Revue de presse Novembre 2011

  • Published on
    30-Mar-2016

  • View
    214

  • Download
    1

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Revue de presse Novembre 2011

Transcript

<ul><li><p>Novembre 2011 </p><p> Revue de presse </p><p>France Allemagne Italie Espagne Pologne UK Ukraine Web Marketing </p></li><li><p> March franais </p><p>2 </p><p>Le Conseil d'Etat annule la suspension de culture du mas transgnique </p><p>Le Conseil d'tat annule la suspension de culture du mas OGM Mon 810 de Monsanto prise par le gouvernement franais en fvrier 2008 et remise en cause depuis par la Cour de justice europenne. "Tirant les consquences de larrt de la Cour de justice europenne, le Conseil dtat relve que le ministre de lAgriculture na pu justifier de sa comptence pour prendre les arrts, faute davoir apport la preuve de lexistence dun niveau de risque particulirement lev pour la sant ou lenvironnement", indique le Conseil dans un communiqu. La Cour de justice europenne avait demand dbut septembre la France de revoir sa copie, estimant que sa dcision ne reposait pas sur une base juridique acceptable. Le gouvernement avait indiqu qu'il prendrait "une nouvelle clause de sauvegarde" si la suspension actuelle tait annule. Pour le ministre de l'Ecologie, lobjectif reste "d'viter la mise en culture d'un OGM qui na pas t valu suivant les nouvelles exigences demandes au niveau europen ou pour lequel des incertitudes quant ses impacts potentiels sur l'environnement persistent." "Si le gouvernement ne fait pas le ncessaire, en mettant en place une nouvelle interdiction, on risque donc de voir rapparatre les OGM dans nos champs ds le printemps prochain", prvient dans un communiqu Sylvain Tardy, directeur des campagnes de Greenpeace France Source Plein champs </p><p>PAC : 3,5 milliards verss aux agriculteurs au 1er dcembre </p><p>3,57 milliards deuros daides directes de la PAC doivent tre verss 346 000 exploitations agricoles, compter du 1er dcembre 2011. Les 3,57 milliards deuros supplmentaires verss compter du 1er dcembre correspondent au paiement du solde de laide dcouple ainsi qu diffrents soutiens coupls pour certaines productions. Ces aides sont payes sur fonds europens. Elles reprsentent un apport de trsorerie indispensable lquilibre conomique des exploitations agricoles franaises prcise le ministre dans un communiqu. Ce versement complte lavance de plus de 3,7 milliards deuros daides directes de la PAC qui a t paye aux agriculteurs le 16 octobre dernier, soit un mois et demi avant la date habituelle du versement. Globalement, 8 milliards deuros auront t verss aux agriculteurs franais cet automne, au titre des aides directes et des aides du second pilier de la PAC. </p><p>France Allemagne Italie Espagne Pologne UK Ukraine Web Marketing </p></li><li><p> March franais </p><p>3 </p><p>Congrs de la Fnsafer - Les Safer veulent passer laction pour endiguer ltalement urbain </p><p>Malgr les alertes rgulires des Safer sur lartificialisation excessive des terres agricoles, la consommation annuelle de foncier agricole ne cesse daugmenter. Toutefois, les lus locaux commencent prendre conscience de la ncessit de freiner ltalement urbain et maintenir une agriculture dynamique autour des villes. Les socits d'amnagement foncier demandent tous les acteurs de passer l'action et demandent, notamment, une plus grande prennit des documents d'urbanisme. Les terres agricoles sont situes 40 % soit en zone priurbaine, soit dans des zones sous influence forte dune ville. La prservation de ces espaces agricoles, plus fragiles que dans les zones rurales, est devenue un enjeu majeur pour les Safer. Lamnagement durable et le maintient de lagriculture proche des villes tait ainsi la thmatique centrale du congrs des Safer, qui sest tenu Paris le 1er dcembre 2011. </p><p>La France consomme deux fois plus de foncier que lAllemagne </p><p>En matire de consommation franaise de terres agricoles, le constat que les Safer font depuis plusieurs annes est difiant. 