Redynamiser les quartiers anciens de centre- ?· Redynamiser les quartiers anciens de centre-ville NUMÉRO…

  • Published on
    11-Sep-2018

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>Redynamiser les quartiers anciens </p><p>de centre-ville</p><p>NUMRO 149 - JUILLET 2016www.anah.fr</p><p>TerritoiresSeine-Saint-DenisLe portage cibl provisoire : un outil daide au redressement durable</p><p>DcryptageLco-prt Habiter Mieux : un nouvel outil pour solvabiliser les mnages</p><p>Le grand entretien Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de lHabitat durableLAnah au cur de la politique cologique et sociale du logement</p></li><li><p>Redynamiser les quartiers anciens de centre-ville</p><p>Les Cahiers de lAnah, revue de lAgence nationale de lhabitat, 8 avenue de lOpra 75001 Paris Directrice de la publication : Blanche Guillemot Rdaction en chef : Frdrique Girard. Comit de rdaction : Christian Mourougane, Jacques Berger, Catherine Patriarca, Soraya Daou Ont contribu ce numro : Fatiha Amrouche, ric Boutouyrie, Sbastien Wagner, Florence de Maussion, Aziza Ezzedgui, ric Lagandr Crdits photos : G. Lefrancq, S. Norsic, C. Chigot, J. Chiscano, Thinkstock En couverture (C. Chigot) : vue de la place du Bourg, dans le centre ancien de Rodez Illustrations : Carole Wilmet, COLAGENE/Marie-ve Tremblay Conception/ralisation : 01 41 05 89 41 www.because.fr Tirage : 3 000 exemplaires Impression : PDI ISSN : 0221-7848. Dpt lgal parution.</p><p>dito</p><p>Le projet de loi galit et citoyennet, en cours dexamen lAssemble nationale, engage des mesures structu-rantes dans le domaine du logement pour favoriser la mixit sociale et lutter contre les phnomnes de sgrgation territoriale. Les tmoignages, dans ce dossier, des territoires qui conduisent des projets ambitieux pour la requalification de leurs centres anciens, montrent leur dtermination produire des logements rnovs et financirement acces-sibles. Le parc priv reprsente une opportunit de cration de logements vocation sociale destins celles et ceux qui souhaitent vivre et travailler dans la ville de leur choix, avec des revenus modestes. Je pense tout particulirement aux jeunes salaris ou en recherche dactivit. Cest tout le sens de notre coopration avec le groupe Action Logement. Le 15 juin, notre Conseil dadministration a adopt un avenant la convention Anah-Action Logement. Il confirme le soutien du groupe Action Logement en faveur du programme Habiter Mieux et il prvoit des dispositifs pour inciter les propritaires bailleurs rnover leur bien et les rserver des salaris aux revenus modestes. En confortant les projets de collectivits qui souhaitent rinvestir le parc priv ancien, en zone rurale comme en zone urbaine, lAnah prend ses responsabilits face au dfi de la mixit sociale et de lgalit des chances. </p><p>NATHALIE APPR </p><p>Prsidente de lAnah</p><p>Engags pour la mixit sociale </p><p>Dossier</p><p>Sommaire</p><p>03</p><p>08</p><p>Synergies</p><p>Quartiers anciens de larc mditerranen : solutions de terrain pour acteurs de terrain</p><p>Territoires</p><p>Vaucluse Association Soligone : linsertion par le logement Seine-Saint-Denis Le portage cibl provisoire : un outil daide au redressement durable des coproprits </p><p>DcryptageLco-prt Habiter Mieux : un nouvel outil pour solvabiliser les mnages</p><p>InstantanCarpentras (Vaucluse) : illustration de faades rhabilites dans le cadre de lOpah-RU</p><p>En vueFinlande : un modle de lutte contre le sans-abrisme </p><p>LvnementUne convention pour renforcer laction commune</p><p>valuationAutonomieDes aides dcisives pour les travaux de maintien domicile</p><p>Le grand entretienEmmanuelle Cosse, ministre du Logement et de lHabitat durable</p><p>18</p><p>20</p><p>26</p><p>28</p><p>04</p><p>05</p><p>06</p><p> D</p><p>R</p><p>2</p></li><li><p>En vue</p><p>Pho</p><p>to : H</p><p>elsi</p><p>nki</p><p> T</p><p>hin</p><p>ksto</p><p>ck</p><p>T andis que le nombre de sans-abri augmente presque partout en Europe, la Finlande enregistre une tendance inverse. En 2011, le pays comptait dj 10 000 sans domicile fixe de moins quen 1987 (cf. Les Cahiers de lAnah n 142). Depuis, le programme Paavo II, visant accrotre loffre de logements abor-dables, convertir des refuges de sans-abri en vri-tables logements* ainsi qu prvenir les expulsions et favoriser le relogement, a encore amlior la situation. 