Réhabilitons les épluchures - sauvo ?· traduit le fait que les fruits et légumes offrent des garanties…

  • Published on
    15-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>Contact presse : contact@sauvonslesfruitsetlegumes.fr </p><p>M. Jean-Claude Moron - Tel : 06 03 16 57 92 </p><p>Rendons leur intgrit aux fruits et lgumes ! </p><p>Rhabilitons les pluchures </p><p>Ecorces, carcasses, peaux, cosses et tiges rvles sous un autre jour. </p><p>Elles font partie intgrante des fruits et des lgumes. </p><p>Dossier de presse </p><p>Assemble nationale </p><p>Mercredi 9 dcembre 2009 </p><p>Daniel Sauvatre, prsident de lAssociation Nationale Pommes-Poires, arboriculteur en </p><p>Charente. </p><p>Bernard Gry, Maraicher, porte-parole du Collectif Sauvons les Fruits et lgumes de </p><p>France. </p><p>Sommaire : </p><p>Fruits et lgumes : une qualit proche de 100% </p><p>Production de fruits et lgumes : limpasse technique </p></li><li><p>Contact presse : contact@sauvonslesfruitsetlegumes.fr </p><p>M. Jean-Claude Moron - Tel : 06 03 16 57 92 </p><p>Fruits et lgumes de France : une qualit proche de 100% </p><p>Paris, le 1er dcembre 2009 - Manger mme les pluchures ? Non seulement cest possible, </p><p>mais cest galement trs bon. A condition de les cuisiner avec gourmandise. Si les bnfices </p><p>des fruits et lgumes sont connus, il fallait, en revanche, le talent de Sonia Ezgulian, </p><p>cuisinire curieuse, pour rhabiliter la peau des fruits et lgumes. Bio ou conventionnel, </p><p>lessentiel est davoir des producteurs rigoureux et amoureux de leur mtier. Ce qui permet </p><p>davoir des produits bons, beaux et sains. Les professionnels ont mis en place, depuis des </p><p>annes, des mthodes culturales respectueuses de lenvironnement. Les producteurs de </p><p>pommes et de poires ont par exemple dfini la Charte Nationale de Production Fruitire </p><p>Intgre qui garantit la sant des consommateurs dans le respect des quilibres naturels. </p><p>Recommand par le PNSS (Programme National Nutrition Sant) </p><p>La qualit des fruits et lgumes est trs satisfaisante, mme sil est possible et souhaitable de </p><p>toujours progresser. Sur la question des pesticides, 97% des fruits et lgumes ne dpassent pas </p><p>les LMR1, (Limites Maximales de Rsidus). Pour prendre une image, les LMR sont un peu </p><p>comme les limites imposes un randonneur. Le risque, cest de marcher au bord du </p><p>prcipice. La LMR impose de marcher un minimum de 100 mtres du prcipice. Cest--</p><p>dire en prenant beaucoup de marges. Pour tablir un parallle avec les fruits et lgumes, 97% </p><p>des randonneurs marchent au-del des 100 mtres. Ils sont en gnral 110 m, voire plus. </p><p>Mme 90 mtres, le randonneur nest pas en danger. Cette analogie avec le randonneur </p><p>traduit le fait que les fruits et lgumes offrent des garanties optimales pour les </p><p>consommateurs. Dautant plus que les dpassements sont rares (3% des cas) et de faible </p><p>importance. Cela signifie que les produits de France sont sains. Le PNNS (Plan National </p><p>Nutrition Sant) ne sy est pas tromp puisquil recommande de manger 5 fruits et lgumes </p><p>par jour. </p><p> 1 Rapport DG SANCO sur les LMR (chiffres 2008) </p></li><li><p>Contact presse : contact@sauvonslesfruitsetlegumes.fr </p><p>M. Jean-Claude Moron - Tel : 06 03 16 57 92 </p><p>Production de fruits et lgumes : limpasse technique </p><p>La production de fruits et lgumes doit faire face, depuis toujours, de multiples attaques </p><p>(ravageurs, champignons, maladies). Les producteurs protgent leur culture en sengageant </p><p>dans des dmarches de progrs et de qualit. Celles-ci visent garantir aux consommateurs </p><p>des produits bons, beaux, sains et respectueux de lenvironnement. </p><p>Des exigences rglementaires dconnectes de la ralit du terrain </p><p>Les dcisions politiques europennes et nationales entranent linterdiction, sans </p><p>discernement, de produits de protection des plantes pourtant indispensables la production. </p><p>Ces dcisions sont prises sans aucune solution de remplacement. Elles touchent lagriculture </p><p>conventionnelle comme biologique. A