RAPPORT DE ?· 2003. Il est situé à Milhaud, commune de l’agglomération de Nîmes. Il est dirigé…

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • RUBIO Thibaut, L3 MIUniversit de Nmes

    RAPPORT DE STAGEDu 30 Janvier 2008 au 5 Fvrier 2008

    Lyce GENEVIEVE DE GAULLE ANTHONIOZ43 Rue du Moulin

    30540 Milhaud

  • SOMMAIRE

    I. Prsentation de ltablissement

    II. Description et analyse dune sance de cours

    1) Observation dune classe de seconde avec Mme LACOUR2) Analyse de la sance de cours

    III. Conclusion

    IV. Annexes

    2

  • I. Prsentation de ltablissement

    Le lyce Genevive De Gaulle Anthonioz est un tablissement rcent, car inaugur en 2003. Il est situ Milhaud, commune de lagglomration de Nmes. Il est dirig par M. CLAMENS, aid de Mme PUIGREDO, et accueille 1500 lves, venus des communes des alentours, et scolariss antrieurement aux collges dAigues-Mortes, Vergze, Vauvert, Saint Gilles, mais aussi Feuchres et Capouchin.

    Ltablissement est centr sur les mtiers sociaux et de sant. Ainsi, il comporte une filire CAP petite enfance, BEP Carrires sanitaires et sociales, BTn, SMS, BTS EST, DCESF, regroupant le tiers des effectifs du lyce. Une formation continue y est galement prsente, regroupant 30 lves.

    Outre le cycle professionnel, ltablissement offre des formations pour un cycle gnral et Technologique. Ainsi, on y retrouve les filires L, S, ES menant au baccalaurat gnral, et des filires STG et ST2S, qui aboutissent un baccalaurat technologique, suivi dun BTS et DCESF (Annexe 2).

    Les langues sont un point fort de ce lyce, on y retrouve lenseignement de lAnglais, Espagnol, Italien, Allemand, Latin et Occitan.

    Le projet pdagogique de ltablissement est ax sur quatre points essentiels (Annexe 1) :

    - Mieux apprendre, mieux enseigner,- Dvelopper un esprit citoyen responsable et engag,- Ouvrir le lyce sur lextrieur,- Mieux se connatre pour travailler ensemble.

    Ainsi, le lyce se veut tre un lieu de formation tant pour le bagage scolaire de llve que pour sa place dans la socit. Cest dans ce sens que le projet dtablissement met laccent sur le fait que llve est un citoyen, et doit donc respecter dune part les professeurs, les locaux, les autres lves, mais doit aussi devenir un citoyen actif, par exemple en lisant ses dlgus.

    Un autre point important est laccs la culture. Pour cela, les lves ont un libre accs au CDI, en autonomie, afin denrichir leur savoir, de travailler sur un devoir, ou bien de se tenir au courant de lactualit.

    3

  • II. Description et analyse dune sance de cours

    Mon stage sest droul en plusieurs parties.

    Tout dabord, jai suivi les cours de Mme LACOUR, professeur de mathmatiques, durant la premire journe. Jai pu ainsi observer le droulement de sances de mathmatiques de niveau seconde et terminale S, ainsi quun cours daide individuelle (soutien scolaire) niveau seconde.

    Les jours suivants, jai observ une autre classe de seconde, ainsi quune terminale SMS (Sciences Mdico-Sociales), prises en charge par M. VANDROMME en mathmatiques, ainsi que des terminales S et STG avec M. LACOUR.

    En suivant le parcours de diffrents professeurs, jai ainsi pu assister des cours de mathmatiques trs divers et observer le large panel mathmatique quoffre le lyce.

    1) Observation dune classe de seconde avec Mme LACOUR :

    Avant de commencer le cours, lenseignante ma parl des objectifs de la sance. Elle a pour but qu la fin du cours, les lves sachent les bases sur les vecteurs, cest dire ce quils ont dj vu au collge, mais pas seulement : Il ne sagit pas que dune sance de rvisions , car lintroduction de nouveaux termes, et la vision plus approfondie quau collge en font un cours enrichissant, mme pour ceux qui se rappellent parfaitement du chapitre.

    Le cours a dbut par le rendu dun devoir la maison, avec pour consigne que les lves le revoient et le corrigent. Paralllement, lenseignante a relev les nouveaux devoirs quils avaient faire pour ce jour. Jai remarqu en particulier que lenseignante a motiv les lves quant aux devoirs la maison, en leur rappelant quils avaient du temps, et donc quils pouvaient le commencer tt pour essayer de trouver les rponses aux questions sur lesquelles ils butent.

    Une fois cela termin, le cours a dbut. Il sagit dun nouveau chapitre : les vecteurs, rvision dun chapitre vu au collge, qui donnera suite un approfondissement.

