Réhabilitons les épluchures - sauvo ?· traduit le fait que les fruits et légumes offrent des garanties…

Embed Size (px)

Text of Réhabilitons les épluchures - sauvo ?· traduit le fait que les fruits et légumes offrent des...

  • Contact presse : contact@sauvonslesfruitsetlegumes.fr

    M. Jean-Claude Moron - Tel : 06 03 16 57 92

    Rendons leur intgrit aux fruits et lgumes !

    Rhabilitons les pluchures

    Ecorces, carcasses, peaux, cosses et tiges rvles sous un autre jour.

    Elles font partie intgrante des fruits et des lgumes.

    Dossier de presse

    Assemble nationale

    Mercredi 9 dcembre 2009

    Daniel Sauvatre, prsident de lAssociation Nationale Pommes-Poires, arboriculteur en

    Charente.

    Bernard Gry, Maraicher, porte-parole du Collectif Sauvons les Fruits et lgumes de

    France.

    Sommaire :

    Fruits et lgumes : une qualit proche de 100%

    Production de fruits et lgumes : limpasse technique

  • Contact presse : contact@sauvonslesfruitsetlegumes.fr

    M. Jean-Claude Moron - Tel : 06 03 16 57 92

    Fruits et lgumes de France : une qualit proche de 100%

    Paris, le 1er dcembre 2009 - Manger mme les pluchures ? Non seulement cest possible,

    mais cest galement trs bon. A condition de les cuisiner avec gourmandise. Si les bnfices

    des fruits et lgumes sont connus, il fallait, en revanche, le talent de Sonia Ezgulian,

    cuisinire curieuse, pour rhabiliter la peau des fruits et lgumes. Bio ou conventionnel,

    lessentiel est davoir des producteurs rigoureux et amoureux de leur mtier. Ce qui permet

    davoir des produits bons, beaux et sains. Les professionnels ont mis en place, depuis des

    annes, des mthodes culturales respectueuses de lenvironnement. Les producteurs de

    pommes et de poires ont par exemple dfini la Charte Nationale de Production Fruitire

    Intgre qui garantit la sant des consommateurs dans le respect des quilibres naturels.

    Recommand par le PNSS (Programme National Nutrition Sant)

    La qualit des fruits et lgumes est trs satisfaisante, mme sil est possible et souhaitable de

    toujours progresser. Sur la question des pesticides, 97% des fruits et lgumes ne dpassent pas

    les LMR1, (Limites Maximales de Rsidus). Pour prendre une image, les LMR sont un peu

    comme les limites imposes un randonneur. Le risque, cest de marcher au bord du

    prcipice. La LMR impose de marcher un minimum de 100 mtres du prcipice. Cest--

    dire en prenant beaucoup de marges. Pour tablir un parallle avec les fruits et lgumes, 97%

    des randonneurs marchent au-del des 100 mtres. Ils sont en gnral 110 m, voire plus.

    Mme 90 mtres, le randonneur nest pas en danger. Cette analogie avec le randonneur

    traduit le fait que les fruits et lgumes offrent des garanties optimales pour les

    consommateurs. Dautant plus que les dpassements sont rares (3% des cas) et de faible

    importance. Cela signifie que les produits de France sont sains. Le PNNS (Plan National

    Nutrition Sant) ne sy est pas tromp puisquil recommande de manger 5 fruits et lgumes

    par jour.

    1 Rapport DG SANCO sur les LMR (chiffres 2008)

  • Contact presse : contact@sauvonslesfruitsetlegumes.fr

    M. Jean-Claude Moron - Tel : 06 03 16 57 92

    Production de fruits et lgumes : limpasse technique

    La production de fruits et lgumes doit faire face, depuis toujours, de multiples attaques

    (ravageurs, champignons, maladies). Les producteurs protgent leur culture en sengageant

    dans des dmarches de progrs et de qualit. Celles-ci visent garantir aux consommateurs

    des produits bons, beaux, sains et respectueux de lenvironnement.

    Des exigences rglementaires dconnectes de la ralit du terrain

    Les dcisions politiques europennes et nationales entranent linterdiction, sans

    discernement, de produits de protection des plantes pourtant indispensables la production.

    Ces dcisions sont prises sans aucune solution de remplacement. Elles touchent lagriculture

    conventionnelle comme biologique. A titre dexemple, linsecticide Rotnone utilis par

    lagriculture biologique est interdit depuis avril 2008 sans proposition alternative. En France,

    cet insecticide bio a obtenu une drogation pour quelques cultures comme la pomme, pche,

    cerise et pomme de terre. En avril 2011, la Rotnone ne devra plus tre utilis dans notre

    pays. Quelles seront alors les solutions proposes ? A ce jour, il ny en a pas. Les exigences

    rglementaires actuelles ne correspondent ni la ralit du terrain, ni aux exigences

    agronomiques, ni mmes aux demandes du consommateur et du citoyen.

