PRATIQUES EXEMPLAIRES EN MATIÈRE DÉLIMINATION DU RACISME ET DE LA DISCRIMINATION RACIALE

  • Published on
    03-Apr-2015

  • View
    103

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li> Page 1 </li> <li> Page 2 </li> <li> PRATIQUES EXEMPLAIRES EN MATIRE DLIMINATION DU RACISME ET DE LA DISCRIMINATION RACIALE </li> <li> Page 3 </li> <li> Aperu Prsentation de la FCRR Quelques pratiques exemplaires Dfinition du racisme Stratgies pour lutter contre le racisme Diffrentes approches pour concevoir une stratgie de lutte contre le racisme Conclusion </li> <li> Page 4 </li> <li> Ce que nous sommes Ce que nous sommes Un organisme n de lEntente de redressement lgard des Canadiens japonais Mis sur pied en 1996 grce un fonds de dotation unique de 24 millions de dollars ngoci par la communaut japonaise du Canada Une socit dtat faisant partie du portefeuille de CIC et exerant ses activits indpendamment du gouvernement fdral </li> <li> Page 5 </li> <li> Ce que nous sommes (suite) Un organisme dont les activits sont principalement finances avec les intrts gnrs par linvestissement de son fonds de dotation Un organisme de bienfaisance enregistr Un organisme dont le prsident, les membres du conseil dadministration et le directeur gnral sont nomms par le gouverneur en conseil </li> <li> Page 6 </li> <li> Ce que nous faisons Nous nous efforons dliminer le racisme et la discrimination raciale, notamment : en effectuant des recherches, en recueillant des donnes et en tablissant une base dinformation nationale; en servant de centre dchange dinformation dans le domaine des relations raciales; en facilitant les consultations; en faisant la promotion dune formation et dun enseignement efficaces dans le domaine de la lutte contre le racisme en sensibilisant le public limportance de llimination du racisme en encourageant llaboration de politiques et de programmes efficaces visant llimination du racisme et de la discrimination raciale, et en faisant la promotion </li> <li> Page 7 </li> <li> Par quels moyens (exemples) PRIX DEXCELLENCE Pour souligner les initiatives exceptionnelles dans le domaine de la lutte contre le racisme Colloque favorisant lchange dinformation et ltablissement de rseaux entre les organismes </li> <li> Page 8 </li> <li> Par quels moyens (suite) DUCATION ET FORMATION Prparation et prestation dun enseignement en matire de diversit, dquit et de droits de la personne sinscrivant dans un cadre de lutte contre le racisme SITE WEB (www.crrf-fcrr.ca)www.crrf-fcrr.ca Entend offrir linformation la plus complte possible en matire de lutte contre le racisme </li> <li> Page 9 </li> <li> Pratiques exemplaires en matire dlimination du racisme Pour russir liminer le racisme et la discrimination raciale, il faut du temps et de la dtermination. On observe de vritables transformations culturelles lorsquun certain nombre de pratiques exemplaires provenant de diffrents secteurs de la socit sont en place. Une pratique exemplaire est une [ TRADUCTION ] technique ou une mthode qui, la suite dexpriences ou de recherches, a prouv quelle pouvait mener, de faon fiable, un rsultat souhait. </li> <li> Page 10 </li> <li> Quest-ce que le racisme? [TRADUCTION] En examinant certains des dfis conceptuels poss par la dfinition du racisme, il est important de se rappeler que la dfinition nest pas une question de smantique, mais plutt une tape essentielle et fondamentale dans llaboration de stratgies et de mthodes visant liminer le racisme. Estable, Alma, Jean Trickey, Lulama Tobo-Gillespie et Mechthild Meyer. Transforming Our Organizations. A Tool for Planning and Monitoring Anti- racism/multicultural Change, Ottawa, ACCESS Committee of Ottawa-Carleton, 1999. </li> <li> Page 11 </li> <li> Les diffrentes disciplines et la documentation en recherche sociale ne proposent ni ne partagent aucune dfinition uniforme et convenue du racisme. Il nexiste galement aucune oprationnalisation convenue du concept. Le dfi est double. Faut-il : 1) dfinir les diffrents segments de la population qui sont touchs par le racisme groupes raciaux, groupes ethniques, groupes linguistiques, minorits visibles, Autochtones, Premires nations, Indiens inscrits, etc.; ou 2) dfinir les processus sociaux qui permettent de crer et de perptuer les ingalits entre les groupes? </li> <li> Page 12 </li> <li> Dans son livre, Portrait du colonis, prcd du portrait du colonisateur, Albert Memmi remarque que Le racisme est la valorisation, gnralise et dfinitive, de diffrences, relles et imaginaires, au profit de laccusateur et au dtriment de sa victime, afin de justifier ses privilges ou son agression. Memmi, Albert, Portrait du colonis, prcd du portrait du colonisateur, Payot, 1973. </li> <li> Page 13 </li> <li> Le Plan daction canadien contre le racisme dfinit le racisme comme un phnomne complexe qui a des incidences sociales et conomiques, tant pour les victimes que pour les personnes qui en bnficient. De plus, il existe plusieurs formes de racisme. Le racisme direct ou manifeste est li aux attitudes, aux faits et gestes, aux politiques