Strategie & Accents Strategie

  • Published on
    13-Mar-2016

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Publication mensuelle de KBC Banque & Assurances

Transcript

  • 14

    12

    11

    10

    4

    2Le KIID : informa-tions essentielles pour linvestisseur

    2012, un grand cru pour les investis-seurs

    KBC Equity Fund Technology

    KBC EquityHigh Dividend

    Les actions dont le cours est stable

    Le rendement dans les monnaies tran-gres

    Stratgie Accents& ... pour la gestion de votre patrimoine personnel et familial

    Une publication mensuelle de KBC Banque & Assurance

    N 09 - 7 septembre 2012

  • Quentend-on par informations essentielles pour linvestisseur?Le prsent document remplace le prospectus abrg (ou simplifi) actuel. Plus lisible, il fournit des informations claires sur les risques spcifiques et doit permettre une meil-leure comparaison entre les fonds sur le march europen. La transparence lgard de linvestisseur final sen trouve accrue. Compte tenu du caractre international dUCITS IV, labrviation anglaise KIID est celle que vous verrez le plus souvent. Elle signifie Key Investor Information Document.

    Une nouvelle rglementation europenne est entre en vigueur le 1er juillet 2011: UCITS IV. UCITS regroupe des fonds dinvestissement conformes la Directive UCITS. Ds quun tel fonds est enregistr dans un des tats membres de lUnion europenne (UE), il peut tre vendu partout.Aux yeux du grand public, UCITS IV se concrtise sous la forme du document Informations essentielles pour linvestisseur (KIID en abrg). Vu limportance de ce document juridique du point de vue de la protection de linvestisseur, son contenu a t fix dans le cadre dune Directive europenne. Lharmonisation est donc maximale. La lgislation belge en la matire est entre en application le 1er juillet 2012.

    Le KIID : informations essentielles pour linvestisseur

    A c c e n t s

    Document uniformis lire avant dacheter un fonds

    Stratgie & Accents 2

    Thme

  • Pour quels fonds un KIID est-il dj disponible actuellement?

    Comment se prsente le KIID?Le document se distingue nettement des autres crits (juridiques et com-merciaux). De conception rigoureuse, il comporte 5 rubriques fixes.La premire page prsente les Objectifs et politique dinvestisse-ment et le Profil de risque et de ren-dement.

    La deuxime page prsente les Frais, les Rsultats obtenus dans le pass et les Informations pratiques.

    Examinons dun peu plus prs les ru-briques de la page 1:

    Objectifs et politique dinvestisse-ment.

    Cette partie donne une prsenta-tion gnrale des produits dans lesquels le fonds investit: la (les) catgorie(s) dinvestissement, les thmes/rgions/ secteurs, etc. la rdaction du texte, une atten-tion particulire a t apporte en vue dviter lemploi de jargon. Un bref glossaire reprend les quelques termes professionnels employs.

    Profil de risque et de rendement. Ce nouvel indicateur est exprim

    sur une chelle de 1 7. Il indique la mesure dans laquelle les investisse-ments sous-jacents (compris dans le fonds) fluctuent.

    Le chiffre attribu saccompagne aus-si dun contexte expliquant pourquoi le fonds reoit par exemple lindica-teur 3 un moment donn, et o sur lchelle linvestisseur doit plus ou moins situer le fonds. Cette partie du texte dcrit aussi les risques (moyens ou importants) et indique si le fonds offre la protection du capital ou non.

    Quelle est limportance du KIID? Quelle est sa place dans le paysage des fonds?

    Le KIID doit obligatoirement tre fourni au client avant lachat dun fonds dinvestissement. En appo-sant sa signature au bas du formu-laire de souscription, linvestisseur confirme avoir reu, lu, et accept le KIID (un document prcontractuel). Outre le KIID, le prospectus tendu et les rapports priodiques subsistent en tant que documents juridiques. De mme, la fiche produit et la fiche de fonds conservent un rle impor-tant. La fiche produit standard est rdige chaque lancement et ex-plique de manire plus dtaille les caractristiques et les atouts du pro-duit. La fiche de fonds (qui remplace la fiche produit environ 3 mois aprs la priode de lancement), propose une photo mensuelle pour chaque fonds, avec des informations sur les investis-sements sous-jacents, lvolution de la valeur dinventaire, etc. Vous pouvez voir tous ces documents en un coup dil dans la Recherche de fonds KBC. Pour un aperu des KIID disponibles, nous vous conseil-lons le site www.kbcam.be/kiid/.

