Rendre un jugement sans “rendre l'âme”: l'importance des

  • View
    215

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Anales de Filologa Francesa, n. 19, 2011LUCA CLARA SERRANO LUCAS

    287

    Rendre un jugement sans rendre lme: limportance des collocations spcialises dans lenseignement du franais juridique

    luCa Clara Serrano luCaSUniversidad de Murcia

    lserrano@um.es

    ResumenEl francs jurdico se dirige principalmente a los profesionales no francfonos que necesitan una competencia comunicativa en la lengua francesa del Derecho para su comunicacin in-ternacional. Al ser un lenguaje de especialidad, la terminologa desempea un papel fundamen-tal en el proceso de enseanza/aprendizaje del francs jurdico, pero la necesidad de insertar los trminos en el discurso hace esencial abor-dar la fraseologa especializada y, en particular, las colocaciones jurdicas, ya que estas con-tribuyen a la precisin en la transmisin de la informacin. En este artculo proponemos una reflexin sobre el concepto de colocacin ne-cesario para este tipo de formacin y sobre la importancia de la fraseologa especializada en el lenguaje jurdico, y sugerimos algunas apli-caciones didcticas para trabajar estas unidades con el fin de sensibilizar al estudiante a su iden-tificacin en contexto.Palabras claveFrancs jurdico, didctica, colocaciones, fra-seologa especializada.

    AbstractLegal French is mainly directed to non French-speaking professionals who need a commu-nicative competence in French law language for their international communication. As it is a specialized language, terminology plays an important role in the teaching/learning process but, to use terms in a discourse, it is essential to approach specialized phraseology and, particu-larly, legal collocations because this contribute to accuracy in the transmission of information. In this work we propose a reflection about what concept of collocation is needed in that kind of education and on the importance of specialized phraseology for legal language, and we suggest some didactic uses to work with this kind of units in order to make students sensitive to their identification in context.

    Key-wordsLegal French, didactics, collocations, special-ized phraseology.

  • Anales de Filologa Francesa, n. 19, 2011RENDRE UN JUGEMENT SANS RENDRE LME: LIMPORTANCE DES COLLOCATIONS...

    288

    1. Introduction

    Dans le cadre du Franais sur objectifs spcifiques, le franais juridique sadresse tous les tudiants de franais qui souhaitent approfondir dans la langue du Droit. Il vise no-tamment tous les professionnels du Droit non francophones qui requirent dune comptence communicative en franais juridique pour leur communication professionnelle internationale. Cette comptence comprend plusieurs sous-comptences (linguistique, sociolinguistique et pragmatique, suivant la terminologie du Cadre europen commun de rfrence pour les lan-gues, ci aprs CECR), mais avec la particularit que ces tudiants professionnels possdent dj une comptence thmatique en Droit dans leur propre langue, qui savre essentielle au moment daborder les caractristiques du langage juridique franais.

    Par son caractre de langage de spcialit, la terminologie joue un rle fondamental dans lenseignement/apprentissage du franais juridique, mais celle-ci doit ncessairement se complter par une approche des typologies textuelles propres ce domaine (textes de loi, contrats, dcisions juridictionnelles, etc.) et par une formation dans les quatre habilets com-municatives de base (comprhension orale et crite, expression orale et crite) qui facilitent linteraction dans cette langue.

    Dans ce sens, pour linsertion des termes dans le discours, nous considrons quil est essentiel daborder la phrasologie spcialise et notamment les collocations juridiques, car celles-ci contribuent la prcision dans la transmission des informations. Par exemple, un tudiant espagnol du franais juridique doit apprendre que lquivalent du terme sentencia est jugement (sil provient dun Tribunal) ou arrt (sil provient dune Cour) mais aussi que ces deux dcisions ne sont pas dictes comme en espagnol (dictar una sentencia) mais ren-dues (rendre un jugement ou un arrt), mme si le verbe dicter existe en franais et quil peut tre utilis dans dautres contextes.

    Cest pourquoi dans ce travail nous proposons une rflexion sur le concept de collo-cation ncessaire ce type de formation et sur limportance de la phrasologie spcialise pour le langage juridique, et nous offrons quelques applications didactiques permettant de travailler de manire spcifique les collocations juridiques afin de sensibiliser ltudiant leur identification en contexte.

    2. Les collocations et leur place au sein de la phrasologie spcialise

    2.1. La notion de collocation

    Dans toutes les langues, certains mots prsentent vis--vis dautres une sorte de pou-voir dattraction qui entrane leur apparition ensemble, soit comme la seule combinaison possible, soit comme loption la plus frquente parmi toutes les combinaisons possibles. Ces constructions, situes mi-chemin entre les syntagmes libres et les expressions figes, sont

  • Anales de Filologa Francesa, n. 19, 2011LUCA CLARA SERRANO LUCAS

    289

    connues sous le nom de collocations. Ltude de ce phnomne nest pas nouvelle: dj en 1909 Bally dsigne sous lappellation de groupements usuels ou sries phrasologiques les constructions dans lesquelles les lments du groupe conservent leur autonomie, tout en laissant voir une affinit vidente qui les rapproche, de sorte que lensemble prsente des contours arrts et donne limpression du dj vu (1909: 70).