78.000 ha de terres agricoles, souvent de trs bonne qualit agronomique, sont artificialiss chaque anne. Cest deux fois plus quen 1960. Certes la population franaise a augment et continue de crotre. Les besoins en logements, routes et autres infrastructures collectives, qui ncessitent du foncier, sont bien plus importants quil y a 50 ans. Mais pour chaque habitant supplmentaire, la France consomme annuellement 8 m de plus en btons, bitumes, terrains compacts et pelouse. Par ailleurs, la France est, en Europe, un trs mauvais lve en la matire. Nos voisins allemands, dont le potentiel et le dveloppement conomique sont sensiblement identiques aux ntres, gaspillent deux fois moins de terres que nous , rappelle Emmanuel Hyest, le prsident de la Fnsafer. </p><p>Timide prise de conscience des lus locaux </p><p>Alors que les Safer, chaque anne, alertent lopinion publique et surtout les lus sur ltalement urbain excessif dont souffre lagriculture priurbaine, les reprsentants des Safer notent toutefois une prise de conscience des lus. Les lus des villes sont de plus en plus conscients que les terres agricoles ne peuvent plus tre la variable dajustement de la gestion du foncier. Car en ville, les citoyens ont des besoins auxquels une agriculture priurbaine forte peut rpondre, assure Herv Billet, prsident de la Safer dIle-de-France. Il ne sagit pas de multiplier les rserves agricoles protges comme de simples rserves dindiens, mais avoir des logiques de territoires en zone priurbaine o le foncier agricole nest plus seulement une rserve disponible de terres, mais o lagriculture joue pleinement son rle. En acclrant ltalement urbain, les lus locaux des villes sont aujourdhui confronts des problmatiques paysagres, environnementales et sociales auxquelles lactivit agricole peut rpondre. </p><p>France Allemagne Italie Espagne Pologne UK Ukraine Web Marketing </p></li><li><p>Colza Rouen </p><p>-5 /t415 /t </p><p>Colza Moselle </p><p>-5 /t417 /t </p><p>Pois fourrager Creil </p><p>-5 /t210 /t </p><p>Fveroles Rouen </p><p>-25 /t225 /t </p><p>Bl tendre la Pallice </p><p>+2 /t183 /t </p><p>Orge hiver Rouen </p><p>+1 /t219 /t </p><p>Orge printemps Moselle </p><p>+6 /t256 /t </p><p>Bl tendre Rouen </p><p>=0 /t176 /t </p><p>Bl dur Dpart Sud-Ouest </p><p>=0 /t315 /t </p><p>Mais Creil </p><p>=0 /t173 /t </p><p>Mais Bordeaux </p><p>=0 /t182 /t </p><p>Orges fourragres Rouen </p><p>=0 /t174 /t </p><p>Tournesol St Nazaire </p><p>=0 /t400 /t </p><p>Pois alimentaire Creil </p><p>=0 /t215 /t </p><p> Observatoire des marchs </p><p> March franais </p><p>4 </p><p>France Allemagne Italie Espagne Pologne UK Ukraine Web Marketing </p><p>Les chiffres de ltalement urbain </p><p>Entre 1999 et 2008, le territoire des grands ples urbains a progress de 22 % et celui du priurbain de 42 %. La population respective de ces territoires na augment que de 9 et 39 %. La densit de population a ainsi diminu de 11 % dans les grands ples urbains et de 2 % dans le priurbain. Sur la priode 2006-2010, la France consomme 78.000 ha par an. A ce rythme, lHexagone perdra 11 % des surfaces agricoles lhorizon 2050. Selon le Commissariat gnral au dveloppement durable, cette perte correspondrait une disparition quasi-dfinitive dun potentiel agronomique de 15 %, mesur daprs lvolution de la rserve utile en eau du sol. </p></li><li><p> Actualit Web Marketing </p><p>5 </p><p>Yahoo lance trois nouveaux formats display </p><p>Yahoo lance les formats Yahoo! 3D Brochure, Yahoo! Shuffle Box et Yahoo! High Bar sur sa page d'accueil. La page d'accueil de Yahoo fait voluer son offre display avec trois formats qui veulent combiner "ciblage, puissance, et environnement qualitatif". -Yahoo! 