titre dexemple, linsecticide Rotnone utilis par </p><p>lagriculture biologique est interdit depuis avril 2008 sans proposition alternative. En France, </p><p>cet insecticide bio a obtenu une drogation pour quelques cultures comme la pomme, pche, </p><p>cerise et pomme de terre. En avril 2011, la Rotnone ne devra plus tre utilis dans notre </p><p>pays. Quelles seront alors les solutions proposes ? A ce jour, il ny en a pas. Les exigences </p><p>rglementaires actuelles ne correspondent ni la ralit du terrain, ni aux exigences </p><p>agronomiques, ni mmes aux demandes du consommateur et du citoyen. </p><p>Comme le souligne WWF : Les pesticides, cest comme les antibiotiques cest pas </p><p>automatique . Mais il ne viendrait lide de personne dinterdire purement et </p><p>simplement ces mdicaments. Il est normal de les utiliser pour soigner un tre humain. Sa </p><p>gurison est une affaire dquilibre : le patient fait alors confiance au juste dosage du </p><p>mdecin. Pour les vgtaux comme les fruits et lgumes, il en va de mme, sous peine de </p><p>perdre toute la rcolte. Si la prservation de la qualit des fruits et lgumes est un engagement </p><p>de tous les jours pour le producteur, lutilisation de produits de protection nest, en revanche, </p><p>pas systmatique et doit continuer tre toujours plus raisonne grce linnovation (outils </p><p>daide la dcision, recherche de nouvelles molcules, formation des producteurs). </p><p>Interdire sans discernement et en labsence de solutions alternatives les molcules </p><p>efficaces, respectueuses de lenvironnement et de la sant humaine condamne la </p><p>production franaise de fruits et lgumes. Son effondrement est assur ! </p></li><li><p>Contact presse : contact@sauvonslesfruitsetlegumes.fr </p><p>M. Jean-Claude Moron - Tel : 06 03 16 57 92 </p><p>Rduction des produits phytosanitaires : quel impact ? </p><p>Le Collectif Sauvons les fruits et lgumes a ralis une tude dimpact concernant la </p><p>rduction de lutilisation des produits phytosanitaires. Les professionnels et techniciens </p><p>travaillant en agriculture biologique et conventionnelle ont t invits complter cette </p><p>enqute qui a t initie en novembre 2008. Elle sera ensuite rendue public en fvrier 2010. </p><p>Elle vise fournir des informations fiables et indiscutables aux lus sur les impasses </p><p>rencontres sur le terrain. Problmes de dsherbage, ravageurs, maladies les donnes </p><p>collectes permettront de mettre jour les observations recueillies par le Collectif et dores et </p><p>dj disponibles. </p><p>Ltude fait actuellement le point sur plus de 20 productions. Pomme, poire, radis, mche, </p><p>poireau, oignon, noisette des nombreuses situations dimpasses cres par linterdiction de </p><p>trs nombreuses molcules sont rpertories. Le constat est sans appel : la protection des </p><p>cultures est en danger. La situation est dautant plus proccupante que pour la seule </p><p>production de pommes 42,28% des vergers ont t arrachs entre 1992 et 2007 en France. </p><p>Entre 2006-2007 seulement, on constate 10% de vergers en moins dans notre pays. </p><p>Pour avoir accs ltude dimpact : </p><p>http://www.sauvonslesfruitsetlegumes.fr/les-impacts </p><p>http://www.sauvonslesfruitsetlegumes.fr/les-impacts</p></li><li><p>Contact presse : contact@sauvonslesfruitsetlegumes.fr </p><p>M. Jean-Claude Moron - Tel : 06 03 16 57 92 </p><p>Quelques exemples dimpasse </p><p>Le cas de la mche </p><p>La prsence dherbe dans le produit, entrane le refus des marchandises par les acheteurs de la </p><p>distribution. </p><p>Matire active </p><p>Mtobromuron </p><p>Il permet un dsherbage efficace avec large spectre (crucifres). </p><p>Situation </p><p>Ce produit class en usage essentiel a t retir au 31/12/2007. </p><p>Solution alternative </p><p>Les solutions alternatives du type binage ne sont pas oprationnelles du fait de la densit sauf </p><p> dtruire une grande partie de la production et pour un cot exorbitant. </p><p>Le tri mcanique nest pas oprationnel sauf cot exorbitant par ajout de tri manuel. </p><p>Le tri manuel imposera une diminution des cadences de lavage par 5 et multipliera par 2 </p><p>laugmentation des charges en personnel dans les stations de conditionnement, occasionnant </p><p>un surcot de 0,60 euros/kg pour la main duvre (200 kg/heure avec 8 personnes) sans </p><p>compter lamortissement de chanes de lavage et des btiments supplmentaires ncessaires </p><p>pour absorber la production actuelle (32 000 t/an). </p><p>Comment tre comptitif avec une augmentation de plus de 30% du prix de revient face la </p><p>concurrence internationale (le prix de revient pour le producteur passant de 1,80 euros le kg </p><p>en moyenne 2,40 euros) ? </p><p>Le recours des molcules comme le Mtobromuron est indispensable pour maintenir la </p><p>production et terme la sauver. </p><p>Indicateurs conomiques </p><p>La production totale est de 32 000 tonnes dont 45 % sont exports vers lAllemagne. </p><p>En rgion nantaise, 140 exploitations se sont spcialises dans cette production spcifique </p><p>(sol, climat, technicit des exploitants) et reprsentent 85 % de la production europenne. </p><p>Dans ce bassin de production, 3 100 emplois (quivalent temps plein) dpendent la mche. </p></li><li><p>Contact presse : contact@sauvonslesfruitsetlegumes.fr </p><p>M. Jean-Claude Moron - Tel : 06 03 16 57 92 </p><p>Quelques exemples dimpasse </p><p>Le cas du radis </p><p>Problme matriser : la Mouche </p><p>Description : prsence de galeries et de vers dans le radis. </p><p>Nom matire active : Chlorfenvinphos </p><p>Situation : Homologu jusquau 31 Dcembre 2007 </p><p>Pas de molcule alternative, ni de solutions alternatives. </p><p>Consquences sur la production </p><p>La prsence de radis atteint est tolre par la distribution jusqu 1 %. </p><p>Les possibilits de tri sont trs limites voir impossible. </p><p>Larrt de la production pendant la saison commerciale est le risque commercial le plus </p><p>important. Il est variable selon les annes et il est dpendant des conditions dhumidit et de </p><p>chaleur. </p><p>Indicateurs conomiques </p><p>La France est au second rang europen pour la production de radis de consommation. </p><p>LAllemagne tait le premier producteur, avec 73 000 tonnes, suivie par la France, </p><p>avec 48 000 tonnes. Viennent ensuite les Pays-Bas (35 000 tonnes) et lItalie (27 000 tonnes). </p><p>Ces 4 pays rassemblent plus de 88% de la production europenne. </p><p>Etendue sur 3 500 ha, la production franaise de radis de consommation reprsente 21% des </p><p>surfaces europennes. En France, le radis est cultiv toute lanne, avec une prdominance de </p><p>mars juin. Le type demi-long bout blanc est leader par rapport au type rond rouge </p><p>puisquenviron 10 000 ha lui sont consacrs en Europe, dont 200 Ha en France. </p><p>Le bassin du Val de Loire (rgions Pays de Loire et Centre) produit lui seul 50 millions de </p><p>bottes de radis longs bout blanc soit environ 1100 ha correspondant un march denviron </p><p>25 millions deuros (environ 0,5 /botte conditionne). </p></li><li><p>Contact presse : contact@sauvonslesfruitsetlegumes.fr </p><p>M. Jean-Claude Moron - Tel : 06 03 16 57 92 </p><p>Quelques recettes de Sonia Ezgulian pour accommoder les pluchures Recettes pour quatre personnes </p><p>Fanes de carottes, navets, </p><p>radis en salade dagrumes </p><p>une grosse poigne de fanes ( carottes, navets ronds et radis roses) </p><p> une grosse poigne dherbes aromatiques ( estragon, cresson alinois, coriandre et basilic </p><p>pourpre) </p><p> un citron vert </p><p> 5 cl dhuile dolive </p><p>deux pamplemousses roses </p><p>quatre oranges </p><p>10 cl dhuile dolive </p><p>une pince de th vert Matcha </p><p>Le plus compliqu dans cette recette est de dnicher sur le march les plus jolis fanes de </p><p>carottes, navets et radis sans traitements chimiques, lidal tant bien entendu de les cueillir </p><p>dans le potager. </p><p>Lavez soigneusement les fanes de lgumes, gouttez les et mlangez les aux herbes </p><p>aromatiques effeuilles dans un grand saladier. </p><p>Dcoupez les oranges et les pamplemousses vif pour obtenir des quartiers, rcuprez les jus </p><p>de fruits. </p><p>Assaisonnez la salade de fanes et dherbes avec lhuile dolive mlange avec le th Matcha, </p><p>le jus