et aux pratiques qui tiennent pour acquis quun groupe ethnoracial est suprieur un autre ou quil est plus mritoire que ce dernier. Un Canada pour tous : le Plan daction canadien contre le racisme (ministre du Patrimoine canadien, Ottawa, p. 8, 2005). </li> <li> Page 14 </li> <li> La Fondation canadienne des relations raciales dfinit le racisme comme [ TRADUCTION ] un mlange de prjugs et de pouvoir menant la domination et lexploitation dun groupe (le groupe non dominant, minoritaire ou racialis) par un autre (le groupe dominant ou majoritaire). Il affirme la suprmatie et la supriorit du groupe dominant et linfriorit de lautre groupe. Le racisme se dfinit comme toute action individuelle, ou toute pratique institutionnelle appuye par le pouvoir institutionnel, qui subordonne des gens cause de leur couleur ou de leur origine ethnique. FCRR, Glossaire, Toronto, 2005. La FCRR rvisera cette dfinition pour reflter la nature changeante du racisme. </li> <li> Page 15 </li> <li> La Commission ontarienne des droits de la personne indique, dans le document intitul Politique et directives sur le racisme et la discrimination raciale (2005), que la terminologie est fluide, et que ce qui est considr comme appropri maintenant voluera probablement avec le temps. Pour ce qui est de dfinir le racisme, la Commission indique que la classification selon la race na aucun fondement scientifique lgitime On reconnat aujourdhui que les notions de race sont principalement fonction de processus sociaux qui cherchent tablir des diffrences entre les groupes, avec le rsultat den marginaliser certains par rapport la socit. Pour viter lcueil dune dfinition trop troite, le document fait allusion la faon dont le racisme se manifeste, aux genres de discrimination raciale et aux dimensions systmiques (institutionnelles) du racisme. Commission ontarienne des droits de la personne, Politique et directives sur le racisme et la discrimination raciale, 2005. </li> <li> Page 16 </li> <li> Plusieurs grands thmes ressortent de la politique de la Commission et ces derniers influencent directement la dfinition du racisme. Le racisme est une notion sociale en fonction de laquelle on juge et on catgorise les gens, tablissant ainsi des diffrences entre eux; il agit plusieurs niveaux : individuel, systmique ou institutionnel et socital. La discrimination raciale peut accuser les effets de la couleur, lorigine ethnique, le lieu dorigine, lascendance et la croyance. La race peut tre associe dautres motifs, tels que sexe, handicap, orientation sexuelle, ge et situation de famille, pour aboutir des situations de discrimination uniques ou cumulatives. Il existe une interrelation entre la situation conomique, la marginalisation, lexclusion sociale, le racisme et la nature intersectionnelle de la discrimination raciale. Idem, p. 6 et 8. </li> <li> Page 17 </li> <li> La Commission reconnat galement la nature changeante du racisme. Ainsi, dans sa politique, la Commission dfinit lislamophobie comme une nouvelle forme de racisme qui svit au Canada. Il sagit dun ensemble de strotypes, de prjugs et dactes dhostilit lendroit des personnes musulmanes ou des adeptes de lislam en gnral. En plus de motiver des actes dintolrance et de profilage racial, lislamophobie mne considrer, aux niveaux institutionnel, systmique et socital, que les musulmans constituent une menace accrue pour la scurit. Idem, p. 11. On peut galement citer lexemple de lantismitisme. Mme si lantismitisme existe depuis plusieurs sicles, il continue se manifester sous diverses formes. [Vrification annuelle des crimes motivs par lantismitisme du Bnai Brith de 2007 2008.] </li> <li> Page 18 </li> <li> Dans un article portant sur le multiculturalisme et la lutte contre le racisme, Augie Fleras crit que [TRADUCTION] la plupart des Canadiens ne sont plus des racistes dans le sens traditionnel de personnes qui avilissent ouvertement les membres dune minorit. Cependant, le racisme continue de se dvelopper discrtement, de faon dlibre ou inconsciente, par laction ou linaction. Lexprience du racisme est rarement immdiate et flagrante, il sagit plutt de leffet constant et cumulatif dincidents humiliants qui saccumulent tranquillement comme une tonne de plumes. Il souligne que si le Canada reste lavant-garde de la lutte contre le racisme lchelle individuelle et institutionnelle, il est de plus en plus vident que le racisme est la ralit quotidienne de nombreux Canadiens de couleur, que le racisme nest pas un vestige du pass. Fleras, Augie, Multiculturalism vs. Anti-Racism, Diversit canadienne , N 5:2, Printemps 2006. </li> <li> Page 19 </li> <li> En thorie, le racisme est un processus social qui se traduit par la discrimination raciale et lingalit. Lexpression discrimination raciale vise toute distinction, exclusion, restriction ou prfrence fonde sur la race, la couleur, lascendance ou lorigine nationale ou ethnique, qui a pour but ou pour effet de dtruire ou de compromettre la reconnaissance, la jouissance ou lexercice, dans des conditions dgalit, des droits de lhomme et des