2 500 logements ont t construits pour les sans-abri, soit le double de lobjectif annonc lors du lancement du programme. Par ailleurs, laction des services de conseil et daccompagnement, renforcs par le recrutement de 350 travailleurs sociaux, a permis, par exemple, de diminuer de 32 % les expul-sions dans la ville dHelsinki. La colonne vertbrale de cette politique rside dans la coordination, effectue par ces services, entre les diffrents programmes sociaux en faveur des personnes en difficult, quils </p><p>manent du gouvernement central ou des municipa-lits. Ces services sont au cur de la politique dint-gration sociale finlandaise. En outre, la coopration entre tous les acteurs concerns bailleurs sociaux, secteur associatif a t soigneusement cultive.Le programme Paavo II a bnfici dun financement de 350 millions deuros, provenant du gouverne-ment, des municipalits et de lassociation de gestion des machines sous de Finlande. Daprs les donnes publies dans le rapport sur le mal-logement en Europe de la Fondation Abb Pierre**, le nombre de personnes sans domicile en Finlande, y compris celles hberges dans la famille ou chez des amis, slve 7 500 clibataires et 417 familles. Un total parmi les plus bas dEurope au point que lon considre aujourdhui ce problme social comme rsiduel. </p><p>* Cette transformation a suscit une controverse parce quelle a remis en cause le principe de dissmination des personnes en difficult. Quand elles sont regroupes, celles-ci bnficient cependant dun accompagnement renforc. </p><p>** http://www.fondation-abbe-pierre.fr</p><p>FinlandeUn modle de lutte contre le sans-abrisme</p><p>Les Cahiers de lAnah 149 - JUILLET 2016</p><p>3</p></li><li><p>Lvnement</p><p>F in mars, lAgence de lenvironnement et de la matrise de lnergie (Ademe) et lAnah ont sign une convention de partenariat pour les trois prochaines annes. Lenjeu : harmoniser les pratiques et intensifier les collaborations en faveur de la rnovation nergtique de lhabitat et de la lutte contre la prcarit nergtique. 500 000 logements rnovs par an ds 2017, 100 % du parc immobilier hexagonal aux normes BBC lhorizon 2050 La loi de transition nergtique pour la croissance verte de 2015 prvoit une acclration importante de la rnovation des btiments. Cest dans ce cadre que sinscrit la convention triannuelle signe le 29 mars dernier par Bruno Lechevin, prsident de lAdeme et Nathalie Appr, prsidente de lAnah. Avec cet accord, nous souhaitions afficher une volont partage davancer dans la mme direction, souligne Bruno Lechevin. Nos deux Agences ont derrire elles une longue et fructueuse collaboration notamment autour de la production dtudes, ajoute Blanche Guillemot, directrice gnrale de lAnah. La convention que nous venons de conclure vise renforcer nos relations sur le terrain en nous appuyant sur nos savoir-faire respectifs pour partager les pratiques, mutualiser les outils et construire des projets.</p><p>Un texte, trois orientationsLe premier axe du texte porte sur le partage de lexpertise et des connaissances en vue de la </p><p>professionnalisation des deux rseaux. De nombreux domaines seront concerns : les impacts sanitaires, la connaissance des performances nergtiques du parc, les spcificits de la rnovation en coproprit, les diffrents leviers du passage lacte, le dveloppement dindicateurs dvaluation des diffrents dispositifs daides Linformation et laccompagnement des publics et des professionnels font aussi partie des domaines de collaboration prioritaires. Sur ce plan, lobjectif est damliorer lorganisation afin que le conseil apport