    Pour lintroduction, lenseignante ne se lance pas dans un rappel magistral de ce qui a dj t vu par les lves, mais procde par interactions entre lves et professeur. Ainsi, les lves disent leur tour, lorsquils ont la parole, ce quils savent sur les vecteurs. Le professeur rcupre alors toutes les informations, les claircit par des dessins au tableau, et, au fur et mesure des lments donns par les lves, les classe afin den dgager les axes de travail, en fonction des difficults. Lenseignante soulve donc par exemple la confusion entre direction et sens dun vecteur. Cela lemmne distribuer la fiche de cours sur les vecteurs.

    La fiche de cours est en fait une leon trous, sest dire que le vocabulaire et les proprits importants sont remplacs par des pointills, que lenseignant demande de remplir par les lves (Annexe 3). Jai donc observ les rponses que formulent les lves, et

    4

  • remarqu des erreurs redondantes, comme la difficult de distinction entre droite, segment et longueur.

    La correction qui sen suit est base sur des questions-rponses. En effet, le professeur lit le dbut des phrases du cours, et interroge un lve pour quil donne sa rponse. Cette dernire est souvent conteste, et fait office de protestation de la part des autres lves, qui renchrissent en donnant dautres rponses, parfois diffrentes. Cest alors que lenseignante met tout au clair, en donnant lexplication, et ce chaque phrase de la leon. Jai donc constat ici que le professeur donne la cadence, interroge, donne la parole, la reprend, et finit par faire la synthse de ce quil a entendu. Un autre aspect de la leon est lintroduction de mots nouveaux, ici la norme dun vecteur, appele sa longueur par les lves, lorsquils ont vu ce chapitre au collge. Ainsi, le professeur pose certaines questions qui font appel ce mot, afin que les lves sen imprgnent. En parlant de normes, le professeur sest encore aperu que les lves confondaient un segment et sa longueur, bien que les notations aient t rappeles il y a quelques minutes.

    La suite de la fiche fait encore dbat auprs des lves, il sagit en effet dexpliquer comment on fait la somme de deux vecteurs (avec deux mthodes), ce quest le vecteur nul, ainsi que loppos dun vecteur, et pour finir lgalit de deux vecteurs. Cest alors que les lves se mettent donner leur avis, ce quils ont compris de la dfinition donne dans le cours. Ils cherchent des exemples, les crivent au tableau sur demande du professeur, et finissent par trouver la bonne solution, sans trop savoir pourquoi. Cest alors que le professeur fait le point en expliquant ce qui ntait quune intuition, un exemple qui marche . Jai pu remarqu lors de la lecture des dfinitions, que les lves connaissent dj les quivalences, et traduisent bien le symbole par est quivalent .

    Le cours termin, le professeur demande aux lves de travailler sur le premier exercice. Il sagit dun quadrillage sur lequel sont dessins des points, et des droites les reliant. Sous celui-ci, un tableau est donn, avec des paires de vecteurs sur la premire colonne, et des propositions sur la premire ligne. Les lves doivent inscrire oui ou non en fonction de la vrification ou non de la proprit par les deux vecteurs, et ce pour chaque case. Cet exercice fait appel directement la leon, il sagit dun simple exercice dapplication. Du fait que les rponses formuler ne sont pas trs varies, je remarque que les lves ont tendance, pour certains, crire au hasard, alors que dautres cherchent une logique entre les colonnes : si les vecteurs ne sont pas gaux, alors ils sont opposs, donc sil y a NON dans la premire colonne, on mettra OUI dans la colonne ct .

    Certains lves ont bien compris, et ont fini, alors que dautres nen sont qu la moiti. Le professeur dcide alors de donner une seconde fiche dexercices aux plus rapides, afin de laisser chercher les plus lents (Annexe 4). Ce second exercice est une fiche de construction de vecteurs, somme de deux vecteurs proposs. Il fait appel aux deux mthodes vues en dbut de cours pour additionner les deux vecteurs.

    La correction des exercices se fait sur le rtroprojecteur, les lves interrogs se placent devant lappareil et crivent leur rponse directement sur le transparent laide dun feutre. La sance se finit une fois le tableau rempli. Le professeur donne les consignes pour le cours suivant : finir la fiche et apporter les calculatrices. Je me suis alors interrog sur le travail des lves qui sortent de la classe : un lve qui sort de la salle en ayant compris le cours et avanc les exercices naura qu revoir la leon, alors quun lve qui aura mis du temps comprendre toute la leon, et naura pas bien appliqu le cours, se retrouvera avec la

    5

  • leon comprendre puis apprendre, lexercice dapplication revoir, et le second exercice faire. Je me suis donc interrog sur le fait de vouloir faire avancer les lves les plus rapides, et paralllement ne pas accumuler le retard des lves moins rapides.

    2) Analyse de la sance de cours :

    a) Le rle du professeur :

    Tout au long du cours, le professeur donne la cadence, anime le cours. Il pose une question, donne la parole aux lves, la reprend.

    De plus, il organise les rponses des lves afin den dgager les points essentiels de la leon. Ainsi, il dmarre les explications partir de ce qui ne va pas dans les formulations des l