    Aperu des fonds dots dun KIID (promoteur: KBC, march belge)Sicav de droit belge

    FivestHorizonIN.flanders Index FundKBC Eco FundKBC Equity FundKBC Index FundSivekKBC Master FundKBC Multi InterestKBC ObliKBC Select ImmoKBC Institutional FundPlato Institutional Index Fund

    fonds commun dinvestissementEODIOD

    Sicav de droit luxembourgeoisKBC BondsKBC Renta

    Rendement potentiellement plus faible

    1 2 3 4 5 6 7

    Faible risque Risque lev

    PROFIL DE RISQUE ET DE RENDEMENT

    Rendement potentiellement plus lev

    Stratgie & Accents 3

  • Nous dressons le bilan intermdiaire de lanne 2012. Si la tendance se maintient, lanne pourrait tre un bon cru pour tous les profils de risque. Les actions ont en effet gagn prs de 15% lchelle mondiale. Les mar-chs obligataires ont galement sign une belle progression. Lindice des obligations dentreprises sest adjug plus de 9%, tandis que lindice des obligations dtat a pris un peu moins de 6%.Ces trois derniers mois, laversion pour le risque a pour ainsi dire t inexistante. Les indicateurs conjonc-turels ont toutefois commenc se dgrader et les risques se sont inten-sifis : le flou entourant la politique budgtaire amricaine, limpact de la chert du ptrole et des denres alimentaires, le financement de lEs-pagne, le potentiel de croissance de lAsie,... Lincertitude se renforce, les marchs grimpent. La prudence nous semble tre de mise.

    Les banques centrales continuent de brider leur taux directeurLes banques centrales veulent mani-festement stimuler la croissance. Le prsident de la Rserve fdrale, Ben

    Bernanke, a dclar quaucun rel-vement de taux naurait lieu avant la mi-2013. La Banque centrale euro-penne opte clairement pour une poli-tique montaire stimulante. Le 5 juillet, elle a abaiss ses principaux taux de

    0,25%. Le taux de dpt de la zone euro est actuellement le plus bas au monde. Un nouveau relchement du taux directeur est attendu. Mme lAllemagne semble ne plus sopposer une politique montaire trop gn-reuse pour son conomie et risque en termes dinflation.

    Comment la scheresse aux tats-Unis influence les taux en ChineLa croissance relle du PIB mondial a atteint 3,3% en 2011. En 2012, la croissance devrait stablir 2,53%. LAsie reste le ple de croissance

    incontest de lconomie mondiale mais la haute conjoncture ses-souffle. La Chine affiche encore une croissance de 7% 7,5% en base annuelle. Les exportations ptissent en revanche de lessoufflement de la

    croissance occidentale. La demande intrieure demeure toutefois robuste. la faveur de la dcrue de linflation (de 6,5% en septembre 2011 1,8% en juillet 2012), plusieurs pays dont la Chine ont abaiss leur taux directeur et assoupli les conditions de crdit. Il sagissait ainsi des premires baisses de taux en quatre ans.La hausse des prix de lalimentation pourrait empcher un nouvel assou-plissement de la politique montaire. La scheresse aux tats-Unis et les mauvaises rcoltes en Russie et en Amrique du sud ont en effet dj en-tran une flambe des prix du bl, du mas et du soja.

    2012, un grand cru pour les investisseurs

    A c c e n t s

    Les banques centrales donnent la priorit la croissance plutt qu

    linflation

    Les obligations ne protgent pas contre linflation

    Lincertitude ne faiblit pas

    LAsie reste le ple de croissance incontest de lconomie mondiale

    Stratgie

    Stratgie & Accents 4

  • Les bnfices des entreprises ne surprennent plus Le bnfice par action des entreprises de lindice S&P 500 a gal le niveau record du deuxime trimestre 2011. Le chiffre daffaires sest galement maintenu au mme niveau. Tant les bnfices que le chiffre daffaires ont dpass les prvisions (pessimistes). La croissance est cependant en berne. Pour lEurope, les donnes sont encore partielles. En ce qui concerne lindice EURO STOXX 600, le bnfice accuserait un recul de 7,6% par rap-port un an auparavant, tandis que les chiffres daffaires progresseraient de 2,8%.Il ne sagirait que dune courte pause dans la progression de la croissance. Pour lanne civile 2012, les analystes escomptent une hausse de 8% des bnfices par action aux tats-Unis, contre un statu quo en Europe. En 2013, la hausse des bnfices pour-rait atteindre prs de 12% dans les deux rgions, ce qui parat raliste.

    Plusieurs arguments plaident en faveur des actionsLe choix des actions simpose ne ft-ce que pour les dividendes. Le rendement de dividende des actions europennes slve actuellement

    4,15%, soit prs de 3 points de pour-centage de plus que le taux des obli-gations dtat allemandes dix ans. Pour linvestisseur en qute de rende-

    ment, il y a en outre peu dalternatives. Les liquidits ne rapportent quasiment rien. La moindre hausse des taux obli-gataires a pour effet que la perte de cours ponge le rendement courant. Si lon sait que le rendement des emprunts dtat allemands 10 ans ne dpasse gure 1,55%, les actions

    protgent peut-tre mieux contre les risques de taux et dinflation long terme.

    Le rendement de dividende des actions europennes slve actuellement 4,15%

    volution des marchs dactions (en euro)Indice 100 = il y a 6 mois

    70

    80

    90

    100

    110

    120

    08-2010 11-2010 02-2011 05-2011 08-2011 11-2011 02-2012 05-2012 08-2012 Monde Europe Etats-Unis

    Stratgie & Accents 5

  • 57%

    30%

    6%5%2%

    27%

    46%

    20%

    5%2%

    7,5%

    40%

    42,5%

    2%8%

    25%

    28%

    47%

    Dans le portefeuille