soit plus prcis et plus homogne sur lensemble du territoire, prcise Bruno Lechevin. Notre objectif est de construire un systme intgr travers le rapprochement des diffrents rseaux les 450 points rnovation info service composs des Adil, du rseau de lAnah, des espaces info nergie de lAdeme et le dploiement des plateformes territoriales de la rnovation nergtique issues de lappel projets port par lAdeme.Enfin, la convention vise galement permettre une meilleure articulation entre la rnovation nergtique et la lutte contre la prcarit nergtique. Nous souhaitons dmontrer quil est possible davoir une ambition environnementale leve dans </p><p>tous les dossiers, y compris pour les publics les plus modestes, prouver quon peut faire mieux, avec trs peu de moyens, explique Blanche Guillemot. Pour ce faire, lAnah et lAdeme mneront des rflexions conjointes sur plusieurs thmes comme la mobilisation des nergies renouvelables, loffre des entreprises et artisans certifis RGE, lautorhabilitation, les rnovations visant le niveau BBC par tape ou encore les nouveaux dispositifs de financement.</p><p>Et maintenant ?Quelques semaines aprs la signature de la convention, lheure est la mise en place des instances qui seront ncessaires son bon dploiement. Un comit de pilotage coprsid par la directrice gnrale de lAnah et le directeur gnral dlgu de lAdeme a t mis en place ainsi quun comit technique qui se runit chaque trimestre pour suivre lavancement des diffrentes actions. Mais le plus important rside dans la confiance que les deux rseaux se portent mutuellement et dans la volont de travailler ensemble. Dun ct comme de lautre, nous sommes convaincus que laddition des ambitions et des moyens autour dune culture commune ne peut avoir quun impact positif sur nos missions respectives, conclut Bruno Lechevin. </p><p>Une convention pour renforcer laction commune</p><p>Bruno Lechevin, prsident de lAdeme</p><p>Blanche Guillemot, directrice gnrale de lAnah</p><p> J.</p><p> Ch</p><p>isca</p><p>no</p><p>4</p><p>Les Cahiers de lAnah 148 - JUILLET 2016</p></li><li><p>valuation</p><p>LAnah finance les travaux dadaptation au vieillissement et au handicap de 15 000 logements par an. Afin de mieux connatre limpact de cette priorit gouvernementale sur lautonomie, inscrite dans la loi dadaptation de la socit au vieillissement, lAgence a lanc en 2015 une tude dvaluation. </p><p>Objectifs et mthodologie Lenqute sest droule en deux tapes. La premire consistait mieux connatre les propritaires occupants gs ou en situation de handicap ayant bnfici dune subvention pour des travaux de maintien domicile entre 2011 et 2014. Un chantillon a t constitu partir de notre base de donnes : 1 053 mnages figurant les diffrentes situations dautonomie (GIR 1-4 et 5-6), de handicap, de revenu et dorigine gographique. Dans la deuxime tape, ces dossiers de propritaires occupants ont t soumis aux instructeurs Anah qui les avaient suivis pour connatre la stratgie du propritaire, les travaux subventionns et la qualit de laccompagnement. lissue de cette procdure, 500 questionnaires ont t exploitables et suffisamment reprsentatifs pour tirer des conclusions significatives. </p><p>Le profil des bnficiaires des aides Lge moyen des bnficiaires des aides slve 73,5 ans. Leurs revenus annuels sont souvent trs faibles : 27 % peroivent moins de 10 000 euros et la moyenne stablit 14 400 euros. Prs des trois quarts des bnficiaires habitent en maison individuelle. 38 % des bnficiaires sont des personnes en situation de handicap (dont le tiers a moins de 60 ans). 