Rapport stage babou

  • Published on
    21-Jun-2015

  • View
    223

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

  • 1. R A P P O R T DE S T A G Eeffectue au GEPANdu 01.05.81. au 26.06.81

2. S O M M A I R EChapitre 1 : le CNES1.1. Description1.2. Rle1.3. Objectifs1.4. Les fnstal lationsChapitre 2 : le GEPAN2.1. Pourquoi le GEPAN ? 72.2. Qu'est-ce que le GEPAN ? 72.3. Etudes des phnomnes arospatiaux non identifis 8Chapitre 3 : Etudes des cas d'observation avec intraction sur le sol3.1. Procdure d'Alerte 16, 3.2. Conditions d'intervention 183.3. Mthodologie d'une enqute 183.4. Mcsures physiques et essais mcaniques des sols 2 4Chapitre 4 :4.1. Etude mcanique des vgtauxConcl us ionAnnexe : liste du matriel dans les valises d'interventioncourbes 3. Je remercie tout le personnel du GEPAN qui m'abeaucoup aid effectuer ce stage instructif et profi-table,tant sur le plan des mthodes et techniques,que sur l'intgration une entreprise. 4. Cr par la loi du 19.12.61, le Centre National dlEtudes Spatialesa commenc officiellement fonctionner le ler mars 1962, avec pour missiond'orienter et de dvelopper des recherches ncessaires la mise en oeuvredes moyens spatiaux. Le CNES est un tablissement public, scientifique ettechnique caractre industriel et commercial, dont l'essentiel des ressour-cesest constitu par des subventions de 1'Etat. Ses effectifs s'elvent environ mille agents,essentiellernent des ingnieurs,des techniciens et desemploys administratifs et un nombre peu prs identique de personnelsappartenant des entreprises sous-trai tantes travai 11 ant dans les diffrentscentres.182 8 RLE DU CNESLe CNES joue un rle important sur trois plans :e le plan national,e le plan europen,e le plan international. 5. 1.2.1. SUR LE PLAN NATIONALDs l'origine, le CNES a choisi de ne pas crer ses propres quipesscientifiques en recherche fondamentale et a dcid de s'appuyer sur les1 aboratoires du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) etdes Uni versi ts, quitte renforcer 1 es moyens, notamment 1 es quipementsncessai res 1 a ral i sation des expriences spatial es embarques sursatel l i tes, sur le SPACELAB, sur les ballons , voire sur les fuses-sondes.Ces laboratoires ont en gnral le potentiel technique et humainncessaire la ralisation des expriences qu'ils proposent. Cependant,le Centre Spatial de Toulouse (CST) intervient tous les niveaux dedveloppement r assistance la conception, coordination technique, as-sistancesur certains problmes technologiques particuliers comme lecontrle thermique ou l'criture et l'exploitation des logiciels de d-pouillement. Le CNES joue aussi un rle important dans la communautscientifique particulirement dans les domaines de l'astronomie et de1 a gophysique.Au point de vue industrie, les activits spatiales sont l'origined1 activits industriel les, dont 1 ' importance ira en croissant avec ledveloppement des applications . El les apparaissent comme un lment fon-damentalde 1 'voi ution technico-conomique de la socit, comparable dansson importance potentiel le 1 ' apparition de 1 'nergie nuclaire, analo-guedans ses consquences au bouleversement que les ordinateurs apportentdans le domaine du traitement de 1 'information.Actuel lement, le secteur franais emploie environ dix mil le person-nes,dont environ la moiti pour la seule industrie. Afin de mieux faireconnatre leurs moyens et leurs produits, le CNES et les 41 socits ouorganismes franais ayant des activits dans le secteur spatial, ont crun groupement d' intrt conomique (G. 1. E. ) appel PROSPACE. Ce groupementa pour tche essentielle d'informer les professionnels de l'espace surles produits spatiaux commercialiss par ses adhrants. 6. 1.2.2. SUR LE PLAN EUROPEENLe CNES reprsente la France auprs de 1 'Agence Spatialepenne (A.S.E.) dont les dix pays membres sont : l'Allemagne,1 e Danemark, 1 ' Espagne, la France, 1 ' Italie, les Pays-Bas, leEuro-laBelgique,Royaume-Uni, la Sude et la Suisse. Le budget de IiA.S.E., en 1977, est de2 600 mi 11 ions de francs. La France contri bue au budget gnral et auprogramme scientifique en fonction de son P.N.B#, au programme ARIANEpour 64 %, aux autres programmes facultatifs selon des cls particulires.Au total, la participation franaise reprsente la plus grosse contribu-tion(34 %).1.2.3. SUR LE PLAN INTERNATIONALOutre llA.S.E., le CNES entretient des relations avec les organis-mesinternationnaux suivants :- 1 ' O . N . U . , Organisation des Nations Unies,- ltU.I.T., Union Internationale des Tlcommunications,- llO.M.M., Organisati'on Mtorologique Mondiale,Ces relations ont pu tre pisodiques ou prendre un caractre pluspermanent. Dans ce dernier cas, les liens juridiques, prenant la formed'une convention entre le CNES et l'organisme partenaire, ont t tablis.e Dans le domaine scientifique, de soutenir lafranaise dont les recherches exigent la mise en oeuvrecommunaut scientifiquedes techniques spatia-leset de mener une politique permettant cette communaut de participer des programmes originaux de recherche fondamentale.