3D Brochure permet de faire pivoter un cube en 3D par les cts gauche et droit et d'afficher le contenu de l'annonce sur chacune des faces. Le format est destin aux offres commerciales et prix-promotions. -Yahoo! Shuffle Box fournit un support qui s'ouvre en accordon et dans lequel les annonceurs peuvent intgrer vidos, photos, textes, flux RSS/Twitter. -Yahoo! High Bar et sa version "vido expand grand cran" se situe au sommet de la page, avec une bande qui occupe toute la largeur. Le format est compatible avec des contenus rich mdia (vido, animation). Le dispositif est oprationnel en France, au Royaume-Uni, en Italie, en Espagne, en Allemagne, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. </p><p>L'abus de publicit pourrait nuire aux sites affilis </p><p>Google cherche mieux identifier les sites surchargeant leurs pages de publicits pour pnaliser leur rfrencement. Google s'apprte pnaliser le rfrencement des sites usant et abusant de publicit. C'est ce qu'a annonc mercredi le responsable de la cellule rfrencement de Google Matt Cutts, lors de la convention Pubcon organise Las Vegas. Selon Search Engine Journal qui publie un condens de son intervention, Matt Cutts indique travailler sur un algorithme utilis par le Googlebot (le robot charg d'indexer les sites Web) permettant d'analyser finement une page et notamment la proportion de publicits et leur visibilit par rapport au contenu rel de la page. Les sites surchargeant leurs pages d'espaces publicitaires ou tendant faire passer de la publicit pour du contenu pourraient ainsi faire les frais de cette volution du Googlebot. Elle pourrait notamment pnaliser les diteurs de sites ayant massivement et grossirement recours l'affiliation (dont le principe mme est de fondre les lments publicitaires dans les contenus d'une page) pour montiser leurs sites. </p><p>France Allemagne Italie Espagne Pologne UK Ukraine Web Marketing </p></li><li><p> Actualit Web Marketing </p><p>6 </p><p>Full Performance suit l'internaute sans cookie ni adresse IP </p><p>Full Performance lance WebPredict, pour suivre l'internaute sans cookie ni adresses IP. Dans le cadre du salon VAD e-commerce, qui s'est tenu Lille du 18 au 21 octobre, Full Performance a annonc la commercialisation de WebPredict, un moteur prdictif e-marketing rmunr la performance. Le spcialiste du "Deep Predicting" (analyse prdictive des donnes) propose un nouvel outil d'optimisation des campagnes webmarketing. </p><p> Grce une technologie fonde sur un algorithme exclusif brevet qui permet une traabilit des conversions au-del d'une priode de quinze jours, l'outil rend possibles des analyses fines sur l'attribution des ventes par levier, les courbes d'efficience... Sans utiliser de cookies ni d'adresses IP. </p><p> WebPredict a pour but de permettre de comprendre et d'analyser les comportements des internautes pour anticiper les transformations sur les sites e-commerce, les conversions et la mmorisation de la marque. </p><p>Fifty-five.com </p><p>Fifty-five, spcialiste franais du business analytics marketing, lance une offre daccompagnement des entreprises dans linternalisation de leur achat mdia en ligne, et plus particulirement de leurs actions SEM. Fifty-five met en place un programme de formation thorique et pratique de 3 6 mois, coupl un accompagnement oprationnel des quipes marketing. Pour la socit, si les entreprises ont aujourdhui une vision globale de leurs canaux dacquisition et du comportement de leurs clients, elles ne disposent pas toujours des expertises avances pour grer en toute autonomie les campagnes de display et/ou de SEM qui assureront les meilleurs taux de transformation. Elles nont par ailleurs que peu de latitude pour ragir et renforcer lefficacit de leurs actions en temps rel. Le processus se scinde ainsi en trois tapes : une formation intensive, un audit des usages sur le site et de la conversion et un suivi et un accompagnement rgulier des collaborateurs et des rsultats des campagnes. </p><p>France Allemagne Italie Espagne Pologne UK Ukraine Web Marketing </p></li><li><p> Actualit