    Comme le souligne WWF : Les pesticides, cest comme les antibiotiques cest pas

    automatique . Mais il ne viendrait lide de personne dinterdire purement et

    simplement ces mdicaments. Il est normal de les utiliser pour soigner un tre humain. Sa

    gurison est une affaire dquilibre : le patient fait alors confiance au juste dosage du

    mdecin. Pour les vgtaux comme les fruits et lgumes, il en va de mme, sous peine de

    perdre toute la rcolte. Si la prservation de la qualit des fruits et lgumes est un engagement

    de tous les jours pour le producteur, lutilisation de produits de protection nest, en revanche,

    pas systmatique et doit continuer tre toujours plus raisonne grce linnovation (outils

    daide la dcision, recherche de nouvelles molcules, formation des producteurs).

    Interdire sans discernement et en labsence de solutions alternatives les molcules

    efficaces, respectueuses de lenvironnement et de la sant humaine condamne la

    production franaise de fruits et lgumes. Son effondrement est assur !

  • Contact presse : contact@sauvonslesfruitsetlegumes.fr

    M. Jean-Claude Moron - Tel : 06 03 16 57 92

    Rduction des produits phytosanitaires : quel impact ?

    Le Collectif Sauvons les fruits et lgumes a ralis une tude dimpact concernant la

    rduction de lutilisation des produits phytosanitaires. Les professionnels et techniciens

    travaillant en agriculture biologique et conventionnelle ont t invits complter cette

    enqute qui a t initie en novembre 2008. Elle sera ensuite rendue public en fvrier 2010.

    Elle vise fournir des informations fiables et indiscutables aux lus sur les impasses

    rencontres sur le terrain. Problmes de dsherbage, ravageurs, maladies les donnes

    collectes permettront de mettre jour les observations recueillies par le Collectif et dores et

    dj disponibles.

    Ltude fait actuellement le point sur plus de 20 productions. Pomme, poire, radis, mche,

    poireau, oignon, noisette des nombreuses situations dimpasses cres par linterdiction de

    trs nombreuses molcules sont rpertories. Le constat est sans appel : la protection des

    cultures est en danger. La situation est dautant plus proccupante que pour la seule

    production de pommes 42,28% des vergers ont t arrachs entre 1992 et 2007 en France.

    Entre 2006-2007 seulement, on constate 10% de vergers en moins dans notre pays.

    Pour avoir accs ltude dimpact :

    http://www.sauvonslesfruitsetlegumes.fr/les-impacts

    http://www.sauvonslesfruitsetlegumes.fr/les-impacts

  • Contact presse : contact@sauvonslesfruitsetlegumes.fr

    M. Jean-Claude Moron - Tel : 06 03 16 57 92

    Quelques exemples dimpasse

    Le cas de la mche

    La prsence dherbe dans le produit, entrane le refus des marchandises par les acheteurs de la

    distribution.

    Matire active

    Mtobromuron

    Il permet un dsherbage efficace avec large spectre (crucifres).

    Situation

    Ce produit class en usage essentiel a t retir au 31/12/2007.

    Solution alternative

    Les solutions alternatives du type binage ne sont pas oprationnelles du fait de la densit sauf

    dtruire une grande partie de la production et pour un cot exorbitant.

    Le tri mcanique nest pas oprationnel sauf cot exorbitant par ajout de tri manuel.

    Le tri manuel imposera une diminution des cadences de lavage par 5 et multipliera par 2

    laugmentation des charges en personnel dans les stations de conditionnement, occasionnant

    un surcot de 0,60 euros/kg pour la main duvre (200 kg/heure avec 8 personnes) sans

    compter lamortissement de chanes de lavage et des btiments supplmentaires ncessaires

    pour absorber la production actuelle (32 000 t/an).

    Comment tre comptitif avec une augmentation de plus de 30% du prix de revient face la

    concurrence internationale (le prix de revient pour le producteur passant de 1,80 euros le kg

    en moyenne 2,40 euros) ?

    Le recours des molcules comme le Mtobromuron est indispensable pour maintenir la

    production et terme la sauver.

    Indicateurs conomiques

    La production totale est de 32 000 tonnes dont 45 % sont exports vers lAllemagne.

    En rgion nantaise, 140 exploitations se sont spcialises dans cette production spcifique

    (sol, climat, technicit des exploitants) et reprsentent 85 % de la production europenne.

    Dans ce bassin de production, 3 100 emplois (quivalent temps plein) dpendent la mche.

  • Contact presse : contact@sauvonslesfruitsetlegumes.fr

    M. Jean-Claude Moron - Tel : 06 03 16 57 92

    Quelques exemples dimpasse

    Le cas du radis

    Problme matriser : la Mouche

    Description : prsence de galeries et de vers dans le radis.

    Nom matire active : Chlorfenvinphos

    Situation : Homologu jusquau 31 Dcembre 2007

    Pas de molcule alternative, ni de solutions alternatives.

    Consquences sur la production

    La prsence de radis atteint est tolre par la distribution jusqu 1 %.

    Les possibilits de tri sont trs limites voir impossible.

    Larrt de la production pendant la saison commerciale est le risque commercial le plus