Resistance Au Changement

  • View
    248

  • Download
    3

Embed Size (px)

Transcript

Les travailleurs sociaux ont-ils peur du changement ?

La rsistance au changement, produit dun systme et dun individu

Cet article prsente succinctement les bases thoriques qui sous-tendent le concept de rsistance au changement . Ayant pralablement mis jour les facteurs exognes et endognes qui contribuent renforcer ce phnomne dans le secteur social et mdico-social, l'auteur ouvre quelques pistes de rflexion sur les moyens de prvenir et de lutter contre cette rsistance au changement.

I - DFINITION ET MANIFESTATIONSQuest ce que la rsistance au changement ? Elle appartient ces notions que nous connaissons tous sans pour autant pouvoir les nommer clairement, comme le bientre, lautonomie ou la maladie... Nous la dcrirons comme tant la manifestation dune rticence modifier ses comportements, reprsentations ou ides, pour des raisons autres que ses valeurs personnelles (morales, religieuses, sociales). Elle apparat tout dabord dans les habitudes de fonctionnement des quipes et des institutions : Refus des nouveauts, des modifications dhoraires, de mode de travail, des changements de poste, de personnel... Cest dans ces domaines quelle est la plus visible. Ce nest toutefois pas son seul terrain de prdilection. Nous la rencontrons galement propos de lvolution de la lgislation. Beaucoup ont critiqu au dbut la rforme des annexes 24 (positionnement par rapport aux familles, aux projets...) alors quelle est aujourdhui majoritairement accepte. Le phnomne se rpte actuellement, dans une moindre mesure il est vrai, vis vis de la rforme de la loi de 75.

Daniel DicquemarePsychosociologue, Psychopdagogue

Daniel Dicquemare, Formateur linstitut de formation dducateurs de Limoges et conseiller technique CREAI pendant dix ans. Intervenant en institutions et centres de formation.

Les Cahiers de l'Actif - N292/293

81

Perception et rsitance au changementElle est visible aussi en ce qui concerne lapproche thorique du secteur, plus porte quelquefois sur un versant idologique que scientifique. Plusieurs outils conceptuels et mthodologiques sont rejets ou ignors pour des raisons rarement scientifiques. En pdagogie par exemple, Freinet, Piaget et Rogers sont aujourdhui encore les sources premires. Leurs apports sont fondamentaux et ont contribu une relle volution de la discipline. Nanmoins, tant au niveau conceptuel que pratique, les connaissances ont beaucoup volu depuis. Sur le terrain ou en formation, les rfrences qui ont moins de 30 ou 40 ans sont sous reprsentes. Citons galement la rsistance au changement dans le regard port sur lautre, quil soit professionnel ou usager. Auprs du collgue de travail, cela contribue sensiblement au durcissement des dysfonctionnements institutionnels. Auprs des bnficiaires, cela peut poser un rel problme quant aux capacits daide et dducation du travailleur social. Ce sont les quatre terrains o le phnomne qui nous intresse ici a le plus dimpact sur le fonctionnement global du secteur social et mdico-social. Il se manifeste par une absence de prises dinitiatives innovantes, une rsistance passive ou active aux proposition des autres, un refus de modifier son systme de penses et de reprsentations, une grande inertie dans le passage lacte, des blocages et sabotages plus ou moins conscients dans la mise en application de certaines modifications, qui se soldent alors frquemment par un chec dans les mois qui suivent...

La rsistance au changement est inhrente la nature humaine

Il peut tre cause ou consquence. Cette attitude plus ou moins marque dopposition peut tre le fruit dun rglement de compte, dune dmotivation professionnelle. Cette rsistance, comme lagressivit par exemple, est aussi affaire dapprciation subjective, selon sa propre volont de vouloir modifier certains fonctionnements, limportance que lon accorde tel ou tel projet, lide que lon se fait de lautre... Bien quelle soit plus leve que dans certains secteurs professionnels (et moins que dans dautres), la rsistance au changement nest pas spcifique notre champ dactivit. Elle est inhrente la nature humaine, sans pour autant tre inexorable. Un petit dtour thorique nous aidera mieux comprendre les processus psychologiques mis en uvre, et peut-tre mieux accepter quelle ne sapplique pas quaux autres.

82

Les Cahiers de l'Actif - N292/293

Les travailleurs sociaux ont-ils peur du changement ?