-P . N . B . : Produit National Brut 7. Dans le domaine des applications, de prparer les administrations utiliser au mieux de leurs intrts et des intrts de l'industrie franai-seles moyens puissants que reprsentent les techniques spatiales, ceci dansles domaines des tlcommunications, de la diffusion, de la tlvision et de1 a t1 phonie, des tlcommunications des services aronautiques et maritimes ,et de la mtrologie.a De promouvoir l'utilisation et ventuellement organiser avec lesutilisateurs potentiels, des domaines o les techniques spatiales conduisent des sol utions nouvel 1 es : localisation de stations terriennes, collecte desdonnes de petites stations automatiques, t1 dtection des ressources terres-tres,recherche de nouvel 1 es sources d 'nergie, etc.. .a D'assurer le dveloppement et la mise au point de nouvelles techno-1 ogies indispensables 1 a fai sabi 1 i t des grands projets spatiaux.1.4.1. SON SIEGEImplant Paris, il regroupe en plus de la Prsidence et de laDirection Gnrale, le Secrtariat Gnral et la Direction des Program-meset de la Politique Industrielle. Le Secrtariat Gnral est chargessentiel lement de trois missions concernant les domaines suivants :. 1 'administration gnrale du CNES et la poli tique du personnel,. les affaires conomiques et financires,. les relations extrieures.La Direction des Programmes et de la Politique Industrielle est chargepour sa part :. d'laborer les orientations long et moyen terme des program-messpatiaux franais, 8. . d'orienter les programmes de recherche fondamentale e t d'intrtpub1 ic utilisant les moyens spatiaux,. de dfinir les programmes franais vis--vis des organismesinternationaux, en parti cul ier en ce qui concerne 1 ' A.S. E.,. d'laborer la politique industrielle du CNES en liaison avecles autorits de tutelle et des grandes administrations.1.4.2. LE CENTRE SPATIAL DE TOULOUSE (CST)Le CST est le plus important centre technique du CNES. Il regroupetous les moyens en personnel et en matriel ncessaires la ralisationd ' un programme spatial, 1 'exception des activits relatives aux lanceursqui sont localises Evry.Cependant, le choix par le gouvernement franais d'une politiquespatiale europenne a ncessit de dfinir le rle du CST sur deux plans :s!x,le,elan,naGoralle CST apporte son soutien technique aux 1 aboratoi res scientifiquesdu CNRS et de 1 'Universit engags dans la recherche spatiale fon-damentale.11 f a i t dvelopper dans 1 'industrie franaise les tech-nologiesde pointes ncessaires la construction des vhiculesspatiaux. Il ral ise les expriences spatiales faites en coopra-tionbilatrale avec les Etats-Unis et 1 'U.R.S.S. ou d'autres payset en assure le suivi et 1 'exploitation aprs la mise en orbite ;. sur-le-elan-euroegenles importants moyens d'essais dont il dispose permettent de tes-terles gros satellites europens et les futurs satel lites lancspar ARIANE. Ainsi, les satellites europens OTS 1 et 2, MAROTS,METEOSAT 1 et 2 ont t dans le grand simultateur d'ambiance spatia-ledu CST, le plus grand d'Europe. 9. 1.4.3. LA DIRECTION DES LANCEURS (DLA)Installe dans l a ville nouvelle dlEvry, elle a, aprs avoirassur la conception e t le dveloppement du lanceur franais DIAMANT,la charge de conduire 1 ' important projet du dveloppement du 1 anceurARIANE capable de porter des satel 1 i tes gostationnaires pesant 400 500 kg, des satel 1 i tes rgionaux europens de tlcornmuni cation ou detlvision et des satel 1 i tes europens intgrs des systmes mondi auxde mtorologies, de navigation arienne ou maritime, dont la matrised'oeuvre a t confie au CNES par 1 'A.S.E. et dont le premier lancementa eu lieu le ler juin 1979.1.4.4. LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS (CSG)Construit en 1964, le CSG a t choisi spcialement par le CNESparmi d'autres si tes mondiaux comme centre de ses programmes de iance-ment cause de sa latitude gographique quasiment quatoriale permet-tantaux lanceurs de profiter pleinement de 1 'effet de fronde d larotation terrestre pour les lancements plein Est. Le CSG est installprs de Kourou, en Guyane franaise, sur la cte atlantique 65 kmde Cayenne. C'est la seule rgion du territoire relativement dgagede la fort. La zone de Kourou est un site particulirement bien adaptaux activits spatiales. Elle permet des lancements en direction duNord-Est, dans n'importe quel azimut entre -12" et +95" par rapport auNord.Cependant, le CNES ne s'attache pas seulement 1 'tude et laralisation d'engins spatiaux. Il consacre aussi une grande partie de sesactivits des tudes plus spcifiques de recherche. C'est ainsi qu'il apris en charge le Groupe d' Etudes des Phnomnes Arospatiaux Non i denti i fi&(GEPAN). 10. 11 semble que de tout temps des phnomnes i n s o l i t e s a i e n t t observs dans l e c i e l par des hommes. Mais, depuis l a seconde guerre mondiale,des rapports r e l a t i f s des objets volants non i d e n t i f i s sont devenusde plusen pl us nombreux. Pour cela, aux Etats-Unis, des recherches ont t faites pardes Commissions t r a v a i l l a n t l a demande de 1 'U.S. A i r Force.Sans parvenir expliquer l a t