    Toutefois, cest au linguiste britannique J. R. Firth que nous devons lmergence du concept et du terme collocation. Lauteur soutenait que:

    Meaning by collocation is an abstraction at the syntagmatic level and is not directly concerned with the conceptual or idea approach to the meaning of words. One of the meanings of night is its collocability with dark, and of dark, of course, collocation with night. (1957 : 196)

    Cette notion, encore vague dans la thorie de Firth, va se consolider grce aux travaux de spcialistes comme Halliday (1966), Cruse (1986) ou Sinclair (1991), dans la combina-toire de langlais; Hausmann (1979) et Meluk (1984), dans la combinatoire du franais; et Coseriu (1986), Corpas (1996) et Koike (2001), dans la combinatoire de lespagnol, pour ne citer quun nombre limit dauteurs.

    Suite aux diffrentes analyses, un consensus apparat quant aux traits caractristiques des collocations. Du point de vue formel, ces constructions supposent une restriction combi-natoire impose par lemploi ritr dune certaine combinaison de mots parmi dautres com-binaisons smantiquement et formellement possibles. Se cre Il sagit dune construction habituelle ou prfrentielle, drive dune prdilection qui est trs souvent arbitraire: col-location should be defined as not just recurrent word combinations but as arbitrary word combinations (Benson, 1989: 3). Cest ce caractre arbitraire du figement qui rend difficile lusage des collocations par un locuteur non-natif et, par extension, leur traduction. Car du point de vue smantique, ces constructions prsentent un sens compositionnel: cette union, compose gnralement de deux mots ou, pour tre plus prcis, de deux lexmes, apporte une prcision smantique lensemble tout en restant transparente. Elles diffrent ainsi des locutions, dont le sens est gnralement idiomatique voire mme opaque.

    Ainsi, dans la collocation juridique rendre un jugement, le verbe rendre signifie Faire savoir, prononcer (gnralement au nom dune loi, dun pouvoir), mais mme si nous ne connaissions que la premire acception du verbe ((re)donner ce qui est d ou attendu1) nous pourrions parvenir dcoder le sens de la collocation qui reste compositionnel, mme si le verbe rendre, appartenant la langue gnrale, acquire par son utilisation avec le terme jugement, un sens spcialis. Par contre, dans la locution rendre lme, ce mme verbe ac-quire un sens idiomatique: une opration de dcodage simpose pour interprter que lme reprsente ici le dernier souffle, et que la somme de ces mots signifie mourir.

    1 Les deux dfinitions sont tires du Trsor de la langue franaise informatis, disponible en ligne ladresse: http://atilf.atilf.fr/ [consult le 15/03/2011].

  • Anales de Filologa Francesa, n. 19, 2011RENDRE UN JUGEMENT SANS RENDRE LME: LIMPORTANCE DES COLLOCATIONS...

    290

    Dautre part, il faut signaler que les deux mots qui composent gnralement une col-location ne doivent pas ncessairement se suivre dans le discours car une distance collo-cationnelle est possible denviron 4-5 mots (ex.: Un nouveau jugement sur les changes numriques a t rendu). De plus, les collocations prsentent une certaine souplesse formelle. Elles peuvent subir certaines modifications comme la modification adjectivale (rendre un jugement injuste), la transformation a la voix passive (le jugement a t rendu par le tri-bunal) et mme la substitution de certains lments (rendre un arrt/une ordonnance/une dcision). Dans ce sens, les dfinitions que nous avons cites du verbe rendre permettent galement de trouver dautres combinaisons possibles, comme prononcer un jugement, mais dont la frquence est plus limite2.

    2.2. La place des collocations dans la phrasologie spcialise

    Corpas (1996: 51) considre que ces constructions appartiennent au domaine de la phrasologie au mme titre que dautres units phrasologiques, telles que les locutions ou les parmies quoique, bien videmment, les caractristiques des unes et des autres diffrent aussi bien dans leur aspect formel que du point de vue smantique. Lauteur signale brive-ment que certaines collocations appartiennent un domaine de spcialit donn, comme par exemple, le sport, la mto ou le domaine juridique (op. cit.: 86-87).

    Gonzlez Rey (2002: 71-73) distingue une phrasologie collocationnelle, une phra-sologie idiomatique et une phrasologie parmiologique, et elle affirme que ces trois do-maines peuvent tr