des agrumes et le zeste de citron vert rp. Salez, poivrez, mlangez et dgustez avec </p><p>quelques quartiers dagrumes. </p><p>Gele de trognons de pommes et chvre frais </p><p>Six pommes </p><p>100 g de sucre </p><p>un chvre frais </p><p>du poivre frachement moulu </p><p>On pluche les pommes (on les rserve pour la recette de beignets ci-dessous) en faisant une </p><p>longue, longue pelure. On vide les pommes avec un vide-pomme et lon rserve la chair pour </p><p>une tarte ou pommes par exemple. On dispose les trognons et le jus dune pomme passe la </p><p>centrifugeuse dans une casserole avec le sucre, 50 cl deau et on laisse mijoter petit feu </p><p>pendant trois quarts dheure. On dispose dans un pot et on laisse refroidir. Une gele lgre se </p><p>forme et on la dguste avec du chvre frais et un peu de poivre frachement moulu. </p></li><li><p>Contact presse : contact@sauvonslesfruitsetlegumes.fr </p><p>M. Jean-Claude Moron - Tel : 06 03 16 57 92 </p><p>Chutney de pelures de carottes </p><p>300 g d'pluchures de carottes (pralablement laves et brosses) 5 figues sches 5 abricots secs </p><p>2 chalotes 3 cuillers soupe de vinaigre de malt </p><p> 35 cl de bire blonde une pince de coriandre en grains, une pince de graines de carottes, une pince de fenouil en </p><p>grains, un piment oiseau, un clou de girofle huile d'arachides grilles </p><p>Faites suer dans l'huile d'arachides grilles dans une casserole fond pais les chalotes </p><p>ciseles, les figues et l'abricot coup en ds puis les pluchures de carottes mixes en </p><p>paillettes. Incorporez la bire et les pices. Laissez mijoter feu doux en mlangeant jusqu vaporation presque totale des liquides. Rectifiez l'assaisonnement et rservez dans un </p><p>pot confiture. </p><p>Beignets de pelures de pommes </p><p>et infusion de pelures de poires sches </p><p> Quatre belles pelures de pommes ( les plus longues possible) </p><p>Un blanc doeuf </p><p>Deux poires Williams </p><p>Une cuillere soupe de Mazena </p><p>Une cuillere soupe de sucre </p><p>Huile darachide pour la friture </p><p>On ple les poires, on dispose les pelures dans un plat avec un peu de papier sulfuris et on les </p><p>enfourne une heure 100C. Quand elles sont bien sches, on les laisse refroidir et on les </p><p>rserve dans un pot hermtiquement ferm. On les plonge dans de leau chaude pour les faire </p><p>infuser. </p><p>On bat la Mazena avec trois cuilleres soupe deau pour obtenir une pte souple ( comme </p><p>de la pte crpe, on ajoute dlicatement le blanc duf battu en neige ferme. On forme un </p><p>petit buisson avec chaque pelure sans le serrer trop , on le roule dans la pte puis on le plonge </p><p>dans lhuile darachide bien chaude. On retire dlicatement de la friture, on laisse reposer </p><p>quelques instants sur du papier sulfuris et on dguste ces beignets croustillants et lgers avec </p><p>linfusion de poires. </p></li><li><p>Contact presse : contact@sauvonslesfruitsetlegumes.fr </p><p>M. Jean-Claude Moron - Tel : 06 03 16 57 92 </p><p>Bouillon dcorces dananas aux pices </p><p> Un ananas de la Martinique </p><p>100 g de sucre </p><p>deux toiles de badiane </p><p>un bton de cannelle </p><p>un clou de girofle </p><p>une pince de graines de coriandre </p><p>Lavez soigneusement lananas sous un filet deau fraiche. Retirez lcorce de lananas et </p><p>disposez-la dans une casserole avec le sucre et les pices. Recouvrez deau hauteur. Faites </p><p>bouillir le tout pendant une vingtaine de minutes, retirez du feu et laissez infuser jusqu </p><p>complet refroidissement. </p><p>Filtrez et utilisez ce bouillon trs aromatique pour servir de base une salade de fruits ou un </p><p>sirop pour un baba exotique. </p></li><li><p>Contact presse : contact@sauvonslesfruitsetlegumes.fr </p><p>M. Jean-Claude Moron - Tel : 06 03 16 57 92 </p><p>Le Collectif Sauvons les fruits et lgumes de France </p><p>N en novembre 2007, le Collectif constitue un mouvement de citoyens. Il vise sortir les </p><p>producteurs de limpasse rglementaire dans laquelle ils se trouvent. Il rassemble des </p><p>producteurs de la France entire, membres de toute...</p></li></ul>

Recommended

View more >