins suivent rgulirement la tl VS 27,68% des ruraux.

14LAccs linformation 2/3Principales raisons de labsence de recours aux services de sant:Cot: 1er motif pour 57,1% des malades ou blesss et 74,2% pour ceux qui devrait tre hospitalissAutomdication: 17,1% des recoursEloignement des structures de sant: accs +difficile en milieu rural o 54% des CM dclarent que le CS le plus proche est trop loin pied VS 30,3% Qualit des soins: attentes longues dcouragent les PA dans le recours aux soins

Les structures de sant (3me source dinformation)Mais ne peuvent garantir la massification de linformation : un faible recours aux services de santLutilisation des services de sant par les PA

LAccs linformation 3/3Le statut de retrait du secteur formel

Retraits du formel mieux informes de lexistence du Plan Ssame que les Personnes ges ayant toujours volu dans linformel Ce sont les gens de lIPRES et du FNR qui ont mieux compris parce quils sont veills, ils sont dans des organisations o linformation circule et ils savent comment faire. (Stakeholder)

Lobbying des Associations de retraits pour lallgement de leur prise en charge mdicale

Processus manant des associations de retraits dont le profil sociologique est plus urbain, instruitProcessus dinclusion: capital social intervient ds le dpart 16

PA qui sont informes

PA qui sont proches des services de sant : 92,1% des non utilisateurs du PS habitent +30 mn d1 hpital conre) contre 53,1% pour celles qui lont utilis

PA qui ont accs aux hpitaux (alors que le poste de sant = 1er recours (34% des PA)66,7% des mnages sont -30mn dun poste de sant

Donc, les classes masculines, urbaines, instruites, retraits du secteur formel

Plus de 60 ans, cest un slogan quils lancent comme a mais les gens qui ont plus de 60 ans qui vivent Dakar qui ont t fonctionnaires, qui sont intellectuels, qui ont les rseaux, qui ont des relations, saisiront cette opportunit mieux que quelquun qui a 60 ans, qui vit au village, qui na pas t lcole, qui na pas des fois accs ce type dinformations Acteur du systme de sant

Les bnficiaires10,5% des PA Les bnficiaires du Plan Ssame Paradoxe: ALORS que lenqute a montr que ltat de sant des PA est proccupant et que la principale raison voque pour expliquer labsence de recours aux personnels de sant est le manque de moyens de financier17Les limites du Plan Ssame 1/2La communication: Plan de communication non laborManque de moyens et de ressources humaines suffisantes

1re source dinformation sur le Plan est constitu des Parents, amis, voisins

Le ciblage/ Absence de restrictions sur les catgories de PA devant tre prises en charge, ainsi que sur les prestations

Le financement/ Modicit - irrgularit du recouvrement

La gestion/ Absence de dispositif de suivi et de contrle au niveau institutionnel - Pas dunit ou de Point focal Plan Ssame dans les structures de sant

Les motivations lectoralistes du Plan? Pourraient justifier lempressement qui a entour sa mise en uvre

Les limites du Plan Ssame 2/2Mode dapplication diffrente dune rgion une autre, dune structure une autre.

Procdure de rajustement des structures de sant au Plan Prise en charge uniquement clinique Exclusion des prestations au cot exorbitantRefus dapplication

53,9% des PA pensent que le Plan Ssame ne fonctionne pas et 40% des PA ayant utilis le Plan nont t prises en charge que partiellement.

Le Plan Ssame a plomb les hpitaux (Stakeholders)Le Plan Ssame, ce ne sont que des paroles (PA) Le Plan Ssame, cest du nant (PA)

La prise en charge Le Plan Ssame: des perceptions globalement ngativesImage du Plan Ssame aujourdhui ngative

Bien quencore considre comme une initiative noble, gnreuse, altruiste et solidaire

Do ces leitmotiv :En Afrique, un vieillard qui meurt est une bibliothque qui brle Amadou Hampat BaMag mat naa byi ci am rew Kcc Barma

Les propos recueillis dans les entretiens montrent quon est dans une socit qui respectent beaucoup les personnes ges et qui veut rester solidaire envers elle. Mais est-ce que cela revt les mmes expressions de nos jours?20

Les Personnes ges au Sngal sont-elles menaces dexclusion sociale? Activits conomiques41,8% des PA continuent dexercer une activit professionnelle, quelques fois un ge assez avanc (14% des actifs > 75 ans)

Raisons voques par les PA : Grande taille de la famille entretenir (68,1 des PA=CM) Chmage des enfants Absence de pension de retraite (73,6%) Modicit pour les anciens salaris. Absence de patrimoine danimaux ou de terre propre (76,6%)

Impact sur la capacit des PA prendre en charge les soins de sant = 13% des PA malades ont bnfici dune couverture des frais de sant Le docteur soigne bien, cest le traitement du docteur qui est cher. Quand on est une personne ge, on ne travaille pas, le fils ne travaille pas, comment se traiter en voulant assurer la dpense quotidienne en mme temps? Quelquun qui na pas la dpense ne peut pas avoir les moyens de se traiter. PA