35 % ont t valus en GIR 1 4, cest--dire un stade de faible autonomie et 27 % sont valus en GIR 5 et 6, cest--dire autonomes. </p><p>Le financement des travauxLe cot des travaux est en moyenne de 9 000 euros. Cette moyenne globale varie selon lautonomie des propritaires occupants : de 6 800 euros pour les personnes values GIR 5-6 10 400 euros pour des personnes en situation de handicap. Sur lensemble des dossiers analyss, la part des aides de lAnah slve 28 % du total des subventions. Les autres aides proviennent pour un peu plus de 13 % des collectivits et des caisses de retraite. Les apports personnels et les prts reprsentent environ 50 % du financement des travaux. Peu de mnages bnficient du crdit dimpt (16 %) et de prts bancaires (10 %). Le recours lpargne ou des fonds personnels concerne 75 % des mnages interrogs. </p><p>83 % des propritaires occupants sont tout fait satisfaits des travaux raliss.</p><p>EN CHIFFRES </p><p>40 % des personnes en situation de handicap dclarent que les travaux leur ont apport plus de mobilit.</p><p>AutonomieDes aides dcisives pour les travaux de maintien domicile</p><p>PRINCIPAUX TYPES DE TRAVAUX EFFECTUS </p><p>Douches litalienne </p><p>Plomberie</p><p>Revtements murs et sols </p><p>Robinets </p><p>WC rhauss </p><p>lectricit </p><p>Revtements antidrapants de sols</p><p>52,5 %</p><p>52,2 %</p><p> 46,6 %</p><p>43,7 %</p><p> 28,7 %</p><p> 28,7 %</p><p> 24,2 %</p><p>Les Cahiers de lAnah 149 - JUILLET 2016</p><p>5</p></li><li><p>Le grand entretien6</p><p>En mars, vous annonciez avec Sgolne Royal, ministre de lEnvironnement, de lnergie et de la Mer, lacclration du chantier de la rnovation nergtique des logements en tablissant un objectif rehauss de 70 000 logements rnovs dans le cadre du programme Habiter Mieux. Quest-ce qui a t dterminant pour vous dans cette dcision ? Emmanuelle Cosse : Cest tout dabord un enjeu social. La facture dnergie pse lourd dans le budget de nos concitoyens. De nombreux foyers ne se chauffent pas ou mal en hiver par contraintes financires. Je ne peux my rsoudre. Le prsident de la Rpublique a fix un objectif de 100 000 logements rnovs grce au programme Habiter Mieux pour 2017, plus du double des ralisations annuelles du dbut de mandat. Le gouvernement a fait de la transition cologique un axe structurant de son action et de la prsidence franaise de la COP21. Nous devons tre exemplaires et pour cela, nous ne pouvons nous limiter agir sur la construction neuve, soit 1 % seulement du parc de logements. Il nous faut en premier lieu intervenir pour amliorer la performance thermique et environnementale des logements existants, notamment pour les mnages le plus modestes car les visites </p><p>En participant au Conseil dadministration de lAnah le 25 mars dernier, Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de lHabitat durable, a exprim encore une fois lengagement du prsident de la Rpublique sur le programme de rnovation nergtique.</p><p>Mettre laction de lAnah au cur de la politique cologique et sociale du logement</p><p>Le prsident de la Rpublique a fix un objectif de 100 000 logements rnovs grce au programme Habiter Mieux pour 2017.</p><p> A</p><p>rnau</p><p>d B</p><p>ou</p><p>isso</p><p>u </p><p> Ter</p><p>ra</p><p>Les Cahiers de lAnah 149 - JUILLET 2016</p><p>66</p></li><li><p>de terrain que jai pu faire dans lEure, Poitiers ou encore Saint-tienne et La Charit-sur-Loire montrent bien que le gain de pouvoir dachat est trs important aprs rnovation. Jajoute que les travaux de rnovation irriguent aussi lconomie locale et sont favorables lemploi. Cest essentiel pour nos territoires. Aujourdhui, les collectivits territoriales, les services dconcentrs de ltat, lAnah et ses oprateurs partenaires je pense par exemple Soliha uvrent de concert pour apporter des solutions concrtes. Cest la raison pour laquelle je veux mettre laction de lAnah au cur de la politique cologique et sociale du logement que jentends mener. </p><p>Ces objectifs ambitieux ont aussi un impact financier : quels moyens supplmentaires sont envisags ?E. C. : Pour garantir latteinte de ses objectifs ambitieux, il faut bien sr que les financements soient au rendez-vous. Action Logement apporte ainsi une contribution complmentaire de 50 ME cette anne et en 2017. Paralllement, le Fart (Fonds daide la rnovation thermique) qui apporte une aide complmentaire...</p></li></ul>