Web Marketing </p><p>7 </p><p>France Allemagne Italie Espagne Pologne UK Ukraine Web Marketing </p><p>Rseaux sociaux : les marques en manque d'interaction avec les internautes </p><p>Seuls 16 % des internautes dclarent suivre une ou plusieurs marques sur les rseaux sociaux. C'est ce que constate l'Ifop dans sa dernire dition de l'observatoire des rseaux sociaux. De quoi montrer les limites dans l'interaction entre les annonceurs et les internautes. Certes, les rseaux sociaux sont devenus incontournables pour les marques. Reste que de leur ct, les internautes sont peu rceptifs leurs actions sur ces plateformes. La preuve, selon l'Ifop, qui publie la sixime dition de son tude sur les rseaux sociaux*, seuls 16 % des internautes dclarent suivre une ou plusieurs marques sur les rseaux sociaux. Ce sont en majorit les internautes actifs et jeunes qui suivent les marques sur les rseaux sociaux :32 % des 18-24 ans, 28 % des personnes prsentes sur Facebook, 25 % des cadres suprieurs et 22 % des personnes qui se connectent tous les jours indiquent suivre au moins une marque sur un rseau social. En moyenne, ces internautes concentrent leur attention sur cinq marques. La principale raison qui conduit les internautes rejoindre la communaut d'une marque reste sans surprise les bons plans et les rductions (65 %). Suivent le souci de se tenir inform des nouveauts (58 %) et de lactualit de lentreprise (56 %). Si 92 % des internautes consultent les informations diffuses par les entreprises quelles suivent sur les rseaux sociaux, ils sont seulement 11 % les commenter et 10 % se positionner en ambassadeur de la marque en relayant ses publications. Pour la marque, un avantage ressort de ce constat : peu d'internautes ont dj publi une critique sur les rseaux sociaux lencontre dune marque (6 %). Mieux, parmi eux, la moiti y a diffus une seule critique. L encore, ce sont les jeunes qui critiquent une marque ou une entreprise sur un rseau social (12 % des 18-24 ans). *Mthodologie : lIfop a interrog 2 080 internautes du 18 au 27 octobre 2011. 35 rseaux sociaux ont t tudis. Les nouveaux rseaux sociaux tests sont Branch Out, Google+, Jaiku, Louer un tudiant, Wizbii et Yupeek. </p></li><li><p> Actualit Web Marketing </p><p>8 </p><p>Les dpenses en marketing relationnel reprennent de la hauteur </p><p>L'Union franaise du marketing direct (UFMD) et France Pub dressent, chaque anne, le bilan des dpenses des annonceurs. En 2010, les investissements dans les mdias et sur Internet ont enregistr des rsultats plus satisfaisants qu'en 2009. Revue de dtail. En 2010, le marketing direct a reprsent plus de 44 % des montants investis par les annonceurs dans la communication (13,6 milliards d'euros). Ce chiffre, en hausse de 3,3 % par rapport 2009, s'explique par l'arrive du marketing direct dans les mdias (le marketeur propose un mdia rponse dans le dispositif de communication), et l'utilisation prenne du mailing et du prospectus. Les imprims non adresss, en hausse de 1,5 %, reprsentent un investissement de 2,8 milliards d'euros tandis que les prospectus adresss, en baisse de 1 %, psent 4,2 milliards d'euros de dpenses. Pour Xavier Guillon, directeur tudes et marketing d'Hersant mdia, Le papier permet de dvelopper l'image de l'entreprise et de mener des actions pour vendre court terme. La grande distribution utilise donc beaucoup les mailings et les catalogues. Mme constat dans le secteur de l'automobile o le courrier de luxe joue un rle prpondrant pour sduire les prospects. Aujourd'hui, l'crit persiste car il a su se rinventer. Moins volumineux, plus qualitatif, il vise une clientle plus cible. L'e-mail, quant lui, souffre d'un phnomne de saturation aprs avoir t utilis outrance par les annonceurs. Les entreprises ont, cette anne, diminu de 5 % leurs dpenses dans ce mdia. </p><p>Les Pme tirent leur pingle du jeu </p><p>Du ct des secteurs d'activit, on constate que la gra...</p></li></ul>