Faiblesse des ressources matrielles et conomiques

La dpense quotidienne reprsente la somme dargent ncessaire pour assurer les repas journaliers de la famille22Le niveau dintgration socialBonne participation culturelle et communautaire

Mais faible participation sociale60% des PA ne sont adhrent daucune association Seuls 10,5% occupent 1 poste de responsabilitLes PA exercent donc peu dinfluence sur le fonctionnement de la communautBonne participation culturelle et communautaireBonne frquentation des lieux de socialisation (Arbres palabres et Grand-Place): 53% et des lieux de cults (72,6%)Maintien des rseaux de relations sociales (+86% rendent et reoivent des visites de la part de parents, amis ou voisins dynamiques). Importante participation aux activits de la localitFaible participation sociale Faible engagement associatif. La grande majorit dentre elles nest adhrent daucune association. Celles qui adhrent aiment bien participer au fonctionnement de leur association prfre, mais elles sont plus rticentes y occuper le poste de dirigeantTrs peu (10,5% exercent une responsabilit administrative ou rligieuse23Le soutien familial reste prpondrant,.86,4% affirment tre dans un mnage o une personne prend soin delles de faon quotidienne. (Enfants: 42,9%, Epoux: 38,0%).Surtout en cas de maladie.Le soutien matriel et lassistance en cas de maladie viennent plutt de la famille et non du voisinage et des amismais, effritement d lavance de la pauvretEst-ce que les moins gs vous viennent en aide ? Je ne le vois pas. Je peux dire aussi quils nont pas les moyens de le faire parce que les temps sont trs durs. Si toi-mme tu nas pas les moyens tu ne peux aider les autres. Les familles sont largies et les moyens ne suivent pasIdem pour les rseaux de solidarit et dentraide sociale83,7% dclarent navoir jamais reu une assistance de la part dONG ou dassociations

Lassistance concerne la restauration (92,9%), lentretien de la maison (71,3%), les soins de sant (57,8%), laide au dplacement (39,7%) et lhygine corporelle (29,6%). 24Dgradation progressive du statut des PA

Effritement de leur pouvoir au sein de la familleMoins de considration et de respect de la part des jeunes Moins de capacit rguler la crise des valeurs de la socit sngalaise Je dirai que la situation des personnes ge a volu, de faon ngative il faut le dire, elles ne sont plus respectes comme dans le pass, moi javais plus de respect pour mes grands-parents que mes enfants envers mes propres parents. Regardez dans les bus combien de jeunes restent assis alors quil y a une ou des personnes ges debout, ctait inimaginable il y a quelques annes avant. Moins dappui affectif entrainant la solitudePrs de 2/5 (39,9%) des personnes ges interroges ont affirm souffrir de la solitude, mme si Plus de 90% des mnages ont au moins 5 membres. Marginalisation au sein des familleAssistance des PA par les membres de la famille mais peu dchanges avec elles

Cest le fonctionnement du mnage mme qui gnre la solitude des PA. 25Vcu du vieillissementSituation difficile et douloureuse: -pnurie de moyens, maladiesmanque de considration de la socit, des plus jeunes en particulier, accs difficile aux services public: lenteurs administratives et corruption, dficit en infrastructures, fragilit physique (problme de mobilit et longues attentes difficilement supportables, quasi absence de service de griatrie-grontologie

Le vieillissement sacclre avec la pauvret et la souffrance lie aux problmes familiaux. La pauvret est pire, si on y ajoute la souffrance, a nous rend encore plus vieux.Quant tu es une personnes ge, cest toi qui participes la vie mais tu nes plus associ la vie. Quand on est g, il ne reste que la mort

ConclusionsDes dynamiques sociale, politique, conomique et culturelle particulires, qui tendent transformer les PA en un groupe de citoyens de seconde zone et de plus en plus marginaliss. ..

Est-ce un processus vers lexclusion sociale?

Cette situation, associe aux faibles performances du systme dassistance et de protection sociale, freine leur accs aux services publics, y compris les services de sant

Do la ncessit de dvelopper de meilleures politiques dinclusion

Merci de votre attentionContacts:

Health Inc Sngalhttp://crepos.org/healthincEmailhealth.inc@crepos.orgbamaymouna@yahoo.fr

SexeInstructionMilieu rsidenceTotal

Homme Femme Non instruitInstruitUrbainRural

Nbre%Nbre%Nbre%Nbre%Nbre%Nbre%Nombre %

PA malades au cours des 2 dernires semainesOui43358,733942,550744,126568,545659,131641,377250,3

Non 30541,345957,564255,912231,531540,944958,776449,7

Tot 738100,0798100,01149100,0387100,0771100,0765100,01536100,0

PA hospitalises au cours des 12 derniers mois Oui8974,85853,710159,44680,77565,27264,314764,8

Non 3025,25046,36940,61119,34034,84035,78035,2

Total 119100,0108100,0170100,057100,0115100,0112100,0227100,0

Recours un service de santMilieu de rsidenceTot...