II - PROCESSUS COGNITIF, PSYCHOLOGIQUE ET PSYCHOSOCIOLOGIQUE

2.1 - Dissonance cognitive et rationalit limiteEn termes de reprsentations et dides, la rsistance au changement est avant tout la consquence dun mcanisme nomm la dissonance cognitive. Le principe de base en est simple, ses effets parfois plus difficiles accepter. Le fondement thorique nous dit quil est difficile pour ltre humain daccepter une chose et son contraire, de faire siennes deux ides qui sopposent. Si tel est le cas, la personne se retrouve en situation de dissonance cognitive, tat psychologique tout fait dsagrable dont on cherchera schapper le plus rapidement possible. Il peut aussi apparatre lorsquil nous arrive parfois davoir un comportement ou une attitude contraire nos valeurs ou principes. Si je reois une information ou une ide qui contrarie ce que je sais ou pense dj, le dsquilibre cognitif est cre. La manire la plus radicale et efficace de rduire cette dissonance est de rejeter purement et simplement cette nouvelle donne, de ne pas la croire, de loublier. Une deuxime mthode consiste crer de la cohrence l o il ny en a pas. Je rajoute entre les deux lments incompatibles (mon ide premire et linformation apporte) une troisime donne qui rend pertinentes les deux premires entre elles. Si ces deux rponses sont inutilisables ou inefficaces, il ne me reste quune alternative, adapter ma pense initiale linformation nouvelle ou mon comportement. Cest ce dernier point qui peut tre droutant. En effet , cette thorie nous explique que parfois cest notre pense qui sadapte nos actes et non linverse. Toute personne agissant depuis de nombreuses annes selon un certain nombre de principes et valeurs profondment ancres, aura donc les plus grandes difficults les modifier, et a spontanment tendance dnigrer et rejeter de nouvelles ides ou mthodes de fonctionnement. Le travailleur social sappuie sur des fondements moraux et personnels qui sont le plus souvent antrieurs son activit professionnelle, qui dictent pour partie son action et sa vision du monde. Cest dans ce domaine que les rsistances seront les plus grandes, et cest pourquoi elles sont parfois plus importantes dans notre secteur quailleurs. Etre travailleur social, cest 50 % de technicit et de culture professionnelle, et 50 % de personnalit et de valeurs individuelles. La dissonance cognitive sexprime galement dans ce que lon appelle la rationalit limite, selon laquelle jobserve et retiens chez lautre seulement ce qui me confirme dans lide que jai dj de lui. Ainsi, je verrai chez quelquun que japprcie essentiellement ses qualits, et inversement, surtout les dfauts dune personne que je naime pas. Il sagit donc dun filtrage slectif et inconscient des observations du monde qui nous entoure, et qui nous permet daffirmer et de conforter un systme de pense prtabli.Les Cahiers de l'Actif - N292/293 83

Perception et rsitance au changementMais le processus sapplique aussi au sens donn ses observations. Si je constate un comportement communment peru comme positif chez une personne que je nestime pas, je trouverai un motif pour linterprter de faon ngative (cela cache quelque chose, il y a anguille sous roche, oui mais...), ce qui correspond la deuxime procdure de rduction de la dissonance cognitive dcrite prcdemment. Plus linformation dstabilisante sattaque au noyau dur des reprsentations (cest dire aux ides les plus anciennes et les plus affirmes), plus la dissonance est forte et plus le risque de rejet est grand. Cest la raison pour laquelle mme des faits dmontrs et prouvs peuvent parfois tre refuss, ce que lon appelle communment la mauvaise foi.

2.2 - Approche systmiqueUne autre explication la rsistance au changement est chercher dans la systmie. Tout ensemble ou groupe social peut constituer un systme. Une quipe et a fortiori une institution, un tablissement ou un organisme en font donc partie. Un des lments principaux qui rgit leur fonctionnement est le principe dhomostasie ou dquilibre quasi stationnaire.

Toute force exerce sur un systme peut gnrer une force oppose au moins quivalente

Ainsi la fonction premire dun systme est de se prenniser, de continuer exister dans ltat. Toute force poussant sa modification peut gnrer de sa part une force oppose au moins quivalente, afin de rsister au changement pour maintenir lquilibre. Cest cette ide qui amne certains penser que la rsistance au changement est un phnomne inluctable, pense que je ne partage pas et sur laquelle nous reviendrons plus tard. La psychosociologie nous fournit galement quelques lments de rponses. La pression la conformit sociale nous amne souvent rejoindre lopinion de la majorit, par peur du rejet, par besoin didentification et dappartenance, parce que nous avons tendance penser que la vrit se trouve dans la majorit. Linfluence sociale, qui nous fait rejoindre les normes dominantes participe des mmes processus et effets. Ceci explique en partie pourquoi les reprsentations sociales sont difficiles et longues modifier. Or, notre secteur fonctionne avec de nombreuses reprsentations de ce type que lon peut attribuer une sub-culture professionnelle. Par ailleurs, la nature humaine est ainsi faite que plus nous avons le sentiment que quelque chose nous est impos, plus nous avons tendance nous opposer. Les textes lgislatifs sont souvent perus par les professionnels, tort ou raison, comme des exigences non ngocies. Au-del de ces lments thoriques dcrits succinctement, il existe dautres facteurs plus ou moins spcifiques notr