liberts fondamentales dans les domaines politique, conomique, social et culturel ou dans tout autre domaine de la vie publique. Convention internationale sur llimination de toutes les formes de discrimination raciale des Nations Unies En conclusion : le racisme est une notion sociale de nature changeante; il vise l autre ; il se combine avec dautres variables, comme la religion, la langue et lorigine ethnique. </li> <li> Page 20 </li> <li> Certaines pratiques exemplaires BMO-Groupe financier (Laurat du Prix dexcellence [PE] 2005) En 1990, le prsident de la BMO a assum un rle de chef de file de lindustrie en dcidant dappuyer la cration du Groupe de travail sur lavancement des femmes. Le Groupe de travail a mis en lumire le besoin de favoriser lavancement de quatre groupes : les femmes, les Autochtones, les personnes handicapes et les minorits visibles. Le rapport prpar par le Groupe de travail a permis de jeter les bases dune approche visant liminer les obstacles lemploi. Il a marqu un tournant dcisif dans lhistoire de la BMO pour crer un milieu de travail quitable, recruter une main-duvre diversifie et satisfaire aux besoins dune clientle diverse sur le plan culturel et gographique. </li> <li> Page 21 </li> <li> Le rapport du Groupe de travail a mis en lumire trois principaux obstacles lavancement des femmes la BMO : 1) ides fausses concernant la capacit des femmes tre promues des postes de haute direction; 2) manque dencouragement et doccasions de promotion des postes de haute direction; et 3) besoin de trouver un juste milieu entre diffrentes obligations. Ces mmes obstacles se dressaient devant les membres de tous les groupes dsigns, y compris les membres des minorits visibles. Pratiques exemplaires : engagement de la haute direction, valeur institutionnelle, politique, mise en uvre. </li> <li> Page 22 </li> <li> SaskTel (Laurat du PE 2005) En 2004, SaskTel a prpar une vaste stratgie visant constituer un effectif reprsentatif en se servant dinitiatives existantes en matire de diversit et en les largissant, comme son Initiative en matire de participation des Autochtones au march du travail, lance en 1999. La stratgie visait essentiellement augmenter la reprsentation des Autochtones tout en amliorant leur degr de prparation au milieu du travail afin dappuyer la cration dun milieu de travail inclusif. </li> <li> Page 23 </li> <li> La stratgie de SaskTel englobait des initiatives de dveloppement des entreprises, demploi, dducation, de commercialisation et prsence sociale par ltablissement de partenariats avec la communaut autochtone. La stratgie de recrutement des Autochtones de SaskTel a permis daugmenter le nombre dembauches demploys autochtones permanents temps plein de 31 % par rapport aux quatre annes prcdentes (les Autochtones reprsentent 11 % du nombre total de nouveaux employs permanents). Afin daider lorganisation surmonter ses rticences lgard du changement, les initiatives de SaskTel ont t mises en uvre progressivement et elles comprenaient une dimension ducative soulignant limportance de la diversification de la main-duvre; cette stratgie sest traduite par une transition sans heurt. Pratiques exemplaires : engagement, politique, gestion de la diversit et de la mise en uvre. </li> <li> Page 24 </li> <li> Chemin de fer Canadien Pacifique (Laurat du PE 2008) La stratgie sur la diversit de Canadien Pacifique (CP) a port essentiellement sur lgalit daccs lemploi des Canadiens autochtones et chinois. CP a lanc un certain nombre dinitiatives soulignant et clbrant la culture des Canadiens dorigine chinoise, ainsi que leurs contributions lhistoire du Canada, et principalement leur contribution la construction du chemin de fer Canadien Pacifique. </li> <li> Page 25 </li> <li> CP a particip la production dun documentaire intitul Chinese Grit et a mis un coffret commmoratif de deux pices visant souligner le 120 e anniversaire de la fin de la construction du chemin de fer Canadien Pacifique. CP a pris galement des mesures pour approcher les 107 rserves des Premires nations qui longent le chemin de fer, afin dtablir avec elles de solides liens de collaboration. Depuis 1999, CP a ngoci avec les Premires nations de Colombie-Britannique des ententes concernant leurs pouvoirs dimposition foncire. Les ententes sur les impts fonciers reconnaissent les pouvoirs dimposition foncire des Premires nations sur certaines sections du chemin de fer CP qui traversent les rserves. </li> <li> Page 26 </li> <li> Les employs autochtones reprsentent actuellement plus de 3 % de leffectif canadien de CP Rail et en 2004, le Canadian Business Magazine a dsign lentreprise comme lun des employeurs de membres de la communaut autochtone les mieux placs. Plusieurs directions de lentreprise, dont le Groupe des biens immobiliers, les Services environnementaux, Scurit et Affaires rglementaires, les RH et les policiers du Canadien Pacifique continuent de travailler rgulirement avec les conseils de bande et les comits des Premires nations. </li> <li> Page 27 </li> <li> -En novembre 2007...</li></ul>